top of page

C3RF Update, 07 Apr 2023 – Flimflam nation


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Visit! Our reconstituted C3RF Twitter site


After multiple unsuccessful attempts to have our C3RF Twitter site restored with its thousands of followers, we’ve had to throw in the towel – looks like Elon’s efforts to free the social media platform of undue censorship north of the border are still in their formative stages. Anyway, our new site may be short on followers but we can fix that quickly with your support.

 

Flimflam budgets


The term “flimflam” springs to mind when one considers the host of tricks, deceits and swindles that the everyday Canadian has had to endure over the course of the last eight years. Looking back on these years, and to the present day, it’s not that surprising to see how easily Johnny and Janie Canuck have been bamboozled by those who would take such advantage. After all, Canadians have enjoyed a “high trust society” characterized by generally honest relations between citizens and their leadership classes that is both longstanding and taken for granted. This historical, mutual trust between those in authority and those they lead has benefitted the country greatly as it has given our leader class a relatively free and unfettered hand in dealing with matters of both individual and national concern. Unfortunately, this mutual trust has been strained to the breaking point as a result of flimflams that have been perpetrated against the public-writ-large on matters relating to, but not limited by, the national economic, unity and freedom files.

Are Canadians beset by flimflams across the board?

The use of shiny objects to distract and befuddle the citizenry while tectonic and ill-advised economic changes are introduced is evidenced by the recent Liberal/ NDP budget submission for 2023. Canadians were assured beforehand that prudent financial management was the order of the day as rampaging inflation needed to be brought under control with frugal, targeted government expenditures. It was flimflam all the way, however, as baubles like a $400 grocery rebate, the extension of a GST rebate for six months and dental plans for those earning less than $90,000 a year concealed a sea change transition to a new green economy. It matters not that such a transition includes the trashing of an energy sector that stands to reduce the global carbon footprint and it matters not that it is fraught with risks that have been demonstrated in other jurisdictions. Indeed, the success of sizeable electric vehicle investments resident within the budget have been presaged by similar policies in the European Union where, one year after implementing a gasoline car ban to take hold in 2035, it has relented and called the plan a “stupidity”. At the end of the day the 2023 budget would forego promised frugality to generate $70 billion in new spending while racking up an annual deficit of some $40 billion in fiscal year 2023/24 even as it committed $20 billion to a green transition - “look squirrel!”

Budget 2023 was promised to be prudent but, "hey look, squirrel!"

Baubles aside and in fairness to the Canadian government-of-the-day, the frantic rush to a green Canada that meets Paris Agreement targets can be seen to be generated by our neighbours south of the border. They have come up with the oddly named “Inflation Reduction Act” that sees massive spending, as much as $369 billion, to address energy security and climate change needs. The $20 billion tranche that Canada apportions in Budget 2023 for such purposes may pale in comparison but it does speak to a desire to pick winners and losers through subsidization programs. This should be a concern to Canadians given past American experience, under Obama, that saw the same processes put in place to secure the same objectives. The results were catastrophic and expensive as whole industries, like Solyndra, quickly went bankrupt after draining federal coffers. One wonders, given the known fact that the green energy Canada seeks to transition to is underpinned by “unrealistic assumptions” and lacks the technology to make it happen, are Canadians being flimflammed?

Obama, Biden and Trudeau – great pickers of winners and losers or flimflammers?
 

Flimflam diversity


So God created man in his own image, in the image of God created he him; male and female created he them. Genesis 1:27


Much fanfare has been made by our Liberal/NDP government, and the controlled opposition that bows before it, to embrace “diversity, inclusiveness and equity” (DIE) as national priorities. After all, the new “post-national” Canada has no need for old, core values that were codified in a bygone Bill of Rights that recognized “the worth of the human person and the position of the family in a society of free men and free institutions”. This old Canada proved powerful in attracting freedom-seeking persons throughout the world regardless of race, creed or point of origin as they sought shelter in a land that affirmed “that men and institutions remain free only when freedom is founded upon respect for moral and spiritual values and the rule of law.” Such ideas were demonstrably successful in bringing folks together from a wide array of backgrounds and it could be said that such principles were central in unifying diverse peoples under a common cause amenable to the formation of a free nation.

Prime Minister John Diefenbaker, father of the Canadian Bill of Rights

Such unifying principles, apparently, were not good enough for revisionist governments hellbent on defining Canada, and Canadians, in terms of who was the oppressed and who was the oppressor. Citizens would need to forget about the civic ties that bound them together as one community and, rather, dote on past injustices. It was necessary to do so if guilt was to be projected into the present day and reparations made to a resurrected victim class. This whole process can be seen to be closely related to the practise of “picking at scabs” with more harm and follow-on infection resulting than was generated by the initial wound. To make matters worse, the oppressed, stratified on the basis of intersectionality, needed to be accommodated even if it meant negating the old core values that had provided such yeomen service in uniting the country. Dignity of the human spirit and the natural family be damned as such notions could no longer be tolerated if they interfered with diversities that challenged them. Diversity, not freedom, would be Canada’s new beacon unto the world.

Picking at scabs is a required pastime in the new post-national Canada?

The darkest aspects of the “diversity” narrative can be seen in the transgender movement. This phenomenon has enjoyed an accelerated rise on the Canadian social scene even as it unabashedly proposes that gender is uncoupled from biological sex. It would appear that immutable truths needed to be deconstructed and it could no longer be said that “God created mankind in his own image” and “male and female he created them.” Rather than this, we are now told that an alternate truth needs to be affirmed and that only transphobes would disagree with the notion that gender is a social construct. It is here we see “diversity” creating a schism between worldviews that is so irreconcilable that it is capable of generating hateful violence. So it was when the world saw a transgender slaughter those on the lowest rung of the intersectional ladder - white Christian children - in a Nashville religious school. Not to be outdone, it would appear the transgender movement has become violent in Canada as well as it insists on the general public’s affirmation – or else. Could it be that the maxim, “diversity is Canada’s strength”, is a flimflam of the first order?

Trans rights - or else? This is strength through diversity?
 

Flimflam freedom


Neither do men light a candle, and put it under a bushel, but on a candlestick; and it giveth light unto all that are in the house. Matthew 5:15


Last week’s update drew attention to the rise of a constitutional debate kickstarted by the anti-constitutional recommendations posited in the Public Order Emergency Commission’s Final Report. Recall that this report found the Liberal/NDP government to be justified in invoking martial law through the Emergency Act as it sought to deal with dispersing “bouncy castle” Freedom Convoy 2022 protesters. The debate was taken up by two C3RF patrons and national celebrities in the form of Dr. Salim Mansur and the Honourable Brian Peckford. These two notables both agreed that the invocation of martial law and its affirmation, as noted, had shredded the Charter and its intended purpose of being the guarantor of individual rights against such government overreach even as they differed on how best to restore this noble aim. Regardless of these differences, however, their mutual assessment was that these Charter guarantees, as perceived and cherished by the Canadian public, were now mere baubles open to abuse by controlling politicians and “living tree” courts. A flimflam by another name!


Salim Mansur and Brian Peckford - the Charter is being shredded

Whereas Mansur recommended the incorporation of a “We the people” reference in the Charter’s preamble to give life to the document’s original intent, Peckford argued that such a change was impracticable in today’s political environment. Rather than this, he proposed an indirect approach that introduced “New Magana Carta for Canada” measures capable of assuring fidelity to the Charter’s real intent. We now see this debate evolve further as Dr. Mansur responds in kind by noting that political and judicial institutions have been abusing Charter intent by arbitrarily imposing Section 1 limitations as soon as they were written into the Charter of 1982. He outlines a litany of cases where this was done and makes it apparent that it’s the squeaky wheel of activism that wins the day over “fundamental” freedoms. Indeed, it’s as though “log-rolling” politicians and the judiciary were working hand-in-hand to circumvent Charter intent and surreptitiously effect progressive social change. Unfortunately, this flimflam has progressed to the point that it is now appropriate to discriminate against Canadians of a certain colour.

Has the Charter become A flimflam?

Playing bait and switch with the Charter by displacing guaranteed, individual rights by the wants of a victim class is a difficult prospect – particularly when folks are allowed to freely express their opinions and have access to those of others. It is little wonder, then, that a ruling class would move boldly to control the speech of these everyday Canadians through legislation. Such has been the case with Bill C-11 and the invoking of closure to curtail its debate and move it forward for ultimate approval. The Bill is significant for flimflam propagation purposes as it will enable the government to control the generation of your online user content through CRTC regulation and licensing. Such speech-crushing initiatives can be seen to be in line with the creation of an Obama-era, State Department Global Engagement Center (GEC) that was designed to run that country’s counter-disinformation program. This agency can now be seen to have become a “sprawling leviathan with tentacles reaching into both the public and private sector, which the government uses to direct a ‘whole of society’ effort that aims to seize total control over the internet”. Unfortunately, but understandably given a Canadian government hellbent on controlling its own disinformation programs, the Liberal/NDP government has decided to partner with the Global Engagement Center so that it might build up its own capacity to use a fused government-private communication network to be the only purveyor of disinformation. What better way to keep a freedom flimflam going than controlling all the narratives that feed or question it?

Are governments configuring to become the sole purveyors of disinformation?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Visitez notre site Twitter C3RF reconstitué


Après de multiples tentatives infructueuses pour restaurer notre site Twitter C3RF avec ses milliers de followers, nous avons dû jeter l'éponge - il semble que les efforts d'Elon pour libérer la plate-forme de médias sociaux de la censure indue au nord de la frontière en soient encore à leurs premiers stades. Quoi qu'il en soit, notre nouveau site manque peut-être d'adeptes, mais nous pouvons y remédier rapidement grâce à votre soutien.

 

Budgets flimflam


Le terme « flimflam » vient à l'esprit lorsque l'on pense à la multitude d'astuces, de tromperies et d'escroqueries que le Canadien ordinaire a dû endurer au cours des huit dernières années. Avec le recul, et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas surprenant de voir à quel point les Canadiens ordinaires se sont laissés embobiner par ceux qui voulaient profiter de la situation. Après tout, les Canadiens jouissent depuis longtemps d'une « société de confiance » caractérisée par des relations généralement honnêtes entre les citoyens et leurs dirigeants, relations qui sont considérées comme allant de soi. Cette confiance mutuelle historique entre ceux qui détiennent l'autorité et ceux qu'ils dirigent a été très bénéfique pour le pays, car elle a permis à notre classe dirigeante d'avoir les mains relativement libres et sans entraves pour traiter les questions d'intérêt individuel et national. Malheureusement, cette confiance mutuelle a été mise à rude épreuve à la suite des escroqueries commises à l'encontre du grand public sur des questions liées, entre autres, à l'économie nationale, à l'unité et à la liberté.

Les Canadiens sont-ils assaillis par des flimflams dans tous les domaines?

L'utilisation de clinquants pour distraire et embrouiller les citoyens pendant que des changements économiques tectoniques et malavisés sont introduits est mise en évidence par la récente présentation du budget néo-libéraux-démocrates pour 2023. Les Canadiens ont été assurés à l'avance qu'une gestion financière prudente était à l'ordre du jour, car l'inflation galopante devait être maîtrisée grâce à des dépenses publiques frugales et ciblées. Mais ce n'était que de la poudre aux yeux, car des bonbons tels qu'un remboursement de 400 dollars sur les produits d'épicerie, la prolongation de six mois du remboursement de la TPS et des régimes de soins dentaires pour les personnes gagnant moins de 90 000 dollars par an dissimulaient une transition radicale vers une nouvelle économie verte. Peu importe qu'une telle transition comprenne le saccage d'un secteur énergétique susceptible afin de réduire l'empreinte carbone mondiale, et peu importe qu'elle comporte des risques qui ont été démontrés dans d'autres juridictions. En effet, le succès d'investissements considérables dans les véhicules électriques dans le cadre du budget a été préfiguré par des politiques similaires dans l'Union européenne où, un an après avoir mis en œuvre une interdiction des voitures à essence devant entrer en vigueur en 2035, elle a cédé et qualifié le plan de « stupidité ». En fin de compte, le budget 2023 renoncerait à la frugalité promise pour générer 70 milliards de dollars de nouvelles dépenses tout en accumulant un déficit annuel de quelque 40 milliards de dollars au cours de l'exercice 2023/24, même s'il s'engageait à consacrer 20 milliards de dollars à une transition verte - « attention M. l'écureuil! »

Le budget 2023 avait été promis comme étant prudent, mais « hé regarde! »

Les frivolités mises à part, et en toute justice pour le gouvernement canadien du jour, la course effrénée vers un Canada vert qui respecte les objectifs de l'Accord de Paris peut être considérée comme générée par nos voisins au sud de la frontière. Ils ont élaboré la loi bizarrement appelée « Inflation Reduction Act » qui prévoit des dépenses massives, jusqu'à 369 milliards de dollars, pour répondre aux besoins en matière de sécurité énergétique et de lutte contre le changement climatique. La tranche de 20 milliards de dollars que le Canada alloue à ces fins dans le budget 2023 fait pâle figure en comparaison, mais elle témoigne d'une volonté de choisir les gagnants et les perdants par le biais de programmes de subvention. Les Canadiens devraient s'en inquiéter compte tenu de l'expérience américaine passée, sous Obama, qui a vu les mêmes processus mis en place pour atteindre les mêmes objectifs. Les résultats ont été catastrophiques et coûteux, car des industries entières, comme Solyndra, ont rapidement fait faillite après avoir vidé les coffres fédéraux. Compte tenu du fait que l'énergie verte vers laquelle le Canada cherche à passer repose sur des « hypothèses peu réalistes » et que la technologie nécessaire à sa réalisation fait défaut, on peut se demander si les Canadiens ne sont pas en train de se faire passer un sapin.

Obama, Biden et Trudeau - grands sélectionneurs de gagnants et de perdants ou faiseurs d'illusions?
 

Fausse diversité


Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Genèse 1:27 (Louis Segond 1910)


Notre gouvernement néo-libéraux-démocrate, et l'opposition contrôlée qui s'incline devant lui, ont fait grand cas de la « diversité, de l'inclusion et de l'équité » (DIE) en tant que priorités nationales. Après tout, le nouveau Canada « post-national » n'a pas besoin des anciennes valeurs fondamentales codifiées dans une Déclaration des droits révolue qui reconnaissait « la valeur de la personne humaine et la place de la famille dans une société d'hommes libres et d'institutions libres ». Ce vieux Canada s'est avéré puissant en attirant des personnes en quête de liberté dans le monde entier, sans distinction de race, de croyance ou de point d'origine, qui cherchaient refuge dans un pays qui affirmait « que les hommes et les institutions ne restent libres que lorsque la liberté est fondée sur le respect des valeurs morales et spirituelles et de l'État de droit ». Ces idées ont manifestement réussi à rassembler des personnes d'horizons très divers et l'on peut dire que ces principes ont joué un rôle central dans l'unification de peuples divers autour d'une cause commune propice à la formation d'une nation libre.

Le Premier ministre John Diefenbaker, père de la Déclaration canadienne des droits

Ces principes unificateurs n'étaient apparemment pas suffisants pour les gouvernements révisionnistes déterminés à définir le Canada et les Canadiens en fonction de l'opprimé et de l'oppresseur. Les citoyens doivent oublier les liens civiques qui les unissent en tant que communauté et, au contraire, se préoccuper des injustices du passé. C'était nécessaire pour que la culpabilité soit projetée dans le présent et que des réparations soient accordées à une classe de victimes ressuscitée. L'ensemble de ce processus peut être considéré comme étroitement lié à la pratique consistant à « gratter les gales », ce qui entraîne plus de dommages et d'infections ultérieures que la blessure initiale n'en a engendrés. Pour aggraver les choses, les opprimés, stratifiés sur la base de l'intersectionnalité, devaient être pris en compte, même si cela signifiait la négation des anciennes valeurs fondamentales qui avaient si bien servi à unifier le pays. La dignité de l'esprit humain et de la famille traditionnelle est condamnée, car ces notions ne peuvent plus être tolérées si elles interfèrent avec les diversités qui les remettent en question. La diversité, et non la liberté, sera le nouveau phare du Canada dans le monde.

Gratter les gales est un passe-temps obligatoire dans le nouveau Canada post-national?

Les aspects les plus sombres du discours sur la « diversité » se retrouvent dans le mouvement transgenre. Ce phénomène a connu une ascension accélérée sur la scène sociale canadienne alors même qu'il propose sans complexe que le genre soit dissocié du sexe biologique. Il semblerait qu'il faille déconstruire les vérités immuables et qu'on ne puisse plus dire que « Dieu a créé l'homme à son image » et « qu'il les a créés mâle et femelle ». Au lieu de cela, on nous dit maintenant qu'une autre vérité doit être affirmée et que seuls les transphobes ne seraient pas d'accord avec l'idée que le genre est une construction sociale. C'est là que nous voyons la "diversité" créer un schisme entre les visions du monde qui est si irréconciliable qu'il est capable d'engendrer une violence haineuse. C'est ainsi que le monde a vu un transgenre massacrer ceux qui se trouvaient au plus bas de l'échelle intersectionnelle - des enfants blancs chrétiens - dans une école religieuse de Nashville. Pour ne pas être en reste, il semblerait que le mouvement transgenre soit devenu violent au Canada également, car il insiste pour que le grand public doit affirmer sa véracité. Se pourrait-il que la maxime « la diversité est la force du Canada » soit un véritable mirage?

Les droits des personnes transgenres – sinon? C'est la force de la diversité?
 

Flimflam liberté


Et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Matthieu 5:15 (Louis Segond 1910)


La mise à jour de la semaine dernière a attiré l'attention sur l'émergence d'un débat constitutionnel lancé par les recommandations anticonstitutionnelles formulées dans le rapport final de la Commission sur les mesures d'urgence. Rappelons que ce rapport estimait que le gouvernement libéral/néo-démocrate était justifié d'invoquer la loi martiale par le biais de la loi sur l'état d'urgence pour faire face à la dispersion des manifestants du « château gonflable » du convoi Liberté 2022. Le débat a été repris par deux mécènes du C3RF et des célébrités nationales, le Professeur Salim Mansur et l'honorable Brian Peckford. Ces deux notables ont convenu que l'invocation de la loi martiale et son affirmation, comme nous l'avons vu, avaient détruit la Charte et son objectif d'être le garant des droits individuels contre de tels excès gouvernementaux, même s'ils divergeaient sur la meilleure façon de restaurer ce noble objectif. Indépendamment de ces désaccords, cependant, leur évaluation commune était que ces garanties de la Charte, telles que perçues et chéries par le public canadien, n'étaient plus que des frivolités ouvertes à l'abus par des politiciens contrôlants et des tribunaux épousant la doctrine de « l'arbre vivant ». Un flimflam sous un autre nom!

Salim Mansur et Brian Peckford - la Charte est en train d'être démantelée

Alors que Mansur recommandait l'incorporation d'une référence au « Nous le peuple » dans le préambule de la Charte pour donner vie à l'intention originale du document, Peckford a soutenu qu'un tel changement était impraticable dans l'environnement politique d'aujourd'hui. Au lieu de cela, il a proposé une approche indirecte qui introduisait les mesures d'une nouvelle « Magna Carta pour le Canada » capables d'assurer la fidélité à l'intention réelle de la Charte. Nous voyons maintenant ce débat évoluer puisque le Prof. Mansur répond en nature en notant que les institutions politiques et judiciaires ont abusé de l'intention de la Charte en imposant arbitrairement des limitations à l'article 1 dès qu'elles ont été inscrites dans la Charte de 1982. Il décrit une litanie de cas où cela a été fait et montre clairement que c'est l'activisme qui l'emporte sur les libertés « fondamentales ». En effet, c'est comme si les politiciens et le pouvoir judiciaire travaillaient main dans la main pour contourner l'intention de la Charte et opérer sournoisement des changements sociaux progressistes. Malheureusement, ce flimflam a progressé au point qu'il est maintenant approprié de pratiquer une discrimination à l'encontre des Canadiens d'une certaine couleur.

La Charte est-elle devenue un écran de fumée?

Il est difficile de jouer avec la Charte en remplaçant les droits individuels garantis par les souhaits d'une classe de victimes - en particulier lorsque les gens sont autorisés à exprimer librement leurs opinions et à avoir accès à celles des autres. Il n'est donc pas étonnant qu'une classe dirigeante s'efforce audacieusement de contrôler l'expression des Canadiens ordinaires par le biais de la législation. C'est ce qui s'est passé avec le projet de loi C-11 et l'invocation de la procédure de clôture pour restreindre le débat et le faire avancer en vue de son approbation finale. Ce projet de loi est important pour la propagation du mensonge, car il permettra au gouvernement de contrôler la production de votre contenu en ligne par le biais de la réglementation et de l'octroi de licences par le CRTC. Ces initiatives d'écrasement de la parole s'inscrivent dans le droit fil de la création d'un State Department Global Engagement Center (GEC) du département d'État, datant de l'ère Obama, conçu pour gérer le programme de lutte contre la désinformation de ce pays. Cette agence est devenue un « mastodonte tentaculaire qui s'étend dans les secteurs public et privé et que le gouvernement utilise pour diriger un effort de l'ensemble de la société qui vise à prendre le contrôle total d'Internet ». Malheureusement, mais c'est compréhensible compte tenu de la volonté du gouvernement canadien de contrôler ses propres programmes de désinformation, le gouvernement libéral/néo-démocrate a décidé de s'associer au Global Engagement Center afin de renforcer sa propre capacité à utiliser un réseau de communication fusionné entre le gouvernement et le secteur privé pour être le seul pourvoyeur de désinformation. Quel meilleur moyen de maintenir la boucane de la liberté que de contrôler tous les récits qui l'alimentent ou le remettent en question?

Les gouvernements sont-ils en train de se configurer pour devenir les seuls pourvoyeurs de désinformation?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Commenti


bottom of page