C3RF Member Update - 03 Apr, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Note! Sign petition and say “NO” to Bills S-202 and C-8 (Conversion Therapy)

This issue is flying under the radar screen due to the attention being paid to the Wuhan virus crisis. Nevertheless, it represents a major attack by government forces on the freedom of individual Canadians to live their lives in accordance with their own beliefs and for parents to protect their children from malformed, unsubstantiated and dangerous therapies – therapies that stand to inflict permanent damage.

Flatten the curve, crush the Charter

As Canada wades deeper into the panic generated by the Wuhan virus crisis, we see a crescendo of calls to “flatten the curve”. The pleadings are in response to the ever-increasing numbers of infected and dead and the failure of the Canadian health system to accommodate the related need for additional ICU beds, ventilators and Personal Protective Equipment (PPE). The resulting apprehension has given rise to draconian methods, including the invocation of the Quarantine Act, to keep Canadians from infecting each other by locking them down. This frenetic and narrow effort has come at the cost of nearly $100 billion in extra debt to cover the loss of jobs and economic activity that the lockdown has brought. The situation has become so serious that chains of supply are now threatened due to chokepoints in the transportation system. Canadians now stand to lose the ability to put food on their table even as their rights to religion, assembly and association are undone before their eyes.

In effect, the inability of the health system to surge as needed to counter the Wuhan virus has manifested itself in a progressive, nation-wide slide into depravity and tyranny. One would think that, with the stakes so high, a plan would be put in place that drew the nation’s considerable resources and talents together to defeat the problem and return Canada to its place as a premier Western liberal democracy. All we hear, though, is the need to maintain “social distancing” until the “curve is flattened” – or “planked” (if you’re looking to use a groovier vernacular). It will take as long as it takes and we can worry about the damage to the economy and personal rights until after the virus is vanquished. Rather than plan to mitigate the impact of the virus, we allow ourselves to be herded onto cattle cars headed for oblivion.

SMEAC - Situation, Mission, Execution, Administration, Command and Control

Just over 50 years ago a young recruit was introduced to the concept of military operational planning as part of his bootcamp training. He and the other 18 and 19-year-olds learned that the realization of military objectives in the field required that the problem be “situated” before an operational mission order could be communicated and executed. As well, they were taught that no military operation could hope to succeed in the absence of administrative efforts that took care of pesky logistical concerns or without the emplacement of well understood command and control arrangements capable of accommodating changed circumstances once the proverbial “hit the fan”. And so, we were all taught to plan by “SMEAC” (pronounced “shmeeak”) to lead troops in the field to victory. For the recruit in question, he went on to use the principles of SMEAC in executing combat fighter operations. The fighter-specific planning schemes he used all recognized the importance of “situating” the problem up front before anything else could be considered. How is it that the federal government has yet to do the same with the Wuhan virus emergency?

SMEAC breakout

The planning principles resident within “SMEAC” can be summarized as follows:

  • “Situation”, includes the requirement to assess both friendly and enemy forces that can be brought to bear in the assigned battlespace. In addition, the most likely and worst-case courses of action that the enemy could pursue are analysed so that relevant “off ramps” to the plan can be considered;

  • “Mission” details the what, who, where, when and why of the operation and describes what success looks like;

  • “Execution” relates the Commander’s intent, the concept of operations, tasks and coordinating instructions if required;

  • “Administration” details how “bad guys and bandages” will be handled and how “beans, bullets and batteries” will be supplied; while

  • “Command and signals” identify how communications will be effected in both primary and backup modes and who the leaders are.

It goes without saying that the overall plan that drops out of the SMEAC process is only as good as the data and assumptions that are fed-in up front to “situate” the problem. It would appear that Canada did not involve itself in this critical phase of the planning process but, rather, simply accepted the advice and prescriptions spoon-fed to it by the World Health Organization and its affiliated medical experts?

“Situate”

Unfortunately, Canadian authorities skipped “situating” the Wuhan virus crisis. Rather than this, they accepted initial WHO assertions that human-to-human transmission of the virus was unlikely and, later, that asymptomatic persons could not pass on the disease. Throwing caution to the wind and in an effort to appear inclusive and respectful of other races and cultures, Canadian authorities then went on to accept the WHO recommendation to not restrict international travel – even as it implemented lax screening protocols (pamphlet handouts) at the nation’s airports. In all fairness, virus-related data and information that initially came out of China was spotty if not outright false. This, however, cannot excuse Canadian authorities from the responsibility of exercising precautionary principles and learning from its similar failures during the SARS crisis of 2003.

As testing efforts expanded and more data was made available from non-Chinese sources, we saw Canadian politicians move away from WHO recommendations to not employ travel restrictions and begin to progressively lockdown provinces and communities. The change in approach was remarkable as measures were implemented with “an abundance of caution” and in line with developments on the American scene. Still, the nation’s efforts at situating its own problem through a robust, data-based approach were minimal. The only data that it seemed to consider and present to the public were the accumulating numbers of “infected” and “dead”. Lost in the mix were other numbers that indicated:

Clearly, the analysis of such data points might very well lead to the pursuit of measures capable of mitigating the Wuhan virus threat while enabling economic activity and preserving civil liberties. This being the case, a new “mission” aimed at addressing all three objectives concurrently could be entertained. Better this than blindly pursuing the “lockdown until the virus goes away” approach indeterminately?

“Mission”

Given the fuller picture that a comprehensive “situation” analysis of the Wuhan virus crisis might give, a new mission emerges. This “mission” is multi-faceted in nature and capable of embracing three major objectives:

  • preserving the Charter Rights of Canadian citizens as much as is possible while;

  • diminishing the Wuhan virus to minimal levels until it can be completely vanquished; and

  • restoring normal economic activity.

The preservation of Charter Rights is key to a nation that defines itself on the basis of its inherent freedoms. It needs to be noted, however, that Section 1 of the Charter provides for “reasonable” limits to be placed on these freedoms if they can be demonstrated to be justifiable in a free and democratic society. This subjective language is open to abuse by both political and judicial authorities and the former can be seen to using the Wuhan crisis to justify the displacement of these civil liberties out of hand. This is a very worrisome development and speaks to the need to call up the “Oakes Test” to put a brake on the ability of political elites to strip away the Charter Rights of everyday Canadians. This Supreme Court test demands that limitations on our individual rights serve the purpose identified, are in proportion to the remedy inherent in the law being advanced and that the rights themselves be minimally impacted. Why has such a test not been applied to the “lockdown until the virus goes away” approach? Why are government authorities allowed to strip us of our Charter Rights so easily when the Charter was written specifically to protect the citizen from such an eventuality?

The diminishment of the adverse effects of the Wuhan virus, while concurrently assuring the maintenance of a vibrant economy, has been affected by various jurisdictions around the world. These include Singapore and Taiwan and there is no reason, given the knowledge and innovations noted in the “Situate” section of this paper, that Canada can’t realize similar successes. As it stands now with our political and medical leaders focused myopically on the “lockdown until the virus goes away” approach, it only appears that these same leaders are more concerned with consolidating power than serving their constituents.

This perception was heightened at the federal level with the presentation of legislation that provided for unlimited spending and taxing powers until the end of 2021! This unseemly development was nipped in the bud at the last minute by the protestations of a sole Member of Parliament - Scott Reid. In his own words, had the legislation passed we would have seen “In a flash, Canada would have ceased to have Responsible Government until the year 2022”. Regardless and as an immediate concern, our political leaders need to put in place an effective plan to deal with the Wuhan virus that incorporates a detailed “situation” appraisal and is followed up by an effective “mission” statement. The “execution”, “administration” and “command” of a successful operation that sees the defeat of the Wuhan virus threat awaits these two developments.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française
A noter! Signez la pétition et dites "NON" aux projets de loi S-202 et C-8 (thérapie de conversion)
Cette question passe inaperçue en raison de l'attention portée à la crise du virus de Wuhan. Néanmoins, elle représente une attaque majeure des forces gouvernementales contre la liberté des individus de vivre leur vie conformément à leurs propres convictions et celle des parents de protéger leurs enfants contre des thérapies malformées, non fondées et dangereuses - des thérapies qui risquent d'infliger des dommages permanents.
Aplatir la courbe, écraser la Charte

Alors que le Canada s'enfonce dans la panique générée par la crise du virus de Wuhan, nous voyons un crescendo d'appels à "aplatir la courbe". Les plaidoiries sont en réponse au nombre toujours croissant de personnes infectées et de décès et à l'incapacité du système de santé Canadien à répondre aux besoins connexes de lits supplémentaires dans les unités de soins intensifs, de ventilateurs et d'équipements de protection individuelle (EPI). L'appréhension qui en résulte a donné lieu à des méthodes draconiennes, notamment l'invocation de la Loi sur la Quarantaine, pour empêcher les Canadiens de s'infecter mutuellement en les enfermant. Cet effort frénétique et étroit s'est fait au prix de près de 100 milliards de dollars de dettes supplémentaires pour couvrir les pertes d'emplois et d'activité économique que le verrouillage a entraînées. La situation est devenue si grave que les chaînes d'approvisionnement sont maintenant menacées en raison des points d'étranglement dans le système de transport. Les Canadiens risquent maintenant de perdre la possibilité de mettre de la nourriture sur leur table alors même que leurs droits à la religion, à la réunion et à l'association sont anéantis sous leurs yeux.

En effet, l'incapacité du système de santé à se développer comme il se doit pour contrer le virus de Wuhan s'est manifestée par un glissement progressif, à l'échelle nationale, vers la dépravation et la tyrannie. On pourrait penser qu'avec des enjeux aussi élevés, un plan serait mis en place qui rassemblerait les ressources et les talents considérables de la nation pour vaincre le problème et redonner au Canada sa place de première démocratie libérale occidentale. Tout ce que nous entendons, cependant, c'est la nécessité de maintenir une "distance sociale" jusqu'à ce que la "courbe soit aplatie" - ou "planquée" (si vous cherchez à utiliser un langage plus agréable). Cela prendra autant de temps qu'il faudra et nous pouvons nous inquiéter des dommages causés à l'économie et aux droits des personnes jusqu'à ce que le virus soit vaincu. Plutôt que de prévoir d'atténuer l'impact du virus, nous nous laissons entraîner dans des wagons à bestiaux qui vont vers l'oubli.

SMEAC - Situation, mission, exécution, administration, commandement et contrôle

Il y a un peu plus de 50 ans, une jeune recrue a été initiée au concept de planification opérationnelle militaire dans le cadre de son entraînement au bootcamp. Lui et les autres jeunes de 18 et 19 ans ont appris que la réalisation des objectifs militaires sur le terrain exigeait que le problème soit "situé" avant qu'un ordre de mission opérationnelle puisse être communiqué et exécuté. Ils ont également appris qu'aucune opération militaire ne pouvait espérer réussir en l'absence d'efforts administratifs pour régler les problèmes logistiques ou sans la mise en place d'un système de commandement et de contrôle bien compris, capable de s'adapter à l'évolution des circonstances une fois que le proverbial "coup de fouet" a été donné. C'est ainsi que le "SMEAC" (prononcer "chmique") nous a appris à planifier pour mener les troupes sur le terrain vers la victoire. Pour la recrue en question, il est allé jusqu'à utiliser les principes du SMEAC dans l'exécution des opérations de combat. Les schémas de planification spécifiques aux chasseurs qu'il a utilisés reconnaissaient tous l'importance de "situer" le problème en amont avant de pouvoir envisager autre chose. Comment se fait-il que le gouvernement fédéral n'ait pas encore fait de même avec l'urgence du virus de Wuhan?

Le déclenchement du SMEAC

Les principes de planification qui résident au sein du "SMEAC" peuvent être résumés comme suit:

  • "Situation", comprend l'obligation d'évaluer les forces amies et ennemies qui peuvent être mises à contribution dans l'espace de combat assigné. En outre, les lignes de conduite les plus probables et les plus défavorables que l'ennemi pourrait suivre sont analysées afin que les "rampes de sortie" pertinentes pour le plan puissent être prises en compte;

  • La "mission" détaille le quoi, le qui, le où, le quand et le pourquoi de l'opération et décrit à quoi ressemble le succès;

  • "L'exécution" concerne l'intention du commandant, le concept des opérations, les tâches et les instructions de coordination si nécessaire;

  • La rubrique "Administration" explique comment les "méchants et les pansements" seront traités et comment les "vivres, les balles et les piles" seront fournis ; tandis que la rubrique

  • "Commandement et signaux" déterminent comment les communications seront affectées en mode principal et en mode de secours et qui sont les chefs.

Il va sans dire que le plan global qui sort du processus SMEAC n'est valable que si les données et les hypothèses qui sont introduites d'emblée pour "situer" le problème le sont aussi. Il semblerait que le Canada ne se soit pas impliqué dans cette phase critique du processus de planification, mais qu'il ait simplement accepté les conseils et les prescriptions qui lui ont été biberonnés par l'Organisation mondiale de la santé et ses experts médicaux affiliés?

"Situer"

Malheureusement, les autorités Canadiennes ont omis de "situer" la crise du virus de Wuhan. Au lieu de cela, elles ont accepté les premières affirmations de l'OMS selon lesquelles la transmission interhumaine du virus était peu probable et, plus tard, que les personnes asymptomatiques ne pouvaient pas transmettre la maladie. Faisant preuve de prudence et dans un effort pour paraître inclusif et respectueux des autres races et cultures, les autorités Canadiennes ont ensuite accepté la recommandation de l'OMS de ne pas restreindre les voyages internationaux - même si elles ont mis en place des protocoles de dépistage laxistes (brochures) dans les aéroports du pays. En toute justice, les données et les informations relatives aux virus qui sont initialement sorties de Chine étaient incomplètes, voire carrément fausses. Cela ne peut toutefois pas dispenser les autorités Canadiennes de la responsabilité de faire preuve de prudence et de tirer les leçons de leurs échecs similaires lors de la crise du SRAS en 2003.

Au fur et à mesure que les efforts de test se développaient et que de plus en plus de données étaient disponibles auprès de sources non chinoises, nous avons vu les politiciens Canadiens s'écarter des recommandations de l'OMS de ne pas recourir aux restrictions de voyage et commencer à verrouiller progressivement les provinces et les communautés. Ce changement d'approche a été remarquable, car les mesures ont été mises en œuvre avec "beaucoup de prudence" et en accord avec l'évolution de la situation sur la scène américaine. Néanmoins, les efforts du pays pour situer son propre problème par le biais d'une approche solide et basée sur des données ont été minimes. Les seules données qu'elle semblait prendre en compte et présenter au public étaient le nombre cumulé de personnes "infectées" et "mortes". Les autres chiffres qui l'indiquaient étaient perdus dans la foulée :
Il est clair que l'analyse de ces points de données pourrait très bien conduire à la poursuite de mesures capables d'atténuer la menace du virus de Wuhan tout en permettant l'activité économique et en préservant les libertés civiles. Dans ce cas, une nouvelle "mission" visant à atteindre ces trois objectifs simultanément pourrait être envisagée. Mieux vaut cela que de poursuivre aveuglément l'approche du "verrouillage jusqu'à ce que le virus disparaisse" de manière indéterminée?
"Mission"

Compte tenu de l'image plus complète que pourrait donner une analyse exhaustive de la "situation" de la crise du virus de Wuhan, une nouvelle mission émerge. Cette "mission" est de nature multidimensionnelle et peut englober trois grands objectifs:

  • préserver autant que possible les droits des citoyens Canadiens garantis par la Charte;

  • réduire le virus de Wuhan à des niveaux minimaux jusqu'à ce qu'il puisse être complètement vaincu; et

  • le rétablissement d'une activité économique normale.

La préservation des droits garantis par la Charte est essentielle pour une nation qui se définit sur la base de ses libertés inhérentes. Il convient toutefois de noter que l'article 1 de la Charte prévoit que des limites "raisonnables" doivent être imposées à ces libertés s'il peut être démontré qu'elles sont justifiables dans une société libre et démocratique. Ce langage subjectif est susceptible d'être utilisé de manière abusive par les autorités politiques et judiciaires et on peut considérer que les premières utilisent la crise de Wuhan pour justifier le déplacement de ces libertés civiles de manière incontrôlée. Cette évolution est très inquiétante et témoigne de la nécessité de faire appel au "test d'Oakes" pour mettre un frein à la capacité des élites politiques de priver les Canadiens ordinaires des droits garantis par la Charte. Ce test de la Cour suprême exige que les limitations de nos droits individuels servent l'objectif identifié, soient proportionnelles au recours inhérent à la loi avancée et que les droits eux-mêmes soient peu affectés. Pourquoi un tel test n'a-t-il pas été appliqué à l'approche du "verrouillage jusqu'à ce que le virus disparaisse"? Pourquoi les autorités gouvernementales sont-elles autorisées à nous priver si facilement des droits que nous confère la Charte alors que celle-ci a été rédigée spécifiquement pour protéger le citoyen d'une telle éventualité?

La diminution des effets néfastes du virus de Wuhan, tout en assurant le maintien d'une économie dynamique, a été affectée par diverses juridictions dans le monde. Parmi celles-ci figurent Singapour et Taïwan et il n'y a aucune raison, compte tenu des connaissances et des innovations mentionnées dans la section "Situer" de ce document, que le Canada ne puisse pas connaître des succès similaires. Dans l'état actuel des choses, avec nos dirigeants politiques et médicaux qui se concentrent de manière myope sur l'approche du "verrouillage jusqu'à ce que le virus disparaisse", il semble seulement que ces mêmes dirigeants soient plus soucieux de consolider le pouvoir que de servir leurs électeurs.

Cette perception a été renforcée au niveau fédéral avec la présentation d'une législation prévoyant des pouvoirs de dépense et d'imposition illimités jusqu'à la fin de 2021! Cette évolution incongrue a été étouffée dans l'œuf à la dernière minute par les protestations d'un seul député - Scott Reid. Selon ses propres termes, si la loi avait été adoptée, nous aurions vu "En un éclair, le Canada aurait cessé d'avoir un gouvernement responsable jusqu'en 2022". Quoi qu'il en soit et comme préoccupation immédiate, nos dirigeants politiques doivent mettre en place un plan efficace pour faire face au virus de Wuhan qui intègre une évaluation détaillée de la "situation" et qui soit suivi d'une déclaration de "mission" efficace. "L'exécution", "l'administration" et le "commandement" d'une opération réussie qui verra la défaite de la menace du virus de Wuhan attendent ces deux développements.

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon