top of page

C3RF Update, 19 Apr 2024 – Stupid is…


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas



Military veteran, Eddie Cornell, discusses his experiences as a Freedom Convoy 2022 participant and victim of the follow-on imposition of martial law through the Emergencies Act.  Penniless and refused access to his financial accounts, this Medal of Bravery recipient was forced by his government to fend for himself after being driven to the outskirts of Ottawa in -25 0C temperatures.  Thanks for your service?!


Now that the invocation of the Emergencies Act has been declared unconstitutional and unreasonable, Eddie has joined with other Canadian victims to redress the loss of their civil liberties through a civil suit. Things are about to get interesting as the charges include conspiracy and assault and battery and may very well go the criminal route with both the prime minister and his deputy named as respondents. The legal proceedings will be expensive and you may help by contributing at www.tapcan.org in the “accountability project” section.


View! A video introduction of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 4-minute video presentation that introduces this C3RF Update!


Summary for C3RF Update, 12 Apr 2024 - Game on
 

Stupid is…


The phrase “stupid is as stupid does” was made famous by the 1994 movie, “Forrest Gump”.  Gump’s mother would remind her intellectually challenged son of this phrase when those around him made fun of his condition.  In effect, she would be telling him that stupidity was an act rather than a learning disability and that even intelligent folk could do stupid things.  Some might think that Gump’s mother was just being protective of her son in citing such an equivalency but the movie would go on to chronicle Gump’s heroic participation in the most pivotal events of the last half of the 20th century – despite his mental deficiencies.  Still, is it true that the most intelligent amongst us can be nudged into doing the most stupid and delusional things?

Was Forrest Gump more susceptible to committing stupid acts?

Acting stupidly can be seen to be closely related to accepting and acting on delusional ideas.  Here again the accepted belief would be that a stupid person is more likely to do so - but is this true?  Surprisingly, there is much research that would indicate that delusional ideas prey just as much on the bright as they do on the dull.  In 2013, for example, Yale University professor Dan Kahan in his study entitled, “Ideology, motivated reasoning, and cognitive reflection”, found that both liberals and conservatives scored roughly equal on average but the highest scorers among them were more likely to display political bias when assessing the truth of various political statements.  It would seem there is a correlation between cognitive ability and ideological bias and this relationship is “robust”.


Dan Kahan of Yale proposes that intelligence and ideological bias are linked

When trying to explain how the most intelligent on either side of an argument can be so subject to bias we can look to Artificial Intelligence (AI) research and its orthogonality thesis.  This thesis posits that an intelligent agent is driven to be intelligent “at something” and that the goal of its reasoning powers need not be the objective truth.  Indeed, our social natures may motivate the clever amongst us to pursue goals that promote “personal well-being, tribal belonging, social status and sex” – the truth be damned.  This process can, therefore, involve the adoption of “fashionably irrational beliefs” or “FIB”s that can manifest as Identity Protective Cognition (IPC) that harnesses one’s intelligence in service of protecting illusions rather than correcting them.  As author Saul Bellow stated, “a great deal of intelligence can be invested in ignorance when the need for illusion is deep”.  Being better at reasoning makes the intelligent better at rationalizing!


Author and Nobel Prize winner, Saul Bellow, saw the possibility of intelligence serving the interests of ignorance
 

…as stupid does


Seen in this light, and when expanding the concept beyond the individual to society-writ-large, we can see the potential for disaster.  This, as an intellectual class, trained in winning arguments rather than discerning truth, infects society with its rationalizations.  Folks such as these thrive in areas dedicated to pure theory rather than practical need, such as the domains of education and culture, including the entertainment and media sectors.  The ability of the denizens of such locales to spread their deluded thoughts is greatly assisted by recent innovations like the internet and its follow-on communication venues in the form of social media platforms and smartphones.  This messaging latticework provides a powerful means of spreading and policing ideas, even the delusional ones, as long as the required regulatory control was in place.


Justice Minister Virani announcing Bill C-63 - a means of controlling the message?

When it comes to delusional ideas that prey even upon the brightest minds in Canada, it stands to reason that they need to be protected by a powerful body of unchallengeable lies.  These lies need to be unchallengeable as, more often than not, they fly in the face of self-evident truths that have the power to defeat them when unleashed.  We witness such denials of objective reality when:


  • the trace atmospheric gas, CO2, is assailed as “pollution” in the name of crippling an economy with ever-increasing carbon taxes (up 23% on 01 April 2024) – even though it is the stuff of life and Canadian exports of coal to China exceed $2.6 billion;

  • “transphobia” is rolled out if one argues that men and women are distinguishable by virtue of their chromosomal makeup; and

  • early treatment options for the Wuhan virus that break a vaccine monopoly, like ivermectin, are pilloried as “horse medicine” by the FDA before that organization is forced to apologize.

Obviously, the greater the illusion the greater the need for shutting down related debate.  To be on the safe side, the shutting down of all debate on the grounds of “hate speech” or “settled science” would be seen to be the best way to go.


China burns Canadian coal as Canadians hit with carbon tax rises

Of course, for an expression of animosity in any confrontation to be characterized as “hate speech”, the identification of an oppressor and a victim is required - the former being anyone who challenges the official narrative.  We see this drama playing out in several segments of Canadian society from classrooms, where parents are confronting teachers bent on transitioning their kids, to military bases where good soldiers are “terminated” for balking at taking experimental vaccines with no long-term studies in place.  The former, of course, are described as transphobic while the latter are anti-vaxxers, misogynists and racists.  Such ridiculous characterizations will require all the assistance they can get to keep control of the debate – the type of control that Scotland has just put in place with its new “Hate Crime and Public Order Act”.


Scottish Prime Minister Humza Yousaf goes for the total control of speech with his Hate Crime and Public Order Act
 

Vibe Shift


The Scottish Hate Crime Act provides us with a sweeping affirmation of the adage “stupid is as stupid does”.  So noted famed author, J.K. Rowling, when she stated that “the new legislation is wide open to abuse by activists who wish to silence those of us speaking out about the dangers of eliminating women’s and girls’ single-sex spaces, the nonsense made of crime data if violent and sexual assaults committed by men are recorded as female crimes…”.  It was not long before her assessment of this moronic piece of legislation was realized, as within the first 48 hours of its existence, activists and citizens alike swamped the police with more than 3,000 reports of hate speech crime.  Unfortunately for the Scottish Prime Minister, some of these accusations were levelled against him for disparaging remarks he made about “white people” during a Black Lives Matters debate.  What’s good for the goose…?


Author J.K. Rowling declares free speech to be dead with the Scottish Hate Crime Act – demands to be arrested!

Moronic Canada can be seen to be tracking nicely with moronic Scotland as it pursues the enactment of its own Bill C-63 (Online Harms Act).  Indeed, it can be seen to be even more ridiculous with stipulations that seek to criminalize speech that has not happened but that some anonymous person fears you might engage in.  This “restraint on future speech” marks Canada’s draconian descent into a dystopian state where the licensed folk amongst us are given power over what we, the citizen, can and cannot say.  When considered with other asinine and destructive decisions, like mandating vaccines that do not prevent disease and refusing organ transplants to those who have justifiably refused these same vaccines, we begin to see a light bulb being turned on over the heads of rank-and-file Canadians as they begin to understand that these ridiculous, moronic departures from reality will not stop until they are all turned into cattle. 


Canadians beginning to understand that the endgame is their conversion into cattle?

Accordingly, Canadians find themselves on the verge of declaring they are “done with pretending” and, in the words of Santiago Pliego, find themselves in the midst of a “vibe shift”.  The vibe shift is characterized by a new willingness for regular folk to discuss formerly unspeakable and supressed truths - truths that would have been impossible to discuss and debate a few short months ago.  Indeed, prior to Elon Musk’s acquisition of Twitter/ “X” we would not see “Billboard Chris” assailing the trans narrative with hundreds of thousands of views of his rebuttal of Australia’s attempt to censor him.  He had the audacity to criticize the appointment of a trans-identified female to a World Health Organization (WHO) body dedicated to formulating trans health policies.  As Pliego stated, the walls of propaganda and bureaucracy are starting to move as you push back, forcing “experts and fact checkers to scramble to hold on to decaying institutions”.  It appears that “stupid is as stupid does” may have a diminishing shelf life as debate in the Canadian public square goes through its “vibe shift”.


Santiago Pliego sees a vibe shift in the making as citizens shake off their fear in the face of greater threats to their freedom
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians.  Please consider clicking here to support C3RF today.  And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter rights in Canada. You can also view our social media archive here and view our videos here as well as on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




You can fool some of the people all of the time, and all of the people some of the time, but you can’t fool all of the people all of the time.
 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Eddie Cornell, vétéran militaire, évoque son expérience en tant que participant au Convoi pour la liberté 2022 et victime de l'imposition de la loi martiale par le biais de la loi sur les situations d'urgence.  Sans le sou et sans accès à ses comptes financiers, ce récipiendaire de la Médaille de la Bravoure a été contraint par son gouvernement de se débrouiller seul après avoir été conduit dans la banlieue d'Ottawa par des températures de -25 C.  Merci pour votre service!


Maintenant que l'invocation de la loi sur les situations d'urgence a été déclarée inconstitutionnelle et déraisonnable, Eddie s'est joint à d'autres victimes canadiennes pour réparer la perte de leurs libertés civiles par le biais d'une action civile. Les choses sont sur le point de devenir intéressantes, car les accusations comprennent la conspiration et les coups et blessures et pourraient très bien aller jusqu'à la voie pénale, le premier ministre et son adjoint étant cités comme défendeurs. La procédure judiciaire sera coûteuse et vous pouvez y contribuer en apportant votre contribution à l'adresse https://www.tapcan.org/ dans la section "accountability project".


Voir! Une vidéo de présentation de cette mise à jour est disponible ici


Pour ceux d'entre vous qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 4-minutes qui introduit cette mise à jour du C3RF!


 

La stupidité, c'est...


L'expression « stupid is as stupid does »[1] a été rendue célèbre par le film « Forrest Gump », sorti en 1994.  La mère de Gump rappelait cette phrase à son fils déficient intellectuel lorsque son entourage se moquait de sa condition.  En fait, elle lui disait que la stupidité était un acte plutôt qu'un trouble de l'apprentissage et que même les personnes intelligentes pouvaient faire des choses stupides.  Certains pourraient penser que la mère de Gump n'a fait que protéger son fils en évoquant une telle équivalence, mais le film continuera à relater la participation héroïque de Gump aux événements les plus marquants de la dernière moitié du XXe siècle - malgré ses déficiences mentales.  Pourtant, est-il vrai que les plus intelligents d'entre nous peuvent être poussés à faire les choses les plus stupides et les plus délirantes?


[1] N.T. La version originale anglaise n'est pas traduite en français avec la même connotation.  L'anglais laisse entendre que la stupidité se reflète également dans les actions des personnes intelligentes.


Forrest Gump était-il plus enclin à commettre des actes stupides?

Agir de manière stupide peut être considéré comme étroitement lié à l'acceptation et à l'application d'idées délirantes.  Là encore, la croyance populaire voudrait qu'une personne stupide soit plus susceptible d'agir de la sorte - mais est-ce vrai?  De manière surprenante, de nombreuses recherches indiquent que les idées délirantes ont autant d'effets sur les personnes intelligentes que sur les personnes stupides.  En 2013, par exemple, Dan Kahan, professeur à l'université de Yale, a constaté dans son étude intitulée « Ideology, motivated reasoning, and cognitive reflection » (Idéologie, raisonnement motivé et réflexion cognitive) que les libéraux et les conservateurs obtenaient en moyenne des scores à peu près égaux, mais que les plus performants d'entre eux étaient plus susceptibles de faire preuve de partialité politique lorsqu'ils évaluaient la véracité de diverses déclarations politiques.  Il semblerait qu'il existe une corrélation entre les capacités cognitives et les préjugés idéologiques, et que cette relation soit « robuste ».


Dan Kahan, de Yale, propose que l'intelligence et les préjugés idéologiques sont liés

Pour tenter d'expliquer comment les personnes les plus intelligentes d'un côté ou de l'autre d'un argument peuvent être à ce point sujettes à la partialité, nous pouvons nous tourner vers la recherche sur l'intelligence artificielle (IA) et sa thèse de l'orthogonalité.  Cette thèse postule qu'un agent intelligent est poussé à être intelligent « pour quelque chose » et que le but de ses pouvoirs de raisonnement peut être autre chose que la vérité objective.  En effet, nos natures sociales peuvent motiver les plus intelligents d'entre nous à poursuivre des objectifs qui favorisent « le bien-être personnel, l'appartenance tribale, le statut social et le sexe » - au diable la vérité.  Ce processus peut donc impliquer l'adoption de « croyances irrationnelles à la mode » ou « FIB » qui peuvent se manifester sous la forme d'une cognition protectrice de l'identité (CPI) qui met l'intelligence au service de la protection des illusions plutôt que de leur correction.  Comme l'a déclaré l'auteur Saul Bellow, « une grande partie de l'intelligence peut être investie dans l'ignorance lorsque le besoin d'illusion est profond ».  Mieux raisonner, c'est mieux rationaliser!


L'écrivain et prix Nobel Saul Bellow a vu la possibilité que l'intelligence serve les intérêts de l'ignorance
 

…as stupid does


Vu sous cet angle, et en élargissant le concept au-delà de l'individu pour l'étendre à la société dans son ensemble, nous pouvons voir le potentiel du désastre.  En effet, une classe intellectuelle, formée à gagner des arguments plutôt qu'à discerner la vérité, infecte la société avec ses rationalisations.  Ces personnes prospèrent dans les domaines consacrés à la théorie pure plutôt qu'aux besoins pratiques, tels que les domaines de l'éducation et de la culture, y compris les secteurs du divertissement et des médias.  La capacité des habitants de ces lieux à diffuser leurs pensées illusoires est grandement facilitée par des innovations récentes comme l'internet et les moyens de communication qui en découlent, sous la forme de plateformes de médias sociaux et de smartphones.  Ce réseau de messagerie constitue un moyen puissant de diffuser et de contrôler les idées, même celles qui sont délirantes, tant que le contrôle réglementaire nécessaire est en place.


Le ministre de la Justice Virani annonce le projet de loi C-63 - un moyen de contrôler le discours?

Lorsqu'il s'agit d'idées délirantes qui s'attaquent même aux esprits les plus brillants du Canada, il est logique qu'elles aient besoin d'être protégées par un puissant paquet de mensonges incontestables.  Ces mensonges doivent être incontestables car, le plus souvent, ils vont à l'encontre de vérités évidentes qui ont le pouvoir de les vaincre lorsqu'elles sont révélées.  Nous sommes témoins de tels dénis de la réalité objective lorsque:


  • le gaz atmosphérique à l'état de trace, le CO2, est qualifié de « pollution » au nom de la paralysie de l'économie par des taxes sur le carbone en constante augmentation (+ 23 % le 1er avril 2024) - alors qu'il s'agit de l'essence même de la vie et que les exportations canadiennes de charbon vers la Chine dépassent les 2,6 milliards de dollars;

  • On parle de « transphobie » si l'on affirme que les hommes et les femmes se distinguent par leur composition chromosomique; et

  • les options de traitement précoce du virus de Wuhan qui brisent le monopole des vaccins, comme l'ivermectine, sont clouées au pilori en tant que « médecine de cheval » par la FDA, avant que cette organisation ne soit contrainte de s'excuser.


Il est évident que plus l'illusion est grande, plus il est nécessaire de clore le débat.  Pour être sûr de ne pas se tromper, l'arrêt de tout débat au motif de « discours de haine » ou de « science établie » semble être la meilleure façon de procéder.


La Chine brûle du charbon canadien alors que les Canadiens sont frappés par des hausses de la taxe sur le carbone

Bien entendu, pour qu'une expression d'animosité dans une confrontation soit qualifiée de « discours de haine », il est nécessaire d'identifier un oppresseur et une victime - le premier étant toute personne qui remet en question le récit officiel.  Nous voyons ce drame se jouer dans plusieurs segments de la société canadienne, depuis les salles de classe, où les parents affrontent les enseignants déterminés à faire subir une transition à leurs enfants, jusqu'aux bases militaires où de bons soldats sont « congédiés » parce qu'ils refusent de prendre des vaccins expérimentaux sans qu'aucune étude à long terme n'ait été mise en place.  Les premiers sont bien sûr qualifiés de transphobes, tandis que les seconds sont des anti-vaxx, des misogynes et des racistes.  Ces caractérisations ridicules nécessiteront toute l'aide possible pour garder le contrôle du débat - le type de contrôle que l'Écosse vient de mettre en place avec son nouveau « Hate Crime and Public Order Act » (loi sur les crimes haineux et l'ordre public).


Le Premier ministre écossais Humza Yousaf veut contrôler totalement l'expression avec sa loi sur les crimes haineux et l'ordre public
 

Changement d'ambiance


La loi écossaise sur la lutte contre les crimes de haine nous apporte une confirmation éclatante de l'adage « stupid is as stupid does ».  C'est ce qu'a fait remarquer la célèbre auteure J.K. Rowling, lorsqu'elle a déclaré que « la nouvelle législation est largement ouverte aux abus des activistes qui souhaitent faire taire ceux d'entre nous qui parlent des dangers de l'élimination des espaces non mixtes pour les femmes et les jeunes filles, de l'absurdité des donnéescriminelles si les agressions violentes et sexuelles commises par des hommes sont enregistrées comme des crimes commis par des femmes... ».  Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que son évaluation de ce texte législatif débile se concrétise, puisque dans les premières 48 heures de son existence, les militants et les citoyens ont submergé la police de plus de 3 000 signalements de délits d'incitation à la haine.  Malheureusement pour le Premier ministre écossais, certaines de ces accusations ont été portées contre lui pour des remarques désobligeantes qu'il a faites sur les « Blancs » lors d'un débat de Black Lives Matters.  Sauce bonne pour l'oie, est bonne pour le jars?


L'auteure J.K. Rowling déclare que la loi écossaise sur les crimes haineux a mis fin à la liberté d'expression et demande à être arrêtée!

On peut constater que le Canada crétin suit de près l'Écosse crétine dans ses efforts pour faire adopter son propre projet de loi C-63 (loi sur les préjudices en ligne).  En effet, il peut être considéré comme encore plus ridicule avec des stipulations qui cherchent à criminaliser des propos qui n'ont pas été tenus, mais qu'une personne anonyme craint que vous puissiez tenir.  Cette « restriction de la liberté d'expression future » marque la descente draconienne du Canada dans un état dystopique où les personnes autorisées parmi nous ont le pouvoir de décider ce que nous, les citoyens, pouvons et ne pouvons pas dire.  Si l'on ajoute à cela d'autres décisions insensées et destructrices, telles que l'obligation de vaccins qui ne préviennent pas les maladies et le refus de greffes d'organes aux personnes qui ont à juste titre refusé ces mêmes vaccins, on commence à voir une ampoule s'allumer au-dessus de la tête des Canadiens de tous les horizons, qui commencent à comprendre que ces écarts ridicules et stupides par rapport à la réalité ne s'arrêteront pas tant qu'ils ne seront pas tous transformés en moutons de panurge. 

Les Canadiens commencent à comprendre que la conclusion est leur conversion en bétail?

En conséquence, les Canadiens sont sur le point de déclarer qu'ils en ont « fini avec les faux-semblants » et, pour reprendre les termes de Santiago Pliego, ils se trouvent au beau milieu d'un « changement d'ambiance ».  Ce changement se caractérise par une volonté nouvelle des gens ordinaires de discuter de vérités autrefois inexprimables et étouffées - des vérités qu'il aurait été impossible de discuter et de débattre il y a quelques mois à peine.  En effet, avant l'acquisition de Twitter/X par Elon Musk, nous n'aurions pas vu « Billboard Chris » assaillir le récit transgenre avec des centaines de milliers de vues de sa réfutation de la tentative de censure de l'Australie.  Il a eu l'audace de critiquer la nomination d'une femme transidentifiée au sein d'un organe de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) chargé de formuler des politiques de santé pour les trans. Comme l'a déclaré Pliego, les murs de la propagande et de la bureaucratie commencent à bouger au fur et à mesure que vous les repoussez, obligeant « les experts et les vérificateurs de faits à se démener pour s'accrocher à des institutions en décomposition ».  Il semble que la formule « ce qui est stupide est ce qui est stupide » ait une durée de vie de plus en plus courte à mesure que le débat sur la place publique canadienne traverse son « changement d'ambiance ».

Santiago Pliego constate qu'un changement d'ambiance est en train de s'opérer, les citoyens se débarrassant de leur peur face aux menaces qui pèsent sur leur liberté
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens.  Cliquez ici pour soutenir C3RF dès aujourd'hui.  Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





On peut tromper une partie de la population tout le temps, et toute la population tout le temps, mais on ne peut pas tromper toute la population tout le temps.
 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Commentaires


bottom of page