top of page

C3RF Update, 17 May 2024 – Hostile


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas



Major Russ Cooper (Ret'd) catches up with one of the first Canadian doctors to put his career on the line by challenging the lockdown and one-size-fits-all Wuhan virus vaccination programs.  It matters not that his fact-based observations and recommendations are now seen as valid as his home province, British Columbia, legislates even more tyranny.  Time for them to restore the sanctity of the doctor-patient relationship?


View! The latest edition of the “One Stop Tyrant Shop


It’s time to make new additions to the “One Stop Tyrant Shop” as incursions on our Charter rights and freedoms just keep piling up. One wonders how Canada could have become such a magnet for government measures and legislation aimed at turning Canadians into cattle but, as the 20th version of the “Shop” makes clear, both the intent and the results are hostile to the civil liberties of rank-and-file citizens! Take a look!


View! A video introduction of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 10-minute video presentation that introduces this C3RF Update!


Summary for C3RF Update, 12 Apr 2024 - Game on
 

Hostile acts


It was hard to come away from the C3RF “In Hot” interview with Dr. Stephen Malthouse without feeling  that governments are at war with their doctors – particularly those who take their Hippocratic Oath seriously.  What else to think when, at the 17-minute mark of the interview, the doctor notes that British Columbia’s Bill 36, now the Health Professions and Occupations Act,  takes direct aim at recalcitrant doctors by punishing their resistance to bureaucratic medical directives with upwards of $500,000 fines and years in prison!  If this wasn’t bad enough, the same province, through Bill 31 or the Emergency and Disaster Management Act as noted at the 32-minute mark, has given itself the right to seize your house and property “on a whim”.  One can be forgiven for believing that the whole business of emergency response has become a scam aimed at perpetrating hostile acts against the good citizens of Canada.


Dr. Stephen Malthouse cites British Columbia as a perpetrator of hostile acts against its citizens
Dr. Stephen Malthouse cites British Columbia as a perpetrator of hostile acts against its citizens

The whole business of foisting hostile acts on Canadians is not restricted to the province of British Columbia.  Indeed, Ontario was quick off the mark after the federal Emergencies Act (EA) was invoked against the Freedom Convoy 2022 protesters to initiate its own Bill 100 - otherwise known as the “Keeping Ontario Open for Business Act, 2022”.  This bill authorized the confiscation of vehicles and related licenses and insurance without due process.  It would seem that the invocation of the EA gave Canada’s provincial premiers the courage they needed to thumb their noses at a Charter of Rights and Freedoms that protected their own citizens and which they were sworn to serve.  Those who saw the Charter as the bastion of Canadian civil liberties would be very concerned as it would appear that emergency-based considerations were all it took to crush it without so much as a whimper.


Charter rights and freedoms were crushed without a whimper by Emergencies Act invocation?
Charter rights and freedoms were crushed without a whimper by Emergencies Act invocation?

One might argue that the hostile acts engendered by the invocation of the EA, including the blanket and retroactive freezing of protester financial accounts and follow-on legislation in the form of Bills 36 and 100, were reasonable excursions given the Charter’s own “limitations” section.  Individual fundamental rights can be sidelined given “demonstrable justification” consistent with “a free and democratic society”.  Problem is, a court of law presided over by Federal Court Judge Richard Mosley found no such justification when he recently ruled that the invocation of the EA was “unreasonable” and contravened both Section 2(b) and 8 of the Charter.  Regardless, the federal government would double down on its implementation of “hostile acts” by immediately announcing it would appeal Mosley’s decision even as it left its own EA-inspired, anti-protester crowdfunding laws in place.  In doing so it proclaimed that the hostile acts it foisted on the public during the Wuhan virus pandemic and beyond were not coincidence, they were intended.


Federal Court Judge Richard Mosley found invocation of EA “unreasonable”
Federal Court Judge Richard Mosley found invocation of EA “unreasonable”
 

Hostile intent


Once the mind is opened to the possibility that one’s own governing agencies view their citizens with hostile intent it is hard not to see it at every turn.  Indeed, when Canadians look back at the actions of their governments over the past nine years, it is difficult to see any initiative that has proven more beneficial than not. Beginning up front in the 2015 time period, for example, we see the watershed signing of both the United Nations Agenda 2030 and Paris Agreement on climate change.  The two agreements, acquiesced to by Conservative and Liberal governments respectively, would serve as a one-two combination to Canada’s sovereignty as international solutions and targets on several critical files would become the order of the day for Canada.  Canadian solutions that took advantage of Canadian capacities, including  boundless reserves of clean natural gas energy and CO2-consuming forests, were dead-on-arrival.  It would be the world’s way or the highway!


Stephen Harper and Justin Trudeau lock Canada into global governance schemes
Stephen Harper and Justin Trudeau lock Canada into global governance schemes

The hostile intent displayed to Canada’s national sovereignty through such international give-aways would be replicated at the cultural level as well.  Where once Canadians and Canada stood on the world’s stage as respected and trusted agents with a long history of outsized, positive contributions, they would begin to see themselves as privileged and shameful hypocrites.  And so it was with Motion M-103 that matter-of-factly claimed that Canada was systemically racist and a religious discriminator – particularly when it came to Islam!  There would be no credit given for its tradition of securing individual rights as a precursor to the development of a free and democratic society that would be the envy of the world and capable of attracting people from every corner of the planet and from every race, religion or creed.  After all, Canada was bad!

Canadian leaders declare Canada to be Islamophobic!
Canadian leaders declare Canada to be Islamophobic!

Declarations and shows of hostile intent flowing from leader to citizen would not end with Motion M-103.  Witness the assertions of “genocide” as ambiguous ground radar returns near former “Indian Residential Schools” were taken to be the remains of indigenous children.  This off-the-wall declaration was issued by none other than Canada’s own prime minister and was in line with his proclivity to play favourites when dealing with the nation’s component parts.  Those claiming allegiance to Canada’s traditional values of individual rights and the rule of law are pilloried when they rise up against his more inane policies, like trucker vaccine mandates.  They are set upon with martial law in contrast to those who very nearly shut down the national rail sector in the early winter of 2020.  In the former case there was no room for dialogue while in the latter it was the “best path forward”.  What’s going on?


Martial law for some and teddy bears for others. What's going on in Canada?
Martial law for some and teddy bears for others. What's going on in Canada?
 

Hostile world


The bias continues to this day as pro-Hamas rallies are allowed to shut down campuses and city centers.  After all,  they have the Charter rights to free speech and protest that have eluded our truckers.  Interestingly, this phenomenon of prejudice against those holding the values that used to underpin our liberal democracy has raised its ugly head across the West.  How else to explain the unhindered ability of pro-Hamas elements to threaten and intimidate Jewish populations in downtown Ottawa and throughout the United States and Europe?  How is it that calls for “ceasefire”, take the vaccine, open your borders to illegal migration, arm Ukraine and “build back better” all emanate from Western seats of political power repeatedly and in unison?  And how is it that these same seats of power busy themselves with legislation dedicated to shutting down any opposing views as hateful or disinformation?  Are we being gaslit and herded?


Are citizens of the West being gaslit and herded?
Are citizens of the West being gaslit and herded?

In Germany this legislation has taken the form of the Network Enforcement Law of 2017, in the UK it is the Online Safety Bill of 2023, in Ireland it is the Incitement to Violence or Hatred and Hate Offenses Bill of 2022, in Scotland it’s the Hate Crime and Public Order Act of 2021 and in Canada it’s the draconian Bill C-63 or Online Harms Act.  These legal instruments have much in common including the designation of subjective notions like “hate” and “disinformation” as crimes and using them as cudgels to smash free speech.  Additionally, their implementation is only slightly downstream of the invasion of Western jurisdictions by masses of migrants from non-Christian and non-democratic regions.  This mass movement of, arguably, military-aged males had its impetus with the Arab Spring of 2011 and is seen to be fully compliant with the Sustainable Development Goals of the UN’s Agenda 2030 and its Global Compact for Safe, Regular and Orderly Migration.  Canada, the good global citizen that it is, has taken mass and reckless migration on as its own first-order priority even as it operates in opposition to the national and personal interests of Canada and Canadians respectively.


Mass and reckless migration the order of the day for "good global citizen" Canada?
Mass and reckless migration the order of the day for "good global citizen" Canada?

The fact that Canada is pursuing interests other than its own and hurting itself in the meantime has become readily obvious in the areas of housing and security.  In the former case, the influx of record numbers of migrants has created a demand for housing that is simply untenable given the resources available.  In the latter case, we are seeing the results of importing populations that prize tribe over the rule of law with many holding fast to exclusionary and exceptional theocratic (sharia) governance systems.  The result has been the intimidation and the restriction of movement of Jewish students, and even professors, on Canadian campuses.  The whole thing is reminiscent of Canada in the 1930s and 40s when the numbers of these students was “controlled”.  Such hostile acts and intents may serve a globalist agenda but they hold no weight in Canada unless they can be demonstrably justified in a free and democratic society.  Until they are and in line with Section 52(1) of the Charter, they need to be considered “without force or effect”.  Now to find political representatives who have the royal jelly required to put such understandings forward to the benefit of Canada and Canadians.


Going to work as a University of Toronto professor? Not so fast!
Going to work as a University of Toronto professor? Not so fast!
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians.  Please consider clicking here to support C3RF today.  And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter rights in Canada. You can also view our social media archive here and view our videos here as well as on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




We face a hostile ideology global in scope, atheistic in character, ruthless in purpose and insidious in method.
 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 


Le major Russ Cooper (retraité) s'entretient avec l'un des premiers médecins canadiens à avoir mis sa carrière en jeu en contestant les programmes de vaccination contre le virus de Wuhan.  Peu importe que ses observations et recommandations fondées sur des faits soient désormais considérées comme valables alors que sa province d'origine, la Colombie-Britannique, légifère avec encore plus de tyrannie.  Est-il temps pour eux de rétablir le caractère sacré de la relation médecin-patient?


Voir! La dernière édition du « One Stop Tyrant Shop »


Il est temps d'ajouter de nouveaux éléments au « One Stop Tyrant Shop », car les incursions dans nos droits et libertés garantis par la Charte ne cessent de se multiplier. On se demande comment le Canada a pu devenir un tel pôle d'attraction pour les mesures et les lois gouvernementales visant à transformer les Canadiens en têtes de bétail, mais, comme le montre clairement la 20e version de la « Shop », l'intention et les résultats sont hostiles aux libertés civiles des citoyens! Jetez un coup d'œil!


Voir! Une présentation vidéo de cette mise à jour ici


Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 10 minutes de cette mise à jour du C3RF!


Summary for C3RF Update, 12 Apr 2024 - Game on
 

Actes hostiles


Il était difficile de sortir de l'entretien « In Hot » de la C3RF avec le Dr Stephen Malthouse sans avoir le sentiment que les gouvernements sont en guerre contre leurs médecins - en particulier ceux qui prennent leur serment d'Hippocrate au sérieux.  Que penser d'autre lorsque, à la 17e minute de l'interview, le médecin note que le projet de loi 36 de la Colombie-Britannique, devenu le Health Professions and Occupations Act, vise directement les médecins récalcitrants en punissant leur résistance aux directives médicales bureaucratiques par des amendes allant jusqu'à 500 000 dollars et des années d'emprisonnement!  Comme si cela ne suffisait pas, la même province, par le biais du projet de loi 31 ou de la loi sur la gestion des urgences et des catastrophes, comme indiqué à la 32e minute, s'est donné le droit de saisir votre maison et vos biens « sur un caprice ».  On peut être pardonné de croire que toute l'affaire des interventions d'urgence est devenue une escroquerie visant à perpétrer des actes hostiles contre les braves citoyens du Canada.


Stephen Malthouse cite la Colombie-Britannique comme auteur d'actes hostiles à l'encontre de ses citoyens
Stephen Malthouse cite la Colombie-Britannique comme auteur d'actes hostiles à l'encontre de ses citoyens

Le fait d'imposer des actes hostiles aux Canadiens ne se limite pas à la province de la Colombie-Britannique.  En effet, l'Ontario n'a pas tardé, après l'invocation de la loi fédérale sur les situations d'urgence contre les manifestants du convoi de la liberté 2022, à lancer son propre projet de loi 100, également connu sous le nom de « Loi de 2022 sur le maintien de l'ouverture de l'Ontario aux affaires ». Ce projet de loi autorise la confiscation des véhicules, ainsi que des permis et des assurances qui s'y rapportent, sans procédure régulière.  Il semblerait que l'invocation de lla loi sur les urgences ait donné aux premiers ministres provinciaux du Canada le culot dont ils avaient besoin pour faire un pied de nez à la Charte des droits et libertés qui protégeait leurs propres citoyens et qu'ils avaient juré de servir.  Ceux qui considéraient la Charte comme le bastion des libertés civiles canadiennes seraient très inquiets, car il semblerait que des considérations d'urgence aient suffi à l'écraser sans même un gémissement.


Les droits et libertés garantis par la Charte ont été réduits à néant par l'invocation de la loi sur les situations d'urgence?
Les droits et libertés garantis par la Charte ont été réduits à néant par l'invocation de la loi sur les situations d'urgence?

On pourrait soutenir que les actes hostiles engendrés par l'invocation de l'état d'urgence, y compris le gel rétroactif généralisé des comptes financiers des manifestants et la législation qui en a découlé sous la forme des projets de loi 36 et 100, étaient des excursions raisonnables compte tenu de l'article de la Charte relatif aux « limitations ».  Les droits fondamentaux individuels peuvent être mis de côté s'il existe une « justification démontrable » compatible avec « une société libre et démocratique ».  Le problème est qu'une cour de justice présidée par le juge Richard Mosley de la Cour fédérale n'a pas trouvé une telle justification lorsqu'il a récemment statué que l'invocation de l'état d'urgence était « déraisonnable «  et contrevenait à la fois à l'article 2(b) et à l'article 8 de la Charte.  Quoi qu'il en soit, le gouvernement fédéral a doublé sa mise en œuvre des « actes hostiles » en annonçant immédiatement qu'il ferait appel de la décision de Mosley, alors même qu'il laissait en place ses propres lois hostiles au financement des manifestations, inspirées de l'état d'urgence.  Ce faisant, il a proclamé que les actes hostiles qu'il a imposés au public pendant la pandémie du virus de Wuhan et au-delà n'étaient pas une coïncidence, mais qu'ils étaient voulus.


Le juge de la Cour fédérale Richard Mosley a estimé que l'invocation de l'état d'urgence était « déraisonnable »
Le juge de la Cour fédérale Richard Mosley a estimé que l'invocation de l'état d'urgence était « déraisonnable »
 

Intention hostile


Une fois que l'on s'est habitué à la possibilité que ses propres agences gouvernementales considèrent leurs citoyens avec des intentions hostiles, il est difficile de ne pas s'en apercevoir à chaque tournant.  En effet, lorsque les Canadiens examinent les actions de leurs gouvernements au cours des neuf dernières années, il est difficile de trouver une initiative qui se soit avérée plus bénéfique qu'une autre.  En 2015, par exemple, nous assistons à la signature décisive de l'Agenda 2030 des Nations unies et de l'Accord de Paris sur le changement climatique.  Ces deux accords, approuvés respectivement par les gouvernements conservateur et libéral, allaient constituer une double menace pour la souveraineté du Canada, car les solutions et les objectifs internationaux sur plusieurs dossiers critiques allaient devenir l'ordre du jour pour le Canada.  Les solutions canadiennes qui tirent parti des capacités canadiennes, notamment des réserves illimitées de gaz naturel propre et de forêts consommatrices de CO2, sont mortes d'avance.  C'est ça ou c'est rien.


Stephen Harper et Justin Trudeau enferment le Canada dans des schémas de gouvernance mondiale
Stephen Harper et Justin Trudeau enferment le Canada dans des schémas de gouvernance mondiale

L'intention hostile affichée à l'égard de la souveraineté nationale du Canada par le biais de ces cadeaux internationaux serait également reproduite au niveau culturel.  Alors que les Canadiens et le Canada se présentaient autrefois sur la scène internationale comme des agents respectés et de confiance, avec une longue histoire de contributions positives et remarquables, ils commenceraient à se considérer comme des hypocrites privilégiés et honteux.  C'est ce qui s'est passé avec la motion M-103, qui affirme sans détour que le Canada est systématiquement raciste et qu'il pratique la discrimination religieuse, en particulier à l'égard de l'islam!  Aucun crédit ne serait accordé à sa tradition de protection des droits individuels en tant que précurseur du développement d'une société libre et démocratique qui ferait l'envie du monde entier et serait capable d'attirer des personnes de tous les coins de la planète et de toutes les races, religions ou croyances.  Après tout, le Canada était mauvais!


Les dirigeants canadiens déclarent le Canada islamophobe!
Les dirigeants canadiens déclarent le Canada islamophobe!

Les déclarations et les manifestations d'intention hostile des dirigeants aux citoyens ne se sont pas arrêtées à la motion M-103.  En témoignent les affirmations de « génocide » lorsque des échos radar au sol ambigus près des anciens "pensionnats indiens" ont été considérés comme les restes d'enfants indigènes.  Cette déclaration aberrante a été faite par nul autre que le Premier ministre du Canada et s'inscrit dans sa tendance à faire preuve de favoritisme lorsqu'il s'agit de traiter les composantes de la nation.  Ceux qui se réclament des valeurs traditionnelles du Canada, à savoir les droits individuels et l'État de droit, sont cloués au pilori lorsqu'ils s'élèvent contre ses politiques les plus absurdes, telles que les obligations de vaccination des camionneurs.  Ils sont soumis à la loi martiale, contrairement à ceux qui ont failli fermer le secteur ferroviaire national au début de l'hiver 2020.  Dans le premier cas, il n'y avait pas de place pour le dialogue, alors que dans le second, il s'agissait de la « meilleure voie à suivre ».  Que se passe-t-il?


Loi martiale pour les uns, ours en peluche pour les autres. Que se passe-t-il au Canada?
Loi martiale pour les uns, ours en peluche pour les autres. Que se passe-t-il au Canada?
 

Un monde hostile


La partialité se poursuit encore aujourd'hui, puisque les rassemblements pro-Hamas sont autorisés à fermer les campus et les centres-villes.  Après tout, ils jouissent des droits à la liberté d'expression et de protestation garantis par la Charte, droits qui ont échappé à nos camionneurs.  Il est intéressant de noter que ce phénomène de préjugés à l'encontre de ceux qui défendent les valeurs qui soutenaient notre démocratie libérale s'est manifesté dans tout l'Occident.  Comment expliquer autrement la capacité sans entrave des éléments pro-Hamas à menacer et à intimider les populations juives dans le centre-ville d'Ottawa et dans l'ensemble des États-Unis et de l'Europe?  Comment se fait-il que les appels au « cessez-le-feu », à la vaccination, à l'ouverture des frontières à l'immigration clandestine, à l'armement de l'Ukraine et à « reconstruire en mieux » émanent tous des sièges du pouvoir politique occidental, de manière répétée et à l'unisson?  Et comment se fait-il que ces mêmes sièges du pouvoir s'occupent de la législation visant à faire taire tout point de vue opposé en le qualifiant de haineux ou de désinformation?  Sommes-nous en train de nous faire passer un sapin?


Les citoyens sont de moutons de Panurge?
Les citoyens sont de moutons de Panurge?

En Allemagne, cette législation a pris la forme du Netzwerkdurchsetzungsgesetz de 2017; au Royaume-Uni, il s'agit du projet de loi sur la sécurité en ligne de 2023; en Irlande, du projet de loi sur l'incitation à la violence ou à la haine et les infractions motivées par la haine de 2022; en Écosse, du Hate Crime and Public Order Act de 2021; et au Canada, du projet de loi draconien C-63 ou Online Harms Act.  Ces instruments juridiques ont beaucoup en commun, notamment la désignation de notions subjectives telles que la « haine » et la « désinformation » en tant que crimes et leur utilisation pour briser la liberté d'expression.  En outre, leur mise en œuvre ne se situe que légèrement en aval de l'invasion des juridictions occidentales par des masses de migrants provenant de régions non chrétiennes et non démocratiques.  Ce mouvement de masse d'hommes, sans doute en âge de servir dans l'armée, a été stimulé par le printemps arabe de 2011 et est considéré comme pleinement conforme aux objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 des Nations unies et à son Pacte mondial pour des migrations sûres, régulières et ordonnées.  Le Canada, en bon citoyen du monde qu'il est, a fait de la migration massive et irréfléchie sa première priorité, même si elle va à l'encontre des intérêts nationaux et personnels du Canada et des Canadiens.


L'immigration massive et irresponsable est à l'ordre du jour pour le « généreux citoyen du monde »
L'immigration massive et irresponsable est à l'ordre du jour pour le « généreux citoyen du monde »

Le fait que le Canada poursuive d'autres intérêts que les siens et qu'il se fasse du tort entre-temps est devenu évident dans les domaines du logement et de la sécurité.  Dans le premier cas, l'afflux d'un nombre record de migrants a créé une demande de logements qui est tout simplement intenable compte tenu des ressources disponibles.  Dans le second cas, nous voyons les résultats de l'importation de populations qui privilégient la tribu à l'État de droit, nombre d'entre elles s'accrochant à des systèmes de gouvernance théocratiques (charia) exclusifs et exceptionnels.  Le résultat a été l'intimidation et la restriction des mouvements des étudiants juifs, et même des professeurs, sur les campus canadiens.  Tout cela rappelle le Canada des années 1930 et 1940, lorsque le nombre de ces étudiants était « contrôlé ».  De tels actes et intentions hostiles peuvent servir un programme mondialiste, mais ils n'ont aucun poids au Canada à moins qu'ils puissent être justifiés de manière démontrable dans une société libre et démocratique.  Jusqu'à ce qu'ils le soient et conformément à l'article 52(1) de la Charte, ils doivent être considérés comme « sans effet ».  Il reste maintenant à trouver des représentants politiques qui ont les couilles nécessaires pour mettre en avant de tels accords dans l'intérêt du Canada et des Canadiens.


Vous voulez travailler comme professeur à l'université de Toronto? Pas si vite!
Vous voulez travailler comme professeur à l'université de Toronto? Pas si vite!
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens.  Cliquez ici pour soutenir C3RF dès aujourd'hui.  Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





Nous sommes confrontés à une idéologie hostile d'envergure mondiale, athée par nature, impitoyable dans ses objectifs et insidieuse dans ses méthodes.
 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Yorumlar


bottom of page