C3RF Member Update - 08 May, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!

Note! C3RF is in need of a volunteer English-French translator for the “update”. Please contact r.cooper@canadiancitizens.org if interested in helping out.

The Democracy-Despotism Spectrum – a recap

Last week’s update reviewed the status of civil liberties in Canada given the various attacks on personal, fundamental freedoms over the course of the past five years. In doing so, we used a template developed by the Encyclopedia Britannica way back in 1946 when the world was completely enmeshed in extricating itself from the damage done by decades of despotism. The template proposed that a citizen could situate his country’s position within the “democracy-despotism” spectrum by analysing how that country treated or respected its citizens and how it shared power with those same constituents. Additionally, it claimed that the trend, either toward or away from despotism, could be ascertained by assessing movements in the distribution of economic equality and the control of information.

You will recall that our analysis of the current situation was worrisome as Canada could be seen to be firmly anchored “deep within the despot portion of the democracy-despot spectrum”. This, even as it was trending deeper into tyranny by virtue of the impact of the knee-jerk suspension of civil liberties on the heels of the Wuhan virus crisis. Given the overall loss of these freedoms and a scale from “0” to “10”, with “0” being total anarchy, “5” being responsible, representative government and “10” being full blown, “one-party”, state dictatorship, Canada could be seen to be at least a “7” on the democracy-despotism spectrum. With the addition of one full unit each to account for trends that see losses in both economic equality and information control, the chart below is indicative of a country that is nearing the onset of full-blown despotism. That was last week, what about this week?

Playing the puck rather than the man

The Liberal government of Canada has been angling for the confiscation of personal property, in the form of firearms, from the first day of its 2015 election win. Never mind that Canada has long exercised tight control of such weaponry through complex licensing, training and oversight regulations derived from the Firearms Act of 1995, it has tried at every turn to relieve law-abiding Canadians of their firearms by falsely conflating them with criminals who wreak havoc with illegal weapons. The last straw for this same government came in the form of the recent Nova Scotia massacre that took 22 lives in the rural reaches of that province. It mattered not that the suspect in the case, now deceased, was not eligible to procure weapons in Canada or used weapons that were imported illegally, his depraved actions were projected onto all legal gun owners in possession of similar weapons. The government chose to play the puck rather than the man!

Problem is these same lawmakers, steeped in their own sense of moral superiority, steamrollered over the rights of legal firearms owners in the process. They did so through the Order-in-Council mechanism and justified this incursion of rights with the ridiculous assertion that people did not need such angry-looking weapons to hunt deer – unless, of course, you are an indigenous hunter. One wonders if the good folks of rural Nova Scotia would have been better off if more of them had access to these same weapons? Would that have afforded them a better chance to defend themselves and their families from a monster? Especially given the absence of a suitably resourced police service?

Orders-in-Council, the new diktat?

The Order-in-Council (OIC) mechanism is a political directive that originates in the Canadian Cabinet and is approved by the Governor General. It is meant to augment the legislative process by providing a means to flesh out approved Acts of Parliament with necessary regulations. They are not meant to change the terms or intent of these Acts as they are not subject to the cut and thrust of debate – debate that we enjoin through our elected representatives. Unfortunately, the government-of-the-day used the power of an OIC to circumvent the meaning of “prohibited firearm” as established in Criminal Code provisions derived from the Firearms Act. The Code’s Section 84 definition of this term, aside from certain barrel length restrictions, uses the “automatic” feature (one trigger pull results in a burst of multiple bullets) as a pre-requisite for designating a firearm as “prohibited”.

The OIC formulated by the Liberal government discards this distinction and goes out of its way to designate heretofore “restricted” firearms as “prohibited”. These firearms are patterned after their “prohibited” counterparts but are characterized by semi-automatic operation (one trigger pull, one bullet). They may look like a military weapon but do not have the killing power and/ or capacity of these “prohibited”, automatic weapons. Not to be side-tracked from their mission of ridding the general populace of their right to own, use and defend themselves with guns, the government has moved to deprive Canadians of their related Charter Rights through an OIC process that evades public input and thereby thumbs its nose at the concept of “responsible government”.

Another day, another attack on Charter Rights

And so, we see another attack on Canadian Charter Rights by virtue of the use of bureaucratic mechanisms to override public input. In the particular case of the Gun Control Order-in-Council, this loss of rights is evidenced by the curtailment of Section 3 “voting” rights and diminishment of Section 7 “security of the person” provisions. In the former case, Canadian citizens have a Charter Right to vote for legislative representatives and be represented by these same individuals. It goes without saying that the use of an OIC to circumvent such representation in a matter that involves a citizen’s personal interests is antithetical to the concept of Charter protections. In a similar fashion, the thwarting of public input through the OIC process deprives a citizen of a Section 7 right to “due process”. This is a right that secures a person from arbitrary governmental treatment and, in this case, the confiscation of personal property.

Given these observations and the parameters that impact the “Democracy-Despotism” Spectrum, Canada’s position on that scale can be seen to move towards despotism as governmental respect for its citizens and its willingness to share power with them have been adversely impacted by the Gun Control OIC initiative. Furthermore, in line with the potential loss of personal property on behalf of citizens impacted by arbitrary gun control measures, the trend towards despotism is enhanced as economic loss is incurred. Accordingly, Canada’s position on the Spectrum can be seen to grow from “7” to “7.2” while the trend vector increases from “2” to “2.1”. One wonders, what changes to Canada’s “Democracy-Despotism Spectrum” positioning will need to be made next week?

May is C3RF fund drive month

The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts including against the formation of political parties partial to the installation of Sharia Law, the entrenchment of free-speech crushing “Islamophobia” in the nation’s political lexicon and the promotion of individual Charter Rights as a critical federal election issue. More than this and in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national conflagration.

All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.

Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. click here to support C3RF today.

And while you're considering making an annual contribution this May, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RFF

Version française
Remarque! Mai est le mois de la campagne de financement du C3RF - voir avis ci-dessous!
Note! Le C3RF a besoin d'un traducteur bénévole anglais-français pour la "mise à jour". Veuillez contacter r.cooper@canadiancitizens.org si vous souhaitez nous aider.
Le spectre démocratie-despotisme - un récapitulatif

La mise à jour de la semaine dernière a fait le point sur la situation des libertés civiles au Canada, compte tenu des diverses atteintes aux libertés personnelles et fondamentales au cours des cinq dernières années. Pour ce faire, nous avons utilisé un modèle élaboré par l'Encyclopedia Britannica en 1946, à l'époque où le monde était complètement empêtré dans la lutte pour se libérer des dégâts causés par des décennies de despotisme. Ce modèle proposait qu'un citoyen puisse situer la position de son pays dans le spectre "démocratie-despotisme" en analysant comment ce pays traitait ou respectait ses citoyens et comment il partageait le pouvoir avec ces mêmes électeurs. En outre, il affirmait que la tendance, soit vers le despotisme soit à l'écart de celui-ci, pouvait être déterminée en évaluant les mouvements dans la distribution de l'égalité économique et le contrôle de l'information.​​

Vous vous souviendrez que notre analyse de la situation actuelle était inquiétante car le Canada pouvait être considéré comme étant fermement ancré "au plus profond de la partie despote du spectre démocratie-despotisme". Et ce, alors même qu'il s'enfonçait dans la tyrannie en raison de l'impact de la suspension des libertés civiles à la suite de la crise du virus de Wuhan. Étant donné la perte globale de ces libertés et une échelle de "0" à "10", "0" étant l'anarchie totale, "5" le gouvernement responsable et représentatif et "10" la dictature d'État à parti unique, le Canada pouvait être considéré comme ayant au moins un "7" dans le spectre démocratie-despotisme. Avec l'ajout d'une unité complète à chaque fois pour tenir compte des tendances qui voient des pertes à la fois dans l'égalité économique et le contrôle de l'information, le graphique ci-dessous est indicatif d'un pays qui s'approche du début d'un despotisme à part entière. C'était la semaine dernière, qu'en est-il de cette semaine?

Le fait de regarder le ballon plutôt que le joueur adversaire

Depuis le premier jour de sa victoire aux élections de 2015, le gouvernement libéral du Canada cherche à obtenir la confiscation des biens personnels, sous forme d'armes à feu. Peu importe que le Canada exerce depuis longtemps un contrôle étroit sur ces armes par le biais de règlements complexes en matière de permis, de formation et de surveillance, dérivés de la loi sur les armes à feu de 1995, il a essayé à chaque fois de déposséder les Canadiens respectueux des lois sur leurs armes à feu en les comparant à tort avec des criminels qui font des ravages avec des armes illégales. La dernière goutte pour ce même gouvernement a été le récent massacre en Nouvelle-Écosse qui a fait 22 victimes dans les zones rurales de cette province. Peu importe que le suspect dans cette affaire, aujourd'hui décédé, n'ait pas été autorisé à se procurer des armes au Canada ou qu'il ait utilisé des armes importées illégalement, ses actes dépravés ont été projetés sur tous les propriétaires légaux d'armes en possession d'armes similaires. Le gouvernement a choisi de regarder le ballon plutôt que le joueur adversaire!

Le problème est que ces mêmes législateurs, imprégnés de leur propre sens de la supériorité morale, ont, dans la foulée, fait passer les droits des propriétaires légaux d'armes à feu au rouleau compresseur. Ils l'ont fait par le biais du mécanisme des décrets et ont justifié cette incursion dans les droits par l'affirmation ridicule que les gens n'avaient pas besoin d'armes aussi menaçants pour chasser le cerf - à moins, bien sûr, d'être un chasseur indigène. On peut se demander si les honnêtes gens des régions rurales de la Nouvelle-Écosse auraient été mieux lotis si un plus grand nombre d'entre eux avaient eu accès à ces mêmes armes? Cela leur aurait-il donné une meilleure chance de se défendre et de défendre leurs familles contre un monstre? Surtout en l'absence d'un service de police doté de ressources suffisantes?

Les décrets, le nouveau diktat?

Le mécanisme des décrets est une directive politique émanant du Cabinet Canadien et approuvée par le Gouverneur Général. Il est destiné à compléter le processus législatif en fournissant un moyen d'étoffer les lois approuvées du Parlement avec les règlements nécessaires. Il n'est pas destiné à modifier les termes ou l'intention de ces lois, car elles ne sont pas soumises à un débat approfondi - débat que nous encourageons par l'intermédiaire de nos représentants élus. Malheureusement, le "gouvernement d'un jour" a utilisé le pouvoir de l’OCI pour contourner le sens de "arme à feu prohibée" tel qu'établi dans les dispositions du Code pénal dérivées de la loi sur les armes à feu. La définition de ce terme dans l'article 84 du Code, à part certaines restrictions sur la longueur du canon, utilise la caractéristique "automatique" (une seule pression sur la détente entraîne une explosion de plusieurs balles) comme condition préalable pour désigner une arme à feu comme "prohibée".

Le décret formulé par le gouvernement libéral écarte cette distinction et fait tout son possible pour désigner comme "prohibées" les armes à feu jusqu'ici "à autorisation restreinte". Ces armes à feu sont conçues sur le modèle de leurs homologues "prohibées" mais se caractérisent par un fonctionnement semi-automatique (un coup de gâchette, une balle). Elles peuvent ressembler à une arme militaire mais n'ont pas le pouvoir et/ou la capacité de tuer de ces armes automatiques "prohibées". Pour ne pas se soustraire à sa mission de débarrasser la population générale de son droit de posséder, d'utiliser et de se défendre avec des armes à feu, le gouvernement a décidé de priver les Canadiens de leurs droits garantis par la Charte par le biais d'un processus d'arbitrage qui évite la participation du public et fait ainsi un pied de nez au concept de "gouvernement responsable".

Un autre jour, une autre attaque contre les droits de la Charte

​Ainsi, nous voyons une autre attaque contre les droits de la Charte Canadienne en vertu de l'utilisation de mécanismes bureaucratiques pour passer outre à la participation du public. Dans le cas particulier du décret sur le contrôle des armes à feu, cette perte de droits est attestée par la réduction des droits de "vote" de l'article 3 et la diminution des dispositions de l'article 7 sur la "sécurité de la personne". Dans le premier cas, les citoyens Canadiens ont, en vertu de la Charte, le droit de voter pour les représentants législatifs et d'être représentés par ces mêmes personnes. Il va sans dire que le recours à un décret pour contourner cette représentation dans une affaire qui concerne les intérêts personnels d'un citoyen est contraire au concept des protections de la Charte. De la même manière, le fait de contrecarrer la contribution du public par le biais du processus d'un décret prive un citoyen du droit à une "procédure régulière" prévu à l'article 7. Il s'agit d'un droit qui protège une personne contre un traitement gouvernemental arbitraire et, dans ce cas, contre la confiscation de ses biens personnels.

Compte tenu de ces observations et des paramètres qui ont un impact sur le spectre "démocratie-despotisme", on peut considérer que la position du Canada à cette échelle s'oriente vers le despotisme car le respect du gouvernement pour ses citoyens et sa volonté de partager le pouvoir avec eux ont été affectés par l'initiative de l'OCI sur le contrôle des armes. En outre, compte tenu de la perte potentielle de biens personnels au nom des citoyens touchés par les mesures arbitraires de contrôle des armes à feu, la tendance au despotisme s'accentue à mesure que les pertes économiques se font sentir. En conséquence, la position du Canada sur le spectre peut être considérée comme passant de "7" à "7,2" tandis que le vecteur de tendance passe de "2" à "2,1". On peut se demander quels changements devront être apportés la semaine prochaine au positionnement du Canada sur le "spectre de la démocratie et du despotisme"?

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF

L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts, notamment contre la formation de partis politiques favorables à l'instauration de la charia, l'inscription de "l'islamophobie", qui écrase la liberté de parole, dans le lexique politique de la nation et la promotion des droits individuels garantis par la Charte en tant que question cruciale pour les élections fédérales. Plus que cela et en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.

Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.

Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et si vous envisagez de faire une contribution annuelle le mai prochain, suivez C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon