C3RF Member Update - 12 June, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Read! Chris McGarry’s “Will Canadians allow the violation of their Charter rights to become the ‘new normal?’
Read! Stephen Coughlin’s memo – “Warning on Racism”

Thank you

Much thanks to the many of you who took the time to participate in last week’s letter-writing challenge. You launched a wave of correspondence, in both French and English, that alerted Members of Parliament across the country that you will not idly stand by as the country’s system of parliamentary democracy is stripped away. These Members will likely be surprised as their own Party authorities, along with the main stream media, have expressed little concern over the prospect of allowing a rogue government to pilfer the public purse without public oversight. If not for you, as a Canadian citizen guaranteed the Charter Right to vote and be represented in the nation’s halls of political power, they would feel no pressure at all to restore your representative democracy. For those of you who considered penning a related letter of concern to your MP but set the project aside, consider doing so now. Take a look at the letter-writing challenge instructions in last week’s update and make your voice heard in the crisis that our parliamentary democracy faces.

This week’s crisis

As each week goes by in this tumultuous time it is rare that it is not accompanied by a new crisis. This past week is no different as the terrible death of George Floyd kicked off worldwide protests and calls of “systemic racism” in police forces and Western society-writ-large. The call, of course, was picked up in Canada and sidelined Wuhan virus “lockdown” protocols to make room for nationwide demonstrations. Accordingly, we found ourselves in the hypocritical position of allowing thousands to gather without penalty to protest “systemic racism” and the need to “defund the police” even as gatherings of more than five persons for family picnics suffered withering fines. What are we to think? If Wuhan virus crisis protocols can be turned on their heads so easily obviously the problem is not as urgent as we were told. That brings us to a natural follow-on question, if the Wuhan virus crisis is just a bunch of hype is it possible that the “systemic racism” narrative and its knock-on remedy to “defund the police” is just as suspect?

Red pilling “systemic racism”

Last week’s update introduced the concept of “red pilling” or moving away from comfortable delusions to seek the truth. In doing so with the charge that Western society is rife with “systemic racism” one would be wise to start with definitions. “Systemic racism” speaks to an institutional or structural problem that sees racism becoming a normal behaviour of people within an organization. Such an outcome, by necessity, requires buy-in by the organization in question and will be evidenced by codified philosophies, policies and procedures that enable racist practices. Rather than pinpoint these structural impediments to racial equality, proponents of the “systemic racism” narrative justify their conclusions through personal anecdotes and generalized statistics divorced from any relevant context. In the former instance, we see highly placed political leaders, like Ahmed Hussen, decry the fact that he feels fear when police are nearby. While no one denies he feels this way, should we wonder if the cause is systemic in nature or one that is based on Mr. Hussen’s own lived experiences with authority figures – in this case with those of his home country of Somalia. Regards the use of generalized statistics, perhaps we can start with analyzing more specific datasets like those chronicled by American security services.

American numbers

The videoed killing of George Floyd in Minneapolis was a stark presentation that struck at the core of the human heart. It’s easy to see how the callous injustice performed on Mr. Floyd could be conflated to go beyond an individual act to become one that embraced all of the nation’s security agencies. But is that fair? Should we take a step back as we are always advised to do when we are forced to deal with terror attacks? Of course! And when we do, we see a totally different picture emerging. In the case of the American experience, it is 18.5X more likely that a police officer will be killed by a black male than an unarmed black male will be killed by the police. In short, “a solid body of evidence finds no structural bias in the criminal-justice system (American) with regard to arrests, prosecution or sentencing…rather, crime and suspect behavior, not race, determine most police actions.” Surely, the call to deal with “systemic racism” in the United States by defunding the police is a dangerous rush to ill-informed justice. What about the case for such prudence on the Canadian scene?

Canadian non-numbers

Unfortunately, Canadian crime data released to the public is not as detailed as the American counterpart – particularly when it comes to portraying perpetrator demographics. This less-than-transparent state of affairs goes back to 1989 when an earnest City of Toronto police staff inspector, Julian Fantino, explained to a community race relations committee that “blacks accounted for most crime in the Jane-Finch area but were only a fraction of the population”. Fantino would go on to become Toronto’s Chief of Police before assuming the responsibilities of a federal cabinet minister in the Harper government. The dust he kicked up in making his fact-based statements on race and crime in Toronto, however, would go on to influence the release of such statistics to this day. Accordingly, although police collect perpetrator data it is not readily available for public consumption. Lacking any definitive race-based data linkages between the victim and the accused, it is very difficult to make any assessments regards the “systemic” nature of related arrests, convictions and incarcerations. The determination of whether or not the Canadian judicial system is infested with “systemic racism” requires other information sources. Sources, perhaps, like the extensive deliberations associated with studies mandated by the Motion M-103 (Islamophobia) approval process.

Motion M-103 Testimony

Motion M-103 studies were undertaken by the House of Commons Heritage Committee in the fall of 2017. They featured expert testimony by a wide variety of agencies and witnesses. The discussion of “systemic racism” was front and center in these deliberations and can be summarized as follows:

All this to say that, saving for the still in-effect Indian Act of 1876, there was little in the way of testimonial proof that Canada was infected with “systemic racism”. This, however, did not prevent the Committee from writing a final report that that made that assertion nonetheless. Problem is, the formal acceptance of such an unsubstantiated claim now opens the door to acceding to new demands arising from the George Floyd travesty. Demands that include “defunding the police” and removing the thin blue line that separates our civilization from barbarism. It’s almost as if unseen forces have set the West careening down a path to anarchy and chaos. A notion, by the way, that was predicted to occur in the runup to the American election of 2020 by Stephen Coughlin in his seminal memorandum; “Warning on Racism”. Consider this publication a reading assignment for next week’s update. There will be a test!

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF

Version française
Lis! Chris McGarry "Les Canadiens permettront-ils à la violation de leurs droits garantis par la Charte de devenir la ‘nouvelle norme’?"
Lis! Mémo de Stephen Coughlin - "Warning on Racism"
Je vous remercie

Un grand merci à tous ceux qui ont pris le temps, la semaine dernière, de participer à notre «défi épistolaire». Vous avez initié une vague, en français et en anglais, qui a alerté les députés à travers le pays: nous ne nous tiendrons plus les bras croisés alors que notre démocratie parlementaire est supprimée. Ces députés seront probablement surpris car les autorités de leur Parti, ainsi que les grands médias, ont exprimé peu d'inquiétude quant à la perspective de permettre à un gouvernement voyou de piller les deniers publics sans surveillance publique. Sans votre aide, en tant que citoyen canadien, garranti du droit de vote et d’être représenté dans les couloirs du pouvoir politique de la nation, vos représentants ne ressentiraient aucune pression pour restaurer votre démocratie représentative. Pour ceux d'entre vous qui ont envisagé de rédiger à votre député une lettre exposant votre inquiétude, mais qui ont mis le projet de côté, envisagez de le faire maintenant. Jetez un coup d'œil aux instructions dans la mise à jour de la semaine dernière et faites entendre votre voix concernant la crise à laquelle notre démocratie parlementaire est confrontée.​

La crise hebdomadaire

Au fil des semaines, en cette période tumultueuse, il est rare que la semaine ne commence pas avec une nouvelle crise. La semaine dernière ne fit pas exception puisque la mort terrible de George Floyd a donné le coup d'envoi aux protestations mondiales et aux appels au "racisme systémique" des forces de l'ordre et de la société occidentale dans son ensemble. L'appel a bien sûr été reçu au Canada et les protocoles de "verrouillage" du virus de Wuhan ont été mis à l'écart pour faciliter des manifestations à l'échelle nationale. En conséquence, nous nous sommes retrouvés dans une position hypocrite qui permet à des milliers de personnes de se rassembler sans peine pour protester contre le "racisme systémique" et la nécessité de "financer la police", même si les rassemblements de plus de cinq personnes pour des pique-niques familiaux sont passibles de lourdes amendes. Que doit-on conclure? Si les protocoles de crise du virus de Wuhan peuvent être inversés si facilement, le problème n'est évidemment pas aussi urgent qu'on nous l'a dit. Cela nous amène à la question suivante: si la crise du virus de Wuhan n'est qu'un battage médiatique, est-il possible que le récit du "racisme systémique" et son remède, "l'élimination du financement de la police", soient tout aussi suspects?

La pilule rouge du "racisme systémique"

​​La mise à jour de la semaine dernière a introduit le concept de la «pilule rouge»: s'éloigner des délires confortables et rechercher la vérité. Ce faisant, en accusant la société occidentale de "racisme systémique", il serait sage de commencer par des définitions. Le "racisme systémique" renvoie à un problème institutionnel ou structurel qui voit le racisme devenir un comportement normal des personnes au sein d'une organisation. Donc le racisme systémique nécessite l'adhésion de l'organisation à des philosophies, politiques et procédures codifiées qui permettent et encouragent explicitement des pratiques racistes. Plutôt que de cerner les obstacles structurels à l'égalité raciale, les partisans du récit du "racisme systémique" justifient leurs conclusions par des anecdotes personnelles et des statistiques généralisées dissociées de tout contexte pertinent. Dans le premier cas, nous voyons des dirigeants politiques haut placés, comme Ahmed Hussen, dénoncer le fait qu'il ait peur lorsque la police est à proximité. Bien que personne ne puisse nier qu'il se sente de cette façon, devons-nous nous demander si la cause est de nature systémique ou si elle est basée sur les propres expériences vécues par M. Hussen avec des figures d'autorité – par exemple avec celles de son pays d'origine, la Somalie. En ce qui concerne l'utilisation de statistiques, nous pouvons peut-être commencer par analyser des ensembles de données plus spécifiques comme ceux décrits par les services de sécurité américains.

Chiffres américains

Le meurtre filmé de George Floyd à Minneapolis a frappé tous ceux qui ont un cœur. Il est facile de voir comment l'injustice cruelle commise contre M. Floyd par un individu peut devenir un acte qui ternit toutes les agences de sécurité d'un pays. Mais est-ce juste? Faut-il prendre du recul comme on nous le conseille toujours de le faire dans le cas des attentats terroristes? Bien sûr! Et quand nous le faisons, une image totalement différente émerge. Dans le cas américain, il est 18,5 fois plus probable qu'un policier soit tué par un homme noir qu'un homme noir non armé soit tué par la police. En bref, "un ensemble solide de preuves indique qu'il n'y a pas de parti pris structurel dans le système de justice pénale américain en ce qui concerne les arrestations, les poursuites ou les condamnations… plutôt, le crime et le comportement suspect, et non la race, déterminent la plus part des actions policières". Sans aucun doute, l'appel à lutter contre le «racisme systémique» aux États-Unis par des coupures du finacement de la police est dangereux et va nous mener vers une justice mal informée. Que se passe-t-il du côté canadien, il y a-t-il un appel à la prudence?

L'absence de données canadiennes

​​Malheureusement, les données canadiennes sur la criminalité divulguées au public ne sont pas aussi détaillées qu'aux États-Unis - en particulier lorsqu'il s'agit de décrire la démographie des auteurs. Cet état de fait peu transparent remonte à 1989, quand un inspecteur sérieux du personnel policier de la ville de Toronto, Julian Fantino, a expliqué à un comité communautaire des relations raciales que "les Noirs commettaient la plupart des crimes dans la région de Jane-Finch mais n'étaient qu'une fraction de la population". Fantino deviendra ensuite chef de police de Toronto avant d’assumer les responsabilités de ministre fédéral au sein du gouvernement Harper. Cependant, le tollé soulevé par ses déclarations factuelles sur la race et le crime à Toronto continue d'influencer la publication de telles statistiques. En conséquence, bien que la police recueille des données sur les auteurs, celles-ci ne sont pas facilement accessibles au public. Faute de liens définitifs entre la race de la victime et celle de l'accusé, il est très difficile d'évaluer la nature «systémique» des arrestations, condamnations et incarcérations. Pour déterminer si le système judiciaire canadien est oui ou non infesté de «racisme systémique», il faut d'autres sources d'information. Des sources, peut-être, comme les délibérations approfondies associées aux études du processus d'approbation de la motion M-103 (Islamophobie).

Témoignage sur la motion M-103

Des études sur la motion M-103 furent faites par le comité du patrimoine de la chambre des communes à l'automne 2017. Elles comportaient des témoignages d'experts d'une grande variété d'organismes et beaucoup de témoins. La discussion sur le "racisme systémique" fut au centre de ces délibérations et peut être résumée comme suit:

Tout cela pour dire que, mise à part la loi sur les Indiens de 1876, toujours en vigueur, il n'y avait guère de preuve par témoignage que le Canada était infecté de "racisme systémique". Cela n'a toutefois pas empêché le Comité de rédiger un rapport final qui contenait néanmoins cette affirmation. Le problème est que l'acceptation officielle d'une telle allégation non fondée ouvre désormais la porte à de nouvelles demandes découlant de la parodie tragique de George Floyd. Des demandes incluent "l'élimination du financement de la police" et la suppression de frontière qui sépare notre civilisation de la barbarie. C'est presque comme si des forces invisibles avaient mis l'Occident sur la voie de l'anarchie et du chaos. Une notion, soit dite en passant, qui devait se produire à l'approche des élections américaines de 2020 selon Stephen Coughlin dans son mémorandum précurseur: "Avertissement sur le racisme". La lecture de ce mémorandum est un devoir de lecture la semaine prochaine. Il y aura un test!

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon