top of page

C3RF Update, 15 Mar 2024 – If not me…?


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! A video introduction of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 3-minute video presentation that introduces this C3RF Update!



Participate in our letter-writing campaign below!

 

If not me…?


Also I heard the voice of the Lord, saying, Whom shall I send, and who will go for us? Then said I, Here am I; send me. Isaiah 6:8


Let’s face it, ever since our own governments colluded to tell us that we are systemically racist and religious discriminators they have been busy punishing us through attacks on both our free speech and traditional way of life. The pace of oppression has quickened with the advent of the Wuhan virus and the use of related lockdowns and mandates to justify restrictions on our speech. The restrictions have come in the form of embellished hate speech laws that are now being used to control kitchen table conversations that were formerly a safe refuge for parent-child teaching moments. Gender identity and conversion therapy laws spring to mind here as they are instrumental in justifying the covert, if not underhanded, transition of a minor away from their own birth-assigned sex. Is it any wonder that we see a brave few reacting to these new and dangerous gender ideologies with steadfast resistance. Texas surgeon Eithan Haim is one such dissident who has come out swinging as a whistleblower in the field of “gender-affirming” medical care


Surgeon Eithan Haim blows the whistle on covert gender-affirming care for little ones

Haim has been in discussions with both Christopher Rufo and Tucker Carlson to explain how he became a whistleblower on the covert sex-change medical programs performed at the Texas Children’s Hospital.  In them he alleges that the hospital misrepresented its position on the programs by saying publicly that they had been discontinued even as irreversible medical interventions on children as young as 11 years-old continued behind closed doors.  His efforts caught the attention of state legislators who, much to the chagrin of gender-affirming care ideologues, passed a Bill 14 that “banned all child sex-change procedures statewide”.  For his efforts he has been systematically pilloried and persecuted by colleagues and justice officials respectively and now finds himself being targeted for prosecution by federal authorities – even though he acted within the parameters of American whistleblower and privacy protections. 


Christopher Rufo and Tucker Carlson, real and refreshing journalists?

In the complete paywall protected interview with Carlson, Haim details how his prosecution was political in nature as he had broken no laws. Accordingly, its purpose was to make an example of the whistleblower so others would be discouraged from coming forward to challenge the gender-affirming care narrative.  He noted how this not-so-subtle dissuasion campaign had its effect on the legal class as the recruitment of lawyers to his cause proved to be a daunting task.  Interestingly, he found a willing advocate in the form of a conservative-minded lawyer who had just left a high profile and paying job as she refused to append pronouns to her name on company letterhead.  One wonders, how many talented people are leaving professional organizations as they refuse to go along with such invasive requirements?  One also wonders how many such professionals are motivated, as was Haim’s lawyer Marcella Burke, by the question, “if not me, then who?” (24:50).


Eithan Haim's lawyer, Marcella Burke - no pronouns for me! If not me, then who?
 

If not now…?


If I am not for myself, who is for me? And if I am only for myself, what am I? And if not now, when? Hillel the Elder


As observed by the famous Jewish scholar Hillel the Elder, the complement to the question, “if not me,  who?” is “if not now, when?”  This latter question seems to be more than timely today as we see the walls of oppression closing in rapidly on the civil liberties of Canadians.  The walls are multifaceted and include the executive and legislative streams of power that used to work on behalf of the Canadian voter and the national interest.  On the executive side we see the Liberal-NDP junta employ mandates, decrees and edicts to skirt the cut and thrust of parliamentary debate to:



To make matters worse, the power of the executive arm of government is operating absent any legislative brake.


Hillel the Elder, "if not now, when?"

The fact that the executive is operating without a legislative brake is made apparent by its disdain of the rule of law and the failure of citizen representatives, in the form of elected Members of Parliament, to shed light on such exceedances.  In all fairness to hardworking MPs, a toady New Democrat Party and a sycophantic press corps have been instrumental in allowing the Liberal-NDP regime to rule in a dictatorial fashion with no oversight.  The NDP seems happy to accommodate as long as they get dibs on the public purse in aid of their pet projects.  And long gone are the days of Bev Oda when the Canadian press had the will and staying power to hound a Minister of the Crown into resignation over a $16 glass of orange juice.  Rather than this, the ruling regime can lay waste to the nation’s finances without so much as a whisper of discontent from legislators or journalists.


Minister of International Co-operation, Bev Oda, deep-sixed over $16 glass of orange juice?

The proof is in the pudding when it comes to the nation’s finances presenting an existential threat to a strong and free Canada.  The spending of nearly a half a trillion dollars on Wuhan virus measures and experimental vaccines has left the nation wracked with inflation and debilitatingly high interest rates.  Add to this irresponsible budgeting that has seen large year-after-year deficit spending and the scene is set for the brake of monetary policy to be continually overridden by the gas pedal of fiscal imprudence.  The imprudence includes frivolous expenditures like millions of dollars on “gender-inclusive” de-mining operations in Ukraine, green infrastructure and abortions in Indonesia and climate change financing to the Philippines.  Taken in conjunction with the billions spent on supporting Ukraine in its war with Russia, is it any wonder that Canada is running out of the fiscal freedom to fund its own domestic programs as interest-on-debt charges approach $10 for every $100 of revenue?  It would seem there is little time to spare before Canada becomes a third world country!


$9.5 billion in multifaceted assistance to Ukraine since the beginning of 2022. Not so much to Canadian military?
 

“If not me, who?” letter-writing campaign


In line with asking ourselves the question, “if not me, who?”, it goes without saying that the refusal to assume any responsibility for recovering liberties lost has a whole-of-society impact if enough individuals are so inclined.  After all, the freedoms derived from democratic forms of governance are not self sustaining.  They are subject to atrophy when exercised by too few or abused by those in positions of power like our own elected representatives.  As discussed above, the walls of oppression are closing in rapidly and time is not a friend.  We find ourselves in an urgent situation that requires us, as individuals, to engage and act now.  Accordingly, the sample letter below is offered as a means for you to grab the attention of your Member of Parliament and get him or her off of their keester to address the loss of the civil liberties of individual Canadians.  Ideally you will use the ideas contained within the sample to form your own missive – ideas like you work for me, forget about your party and get on with it!  Your own Member of Parliament’s contact information may be found here.


Dear (your MP)


As my elected representative for (your riding) I am calling on you to act on my behalf and on behalf of other like-minded constituents.  We are the stuff of this riding - the ones who work at our jobs, support our families, pay our taxes and obey Canada’s laws.  More and more, however, it seems these same laws are being rigged against us or even ignored in the name of benefiting certain vocal groups or certain ideologies that operate against the very notion of a “strong and free” Canada.  On the domestic front we see the introduction of a Bill C-63 (Online Safety Act) that even presumes to punish those who might be thinking of uttering a hateful word.  Forget about the fact that even the term hateful is subjective in nature and very much in the eye of the beholder, this new law would presuppose a person’s guilt and mete out punishment beforehand – unless of course, the words in mind were supportive of government sanctioned ideologies like anti-white Critical Race Theory (CRT). On the international front, Canada is apparently in discussions with the World Health Organization to cede its medical and public health sovereignty to that globalist agency. 


It is bad enough that we find ourselves on the other side of a Wuhan virus pandemic whose punitive measures, endorsed by your political party and your silence, have wreaked havoc on the good people of Canada with no explanation or apology.  Now we are facing a WHO-sponsored pandemic treaty that promises to employ a “one health” strategy that would place the health of citizens on a par with that of plants, animals and the environment in general. Forget about locking down for viruses, we could now see ourselves imprisoned by “climate change”.  Enough is enough sir (madame), it is time for you to intercede on behalf of my Charter rights and freedoms and defend my civil liberties as a priority.  Your silence in such matters is insulting and speaks to a set of priorities aimed at soothing the sensibilities of big bankers, big pharma and big voting blocs.  Time to set things right on behalf of those who actually vote for you.


Your name

Your town

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. Please consider clicking here to support C3RF today. And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on X(f.k.a. Twitter), on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Voir! Une vidéo de présentation de cette mise à jour est disponible ici


Pour ceux d'entre vous qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 3 minutes qui introduit cette mise à jour du C3RF!



Participez à notre campagne d'envoi de lettres ci-dessous!

 

Si ce n'est pas moi, qui d'abord... ?


J'entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je répondis: Me voici, envoie-moi. Esaïe 6:8


Reconnaissons-le, depuis que nos propres gouvernements se sont entendus pour nous dire que nous étions systématiquement racistes et discriminatoires sur le plan religieux, ils se sont employés à nous punir en s'attaquant à notre liberté d'expression et à notre mode de vie traditionnel.  Le rythme de l'oppression s'est accéléré avec l'apparition du virus de Wuhan et l'utilisation des confinements et des mandats associés pour justifier les restrictions de notre liberté d'expression.  Ces restrictions prirent la forme de lois édulcorées sur l'incitation à la haine, qui sont désormais utilisées pour contrôler les conversations autour de la table de cuisine, qui étaient autrefois un refuge sûr pour les moments d'enseignement entre parents et enfants. Les lois sur l'identité de genre et les thérapies de conversion viennent à l'esprit, car elles permettent de justifier la transition secrète, voire insidieuse, d'un mineur vers un autre sexe que celui qui lui a été assigné à la naissance.  Il n'est donc pas étonnant que quelques courageux réagissent à ces nouvelles et dangereuses idéologies du genre par une résistance inébranlable.  Le chirurgien texan Eithan Haim est l'un de ces dissidents qui s'est fait connaître comme un dénonciateur dans le domaine des soins médicaux visant à l'affirmation du genre.


Le chirurgien Eithan Haim dénonce les soins secrets prodigués aux enfants pour « confirmer » leur sexe

Haim s'est entretenu avec Christopher Rufo et Tucker Carlson pour expliquer comment il est devenu un dénonciateur des programmes médicaux secrets de changement de sexe pratiqués au Texas Children’s Hospital.  Il y affirme que l'hôpital a déformé sa position sur les programmes en déclarant publiquement qu'ils avaient été interrompus alors que des interventions médicales irréversibles sur des enfants de 11 ans se poursuivaient à huis clos.  Ses efforts ont attiré l'attention des législateurs de l'État qui, au grand chagrin des idéologues de l'affirmation du genre, ont adopté un projet de loi 14 qui « interdit toutes les procédures de changement de sexe chez l'enfant dans l'ensemble de l'État ».  Pour ses efforts, il a été systématiquement cloué au pilori et persécuté par ses collègues et les représentants de la justice, et il se retrouve aujourd'hui dans la ligne de mire des autorités fédérales, bien qu'il ait agi dans le cadre des protections américaines en matière de dénonciation et de protection de la vie privée.


Christopher Rufo et Tucker Carlson, de vrais journalistes?

Dans l'intégralité de l'entretien avec Carlson, protégé par un paywall, Haim explique que ses poursuites étaient de nature politique puisqu'il n'avait enfreint aucune loi. En conséquence, l'objectif était de faire du dénonciateur un exemple afin de décourager d'autres personnes de se manifester pour remettre en cause le discours des soins d'affirmation de genre.  Il a noté que cette campagne de dissuasion pas si subtile a eu un effet sur la classe juridique, car le recrutement d'avocats pour sa cause s'est avéré être une tâche ardue.  Il est intéressant de noter qu'il a trouvé un défenseur volontaire sous la forme d'une avocate conservatrice qui venait de quitter un emploi prestigieux et rémunérateur parce qu'elle refusait d'ajouter des pronoms à son nom sur le papier à en-tête de l'entreprise.  On peut se demander combien de personnes talentueuses quittent des organisations professionnelles parce qu'elles refusent de se plier à des exigences aussi envahissantes.  On peut également se demander combien de ces professionnels sont motivés, comme l'était l'avocate de Haim, Marcella Burke, par la question « si ce n'est pas moi, alors qui? ». (24:50).


L'avocate d'Eithan Haim, Marcella Burke - pas de pronoms pour moi! Si ce n'est pas moi, alors qui?
 

Si ce n'est pas maintenant...?


Si je ne suis pas pour moi-même, qui est pour moi? Et si je ne suis que pour moi-même, que suis-je? Et si ce n'est pas maintenant, quand?  Hillel l'Ancien


Comme l'a fait remarquer le célèbre érudit juif Hillel l'Ancien, le complément à la question « si ce n'est pas moi, qui? » est « si ce n'est pas maintenant, quand? ».  Cette dernière question semble plus qu'opportune aujourd'hui, alors que nous voyons les murs de l'oppression se refermer rapidement sur les libertés civiles des Canadiens.  Ces murs ont de multiples facettes et comprennent les pouvoirs exécutif et législatif qui travaillaient autrefois au nom de l'électeur canadien et de l'intérêt national.  Du côté de l'exécutif, nous voyons la junte libérale-néo-démocrate utiliser des mandats, des décrets et des édits pour contourner le débat parlementaire:



Pour ne rien arranger, le pouvoir de l'exécutif fonctionne en l'absence de tout contrôle législatif. 


Hillel l'Ancien, « si ce n'est pas maintenant, quand? » .Hillel l'Ancien, « si ce n'est pas maintenant, quand? »

Le fait que l'exécutif fonctionne sans le moindre frein législatif est mis en évidence par son mépris de l'État de droit et par l'incapacité des représentants des citoyens, sous la forme de députés élus, à jeter la lumière sur de tels dépassements.  En toute justice pour les députés qui travaillent dur, le parti néo-démocrate et une presse complaisante ont contribué à permettre au régime libéral-néo-démocrate de gouverner de manière dictatoriale sans aucun contrôle.  Le NPD semble heureux de s'accommoder de la situation tant qu'il peut puiser dans les fonds publics pour financer ses projets favoris.  On est loin du temps de Bev Oda où la presse canadienne avait la volonté et la persévérance de pousser un ministre de la Couronne à la démission pour un verre de jus d'orange à 16 misérables piastres.  Aujourd'hui, le régime en place peut mettre à mal les finances de la nation sans que les législateurs ou les journalistes n'émettent le moindre murmure de mécontentement.


La ministre de la coopération internationale, Bev Oda, a été licenciée pour un verre de jus d'orange à 16 piastres?

La preuve est faite que les finances nationales représentent une menace existentielle pour un Canada puissant et indépendant.  Les dépenses de près d'un demi-billion (1 million de million!!!) de dollars consacrées aux mesures de lutte contre le virus de Wuhan et aux vaccins expérimentaux ont laissé le pays en proie à l'inflation et à des taux d'intérêt débilitants.  Si l'on ajoute à cela une gestion budgétaire irresponsable qui a entraîné des déficits importants année après année, le décor est planté pour que le frein de la politique monétaire soit continuellement contourné par l'accélérateur de l'imprudence budgétaire.  L'imprudence comprend des dépenses frivoles telles que des millions de dollars pour des opérations de déminage « intégrant la dimension de genre » en Ukraine, des infrastructures vertes et des avortements en Indonésie et des financements pour lutter contre le changement climatique aux Philippines.  Si l'on ajoute à cela les milliards dépensés pour soutenir l'Ukraine dans sa guerre avec la Russie, faut-il s'étonner que le Canada n'ait plus la liberté fiscale de financer ses propres programmes nationaux alors que les intérêts sur la dette approchent les 10 dollars pour chaque 100 dollars de recettes?  Il semblerait qu'il reste peu de temps avant que le Canada ne devienne un pays du tiers monde!


9,5 milliards de dollars d'aide multiforme à l'Ukraine depuis le début de l'année 2022. Un peu moins pour l'armée canadienne?
 

Campagne d'envoi de lettres « Si ce n'est moi, qui? »


Dans le même ordre d'idées que la question « si ce n'est pas moi, qui? », il va sans dire que le refus d'assumer une quelconque responsabilité dans la récupération des libertés perdues a un impact sur l'ensemble de la société si suffisamment d'individus sont enclins à le faire.  Après tout, les libertés dérivées des formes démocratiques de gouvernance ne sont pas autoalimentées.  Elles sont sujettes à l'atrophie lorsqu'elles sont exercées par un trop petit nombre ou abusées par ceux qui sont en position de pouvoir, comme nos propres représentants élus.  Comme nous l'avons vu plus haut, les murs de l'oppression se referment rapidement et le temps n'est pas un allié.  Nous nous trouvons dans une situation urgente qui exige de nous, en tant qu'individus, que nous nous engagions et que nous agissions maintenant.  En conséquence, la lettre type ci-dessous vous est proposée comme un moyen d'attirer l'attention de votre député(e) et de l'inciter à se bouger les foufounes pour s'attaquer à la perte des libertés civiles des Canadiens et Canadiennes.  Idéalement, vous utiliserez les idées contenues dans l'exemple pour former votre propre missive - des idées comme « vous travaillez pour moi », « oubliez votre parti » et « passez à l'action »!  Les coordonnées de votre député peuvent être trouvées ici.


Cher (Chère)  (votre député)


En tant que représentant élu de (votre circonscription), je vous demande d'agir en mon nom et au nom d'autres électeurs partageant les mêmes idées.  Nous sommes les habitants de cette circonscription - ceux qui travaillent, font vivre leurs familles, paient leurs impôts et respectent les lois du Canada.  Cependant, il semble de plus en plus que ces mêmes lois soient détournées contre nous, voire ignorées, au profit de certains groupes ou de certaines idéologies qui vont à l'encontre de la notion même d'un Canada « puissant et indépendant ».  Sur le plan national, nous assistons à l'introduction d'un projet de loi C-63 (Loi sur la sécurité en ligne) qui prétend même punir ceux qui pourraient avoir l'intention de prononcer un mot haineux.  Oubliant le fait que même le terme « haineux » est subjectif par nature et qu'il dépend en grande partie de l'observateur, cette nouvelle loi présuppose la culpabilité d'une personne et impose une punition à l'avance - à moins, bien sûr, que les mots en question ne soutiennent des idéologies sanctionnées par le gouvernement, comme la Critical Race Theory (CRT) anti-blancs.  Sur le plan international, le Canada est apparemment en pourparlers avec l'Organisation mondiale de la santé pour céder sa souveraineté en matière de médecine et de santé publique à cette agence mondialiste. 


Il est déjà assez grave que nous nous trouvions de l'autre côté d'une pandémie du virus de Wuhan dont les mesures punitives, approuvées par votre parti politique et votre silence, ont fait des ravages sur le peuple du Canada sans aucune explication ni excuse.  Aujourd'hui, nous sommes confrontés à un traité sur les pandémies parrainé par l'OMS qui promet d'appliquer une stratégie inverselle pour la santé qui placerait la santé des citoyens sur un pied d'égalité avec celle des plantes, des animaux et de l'environnement en général.  Oubliez le confinement, nous pourrions maintenant nous voir emprisonnés par le « changement climatique ».  Trop c'est trop monsieur (madame), il est temps pour vous d'intercéder en faveur des droits et libertés de ma Charte et de défendre en priorité mes libertés civiles.  Votre silence sur ces questions est insultant et témoigne d'un ensemble de priorités visant à apaiser les sensibilités des grands banquiers, des grandes sociétés pharmaceutiques et des grands blocs de vote.  Il est temps de rectifier le tir au nom de ceux qui votent pour vous.


Votre nom

Votre ville

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Cliquez ici pour soutenir le C3RF dès aujourd'hui. Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur X(f.k.a. Twitter), sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comentários


bottom of page