C3RF Member Update - 20 Mar, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Note! Sign petition and say “NO” to Bills S-202 and C-8 (Conversion Therapy)

Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out

Parents in prison

Covid-19 emergency be damned as twin legislative efforts, in the form of Senate Bill S-202 and House of Commons Bill C-8, proceed apace to criminalize “conversion therapy”. Recall that these bills assume that all “conversion therapies” are harmful if their object is to assist persons to move from unwanted, non-traditional sexual orientations or gender identities to traditional ones. It’s game on, however, if the therapy takes you in the other direction as Bill C-8 specifically states that “conversion therapy means a practice, treatment or service designed to change a person’s sexual orientation to heterosexual or gender identity to cisgender”. The new law could not be more biased in the case of children under the age of eighteen. This, as parents wishing to guide a child to normalcy through talk therapies, or even prayer, could land themselves in the slammer for five years - even as the same child could be set upon by educational and judicial apparatchiks to undergo irreversible hormone therapy treatments and surgical interventions against the parent’s wishes. Just which set of therapies is the harmful one? Particularly given the fact that research indicates that:

When it comes to putting folks in jail, should it be the caring parent operating in good faith and supported by authoritative research? Or should it be the educator and legislator who does not?

The raid on parental rights and free speech

Unfortunately, this bizarre form of child abuse, to be legally sanctioned by Bills S-202 and C-8, is being played out in British Columbia’s educational and legal systems as a father fights to save his daughter from such unnatural interventions. The British Columbia case hit the presses in the spring of 2019 when the father was found guilty of “family violence for resisting the State’s efforts to transition his daughter and for refusing to use male pronouns in referring to her. This Kafkaesque turn of events speaks to a judicial system that has wandered far from the concept of “natural law”. So much so that it now finds itself issuing gag orders to keep the public from knowing just how invasive the State has become in overriding parental rights. It seems as though previous Supreme Court rulings that determined it was “plain that the right to nurture a child, to care for its development, and to make decisions for it in fundamental matters… are part of the liberty interest of a parent” are lost to a legal system mired in a need to soothe the sensibilities of self-confessed victims groups. Signing this C3RF petition will demonstrate your opposition to both Bill S-202 and C-8 as it is addressed to relevant authorities in both the Senate and House of Commons.

From gag orders to the sidetracking of public debate

As the judicial system busies itself with gagging parents who dare display a natural affinity for their children, the political system is no less diligent in sidetracking meaningful public debate. This latter development is evidenced by the donnybrook currently playing out in the Conservative Party of Canada leadership race. The cat was set amongst the pigeons when a leadership hopeful, Jim Karahalios, drew a bead on Erin O’Toole’s campaign manager by noting the latter’s involvement with Sharia financial instruments. Accordingly, he tweeted to all and sundry to “say no to Sharia Law. Stop Erin O’Toole”. What followed was a re-run of the Motion M-103 Islamophobia debate as the doctrine and ideas associated Islamic law were conflated with a hatred of Muslims and racism. Aside from the fact that being a Muslim is a religious affiliation rather than a racial one, the use of the term Islamophobia to describe Mr. Karahalios is ambivalent as it is incapable of distinguishing between what is hateful and what is idea-centric criticism

Is Sharia in Canada an issue worthy of public debate?

It would seem that Mr. O’Toole has no problem discerning the enigma that is Sharia Law. In response to Mr. Karahalios’ observations he was quick to state that, “I will always fight against Sharia Law” in a campaign letter to his supporters. Perhaps he is aware of the discriminatory nature of Islamic legal doctrine when it comes to non-Muslims, women, apostates and a long list of other identifiable groups including those associated with non-traditional sexual orientations. Perhaps he is familiar with the authoritative Sharia handbook, The Reliance of the Traveller”, that is sanctioned by modern day Islamic scholars and groups such as Al-Azhar University. Al-Azhar is the seat of Sunni Islamic jurisprudence and it certified the English translation of the “Reliance” as “corresponding to the original Arabic edition and to be in conformance with “the practice and faith of the orthodox Sunni community.” Just the same, he and others were quick to label Mr. Karahalios as Islamophobic and racist seemingly skipping over the problems that Sharia Law presents to a Western liberal democracy. Was this fair? Just how problematic are the Sharia financing instruments supported by Mr. O’Toole’s campaign manager?

Sharia finance and “fighting for Allah”

The “Reliance of the Traveller” is explicit in its treatment of Sharia financing requirements. Prime among these concepts is the regulatory arrangements associated with one of the five pillars of the religion – that of almsgiving or “zakat”. Under Sharia, it is obligatory for all to contribute 2.5% of their financial holdings (Reliance section H4.2) to zakat that will be further distributed to eight, specific areas of need. These eight areas include the poor and “those fighting for Allah” (Reliance section H8.17). Herein lies the problem for Mr. O’Toole and his campaign manager, is the former fully knowledgeable regards the thoughts of the latter on this facet of Sharia financing? It may be that the campaign manager had no intention of building jihad-orientated zakat into the Sharia instruments he held or advised on but is this not a valid issue for debate by Mr. O’Toole, his Party and the voting public? Seen in this light, Mr. Karahalios’ call to “stop Sharia Law” and call Mr. O’Toole’s campaign manager to account is not racist. Rather than this, is it not prudent?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française
A noter! Signez la pétition et dites "NON" aux projets de loi S-202 et C-8 (thérapie de conversion)
A noter! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la "mise à jour". Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous souhaitez aider.
Parents en prison

Qu'on mette de côté l'urgence du Covid-19 car le double effort législatif, sous la forme du projet de loi S-202 du Sénat et du projet de loi C-8 de la Chambre des communes, progresse rapidement pour criminaliser la "thérapie de conversion". Rappelons que ces projets de loi partent du principe que toutes les "thérapies de conversion" sont nuisibles si leur objet est d'aider les personnes à passer d'une orientation sexuelle ou d'une identité de genre non traditionnelle et non désirée à une orientation ou une identité de genre traditionnelle. Mais la partie est gagnée d'avance si la thérapie vous emmène dans l'autre direction, car le projet de loi C-8 stipule expressément que "la thérapie de conversion est une pratique, un traitement ou un service visant à changer l'orientation sexuelle d'une personne en une orientation hétérosexuelle ou son identité de genre en une identité de genre". La nouvelle loi ne pourrait pas être plus biaisée dans le cas des enfants de moins de dix-huit ans. En effet, les parents souhaitant guider un enfant vers la normalité par le biais de thérapies par des discussions, voire de la prière, pourraient se retrouver en prison pendant cinq ans - alors que le même enfant pourrait être contraint par des appareils éducatifs et judiciaires à subir des traitements d'hormonothérapie irréversibles et des interventions chirurgicales contre la volonté du parent. Quelle est la série de thérapies qui est la plus néfaste? D'autant plus que les recherches l'indiquent:

Lorsqu'il s'agit de mettre des gens en prison, le parent qui s'occupe de l'enfant doit-il être de bonne foi et s'appuyer sur des recherches qui font autorité? Ou est-ce l'éducateur et le législateur qui ne le fait pas?

Le raid sur les droits parentaux et la liberté d'expression

Malheureusement, cette forme bizarre de maltraitance des enfants, qui sera légalement sanctionnée par les projets de loi S-202 et C-8, se joue dans les systèmes éducatif et juridique de la Colombie-Britannique, alors qu'un père se bat pour sauver sa fille de ces interventions anormales. L'affaire de la Colombie-Britannique a fait les gros titres au printemps 2019, lorsque le père a été reconnu coupable de "violence familiale" pour avoir résisté aux efforts de l'État en faveur de la transition de sa fille et pour avoir refusé d'utiliser des pronoms masculins pour la désigner. Cette tournure kafkaïenne des événements témoigne d'un système judiciaire qui s'est éloigné du concept de "droit naturel". À tel point qu'il se retrouve aujourd'hui à décréter des bâillons pour empêcher le public de savoir à quel point l'État est devenu envahissant dans les droits parentaux prépondérants. Il semble que les précédents arrêts de la Cour suprême qui ont déterminé qu'il était "évident que le droit d'élever un enfant, de prendre soin de son développement et de prendre des décisions pour lui dans des questions fondamentales... font partie de l'intérêt de liberté d'un parent" sont perdus pour un système juridique embourbé dans un besoin d'apaiser les sensibilités des groupes de victimes qui se reconnaissent comme tels. En signant cette pétition C3RF, vous manifesterez votre opposition aux projets de loi S-202 et C-8, car elle s'adresse aux autorités compétentes du Sénat et de la Chambre des communes.

De la censure à la déviation du débat public

Alors que le système judiciaire s'occupe de bâillonner les parents qui osent montrer une affinité naturelle pour leurs enfants, le système politique n'est pas moins diligent pour détourner un débat public significatif. Cette dernière évolution est attestée par le scandale que constitue actuellement la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada. L'attention de tous s'est tournée vers le candidat à la direction du parti, Jim Karahalios, lorsqu'il s'est attaqué au directeur de campagne d'Erin O'Toole en notant l'implication de ce dernier dans les instruments financiers de la charia. En conséquence, il a tweeté à tout le monde pour "dire non à la charia. Arrêtez Erin O'Toole". Il s'en est suivi une reprise du débat sur l'islamophobie dans le cadre de la motion M-103, car la doctrine et les idées associées à la loi islamique ont été confondues avec la haine des musulmans et le racisme. Outre le fait qu'être musulman est une affiliation religieuse plutôt que raciale, l'utilisation du terme "islamophobie" pour décrire M. Karahalios est ambivalente car elle est incapable de distinguer entre ce qui est haineux et ce qui est une critique centrée sur des idées.

La charia au Canada est-elle une question qui mérite un débat public?

Il semblerait que M. O'Toole n'ait aucun problème à discerner l'énigme qu'est la charia. En réponse aux observations de M. Karahalios, il s'est empressé de déclarer que "je lutterai toujours contre la charia" dans une lettre de campagne adressée à ses partisans. Il est peut-être conscient de la nature discriminatoire de la doctrine juridique islamique lorsqu'il s'agit des non-musulmans, des femmes, des apostats et d'une longue liste d'autres groupes identifiables, y compris ceux qui sont associés à des orientations sexuelles non traditionnelles. Peut-être connaît-il le manuel de la charia, "La Dépendance du Voyageur", qui fait autorité et qui est approuvé par les érudits islamiques modernes et des groupes tels que l'université Al-Azhar. Al-Azhar est le siège de la jurisprudence islamique sunnite et a certifié que la traduction anglaise de "La dépendance" "correspond à l'édition arabe originale et est conforme à "la pratique et la foi de la communauté sunnite orthodoxe". De même, lui et d'autres ont rapidement qualifié M. Karahalios d'islamophobe et de raciste, passant ainsi sous silence les problèmes que la charia pose à une démocratie libérale occidentale. Était-ce juste? À quel point les instruments de financement de la charia, appuyés par le directeur de campagne de M. O'Toole, sont-ils problématiques?

La finance de la charia et le "combat pour Allah"

La "Dépendance du Voyageur" est explicite dans son traitement des exigences de financement de la charia. Au premier rang de ces concepts figurent les dispositions réglementaires associées à l'un des cinq piliers de la religion - celui de l'aumône ou "zakat". Selon la charia, il est obligatoire pour tous de contribuer à hauteur de 2,5 % de leurs avoirs financiers (section H4.2 de La dépendance) à la zakat qui sera ensuite distribuée à huit zones de besoins spécifiques. Ces huit domaines comprennent les pauvres et "ceux qui se battent pour Allah" (section H8.17 de La dépendance). C'est là que réside le problème pour M. O'Toole et son directeur de campagne. Le premier est-il bien informé des réflexions ce dernier sur cette facette du financement de la charia? Il se peut que le directeur de campagne n'ait pas eu l'intention d'intégrer la zakat orientée vers le djihad dans les instruments de la charia qu'il détenait ou sur lesquels il donnait des conseils, mais cette question ne peut-elle pas être débattue par M. O'Toole, son parti et les électeurs? Vu sous cet angle, l'appel de M. Karahalios à "arrêter la charia" et à demander des comptes au directeur de campagne de M. O'Toole n'est pas raciste. Au contraire, n'est-ce pas prudent?

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon