C3RF Member Update - 28 Aug, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Consider! The case of free speech warrior Daniel Bordman

So much for summer scheduling

You may recall that the summer season saw the C3RF Member Update shifting gears into a bi-weekly format to better accommodate lazier, hazier days. Well, the days of summer have proven to be less than lazy as the nation, under its scandal-prone Prime Minister, has decided to rush headlong into a brave new world. This new world leaves the traditions of a fiercely independent Canada, blessed with the natural resources capable of sustaining a first-world economy that is the envy of the world, behind. In its stead, we have been told in no uncertain terms that the Wuhan virus has changed the world irretrievably and we need to embrace a global “reset”.

This “reset” is characterized by centralized control and planning and centred on a green, “resilient” economy. The need for the “reset” is immediate and the clarion call for its initiation comes to us from no less that the World Economic Forum and the jet-setting elites and celebrities that populate its oligarchical ranks. This monumental shift in national priorities will be detailed in a Throne Speech as soon as Parliament returns from its suspension/ prorogation on 23 September. This will leave a few paltry days to debate the cataclysmic change before CERB emergency funding to millions of Canadians expires. We must not dally and we must not bring the government down as the good citizens of Canada will lose this funding if the Throne Speech is denied and an election is called. Could politics be any more cynical?

Of tyranny and cynical politics

A mere few months ago who would have thought that the Wuhan virus, in concert with a complementary “climate emergency”, would have given Canadians a lockdown of both their economy and individual rights? The drift towards tyranny was noted in these pages over the course of the month of May with a running analysis of events that were indicative of a nation trending towards despotism. That trend has been replaced by a full blown loss of democracy as, on the heels of our analysis, Parliament was first suspended and then prorogued.

The suspension left Canadians without the representative democracy they depend upon to make laws on their behalf and hold the government to account. Still, some committees were allowed to sit until they began to delve into the intricacies of the WE scandal. That was all it took for the Government-of-the-day to take the prorogation hammer out of the closet and shut down all parliamentary activity. And so, we see the rapid progression of a Wuhan virus-inspired tyranny. First there was a promise of a few weeks of “flatten the curve” to allow for the building up of the nation’s medical capacity. This promise was quickly forgotten and the goals posts were moved to “crush the curve” and eradicate the virus through economic and rights-crushing lockdowns.

Next came one-party rule with the suspension of parliament and, ultimately, prorogation and the cancellation of all representative government. In the meantime, Canadian citizens were made wards of the state as, absent their lost jobs, they needed to look to the Liberal Party for their paychecks in the form of CERB program payouts. To make matters worse, these same citizens are now held hostage by the prospect of losing these life-sustaining handouts in the face of a defeated Throne Speech that calls for a new, resilient economy. One wonders, how were these citizens allowed to lose the Charter-guaranteed right to political representation? A new, green and resilient economy trumps all?

The “resilient economy” – not!

The global push to embrace UN Agenda 2030 sustainability goals, including “climate change” and unrestricted migration, has found a true friend in the Wuhan virus. After all, the realization of the Agenda requires transborder cooperation necessarily aided and abetted by a global system of governance. As noted by the chief of the World Health Organization, the world cannot go back to the way it was before the Wuhan virus as we now know how to deal with climate change and how clean the air can be given an economic lockdown.

There are no excuses now thanks to the Wuhan conflagration. Diane Francis, in writing on the subject, notes that Prime Minister Trudeau is a “clear and present danger to Canadian democracy” as he moves to capture the state and then distribute its assets in line with his political interests. These interests include the transformation of the Canadian economy in line with “Task Force for a Resilient Recovery” recommendations that move the country away from the wealth generated by the energy/ resource sectors and towards the realization of Agenda 2030 sustainability goals. Goals that include dependence on erratic renewable energy sources, Marxist-style five-year plans and guaranteed annual income schemes. Bankruptcy ahead?

Canada’s “Task Force for a Resilient Recovery” is populated with “professional Liberals, green activists, former civil servants and self-described social entrepreneurs whose business models are all about getting grants and subsidies”. They include the likes of Gerald Butts, former Trudeau Chief of Staff and acclaimed architect of Ontario’s disastrous energy policies under Premiers McGuinty and Wynne over the period 2003 to 2012. These policies, embedded in the province’s Green Energy Act, forced Ontarians into paying an additional $37 billion for their electrical needs as related wind and solar programs “went off the rails”. Is there any reason to believe that these same policies, revived under Gerald Butts 2.0, would lead to a resilient economy worth dumping the nation’s energy and resource wealth into the trash bin of history? Before answering, consider the following:

Given the complexities involved with building Prime Minister Trudeau’s “resilient economy”, perhaps he should take a few more days to sort out the costs and benefits associated with such an enterprise before he sets the nation on an irreversible and disastrous path. As well, perhaps he needs to release his citizen hostages by delinking their receipt of CERB funds from his cynical pursuit of UN Agenda 2030 sustainability goals. Failing both remedies, perhaps it’s best to vote this government out of office at the earliest opportunity so that Canadian citizens might have their freedoms restored.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF

Version française
Considérer! Le cas du combattant de la liberté d'expression Daniel Bordman
Au diable la programmation d'été !

Vous vous souvenez peut-être que pendant la saison estivale, le bulletin d'informations des membres du C3RF est passé à un format bihebdomadaire pour mieux s'adapter aux journées humides de la dolce vita. Eh bien, les jours d'été se sont avérés moins calmes, car le pays, sous la houlette de son Premier ministre barbouillé et souillé par les scandales, a décidé de se précipiter tête baissée vers un Meilleur des mondes. Ce nouveau monde laisse derrière lui les traditions d'un Canada farouchement indépendant, doté de ressources naturelles capables de soutenir une économie du premier monde qui fait l'envie du monde entier. À sa place, on nous a dit en termes très clairs que le virus de Wuhan a irrémédiablement changé le monde et qu'il nous fallait adopter une "réinitialisation" mondiale.

Cette "remise à zéro ou réinitialisation" se caractérise par un contrôle et une planification centralisés et est axée sur une économie verte et "résiliente". La nécessité de cette "réinitialisation" est immédiate et l'appel à son lancement nous vient du Forum économique mondial qui est noyauté par les élites et les célébrités oligarchiques du jet-set. Ce changement monumental dans les priorités nationales sera détaillé dans un discours du Trône dès que le Parlement reviendra de sa suspension/prorogation le 23 septembre. Il restera quelques jours dérisoires pour débattre ce changement cataclysmique avant l'expiration du financement d'urgence du PCU destiné à des millions de Canadiens. En bons citoyens du Canada, nous ne devons pas tergiverser et nous ne devons pas faire tomber le gouvernement sinon nous perdrons ce financement si des élections sont déclenchées. La politique pourrait-elle être plus cynique?

De la tyrannie et du cynisme politique

Il y a quelques mois à peine, qui aurait pensé que le virus de Wuhan, couplé à une «urgence climatique», aurait entraîné au Canada un verrouillage de leur économie et de leurs droits individuels? La dérive vers la tyrannie a été documentée dans ces pages au mois de mai avec une analyse des événements qui indiquait une tendance nationale au despotisme. Cette tendance a été remplacée par une perte totale de démocratie puisque, suite à notre analyse, le Parlement a d'abord été suspendu, puis prorogé.

Cette suspension a laissé les Canadiens sans la démocratie représentative dont ils dépendent pour passer des lois en leur nom et demander des comptes au gouvernement. Néanmoins, certaines commissions ont été autorisées à siéger jusqu'à ce qu'elles commencent à se pencher sur les subtilités du scandale WE. Il n'a fallu que cela pour sortir la massue de la prorogation et mettre fin à toute activité parlementaire. Et ainsi, nous voyons la progression rapide d'une tyrannie basée par le virus de Wuhan. Tout d'abord, il y a eu la promesse de quelques semaines « d'aplatissement de la courbe » pour permettre le renforcement des capacités médicales du pays. Cette promesse a rapidement été oubliée et les objectifs ont été déplacés pour "écraser la courbe" et éradiquer le virus par des mesures de verrouillage économiques et de répression des droits.

Ensuite, il y a eu la règle du Parti unique avec la suspension du Parlement et, finalement, la prorogation et l'annulation de tout gouvernement représentatif. Entre-temps, les citoyens canadiens ont été placés sous la tutelle de l'État car, en l'absence d'un gagne-pain, ils devaient se tourner vers le Parti libéral du Canada pour obtenir leur chèque de paie sous la forme de versements au titre du programme PCU. Pour aggraver les choses, ces mêmes citoyens sont maintenant tenus en otage par la perspective de perdre ces aides vitales face à un discours du Trône rejeté qui promeut une nouvelle économie résiliente. On peut se demander comment les citoyens ont pu perdre le droit à la représentation politique garanti par la Charte? Une nouvelle économie verte et résiliente l'emporte sur toutes autres considérations?

Une «économie résiliente»- non!

L'élan mondial en faveur des objectifs de durabilité de l'Agenda 2030 des Nations Unies, y compris le "changement climatique" et la migration sans restriction, a trouvé un véritable ami dans le virus de Wuhan. Après tout, la réalisation de cet agenda requiert une coopération transfrontalière nécessairement soutenue par un système mondial de gouvernance. Comme l'a fait remarquer le chef de l'Organisation mondiale de la Santé, le monde ne peut pas revenir à ce qu'il était avant le virus de Wuhan, car nous savons maintenant comment faire face au changement climatique et comment la pureté de l'air peut faire l'objet d'un verrouillage économique.

Grâce à la conflagration de Wuhan, il n'y a plus d'excuses. Diane Francis, écrivant sur le sujet, note que le Premier ministre Trudeau est un «danger clair et présent pour la démocratie canadienne» alors qu'il s'apprête à s'emparer de l'État et à distribuer ses biens en fonction de ses intérêts politiques. Ces intérêts comprennent la transformation de l'économie canadienne conformément aux recommandations du «Groupe de Travail pour une Reprise Économique Résiliente» qui éloigne le pays de la richesse générée par les secteurs de l'énergie et des ressources et le rapproche de la réalisation des objectifs de durabilité de l'agenda 2030. Des objectifs qui incluent la dépendance à l'égard de sources d'énergie renouvelables erratiques, des plans quinquennaux de style marxiste et des régimes de revenu annuel garanti. À quand la faillite?

Le "Groupe de Travail pour une Reprise Économique Résiliente" du Canada est composé de «professionnels du Parti libéral, d'activistes écologistes, d'anciens fonctionnaires et d'entrepreneurs sociaux qui se présentent comme des personnes dont le modèle d'entreprise consiste à obtenir des subventions et des prêts». Parmi eux, on trouve des personnalités comme Gerald Butts, ancien chef de cabinet de Trudeau et architecte reconnu des politiques énergétiques désastreuses de l'Ontario sous les premiers ministres McGuinty et Wynne pour la période 2003-2012. Ces politiques, inscrites dans la loi sur l'énergie verte de la province, ont forcé les Ontariens à payer 37 milliards de dollars supplémentaires pour leurs besoins en électricité, alors que les programmes d'énergie éolienne et solaire connexes « déraillaient ». Y a-t-il des raisons de croire que ces mêmes politiques, relancées sous Gerald Butts 2.0, mèneraient à une économie résiliente qui permettrait de jeter les richesses énergétiques et les ressources du pays à la poubelle de l'histoire? Avant de répondre, réfléchissez à ce qui suit :

Étant donné la complexité de la mise en place de «l'économie résiliente» du Premier ministre Trudeau, il devrait peut-être prendre quelques jours de plus pour déterminer les coûts et les avantages liés à une telle entreprise avant de mettre la nation sur une voie irréversible et désastreuse. De même, il devrait peut-être libérer ses citoyens otages en dissociant la réception des fonds du PCU de sa poursuite cynique des objectifs de durabilité de l'agenda 2030 des Nations Unies. Sinon, il serait peut-être préférable de mettre ce gouvernement hors fonction dès que possible afin que les citoyens canadiens puissent retrouver leurs libertés.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon