C3RF Member Update - 24 July, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Sign! CCLA petition calling for the retraction of Ontario Bill 195

The never-ending crisis

As calls to “flatten the curve” fade into history, all that seems to lie ahead, at least until the advent of a silver bullet vaccine, is a never ending, drunken three-step foxtrot that sees the country stagger from contagion to lockdown to lockdown-light before careening back to contagion. We watched this dance unfold believing that our political leaders were serious when they said we need only give up our livelihoods, and civil liberties, long enough to get our medical systems up to the task of dealing with the Wuhan virus. Rather than this, they have left this promise behind to take up the impossible call of medical “experts” to eradicate the virus through social distancing, isolation and, now, face masks on a permanent basis whether you are healthy or not. To make matters worse, we see these same pliant politicians abandon our parliamentary democracy so that they might retreat to the safety of their living rooms even as they shove first responders, grocery clerks and truck drivers into the contagion battle space. Meanwhile, the yin and yang of the revolving contagion, lockdown and lockdown-light cycle continues ad infinitum.

To make matters worse, most of the resulting $340 billion of deficit generated by the powers-that-be have gone to individuals and businesses, both domestic and foreign, in lieu of shoring up the medical system to meet the virus head-on. To add even more insult to injury, Canadians are left in the lurch arguing about the efficacy of face masks even as their rights, freedoms and livelihoods disintegrate before their eyes. Perhaps C3RF member Don (not his real name) said it best in his letter to his MP, Minister of Public Service and Procurement, Anita Anand, when he wrote:

Canadians have waited for the “flattening of the curve” in order to leave this unnuanced so-called lockdown and get back to work for over one hundred days now. I didn’t complain to you at first. Weeks, however, have turned into months as small businesses crumble. Please - enough is enough! It’s time for you to pull up your sleeves and represent the interests of hard-working citizens. You were elected by Canadians, not oligarchs.

Perhaps Don is onto something. After all, if the first lockdown that Canadian medical and political leaders engineered led to the resumption of contagion once it was lifted how can we expect a second, third or even a fourth to work. What do they say about doing the same thing over and over again expecting different results?

Enough is enough?

The Canadian government’s move away from its “flatten the curve” promise and towards a despotic Canada devoid of individual rights and freedoms cannot go unchallenged. And so, we see the rise of legal initiatives aimed at addressing these same concerns. It needs to be noted that C3RF has been fighting the diminution of individual rights and freedoms since it began in earnest with the Islamophobia Motion M-103 in 2017. This degradation, however, is now in full swing with the Wuhan virus and, to a lesser extent now, Climate Change providing the accelerant to a now raging fire. Accordingly, civil liberties organizations like the Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF) have entered the fray in a serious way to challenge Canada’s trajectory into despotism.

JCCF has been a stalwart in the fight for Charter Rights and Freedoms since its inception in 2010. Accordingly, it and C3RF have found themselves on the same side of several arguments in a mutually supportive fashion. One such case was the “Manzillian” affair that saw a trans-woman take a young, single mother and aesthetician to the BC Human Rights Tribunal for running afoul of Canada's newest "ground for discrimination" - "gender identity and expression". Her crime was apologetically refusing her "waxing" services to a trans-woman presenting as a male with related genitalia. The case never went forward as the JCCF pro-bono legal strategy and publicity efforts by agencies like C3RF deterred the complainant. JCCF is now moving in the same direction as C3RF in addressing the shocking loss of rights and freedoms by virtue of the Wuhan Virus crisis. Like C3RF, it is doing so on multiple fronts with its strategies telegraphed by its own analysis of rights suppression in the province of Ontario.

The suppression of civil liberties in Ontario – a JCCF analysis

In its 22 June 2020 analysis, “Unprecedented and Unjustified; A Charter Analysis of Ontario’s Response to COVID-19”, JCCF takes the province of Ontario to task for its cavalier imposition of draconian lockdown measures in the face of the Wuhan virus crisis. The analysis is comprehensive and notes in no uncertain terms that the Charter Rights of Ontarians are no secondary matter and need to be considered as a priority when countervailing restrictions are under consideration. Indeed, it is incumbent upon political authorities to “demonstrably justify such restrictions on the basis of evidence which proves that the restrictions do more good than harm”. Did Ontario, and by extension all of the other provinces and the federal government, really pass this test? If it did it certainly didn’t provide the proof that it had. Even if it had, did the province ensure that lockdown measures didn’t go beyond what was reasonably required to ensure that rights and freedoms were minimally impacted? The JCCF analysis suggests they did not in either case. It asserts the following:

  • Science and data were not presented that demonstrated that the Wuhan virus posed a significant, generalized risk such that broad lockdown measures were reasonably required;

  • lockdown measures were not studied and shown to be effective in mitigating the risk associated with the Wuhan virus;

  • the Ontario government did not bother to ascertain the countervailing and unprecedented damage created by broad lockdown measures on the economic prospects of the province and its citizens;

  • similarly, it did not investigate fully how the increasing prevalence of individual stressors generated by broad lockdown protocols could result in more negative social outcomes such as suicides, spousal abuse and child abuse;

  • lockdown measures were extended to children and youth through school closings even though available evidence demonstrated that this demographic was not at risk;

  • consideration was not given to data that indicated that the Wuhan virus did not pose a significant threat to the vast majority of Ontarians;

  • modelling used by the Ontario government, like that developed by the imperial College in the UK, were likely based on the same erroneous assumptions and widely off the mark.For example, both number of cases and ICU usage in Ontario due to the Wuhan virus were overpredicted by 500%;

  • while very tragic, the number of deaths from the Wuhan virus is not different from many other years and is within the range of the annual flu. This latter assertion is supported by a large body of evolving, but basically unreported, data that indicates infection fatality rates of the Wuhan virus are consistent with those of the seasonal flu; and

  • death rates associated with the Wuhan virus are severely compromised by protocols that fail to distinguish between people who had COVID-19 at time of death, and those who actually died from it.

Given the failure to use reasonable and accurate science, data and models to demonstrably justify the use of broad lockdown procedures for both the sick and the healthy, the JCCF analysis concludes that the deprivation of Canadian individual rights to speech, religion, association, assembly, mobility and security of the person cannot be justified. Most importantly, it notes that the citizen does not “bear the burden of acquiring data, creating modelling scenarios, exploring and tabulating negative impacts from the lockdown, or providing a cost-benefit analysis. The Charter appropriately and deliberately places this responsibility instead on the entity that violates our freedoms: the government”.

The path ahead

The path ahead for Ontario and Canada writ large is unclear at this point in time. The salient points raised by the JCCF analysis will most certainly go on to inform Charter cases that have already been initiated within the Canadian legal system. These include a case raised by the Canadian Coalition of Firearms Rights that disputes the right of the federal government to impose its recent “gun grab” and one raised by Vaccine Choice Canada that takes all levels of government to task for depriving Canadians of their right to live their lives as they choose. These cases, if successful, would see Canadian authorities forced to consider other options that could be demonstrated to interfere minimally with the rights of Canadians. Such might include the approach taken by Sweden in the matter of dealing with the Wuhan virus. It chose to keep its economy and schools open and trust its citizens to do what was required to keep the virus at bay. In the end it never exceeded its medical capacity to deal with the contagion and experienced death rates that were less than those in the total lockdown regimes of Belgium, Italy, the UK and Spain.

Then again, Canadian courts have a penchant for ruling against individual rights and freedoms in favour of the popular narratives of the day. The Supreme Court Trinity Western University case of 2018 springs to mind here. And the province of Ontario is already moving forward with Bill 195 that would allow for the extension or modification of emergency measures for at least a year beyond the end of a declared emergency. This, even as national and international levels of influence begin to call for the “reset” of the global capitalist system to better accommodate fairness and sustainability – in the image of Marxist globalism? The path ahead is certainly murky and in desparate need of input by everyday Canadians. After all, it was such as them that fought and died to secure these same rights so that they might be passed down to future generations – including ours.

Summer schedule

C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments in the “free speech” and civil liberties arenas. We will be particularly engaged with the Wuhan virus and parliamentary democracy files as both have the potential to send Canadians down the path to serfdom. It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see fit to reinitiate that which we currently lack; a responsible, representative government.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF

Version française
Signe! Pétition de l'ACLC demandant le retrait du projet de loi 195 de l'Ontario
La crise perpétuelle

Alors que les appels à «aplatir la courbe» tombent dans l'oubli, tout ce qui nous attend, au moins jusqu’à l’avènement d’un vaccin miracle, est un pas de trois ivre sans fin qui voit le pays passer de la contagion au verrouillage, et au semi-verrouillage avant de revenir à la contagion. Nous avons regardé ce pas de trois se dérouler en croyant que nos dirigeants politiques étaient sérieux lorsqu'ils ont dit que nous devions simplement renoncer à nos moyens de subsistance et à nos libertés civiles, juste qu'à ce que nos systèmes médicaux soient à la hauteur de la lutte contre le virus de Wuhan. Mais en réalité, ils ont abandonné cette promesse pour répondre à l'appel impossible des «experts» médicaux qui préconisent d'éradiquer le virus par la distanciation sociale, l'isolement et, maintenant, par les masques faciaux sur une base permanente, que vous soyez en bonne santé ou non. Pour aggraver les choses, nous voyons ces mêmes politiciens dociles abandonner notre démocratie parlementaire pour pouvoir se retirer dans la sécurité de leur salon alors même qu'ils poussent les premiers intervenants, les commis d'épicerie et les chauffeurs de camion dans la contagion. Pendant ce temps, le yin et le yang du cycle de contagion, de verrouillage et de semi-verrouillage se poursuivent à l'infini.

Pour aggraver les choses, la plupart des 340 milliards de dollars de déficit générés par les pouvoirs en place sont allés aux particuliers et aux entreprises, tant nationales qu'étrangères, au lieu de renforcer le système médical qui fait face au virus. Pour couronner le tout, les Canadiens sont laissés dans le pétrin, se disputant concernant l'efficacité des masques alors même que leurs droits, libertés et gagne-pain se désintègrent sous leurs yeux. Un membre du C3RF, Don (pseudonyme), s'est peut-être le mieux exprimé dans sa lettre à sa députée, la ministre des services publiques et de l'approvisionnement, Anita Anand, lorsqu'il a écrit:

Les Canadiens ont attendu, plus de cent jours, l'«aplatissement de la courbe» pour sortir de ce soi-disant verrouillage et se remettre au travail. Je ne me suis pas plaint au début. Les semaines, cependant, se sont transformées en mois et les petites entreprises s'effondrent. S'il vous plaît - c'est assez! Il est temps de vous remettre au travail et de représenter les intérêts des citoyens qui travaillent dur. Vous avez été élue par les Canadiens et non par les oligarques.

Peut-être que Don a raison. Après tout, si le premier verrouillage conçu par les dirigeants médicaux et politiciens canadiens a conduit à la reprise de la contagion une fois levé, comment pouvons-nous nous attendre à ce qu'un deuxième, un troisième ou même, un quatrième fonctionne. Pensent-ils répéter la même chose dans l'espérance de résultats différents?

Trop c'est trop?

L’abandon par le gouvernement canadien de sa promesse «d’aplatir la courbe» et sa nouvelle direction vers un Canada despotique dépourvu de droits et de libertés individuelles ne peut pas être contesté. Et ainsi, nous voyons la montée des initiatives juridiques visant à répondre à ces mêmes préoccupations. Il convient de noter que le C3RF lutte contre la diminution des droits et libertés individuels depuis la motion d'islamophobie M-103 en 2017. Cette dégradation bat son plein avec le virus de Wuhan et, dans une moindre mesure maintenant, le changement climatique jette de l'essence sur le feu. Par conséquent, des organisations de défense des libertés civiles comme le Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF) se sont sérieusement engagées dans la mêlée pour contester la marche du Canada vers le despotisme.

Le JCCF a été un pilier de la lutte pour les droits et les libertés garantis par la Charte depuis sa création en 2010. Par conséquent, le JCCF et le C3RF se sont retrouvés souvent dans le même camp et se soutiennent mutuellement. Ce fut le cas durant l'affaire «Manzillian» où une femme transgenre poursuivit une jeune mère célibataire et esthéticienne au tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique pour avoir enfreint le plus récent «motif de discrimination» du Canada - «l'identité et expression de genre». Son crime était d'avoir refusé ses services «d'épilation» à une femme transgenre avec les organes génitaux d'un homme. Le procès n'a jamais vu le jour car la stratégie juridique bénévole du JCCF et les efforts de publicité d'organismes comme le C3RF ont dissuadé le plaignant. Le JCCF agit maintenant dans la même direction que le C3RF en luttant contre la perte choquante de droits et de libertés en raison de la crise du virus de Wuhan. Comme le C3RF, il le fait sur plusieurs fronts avec ses stratégies dérivées de sa propre analyse de la suppression des droits en Ontario.

La suppression des libertés civiles en Ontario - une analyse JCCF

Dans son analyse du 22 juin 2020, «Sans précédent et injustifié; une analyse de la réponse de l’Ontario au COVID-19 vue sous l'angle de la Charte», le JCCF demande des comptes à la province de l’Ontario pour son imposition cavalière de mesures de verrouillage draconiennes face à la crise du virus de Wuhan. L'analyse doit être complète et déclarer en termes non équivoques que les droits garantis par la Charte aux Ontariens ne sont pas une question secondaire et doivent être considérés comme une priorité lorsque des restrictions compensatoires sont envisagées. En effet, il incombe aux autorités politiques de «justifier de telles restrictions sur la base de données qui prouvent que les restrictions font plus de bien que de mal». L'Ontario, toutes les autres provinces et le gouvernement fédéral, ont-ils vraiment passé ce test? Si tel était le cas, l'Ontario n’a certainement pas fourni la preuve. Même si c’était le cas, la province s’est-elle assurée que les mesures de verrouillage n’allaient pas au-delà de ce qui était requis pour garantir que les droits et les libertés soient le moins affectés? L'analyse du JCCF suggère que ce ne fut pas le cas. Le JCCF affirme ce qui suit:

  • Aucune donnée scientifique ou analyse ne furent présentées qui démontraient que le virus de Wuhan posait un risque important et généralisé justifiant que les mesures de verrouillage à grande échelle étaient nécessaires et raisonnables;

  • les mesures de verrouillage et leur efficacité pour atténuer le risque associé au virus de Wuhan n'ont pas été étudiées;

  • le gouvernement de l'Ontario n'a pas pris la peine de calculer les dommages compensatoires et sans précédent créés par les mesures imposantes de verrouillage sur l'avenir économique de la province et de ses citoyens;

  • de plus le gouvernement n'a pas étudié complètement comment la croissance des facteurs de stress individuels générés par les protocoles de confinement pouvait entraîner des résultats sociaux plus négatifs comme les suicides, la violence conjugale et la maltraitance des enfants;

  • les mesures de confinement ont été appliqués aux enfants et aux jeunes par la fermeture d'écoles même si les preuves disponibles ont démontré que ce groupe démographique n'était pas à risque;

  • le gouvernement n'a pas été tenu compte des données indiquant que le virus de Wuhan ne représentait pas une menace importante pour la grande majorité des Ontariens;

  • La modélisation utilisée par le gouvernement de l'Ontario, comme celle élaborée par l'Imperial College au Royaume-Uni, était probablement basée sur les mêmes hypothèses erronées et imprécises. Par exemple, le nombre de cas et l'utilisation des unités de soins intensifs en Ontario en raison du virus de Wuhan ont été surestimés de 500%;

  • bien que très tragique, le taux de décès dus au virus de Wuhan n'est pas différent du taux des années précédentes et est comparable au taux de la grippe annuelle. Cette dernière affirmation est étayée par un grand nombre de données, mais essentiellement non publiées, qui indiquent que les taux de mortalité par infection du virus de Wuhan sont conformes avec ceux de la grippe saisonnière; et

  • les taux de mortalité associés au virus de Wuhan sont gravement compromis par des protocoles qui ne font pas la distinction entre les personnes qui avaient le COVID-19 au moment du décès et celles qui en sont décédées.

Étant donnés le manque de science, de données et de modèles raisonnables et exacts pour justifier de manière démontrable l'utilisation de procédures de verrouillage générales pour les malades et les personnes en bonne santé, l'analyse de la FCJC conclut que la privation des droits individuels canadiens (liberté d'expression, pratique de la religion, association, réunion, mobilité et sécurité de la personne) ne peuvent être justifiées. Plus important encore, le FCJC note que le citoyen «n'est pas responsable de l'acquisition de données, de la création de scénarios de modélisation, de l'exploration et de la tabulation des impacts négatifs du verrouillage, ou de l'analyse coûts-avantages. La Charte attribue correctement et déliberément cette responsabilité à celui qui viole nos libertés: le gouvernement».

Le chemin à parcourir

La voie à suivre pour l'Ontario et le Canada dans son ensemble n'est pas claire pour le moment. Les points saillants soulevés par l'analyse du JCCF continueront certainement à élucider les problèmes basés sur la Charte qui sont déjà examinés dans le système juridique canadien. Ceux-ci incluent un cas soulevé par la «Canadian Coalition of Firearms Rights» (Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu) qui conteste le droit du gouvernement fédéral d'imposer sa récente «saisie d'armes»; et un autre soulevé par Vaccine Choice Canada qui combat tous les ordres de gouvernement pour priver les Canadiens de leur droit à vivre leur vie comme ils le souhaitent. En cas de succès, les autorités canadiennes seraient obligées d'envisager d'autres options si elles interfèrent de façon minimale avec les droits des Canadiens. Cela pourrait inclure l'approche adoptée par la Suède en matière de lutte contre le virus de Wuhan. La Suède a choisi de garder son économie et ses écoles ouvertes et de faire confiance à ses citoyens pour garder le virus à distance. En fin de compte, la Suède n'a jamais dépassé sa capacité médicale à faire face à la contagion et a connu des taux de mortalité inférieurs à ceux des régimes de verrouillage total de la Belgique, de l'Italie, du Royaume-Uni et de l'Espagne.

Là encore, les tribunaux canadiens ont un penchant pour statuer contre les droits et libertés individuelles en faveur des récits à la mode. L'affaire de la Trinity Western University en 2018 à la Cour suprême me vient à l'esprit. Et la province de l'Ontario va déjà de l'avant avec le projet de loi 195 qui permettrait de prolonger ou de modifier les mesures d'urgence pendant au moins un an après la fin d'une urgence déclarée. Ceci, alors même que les paliers gouvernementaux nationaux et internationaux commencent à appeler à la «réinitialisation» du système capitaliste mondial pour mieux tenir compte de l'équité et de la durabilité - à l'image du mondialisme marxiste? La voie à suivre est certainement sombre et a désespérément besoin de la contribution des Canadiens ordinaires. Après tout, ce sont eux qui se sont battus et sont morts pour garantir ces mêmes droits afin qu'ils puissent être transmis aux générations futures - y compris la nôtre.

Horaire d'été

Le C3RF sera actif pendant les vacances d'été car il surveille les développements nationaux dans les domaines de la «liberté d'expression» et des libertés civiles. Nous serons particulièrement impliqués dans le dossier du virus de Wuhan et de la démocratie parlementaire, car ils ont tous les deux le potentiel d'entraîner les Canadiens sur la voie de la servitude. Durant la période estivale juillet-août les «mises à jour» auront lieu à toutes les deux semaines. Nous retournerons à la normale en septembre, et espérons-le, nos dirigeants politiques jugeront bon de se remettre véritablement au travail dans un gouvernement responsable et représentatif.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon