C3RF Member Update - 21 Aug, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Read! An open letter to Premiers Ford and Legault

Consider! The case of free speech warrior Daniel Bordman

The young comedian-journalist, Daniel Bordman, finds himself in a pickle and on the wrong side of Erin O’Toole’s CPC leadership campaign. It appears that this free speech warrior is being taken to task for criticizing the candidate’s connections as they relate to those of his campaign manager. This manager is a respected member of Canada’s financial sector and is on record as being a proponent of Sharia financial instruments within the Canadian domain. Problem is, Mr. Bordman has also drawn attention to his purported connections with Islamic groups mired in their own allegations of terrorist activities. Among these organizations is Islamic Relief Worldwide; a group that has been designated as a terrorist organization by both Israel and the UAE. Mr. Bordman is being sued for $2.5 million but lacks the financial wherewithal to defend his speech in a court of law. Seen in this light, such legal suits present themselves as “lawfare” capable of chilling speech critical of those with deep pockets. If you believe such legal maneuvers effect your free speech rights as much as those of Mr. Bordman, perhaps you’d like to help him fight back on your behalf

Free speech under attack

The attack on Canadian free speech is well underway in the nation’s courtrooms and legislative bodies. Consider that:

Free speech, of course, is a pillar that sustains and underpins our free society. This was recognized by the framers of Canada’s own Charter of Rights and Freedoms when it designated this right as a “fundamental” freedom upon which all other freedoms depended. If one wanted to destroy Canada’s Western liberal democracy, this objective would be well served by knocking down this pillar of liberty. With the destruction of this pillar well in hand, the destroyers would be better able to move on to the demolition of others.

The other pillar of Western society – the scientific method

When it comes to knocking down the pillars that underpin Canada’s Western liberal democracy, Motion M-103 was a stroke of genius. Not only did it identify the undefined and unsubstantiated concept of Islamophobia as hate speech worthy of criminalization but it foisted a similarly dubious charge of “systemic racism” on Canada’s institutions and citizens. This latter false narrative has taken root and, bolstered by Marxist advocacy groups, now threatens to negate longstanding Western traditions that have defined Canadian society and made it the envy of the world. This negation is affected by a post-modern, relativistic outlook that claims there are no self-evident truths and that all ideas and traditions are equally valid. It should come as no surprise, then, that the way the West sees the physical world, through the scientific method, should come under attack. Now we are being told that “elder wisdom” is just as efficacious as the scientific method in helping us to understand the world around us. Indeed, the scientific method can be seen as an expression of white supremacism as “the enterprise of science has been - and remains - complicit in systemic racism, and it must strive harder to correct those injustices and amplify marginalized voices”.

A rebuttal in the form of an open letter to Premiers Ford and Legault

If anyone knows the ins-and-outs of the scientific method it’s Canadian expat Patrice Nishikawa. Patrice, also know in scientific circles as Etienne Forest, is a C3RF member-in-good-standing and works abroad in Japan as a professor in accelerator physics. He has become extremely concerned with teachings of post-modern educators who have infected the humanities and now stand to impact hard, factual sciences with race-based notions and equivalencies. He was particularly troubled by the prospect of provincial governments, who should be seized with the safeguarding of their educational systems, allowing federal grant money to turn STEM subjects (Science, Technology, Engineering and Math) into pseudo-sciences through initiatives that include the “decolonization of light”. He was compelled to write an open letter to both Premiers Ford and Legault and in it he noted that:

  • the assertion that “Elders’ wisdom” is “just as important as that of the Western scientist, maybe more so, given the state of the world today” is questionable in the very least and needs to be challenged;

  • the motive forces of Western science are unique and likely not understandable within the framework of non-Western cultures. This, as “the philosophical and religious motivations that made Galileo, Kepler, Newton or Descartes discover and use the Scientific Method are absent in most non-Western cultures”;

  • the theory of light is the most precise and elegant known to man and integrates a host of other complex theories while underpinning “all of chemistry and, thus, biology”;

  • no scientific method can be found from the “wisdom” of the Elders and it is the former method that can sort solid knowledge from “gossips, stories and opinions”;

  • provincial governments have a duty of care when it comes to protecting the scientific method from leftists who “deny the existence of objective knowledge”;

  • the scientific method is universally accepted and yet Canada seems determined to destroy it;

  • the teachings of indigenous cultures can be taught in philosophy or history but not science classes. “They should not affect a science class anymore than the beliefs of the alchemists and physicians of the Dark Ages should dictate the curriculum of physics 101.”; and

  • To teach otherwise to Canadians students “is nothing short of child abuse for vile political motives”.

Mr. Nishikawa is not the only person of Canadian descent distressed by the left’s attack on the hard sciences. Jordan Peterson, as well, notes that imminently reputable scientists are being stalked by a mob bent on their destruction. One such academic, Dr. Tomas Hudlicky, was pilloried for “anti-diversity screed” when he noted in a peer-reviewed paper that positive discrimination programs were zero sum in nature as winners were inevitably accompanied by losers. His paper was pulled for its lack of “social awareness”. Such knee-jerk punishments, coupled with a need for Canadian federal grant applications, STEM included, to detail how diversity, inclusivity and equity (DIE) practices will be ensured, bode ill for the retention and expansion of scientific knowledge. One wonders, what will Canada look like with its Western societal pillars of free speech and the scientific method felled? Venezuela?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF

Version française
Lisez! Une lettre ouverte aux Premiers ministres Legault et Ford
Réfléchissez! Le cas du combattant de la liberté d'expression Daniel Bordman

Le jeune humoriste-journaliste Daniel Bordman se retrouve dans le pétrin et du mauvais côté de la campagne d'Erin O'Toole à la direction du PCC. Il semble que ce guerrier de la liberté d'expression soit pris à partie pour avoir critiqué les relations du candidat avec son directeur de campagne. Cette personne est un membre respecté du secteur financier canadien et est connue comme étant un partisan des instruments financiers de la Charia pour le secteur canadien. Le problème est que M. Bordman a également attiré l'attention sur ses prétendues connexions avec des groupes islamiques embourbés dans leurs propres allégations d'activités terroristes. Parmi ces organisations figure l'Islamic Relief Worldwide, un groupe qui a été désigné comme organisation terroriste par Israël et les Émirats arabes unis. M. Bordman est poursuivi en justice pour 2,5 millions de dollars, mais il n'a pas les moyens financiers de se défendre devant un tribunal. Vues sous cet angle, de telles poursuites se présentent comme une "action en justice" capable de refroidir les discours critiques à l'égard de ceux qui ont les poches pleines. Si vous pensez que de telles manœuvres juridiques affectent votre liberté d'expression autant que celle de M. Bordman, peut-être aimeriez-vous l'aider à se défendre.

La liberté d'expression menacée

Les attaques contre la liberté d'expression au Canada sont partout devant les tribunaux et les organes législatifs du pays. Considérez cela:

La liberté d'expression, bien sûr, est un des piliers qui soutient et sous-tend notre société libre. C'est ce qu'ont reconnu les auteurs de la Charte des droits et libertés du Canada lorsqu'ils ont désigné ce droit comme une liberté "fondamentale" dont dépendaient toutes les autres libertés. Si l'on voulait détruire la démocratie libérale occidentale du Canada, cet objectif serait bien servi en abattant ce pilier de la liberté. Avec la destruction de ce pilier bien commencé, les vandales peuvent maintenant passer à la démolition des autres piliers de notre civilisation.

L'autre pilier de la société occidentale - la méthode scientifique

Lorsqu'il s'agit de faire tomber les piliers de notre démocratie libérale occidentale au Canada, la motion M-103 fut un coup de génie. Non seulement elle identifie le concept sans fondement et flou de l'islamophobie comme un discours haineux digne d'être criminalisé, mais elle impose une accusation tout aussi douteuse de "racisme systémique" aux institutions et aux citoyens du Canada. Ce dernier racontar a pris racine - soutenu par des groupes de défense marxistes - et menace maintenant de nier les traditions occidentales de longue date qui ont défini la société canadienne et en ont fait l'envie du monde entier. Cette négation est alimentée par une perspective postmoderne et relativiste qui prétend qu'il n'y a pas de vérités objectives et que toutes les idées et traditions sont également valables. Il n'est donc pas surprenant que la façon dont l'Occident voit le monde physique, par la méthode scientifique, soit attaquée. On nous dit maintenant que la "sagesse des anciens" est tout aussi efficace que la méthode scientifique pour nous aider à comprendre le monde qui nous entoure. En effet, la méthode scientifique peut être considérée comme une expression de la suprématie blanche car "l'entreprise de la science a été - et reste - complice du racisme systémique, et elle doit s'efforcer davantage de corriger ces injustices et d'amplifier les voix marginalisées".

Une réfutation sous la forme d'une lettre ouverte aux Premiers ministres Ford et Legault

Si quelqu'un connaît les tenants et aboutissants de la méthode scientifique, c'est bien l'expatrié canadien Patrice Nishikawa. Patrice, également connu dans les milieux scientifiques sous le nom d'Étienne Forest, est un membre en règle du C3RF et travaille à l'étranger, au Japon, en tant que professeur de physique des accélérateurs. Il est extrêmement préoccupé par les éducateurs postmodernes qui ont infecté les sciences humaines et qui risquent maintenant d'avoir un impact sur les sciences pures et appliquées avec des notions issues de la politique identitaire de la gauche. Il a été particulièrement troublé par des gouvernements provinciaux, responsables des systèmes éducatifs, qui sanctionnent ou approuvent l'octroi de subventions fédérales pour transformer les matières STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) en pseudo-sciences grâce à des initiatives qui incluent la "décolonisation de la lumière". Il a été contraint d'écrire une lettre ouverte aux Premiers ministres Ford et Legault, dans laquelle il note que:

  • l'affirmation selon laquelle la "sagesse de nos aînés" est "aussi importante que celle des scientifiques occidentaux, voire plus encore, étant donné l’état du monde aujourd’hui” est pour le moins discutable et doit être remise en question;

  • les forces motrices de la science occidentale sont uniques et probablement incompréhensibles dans le cadre des cultures non occidentales. En effet, "les motivations philosophiques et religieuses qui ont fait que Galilée, Kepler, Newton ou Descartes aient découvert et utilisé la méthode scientifique sont absentes dans la plupart des cultures non occidentales";

  • la théorie de la lumière est la plus précise et la plus élégante connue de l'homme et intègre une foule d'autres théories complexes tout en sous-tendant "toute la chimie et, donc, la biologie" ;

  • aucune méthode scientifique ne peut être trouvée dans la "sagesse" des aînés et c'est la méthode scientifique occidentale qui permet de trier les connaissances solides des "commérages, racontars et des opinions de tous et chacuns";

  • Les gouvernements provinciaux ont un devoir de prudence lorsqu'il s'agit de protéger la méthode scientifique contre les gauchistes qui "nient l'existence de connaissances objectives";

  • la méthode scientifique est universellement acceptée et pourtant le Canada semble déterminé à la détruire;

  • les enseignements des cultures indigènes peuvent être enseignés dans les cours de philosophie ou d'histoire, mais pas dans les cours de sciences. "Ils ne devraient pas plus affecter un cours de science que les croyances des alchimistes et des médecins du Haut Moyen Âge ne devraient dicter le programme de physique 101 au CEGEP" ; et

  • Enseigner le contraire aux étudiants canadiens "n'est rien d'autre que de la maltraitance d'enfants pour des motifs politiques odieux".

M. Nishikawa n'est pas la seule personne d'origine canadienne à être bouleversée par l'attaque de la gauche contre les sciences exactes. Jordan Peterson, lui aussi, note que des scientifiques de bonne réputation sont traqués par une foule déterminée à les détruire. L'un de ces universitaires, le Dr Tomas Hudlicky, a été mis au pilori pour sa "fulmination anti-diversité" lorsqu'il a noté dans un article évalué par ses pairs que les programmes de discrimination positive étaient de nature à somme nulle car les gagnants étaient inévitablement accompagnés de perdants. Son article a été retiré pour son manque de "conscience sociale". De telles punitions impulsives, associées à la nécessité de demander des subventions fédérales canadiennes, STEM inclus, pour détailler comment les pratiques de diversité, d'inclusion et d'équité (DIE) seront assurées, est de mauvais augure pour la conservation et l'expansion des connaissances scientifiques. On peut se demander à quoi ressemblera le Canada avec les piliers occidentaux de la liberté d'expression et de la méthode scientifique abattus? Le Venezuela?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon