C3RF Update, 09 Jul 2021 – Canada the bad


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Canada the bad


Canada is a “genocidal” nation and needs to do “better”. So says our own Prime Minister on the heels of the recent “discovery” of unmarked graves on the grounds of former “residential schools”. The graves were flatly stated to be those of indigenous children and numbered in excess of 1,000 across multiple provinces. The news was immediately received as proof positive that Canada had a dark underbelly in line with Pol Pot’s Cambodia or a Hutu-led Rwanda. And so Prime Minister Trudeau lowered the flag on Parliament Hill to half mast on Canada Day while asking the nation to “reflect” on its past and to do “better”. The uncontested charge of genocide, issued by the highest office of the land, would not pass without consequence as cities and towns across the land shut down Canada Day celebrations to jump on the self-flagellation bandwagon. Even more than this, though, statues would be toppled on the steps of provincial legislatures as law enforcement stood idly by even as churches were put to the torch.

Churches torched in the name of "genocide"

The “genocide” narrative has been building in Canada for sometime now. It was floated at the United Nations in 2013 while its “cultural” counterpart was raised in the Canadian Truth and Reconciliation Report of 2015. The latter report is of interest as it discusses in some detail the deaths of indigenous children in the residential school system even as it called for a comprehensive investigation of the circumstances surrounding these deaths. These recommendations were enumerated as #71 through to #76 inclusive and put the lie to the current narrative that related burial sites are evidence of genocide and mass murder. In addition, this very comprehensive report analyzes the 3201 reported deaths at residential schools, out of a total throughput of over 150,000 students, to attribute the vast majority of these deaths to tuberculosis, influenza and pneumonia.

Tuberculosis rampages through residential schools

The outsized impact of diseases, like tuberculosis, on the mortality rates of residential school children was seen by the report to be a function of two factors; crowded dormitories and a wider phenomenon associated with the general health status of the aboriginal community writ large. In the latter instance, the reservation system that was put in place by the Indian Act of 1876 was cited as foundational to an overall health crisis characterized by malnutrition. This, as the reservation lands assigned for such purposes were often not those requested by Indian bands and were unsuitable for agricultural purposes. The situation was further exacerbated by obstacles that the Act put in the way of private ownership. This, in turn, made it difficult for band members to access the loans required to transition from a hunter, gatherer lifestyle to one dependent on farming. In short, it could be easily argued that excessive residential school deaths were baked into the federal system that was put in place to tightly control Canada’s indigenous population.

Private ownership not a regular feature of reservation life

One big rice bowl


When one looks at the residential school problem through the eyes of the Truth and Reconciliation Report, it is apparent that Canada’s “systemic racism” problem is not one that sprouts from the hearts of everyday Canadians. It was, rather, one that was put in place by government policies mandated by the context of the day. One needs to recall that the latter portion of the 19th century was characterized by “Indian Wars” to the south of us and a dire need to open up the Canadian west in the face of territorial threats from a powerful, post-civil war America. The end result was the all-powerful Indian Act of 1876 that sought, as its major premise, to “enfranchise” or assimilate aboriginals into a settler population. Enfranchisement proved to be an utter failure with only one such transition being affected through the Act. The Act was successful, however, in standing up a federal agency headed by an omnipresent “Minister” aided by a host of bureaucrats, handlers and lobbyists. The end result was a huge “rice bowl” that handled, and handles, billions upon billions of Canadian dollars dedicated to solving indigenous problems. There are many hands in this pot of money and one can only wonder how, after 50 plus years, Grassy Narrows First Nation can still be suffering from mercury poisoning or how so many reserves still need to boil their own drinking water.

Mercury poisoning at Grassy Narrows First Nation

One would think that such mismanagement, expense and residential school heartache would prompt a consensual agreement to dismantle the Indian Act. The prospect was raised in 1969 by the Trudeau (Pierre) government but was met by monumental opposition. It was proposed to do away with the Department of Indian Affairs, repeal the Indian Act and eliminate all treaties between First Nations and Canada. The associated “White Paper” saw the conversion of reserve lands to private property owned by the band or its members and the transfer of all responsibility for services to provincial governments. All of the land claims and funding for economic development was to be adjudicated by a dedicated Commissioner. In the end, though, aboriginal leadership would have nothing to do with the concept as they preferred the maintenance of the special status that the Act afforded them. In response, Prime Minister P.E. Trudeau stated “We’ll keep them in the ghetto as long as they want.”

PE Trudeau and Jean Chretien fail to revoke the Indian Act, 1969

How odd is it that the same Indian Act that was responsible for the residential school system mess would be so supported by Canada’s aboriginal leadership? The highly centralized and paternalistic relationship it forged between the federal government and these same leaders was obviously beneficial to some even as rank-and-file aboriginals suffered within the reservation system it supported. How equally odd is it that everyday Canadians are pilloried as “racist” by their political leaders even as they are told they need to do “better”. All of this abuse even as these same Canadians pour money unstintingly into fruitless efforts to improve the lot of their indigenous neighbours? One wonders, are overly centralized juggernauts like the Indian Act to be avoided? Do they only serve the special classes that they spawn?

Crown Indigenous and Northern Affairs Building

Lessons not learned


In a fashion reminiscent of the standing up of the Indian Act, we see the context of today driving a similar over-centralization of political power – this time to deal with the Wuhan virus crisis. Just as we saw the fanciful notion of “enfranchisement” drive the formulation of the Indian Act, we are now seeing the impossible notion of a “zero virus”-world driving the rollout of mandatory, experimental vaccination programs. No other options are offered, available or even allowed to be discussed as even frontline doctors are admonished for uttering counter-narrative observations and suggestions. Accordingly, we see the whole Wuhan virus effort centralized within a WHO/ China power structure that is unassailable and fully capable of usurping any authority previously vested in individual rights and freedoms. A power structure that is fully supported by quisling national leaders in the political, judicial and media realms.

Worldwide lockdown orthodoxy

As is the case with the centralization of power within the Indian Act, the Wuhan virus juggernaut has become a large “rice bowl” that attracts a variety of hungry mouths. These include those attached to big pharma enterprises that are more than willing to take advantage of the monopoly status afforded by an unquestioned solution based on experimental vaccines. Even more ominous than this, though, is the “rice bowl” promise to reward corporate and political players with preferred status in a world that is on the cusp of “resetting”. This “global reset” will re-imagine capitalism even as it secures its stakeholders from criticism and “hurtful” speech. Certainly, Canada is well down this path with its commitment to “build back better”, and greener, while it strips away free speech through Bill C-10 and C-36 legislation. All Canadians, not just its indigenous members, can now look forward to life on the reservation.

Minister Lametti cracks down on free speech with Bill C-36

Just as the Indian Act enabled the residential school system to muddle the lives of its young students, so does the “zero virus” initiative stand to shepherd us away from a free, liberal democracy to a system of governance characterized by oligarchical control. We will be at the beck and call of our betters who, quite frankly, don’t like us that much. How else to explain their current proclivity to blame the everyday, tax paying citizen for resurgent waves of Wuhan virus infection? It’s not that their vaunted lockdown strategies don’t work, it’s us “yahoos” that fail to comply fully with their freedom-crushing restrictions. Might it be time to do away with such draconian, overcentralized control systems? Might it be time to dismantle related “rice bowls”? And might it be time to bounce those who would inflict such pain upon us out of power?

Sitting down to a rice bowl

Summer schedule


C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments that seek to divide and tear Canadians and their social fabric apart respectively.We will be particularly engaged with the Wuhan virus and election files which, between them, have the potential to send Canadians down the path to serfdom.It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as, hopefully, our political leaders see fit to reinitiate that which we currently lack; a responsible, representative government.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Le Canada, le méchant pays


Le Canada est une nation « génocidaire » et doit faire « mieux ». C'est ce qu'a déclaré notre propre Premier ministre à la suite de la récente « découverte » de tombes non marquées sur les terrains d'anciens « pensionnats ». Il a été catégoriquement déclaré que les tombes étaient celles d'enfants autochtones et qu'il y en avait plus de 1 000 dans plusieurs provinces. La nouvelle a immédiatement été reçue comme la preuve que le Canada avait un côté sombre, comparable à celui du Cambodge de Pol Pot ou du Rwanda dirigé par les Hutus. C'est ainsi que le premier ministre Trudeau a mis en berne le drapeau sur la colline du Parlement le jour de la fête du Canada, tout en demandant à la nation de « réfléchir » à son passé et de faire « mieux ». L'accusation incontestée de génocide, lancée par la plus haute autorité du pays, n'est pas restée sans conséquence, puisque des villes et des villages de tout le pays ont interrompu les célébrations de la fête du Canada pour se soumettre à l'autoflagellation. Plus encore, des statues ont été renversées sur les marches des assemblées législatives provinciales et les forces de l'ordre sont restées inactives alors que des églises ont été brûlées.

Des églises incendiées au nom du « génocide ».

Le récit du « génocide » se développe au Canada depuis un certain temps déjà. Il a été présenté aux Nations Unies en 2013, tandis que son équivalent « culturel » a été évoqué dans le Rapport de la Commision de Vérité et de Réconciliation de 2015. Ce dernier rapport est intéressant car il traite de manière assez détaillée de la mort d'enfants autochtones dans le système des pensionnats, tout en demandant une enquête complète sur les circonstances de ces décès. Ces recommandations, énumérées sous les numéros 71 à 76 inclusivement, font mentir le récit actuel selon lequel les sites de sépulture connexes sont des preuves de génocide et de meurtre de masse. En outre, ce rapport très complet analyse les 3201 décès signalés dans les pensionnats, sur un total de plus de 150 000 élèves, pour attribuer la grande majorité de ces décès à la tuberculose, à la grippe et à la pneumonie.

La tuberculose sévit dans les pensionnats

L'impact de maladies, comme la tuberculose, sur les taux de mortalité des enfants des pensionnats était considéré par le rapport comme étant fonction de deux facteurs: la promiscuité des dortoirs et un phénomène plus large associé à l'état de santé général de la communauté autochtone dans son ensemble. Dans ce dernier cas, le système de réserves mis en place par la Loi sur les Indiens de 1876 a été cité comme étant à l'origine d'une crise sanitaire globale caractérisée par la malnutrition. En effet, les terres de réserve attribuées à cette fin n'étaient souvent pas celles demandées par les bandes indiennes et ne convenaient pas à des fins agricoles. La situation était encore exacerbée par les obstacles que la loi mettait à la propriété privée. Il était donc difficile pour les membres des bandes d'obtenir les prêts nécessaires pour passer d'un mode de vie de nomade à un mode de vie sédentaire dépendant de l'agriculture. En bref, on pourrait facilement affirmer que les décès excessifs dans les pensionnats ont été intégrés au système fédéral mis en place pour contrôler étroitement la population autochtone du Canada.

La propriété privée n'est pas une caractéristique de la vie dans les réserves

Un grand bol de riz


Lorsqu'on examine le problème des pensionnats indiens à la lumière du Rapport de vérité et de réconciliation, il est évident que le problème du « racisme systémique « du Canada ne provient pas des Canadiens ordinaires. C'est plutôt un problème qui a été mis en place par des politiques gouvernementales mandatées par le contexte de l'époque. Il faut se rappeler que la dernière partie du 19e siècle a été caractérisée par des « guerres indiennes » au sud de notre pays et par un besoin urgent d'ouvrir l'Ouest canadien face aux menaces territoriales d'une Amérique puissante de l'après-guerre civile. Le résultat final a été la Loi quasi-draconniene sur les Indiens de 1876, dont le principal objectif était d' « émanciper » ou d'assimiler les Autochtones à une population de colons. L'émancipation s'est avérée un échec total, la loi n'ayant permis qu'une seule transition. La loi a cependant réussi à mettre en place une agence fédérale dirigée par un « ministre » omniprésent, assisté d'une foule de bureaucrates, de manipulateurs et de lobbyistes. Le résultat final est un énorme « bol de riz » qui manipule, et manipule, des milliards et des milliards de dollars canadiens consacrés à la résolution des problèmes autochtones. Il y a beaucoup de mains dans ce bol de bonbons et on ne peut que se demander comment, après plus de 50 ans, la Première Nation de Grassy Narrows peut encore souffrir d'empoisonnement au mercure ou comment tant de réserves doivent encore faire bouillir leur propre eau potable.

Empoisonnement au mercure dans la Première nation de Grassy Narrows

On pourrait penser qu'une telle mauvaise gestion, de telles dépenses et le chagrin des pensionnats inciteraient à un accord consensuel pour démanteler la Loi sur les Indiens. La perspective a été évoquée en 1969 par le gouvernement Trudeau (Pierre), mais s'est heurtée à une opposition monumentale. Il a été proposé de supprimer le ministère des Affaires indiennes, d'abroger la Loi sur les Indiens et d'éliminer tous les traités conclus entre les Premières nations et le Canada. Le « Livre blanc » qui en découla prévoyait la conversion des terres de réserve en propriétés privées appartenant à la bande ou à ses membres et le transfert de toutes les responsabilités en matière de services aux gouvernements provinciaux. Toutes les revendications territoriales et le financement du développement économique devaient être tranchés par un commissaire spécialisé. En fin de compte, cependant, les dirigeants autochtones ne voulaient rien savoir de ce concept, car ils préféraient le maintien du statut spécial que la loi leur accordait. En réponse, le premier ministre P.E. Trudeau a déclaré: « Nous les garderons dans le ghetto aussi longtemps qu'ils le voudront ».

P.E. Trudeau et Jean Chrétien ne parviennent pas à abroger la Loi sur les Indiens en 1969

N'est-il pas étrange que la même Loi sur les Indiens, responsable du désordre dans le système des pensionnats, soit autant soutenue par les dirigeants autochtones du Canada? La relation hautement centralisée et paternaliste qu'elle a forgée entre le gouvernement fédéral et ces mêmes dirigeants a manifestement profité à certains, alors même que les autochtones souffraient du système de réserves qu'elle soutenait. Il est tout aussi étrange que les Canadiens ordinaires soient traités de « racistes » par leurs dirigeants politiques alors qu'on leur dit qu'ils doivent faire « mieux ». Tous ces abus alors même que ces mêmes Canadiens versent sans compter de l'argent dans des efforts infructueux pour améliorer le sort de leurs voisins autochtones? On peut se demander s'il faut éviter les mastodontes trop centralisés comme la Loi sur les Indiens? Ne servent-ils que les classes spéciales qu'ils engendrent?

Bâtiment des relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada

Leçons non tirées


Tout comme l'adoption de la Loi sur les Indiens, nous constatons que le contexte actuel entraîne une centralisation excessive du pouvoir politique, cette fois pour faire face à la crise du virus de Wuhan. Tout comme nous avons vu la notion fantaisiste d' « émancipation » mener à la formulation de la Loi sur les Indiens, nous voyons maintenant la notion impossible d'un monde « zéro virus » mener au déploiement de programmes de vaccination obligatoires et expérimentaux. Aucune autre option n'est proposée, disponible ou même autorisée à être discutée, car même les médecins de première ligne sont réprimandés pour avoir émis des observations et des suggestions différentes. En conséquence, nous voyons l'ensemble de l'effort de lutte contre le virus de Wuhan centralisé au sein d'une structure de pouvoir OMS/Chine inattaquable et pleinement capable d'usurper toute autorité précédemment dévolue aux droits et libertés individuels. Une structure de pouvoir qui est entièrement soutenue par des dirigeants nationaux sans envergure aux niveau politique, judiciaire et médiatique.

L'orthodoxie du confinement mondial

Comme c'est le cas avec la centralisation du pouvoir au sein de la Loi sur les Indiens, le rouleau compresseur du virus de Wuhan est devenu un grand « bol de riz » qui attire diverses bouches affamées. Parmi elles, celles des grandes entreprises pharmaceutiques qui sont plus que désireuses de profiter du statut de monopole que leur confère une solution incontestée basée sur des vaccins expérimentaux. Mais ce qui est encore plus inquiétant, c'est la promesse du « bol de riz » de récompenser les entreprises et les acteurs politiques en leur accordant un statut privilégié dans un monde qui est sur le point de se « réinitialiser ». Cette « réinitialisation mondiale » réimaginera le capitalisme tout en protégeant ses acteurs des critiques et des discours « blessants ». Le Canada est certainement bien engagé dans cette voie avec son engagement à « se reconstruire en mieux », et plus vert, alors qu'il dépouille la liberté d'expression par le biais des lois C-10 et C-36. Tous les Canadiens, et pas seulement ses membres autochtones, peuvent maintenant se réjouir d'une vie future dans les réserves.

Le ministre Lametti s'attaque à la liberté d'expression avec le projet de loi C-36

Tout comme la Loi sur les Indiens a permis au système des pensionnats indiens d'embrouiller la vie de ses jeunes élèves, l'initiative « zéro virus » risque de nous faire passer d'une démocratie libre et libérale à un système de gouvernance caractérisé par un contrôle oligarchique. Nous serons à la merci de nos supérieurs qui, franchement, ne nous aiment pas beaucoup. Comment expliquer autrement leur tendance actuelle à blâmer le citoyen moyen, qui paie ses impôts, pour la résurgence des vagues d'infection du virus Wuhan? Ce n'est pas que leurs stratégies de continement ne fonctionnent pas, mais c'est nous, les « têtes folles », qui ne nous conformons pas entièrement à leurs restrictions de liberté. Ne serait-il pas temps de se débarrasser de ces systèmes de contrôle draconiens et surcentralisés? Ne serait-il pas temps de démanteler les « bols de riz »? Et serait-il temps de chasser du pouvoir ceux qui nous infligent de telles souffrances?

s'asseoir dans un bol de riz

Programme d'été


Le C3RF sera actif pendant la période des vacances d'été en surveillant les développements nationaux qui cherchent à diviser et à déchirer les Canadiens et leur tissu social. Nous nous intéresserons particulièrement au virus Wuhan et aux dossiers électoraux qui, à eux deux, ont le potentiel d'envoyer les Canadiens sur le chemin du servage. Compte tenu de la nature de la saison, nous prévoyons de faire des mises à jour bimensuelles en juillet et en août. Nous espérons que nos dirigeants politiques jugeront bon de rétablir ce qui nous fait actuellement défaut: un gouvernement responsable et représentatif.

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts