C3RF Member Update - 17 Apr, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out.

Death spiral

Well-trained pilots have a healthy respect for the in-flight phenomena known as the death or graveyard spiral. The hazard is normally associated with in-cloud conditions under what is known as Instrument Flight Rules (IFR). The death spiral can come about if a pilot remains in a banked (steady turn) attitude for an extended period of time resulting in a “seat-of-the-pants” sensation of being in a wings-level condition. It all has to do with the movement, or non-movement, of fluid in the pilot’s vestibular canals situated in each ear. Problem is, an aircraft in a banked condition will lose lift and descend and a pilot, believing he is in straight-and-level flight, will pull back on the control column to initiate a climb. But the aircraft is really banked, in descent and picking up speed and pulling back on the control column to gain altitude, without leveling the wings, can result in tightening the plane’s downward spiral.

The pilot has just created a self-reinforcing death trap as the more he pulls back the tighter the spiral and the steeper the rate of descent – a death spiral. And so, we see the same dynamics in play with the Wuhan virus and its impact on the Canadian economy and the civil liberties of individual citizens. As with the case of the airborne death spiral, we perceive a problem in a certain way and rush to make control inputs without taking the time to centralize those same controls and analyse the situation. We stampede ourselves into catastrophe.

Centralize, analyse

A well-trained pilot will refrain from making rash, immediate control inputs in an emergency situation. This is the case as these same inputs may exacerbate the situation and lead to irreversible, deadly consequences. Best to centralize the controls upfront to make sure you don’t add to the problem. Like they say when you’re digging yourself into a hole, the best initial action is to stop digging. The next action is to analyse the situation with available data and information. Forget about the “seat-of-the-pants” sensation you’re feeling. What are your instruments telling you regards the aircraft’s attitude and systems? Away from the airborne situation, what is the data telling us about the Wuhan virus and our initial reactions to it?

Crash and burn

Allowing ourselves to be stampeded over a cliff through the acceptance of a lone “lockdown” option has precluded an analysis of just what that solution entails. On the economic front, the predictable collapse of public demand for everyday indulgences from vacations to restaurant meals has decimated large swaths of our free market system. From the shutting down of airlines to the destruction of milk supplies to keep prices from pancaking, we see the vestiges of depression, not recession, rising before our very own eyes. After all, wasn’t the destruction of farm produce a hallmark of the depression of the 1930’s? Combine this with unemployment rates that are surging to 25% in Alberta and upwards of 85% in various sectors of the Canadian economy and we have a human cost capable of dwarfing any loss of life generated by the Wuhan virus. Consider as well the possibility of a predicted U.S. GDP drop of 30% translating into an even greater slide of Canada’s resource-dependent GDP. Can such a cost in human suffering be quantified?

By way of human suffering, studies indicate a correlation between unemployment and a variety of human ailments. One such study has found that for “every 10 percent increase in the unemployment rate, mortality increased by 1.2 percent, cardiovascular disease by 1.7 percent, cirrhosis of the liver by 1.3 percent, suicides by 1.7%, arrests by 4 percent, and reported assaults by 0.8 percent”. Imagine the impact on communities consumed by as much as 85% unemployment! Surely the short-term loss of life by virtue of the Wuhan virus needs to be weighed against the greater loss of life in the longer term as a result of the deliberate decimation of the national economy. One wonders, why is this conversation not being held? One C3RF “update” reader, a lawyer of national repute, also wonders if the current approach of locking down the population for up to two years until a vaccine is available is the product of “negligence or malintent”.

Negligence or malintent?

The fact that the federal government has been negligent in carrying out its duties as a protector of the Canadian public is becoming more apparent with each passing day. How else to describe the deliberate policy of allowing international air travellers to enter the country in the absence of any mitigating screening measures. This policy seems to have been premised on the belief that restricting such travel would be construed as “racist” and bigoted. Surely those propagating such disastrous logic, including the country’s chief medical officer and its Minister of Health, lack the judgement to recognize real over perceived and ideological priorities. It can easily be said that the Prime Minister’s vaunted attempt to create a gender-equal leadership cadre has supplanted the concept of meritocracy with one that is gender-centric. This, in combination with the Prime Minister’s insulting analogy that equates Canadians who have acquiesced to the usurpation of their civil liberties to the heroes of Vimy Ridge and WWII who fought and died to preserve and project them, speaks to gross negligence and misplaced hubris.

The question of malintent is a valid one given the government’s abject abuse of the Section 7 Charter Right of all Canadians to life, liberty and the security of the person. How could it even consider using the excuse of the pandemic to restrict the right of healthy citizens to “make reasonable medical choices without threat of criminal prosecution”? Indeed, the whole of the population has basically been put into lockdown regardless of whether they are ill or not. This represents a rights violation in the order of that witnessed during the Second World War when Canada interned 90% of its Japanese population in a security-related panic. There as well, no attempt was made to mitigate the loss of the civil liberties of individual Canadians – it was a case of “hang’em all”. More than this, the approval of serological tests capable of getting Canadians back to work quickly are meeting with bureaucratic resistance. This, in conjunction with a refusal to consider authoritatively researched therapeutic treatments for the Wuhan virus, can be seen to indicate a reluctance to get the nation back to a state of normalcy. Sad to say for a nation once full to the brim with respect for personal rights and freedoms, the case for malintent cannot be easily dismissed and merits investigation. Particularly given the fact that some powerful players in the government-of-the-day see the pandemic as an opportunity to “jump start” a new clean, green economy. One wonders, will the government of Canada apologize to all current-day Canadians as it did to the Japanese-Canadians it interned in WWII?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française
Note! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la "mise à jour". Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous souhaitez nous aider.
La spirale de la mort

Les pilotes bien entraînés ont un respect sain pour les phénomènes en vol connus sous le nom de spirale de la mort ou spirale du cimetière. Le danger est normalement associé aux conditions de vol dans les nuages dans ce que l'on appelle les règles de vol d'instruments (IFR). La spirale de la mort peut se produire si un pilote reste en position inclinée (virage régulier) pendant une période prolongée, ce qui lui donne la sensation d'être à l'horizontale. Tout cela est lié au mouvement, ou à l'absence de mouvement, du fluide dans les canaux vestibulaires du pilote situés dans chaque oreille. Le problème est qu'un avion en position inclinée perd de la portance et descend et qu'un pilote, croyant être en vol rectiligne en palier, tire sur le manche pour amorcer une montée. Mais l'avion est vraiment incliné, en descente et en prenant de la vitesse et en tirant sur le manche pour prendre de l'altitude, sans mettre les ailes à niveau, peut entraîner un resserrement de la spirale descendante de l'avion.​

​​Le pilote vient de créer un piège mortel auto-renforçant car plus il tire en arrière, plus la spirale est serrée et plus la vitesse de descente est élevée - une spirale de la mort. Ainsi, nous voyons la même dynamique en jeu avec le virus de Wuhan et son impact sur l'économie Canadienne et les libertés civiles des citoyens individuels. Comme dans le cas de la spirale de la mort en vol, nous percevons un problème d'une certaine manière et nous nous empressons de faire des entrées de contrôle sans prendre le temps de centraliser ces mêmes contrôles et d'analyser la situation. Nous nous précipitons vers la catastrophe.

Centraliser et analyser

​​Un pilote bien formé s'abstiendra de faire des interventions de contrôle immédiates et irréfléchies dans une situation d'urgence. C'est le cas car ces mêmes apports peuvent exacerber la situation et entraîner des conséquences irréversibles et mortelles. Il est préférable de centraliser les contrôles dès le départ pour s'assurer de ne pas aggraver le problème. Comme on dit quand on s'enfonce dans un trou, la meilleure action initiale est d'arrêter de creuser. L'action suivante consiste à analyser la situation à l'aide des données et des informations disponibles. Oubliez ce que vous disent vos instincts un moment. Que vous disent vos instruments en ce qui concerne l'allure et les systèmes de l'avion? Loin de la situation aérienne, que nous disent les données sur le virus de Wuhan et nos premières réactions à celui-ci?

Effondrement total

Se laisser piétiner par l'acceptation d'une seule option de "confinement" a empêché d'analyser ce que cette solution impliquait exactement. Sur le plan économique, l'effondrement prévisible de la demande publique pour les plaisirs quotidiens, des vacances aux repas de restaurants, a décimé de larges pans de notre système de libre marché. De la fermeture des compagnies aériennes à la destruction des réserves de lait pour empêcher les prix de s'effondrer, nous voyons les vestiges de la dépression, et non de la récession, s'élever sous nos propres yeux. Après tout, la destruction des produits agricoles n'était-elle pas une caractéristique de la dépression des années 1930? Si l'on ajoute à cela les taux de chômage qui atteignent 25 % en Alberta et plus de 85 % dans divers secteurs de l'économie Canadienne, on obtient un coût humain capable d'éclipser toute perte de vie générée par le virus de Wuhan. Envisagez également la possibilité qu'une chute du PIB américain de 30 % se traduise par une chute encore plus importante du PIB Canadien dépendant des ressources naturelles. Un tel coût en termes de souffrance humaine peut-il être quantifié?

En ce qui concerne la souffrance humaine, des études indiquent une corrélation entre le chômage et diverses affections humaines. Une de ces études a montré que "pour chaque augmentation de 10 % du taux de chômage, la mortalité augmentait de 1,2 %, les maladies cardiovasculaires de 1,7 %, la cirrhose du foie de 1,3 %, les suicides de 1,7 %, les arrestations de 4 % et les agressions signalées de 0,8 %". Imaginez l'impact sur les communautés consommées par pas moins de 85% de chômage! Il est certain que les pertes de vies à court terme dues au virus de Wuhan doivent être mises en perspective avec les pertes de vies plus importantes à long terme résultant de la décimation délibérée de l'économie nationale. On peut se demander pourquoi cette conversation n'a pas lieu? Un lecteur de la "mise à jour" du C3RF, un avocat de renommée nationale, se demande également si l'approche actuelle qui consiste à enfermer la population pendant deux ans jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible n'est pas le fruit d'une "négligence ou d'une malveillance".

Négligence ou malveillance?

​​Le fait que le gouvernement fédéral ait été négligeant dans l'exercice de ses fonctions de protecteur du public Canadien devient chaque jour plus évident. Comment décrire autrement la politique délibérée consistant à permettre aux voyageurs aériens internationaux d'entrer dans le pays en l'absence de toute mesure de contrôle atténuante. Cette politique semble avoir été fondée sur la conviction que la restriction de ces voyages serait interprétée comme "raciste" et fanatique. Il est certain que ceux qui propagent une logique aussi désastreuse, y compris le médecin-chef du pays et son Ministre de la Santé, manquent de jugement pour reconnaître les priorités réelles plutôt que celles perçues et idéologiques. On peut facilement dire que la tentative tant vantée du Premier ministre de créer un cadre de direction égalitaire a remplacé le concept de méritocratie par celui de "sexocratie". Ceci, combiné à l'analogie insultante du Premier ministre qui assimile les Canadiens qui ont consenti à l'usurpation de leurs libertés civiles aux héros de la crête de Vimy et de la Seconde Guerre Mondiale qui se sont battus et sont morts pour les préserver et les projeter, témoigne d'une négligence grossière et d'un orgueil mal placé.

La question de l'intention malveillante est valable étant donné l'abus abject par le gouvernement du droit de tous les Canadiens à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne, garanti par l'article 7 de la Charte. Comment pourrait-il même envisager d'utiliser l'excuse de la pandémie pour restreindre le droit des citoyens en bonne santé à "faire des choix médicaux raisonnables sans menace de poursuites pénales"? En effet, l'ensemble de la population a été pratiquement mise en quarantaine, qu'elle soit malade ou non. Cela représente une violation des droits de l'ordre de celle dont on a été témoin pendant la Seconde Guerre Mondiale, lorsque le Canada a interné 90 % de sa population japonaise dans une panique liée à la sécurité. Là aussi, aucune tentative n'a été faite pour atténuer la perte des libertés civiles des Canadiens à titre individuel - il s'agissait de "tous à la guillotine". Plus que cela, l'approbation de tests sérologiques capables de remettre rapidement les Canadiens au travail se heurte à une résistance bureaucratique. Cette résistance, conjuguée au refus d'envisager des traitements thérapeutiques du virus de Wuhan faisant l'objet de recherches sérieuses, peut être considérée comme un signe de réticence à ramener la nation à un état de normalité. Il est triste à dire que pour une nation autrefois pleine à craquer de respect des droits et libertés de la personne, l'affaire de la malveillance ne peut être facilement rejetée et mérite d'être examinée. D'autant plus que certains acteurs puissants du gouvernement actuel voient dans la pandémie une occasion de "relancer" un nouveau clan, l'économie verte. On peut se demander si le gouvernement du Canada va s'excuser auprès de tous les Canadiens d'aujourd'hui comme il l'a fait auprès des Canadiens d'origine japonaise qu'il a internés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon