top of page

C3RF Update, 13 Oct 2023 – Factory reset


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! C3RF billboard campaign info below



For those of you on the run and short of time, here’s a 4-minute video presentation that introduces this C3RF Update!

 

Factory reset


As our Charter of Rights and Freedoms continues to fail in responding to one lost liberty after another, it might be appropriate to ask, does it need a “factory reset”? After all, there is simply no question that, after three years of freedom-crushing Wuhan virus mandates, edicts and decrees, the Charter has been found wanting in addressing its intended function of securing the civil liberties of Canadians. One need only ask the last living First Minister responsible for its drafting to ascertain the veracity of this claim. The Honourable Brian Peckford, former Premier of Newfoundland and current patron of C3RF, has voiced loud opposition to courts that have traded off individual rights, formerly guaranteed as “fundamental”, to make room for invented and unintended “grounds of discrimination”. He has wondered aloud how such major changes, justified by the assumption that the Charter is a “living tree” document subject to the social conditions of the day, could be entertained without the invocation of a Charter amending clause that requires the approval of no less than seven provinces comprising 50% of the population?

C3RF patron Brian Peckford wonders, who authorized the "living tree" Charter?

The fact that our Charter has been rendered unfit for purpose has been recognized beyond our own borders with international authorities and personalities making the case. Witness columnist Glenn Greenwald or billionaire Elon Musk making the case that Canada’s recent CRTC requirement for podcasters to register and report on their activities is “one of the world’s most repressive online censorship schemes”. Given the country’s recent invocation of the Emergencies Act to keep the vaccine mandate protests of truckers at bay, one might think that such draconian efforts to control speech are the new normal in Canada. Our new “living tree” Charter, bogged down with the need to keep from hurting the feelings of a variety of victim classes and bound by international agreements like Agenda 2030, is flaccid in response. Free speech, the right to worship and the freedom to think one’s own thoughts pale in importance to the public, or even the world’s, good.

Elon Musk on PM Trudeau, shameful!

If freedom-crushing court rulings could be seen as thoughtless user data and international agreements as third-party applications, it would appear that our Charter is in dire need of a “factory reset”. Such resets come in handy in clearing malfunctions that crop up due to corrupted user databases, malware/ viruses or applications that are inconsistent with a device‘s operating system. The fact that our Charter needs a “factory reset” is demonstrated by its current inability to address those intended functionalities that its framers, including Mr. Peckford, had in mind. How else to explain the never-ending spate of legislative initiatives and court decisions that operate in direct contravention of the Charter’s intent to treat all equally before the law? When we see a Bill C-4 (Conversion therapy) that promotes the surgical mutilation of children while outlawing any attempt to forestall such irreversible outcomes with talk therapy, is it not time for a “reset”? Or are there other reasons for the Charter’s intended functionalities to fall by the wayside?

Are the Charter and this bridge working as intended?
 

Intended function


In the world of software and aircraft certification, the related design processes are prefaced by the identification of the intended functionalities of each and every related system and subsystem. Each step of the development process, thereafter, will refer back to these originating requirements as each design iteration is tested against them. In this fashion and at the end of the day, “each item of installed equipment must (will) be of a kind and design appropriate to its intended function.” Accordingly, in the case of a transport aircraft, you will have created a conveyance that you can climb aboard, travel to your destination and land safely. In the case of an electronic devise, you will have produced a contrivance that is both useful and fit for purpose. Given such a certification process as a backdrop, one might ask how our Charter, after some 41 years of existence, would now fare if tested against its originating intended functions? Lucky for us, we have the perfect testing ground for such purposes in the province of Saskatchewan.

Saskatchewan classrooms: the perfect testing ground for the Charter?

The Saskatchewan testing ground currently sees Federal Bills C-16 (Gender Identity and Expression) and C-4 (Conversion Therapy) energizing a series of court proceedings. The Conversion Therapy bill in particular has animated provincial school boards to implement policies that “affirm” the gender transitioning pronouns of minors while deliberately shutting parents out of such decisions. Parents, in turn, expressed their dissatisfaction with such policies and successfully petitioned Scott Moe’s government to reverse course and legislate the need for parental consent. To complicate matters further, Moe’s policy reversal has been taken to court by the LGBT advocacy group UR Pride Centre for Sexual and Gender Diversity. Court of King’s Bench Justice Michael Megaw agreed with them and placed an injunction on its implementation. Citing the rights and desires of Saskatchewan parents, Premier Moe has promised to institute the “notwithstanding clause” to overrule the court even as the federal government gears up to oppose such an eventuality.

Saskatchewan court puts hold on keeping parents in pronoun loop

One can’t help but wonder what the intent of the Charter is when it comes to weighing the rights of parents against those of their own children. The federal government, by formulating and passing Bills C-16 and C-4, can be seen to be taking the side of a trans community and in support of keeping parents in the dark regarding the transitioning of their children. After all, these pieces of legislation were vetted by the Minister of Justice in line with a requirement to ensure such initiatives are not “inconsistent with the Canadian Charter of Rights and Freedoms”. Surely this would lend credence to Judge Megaw’s concern that the Charter’s right to the “security of the person” for minor-age students trumps any unenumerated right that parents might enjoy. Then again, there’s the one-two combination of the Charter’s Preamble and Section 1 commitment to not limit a right unless it can be demonstrated to be justified in a “free and democratic society”. What is the Preamble to the Charter implying when it states that it is founded on principles “that recognize the supremacy of God and the rule of law”. What do Section 1 “limitations” mean when it states that restrictions on rights need to be demonstrably justified in a “free and democratic society”?

Charter individual rights are "fundamental" and not derived from man or state?
 

Operator error


It would seem that a good portion of Canada’s judicial elites would have us believe that the “supremacy of God” phrase in the preamble to the Charter is of little consequence and, indeed, a “dead letter” issue. Reasoned and extensive research in the matter by constitutional experts like John Helis, however, detail a much different reality. His historical analysis goes back through the millennia to ancient Greece and Rome to uncover the early understanding that the “notion of a higher power, often expressed as God, is required as a foundation for universally applicable rights”. It is these universally applicable rights that are capable of giving a heterogeneous population the common focus it needs to move forward and build a nation together. His analysis also reveals that “God”, as such, need not be associated with any particular religious belief as it speaks to the concept of human dignity and the fact that each of us is deserving of rights, and limits, that are transcendent and not subject to rationing by any state or man.

John Helis, author of “God and the Constitution…”

Helis also notes that a transcendent authority capable of uniting diverse populations needs to be accompanied by universal narratives that can be accepted as true by all. And so, he introduces the centuries-old concept of “natural law”. This law suits the transcendent notion of a higher authority as it features “absolute values, justice and truth”. These laws are self-evidently true and their wide acceptance results in the formation of a majority that is central to the creation of a “civic nationalism”. It is this civic nationalism that is capable of displacing tribal or ethnic bonds on its way to creating a high-trust, “free and democratic” society. When it comes to natural law and rights that transcend man or state-made interventions and can be seen as “universal, immutable, eternal, objective, and beyond any particularized political or historical context", it would have to be the rights that parents have regarding the well-being of their own children. Indeed, there was a time, just under 30 years ago, when our own Supreme Court determined that it was “plain that the right to nurture a child, to care for its development, and to make decisions for it in fundamental matters… are part of the liberty interest of a parent.” So, what’s going on in Saskatchewan?

Is the parent-child bond protected by natural law?

The fact that the judiciary in Saskatchewan could side against parents to place an injunction on their ability to know of the transitioning status of their own children in the classroom cannot be adduced as a Charter problem. As we have seen, the underpinning intent and principles animated by the Charter’s call to make God supreme and limit rights only if cause can be demonstrated in a free and democratic society are not being applied at the system and bench level. Seen in this light, it is safe to say that the Charter is not so much in need of a reset as those responsible for its operation at the practical level are in need of either re-education or culling. How is it that the Charter’s guiding principles, so clear and evident in its preamble and Section 1, could be sidelined so? Haven’t they been demonstrably proven as beneficial in society after society throughout history? Forget about a “factory reset”, is it new operators we need instead?

Charter or courts, which needs the reset?
 

Help! Contribute to expanding the C3RF bill board campaign!


C3RF has noted with some concern the ever-increasing restrictions being placed on the speech of Canadians by their own political class. They had their start with Motion M-103 when unfounded accusations of widespread “systemic racism” and “Islamophobia” set the tone for punishing communications that challenged such narratives. And so it goes today that we find ourselves in a place where Canadians actually lose their jobs for daring to discuss the expansionist and exclusionary aspects of Sharia Law or taking their “unacceptable views” to Parliament Hill in hopes of airing their vaccine mandate concerns.

Are Canadian truckers "fringe" folks with "unacceptable views"?

It was particularly telling that our own Prime Minister would pigeon-hole the trucker protests as being “fringe” and unworthy of dialogue. And so we here at C3RF were prompted to ask the question, “does the Charter forbid ‘unacceptable views’?” and to do so on a large billboard situated on a busy Ottawa-Toronto highway. The intent is to get Canadians thinking about just how far their government has gone to restrict their speech and their right to use it to grieve the loss of what used to be guaranteed civil liberties – even as we ask them to join the online C3RF family. With your gracious support, we also hope to expand the number of billboards to other highly travelled locations across Ontario initially and then the rest of Canada.

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

A noter! Campagne d'affichage du C3RF ci-dessous



Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 4 minutes qui résume cette mise à jour du C3RF!

 

Réinitialisation


Alors que notre Charte des droits et libertés continue d'échouer à répondre à une perte de liberté après l'autre, il pourrait être approprié de se demander si elle a besoin d'une « réinitialisation d'usine ». Après tout, il ne fait aucun doute qu'après trois années de mandats, d'édits et de décrets du virus de Wuhan, la Charte n'a pas réussi à remplir la fonction pour laquelle elle a été conçue, à savoir garantir les libertés civiles des Canadiens. Il suffit de poser la question au dernier Premier ministre vivant responsable de sa rédaction pour vérifier la véracité de cette affirmation. L'honorable Brian Peckford, ancien Premier ministre de Terre-Neuve et actuel parrain du C3RF, a exprimé son opposition vigoureuse aux tribunaux qui ont sacrifié des droits individuels, autrefois garantis comme « fondamentaux », pour faire place à des « motifs de discrimination » inventés et involontaires. Il s'est demandé à haute voix comment des changements aussi importants, justifiés par l'hypothèse que la Charte est un document « arbre vivant » soumis aux conditions sociales du jour, pouvaient être envisagés sans l'invocation d'une clause d'amendement de la Charte qui requiert l'approbation de pas moins de sept provinces représentant 50 % de la population?

C3RF patron Brian Peckford wonders, who authorized the "living tree" Charter?

Le fait que notre Charte ait été rendue inapte à remplir sa fonction a été reconnu au-delà de nos frontières par des autorités et des personnalités internationales. Le chroniqueur Glenn Greenwald ou le milliardaire Elon Musk ont ainsi fait valoir que l'obligation récemment imposée par le CRTC aux baladodiffuseurs de s'enregistrer et de rendre compte de leurs activités est « l'un des systèmes de censure en ligne les plus répressifs au monde ». Étant donné que le pays a récemment invoqué la loi sur les situations d'urgence pour tenir à distance les protestations des camionneurs contre les vaccins, on pourrait penser que des efforts aussi draconiens pour contrôler la liberté d'expression sont la nouvelle norme au Canada. Notre nouvelle Charte « arbre vivant », embourbée dans la nécessité d'éviter de blesser les sentiments de diverses catégories de victimes et liée par des accords internationaux tels que l'Agenda 2030, est molle en réponse. La liberté d'expression, le droit de culte et la liberté de penser sa propre pensée n'ont qu'une importance dérisoire par rapport au bien public, voire au bien mondial.

Elon Musk sur le Premier ministre Trudeau, une honte

Si les décisions de justice liberticides peuvent être considérées comme des données d'utilisateur irréfléchies et les accords internationaux comme des applications tierces, il semblerait que notre Charte ait grand besoin d'une « réinitialisation ou retour aux paramètres d'usine ». Ce type de réinitialisation est utile pour éliminer les dysfonctionnements dus à des bases de données utilisateur corrompues, à des logiciels malveillants/virus ou à des applications incompatibles avec le système d'exploitation d'un appareil. Le fait que notre Charte ait besoin d'une « réinitialisation » est démontré par son incapacité actuelle à répondre aux fonctionnalités prévues par ses rédacteurs, y compris M. Peckford. Comment expliquer autrement la série ininterrompue d'initiatives législatives et de décisions judiciaires qui vont directement à l'encontre de l'intention de la Charte de traiter tous les citoyens de manière égale devant la loi? Lorsque nous voyons un projet de loi C-4 (thérapie de conversion) qui promeut la mutilation chirurgicale des enfants tout en interdisant toute tentative de prévenir de tels résultats irréversibles par une thérapie par la discussion, le moment n'est-il pas venu de « remettre les pendules à l'heure »? Ou existe-t-il d'autres raisons pour lesquelles les fonctionnalités prévues par la Charte ne sont pas respectées?

La Charte et ce pont fonctionnent-ils comme prévu?
 

Fonction prévue


Dans le monde de la certification des logiciels et des avions, les processus de conception associés sont précédés par l'identification des fonctionnalités prévues de chacun des systèmes et sous-systèmes concernés. Par la suite, chaque étape du processus de développement se réfère à ces exigences initiales, chaque itération de la conception étant testée par rapport à elles. De cette manière et en fin de compte, « chaque élément de l'équipement installé doit (sera) d'un type et d'une conception appropriés à sa fonction prévue ». Par conséquent, dans le cas d'un avion de transport, vous aurez créé un moyen de transport à bord duquel vous pourrez monter, voyager jusqu'à votre destination et atterrir en toute sécurité. Dans le cas d'un appareil électronique, vous aurez produit un dispositif à la fois utile et adapté à sa fonction. Avec un tel processus de certification en arrière-plan, on peut se demander comment notre Charte, après quelque 41 ans d'existence, se comporterait aujourd'hui si elle était testée par rapport aux fonctions prévues à l'origine. Heureusement pour nous, la province de la Saskatchewan constitue le terrain d'essai idéal à cette fin.

Les salles de classe de la Saskatchewan: le terrain d'essai idéal pour la Charte?

En Saskatchewan, les projets de loi fédéraux C-16 (Identité et expression sexuelles) et C-4 (Thérapie de conversion) font actuellement l'objet d'une série de procédures judiciaires. Le projet de loi sur les thérapies de conversion, en particulier, a incité les commissions scolaires provinciales à mettre en œuvre des politiques qui "affirment" les pronoms de transition de genre des mineurs tout en excluant délibérément les parents de ces décisions. Les parents, à leur tour, ont exprimé leur mécontentement à l'égard de ces politiques et ont demandé au gouvernement de Scott Moe de faire marche arrière et de légiférer sur la nécessité d'un consentement parental. Pour compliquer encore les choses, le groupe de défense des LGBT, l'UR Pride Centre for Sexual and Gender Diversity, a porté l'annulation de la politique de M. Moe devant les tribunaux. Le juge Michael Megaw, de la Cour du Banc du Roi, leur a donné raison et a imposé une injonction sur la mise en œuvre de cette politique. Invoquant les droits et les souhaits des parents de la Saskatchewan, le premier ministre Moe a promis de recourir à la disposition de dérogation communément appelée « clause nonobstant» pour passer outre la décision du tribunal, alors même que le gouvernement fédéral se prépare à s'opposer à une telle éventualité.

Un tribunal de la Saskatchewan met un frein aux parents dans la spirale des pronoms

On ne peut s'empêcher de se demander quelle est l'intention de la Charte lorsqu'il s'agit d'évaluer les droits des parents par rapport à ceux de leurs propres enfants. En formulant et en adoptant les projets de loi C-16 et C-4, le gouvernement fédéral peut être considéré comme prenant le parti de la communauté transgenre et comme soutenant le fait de maintenir les parents dans l'ignorance en ce qui concerne la transition de leurs enfants. Après tout, ces textes législatifs ont été examinés par le ministre de la Justice, conformément à l'obligation de veiller à ce que de telles initiatives ne soient pas « incompatibles avec la Charte canadienne des droits et libertés ». Cela donnerait certainement du crédit à la préoccupation du juge Megaw selon laquelle le droit de la Charte à la "sécurité de la personne" pour les étudiants mineurs l'emporte sur tout droit non énuméré dont les parents pourraient jouir. Mais il y a aussi la combinaison du préambule de la Charte et de l'engagement de l'article 1 de ne pas limiter un droit à moins que l'on puisse démontrer qu'il est justifié dans une « société libre et démocratique ». Qu'implique le préambule de la Charte lorsqu'il déclare qu'elle est fondée sur des principes « qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit »? Que signifie l'article 1 « limitations » lorsqu'il stipule que les restrictions aux droits doivent être justifiées de manière démontrable dans une « société libre et démocratique »?

Les droits individuels garantis par la Charte sont « fondamentaux » et ne découlent pas de l'homme ou de l'État?
 

Erreur de l'opérateur


Il semblerait qu'une bonne partie de l'élite judiciaire canadienne veuille nous faire croire que l'expression « suprématie de Dieu » dans le préambule de la Charte n'a que peu d'importance et qu'il s'agit en fait d'une question « lettre morte ». Les recherches raisonnées et approfondies menées par des experts constitutionnels tels que John Helis révèlent toutefois une réalité bien différente. Son analyse historique remonte aux millénaires, à la Grèce et à la Rome antiques, pour mettre à jour l'idée que « la notion d'une puissance supérieure, souvent exprimée sous la forme d'un Dieu, est nécessaire pour fonder des droits universellement applicables ». Ce sont ces droits universellement applicables qui sont capables de donner à une population hétérogène l'orientation commune dont elle a besoin pour aller de l'avant et construire une nation ensemble. Son analyse révèle également que « Dieu », en tant que tel, n'a pas besoin d'être associé à une croyance religieuse particulière, car il renvoie au concept de dignité humaine et au fait que chacun d'entre nous mérite des droits, et des limites, qui sont transcendants et ne peuvent être rationnés par aucun État ni aucun homme.

John Helis, auteur de « God and the Constitution »...

Helis note également qu'une autorité transcendante capable d'unir des populations diverses doit être accompagnée de récits universels qui peuvent être acceptés comme vrais par tous. C'est ainsi qu'il introduit le concept séculaire de « droit naturel ». Cette loi convient à la notion transcendante d'une autorité supérieure car elle présente « des valeurs absolues, la justice et la vérité ». Ces lois sont vraies et évidentes, et leur acceptation large aboutit à la formation d'une majorité qui est au cœur de la création d'un « nationalisme civique ». C'est ce nationalisme civique qui est capable de supplanter les liens tribaux ou ethniques sur la voie de la création d'une société « libre et démocratique »où règne la confiance. En ce qui concerne le droit naturel et les droits qui transcendent les interventions de l'homme ou de l'État et qui peuvent être considérés comme « universels, immuables, éternels, objectifs et au-delà de tout contexte politique ou historique particulier », il s'agit des droits que les parents ont sur le bien-être de leurs propres enfants. En effet, il y a un peu moins de 30 ans, notre propre Cour suprême a estimé qu'il était « évident que le droit d'élever un enfant, de veiller à son développement et de prendre des décisions pour lui sur des questions fondamentales fait partie de l'intérêt d'un parent en matière de liberté ». Alors, que se passe-t-il en Saskatchewan?

Le lien parent-enfant est-il protégé par la loi naturelle?

Le fait que le système judiciaire de la Saskatchewan puisse s'opposer aux parents pour leur imposer une injonction les empêchant de connaître le statut de transition de leurs propres enfants dans la salle de classe ne peut être invoqué comme un problème lié à la Charte. Comme nous l'avons vu, l'intention et les principes qui fondent l'appel de la Charte à rendre Dieu suprême et à ne limiter les droits que si une cause peut être démontrée dans une société libre et démocratique ne sont pas appliqués au niveau du système et de la magistrature. Vu sous cet angle, on peut dire sans risque de se tromper que la Charte n'a pas tant besoin d'être réinitialisée que les personnes responsables de son application au niveau pratique ont besoin d'être rééduquées ou éliminées. Comment se fait-il que les principes directeurs de la Charte, si clairs et évidents dans son préambule et son article 1, puissent être ainsi mis de côté? N'ont-ils pas été prouvés comme bénéfiques, société après société, tout au long de l'histoire? Oublions la "réinitialisation", n'avons-nous pas plutôt besoin de nouveaux opérateurs?

Charte ou tribunaux, qui a besoin d'être réinitialisé?
 

Aidez-nous! Contribuez à l'expansion de la Campagne d'affichage du C3RF


Le C3RF a noté avec une certaine inquiétude les restrictions de plus en plus importantes imposées à la liberté d'expression des Canadiens par leur propre classe politique. Ces restrictions ont commencé avec la motion M-103, lorsque des accusations infondées de « racisme systémique » et d' « islamophobie » généralisés ont donné le ton pour punir les communications qui remettaient en question de tels récits. C'est ainsi que nous nous retrouvons aujourd'hui dans une situation où des Canadiens perdent leur emploi pour avoir osé discuter des aspects expansionnistes et d'exclusion de la charia ou pour avoir exprimé leurs « opinions inacceptables » sur la colline du Parlement dans l'espoir de faire connaître leurs préoccupations concernant le mandat vaccinal.

Les camionneurs sont-ils des « marginaux » aux « opinions inacceptables »?

Il était particulièrement révélateur que notre propre Premier ministre qualifie les manifestations des camionneurs de « marginales » et indignes d'un dialogue. C'est ainsi que le C3RF a été amené à poser la question suivante: « La Charte interdit-elle les 'opinions inacceptables'? » et à le faire sur un grand panneau d'affichage situé sur une autoroute très fréquentée entre Ottawa et Toronto. L'objectif est d'amener les Canadiens à réfléchir à la mesure dans laquelle leur gouvernement est allé jusqu'à restreindre leur liberté d'expression et leur droit de l'utiliser pour pleurer la perte de ce qui était autrefois garanti comme des libertés civiles - alors même que nous leur demandons de rejoindre la famille en ligne du C3RF. Avec votre généreux soutien, nous espérons également étendre le nombre de panneaux d'affichage à d'autres lieux très fréquentés de l'Ontario dans un premier temps, puis à tout le reste du Canada.

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

留言


bottom of page