C3RF Member Update - 10 Apr, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out.

Read! A Canadian cleric speaks out on biased, unCanadian 'Conversion Therapy' legislation

A practising Canadian cleric asks “where is the justice” when it comes to Senate Bill S-202 and House of Commons Bill C-8 (conversion therapy). These two pieces of legislation track each other in forbidding therapies that move an individual away from unwanted, non-traditional sexual orientations and identities while promoting those that move children towards them. In doing so the good Reverend asks many good questions and makes many good observations. The Reverend's letter is well worth the read and a great deal of thought – particularly by Canadian Senators and Members of Parliament.

Science or Lysenkoism

From the very beginnings of the Wuhan virus crisis, Canadian political authorities have proudly proclaimed their dedication to “science” and the advice of medical experts. Unfortunately, when it comes to this same crisis, the results of their dogged devotion have been less than stellar. This, as the measures they have put in place to originally deal with the contagion have done nothing to contain it. Indeed, the country now has a situation where the spread has gone from being traveler to community-based with many of the government’s original measures being reversed. And so, we see the policy of unrestricted travel into the country, through both legal (air) and illegal (Roxham Road) means, switched to one of controlled and limited access. In a similar fashion, assurances that the threat posed by the disease to Canadians was low and only possible given symptomatic carriers have been sidelined and replaced by a country-wide lock down with:

What went wrong with the science?

What went wrong with the science can be summed up in three words, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Mr. Ghebreyesus is the Director General of the UN’s World Health Organization (WHO) and is the spokesperson for the science that Canada blindly accepted. This Ethiopian politician and communist, however, has no medical background and acceded to his position by virtue of a very strong lobbying effort by the Chinese government. It is more than apparent now that his strong ties to China have manifested themselves in decisions that have favoured that country’s handling of the virus – decisions that ended up delaying worldwide notification of the contagion, asserting that human-to-human transmission was not possible and recommending continued, unrestricted global air travel.

Like Trofim Lysenko, Stalin’s agriculture minister and the man responsible for the starvation of millions, Mr. Ghebreyesus has been more responsive to political ideology rather than to biology. Canada, with its naïve and embarrassing kowtowing to the concept of globalism and all things emanating from the United Nations, likewise found itself trusting in Lysenkoism rather than science.

The fake science behind “flatten the curve”

Make no mistake, the “flatten the curve” craze is not meant to eradicate the Wuhan virus. Rather than this, the social distancing measures it demands are designed to tamp down the disease and save medical systems from being overwhelmed. All of the job losses, all of the debt and all of the loss of civil liberties will be long-lived as the virus is never given a definitive blow. Rather than this, it is allowed to percolate in the background - over an indefinite time period. This is clearly being taken into account with Ontario provincial modelling that sees the need for up to two years of lockdown to accommodate likely secondary and tertiary waves of the virus. Would Canada even be recognizable after such a stint of mass isolation? By way of reinforcing the indefinite nature of the lockdown scenario, it is noteworthy that China, after a brutal quarantine campaign, is now facing a resurgent secondary wave of the virus that it created. Best to think of the “flatten the curve” policy has having two, unscientific attributes; it can buy a medical system some time to gear-up and it allows politicians to blame a hapless public for not cooperating if it fails.

Dr. Richard Shabas, former Chief Medical Officer for Ontario, recently stated that the only scientific way to rid the nation of the Wuhan virus problem is through immunity. As for immunity, he further stated that it can only be affected through two means; vaccination or allowing the citizenry to become infected and develop its own “herd” immunity. He insisted that “flattening the curve” is based on weak evidence and the lockdown strategy it entails is unsustainable - all pain for no gain. Surely there has to be a better way to deal with the Wuhan virus crisis than concurrently destroying our economy and civil liberties. Do we have to “flatten the curve” every time we encounter a new virus? Then again, what do you say to those who demand that compassion trumps science, economics and Charter Rights?

Situating the problem

As alluded to in last week’s “update”, problems need to be “situated” before they can hope to be addressed. The collection and analysis of valid data is a great place to start but does the data underpinning Ontario’s predictive modelling cut the mustard? For data to be valid it needs to be meaningful and relevant to the problems being addressed. The Ontario model seems, for the most part, to be based on “confirmed cases” that represent a very small subset of the population as a whole. This data says nothing of those who are positive but asymptotic or not tested, nothing about those who are negative and nothing about those who are negative but have developed antibodies to the virus. The latter two groups are critical as these contain persons who represent no threat to others and, in the case of those with antibodies, are now likely immune to the Wuhan virus. As Dr. J. Bhattacharya, professor of medicine at Stanford University states, the test for antibodies gives us gold standard data that could:

  • prove the lethality rate of the Wuhan virus is less than that of the seasonal flu;

  • breakout regions where herd immunity already exists;

  • allow governments to safely introduce workers back into the economy; and

  • curtail the need to crush civil liberties in the absence of probable cause

One wonders, would we need to “flatten the curve” if we knew the lethality rate of the Wuhan virus, on the basis of those infected rather than those “confirmed” to have the disease, was less than the seasonal flu? Would we continue to flay our economy and eviscerate our rights or would we institute measures to restore normalcy where the data said it made sense to do so?

Refocusing testing strategies to prioritize the search for antibodies would allow certain folks to get back to work even as society developed a herd immunity. Additionally, Professor Knut Wittkowski, formerly head of the Rockefeller University's Department of Biostatistics, Epidemiology, and Research Design, proposes that children be allowed to go back to school. Let them get infected while making special efforts to secure the elderly and the infirm. In this fashion, herd immunity can be established in four weeks – just as it always has been in the past with other viruses. Four weeks or up to two years of flushing Canada’s economy and civil liberties down the toilet, which would Canadians choose?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française
Note! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la "mise à jour". Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous souhaitez nous aider.
Lisez! Un ecclésiastique Canadien s'exprime sur une législation biaisée et non Canadienne sur la "thérapie de conversion".
Un ecclésiastique Canadien en exercice demande "où est la justice" en ce qui concerne le projet de loi S-202 du Sénat et le projet de loi C-8 de la Chambre des Communes (thérapie de conversion). Ces deux textes de loi se suivent en interdisant les thérapies qui éloignent un individu d'orientations et d'identités sexuelles non désirées et non traditionnelles tout en favorisant celles qui rapprochent les enfants de ces orientations et identités. Ce faisant, le bon révérend pose beaucoup de bonnes questions et fait beaucoup de bonnes observations. La lettre du révérend vaut la peine d'être lue et de faire l'objet de nombreuses réflexions, notamment de la part de sénateurs et de députés Canadiens.
La science ou le Lysenkoïsme

Dès le début de la crise du virus de Wuhan, les autorités politiques Canadiennes ont fièrement proclamé leur attachement à la "science" et aux conseils des experts médicaux. Malheureusement, en ce qui concerne cette même crise, les résultats de leur dévouement acharné ont été moins que brillants. En effet, les mesures qu'ils ont mises en place pour faire face à la contagion n'ont rien fait pour l'endiguer. En effet, le pays se trouve maintenant dans une situation où la propagation était véhiculée d'abord par les voyageurs et maintenant au sein des communautés, avec un grand nombre de mesures initiales du gouvernement qui ont été inversées. Ainsi, la politique de libre circulation dans le pays, par des moyens légaux (aériens) et illégaux (route Roxham), est passée à une politique d'accès contrôlé et limité. De la même manière, les réassurances que la menace posée par la maladie pour les Canadiens était faible et uniquement possible en présence de porteurs symptomatiques ont été mises de côté et remplacées par un verrouillage à l'échelle du pays:

Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné avec la science?

​​Ce qui a mal tourné avec la science peut se résumer en trois mots, Tedros Adhanom Ghebreyesus. M. Ghebreyesus est le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) des Nations unies et le porte-parole de la science que le Canada a acceptée aveuglément. Cet homme politique et communiste Ethiopien n'a cependant aucune formation médicale et a accédé à son poste grâce à un très fort effort de lobbying de la part du gouvernement Chinois. Il est plus qu'évident maintenant que ses liens étroits avec la Chine se sont manifestés par des décisions qui ont favorisé le traitement du virus par ce pays - des décisions qui ont fini par retarder la notification mondiale de la contagion, en affirmant que la transmission interhumaine n'était pas possible et en recommandant la continuation des voyages aériens mondiaux sans restriction.

​​Comme Trofim Lysenko, ministre de l'agriculture de Staline et responsable de la famine de millions de personnes, M. Ghebreyesus a été plus sensible à l'idéologie politique qu'à la biologie. Le Canada, qui s'est plié de manière naïve et embarrassante au concept de mondialisme et à tout ce qui émane des Nations unies, s'est également trouvé à faire confiance au Lysenkoïsme plutôt qu'à la science.

La fausse science derrière "l'aplatissement de la courbe"

​​Ne vous y trompez pas, l'engouement pour "l'aplatissement de la courbe" n'est pas destiné à éradiquer le virus de Wuhan. Au contraire, les mesures de distanciation sociale qu'il exige visent à freiner la maladie et à éviter que les systèmes médicaux ne soient débordés. Toutes les pertes d'emplois, toutes les dettes et toutes les pertes de libertés civiles seront durables, car le virus ne sera jamais définitivement éradiqué. Au lieu de cela, on le laisse s'infiltrer en arrière-plan - sur une période indéfinie. Ce fait est clairement pris en compte dans la modélisation de la province de l'Ontario qui prévoit la nécessité d'un verrouillage pouvant aller jusqu'à deux ans pour tenir compte des vagues secondaires et tertiaires probables du virus. Le Canada serait-il même reconnaissable après une telle période d'isolement massif? Afin de renforcer la nature indéfinie du scénario de confinement, il convient de noter que la Chine, après une campagne de quarantaine brutale, est maintenant confrontée à une vague secondaire du virus qu'elle a créé. Il est préférable de penser que la politique "d'aplatissement de la courbe" a deux attributs non scientifiques: elle peut faire gagner du temps à un système médical pour se préparer et elle permet aux politiciens de blâmer un public malchanceux de ne pas coopérer si elle échoue.

​​Le Dr Richard Shabas, ancien médecin en chef de l'Ontario, a récemment déclaré que le seul moyen scientifique de débarrasser la nation du problème du virus de Wuhan est l'immunité. Quant à l'immunité, il a ajouté qu'elle ne peut être affectée que par deux moyens: la vaccination ou le fait de permettre aux citoyens d'être infectés et de développer leur propre immunité "collective". Il a insisté sur le fait que "l'aplatissement de la courbe" est basé sur des preuves faibles et que la stratégie de verrouillage qu'elle implique est insoutenable - toute la douleur pour aucun gain. Il doit certainement y avoir une meilleure façon de faire face à la crise du virus de Wuhan que de détruire simultanément notre économie et nos libertés civiles. Devons-nous "aplatir la courbe" chaque fois que nous rencontrons un nouveau virus? Mais que dites-vous à ceux qui exigent que la compassion l'emporte sur la science, l'économie et les droits garantis par la Charte?

Situer le problème

​​Comme il a été mentionné dans la "mise à jour" de la semaine dernière, les problèmes doivent être "situés" avant de pouvoir espérer être résolus. La collecte et l'analyse de données valides sont un excellent point de départ, mais les données qui sous-tendent la modélisation prédictive de l'Ontario sont-elles à la hauteur? Pour que les données soient valides, elles doivent être significatives et pertinentes par rapport aux problèmes traités. Le modèle de l'Ontario semble, pour l'essentiel, reposer sur des "cas confirmés" qui représentent un très petit sous-ensemble de la population dans son ensemble. Ces données ne disent rien de ceux qui sont positifs mais asymptotiques ou non testés, rien sur ceux qui sont négatifs et rien sur ceux qui sont négatifs mais ont développé des anticorps au virus. Ces deux derniers groupes sont critiques car ils contiennent des personnes qui ne représentent aucune menace pour les autres et, dans le cas de ceux qui ont des anticorps, sont maintenant probablement immunisés contre le virus de Wuhan. Comme l'indique le Dr J. Bhattacharya, professeur de médecine à l'université de Stanford, le test de détection des anticorps nous donne des données de référence qui pourraient:

  • prouver que le taux de létalité du virus de Wuhan est inférieur à celui de la grippe saisonnière;

  • identifier les régions où l'immunité collective existe déjà;

  • permettre aux gouvernements de réintégrer les travailleurs dans l'économie en toute sécurité; et

  • réduire la nécessité d'écraser les libertés civiles en l'absence de cause probable.

On peut se demander s'il faudrait "aplatir la courbe" si l'on savait que le taux de létalité du virus de Wuhan, sur la base des personnes infectées plutôt que des personnes "confirmées" comme ayant la maladie, était inférieur à celui de la grippe saisonnière? Continuerions-nous à écorcher notre économie et à éviscérer nos droits ou instituerions-nous des mesures pour rétablir la normalité là où les données indiquent qu'il est logique de le faire?

​​Le recentrage des stratégies de dépistage pour donner la priorité à la recherche d'anticorps permettrait à certaines personnes de reprendre le travail alors même que la société a développé une immunité collective. En outre, le professeur Knut Wittkowski, ancien chef du département de biostatistique, d'épidémiologie et de conception de la recherche de l'université Rockefeller, propose que les enfants soient autorisés à retourner à l'école. Qu'ils soient infectés tout en faisant des efforts particuliers pour sécuriser les personnes âgées et les infirmes. De cette manière, l'immunité collective peut être établie en quatre semaines - comme cela a toujours été le cas dans le passé avec d'autres virus. Quatre semaines ou jusqu'à deux ans à jeter l'économie et les libertés civiles du Canada à la poubelle, que choisiraient les Canadiens?

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon