C3RF Member Update - 29 May, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! May is C3RF Funding Drive month - see notice below!

Letters – the new dictator

The month of May has been a busy one for C3RF member correspondence. Happy to say that the vast majority of letters received have been of a supportive nature with many expressing concerns over the state of democracy in Canada. There were exceptions, however, and one in particular needs to be addressed here. I speak of the letter from Sally (not her real name) who was very distraught over last week’s seeming comparison of the Wuhan virus crisis with the holocaust. Sally, you see, is a direct descendant of an Auschwitz survivor and was left with the impression that the drawing of parallels between collaborators who “follow orders” in both instances was paramount to recognizing each situation as equally wicked. This impression, I believe, was reinforced by the referencing of the Nuremburg Trials and its declaration that “following orders” was no excuse for the perpetration of war crimes.

Upfront, I must apologize wholeheartedly for leaving this impression even though it was the furthest thing from my mind. I would never equate the Wuhan virus crisis with the Holocaust. The Holocaust stands alone in the annals of evil. Rather than this, the intention was to point out that despotism contorts some, who “wouldn’t hurt a fly”, to become their lesser selves - whether that be a snitch, a bully or a murderous killer. Indeed, and as another letter-writer noted, “if our democracy is to survive, if Canada is to continue to be a home for all people and a place of freedom, then “following orders” must be understood as not an acceptable excuse for anything”. Once again, my sincerest apologies to Sally and any others who took offense if I was less than clear in making this point.

Letters – the “gun grab”

Another letter-writer, let’s call him John, comes from a distinguished legal background and he took umbrage with the description of the “Order-in-Council” (OIC) mechanism as the new “diktat”. Recall that this terminology was used to describe the arbitrary manner in which over 1500 firearms were re-classified to make them illegal to use. John pointed out that OICs were an essential part of the democratic process as they insured its efficiency and could be considered to be “delegated legislation” as they were made “pursuant to the authority granted to the government under legislation enacted by Parliament”. Additionally, they were subject to challenge through court proceedings just as any legislation would be and could be altered accordingly. Where’s the lack of democracy? I countered John’s argument by noting that if OICs needed to be pursuant to the authority of overarching legislation then they needed to respect the intent of this same legislation.

I stated that if one of the intents of firearms legislation is to secure the public’s safety then, arguably, it failed to do so in any rational and reasoned fashion with the arbitrary OIC in question. How could it be seen, then, as being in accordance with the “principles of fundamental justice”. With multiple court actions being launched against the OIC “gun grab” it will be interesting to see just which argument will prevail. John remained adamant that such challenges would be rejected under Section 1 of the Charter if they were allowed to proceed at all. If he's right and OICs that do not respect the intent of their overarching legislation can be marshalled into force, what does that say about the sanctity of the process that sees laws made by citizens through their elected representatives? What does that say about the right of citizens to the protections afforded by these same laws in accordance with the concept of "due process”?.

The democracy-despotism spectrum

Besides being our funding drive month, the month of May has provided us with a week-by-week assessment of Canada’s position and movement on the Encyclopedia Britannica’s Democracy-Despotism spectrum from 1946. Unfortunately, this past week’s political and social activities have failed to reverse what has come to be an incremental but relentless drive towards the left of the scale. Keeping in mind that the 1946 template proposed to position a country on the democracy-despotism spectrum by analyzing its respect for its citizens and its willingness to share power with that same citizenry even as it assessed trending on the basis of economic equality and the control of information, consider the following:

It would appear that as the month of May comes to a close, Canada is well positioned to tip into despotism. One that might not be headed by an old age dictator but one that dispenses with individual freedoms and civil liberties nonetheless.

May is C3RF fund drive month

The past year has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights have accelerated and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts including against the formation of political parties partial to the installation of Sharia Law, the entrenchment of free speech-crushing “Islamophobia” in the nation’s political lexicon and the promotion of individual Charter Rights as a critical federal election issue. More than this and in this year of the Wuhan virus, we have fought vigorously on your behalf to preserve these same civil liberties as governments move to tear them down in knee-jerk fashion. Never has the country faced such a sustained and unprincipled attack on its hard-won freedoms – not in any world war or any national conflagration.

All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.

Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. click here to support C3RF today.

And while you're considering making an annual contribution this May, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF

Version française
Votre attention s'il vous plaît! Mai est le mois de notre campagne de financement au C3RF. Voir avis ci-dessous!
Lettres – Le nouveau dictateur

Durant le mois Durant mois de mai nous avons reçu beaucoup de lettres des membres du C3RF. C'est avec plaisir que nous constatons que la grande majorité de ceux qui nous écrivent soutiennent notre combat et que plusieurs sont préoccupés par l'état de la démocratie au Canada. Il y avait cependant des exceptions dont une en particulier doit être abordée ici. Je parle de la lettre de Sally (un pseudonyme) qui était très désemparée par la comparaison apparente de la semaine dernière entre la crise du virus de Wuhan et la Shoah. Sally, voyez-vous, est une descendante directe d'un survivant d'Auschwitz et a eu l'impression que l'établissement de parallèles, entre le virus et la Shoah, entre leurs collaborateurs qui “suivent les ordres”, était de très mauvais goût. Cette impression, je crois, fut renforcée par notre référence aux procès de Nuremberg et que la commission d'un crime de crime ne peut être excusée par l'affirmation: “nous ne faisions que de suivre des ordres”.​

D'entrée de jeu, je dois m'excuser de tout cœur d'avoir laissé cette impression qui était, je vous prie de me croire, très éloignée de mon esprit. Je n'assimilerais jamais la crise du virus de Wuhan à la Shoah qui est unique dans les annales du mal. Ma seule intention était de souligner que le despotisme contraint certains, qui "ne feraient pas de mal à une mouche", à obéir à leurs bas instincts - que ce soit un porte-panier, un tyran ou un tueur. En effet, et comme l'a fait remarquer un autre lecteur, “si notre démocratie va survivre, si le Canada doit continuer d'être un foyer pour tous et un lieu de liberté, alors l'obéissance aveugle aux ordres ne peut en aucun cas être une excuse en soi.” Encore une fois, mes plus sincères excuses à Sally et à tous ceux que j'ai pu blesser par mes propos. J'aurais du être plus clair à ce sujet.

Lettres - la “confiscation de d'armes à feu”

Un autre lecteur, appelons-le John, est issu d'un milieu juridique distingué et il a pris ombrage de la description du mécanisme du “décret du conseil privé de sa majesté” comme un nouveau “diktat”. Rappelons que cette terminologie fut utilisée pour décrire la façon arbitraire dont plus de 1 500 armes à feu ont été reclassifiées pour les rendre illégales. John a souligné que les décrets du conseil privé sont un élément essentiel du processus démocratique car ils garantissent son efficacité et peuvent être considérés comme une “législation par délégation”: une législation “en vertu du pouvoir accordé au gouvernement par le Parlement”. De plus, ils peuvent faire l'objet d'une contestation par voie judiciaire tout comme le serait toute législation et peuvent être modifiés en conséquence. Où est le manque démocratique? J'ai contré l'argument de John en notant que les décrets du conseil privé doivent respecter l'intention de la loi dont ils sont issus.

J’ai déclaré que si l’une des intentions de la loi sur les armes à feu était de garantir la sécurité du public, il est possible que le décret du conseil privé soit arbitraire et non rationnel. Il est difficile de considérer ce caractère arbitraire comme conforme aux “principes fondamentaux de notre justice”. Plusieurs poursuites judiciaires ont été intentées contre cette nouvelle loi sur les armes à feu. On verra bien qui remportera. John est catégorique que ces poursuites échoueront en vertu de l'article 1 de la Charte. Si John a raison, et qu'un décret du conseil privé peut violer les intentions de nos législateurs, nous avons le droit de nous demander s'il soit normal que le processus législatif puisse être si facilement corrompu. L'État de droits auquel le citoyen s'attend, n'est-il pas menacé?

Le spectre démocratie-despotisme

En plus d'être notre mois de financement, en mai nous avons évalué la position du Canada sur le spectre de la démocratie-despotisme à chaque semaine en utilisant les critères établis depuis 1946 par l'Encyclopedia Britannica. Malheureusement, les activités politiques et sociales de la semaine dernière n'ont pas réussi à inverser la tendance. On constate une dérive progressive mais implacable vers la gauche de l'échelle. Compte tenu que le modèle de 1946 proposait de positionner un pays sur le spectre de la démocratie-despotisme en analysant son respect pour ses citoyens et sa volonté de partager le pouvoir avec ces citoyens, tout en évaluant les tendances sur la base de l'égalité économique et du contrôle de l'information, tenez compte des éléments suivants:

Il semblerait qu'à la fin du mois de mai, le Canada est à la veille de basculer dans le despotisme - un despotisme qui ne requiert pas un dictateur à l'ancienne, mais un despotisme qui brime néanmoins les libertés individuelles et civiles.

Le mois de mai est le mois de la collecte de fonds du C3RF

L'année écoulée a été extrêmement chargée pour le C3RF, les attaques contre vos droits garantis par la Charte s'étant accélérées et s'étant étendues à un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer de nombreux fronts, notamment contre la formation de partis politiques favorables à l'instauration de la charia, l'inscription de "l'islamophobie", qui écrase la liberté de parole, dans le lexique politique de la nation et la promotion des droits individuels garantis par la Charte en tant que question cruciale pour les élections fédérales. Plus que cela et en cette année du virus de Wuhan, nous nous sommes battus vigoureusement en votre nom pour préserver ces mêmes libertés civiles alors que les gouvernements s'efforcent de les détruire de manière impulsive. Jamais le pays n'a été confronté à une attaque aussi soutenue et sans principe contre ses libertés durement gagnées, et ce, dans aucune guerre mondiale ni aucun conflit national.

Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. C'est pourquoi nous avons décidé de consacrer le mois de mai à reconstituer nos coffres avant une saison automnale et hivernale très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de ces choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50,00 $ par an pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs Canadiennes afin que vous, vos enfants et petits-enfants continuent de profiter du pays libre qu'a été le Canada jusqu'à présent.

Gardez à l'esprit que les dons mensuels, même petits, même de 5 $ par mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous donnent une plus grande souplesse. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, tels que les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être d'une grande aide. cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et si vous envisagez de faire une contribution annuelle le mai prochain, suivez C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon