C3RF Update, 09 Sep 2022 – Democratic slippage


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with Alex Schadenberg from Euthanasia Prevention Coalition

 

Democratic slippage


One can be forgiven for believing that our own Prime Minister is a master of the art of psychological projection. After all, he rarely misses an opportunity to unconsciously, or not so unconsciously, assign emotions or traits he deplores onto others who have sparked his ire. Problem is, these same emotions or traits can be seen to be resident within his own psychological makeup as evidenced by his own actions. Perhaps the most memorable of these transferences of personal behaviour onto others came in March of this year when, on the heels of a Russian invasion of the Ukraine, the Prime Minister decried a worldwide “slippage” of democracy. He was, no doubt, using the invasion as a jumping off point to justify his claim but he might have been more convincing had he simply held up a mirror to his own record as Prime Minister since being invested in that office in 2015.

Prime Minister Trudeau, master of the art of psychological projection?

In the Canadian context, a democratic slippage can be seen to have been kicked off the day that the Prime Minister declared Canada to be a “postnational” state devoid of any anchoring or “core values”. For those who believe that Canada does have “core values” this came as a bit of a shock. After all, doesn’t our own Charter recognize the individual as uniquely valuable and deserving of equal treatment under the law and don’t such concepts stand as “core values”? To these Canadians the Prime Minister’s statement stood as a naïve rejection of their heartfelt convictions. Rather than this, his new postnational Canada would forego the social glue afforded by a citizen-based, civic nationalism to embrace open borders and the accommodation of an ethnically based, tribal transnationalism. This sea change shift in how Canada was perceived by its leader-class set in motion a divide between it and the rank-and-file citizens who still saw their country as a representative democracy and a freedom-affirming player on the world scene. How to reconcile such patriotism within a postnational Canada when “politicians and academics treat virtually all forms of nationalism with deep suspicion”. This rift was made evident in the early days of Trudeau’s Liberal government when it declared Canada to be “systemically racist” and a land of “religious discrimination” through the passage of Motion M-103 (Islamophobia) in March of 2017.

Motion M-103 passage affirms Canada to be systemically racist - true?

The passage of Motion M-103 (Islamophobia) can be seen to be one of the first slippages in Canadian democracy as it came into being absent any widespread support. Indeed, national polls and surveys at the time reflected a resounding and far-flung rejection of its underlying premises with only 14% of the population expressing any support for them. The fact that the political representatives of these same Canadians would ignore this vast majority speaks directly to a democratic slippage that would be demonstrated again and again as both majority and minority Liberal governments sought to suppress the representative impulses associated with responsible government. These demonstrations would pile up one upon the other as politicians stayed home during the Wuhan virus so that they might hide behind more “essential” grocery store clerks, so that parliament might be prorogued to avoid WE scandal discussions and so that “cabinet confidentiality” might be declared to sidestep mandated requirements to explain the invocation of an Emergency Act that punished those participating in legal, Charter-protected demonstrations.

Public Safety Minister Marco Mendicino refuses to share cabinet confidences
 

Accountability slippage


The real problem associated with democratic slippage is that it inevitably leads to slippage in other areas of the public square that depend on accountable leadership to exercise a “duty of care”. In the political arena we see this accountability slippage working its way down from the highest leadership levels to infect the rest of the body politic below it – like a rotting fish. C3RF patron, the Honourable Brian Peckford, notes as much when he points to headlines that read, “Some MPs hope for more transparency on Canada’s military response to invasion of Ukraine”. Forget about demanding transparency in parliamentary matters dealing with the public purse or the lives of our soldiers, our representative Members of Parliament can only “hope” that they will be apprised of such piffling concerns. And so, the rot continues down to the nation’s security, educational, medical and labour departments and agencies as related duties of care shift their focus from serving the people to serving the interests of ideologues and oligarchs.

When it comes to slippages in democracy and accountability, a fish rots from the head down?

The application of accountable, duty of care responsibilities can be seen to be suffering in the nation’s security and transport sectors. In the former, it is becoming harder by the day to believe that the highest levels of leadership in our national police force are acting independently of political powers as they should. A stark case in point is the seeming manipulation of very serious inquiries into the Nova Scotian killing spree of April 2020. Related allegations insist that the Commissioner of the RCMP, Brenda Lucki, pressured her investigators to release information that could have harmed an active investigation even as it benefitted the government’s own efforts to introduce firearms legislation. As journalist Cory Morgan notes, such an alleged breach of trust and accountability should be rocking the nation. It might very well have if the accountability rot had not already seeped down into Canada’s “postnational” media substructure. A substructure that is just as uninterested in the security and civil liberties implications of some 72 secret Orders-in-Council that have been instituted by the Trudeau government since its assumption of power in 2015.

RCMP Commissioner, Brenda Lucki, testifies in Nova Scotia mass shooting probe

The accountability rot can also now be seen to be infecting the private sector as transport-related airlines and unions move to accommodate government and public health objectives – even at the expense of employee Charter rights. A case in point includes the willingness of airlines to fall into line with government training programs that sought to teach them how to repulse applications for vaccine exemptions. These instructions ran afoul of the Charter’s freedom of religion and conscience guarantees by insisting that applicants prove their beliefs are “rooted in religion” even as they “explain how vaccination conflicts with their religious belief”. Such instructions were, in the very least, antithetical to a 2004 Supreme Court of Canada decision that ruled that responsible authorities are in “forbidden domain” when they make determinations on the congruence of an individual’s religious beliefs with a “contentious matter of religious law”. Accordingly, we saw airlines and their attendant unions failing miserably to exercise the duty of care required to protect the Charter rights of their employees.

Transport Minister Omar Alghabra, the arbiter of religious freedom in the transport sector?
 

Charter traction


It is quite apparent that democratic and accountability slippages have gone beyond rare to become the order-of-the-day in Canada. It can be said, arguably, that this now widespread phenomenon has been furthered by a judicial system that goes out of its way to snub the very principles that underpin our Charter of rights and freedoms. This claim has been made by none other than Canada’s last living First Minister responsible for the patriation of the Canadian constitution, Brian Peckford. He cites two recent court cases where the judges involved misrepresented the intent of the framers of the Charter by either ignoring it or diluting the primacy of the principles that inform and infuse the whole of the Charter. These principles, as itemized in the Charter’s preamble, affirm the pre-eminence of the “supremacy of God” and the “rule of law”. The fact that these principles have been progressively side-stepped over the decades that followed the Charter’s introduction can be seen in the balancing away of individual rights in favour of buttressing those of various collectives. This process, which exceeds even the “living tree” approach to Charter interpretation, reached its high tide with the advent of the Wuhan virus crisis and the concomitant rush to lockdown the citizen in the name of the “public good”. This attack on civil liberties, however, was never justified as required by the Charter’s own Section 1 and will come under intense scrutiny as related harms inevitably come to light.

High tide of freedom-crushing pandemic measures about to ebb?

It would appear that the Charter and the protection it affords our individual rights is about to gain traction. This, as news continues to break on the foolhardiness and outright fraud associated with the foisting of Wuhan virus pandemic measures on a trusting, but unsuspecting, public. Take for example these developments that have yet to be reported on by a uninterested, if not biased, Canadian establishment media:

It goes without saying that, as more and more adverse, real-world results associated with lockdowns and mass vaccination programs become known, a long overdue and public harm/ benefit analysis of Canada’s handling of the Wuhan virus crisis will become irresistible. It is also obvious that the Charter will figure heavily in this analysis with its original intent coming under close scrutiny.

Pandemic measures and Charter on verge of intense investigation?

It is also quite apparent that the call for such an introspective analysis will not come from our leader-class – they have far too much to lose in seeing one come forward. Rather than them, the impetus for change will come from those individuals who take their oaths of public service seriously and have a demonstrated track record of doing so. One such patriot is the RCMP’s Chief Superintendent Darren Campbell. He resisted political pressure and insisted that his boss, Commissioner Lucki, interfered with the Nova Scotia mass killing spree investigation. Campbell “could not and would not break his oath of service” and thereby cleared the way for the RCMP Commissioner to answer obstruction of justice charges. Another such oath-keeper is my fighter-pilot colleague, Major Tony (Bones) Ledsham (Ret’d). Bones is a decorated veteran with multiple combat tours under his belt. He went on to assume flight duties with a national airline where he concurrently ascended to the highest levels of its attendant pilots’ association. In this latter billet he uncovered what reasonably seemed to be a fraudulent manipulation of pension funds and, when he dutifully reported on it, found himself the target of repressive, job-related measures. He fights on and, like Chief Superintendent Campbell, displays a grist and dedication that reflects Canadian core values and honours the spirit of a Charter intended to guarantee our individual rights and freedoms. Values and rights that are nowhere to be seen in our new postnational Canada.

Chief Superintendent Campbell and Major Tony Ledsham (Ret'd) - Canadian oath-keepers
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

À voir! C3RF « In Hot » interview avec Alex Schadenberg de l'Euthanasia Prevention Coalition

 

Dérive démocratique


On peut être pardonné de croire que notre propre premier ministre est passé maître dans l'art de la projection psychologique. Après tout, il rate rarement l'occasion d'attribuer inconsciemment, ou pas si inconsciemment, des émotions ou des traits de caractère qu'il déplore à d'autres personnes qui ont suscité son ire. Le problème, c'est que ces mêmes émotions ou traits de caractère peuvent être considérés comme faisant partie de sa propre constitution psychologique, comme en témoignent ses propres actions. Le plus mémorable de ces transferts de comportement personnel sur autrui s'est produit en mars de cette année lorsque, dans la foulée de l'invasion russe en Ukraine, le Premier ministre a dénoncé une « dérive » mondial de la démocratie. Il utilisait sans doute l'invasion comme point de départ pour justifier son affirmation, mais il aurait pu être plus convaincant s'il s'était « regardé dans la face » en tant que Premier ministre depuis qu'il a été investi dans cette fonction en 2015.

Le premier ministre Trudeau, maître dans l'art de la projection psychologique?

Dans le contexte canadien, on peut considérer que la « dérive » démocratique a été amorcée le jour où le Premier ministre a déclaré que le Canada était un État « postnational » dépourvu de tout ancrage ou « valeurs fondamentales ». Pour ceux qui croient que le Canada a des « valeurs fondamentales », cela a été un peu un choc. Après tout, notre propre Charte ne reconnaît-elle pas que l'individu a une valeur unique et qu'il mérite un traitement égal devant la loi, et ces concepts ne constituent-ils pas des « valeurs fondamentales »? Pour ces Canadiens, la déclaration du premier ministre représentait un rejet naïf de leurs convictions profondes. Au contraire, son nouveau Canada postnational allait renoncer au ciment social qu'offrait un nationalisme civique fondé sur les citoyens pour adopter des frontières ouvertes et s'accommoder d'un transnationalisme tribal fondé sur les ethnies. Ce changement radical dans la façon dont le Canada était perçu par sa classe dirigeante a créé un fossé entre celle-ci et les citoyens de base qui voyaient toujours leur pays comme une démocratie représentative et un acteur respectueux de la liberté sur la scène mondiale. Comment concilier un tel patriotisme dans un Canada postnational où « les politiciens et les universitaires traitent pratiquement toutes les formes de nationalisme avec une profonde suspicion ». Ce clivage a été mis en évidence dès les premiers jours du gouvernement libéral de Trudeau lorsqu'il a déclaré que le Canada souffrait de « racisme systémique» et était une terre de « discrimination religieuse » par l'adoption de la motion M-103 (islamophobie) en mars 2017.

Le passage de la motion M-103 affirme que le Canada souffre de racisme systémique - vraiment?

L'adoption de la motion M-103 (islamophobie) peut être considérée comme l'une des premières dérives de la démocratie canadienne, car elle a vu le jour en l'absence de tout soutien généralisé. En effet, les sondages et enquêtes nationaux reflétaient un rejet retentissant et massif de ses prémisses, seuls 14 % de la population exprimant un quelconque soutien à son égard. Le fait que les représentants politiques de ces mêmes Canadiens aient ignoré cette vaste majorité témoigne directement d'un dérapage démocratique qui sera démontré à maintes reprises, alors que les gouvernements libéraux, tant majoritaires que minoritaires, chercheront à supprimer les impulsions représentatives associées à un gouvernement responsable. Ces manifestations se sont accumulées les unes après les autres, alors que les politiciens sont restés à la maison pendant le virus de Wuhan afin de pouvoir se cacher derrière des commis d'épicerie plus « essentiels », afin que le Parlement soit prorogé pour éviter les discussions sur le scandale du WE et afin que la « confidentialité du Cabinet » soit déclarée pour éviter les exigences obligatoires d'expliquer l'invocation d'une loi d'urgence qui punissait ceux qui participaient à des manifestations légales, protégées par la Charte.

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, refuse de partager les confidences du cabinet
 

La dérive de la responsabilité


Le véritable problème associé à la dérve démocratique est qu'il entraîne inévitablement un dérapage dans d'autres domaines de la sphère publique qui dépendent d'un leadership responsable pour exercer un « devoir de diligence ». Dans l'arène politique, nous voyons ce dérapage de la responsabilité descendre des plus hauts niveaux de leadership pour infecter le reste du corps politique - comme un poisson pourri. Le patron du C3RF, l'honorable Brian Peckford, le fait remarquer en citant les titres suivants: « Certains députés espèrent une plus grande transparence sur la réponse militaire du Canada à l'invasion de l'Ukraine ». Oubliant d'exiger la transparence dans les affaires parlementaires qui touchent aux deniers publics ou à la vie de nos soldats, nos députés représentatifs ne peuvent qu'« espérer » qu'ils seront mis au courant de ces préoccupations insignifiantes. Et ainsi, la pourriture continue jusqu'aux départements et agences de la sécurité, de l'éducation, de la médecine et du travail de la nation, alors que les devoirs de diligence qui leur incombent passent de servir le peuple à servir les intérêts des idéologues et des oligarques.

En ce qui concerne les dérapages en matière de démocratie et de responsabilité, un poisson pourrit de la tête vers le bas?

Les secteurs de la sécurité et des transports du pays souffrent de l'application des responsabilités liées au devoir de diligence. Dans le premier cas, il est de plus en plus difficile de croire que les plus hauts niveaux de direction de notre force de police nationale agissent indépendamment des pouvoirs politiques comme ils le devraient. Un exemple frappant est la manipulation apparente d'enquêtes très sérieuses sur la folie meurtrière d'avril 2020 en Nouvelle-Écosse. Les allégations insistent sur le fait que la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, a fait pression sur ses enquêteurs pour qu'ils divulguent des informations qui auraient pu nuire à une enquête en cours, car cela profitait aux propres efforts du gouvernement pour introduire une législation sur les armes à feu. Comme le note le journaliste Cory Morgan, un tel abus de confiance et de responsabilité devrait ébranler la nation. Cela aurait très bien pu être le cas si la pourriture de la responsabilité ne s'était pas déjà infiltrée dans la sous-structure des médias « post-nationaux » du Canada. Une sous-structure qui se désintéresse tout autant des implications en matière de sécurité et de libertés civiles concernant quelque 72 décrets secrets institués par le gouvernement Trudeau depuis son arrivée au pouvoir en 2015.

La commissaire de la GRC, Brenda Lucki, témoigne dans le cadre de l'enquête sur la fusillade en Nouvelle-Écosse

La pourriture de l'obligation de rendre des comptes peut également être considérée comme infectant le secteur privé, car les compagnies aériennes et les syndicats liés au transport s'efforcent de satisfaire les objectifs du gouvernement et de la santé publique, même au détriment des droits des employés en vertu de la Charte. Un exemple concret est la volonté des compagnies aériennes de s'aligner sur les programmes de formation du gouvernement qui cherchaient à leur apprendre comment rejeter les demandes d'exemption de vaccins. Ces instructions allaient à l'encontre des garanties de liberté de religion et de conscience de la Charte en insistant pour que les demandeurs prouvent que leurs croyances sont « enracinées dans la religion », même s'ils « expliquent comment la vaccination entre en conflit avec leur croyance religieuse ». De telles instructions étaient, à tout le moins, contraires à une décision de la Cour suprême du Canada de 2004 qui a statué que les autorités responsables sont dans un « domaine interdit » lorsqu'elles prennent des décisions sur la congruence des croyances religieuses d'un individu avec une « question litigieuse de droit religieux ». Par conséquent, nous avons vu les compagnies aériennes et les syndicats qui les représentent échouer lamentablement à exercer le devoir de diligence requis pour protéger les droits de leurs employés en vertu de la Charte.

Le ministre des transports Omar Alghabra, l'arbitre de la liberté religieuse dans le secteur des transports?
 

Traction de la Charte


Il est tout à fait évident que les dérives en matière de démocratie et de responsabilité ne sont plus rares, mais qu'elles sont devenues monnaie courante au Canada. On peut dire que ce phénomène maintenant répandu a été favorisé par un système judiciaire qui fait tout pour snober les principes mêmes de notre Charte des droits et libertés. Cette affirmation a été faite par nul autre que le dernier Premier ministre canadien vivant responsable du rapatriement de la Constitution canadienne, Brian Peckford. Il cite deux affaires judiciaires récentes dans lesquelles les juges impliqués ont déformé l'intention des auteurs de la Charte en l'ignorant ou en diluant la primauté des principes qui informent et imprègnent l'ensemble de la Charte. Ces principes, tels que détaillés dans le préambule de la Charte, affirment la prééminence de la « suprématie de Dieu » et de la « primauté du droit ». Le fait que ces principes aient été progressivement contournés au cours des décennies qui ont suivi l'introduction de la Charte est visible dans la mise en balance des droits individuels en faveur du renforcement de ceux de diverses collectivités. Ce processus, qui dépasse même l'approche « arbre vivant » de l'interprétation de la Charte, a atteint son apogée avec l'avènement de la crise du virus de Wuhan et la ruée pour enfermer le citoyen au nom du « bien public ». Cette attaque contre les libertés civiles, cependant, n'a jamais été justifiée comme l'exige l'article 1 de la Charte et fera l'objet d'un examen approfondi lorsque les préjudices connexes seront inévitablement mis en lumière.

La marée haute des mesures liberticides de lutte contre les pandémies est sur le point de retomber?

Il semblerait que la Charte et la protection qu'elle accorde à nos droits individuels soient sur le point de gagner du terrain. Et ce, alors que les nouvelles continuent de faire état de la témérité et de la fraude pure et simple associées à la mise en place de mesures de lutte contre la pandémie du virus Wuhan à l'intention d'un public peu méfiant. Prenons l'exemple de ces développements qui n'ont pas encore été rapportés par un média institutionnel canadien désintéressé, sinon partial :the landmark peer-reviewed study that confirms the “excess risk” associated with Pfizer and Moderna mRNA vaccines;

Il va sans dire qu'au fur et à mesure que les résultats négatifs et concrets associés aux confinements et aux programmes de vaccination de masse seront connus, une analyse publique des préjudices et des avantages de la gestion par le Canada de la crise du virus de Wuhan, attendue depuis longtemps, deviendra irrésistible. Il est également évident que la Charte occupera une place importante dans cette analyse et que son intention initiale sera examinée de près.

Mesures pandémiques et Charte au bord d'une enquête intense?

Il est également évident que l'appel à une telle analyse introspective ne viendra pas de notre classe dirigeante - elle a beaucoup trop à perdre en voyant une telle analyse. L'élan vers le changement viendra des personnes qui prennent au sérieux leur serment de service public et qui ont fait leurs preuves. L'un de ces patriotes est le surintendant principal Darren Campbell de la GRC. Il a résisté aux pressions politiques pour insister sur le fait que son patron, le commissaire Lucki, s'était ingéré dans l'enquête sur la folie meurtrière en Nouvelle-Écosse. Campbell « ne pouvait pas et ne voulait pas rompre son serment de service » et a ainsi permis au commissaire de la GRC de répondre à des accusations d'obstruction de la justice. Mon collègue pilote de chasse, le major Tony (Bones) Ledsham (retraité), est un autre qui respecte serment. Bones est un ancien combattant décoré qui a participé à plusieurs missions de combat. Il a ensuite assumé des fonctions de vol au sein d'une compagnie aérienne nationale, où il a simultanément accédé aux plus hauts niveaux de l'association des pilotes. Dans ce dernier poste, il a découvert ce qui semblait raisonnablement être une manipulation frauduleuse des fonds de pension et, lorsqu'il a consciencieusement fait un rapport à ce sujet, il s'est retrouvé la cible de mesures répressives liées à son emploi. Il se bat et, comme le surintendant principal Campbell, fait preuve d'un sang-froid et d'un dévouement qui reflètent les valeurs fondamentales canadiennes et honorent l'esprit d'une Charte destinée à garantir nos droits et libertés individuels. Des valeurs et des droits que l'on ne retrouve nulle part dans notre nouveau Canada post-national.

Le surintendant principal Campbell et le major Tony Ledsham (retraité) - des Canadiens qui respectent leurs serment
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags