C3RF Update, 11 Mar 2022 – Heartland rising


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with Salim Mansur – Ukraine lessons for Canada

 

History recycled


Had the honour of interviewing C3RF patron, Salim Mansur, last week on the Ukrainian situation and what it meant for the West, including Canada. We took a trip down memory lane to note similarities with the Peloponnesian War over 2400 years ago when the powerful city states Sparta and Athens faced off against each other in the bi-polar world of Greece in the 5th century BC. The island of Melos wanted no part of this war, however, and wished to stay both neutral and free. As the story goes, Athens refused this arrangement and demanded that the island state become an ally or face destruction. This was stipulated in the now famous “Melian Dialogue” in which Athens declared that what is right and just doesn’t matter. After all, “the right, as the world goes, is only in question between equal power, while the strong do what they can and the weak suffer what they must”. Melos chose freedom over slavery and was no more.

Melos failed to accommodate Athens and disappeared

Fast forward some 2400 years and we see a similar situation as the Ukraine strains against the Russian Federation’s demand to reject membership in the European Union and/ or NATO. The fact that present-day Russia has been enraged to the point of invading its weaker neighbour should not surprise. After all, it has declared on many occasions that the presence of NATO in the Ukraine represented an existential security threat to their federation – a position that was understood and respected as a “bright red line” by Western diplomats from the time the Soviet Union disintegrated in late 1991. Indeed and as noted by Salim Mansur, the West promised that the NATO alliance would not move “one inch” eastward from its 1991 boundaries to better accommodate the old USSR as it shed its Warsaw Pact satellite states and left Communism behind. This spirit of reconciliation, however, would be short lived as the new unipolar West would involve itself in the “colour revolution” of 2004 and the “EuroMaidan” revolution of 2014 while opening the door to joining NATO in 2008 and 2021. Accordingly, it could be argued that Russia’s move into Crimea in 2014 and the whole of Ukraine now is not as “unprovoked” as some would suggest.

Putin speech on 24 February 2022 stated a "red line" had been crossed by the West and the Ukraine

The failure to of the West to reconcile with Russia upon the collapse of the former Soviet Union, although unfortunate, is understandable. After all, the “military-industrial complex” that President Eisenhower warned Americans about as he departed the presidency in 1961 has a voracious appetite for power fed by war and the threat of war. The Cold War era provided an ideal backdrop for the preservation and enhancement of such a network of military forces and defense industries and sourced smaller hot wars in the form of Korea and Vietnam. Problem was, once the Soviet Union collapsed the whole raison d’etre for the complex suffered as the “peace dividend” was applied. A new enemy was required if the whole system of hard power was to be restored and a belligerent Russian Federation was just what the doctor ordered. After all, China didn’t fit the bill as the new bogeyman as its low-cost manufacturing sector was critical to the generation of multi-national corporate profits.

President Eisenhower's farewell address - beware the military-industrial complex
 

The Heartland


The term “heartland” speaks to the geo-political construct envisioned by Sir Halford Mackinder in his 1904 treatise, “The Geographical Pivot of History”. He postulated that the land mass of Eurasia was a “world island” that anchored offshore islands in the form of Britain and Japan and outlier islands by way of the Americas and Australia. The world island was the “heartland” and whoever controlled it controlled the world. Alternatively, Mackinder’s theory was preceded in the late 19th century by American maritime strategist Alfred Thayer Mahan who saw “command of the seas” as the linchpin that secures world domination. These two geo-political strategies have been taken very seriously by the Chinese who can now be seen to be exercising both in the real world. A real world that sees China not as a low-cost manufacturing center but as a burgeoning world super power.

Sir Halford Mackinder – “Who rules East Europe commands the heartland”

The Chinese can be seen to be robustly securing the “heartland” through its “Road and Belt” strategy. This strategy is pouring monumental sums of money into securing Chinese access to Eurasian ports and facilities through an extensive transportation network. Concomitant with these efforts is another that sees the raising of a blue water fleet capable of projecting this network across the seas on the world’s oceans. China is on the move and is transitioning the world from a unipolar, American-controlled enterprise into a bipolar reality. Could a unipolar, Chinese-controlled world be far away? Especially when the West, led by Biden’s America, is now driving Russia into China’s geo-political orbit and securing the “Heartland” for it?

China's Belt and Road initiative - securing the "heartland"?

As noted previously, the West’s insistence on prying the Ukraine away from the Russian Federation’s sphere of influence is forcing the latter to deal with an existential crisis. The stakes are much higher for the Federation than they are for the West and they have been telegraphed as such by the Russians since day one of the collapse of the Soviet Union. To put this into a western perspective, one sees an easy parallel with the Cuban Missile Crisis of 1962 when the Americans, under President Kennedy, were prepared to go nuclear over Soviet missile systems being situated in Cuba. For their part, the Soviet Union chose to make such a provocative move, and thereby challenge America’s commitment to its “Munroe Doctrine”, to counter NATO missiles installed in Turkey. At the end of the day, both sides withdrew from the nuclear precipice by dismantling both Turkish and Cuban missile installations. The existential threats to both nations were thereby diffused.

The Cuban missile crisis - both sides faced existential threats
 

Lies and hypocrisy


With the chorus of “got your back, Ukraine”, emanating from Canada’s shores one would suspect that the frozen kingdom was fully onside with Ukraine’s Melos-style claim to just and fair treatment. Like Melos, the Ukraine was simply petitioning a stronger power to respect its sovereignty and right to self-determination. That type of verbal support might very well be welcomed but Canada’s domestic actions on the freedom and fairness file tell a completely different story. How else to explain the treatment of its own citizens when they asked for a fair hearing in the matter of trucker cross-border vaccine mandates? Not only did the Canadian authorities refuse such dialogue, they went nuclear and started freezing the bank accounts of a pesky blue-collar class of citizens. Is “got your back, Ukraine” just a nice sounding lie?

Canada stands for Ukrainian freedom but not freedom for its own citizens?

To make matters worse on the home front, Canadians have just found out that the “foreign” funding of Freedom Convoy 2022 was not evidence of “terrorism” as originally posited by government authorities. Such a claim was central in supporting the government’s declaration of the Emergencies Act on 14 February 2022. The claim, however, was refuted expertly by the Deputy Director of Financial Transactions and Reports Analysis Centre (FINTRAC) when he stated in House of Commons hearings that “the Freedom Convoy funding did not come from ‘terrorism’ funding or money laundering…It was their own money”. Did the government lie about Freedom Convoy 2022 funding to justify the introduction of new digital technologies capable of controlling the bank accounts of Jonny and Jane Canuck?

Barry MacKillop, Deputy Director FINTRAC - no terrorist funding of truckers

And to make matters even worser, we have the case of Canadian government officials, at all levels, painting the truckers with a broad “Nazi” brush. This because one flag, in a host of hundreds, appeared in the initial days of the protest with a Swastika emblazoned on it. This one thing was yet another major justification in calling the whole of Freedom Convoy 2022 an “extremist” project. What to think, then, when Canada’s own Deputy Prime Minister, Minister of Finance and architect of Emergencies Act financial measures was allowed to skate after being photographed holding the banner of a Ukrainian nationalist, neo-Nazi organization. No mainstream media follow-up save for the explanation that it was “Russian disinformation” at play. One wonders, aside from the overt display of hypocrisy, shouldn’t someone be checking on just who the Canadian government is letting into the country from the Ukraine on a practically visa-free basis? Should Ms. Freeland’s bank accounts be frozen? The Government of Canada’s?

Chyristia Freeland with Ukrainian nationalist, neo-Nazi banner
 

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Voir! C3RF "In Hot" interview avec Salim Mansur - Les leçons de l'Ukraine pour le Canada

 

L'histoire recyclée


J'ai eu l'honneur d'interviewer le parrain du C3RF, Salim Mansur, la semaine dernière sur la situation ukrainienne et ce qu'elle signifie pour l'Occident, y compris le Canada. Nous avons fait un retour en arrière pour noter les similitudes avec la guerre du Péloponnèse, il y a plus de 2 400 ans, lorsque les puissantes cités-États de Sparte et d'Athènes se sont affrontées dans le monde bipolaire de la Grèce au Ve siècle avant Jésus-Christ. L'île de Mélos ne voulait pas participer à cette guerre et souhaitait rester neutre et libre. L'histoire raconte qu'Athènes a refusé cet arrangement et a exigé que l'État insulaire devienne un allié ou soit détruit. C'est ce que stipule le désormais célèbre « dialogue Mélien », dans lequel Athènes déclare que ce qui est juste et bon n'a pas d'importance. « Il nous faut, de part et d'autre, ne pas sortir des limites des choses positives; nous le savons et vous le savez aussi bien que nous, la justice n'entre en ligne de compte dans le raisonnement des hommes que si les forces sont égales de part et d'autre ; dans le cas contraire, les forts exercent leur pouvoir et les faibles doivent leur céder. » (Thucydide, Histoire de la Guerre du Péloponnèse ). Mélos a choisi la liberté plutôt que l'esclavage et a disparu.

Melos n'a pas réussi à s'adapter à Athènes et a disparu

Avancez de quelque 2 400 ans et nous assistons à une situation similaire, alors que l'Ukraine s'oppose à la demande de la Fédération de Russie de rejeter l'adhésion à l'Union européenne et/ou à l'OTAN. Le fait que la Russie actuelle ait été enragée au point d'envahir son voisin plus faible ne devrait pas surprendre. Après tout, elle a déclaré à de nombreuses reprises que la présence de l'OTAN en Ukraine représentait une menace existentielle pour la sécurité de sa fédération - une position qui a été comprise et respectée comme une « ligne rouge » par les diplomates occidentaux depuis la désintégration de l'Union soviétique à la fin de 1991. En effet, comme l'a noté Salim Mansur, l'Occident a promis que l'alliance de l'OTAN ne bougerait pas « d'un pouce » vers l'est par rapport à ses frontières de 1991, afin de mieux s'adapter à l'ancienne URSS, qui s'est débarrassée de ses États satellites du Pacte de Varsovie et a laissé le communisme derrière elle. Cet esprit de réconciliation sera toutefois de courte durée puisque le nouvel Occident unipolaire s'impliquera dans la "révolution des fleurs" de 2004 et la révolution « Euromaïdan » de 2014 tout en ouvrant la porte à l'adhésion à l'OTAN en 2008 et 2021. En conséquence, on pourrait faire valoir que l'entrée de la Russie en Crimée en 2014 et dans l'ensemble de l'Ukraine aujourd'hui n'est pas aussi « non provoquée » que certains le suggèrent.

Dans son discours du 24 février 2022, Vladimir Poutine a déclaré qu'une « ligne rouge » avait été franchie par l'Occident et l'Ukraine

L'incapacité de l'Occident à se réconcilier avec la Russie après l'effondrement de l'ancienne Union soviétique, bien que regrettable, est compréhensible. Après tout, le « complexe militaro-industriel » contre lequel le président Eisenhower a mis en garde les Américains au moment de quitter la présidence en 1961 a un appétit vorace de pouvoir alimenté par la guerre et la menace de guerre. L'époque de la guerre froide a fourni une toile de fond idéale pour la préservation et le renforcement d'un tel réseau de forces militaires et d'industries de la défense et a souri aux petites guerres chaudes que furent la Corée et le Vietnam. Le problème est qu'après l'effondrement de l'Union soviétique, toute la raison d'être de ce complexe a souffert de l'application des « dividendes de la paix ». Il fallait un nouvel ennemi si l'on voulait restaurer l'ensemble du système de pouvoir et une Fédération de Russie belliqueuse était exactement ce que le médecin avait ordonné. Après tout, la Chine ne faisait pas l'affaire en tant que nouveau croquemitaine, car son secteur manufacturier à faible coût était essentiel à la génération de profits pour les multinationales.

Le discours d'adieu du président Eisenhower - attention au complexe militaro-industriel
 

Le « heartland »


Le terme « heartland » fait référence à la construction géopolitique imaginée par Sir Halford Mackinder dans son traité de 1904, « The Geographical Pivot of History ». Il postulait que la masse terrestre de l'Eurasie était une « île mondiale » sur laquelle étaient ancrées des îles au large, comme la Grande-Bretagne et le Japon, et des îles périphériques, comme les Amériques et l'Australie. L'île mondiale était le « cœur du monde » et celui qui la contrôle contrôlera le monde. Par ailleurs, la théorie de Mackinder a été précédée à la fin du 19e siècle par le stratège maritime américain Alfred Thayer Mahan, qui considérait la « maîtrise des mers » comme la clé de voûte de la domination mondiale. Ces deux stratégies géopolitiques ont été prises très au sérieux par les Chinois, qui peuvent maintenant être vus comme exerçant les deux dans le monde réel. Un monde réel qui voit la Chine non pas comme un centre de fabrication à faible coût, mais comme une superpuissance mondiale en plein essor.

Sir Halford Mackinder - « Celui qui dirige l'Europe de l'Est commande le heartland ».

La stratégie de « ceinture économique de la nouvelle route de la soie » permet de constater que les Chinois s'efforcent de sécuriser le « cœur du continent ». Cette stratégie consiste à investir des sommes colossales pour garantir l'accès de la Chine aux ports et aux installations d'Eurasie grâce à un vaste réseau de transport. Parallèlement à ces efforts, une autre stratégie prévoit la création d'une flotte de haute mer capable de projeter ce réseau sur les océans du monde entier. La Chine est en marche et fait passer le monde d'une entreprise unipolaire contrôlée par les Américains à une réalité bipolaire. Un monde unipolaire, contrôlé par la Chine, pourrait-il être loin? D'autant plus que l'Occident, dirigé par l'Amérique de Biden, est en train de pousser la Russie dans l'orbite géopolitique de la Chine et de lui assurer le « Heartland »?

L'initiative « ceinture et route » de la Chine : sécuriser le « Heartland »?

Comme nous l'avons indiqué précédemment, l'insistance de l'Occident à éloigner l'Ukraine de la sphère d'influence de la Fédération russe oblige cette dernière à faire face à une crise existentielle. Les enjeux sont beaucoup plus importants pour la Fédération que pour l'Occident, et les Russes l'ont fait savoir dès le premier jour de l'effondrement de l'Union soviétique. Pour replacer la situation dans une perspective occidentale, on peut facilement établir un parallèle avec la crise des missiles de Cuba de 1962, lorsque les Américains, sous la direction du président Kennedy, étaient prêts à recourir à la force nucléaire contre les systèmes de missiles soviétiques situés à Cuba. Pour sa part, l'Union soviétique a choisi de faire une telle provocation et de défier ainsi l'engagement de l'Amérique envers sa « doctrine Munroe », pour contrer les missiles de l'OTAN installés en Turquie. En fin de compte, les deux parties se sont retirées du précipice nucléaire en démantelant les installations de missiles turques et cubaines. Les menaces existentielles pour les deux nations ont ainsi été écartées.

La crise des missiles cubains - les deux parties étaient confrontées à des menaces existentielles
 

Mensonges et hypocrisie


Avec le refrain « J'assure vos arrières, l'Ukraine » émanant des côtes canadiennes, on pourrait penser que le royaume gelé est entièrement d'accord avec la revendication de l'Ukraine, à la manière de Melos, d'un traitement juste et équitable. Comme Melos, l'Ukraine demande simplement à une puissance plus forte de respecter sa souveraineté et son droit à l'autodétermination. Ce type de soutien verbal pourrait très bien être accueilli, mais les actions nationales du Canada dans le dossier de la liberté et de l'équité racontent une toute autre histoire. Comment expliquer autrement le traitement réservé à ses propres citoyens lorsqu'ils ont demandé une audience équitable dans l'affaire des mandats de vaccination transfrontaliers des camionneurs? Non seulement les autorités canadiennes ont refusé un tel dialogue, mais elles sont devenues nucléaires et ont commencé à geler les comptes bancaires d'une classe de citoyens cols bleus. Le slogan "« J'assure vos arrières, l'Ukraine » n'est-il qu'un joli mensonge?

Le Canada défend la liberté des Ukrainiens mais pas celle de ses propres citoyens?

Pour aggraver les choses sur le front intérieur, les Canadiens viennent d'apprendre que le financement « étranger » du Convoi de la liberté 2022 n'était pas une preuve de « terrorisme », comme l'avaient initialement affirmé les autorités gouvernementales. Une telle affirmation était essentielle pour soutenir la déclaration du gouvernement sur les urgences le 14 février 2022. Cette affirmation a toutefois été réfutée de manière experte par le directeur adjoint du Centre d'analyse des opérations et déclarations financières (CANAFE) lorsqu'il a déclaré, lors d'audiences de la Chambre des communes, que « le financement du Convoi de la liberté ne provenait pas du financement du terrorisme ou du blanchiment d'argent... C'était leur propre argent ». Le gouvernement a-t-il menti au sujet du financement de Convoi 2022 pour justifier l'introduction de nouvelles technologies numériques capables de contrôler les comptes bancaires du Canadien moyen?

Barry MacKillop, directeur adjoint du CANAFE - pas de financement terroriste des camionneurs

Et pour aggraver encore les choses, nous avons le cas de représentants du gouvernement canadien, à tous les niveaux, qui ont dépeint les camionneurs comme des « nazis ». Ceci parce qu'un drapeau, parmi des centaines d'autres, est apparu dans les premiers jours de la manifestation avec une croix gammée. Cette seule chose a été une autre justification majeure pour qualifier l'ensemble du Convoi de la Liberté 2022 de projet « extrémiste ». Que penser, alors, lorsque le propre vice-premier ministre du Canada, ministre des Finances et architecte des mesures financières de la Loi sur les urgences a été autorisé à « patiner » après avoir été photographié tenant la bannière d'une organisation nationaliste ukrainienne néo-nazie. Les médias grand public n'ont pas donné suite, si ce n'est pour expliquer qu'il s'agissait de « désinformation russe ». On peut se demander, en dehors de la démonstration manifeste d'hypocrisie, si quelqu'un ne devrait pas vérifier qui le gouvernement canadien laisse entrer dans le pays depuis l'Ukraine sur une base pratiquement sans visa? Les comptes bancaires de Mme Freeland devraient-ils être gelés? Ceux du gouvernement du Canada?

Chyristia Freeland avec une bannière nationaliste ukrainienne et néo-nazie
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags