C3RF Member Update - 01 May, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!

Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out.

The democracy-despotism spectrum

Last week’s update noted that Friedrich Hayek, writing as WWII raged, plotted the road from Western liberal democracy to despotism and, ultimately, serfdom. He observed that free men and women could set themselves on such a path when they take the ideas that underpin Western civilization for granted and look for the “rapid satisfaction” of related imperfections. The time period immediately following WWII was rightly preoccupied with the study of the despotism that had overtaken Europe in the first half of the 20th century. Accordingly, the Encyclopedia Britannica engaged the subject matter and detailed measures by which a concerned citizen might ascertain the extent to which society had slid towards totalitarianism along with which way it was trending – towards democracy or despotism. It postulated that society’s position on that scale could be determined through an analysis of a citizen’s access to respect and power while trends could be assessed by the study of the distribution of economic power and the control of information. One wonders; what would such an inquiry reveal about Canada?

Respect for citizens

The encyclopedia defined an authority’s “respect for citizens” in terms of the “common courtesy” it displays to large groups regardless of their political attitudes, race or religion. Canada talks a good fight in this area by declaring itself the world’s first “post-national state” and dedicated to a “diversity is strength” mantra. In practice, however, the ruling authority fails to measure up to what it preaches as it consistently sets one community against the other. This divisive approach can be seen in policies that discriminate against those that fail to embrace evolving, progressive lifestyles in exchange for their traditional values. Case in point includes the government’s insistence that organizations “attest” to non-traditional values in order to receive “Summer Jobs” grants. This “pay for play” discrimination has become more concerning with the advent of the Wuhan virus crisis and the availability of large loans and grants designed to keep food on the tables of everyday citizens – assistance that, once again, has been made subject to the acceptance of State-mandated beliefs and values. When it comes to respect for the Canadian citizen, Canada can be seen to be closer to despotism than democracy.

Power sharing with citizens

The Encyclopedia Britannica power scale assesses the ability of citizens to share in the decision-making process. This should be a no-brainer in a representative democracy like Canada but a “party system” that sees elected MPs “whipped” to vote this way or that is proving to be problematic. Examples abound as parties specify that personal societal beliefs need to be reigned in if party membership is to be granted. Issues like abortion, same-sex marriage and gender identity theory spring to mind here but these pale when compared to the loss of representation given the onset of the Wuhan virus crisis. Now we see the abdication of political power to medical authorities who have directed elected representatives to abandon their constituents and leave Parliament Hill for the safer confines of their homes. Accordingly, only 32 representatives, hand-picked by their parties, sit in an irregular fashion to do as much of the nation’s business as they are able. When it comes to citizen power-sharing through their elected representatives, the votes of the vast majority of citizens have been nullified. There can be little doubt that this development firmly anchors Canada deep within the despot portion of the democracy-despot spectrum.

Trends in the distribution of economic power

The concentration of economic control in fewer hands would be a sure indicator that a society was on track to a despotic future. Such a movement would speak to the onset of centralized planning processes and the concomitant removal of the “invisible hand” of a citizenry that moves within a free market economy. This concentration of economic power can be seen to be in play in Canada as the government-of-the-day picks winners and losers in concert with its own ideological priorities. Cases in point include the not-so-subtle phasing out of the nation’s oil and gas sector even as the “rule of law” is set aside to aid a Quebec-based engineering firm. Once again, however, we see the Wuhan virus crisis turn these exceedances into mole-hills when compared to a complete takeover of the economy by the government. After all, the government is now the paymaster for millions of Canadians in lieu of private employment and is even now considering the institution of a guaranteed annual wage for all Canadians – a move that, no doubt, is intended to survive the Wuhan virus crisis. Needless to say, the economic distribution trendline in Canada is decidedly worrisome.

Trends in information control

As with the concentration of economic power, a society will be trending towards despotism as the control of information is passed on to fewer and fewer hands. Canada has a decided problem in this area as the government-of-the-day has moved aggressively to control the nature and flow of information through speech and the media. Examples include:

  • The passage of a motion M-103 (Islamophobia) that introduced the control of speech critical of certain religions and their doctrines;

  • The passage of a Bill C-16 that compelled the speech of Canadians regarding the use of gender pronouns;

  • The institution of a “Digital Charter” aimed at forcing media platforms to act on and censor material thought to be “disinformation”; and

  • The allocation of $595 million to “qualifying news organizations” to keep them afloat as seeming allies and gatekeepers of public information.

Once again, however, the Wuhan virus crisis has had its impact in this particular trend vector with the government-of-the-day proposing legislation that would criminalize related “misinformation”. As with the “Digital Charter” and the $595 million hand-out, it is reasonable to assume that the government would control just what is deemed to be “misinformation”. When it comes to information control, the trend is heavily weighted in the despotism direction. All in all when it comes to the position of Canada on the democracy-despotism spectrum and the related trendline, the nation can be seen to sit well inside the despotism portion of the scale as it races madly towards its limit.

May is C3RF fund drive month

The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts including against the formation of political parties partial to the installation of Sharia Law, the entrenchment of free-speech crushing “Islamophobia” in the nation’s political lexicon and the promotion of individual Charter Rights as a critical federal election issue. More than this and in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national conflagration.

All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.

Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. click here to support C3RF today.

And while you're considering making an annual contribution this May, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

Co-Chair C3RF

Version française
Remarque! Mai est le mois de la campagne de financement du C3RF - voir avis ci-dessous!
Note! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la "mise à jour". Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous souhaitez nous aider.
Le spectre démocratie-despotisme

La mise à jour de la semaine dernière indiquait que Friedrich Hayek, écrivant alors que la Seconde Guerre Mondiale faisait rage, avait tracé la route de la démocratie libérale occidentale au despotisme et, finalement, à la servitude. Il a observé que les hommes et les femmes libres pouvaient s'engager sur cette voie lorsqu'ils considéraient les idées qui sous-tendent la civilisation occidentale comme allant de soi et recherchaient la "satisfaction rapide" des imperfections connexes. La période qui a suivi immédiatement la Seconde Guerre mondiale était à juste titre préoccupée par l'étude du despotisme qui avait envahi l'Europe dans la première moitié du XXe siècle. En conséquence, l'Encyclopedia Britannica s'est penchée sur le sujet et a détaillé les mesures permettant à un citoyen concerné de déterminer dans quelle mesure la société avait glissé vers le totalitarisme, ainsi que sa tendance - vers la démocratie ou le despotisme. Elle postule que la position de la société à cette échelle peut être déterminée par une analyse de l'accès du citoyen au respect et au pouvoir, tandis que les tendances peuvent être évaluées par l'étude de la répartition du pouvoir économique et du contrôle de l'information. On peut se demander ce qu'une telle enquête révélerait sur le Canada.​​

Le respect des citoyens

L'encyclopédie définit le "respect des citoyens" d'une autorité en termes de "courtoisie commune" dont elle fait preuve à l'égard de grands groupes, indépendamment de leurs attitudes politiques, de leur race ou de leur religion. Le Canada mène un bon combat dans ce domaine en se déclarant le premier "État post-national" du monde et en se consacrant à un mantra "la diversité fait la force". Dans la pratique, cependant, l'autorité au pouvoir n'est pas à la hauteur de ce qu'elle prêche, car elle dresse constamment les communautés les unes contre les autres. Cette approche qui sème la discorde se traduit par des politiques discriminatoires à l'égard de ceux qui n'adoptent pas des modes de vie évolutifs et progressistes en échange de leurs valeurs traditionnelles. Le gouvernement insiste par exemple pour que les organisations "attestent" de valeurs non traditionnelles afin de recevoir des subventions pour des "emplois d'été". Ce genre de discrimination est devenu plus préoccupant avec l'avènement de la crise du virus Wuhan et la disponibilité de prêts et de subventions importants destinés à maintenir la nourriture sur la table des citoyens ordinaires - une assistance qui, une fois encore, a été subordonnée à l'acceptation de croyances et de valeurs mandatées par l'État. En ce qui concerne le respect du citoyen Canadien, on peut considérer que le Canada est plus proche du despotisme que de la démocratie.

Le partage du pouvoir avec les citoyens

L'échelle de pouvoir de l'Encyclopedia Britannica évalue la capacité des citoyens à participer au processus décisionnel. Cela devrait être une évidence dans une démocratie représentative comme le Canada, mais un "système de partis" qui voit les députés élus contraints par un "whip" de voter de telle ou telle façon s'avère problématique. Les exemples abondent car les partis précisent que les convictions sociétales personnelles doivent être mises de côté si l'on veut obtenir l'adhésion au parti. Des questions comme l'avortement, le mariage homosexuel et la théorie de l'identité sexuelle viennent à l'esprit ici, mais elles sont bien peu en comparaison de la perte de représentation due au début de la crise du virus de Wuhan. Nous voyons maintenant l'abdication du pouvoir politique aux autorités médicales qui ont ordonné aux représentants élus d'abandonner leurs électeurs et de quitter la Colline du Parlement pour les confins plus sûrs de leurs foyers. En conséquence, seuls 32 représentants, triés sur le volet par leur parti, siègent de manière irrégulière pour s'occuper autant que possible des affaires de la nation. En ce qui concerne le partage du pouvoir entre les citoyens par l'intermédiaire de leurs représentants élus, les votes de la grande majorité des citoyens ont été annulés. Il n'y a aucun doute que cette évolution ancre fermement le Canada dans la partie despote du spectre de la démocratie.

Tendances dans la répartition du pouvoir économique

​La concentration du contrôle économique dans un nombre réduit de mains serait un indicateur certain qu'une société est sur la voie d'un avenir despotique. Un tel mouvement marquerait le début de processus de planification centralisée et la suppression concomitante de la "main invisible" d'une citoyenneté qui évolue dans une économie de marché libre. Cette concentration du pouvoir économique peut être considérée comme étant en jeu au Canada, le gouvernement du jour choisissant les gagnants et les perdants en fonction de ses propres priorités idéologiques. On peut citer comme exemple la suppression progressive, pas forcément subtile, du secteur pétrolier et gazier du pays, alors même que "l'État de droit" est mis de côté pour aider une société d'ingénierie basée au Québec. Une fois de plus, cependant, nous voyons la crise du virus de Wuhan transformer ces dépassements en taupinières par rapport à une prise de contrôle complète de l'économie par le gouvernement. Après tout, le gouvernement est maintenant le distrubuteur d'argent de millions de Canadiens au lieu d'un emploi dans le secteur privé et envisage même maintenant l'institution d'un salaire annuel garanti pour tous les Canadiens - une mesure qui, sans aucun doute, vise à survivre à la crise du virus de Wuhan. Il va sans dire que la tendance de la distribution économique au Canada est décidément inquiétante.​

Tendances en matière de contrôle de l'information

​Comme pour la concentration du pouvoir économique, une société tendra vers le despotisme à mesure que le contrôle de l'information passera entre les mains de moins en moins de gens. Le Canada a un problème bien précis dans ce domaine, car le gouvernement actuel a pris des mesures aggressives pour contrôler la nature et la circulation de l'information par le biais de la parole et des médias. En voici quelques exemples:

  • L'adoption d'une résolution M-103 (islamophobie) qui a introduit le contrôle des discours critiques à l'égard de certaines religions et de leurs doctrines;

  • L'adoption d'un projet de loi C-16 qui a contraint les Canadiens à s'exprimer sur l'utilisation des pronoms sexuels;

  • L'institution d'une "Charte numérique" visant à obliger les plateformes médiatiques à agir sur les contenus considérés comme de la "désinformation" et à les censurer; et

  • L'allocation de 595 millions de dollars aux "organismes de presse qualifiés" pour les maintenir à flot en tant qu'alliés apparents et gardiens de l'information publique.

Une fois de plus, cependant, la crise du virus de Wuhan a eu son impact sur ce vecteur de tendance particulier, le gouvernement actuel proposant une législation qui criminaliserait la "désinformation" qui y est liée. Comme pour la "Charte numérique" et la subvention de 595 millions de dollars, il est raisonnable de supposer que le gouvernement contrôlerait uniquement ce qui est considéré comme de la "désinformation". En ce qui concerne le contrôle de l'information, la tendance est fortement orientée vers le despotisme. Dans l'ensemble, en ce qui concerne la position du Canada sur le spectre de la démocratie et du despotisme et la tendance correspondante, on peut voir que la nation se situe bien à l'intérieur de la partie de l'échelle consacrée au despotisme, alors qu'elle court follement vers sa limite.

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF

L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts, notamment contre la formation de partis politiques favorables à l'instauration de la charia, l'inscription de "l'islamophobie", qui écrase la liberté de parole, dans le lexique politique de la nation et la promotion des droits individuels garantis par la Charte en tant que question cruciale pour les élections fédérales. Plus que cela et en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.

Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.

Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et si vous envisagez de faire une contribution annuelle le mai prochain, suivez C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon