C3RF Member Update - 07 Aug, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Sign! Government of Canada petition to stop the transitioning of minors

David v Goliath revisited

C3RF readers will recall a “David and Goliath” tale from our 10 July 2020 “update”. In it we saw a “David”, in the form of retired firefighter Norman Traversy, taking on the “Goliath” that is our very own Prime Minister Justin Trudeau. Traversy was seeking the private prosecution of the PM by virtue of the latter’s subversion of the rule of law during the SNC Lavalin scandal. He was so concerned by this attempted debasement of Canada’s most sacred judicial tradition that he, accompanied by 1500 supporters, submitted a 192-page report to the American Ambassador to Canada outlining how the Prime Minister had run afoul of the anti-corruption provisions of the USMCA Act’s Article 27. Other “Davids” have since come forward. Two of them, in the form of the Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF) and a lawyer by the name of Rocco Galati, were highlighted in the “update” of 24 July 2020. This “update” went into some detail regards a JCCF legal analysis of the province of Ontario’s draconian and anti-constitutional efforts to deal with the Wuhan virus crisis. Now is a good time to take a closer look at the “David” that is Rocco Galati.

A thorn in the establishment’s side

Rocco Galati has a long and storied career of being a thorn in the side of governments regardless of political stripe. Again, and again, he has operated as a check on perceived government overreach and patronage capable of displacing the rights of individual Canadians. Accordingly, he has defended a number of alleged terrorists and was successful in bouncing a hand-picked candidate for the Supreme Court of Canada. Additionally, his popularity within the Canadian judicial scene is less than stellar as he is on record as stating that judges are selected on the basis of who they know rather than merit and that “lacking an independent judiciary you have dictatorship”. In assessing just what motivates Mr. Galati, one is struck by his commitment to “the law” and the intent of its framers.

An excellent example of this can be seen in his lawsuit against the Bank of Canada. In it he asserted that the Bank had no right, in 1974, to forego interest-free loans to the government of Canada. These loans, written into the Bank’s enabling legislation of 1934, were intended to promote the development of Canadian infrastructure and were central in building economy-making mega-projects like the St Lawrence Seaway and the Trans Canada Highway. He argued that, in aligning the Bank of Canada with the tenets of the central bank of central banks, the International Bank of Settlements, the nation gave up on such development opportunities while handing over financial sovereignty to entities that were private, internationally held and motivated by shareholder interests. Compare Mr. Galati’s dedication to the intent of the 1934 Bank of Canada Act to the recent ministrations of the Federal Court of Canada. This court ruled that the Canada-U.S. Safe Third Country Agreement violated the section of the Charter guaranteeing "the right to life, liberty and security of the person". In doing so, the decision can be seen to be overriding the intent of the agreement and the fact that the two partner nations saw themselves as like-minded when it came to the treatment of, and respect for, the rights of asylum seekers.

Vaccine Choice Canada v political, medical and communications agencies

One can be sure that Mr. Galati will remain true to the intent of our Canadian Charter of Rights and Freedoms as he pushes back on the draconian, Wuhan virus measures foisted upon everyday citizens by government, medical and media agencies. These intents are ably framed by the JCCF analysis referenced in the 24 July 2020 “update” and include the need to ensure:

  • the Charter is not considered to be a secondary matter but rather the priority when countervailing restrictions are under consideration;

  • that political authorities “demonstrably justify such restrictions on the basis of evidence which proves that the restrictions do more good than harm”;

  • that even if authorities did provide such demonstrable justifications, they didn’t go beyond what was reasonably required to ensure that rights and freedoms were minimally impacted; and

  • that the government, not the citizen, “bear the burden of acquiring data, creating modelling scenarios, exploring and tabulating negative impacts from the lockdown, or providing a cost-benefit analysis”.

It is noteworthy that authorities responsible for the lockdown strategy that is now victimizing citizens and the nation as a whole is prefaced solely on medically-based modelling with no attempt made to accommodate economic or sociological costs. One C3RF member, a research scientist working abroad, finds these omissions inexcusable as “the public should be presented with simulations that include viral propagation and economic consequences. Then the public should be allowed to choose the path to take”. An extended interview with Mr. Galati regards his upcoming lawsuit reveals that this is exactly what his clients would expect.

An extended interview with Rocco Galati

In a recent interview with Amanda Forbes, Rocco Galati laid out the major points that underpin his legal strategy. It is interesting to note that he is prepared to take the abuse of power case all the way to the Supreme Court and then beyond to the Office of the High Commissioner for Human Rights at the United Nations if need be (17:00). During the interview he noted that:

  • long term care facilities have turned into repressive gulags for Canada’s elderly (4:10);

  • the measures promulgated by various levels of government and their medical agencies are not scientifically based. Indeed, why are face masks becoming mandated when they come in boxes that warn they do not work against Covid-19? The truth of the matter is that face mask laws are based on polls that indicate that Canadians have lost confidence in the ability of leaders to address the Wuhan virus crisis. Seen in such a light and given authoritative research that counters popular narratives, Canadians could not be blamed for seeing them as a means of re-establishing control (5:37);

  • there are many disturbing relationships that strain the concept of coincidence. These include those between billionaire oligarchs, the World Health Organization and the Communist Party of China – all of which have been driving the responses to the Wuhan virus through privacy-crushing initiatives like microchipping and digital contact tracing (8:30);

  • while big corporations, including big tech and pharma, flourish in the Wuhan virus scheme of things, small business and the middle class are being decimated (11:30). Additionally, it is odd that the 2010 Rockefeller Foundation report, “How to Obtain Global Governance in a Pandemic”, accurately predicted current day events (11:50);

  • studies and information that counter established narratives, including those from Nobel Prize winners, is being taken down by social media platforms as misinformation (13:00). It is interesting to note at this juncture that medical experts and “frontline doctors” have recently been censored and even fired from their positions for speaking out;

  • Countries that didn’t burn their economies seem to have done no worse than those that did through lockdown strategies. (15:00) A good case in point is the experience of Sweden that sees cases and deaths trailing off to zero even as schools and the economy were allowed to stay open;

  • the CBC is not a private entity and has a duty of care when it comes to communicating with the public and serving the interests of that public. Even so, it has not been fair, objective and impartial in doing so in matters related to the Wuhan virus crisis (16:00);

  • federal agencies are making money available to municipalities that initiate masking laws and thereby playing favourites with unproven measures (24:30);

  • unconstitutional discussions and plans are being made that call for mandated vaccination programs. His law suit will call for the confirmation of the concept of “no medical treatment without informed consent” (31:00);

  • mandated programs that override individual freedoms are the essence of a fascist state (32:15);

  • it is odd that Wuhan virus death numbers include those cases where patients were known to be dying of other causes such as cancer. It’s as though these numbers are purposely being inflated (35:00);

  • he will plead, with hard evidence, that Wuhan virus measures have caused more death than the virus itself through suicide, loss of elective surgeries and a myriad of other unintended consequences (36:00); and

  • Denis Rancourt, a tenured professor of physics and a plaintiff in the law suit, has had two articles on the efficacy of mask wearing censored (45:30).

All in all, the Vaccine Choice Canada/ Denis Rancourt law suit stands to rock the Canadian political, medical, legal and media establishments. Given its involvement, it is doubtful that the latter will give it the coverage it most certainly deserves. You can be sure, however, that C3RF will do so on your behalf.

Summer schedule

C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments in the “free speech” and civil liberties arenas. We will be particularly engaged with the Wuhan virus and parliamentary democracy files as both have the potential to send Canadians down the path to serfdom. It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see fit to reinitiate that which we currently lack; a responsible, representative government.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF

Version française
Signe! Pétition du gouvernement du Canada pour mettre fin à la transition des enfants
David contre Goliath revisité

Les lecteurs du C3RF se souviendront du récit de «David et Goliath» dans notre «mise à jour» du 10 juillet 2020. On y voyait un «David», en la personne du pompier à la retraite M. Norman Traversy, affronter le «Goliath» qui est notre propre Premier ministre Justin Trudeau. M. Traversy sollicitait une poursuite privée du Premier ministre en vertu de la subversion de l’état de droit par ce dernier lors du scandale de SNC Lavalin. M. Traversy était tellement préoccupé par cette tentative de dévalorisation de la tradition judiciaire la plus sacrée du Canada qu'il a présenté, accompagné de 1500 partisans, un rapport de 192 pages à l'ambassadeur américain au Canada décrivant comment le Premier ministre avait enfreint aux dispositions anti-corruption de l' article 27 de l'ACEUM. D'autres «David» se sont manifestés depuis lors. Deux d'entre eux, le Justice Centre for Constitutional Freedoms (JCCF) et Me Rocco Galati, avocat, ont été mis en évidence dans la «mise à jour» du 24 juillet 2020. Cette «mise à jour» est entrée dans le détail concernant une analyse juridique du JCCF concernant les efforts draconiens et anticonstitutionnels de la province de l'Ontario pour faire face à la crise du virus de Wuhan. C'est maintenant le bon moment pour regarder de plus près le «David» qu'est Me Rocco Galati.

Une bête noire de l'establissement

Me Rocco Galati a une longue et riche carrière de bête noire gouvernementale, quelle que soit leur allégeance politique. Maintes fois, il a agi comme un frein au favoritisme susceptible d'annuler les droits des Canadiens. En conséquence, il a défendu un certain nombre de présumés terroristes et a réussi à faire annuler la candidature d'un candidat trié sur le volet pour la Cour suprême du Canada. De plus, sa popularité est loin d'être élevée au sein de la scène judiciaire canadienne, car il a déclaré que les juges sont choisis en fonction de leur entourage plutôt que de leur mérite et que «faute d'un pouvoir judiciaire indépendant, vous avez la dictature». En évaluant exactement ce qui motive M. Galati, on est frappé par son attachement à la légalité et à l'intention des législateurs.

Sa poursuite contre la Banque du Canada nous donne un excellent exemple. Il y affirmait que la Banque n'avait pas le droit, en 1974, de renoncer à des prêts sans intérêt au gouvernement du Canada. Ces prêts, inscrits dans la loi habilitante de la Banque de 1934, visaient à promouvoir le développement de l’infrastructure canadienne et étaient essentiels à la construction de mégaprojets économiques comme la voie maritime du Saint-Laurent et la route transcanadienne. Il a soutenu qu'en alignant la Banque du Canada sur les principes de la « reine » des banques centrales, la Banque des Règlements Internationaux, le pays a renoncé à de telles opportunités de développement et céda sa souveraineté financière à des entités privées, détenues au niveau international et motivées par l'intérêt des actionnaires. Comparez le dévouement de Me Galati à la lettre de la loi de 1934 sur la Banque du Canada aux récents actes de la Cour fédérale du Canada. Cette cour a statué que l'accord Canada-États-Unis sur les tiers pays sûrs violait l'article de la Charte garantissant «le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne». Ce faisant, on peut considérer que cette décision prime sur l'intention de l'accord et sur le fait que les deux pays partenaires considéraient qu'ils partageaient les mêmes idées en ce qui concerne le traitement et le respect des droits des demandeurs d'asile.

Vaccine Choice Canada contre les agences politiques, médicales et de médiatiques

On peut être sûr que Me Galati restera fidèle à l'intention de notre Charte canadienne des droits et libertés alors qu'il repoussera les mesures draconiennes contre le virus de Wuhan imposées aux citoyens par les agences gouvernementales, médicales et médiatiques. Ces intentions sont décrites dans l'analyse JCCF citée dans la «mise à jour» du 24 juillet 2020 et incluent la nécessité de garantir:

  • que la Charte ne doit pas être considérée comme une question secondaire mais plutôt comme la priorité lorsque des restrictions compensatoires sont envisagées;

  • que les autorités politiques «justifient manifestement de telles restrictions sur la base de données qui prouvent que les restrictions font plus de bien que de mal»;

  • même si les autorités ont fourni de telles justifications, elles n’ont pas été au-delà de ce qui était raisonnablement nécessaire pour garantir que les droits et les libertés soient le moins touchés; et

  • que le gouvernement, et non le citoyen, «porte le fardeau de l'acquisition de données, de la création de scénarios de modélisation, de l'exploration et de la mise en tableau des impacts négatifs du verrouillage ou de la fourniture d'une analyse coûts-avantages».

Il est à noter que les autorités responsables de la stratégie de verrouillage, qui victimise maintenant les citoyens et la nation, utilisent uniquement un modèle médical sans aucune tentative de tenir compte des coûts économiques ou sociologiques. Un membre du C3RF, un chercheur scientifique travaillant à l'étranger, trouve ces omissions inexcusables car «le public devrait être présenté avec des simulations qui incluent la propagation virale et les conséquences économiques. Par la suite, le public devrait être autorisé à choisir la voie à suivre ». Un entretien prolongé avec Me Galati concernant son prochain procès révèle que c'est exactement ce dont à quoi s'attendent ses clients.

Un entretien prolongé avec Me Rocco Galati

Dans une récente interview avec Amanda Forbes, Me Galati a exposé les principaux points qui servent de base à sa stratégie juridique. Il est intéressant de noter qu’il est prêt à porter l’affaire d’abus de pouvoir jusqu’à la Cour Suprême, jusqu'au Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme si nécessaire (17min). Au cours de l'entrevue, il a dit que:

  • les établissements de soins de longue durée sont devenus des goulags répressifs pour les personnes âgées du Canada (4 min 10 s);

  • les mesures promulguées par les différents niveaux de gouvernement et leurs agences médicales ne sont pas déterminées sur des bases scientifiques. En effet, pourquoi les masques faciaux deviennent-ils obligatoires lorsqu'ils sont livrés dans des boîtes qui avertissent qu'ils ne fonctionnent pas contre Covid-19? La vérité est que les lois sur les masques faciaux sont basées sur des sondages qui indiquent que les Canadiens ont perdu confiance dans la capacité des dirigeants à faire face à la crise du virus de Wuhan. Vu sous un tel jour et compte tenu des recherches faisant autorité qui contredisent les récits populaires, les Canadiens ne sauraient être blâmés de les voir comme un moyen pour établir un contrôle gouvernemental (5 min 37 s);

  • il y a plusieurs évènements où les relations sont difficiles à expliquer par la coïncidence. Il s'agit notamment de ceux entre les oligarques milliardaires, l'Organisation mondiale de la santé et le Parti communiste chinois - qui ont tous été à l'origine des réponses au virus de Wuhan par le biais d'initiatives qui violent le droit à la vie privée comme la micropuce et le «contact tracing» numérique (8 min 30 s);

  • tandis que les grandes entreprises, y compris les grandes entreprises technologiques et pharmaceutiques, prospèrent durant la pandémie du virus de Wuhan, les petites entreprises et la classe moyenne sont décimées (11 min 30 s). De plus, il est étrange que le rapport 2010 de la Fondation Rockefeller, «Comment obtenir une gouvernance mondiale en cas de pandémie», ait prédit avec précision les événements actuels (11 min 50 s);

  • des études et des informations qui contredisent les récits officiels, y compris ceux des lauréats du prix Nobel, sont retirés par les plateformes de médias sociaux en utilisant l'excuse de la désinformation (13 min 00 s). Il est intéressant de noter à ce stade que certains experts médicaux et «médecins de première ligne» ont récemment été censurés et même licenciés pour avoir pris la parole;

  • Les pays qui n’ont pas détruit leur économie ne semblent pas avoir fait pire que ceux qui l'ont fait grâce à des stratégies de verrouillage. (15 min 00 s) Un bon exemple est l’expérience de la Suède qui voit les cas et les décès tomber à zéro alors même que les écoles et l’économie sont restées ouvertes;

  • la Société Radio-Canada n'est pas une entité privée et a un devoir de diligence lorsqu'il s'agit de communiquer avec le public et de servir les intérêts du public. Mais elle n'a pas été juste, ni objective et ni impartiale sur les questions liées à la crise du virus de Wuhan (16 min 00 s);

  • les agences fédérales mettent de l'argent à la disposition des municipalités qui adoptent des lois sur les masques et jouent ainsi aux favoris par l'application de mesures non prouvées (24 min 00 s);

  • des discussions et des plans anticonstitutionnels sont en cours qui exigent des programmes de vaccination obligatoires. L'action en justice de Me Galati demandera la confirmation du concept du droit à resfuser «un traitement médical sans consentement éclairé» (31min 00 s);

  • les programmes obligatoires qui ont préséance sur les libertés individuelles sont l'essence même d'un État fasciste (32 min 15 s);

  • il est étrange que les nombres de décès du Covid-19 incluent des cas où les patients étaient mourants pour des raisons autres comme que le cancer. C’est comme si ces chiffres étaient gonflés (35 min 00 s);

  • il plaidera, avec des preuves tangibles, que les mesures contre le virus de Wuhan ont causé plus de décès que le virus lui-même par suicide, perte de chirurgies électives et une myriade d'autres conséquences imprévues (36 min 00 s); et

  • Denis Rancourt, professeur titulaire de physique et plaignant dans le procès, a été censuré lors de la tentative de publication de deux articles sur l'efficacité du port de masque (45 min 30 s).

Dans l'ensemble, la poursuite en justice par Vaccine Choice Canada et Denis Rancourt sont entrain de secouer l'establishment politique, médical, juridique et médiatique canadiens. Compte tenu de son implication, il est peu probable que les médias lui donne la couverture qu'elle mérite. Vous pouvez cependant être sûr que C3RF le fera en votre nom.

Horaire d'été

Le C3RF sera actif pendant les vacances d'été car il surveille les développements nationaux dans les domaines de la «liberté d'expression» et des libertés civiles. Nous serons particulièrement impliqués dans le dossier du virus de Wuhan et de la démocratie parlementaire, car ils ont tous les deux le potentiel d'entraîner les Canadiens sur la voie de la servitude. Durant la période estivale juillet-août les «mises à jour» auront lieu à toutes les deux semaines. Nous retournerons à la normale en septembre, et espérons-le, nos dirigeants politiques jugeront bon de se remettre véritablement au travail dans un gouvernement responsable et représentatif.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon