top of page

C3RF Update, 29 Sep 2023 – A line in the sand


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below



For those of you on the run and short of time, here’s a 5-minute video presentation that introduces this C3RF Update.

 

Mass lines


Given the thousands who participated in the Million Person March for children on Parliament Hill and in communities across Canada, one can be forgiven for asking “just what is going on?” How could it be that parents would actually feel so threatened by public education policies that they would take the time out of their busy days to march, chant and carry signs that railed against them? The march’s organizer, Kamel El-Cheik, notes that it is totally inappropriate for the prime minister to tell Muslim students that they must accept his views on the LGBT issue. He then went on to compare the PM’s remarks to a “’fatwa’ or an edict on faith and morals”. El-Cheik’s observations have struck a chord across all religious communities in Canada as the 20 September march attracted their participation en masse. Perhaps the widespread support for the march has its basis in a sense that school sex-ed curricula, as evidenced by the “sex cards” distributed by Planned Parenthood in Saskatchewan schools, are just out of control. Add this to policies that preclude parents from being informed of the transitioning of their children in the classroom and it all becomes quite understandable.

The Million Person March attracts parents in their thousands across Canada

One could be forgiven for seeing policies that outlaw parental participation in the transitioning of their own children as more than a bit dystopian. Indeed, one might even compare such policies with those of past Marxist regimes that sought to replace the family unit with the state as the cornerstone of society. Such was the case in 1956 Hungary when citizens rebelled against Marxists like Georg Lukács who were instilling sexual instruction in schools aimed at teaching free love and the outdated nature of Christian family codes of behaviour. Or perhaps the Cultural Revolution of the People’s Republic of China that took place from 1966 until the death of Mao Tse Tung in 1976. In this latter instance Mao sought to provide China’s youth with a revolutionary experience even as society was flattened to rid it of social stratification and elitism. According to military intelligence expert, Major Stephen Coughlin (Ret’d), this was classic Mao and classic Marxism as it spoke to the “mass line” strategy.

Mao Tse Tung was a proponent of the “mass line” strategy

The “mass line” strategy involves organizing an alternative society through the “construction of clandestine infrastructure, that is, a counter-state”. The involved process is dialectical in nature as it sees confronting a thesis (the state) with an anti-thesis (the counter-state) to create a synthesis that propels man and his society along the arc of history to a more perfect existence. In China’s cultural revolution of the sixties and seventies, the nation’s youth would be organized into Red Guards to move this transition forward. One can’t help but wonder if this same dynamic has been put into motion in Western nations as their youth, since the sixties, have been set upon by narratives that have increasingly separated them from the classical liberal worldviews of the generations that preceded them. Could it be that Canada is in the throes of being targeted by a “mass line” effort? Could “you’ll own nothing and you’ll be happy” be its calling card?

Klaus Schwab promises to turn nothing into happiness
 

Lines of Effort


In conjunction with the promulgation of an overarching “mass line” strategy, Major Coughlin sees the implementation of enabling “lines of effort” (LOEs). These LOEs are the “ways” that promote the realization of the counter-state’s goal of destroying a whole society. They are mutually supportive as they operate on a united front and tap into common infrastructure and network facilities as they do so. LOEs include both soft and hard components that move through political, alliance and international processes, both violent and non-violent. Coughlin notes that the political component or “way” is heavily invested in the development of narratives across the cultural landscape that are capable of powering down into the political sphere. The end result is the creation of a political warfare machine that is capable of overwhelming rule of law societies by degrading institutions that have heretofore operated under the concept that all are equal before the law. Accordingly, we even see laws, edicts and mandates enacted by our own elected representatives that give the finger to the fundamental rights and freedoms in the Charter in favour of the needs of self-declared victim groups.

Major Stephen Coughlin (Ret'd) names "political warfare"

The reality of employing the political warfare line of effort to drive cultural narratives down into the political space is readily apparent in Canada. Perhaps some prime examples, both of which tie in nicely with the Million Person March, are Bills C-16 (Gender identity and expression) and C-4 (Conversion therapy). Both were federal initiatives and both addressed years of shrill narrative directed at recognizing and protecting the transgendered as a human right. Problem was, C-16 trampled on the speech, conscience and religious rights of all other Canadians as it compelled them to both use and respect the preferred pronouns of a new victim class. Similarly, in the case of C-4, conversion therapy of the young from a non-traditional sexual orientation or gender identity to a traditional one was strictly outlawed. Meanwhile, transitions in the opposite direction were unrestricted in the use of supportive therapies while leaving the door open to the “affirmation” of such crossovers.

The Charter prefers compassion over equality before the law?

In both cases we see a favoured class protected while the not-so-favoured are put in medieval “stocks”. Equality before the law be damned. Such abrogation of the rights of some to the benefit of others is driven by cultural narratives that brim with compassion but fail in the face of critical review. These narratives are everywhere in present-day Canada and their political spawn are evidenced by the enactment of legislation like Bills C-16 and C-4. In both cases the argument was made that transgenders, particularly the children among them, are the targets of extreme hatred and at risk of committing suicide. Indeed, if their desire to transition is not affirmed, and enabled, we need to assume the worst will happen. This powerful and emotive narrative brings out the compassion in some and the fear in others who believe their lack of empathy will be noted and punished. In this light, it is easy to understand how Bill C-4 could pass unanimously in the Canadian House of Commons and thereby escape a close and critical review process.

Compassion precluded the need to give Bill C-4 a close look?
 

Lines in the sand


The fact that Canadian educational institutions have been subject to a “long march” designed to power counter-cultural narratives down into our political processes is evidenced by the Hall-Dennis Report of 1968. This seminal document, issued in the heyday of the sexual revolution, set the Ontario educational system on a path to “child-centered learning” where the past and a classical liberal education would give way to a “sunrise” for each individual child and an education system that “heralds the rebirth of an 'Age of Wonder.'“ Accordingly, across the board, standards that rewarded excellence and merit would be shelved to accommodate the “soft bigotry of low expectations”. What better way to move beyond the traditions and mores shaped by a Judeo-Christian ethic and embrace a post-modern world in which self-evident truths did not exist and all could “speak their own truth”? Combine this with laws like C-16 and C-4 and “speaking your truth” easily becomes “we will speak your truth for you”.

Is it about speaking your own truth or having it spoken for you?

Having the truth spoken on your behalf by ideological zealots is one thing but, as the history of 1956 Hungary shows, having it impact the well-being of your own offspring is quite another. And so we see the parents of the Million Person March drawing lines in the sand as they refuse to stand by and allow their tom-boy daughters to be groomed and transitioned with irreversible surgeries before they can even get a driver’s license. In response to the drawing of these lines, the proponents for a new “sunrise” for your gender-fluid little ones offer that these same parents are overreacting when they posit that children are being goaded into questioning their own biology. They fail to explain, however, why they need to shut down any related debate with ad hominem attacks and why they refuse to discuss studies that point to “social contagion” as a possible cause for Rapid Onset Gender Dysphoria (ROGD). Anyways, who needs to engage in debate when the law is on your side?

Dr. Debra Soh, RODG can be seen as a "social contagion"

The line in the sand drawn by Canadian parents is coming under withering attack by the variety of institutions that have succumbed to the “mass line”, counter-state movement. Witness whole media outlets that deceptively described the Million Person March as a collection of “hundreds” when our own eyes tell us it was a wave of thousands that stood up across the land. Or witness the rapid outpouring of insults emanating from labour and teachers unions that describe loving parents as “haters” when the issue at hand was clearly parental rights and not transphobia. Such bleating, so successful in the past, is now being dashed upon the shores of the blood bond between parent and child. They do, however, provide a useful service in that these pronouncements allow all to see behind the mask of compassion that has, until now, obscured an ugly ideology of negation. All the better for parents and Canadians in general to recognize just who needs to be ignored and, better yet, swept from our institutions.

The mask falls away in the face of the million-person march?
 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous



Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 5 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

Ligne de masse


Au vu des milliers de personnes qui ont participé à la Marche d'un million de personnes pour les enfants sur la Colline du Parlement et dans les localités du Canada, on est en droit de se demander ce qui se passe. Comment se fait-il que des parents se sentent à ce point menacés par les politiques publiques en matière d'éducation qu'ils prennent le temps de marcher, de chanter et de porter des pancartes contre ces politiques? L'organisateur de la marche, Kamel El-Cheik, note qu'il est totalement inapproprié que le Premier ministre dise aux élèves musulmans qu'ils doivent accepter son point de vue sur la question des LGBT. Il compare ensuite les remarques du Premier ministre à une « fatwa » ou à un édit sur la foi et la morale. Les observations de M. El-Cheik ont touché un nerf au vif dans toutes les communautés religieuses du Canada, car la marche du 20 septembre a attiré leur participation en grand nombre. Ce soutien massif à la marche s'explique peut-être par le sentiment que les programmes scolaires d'éducation sexuelle, comme en témoignent les « cartes sexuelles » distribuées par le Planned Parenthood dans les écoles de la Saskatchewan, sont tout simplement incontrôlables. Si l'on ajoute à cela les politiques qui empêchent les parents d'être informés de la transition de leurs enfants en classe, tout devient compréhensible.

La Marche pour un million de personnes attire des milliers de parents à travers le Canada

On pourrait pardonner aux gens de considérer que les politiques qui interdisent la participation des parents à la transition de leurs propres enfants sont plus qu'un peu dystopiques. En effet, on pourrait même comparer ces politiques à celles des anciens régimes marxistes qui cherchaient à remplacer la cellule familiale par l'État en tant que fondement de la société. C'est ce qui s'est passé en Hongrie en 1956, lorsque les citoyens se sont rebellés contre des marxistes comme Georg Lukács qui inculquaient l'éducation à la promiscuité sexuelle pour les enfants au niveau élémentaire afin de détruire la structure familiale et les liens existentiels qui en découlent. Ou encore la révolution culturelle de la République populaire de Chine, qui s'est déroulée de 1966 à la mort de Mao Tsé-toung en 1976. Dans ce dernier cas, Mao a cherché à offrir à la jeunesse chinoise une expérience révolutionnaire, alors même que la société était aplatie pour la débarrasser de la stratification sociale et de l'élitisme. Selon l'expert en renseignement militaire, le major Stephen Coughlin (retraité), il s'agit là d'une stratégie classique de Mao et du marxisme classique, puisqu'il s'agit d'une stratégie de « ligne de masse ».

Mao Tsé-toung était un partisan de la stratégie de la « ligne de masse »

La stratégie de la « ligne de masse » consiste à organiser une société alternative par la « construction d'une infrastructure clandestine, c'est-à-dire d'un contre-État ». Le processus impliqué est de nature dialectique puisqu'il s'agit de confronter une thèse (l'État) à une anti-thèse (le contre-État) pour créer une synthèse qui propulse l'homme et sa société le long de l'arc de l'histoire vers une existence plus parfaite. Dans la révolution culturelle chinoise des années soixante et soixante-dix, la jeunesse de la nation était organisée en gardes rouges pour faire avancer cette transition. On ne peut s'empêcher de se demander si cette même dynamique n'a pas été enclenchée dans les pays occidentaux où, depuis les années soixante, les jeunes sont soumis à des récits qui les séparent de plus en plus des visions du monde libérales classiques des générations qui les ont précédés. Se pourrait-il que le Canada soit en train d'être la cible d'un effort de « ligne de masse »? Sa signature pourrait-elle être "vous ne posséderez rien et vous serez heureux"?

Klaus Schwab promet de transformer le néant en bonheur
 

Lignes d'effort


Parallèlement à la promulgation d'une stratégie globale de « ligne de masse », le commandant Coughlin envisage la mise en œuvre de « lignes d'effort » (LDE). Ces lignes d'action sont les « moyens » qui favorisent la réalisation de l'objectif du contre-État, à savoir la destruction d'une société entière. Elles se soutiennent mutuellement car elles opèrent sur un front uni et exploitent des infrastructures et des réseaux communs. Les LDE comportent des éléments matériels et immatériels qui passent par des processus d'alliances, de politiques et des processus internationaux, à la fois violents et non violents. Coughlin note que la composante politique ou « voie » est fortement investie dans le développement de récits dans le paysage culturel qui sont capables de se répercuter dans la sphère politique. Le résultat final est la création d'une machine de guerre politique capable de submerger les sociétés fondées sur l'État de droit en dégradant les institutions qui fonctionnaient jusqu'à présent selon le principe de l'égalité de tous devant la loi. En conséquence, nous voyons même des lois, des édits et des mandats promulgués par nos propres représentants élus qui font fi des droits et libertés fondamentaux de la Charte en faveur des besoins de groupes de victimes autoproclamés.

Le major Stephen Coughlin (retraité) parle de « guerre politique »

La réalité de l'utilisation de la ligne d'effort de la guerre politique pour faire entrer les récits culturels dans l'espace politique est facilement visible au Canada. Les projets de loi C-16 (Identité et expression sexuelles) et C-4 (Thérapie de conversion) en sont de parfaits exemples, qui s'inscrivent tous deux dans le cadre de la Marche pour un million de personnes. Ces deux projets de loi étaient des initiatives fédérales et répondaient à des années de discours virulent visant à reconnaître et à protéger les transsexuels au titre des droits de l'homme. Le problème est que le projet de loi C-16 a bafoué les droits d'expression, de conscience et de religion de tous les autres Canadiens en les obligeant à utiliser et à respecter les pronoms préférés d'une nouvelle catégorie de victimes. De même, dans le cas du projet de loi C-4, la thérapie de conversion des jeunes d'une orientation sexuelle ou d'une identité de genre non traditionnelle à une orientation traditionnelle a été strictement interdite. Dans le même temps, les transitions dans la direction opposée n'étaient pas limitées par l'utilisation de thérapies de soutien, tout en laissant la porte ouverte à l'« affirmation » de ces transitions.

La Charte préfère la compassion à l'égalité devant la loi?

Dans les deux cas, une classe privilégiée est protégée tandis que les moins favorisés sont placés dans des « ceps » médiévaux. Au diable l'égalité devant la loi. Une telle abrogation des droits de certains au profit d'autres est motivée par des récits culturels qui débordent de compassion mais échouent face à l'examen critique. Ces récits sont omniprésents dans le Canada d'aujourd'hui et leur engeance politique est attestée par l'adoption de lois telles que les projets de loi C-16 et C-4. Dans les deux cas, l'argument avancé est que les transgenres, en particulier les enfants, sont la cible d'une haine extrême et risquent de se suicider. En effet, si leur désir de transition n'est pas affirmé et encouragé, nous devons supposer que le pire se produira. Ce récit puissant et émouvant fait ressortir la compassion chez certains et la peur chez d'autres, qui pensent que leur manque d'empathie sera noté et puni. Dans cette optique, il est facile de comprendre comment le projet de loi C-4 a pu être adopté à l'unanimité par la Chambre des communes du Canada et échapper ainsi à un processus d'examen minutieux et critique.

La compassion n'a pas permis d'examiner de près le projet de loi C-4?
 

Des lignes dans le sable


Le fait que les établissements d'enseignement canadiens aient été soumis à une « longue marche » destinée à faire pénétrer les récits contre-culturels dans nos processus politiques est mis en évidence par le rapport Hall-Dennis de 1968. Ce document fondamental, publié à l'apogée de la révolution sexuelle, a mis le système éducatif de l'Ontario sur la voie d'un « apprentissage centré sur l'enfant », où le passé et l'éducation libérale classique devaient céder la place à une « aube » pour chaque enfant et à un système éducatif qui « annonce la renaissance d'un « âge de merveilles ». En conséquence, les normes qui récompensaient l'excellence et le mérite seraient mises de côté pour faire place à la « bigoterie douce des faibles attentes ». Quelle meilleure façon de dépasser les traditions et les mœurs façonnées par l'éthique judéo-chrétienne et d'embrasser un monde post-moderne dans lequel les vérités évidentes n'existent pas et où chacun peut « dire sa propre vérité » Si l'on ajoute à cela des lois telles que C-16 et C-4, l'expression « dire sa vérité » se transforme facilement en « nous dirons votre vérité pour vous ».

S'agit-il de dire sa propre vérité ou de la faire dire à sa place?

Faire dire la vérité en son nom par des fanatiques idéologiques est une chose, mais, comme le montre l'histoire de la Hongrie de 1956, faire en sorte qu'elle ait un impact sur le bien-être de sa propre progéniture en est une autre. C'est ainsi que nous voyons les parents de la Marche du million tracer des limites dans le sable en refusant de rester les bras croisés et de permettre que leurs filles soient préparées et transformées au moyen d'opérations chirurgicales irréversibles avant même de pouvoir obtenir un permis de conduire. En réponse au tracé de ces limites, les partisans d'un « aube » nouveau pour vos enfants sexuellement fluides affirment que ces mêmes parents réagissent de manière excessive lorsqu'ils affirment que les enfants sont incités à s'interroger sur leur propre biologie. Ils n'expliquent cependant pas pourquoi ils ont besoin de clore tout débat sur le sujet par des attaques ad hominem et pourquoi ils refusent de discuter des études qui indiquent que la « contagion sociale » est une cause possible de la dysphorie de genre à apparition rapide (ROGD). Quoi qu'il en soit, qui a besoin de s'engager dans un débat lorsque la loi est de son côté?

Dr. Debra Soh, la RODG peut être considéré comme une « contagion sociale »

La ligne de démarcation tracée par les parents canadiens fait l'objet d'attaques féroces de la part des diverses institutions qui ont succombé au mouvement contre-étatique de la « ligne de masse ». En témoignent les médias qui ont décrit de manière trompeuse la Marche pour un million de personnes comme un rassemblement de « centaines de personnes », alors que nos propres yeux nous indiquent qu'il s'agissait d'une vague de milliers de personnes qui se sont levées dans tout le pays. Ou encore le déferlement rapide d'insultes émanant des syndicats de travailleurs et d'enseignants qui qualifient les parents aimants de « haineux » alors qu'il s'agissait clairement de droits parentaux et non de transphobie. De tels discours, qui ont eu tant de succès dans le passé, sont aujourd'hui rejetés sur les rivages du lien de sang entre parents et enfants. Elles rendent cependant un service utile en ce sens que ces déclarations permettent à tous de voir derrière le masque de la compassion qui, jusqu'à présent, cachait une vilaine idéologie de la négation. Les parents et les Canadiens en général n'en seront que mieux à même de reconnaître ce qui doit être ignoré et, mieux encore, balayé de nos institutions.

Le masque tombe face à la marche d'un million de personnes?
 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la Campagne d'affichage du C3RF


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la liberté d'expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d' « islamophobie » généralisés ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir de faire connaître leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Коментари


bottom of page