C3RF Member Update - 17 Jan, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out.
Note! Consider attending CFTRL 2020 Teach-In. Engage in promoting the rights of all to protection under the Rule of Law in Canada.
Note! Join this letter-writing campaign to secure free speech at UBC
Canada and its “zero-sum” Charter Rights

Last week’s update discussed yet another Canadian government initiative aimed at diminishing the “fundamental” and “legal” rights of its citizens in favour of the equality rights of a particular “identifiable group”. This latest transfer of Charter guarantees is being forced upon the Canadian public through Bill S-202 legislation that seeks to criminalize the advertising of “conversion therapy” or any “material benefit” derived from it. Once again, Canadians are presented with a zero-sum conundrum, the need to protect the equality rights of Canadians to secure unimpeded, one-way transitions to alternative sexual orientations or genders can only come at the expense of their own individual rights and freedoms. Indeed and as seen last week, the blanket criminalization of all “conversion therapies” that would take a person from an alternative sexual orientation or gender to a traditional one dictates that contrary speech cannot be tolerated. It also demands that parents must forego their responsibility and right to “secure the person” of their own children. Its as if equality and individual Charter Rights have been forced into their own corners with each existing as the antithesis of the other. It all prompts the question; how did Canada get to this toxic place where rights compete with each other in such a win-lose fashion?

How did we get here?

Bill S-202 does not represent the first time that group and individual rights have gone toe-to-toe. Recall both provincial and federal legislative efforts that gave us the “reading-in” of “gender identity and expression” into the Section 15 “equality rights” portion of the Charter. In this instance, it was not sufficient to just disallow the singling out of an individual on the basis of this new “grounds for discrimination”. Canadians were also told that they needed to modify their speech to accommodate the preferred pronouns of members of this new “identifiable group” – on pain of being dragged into human rights tribunal proceedings and/ or being shamed and pilloried as a “transphobe”. When one considers the earlier “reading-in” of “sexual orientation” into the same Section 15 of the Charter, it appears that the establishment of new sexualized “grounds for discrimination” is becoming a trend. One wonders, what’s next!

Again and in the case of the introduction of sexual orientation into the Charter, it was not good enough that Canadians could be taken to task for violating this “grounds for discrimination”, they could also be shamed and pilloried as “homophobic” and/ or fined for speaking out against the adverse, but true, dangers associated with related sexual practices. Such was the case with Bill Whatcott and his dealings with Canadian courts at both the provincial and federal levels. It needs to be noted here that these legislative developments did not occur in a vacuum. They were, rather, effected by politicians who were simply following the lead of a judiciary guided by a new 1982 Constitution Act and its embedded Charter. The new Charter emboldened this same judiciary to sidestep a precedent and custom-based “Common Law” when it came to interpreting non-customary legal issues. After all, the Charter was a “purposive document” and required that legal questions be “situated within the actual social, political and legal context in which it arises”. The Charter was not constrained by the Common Law need to accommodate “precedent” and “custom” and was a friend to the creative judicial impulse. Two cases come to mind that not only illustrate the point but laid the groundwork for Canada’s current individual versus equality rights impasse.

Andrews v. Law Society of British Columbia

In 1989 the Supreme Court considered Charter equality rights for the first time. It did so with the case of Mark Andrews, an individual who was qualified for admission to the British Columbia Bar but was refused due to his non-citizenship status. The Court held that his equality rights had been violated and ruled that “an entire class of persons” had been discriminated against “without consideration of educational and professional qualifications”. In doing so, it held that the “grounds specified in Section 15 of the Charter were not exhaustive” and other “analogous” ones could be considered. The door was opened for the courts to “read-in” other grounds of discrimination based on those actually enumerated within the Charter. It went on to do so in the cases of Egan and Vriend v Canada when it considered a ground for discrimination analogous to “sex” in the form of “sexual orientation”.

Egan v Canada

James Egan was a homosexual man who maintained a longstanding relationship with his partner, Norris Nesbit. In 1995 He claimed he had been discriminated against as he was refused old age “spousal” benefits as his same-sex arrangement was not covered under the terms of the government benefit that he sought. The Supreme Court unanimously held that “sexual orientation” could be deemed to be an “analogous” offshoot of the personal characteristic of “sex” and therefore a grounds for discrimination. The appeal, however, was turned down as a 5-4 majority found that discrimination in this case was an acceptable “limitation” on Egan’s equality rights. They determined that the ultimate raison d'être of marriage was “firmly anchored in the biological and social realities that heterosexual couples have the unique ability to procreate, that most children are the product of these relationships” and that it was these social objectives that Parliament wished to afford a measure of support to.

Problem is

The combination of a “purposive” Charter and an activist judiciary eager to shape it in accordance with the context of the times is an extremely worrying prospect. It was of great concern to some of the founders of the 1982 document. Accordingly, Premiers Lougheed, Lyon and Blakeney insisted on the insertion of a “notwithstanding” clause within a new Constitution Act to ensure that “the supremacy of Parliament should prevail over the appointed judiciary”. After all, the Constitution’s 7-50 amending formulae required the support of seven provinces having at least 50% of the Canadian population before changes could be effected. The fact that nine unelected Supreme Court justices can “read-in” changes to the critically important equality rights portion of the Charter stands in stark contrast to the hoops that representatives of the people need to jump through to make such changes.

As it stands now, the development of “analogous” grounds for discrimination is a judicial exercise subject to the push and pull of powerful political agendas capable of shaping the “context of the times”. Such machinations, effected by powerful lobbies and abetted by lazy or opportunistic politicians, have arguably influenced the court to “read-in” such controversial “grounds for discrimination” as “gender identity and expression”. The science behind this particular “grounds” is the subject of intense debate and is by no means settled. Regardless, it seems the courts have decided to abandon any Common Law-type precautionary principle and go with the “transgender moment”. Problem is, in making way for an alternative and unsubstantiated reality they have created a body of contrary folks wedded to the traditional reality. Folks who need to be forced into re-education camps, “quelled” or otherwise have their individual Charter rights clipped? The situation we find ourselves in now? Is it finally time for Canadians with traditional beliefs to begin shaping the “context of our times”?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française

Remarque! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la “mise à jour”. Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous êtes intéressé à aider. Remarque! Envisagez d'assister à la formation CFTRL 2020. S'engager à promouvoir les droits de tous à la protection en vertu de la primauté du droit au Canada. Remarque! Rejoignez cette campagne de rédaction de lettres pour garantir la liberté d'expression à l'UBC

Le Canada et ses droits " à somme nulle " en vertu de la Charte Dans la mise à jour de la semaine dernière, il était question d'une autre initiative du gouvernement Canadien visant à diminuer les droits "fondamentaux" et "légaux" de ses citoyens en faveur des droits à l'égalité d'un "groupe identifiable". Ce dernier transfert des garanties de la Charte est imposé au public Canadien par le projet de loi S-202 qui vise à criminaliser la publicité de la "thérapie de conversion" ou de tout "avantage matériel" qui en découle. Une fois de plus, les Canadiens se retrouvent devant une énigme à somme nulle: la nécessité d/e protéger les droits à l'égalité des Canadiens pour assurer des transitions sans entrave et à sens unique vers d'autres orientations sexuelles ou d'autres genres ne peut se faire qu'au détriment de leurs propres droits et libertés individuels. En effet, comme on l'a vu la semaine dernière, la criminalisation générale de toutes les "thérapies de conversion" qui visent à promouvoir une orientation sexuelle traditionnelle. Elle exige également que les parents renoncent à leur responsabilité et à leur droit de "sécuriser la personne" de leurs propres enfants. Cela revient à dire que l'égalité et les droits individuels garantis par la Charte avaient été imposés dans leur propre coin, chacun étant l'antithèse de l'autre. Tout cela soulève la question suivante: comment le Canada en est-il arrivé à cet endroit toxique où les droits se font concurrence de façon si gagnant-perdant?

Comment en sommes-nous arrivés là ? Le projet de loi S-202 ne constitue pas un précédent. Il ne s'agit pas de la première occasion que les droits collectifs et individuels sont mis en concurrence. Rappelez-vous les efforts législatifs provinciaux et fédéraux qui nous ont permis d'intégrer l'"identité et l'expression sexuelles" dans la partie de l'article 15 de la Charte portant sur les "droits à l'égalité". Dans ce cas-ci, il ne suffisait pas simplement d'interdire la distinction d'une personne sur la base de ce nouveau "motif de discrimination". On a également dit aux Canadiens qu'ils devaient modifier leur discours pour tenir compte des pronoms préférés des membres de ce nouveau "groupe identifiable" - sous peine d'être entraînés dans des procédures devant un tribunal des droits de la personne et/ou d'être humiliés et cloués au pilori comme "transphobe". Si l'on considère l'interprétation antérieure de l'"orientation sexuelle" dans le même article 15 de la Charte, il semble que la reconnaissance de nouveaux "motifs de discrimination" sexualisés devienne une tendance. On se demande quelle est la prochaine étape!

​​Encore une fois, dans le cas de l'introduction de l'orientation sexuelle dans la Charte, il ne suffisait pas que les Canadiens soient pris à partie pour avoir violé ce "motif de discrimination", ils pouvaient aussi être humiliés et mis au pilori comme étant "homophobes" et/ou se voir imposer une amende pour avoir dénoncé les dangers néfastes, mais réels, associés à certaines pratiques sexuelles. C'était le cas de Bill Whatcott et de ses rapports avec les tribunaux Canadiens, tant au niveau provincial que fédéral. Il convient de noter ici que ces développements législatifs ne se sont pas produits en vase clos. Ils ont plutôt été réalisés par des politiciens qui ne faisaient que suivre l'exemple d'une magistrature guidée par une nouvelle Loi constitutionnelle de 1982 et sa Charte intégrée. La nouvelle Charte a enhardi ce même pouvoir judiciaire à contourner un précédent et une "common law" fondée sur la coutume lorsqu'il s'agissait d'interpréter des questions juridiques non coutumières. Après tout, la Charte était un "document fondé sur l'objet visé" et exigeait que les questions juridiques soient "situées dans le contexte social, politique et juridique réel dans lequel elles se posent". La Charte n'était pas limitée par la nécessité de la Common Law de tenir compte des "précédents" et de la "coutume". Aussi, elle était favorable à l'impulsion créatrice des juges. Deux cas me viennent à l'esprit qui non seulement illustrent ce point, mais qui jettent les bases de l'impasse actuelle entre les droits individuels et les droits à l'égalité au Canada.

Andrews c. Law Society of British Columbia ​​En 1989, la Cour suprême s'est penchée pour la première fois sur les droits à l'égalité garantis par la Charte. Elle l'a fait dans le cas de Mark Andrews, une personne qui était admissible au Barreau de la Colombie-Britannique, mais qui s'est vu refuser l'admission en raison de son statut de non-citoyen. La Cour a jugé que ses droits à l'égalité avaient été violés et a statué qu'une "catégorie entière de personnes" avait été victime de discrimination "sans égard aux études et aux qualifications professionnelles". Ce faisant, elle a jugé que les "motifs spécifiés à l'article 15 de la Charte n'étaient pas exhaustifs" et que d'autres motifs "analogues" pouvaient être pris en considération. La porte était ouverte aux tribunaux pour qu'ils "interprètent" d'autres motifs de discrimination fondés sur ceux qui sont effectivement énumérés dans la Charte. C'est ce qu'ils ont fait dans les affaires Egan et Vriend c. Canada, lorsqu'ils ont considéré un motif de discrimination analogue au "sexe" sous la forme de l'"orientation sexuelle".

Egan c. Canada James Egan était un homme homosexuel qui entretenait une relation de longue date avec son partenaire, Norris Nesbit. En 1995, il a prétendu avoir été victime de discrimination, car on lui a refusé des prestations de vieillesse de "conjoint" parce que son entente avec une personne du même sexe n'était pas couverte par les modalités de la prestation gouvernementale qu'il demandait. La Cour Suprême a statué à l'unanimité que l'"orientation sexuelle" pouvait être considérée comme une ramification "analogue" de la caractéristique personnelle du "sexe" et donc comme un motif de discrimination. L'appel a toutefois été rejeté, car une majorité de 5 contre 4 a conclu que la discrimination dans cette affaire constituait une "limitation" acceptable des droits à l'égalité de M. Egan. Ils ont déterminé que la raison d'être ultime du mariage était "fermement ancrée dans les réalités biologiques et sociales que les couples hétérosexuels ont la capacité unique de procréer, que la plupart des enfants sont le produit de ces relations" et que c'était à ces objectifs sociaux que le Parlement souhaitait accorder une certaine mesure de soutien.

Le problème est La combinaison d'une Charte "intentionnelle" et d'une magistrature militante désireuse de la façonner en fonction du contexte de l'époque est une perspective extrêmement inquiétante. Elle a beaucoup préoccupé certains des fondateurs du document de 1982. Par conséquent, les premiers ministres Lougheed, Lyon et Blakeney ont insisté sur l'insertion d'une disposition "dérogatoire" dans une nouvelle Loi constitutionnelle pour faire en sorte que "la suprématie du Parlement l'emporte sur la magistrature nommée". Après tout, la formule de modification 7-50 de la Constitution exigeait l'appui de sept provinces comptant au moins 50 % de la population Canadienne avant que les changements puissent être apportés. Le fait que neuf juges de la Cour Suprême non élus puissent "lire" les changements apportés à la partie de la Charte qui est d'une importance capitale pour les droits à l'égalité contraste fortement avec les obstacles que les représentants du peuple doivent franchir pour apporter ces changements.

Dans l'état actuel des choses, l'élaboration de motifs "analogues" de discrimination est un exercice judiciaire soumis aux pressions politiques de groupes influents aux programmes politiques capables de façonner le "contexte de l'époque". De telles machinations, menées par de puissants lobbies et encouragées par des politiciens paresseux ou opportunistes, ont sans doute incité le tribunal à "lire" des "motifs de discrimination" aussi controversés que "l'identité et l'expression sexuelles". La science derrière ces "motifs" particuliers fait l'objet d'un débat intense et n'est nullement réglée. Quoi qu'il en soit, il semble que les tribunaux aient décidé d'abandonner tout principe de précaution de type Common Law et d'opter pour le "moment transgenre". Le problème est qu'en faisant place à une réalité alternative et non fondée, ils ont créé une catégorie de gens de personnes supposément déviantes, qui ont le malheur de rester attachés à la tradition. On en vient à penser que ces gens-là qui doivent être forcés à participer à des camps de rééducation, à être "étouffés" ou à être privés de leurs droits individuels garantis par la Charte? Voilà la situation dans laquelle nous nous trouvons maintenant. Est-il enfin temps pour les Canadiens et Canadiennes ayant des croyances traditionnelles de commencer à façonner le "contexte de notre époque"?

Merci pour votre soutien continu Votre appui fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment malheureux que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués par tous les milieux, y compris nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de bienfaisance lorsque nous le pouvons. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui. Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici. Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon