C3RF Update, 03 Jun 2022 – What if?


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

Rubber meets the road


It was a great Victoria Day long weekend Saturday until the “derecho” rolled through the highly populated Windsor to Quebec City corridor. I was enjoying a workout when, looking out the rec room window, I witnessed a wall of wind and rain transit my backyard on its way to downtown Ottawa. The “rare for Canada” weather event would take 11 lives in total with many succumbing to falling trees. In addition to contributing to lives lost, falling trees would prove to be a major factor in taking down power lines and casting hundreds of thousands of Ontario and Quebec households into blackness. No time was lost in claiming that the “climate change” rubber had hit the Canadian road.

Is "climate change" rubber hitting the Canadian road?

Whether or not this particular derecho was proof positive of “climate change” is rather hard to say as these events are rare with no discernable pattern evident in Canada. Indeed, the last one rolled through the Thunder Bay area in 1999 and the arrival of the next one is anyone’s guess. Still, if such possibilities can be linked to “climate change”, as has been reflexively postulated by media outlets, then one would be justified in asking, “what plans have been formulated and put in place to deal with such eventualities?”. This question can be seen to be of some urgency as it appears that the plans developed and implemented for the Windsor – Quebec City corridor, where nearly one half of the Canadian population resides, are in dire need of review.

Nearly one-half of Canadian population was affected by the 21 May 2022 derecho

Calling for a review of such plans is easily justified by noting the far-reaching damage caused by falling trees. This is particularly the case in Ontario where long standing policies dedicated to maintaining and trimming vegetation to keep “power lines and equipment clear from potential hazards” have long been part of a coordinated plan aimed at securing reliable energy supplies. It would appear, however, that such policies and plans have come under increasing pressure to pare back operations in an effort to economize. This was made clear in 2014, in the heart of the rollout of Ontario’s “Green Energy Act”, when Toronto Hydro cut its tree trimming budget by nearly a third over preceding years. One wonders; did similar cutbacks across Ontario contribute to the massive damage and power outages created by the 21 May 2022 derecho? Why would such proven measures, capable of mitigating storm damage, be put on the chopping block?

Ontario tree trimming budgets reduced as early as 2014
 

What if


Having been fortunate enough to have been trained in the military’s Joint Operational Planning Process and then having employed it in both peace and combat operations, I can say that modifying complex and coordinated plans is no small thing. Such modifications, like cutting back on powerline vegetation management budgets, are fraught with unintended consequences. Accordingly, the Operational Planning Process subjects such modifications to a contingency planning process centered on a “what if” analysis. This analysis seeks to develop alternate, mitigating courses of action that will work in the face of such identified challenges. The military planner will conduct such an analysis when playing out the possible impact of enemy courses of action. What if the enemy does the most likely thing? What if he executes a less likely course of action but one that presents the greatest danger to your operations and objectives? Once the “what if” question is answered the next question in the planning process becomes, “what then?”.

Could a "what if" analysis avoid less-than-desirable outcomes?

In the case of Ontario’s tree trimming saga, it would appear that a “what if” analysis was either forgotten or displaced by some other consideration. The province’s own Green Energy Act is instructive in this regard given its emphasis on transitioning away from fossil fuels to embrace renewable energies. These latter energies would be heavily weighted in favour of wind and solar technologies that, unfortunately, were seemingly given a pass when it came to any kind of a “what if” analysis. What if the costs of subsidizing the standing up of such energy sources exceeded the capacity of the public’s purse? What if the technology was incapable of reliable and continuous outputs? These contingency-based planning questions were swept aside as the province rushed to meet the “climate change” challenge.

Ontario's Green Energy Act a rushed enterprise?

Indeed, a Government of Ontario report from 2005 indicated that a 90% saving could be realized on making the transition to renewables by proceeding with “ongoing retrofit projects of its existing energy-generation fleet”. Rather than this, immediate and massively subsidized renewable energy sources and infrastructure were put in place through the Green Energy Act enterprise. The result was the merciless punishment of the taxpayer and the provincial economy as a whole. So bad was the economic chaos wrought that the province had to expand subsidization beyond the providers of renewable energy to include a newly uncompetitive industrial sector. Related costs were offloaded to the Ontario taxpayer with this process seeing no end until 2040 when the last of the renewable contracts expires. In the meantime, the province, or should we say the taxpayer, will be spending more on these subsidies than it does on long-term care. No wonder “tree trimming” fell outside of any “what if” analysis. The Green Energy Act itself failed to employ one!

Rushed, incomplete planning leads to nowhere?
 

What then?


The failure to honestly address contingency planning with “what if” analyses is tantamount to negligence. This is particularly the case given the fact that the costs associated with not doing so, as may very well have been the case with our derecho event, are so high in loss of life, property and limb. Such analytical shortcomings open the door for lazy leaders to pose superficial solutions incapable of addressing the serious problems faced by a nation and its citizens. After all, the failure to ask “what if” can only act as a bulwark against asking the critical follow-up question, “what then”. Failing to ask this latter question means no time or brain power can be channelled into developing workable, alternative courses of action. Accordingly, the thorny issues of the day are papered over by superficial promises of public spending coupled with virtuous, ideologically based workarounds.

Is ideology displacing workable contingency planning strategies?

The substitution of handy, ideologically-based solutions for the hard work associated with fact-based contingency planning seems to be everywhere. It has long been with us in the area of climate change as noted above and as demonstrated by national plans that refuse to consider mitigation measures as part of an overall, Canada-first plan. Rather than this, an ideology that sees a globalized move away from fossil fuels must be pursued in a “damn the torpedoes” fashion – even if it creates more harm than good. And so it is in other areas including the ongoing national approach to dealing with the Wuhan virus. In the case of pandemic response, the world may have moved away from locking down in the name of “zero Covid” but Canada persists in pursuing a divisive ideology – an ideology that unnecessarily separates the vaccinated from the unvaccinated.

As Admiral David Farragut said - "Damn the torpedoes and full speed ahead"

Ideologies that seek to divide citizens and centralize power in the hands of a small group of “experts” can suffer no calls for real debate, let alone the discussion of alternative courses of action. Such ideological approaches, however, are problematic in that their rigidity demands conformance while excusing its own failures with the bromide, “the ideology didn’t fail, it’s just that it was employed too sparingly”. Failure will not be countenanced! This can be seen in China where the ideology of “zero Covid” has led to citizens being locked into their apartment buildings for months on end as authorities track down and kill household pets. It can also be seen in Canada where vaccine mandates for traveling cannot be questioned but must be maintained – even if an Emergency Act needs to be invoked. The reckless and dangerous rush to failure must proceed until time runs out and the rubber meets the road. Once rolling down this road the questions are no longer, “what if” or “what then” but “who led us to this point and why did we follow?”

Covid measures in China sees dogs on high alert. Unvaxxed Canadians next?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

La théorie est testée?


Le samedi du long week-end de la fête de la Reine, tout allait bien jusqu'à ce que le « derecho » traverse le corridor très peuplé de Windsor à Québec. J'étais en train de faire de l'exercice lorsque, en regardant par la fenêtre de la salle de jeu, j'ai vu un mur de vent et de pluie traverser ma cour arrière en direction du centre-ville d'Ottawa. Ce phénomène météorologique « rare au Canada » a fait 11 victimes au total, dont beaucoup ont succombé à la chute d'arbres. En plus de contribuer aux pertes de vies, les chutes d'arbres se sont avérées être un facteur majeur dans la destruction des lignes électriques et dans l'obscurité qui a frappé des centaines de milliers de foyers en Ontario et au Québec. On n'a pas perdu de temps pour affirmer que le « changement climatique » avait fait ses preuves sur les routes canadiennes.

Le « changement climatique » est-il en passe de devenir une réalité au Canada, « the rubber hitting the road » comme ils disent anglais?

Il est difficile de dire si ce « derecho » particulier était une preuve positive du « changement climatique », car ces événements sont rares et aucun motif d'évolution n'est évident au Canada. En effet, le dernier derecho a traversé la région de Thunder Bay en 1999 et l'arrivée du prochain est une question d'incertitude. Néanmoins, si de telles possibilités peuvent être liées au « changement climatique », comme l'ont postulé par réflexe les médias, on serait en droit de se demander « quels plans ont été formulés et mis en place pour faire face à de telles éventualités ». Cette question peut être considérée comme urgente, car il semble que les plans élaborés et mis en œuvre pour le corridor Windsor - Québec, où réside près de la moitié de la population canadienne, aient grand besoin d'être revus.

Près de la moitié de la population canadienne a été touchée par le derecho du 21 mai 2022

L'appel à une révision de ces plans est facilement justifié par la constatation des dégâts considérables causés par la chute des arbres. C'est particulièrement le cas en Ontario où des politiques de longue date consacrées à l'entretien et à l'élagage de la végétation afin de garder « les lignes électriques et l'équipement à l'écart des dangers potentiels » font depuis longtemps partie d'un plan coordonné visant à assurer un approvisionnement énergétique fiable. Il semblerait toutefois que ces politiques et plans aient fait l'objet de pressions croissantes pour réduire les opérations dans un souci d'économie. Cela est apparu clairement en 2014, au cœur du déploiement de la « Loi sur l'énergie verte » de l'Ontario, lorsque Toronto Hydro a réduit son budget d'élagage des arbres de près d'un tiers par rapport aux années précédentes. On peut se demander si des coupes similaires dans tout l'Ontario ont contribué aux dommages massifs et aux pannes de courant provoqués par le derecho du 21 mai 2022. Pourquoi des mesures aussi éprouvées, capables d'atténuer les dommages causés par les tempêtes, seraient-elles mises au placard?

Réduction des budgets d'élagage des arbres en Ontario dès 2014
 

Et si...


Ayant eu la chance d'être formé au processus de planification opérationnelle conjointe de l'armée et de l'avoir utilisé dans des opérations de paix et de combat, je peux dire que modifier des plans complexes et coordonnés n'est pas une mince affaire. De telles modifications, comme la réduction des budgets de gestion de la végétation des lignes électriques, sont lourdes de conséquences involontaires. C'est pourquoi le processus de planification opérationnelle soumet de telles modifications à un processus de planification d'urgence centré sur une analyse « et si? ». Cette analyse vise à élaborer des plans d'action alternatifs et atténuants qui fonctionneront face à ces défis identifiés. Le planificateur militaire effectuera une telle analyse lorsqu'il étudiera l'impact possible des actions de l'ennemi. Que se passe-t-il si l'ennemi fait la chose la plus probable? Et s'il exécutait un plan d'action moins probable mais présentant le plus grand danger pour vos opérations et vos objectifs? Une fois que l'on a répondu à la question « et si?», la question suivante dans le processus de planification devient « et ensuite? ».

Une analyse de type "what if" pourrait-elle éviter des résultats moins souhaitables?

Dans le cas de la saga de l'élagage des arbres en Ontario, il semblerait qu'une analyse « et si » ait été oubliée ou remplacée par une autre considération. La Loi sur l'énergie verte de la province est instructive à cet égard, car elle met l'accent sur la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables. Ces dernières favoriseraient fortement les technologies éoliennes et solaires qui, malheureusement, semblent avoir reçu « une passe » lorsqu'il s'est agi de procéder à une analyse de type « et si ». Que se passerait-il si les coûts de subventionnement de la mise en place de ces sources d'énergie dépassaient la capacité du porte-monnaie public? Et si la technologie était incapable d'assurer une production fiable et continue? Ces questions de planification d'urgence ont été balayées lorsque la province s'est empressée de relever le défi du « changement climatique ».

La Loi sur l'énergie verte de l'Ontario, une entreprise bâclée?

En effet, un rapport du gouvernement de l'Ontario datant de 2005 indiquait qu'une économie de 90 % pouvait être réalisée sur la transition vers les énergies renouvelables en procédant à des « projets de modernisation des systèmes de production d'énergie existant ». Au lieu de cela, des sources et des infrastructures d'énergie renouvelable immédiates et massivement subventionnées ont été mises en place par le biais de l'entreprise Green Energy Act. Le résultat a été une punition impitoyable pour le contribuable et l'économie provinciale dans son ensemble. Le chaos économique a été tel que la province a dû étendre les subventions au-delà des fournisseurs d'énergie renouvelable pour inclure un secteur industriel nouvellement non compétitif. Les coûts connexes ont été transférés aux contribuables ontariens, et ce processus ne prendra fin qu'en 2040, à l'expiration du dernier contrat d'énergie renouvelable. Entre-temps, la province, ou plutôt le contribuable, dépensera plus pour ces subventions que pour les soins de longue durée. Il n'est pas étonnant que l'élagage des arbres n'ait pas fait l'objet d'une analyse de type « what if ». La Loi sur l'énergie verte elle-même n'en a pas fait usage!

Une planification précipitée et incomplète ne mène nulle part?
 

Et ensuite?


Le fait de ne pas aborder honnêtement la planification d'urgence avec des analyses « et si » équivaut à de la négligence. C'est d'autant plus vrai que les coûts associés au fait de ne pas le faire, comme cela a pu être le cas avec notre derecho, sont très élevés en termes de pertes de vies, de biens et de membres. De telles lacunes analytiques ouvrent la porte aux dirigeants paresseux qui proposent des solutions superficielles incapables de résoudre les graves problèmes auxquels sont confrontés une nation et ses citoyens. Après tout, le fait de ne pas se demander « et si » ne peut qu'agir comme un rempart contre la question cruciale qui suit, « et alors ». Si l'on ne pose pas cette dernière question, cela signifie que l'on ne peut pas consacrer du temps ou de la matière grise à l'élaboration de plans d'action alternatifs viables. En conséquence, les questions épineuses du jour sont masquées par des promesses superficielles de dépenses publiques associées à des solutions de rechange vertueuses et idéologiques.

L'idéologie supplante-t-elle les stratégies de planification d'urgence réalisables?

La substitution de solutions pratiques, fondées sur l'idéologie, au travail difficile associé à la planification d'urgence fondée sur les faits semble être partout. Elle est présente depuis longtemps dans le domaine du changement climatique, comme nous l'avons indiqué ci-dessus et comme le démontrent les plans nationaux qui refusent d'envisager des mesures d'atténuation dans le cadre d'un plan global, axé sur le Canada. Au lieu de cela, une idéologie qui voit un éloignement mondialisé des combustibles fossiles doit être poursuivie à la manière d'un « mon centre cède, ma droite recule, situation excellente, j'attaque » - même si cela crée plus de mal que de bien. Et il en va de même dans d'autres domaines, notamment l'approche nationale actuelle pour faire face au virus de Wuhan. Dans le cas de la réponse à une pandémie, le monde a peut-être abandonné le confinement au nom du « zéro Covid », mais le Canada persiste à poursuivre une idéologie qui divise - une idéologie qui sépare inutilement les vaccinés des non-vaccinés.

Comme le dit jadis le maréchal Foch: « Mon centre cède, ma droite recule, situation excellente, j’attaque. »

Les idéologies qui cherchent à diviser les citoyens et à centraliser le pouvoir entre les mains d'un petit groupe d'« experts » ne peuvent souffrir aucun appel à un véritable débat, et encore moins à la discussion de pistes d'action alternatives. De telles approches idéologiques, cependant, sont problématiques dans la mesure où leur rigidité exige la conformité tout en excusant leurs propres échecs avec le précepte « l'idéologie n'a pas échoué, c'est juste qu'elle a été employée avec trop de parcimonie". L'échec ne sera pas toléré! On peut le constater en Chine où l'idéologie du « zéro Covid » a conduit des citoyens à être enfermés dans leurs immeubles pendant des mois pour que les autorités traquent et tuent les animaux domestiques. On le voit aussi au Canada où les vaccins obligatoires pour les voyageurs ne peuvent être remis en question mais doivent être maintenus - même si une loi d'urgence doit être invoquée. La course irréfléchie et dangereuse à l'échec doit se poursuivre jusqu'à ce que le temps s'écoule et que « the rubber hitting the road ». Une fois que l'on s'est engagé sur cette voie, les questions ne sont plus « et si » ou « et après », mais « qui nous a conduits à ce point et pourquoi avons-nous suivi? ».

Les mesures de prévention en Chine mettent les chiens en état d'alerte. Les Canadiens non vaccinés seront les prochains?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags