C3RF Update, 16 Sep 2022 – Fool me once


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! Review and participate in Version 14.0 of C3RF’s “One Stop Tyrant Shop”


Take a look at V14.0 of the “One Stop Tyrant Shop” to check new additions. The related changes are in bold text and link to information and actions designed to both take Canada one step closer to a Chinese Communist-style “social credit” system and to secrete information away from public scrutiny in the form of hidden Orders-in-Council (OIC). In the former case we see the government’s intrusive and border-clogging ArriveCAN app operating as the forerunner of a digital ID system capable of shackling the life and purchasing decisions of Canadian citizens. In the latter, we see this same federal government making surreptitious efforts to introduce new rules, regulations and orders without your knowledge through as many as 72 secret OICs – all since the Liberals took power in 2015. This unprecedented record is all the more troubling given the fact that some of these Orders were decreed in and around the time of Freedom Convoy 2022 and the draconian freezing of bank accounts. Are further curtailments of your civil liberties in train with these new, secretive OICs?

 

Fool me once, shame on thee


Two and a half years into the Wuhan virus emergency and we are only now getting our heads above the waterline. Looking back on the experience it would seem, to all who have not succumbed to mass formation thinking, that our response to the virus was an unmitigated disaster that far surpassed the pain inflicted by the actual contagion. How could one think otherwise given the resulting emergence of massive inflation, surging debt levels, collapsing medical systems and deferred childhood development - even as all-cause, non-Covid mortality rates surge past the averages of years past? We were fooled into thinking that vaccines were the only answer and that all other remedies were not only ill-advised but heretical. Bad on you and errant medical professionals who even brought them up.

Canadians were fooled into following ridiculous pandemic measures?

It’s easy to understand how Canadians could be prodded into going along with unreasonable and counter-productive pandemic measures even though they included social distancing, masking, lockdowns and even curfews - both before and after the rollout of massive, one-size-fits-all vaccine programs. After all, they seemed necessary, up front, as they were preceded by a barrage of social and legacy media inputs that showed bodies dropping dead in Chinese streets even as Italian hospitals were forced to decide who received ventilators and who died. “Flattening the curve” to save our medical institutions and give them a chance to spin up to this advertised threat was the least they could do. The panic was palpable and it was only going to be for a few weeks anyway.

Did social and legacy media stoke Wuhan virus panic?

The panic would go on to remain palpable through the pandemic’s “delta” and “omicron” phases even though this progression would be characterized by falling hospitalization, ICU and death rates. This should have raised red flags but the stink of scare-mongering was pervasive and ruled the day. Whatever happened to the long-standing practise of leaders remaining calm and optimistic in the face of such crises and communicating with the public in a transparent fashion and with actionable information. This would not be the case in Canada as available data would be exploited for its fear value while other data sets would be totally ignored. Hence the early concentration on the accumulating number of deaths even though the CDC itself admitted that only 6% of the reported total could be attributed solely to the Wuhan virus. Meanwhile, the identification of the folks behind these numbers; namely the aged and infirmed residing in government care facilities, was suppressed as was the fact that the healthy had little to fear. Canadians were being stampeded.

Whatever happened to "stay calm" in the face of crisis? Not suitable when panic is the goal?
 

Fool me twice, shame on me


It might have been purely coincidental but the shackles began to be removed from the Canadian public shortly after the advent of Freedom Convoy 2022. Saskatchewan was first out of the gate by nixing its proof of vaccination requirement, with several provinces falling in line shortly afterwards. Indeed, the retreat from such ineffective measures even forced the hand of the federal government which decided to “suspend” vaccine travel and work mandates in mid-June of 2022. “Suspend” was the key word here, however, as the government and its public health boss, Dr. Theresa Tam, promised to re-institute mandatory vaccine measures if needed in the fall season. This threat came with the unsupported assumption that such mandates actually worked – a belief that was reinforced by the Prime Minister himself when he announced that such restrictions could be avoided only if 80 to 90% of the public updated their vaccination status with the required number of boosters.

Pandemic measures, going on three years of doing the same thing over and over again?

One might forgive the reticence of everyday Canadians to immediately rush out and get their booster status updated as directed by the Prime Minister. After all, wasn’t he the same Prime Minister that promised, in the spring of 2021, that a one-dose summer followed by a two- dose fall would lead to normal life without pandemic restrictions? How is it that the original two-dose vaccine regime that would immunize the nation morphed into a requirement to keep your vaccines “updated” with shots at nine-month, no, six-month, no, three-month intervals? And while we are at it, why was natural immunity never made a part of any standard of care in dealing with the Wuhan virus? And why were cheap, readily available anti-viral therapeutics never allowed for such consideration? And why, knowing that the immunocompromised were at greatest risk of succumbing to the virus, were measures and supplements that were known to boost one’s own immune system ignored? Lacking answers to such simple and obvious questions, Canadians can be forgiven for feeling like suckers.

When P.J. Barnum said a "sucker was born every minute", was he talking about Canadians?

With the advent of all our modern medicines and treatments developed over the course of the last 100 odd years, how is it that we dealt with the Spanish Flu of 1918-19 in less time than it is taking us to wrestle the Wuhan virus to ground? The former contagion came raging at us on the heels of WWI and lasted some one to two years yet here we are now, well into our third year of dealing with Covid-19. To make matters worse and as noted above, leaders responsible for this file were remiss not to include all aspects of society in developing the holistic emergency plans required to deal with the contagion. The ball was immediately handed off to the public health sector which, in turn, followed the lead of related international entities like the World Health Organization (WHO). In effect, the fight against the Wuhan virus would very much be out of the hands of Canadians and characterized by calls to be fearful, to be divided and to be on the lookout for dissenters. Shame on Canadians if they fall for such an approach a second time?

Herman Goering on how to control a whole society, "tell them they are being attacked and denounce the peacemakers"

 

Fool me no more


After three years of vaccine and lockdown-centric efforts that failed to blunt seven waves of the Wuhan virus, it is safe to say that Canadians have had enough. The proof is in the pudding and readily apparent in the massive landslide that propelled Pierre Poilievre to the leadership of the Conservative Party of Canada this past weekend. His victory speech said it all when he noted that it was time to make Canada free again and put Canadians first. Accordingly, a quick promise to sweep away vaccine mandates and useless ArriveCAN apps was proffered right out of the gate as was a promise to get real about climate change - Canada would fight it with its strengths and forego corrupt, dirty foreign energy as it did so. The crowd was enthusiastic and chanted “freedom, freedom” as they, and a vast majority of other Canadians, reveled in hope and optimism at the prospect of regaining a strong and free Canada. The efforts of his opposition to frame him as an “extremist” and “fringe” will be wasted as, to coin an American political slogan, this opposition fails to see that “It’s the message, stupid!”

Conservative Party of Canada leader, Pierre Poilievre, "It's the message, stupid!"

If the two-pronged message is about the freedom of Canadians and Canadian national interests first it will be operationalized by honouring the supreme law of the land – the Constitution and its embedded Charter. Gone are the days when pronouncements from a ruling elite will be accepted at first blush with no explanations required – especially those that come from offshore! Civil liberties will be sacrosanct and any curtailment of same will need hard evidence that demonstrates their necessity. Canadians will not be ruled from afar and federal governments will need to make the case rather than just “consult” with provinces when international agreements turn on the latter’s jurisdictions. Cases in point that are in play at this very moment include a WHO treaty on pandemic response and a parallel move to amend related international regulations, both of which stand to hobble Canada’s ability to make her own health-related determinations and retain her sovereignty.

Should Canada just hand over its pandemic response responsibilities to WHO?

At the end of the day and after our experiences with pandemic measures and an invocation of the Emergency Act, Canadians are left wondering if they can believe a thing their government tells them. This is particularly the case when authorities are seen to side-step the concept of “responsible government” anytime the stealthy uplift of political power becomes a possibility. Above and beyond the contagion emergencies, it can be argued that such a transference of power is now ongoing through a declared “climate change” emergency that, supposedly, demands the immediate dismantling of the Western world’s energy grids to realize a “Green New Deal” with no attempt to bridge the new paradigm with the old. This impossible undertaking stands to turn Canada into a land of scarcity with lords distributing the remains of a once great country to a dependent slave class. Like the prospect of undergoing a second round of deprivation and loss of civil liberties through re-instituted lockdown and vaccination policies, should Canadians be equally wary of another that similarly takes their freedoms and their livelihoods away? Should Canadians declare that they will not be fooled again and demand their political representatives “make the case” and follow the Charter – a Charter that puts the restrictions on them and not on the good folk of Canada?

Canadians to their governments: we are not cattle to be prodded, herded and abused
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Consultez ! Examinez et participez à la version 14.0 du « One Stop Tyrant Shop » du C3RF


Jetez un œil à la V14.0 du « One Stop Tyrant Shop » pour vérifier les nouveaux ajouts. Les changements sont en caractères gras et renvoient à des informations et à des actions conçues pour rapprocher le Canada d'un système de « crédit social » de type communiste chinois et pour soustraire des informations à l'examen du public sous la forme de décrets cachés. Dans le premier cas, nous voyons l'application ArriveCAN du gouvernement, intrusive et bloquant les frontières, fonctionner comme le précurseur d'un système d'identification numérique capable d'entraver la vie et les décisions d'achat des citoyens canadiens. Dans le second cas, nous voyons ce même gouvernement fédéral déployer des efforts cachés pour introduire de nouvelles règles, de nouveaux règlements et de nouveaux décrets à votre insu par l'intermédiaire de pas moins de 72 décrets secrets - tout cela depuis que les libéraux ont pris le pouvoir en 2015. Ce record sans précédent est d'autant plus troublant que certains de ces ordres ont été décrétés à l'époque du convoi de la liberté 2022 et du gel draconien des comptes bancaires. De nouvelles restrictions de vos libertés civiles sont-elles en préparation avec ces nouveaux décrets secrets?

 

Trompe-moi une fois, honte à toi


Deux ans et demi après le début de la crise du virus de Wuhan, nous commençons à peine à nous en sortir. Avec le recul, il semble, pour tous ceux qui n'ont pas succombé à l'hypnose de masse, que notre réponse au virus a été un désastre total qui a dépassé de loin la douleur infligée par la contagion elle-même. Comment pourrait-on penser autrement compte tenu de l'émergence d'une inflation massive, de la montée en flèche des niveaux d'endettement, de l'effondrement des systèmes médicaux et du retard dans le développement de l'enfance - alors même que les taux de mortalité toutes causes confondues, non liés aux covidés, dépassent les moyennes des années passées? Nous avons été trompés en pensant que les vaccins étaient la seule réponse et que tous les autres remèdes étaient non seulement malavisés mais hérétiques. C'est une honte pour vous et pour les professionnels de la santé errants qui les ont évoqués.

Les Canadiens ont été dupés pour suivre des mesures de pandémie ridicules?

Il est facile de comprendre comment les Canadiens ont pu être incités à accepter des mesures déraisonnables et contre-productives en cas de pandémie, même si elles comprenaient la distanciation sociale, le masquage, les fermetures et même les couvre-feux - avant et après le déploiement de programmes de vaccination massifs et uniformes. Après tout, ces mesures semblaient nécessaires, au départ, car elles étaient précédées d'un barrage d'informations sur les médias sociaux et traditionnels qui montraient des corps tombant morts dans les rues chinoises, alors même que les hôpitaux italiens étaient contraints de décider qui recevait des ventilateurs et qui mourait. Le moins qu'ils pouvaient faire était d'« aplatir la courbe » pour sauver nos institutions médicales et leur donner une chance de faire face à cette menace annoncée. La panique était palpable et elle n'allait de toute façon durer que quelques semaines.

Les médias sociaux et traditionnels ont-ils alimenté la panique liée au virus de Wuhan?

La panique est restée palpable tout au long des phases « delta » et « omicron » de la pandémie, même si cette progression a été caractérisée par une baisse des taux d'hospitalisation, de soins intensifs et de décès. Cela aurait dû déclencher des signaux d'alarme, mais l'odeur de l'alarmisme était omniprésente et régnait en maître. Qu'est-il arrivé à la pratique de longue date qui veut que les dirigeants restent calmes et optimistes face à de telles crises et communiquent avec le public de manière transparente et avec des informations utilisables? Ce ne fut pas le cas au Canada, car les données disponibles furent exploitées pour leur valeur de peur tandis que d'autres ensembles de données furent totalement ignorés. D'où la concentration précoce sur le nombre croissant de décès, même si le CDC lui-même a admis que seulement 6 % du total signalé pouvait être attribué uniquement au virus de Wuhan. Pendant ce temps, l'identification des personnes à l'origine de ces chiffres, à savoir les personnes âgées et infirmes résidant dans des établissements de soins publics, a été supprimée, tout comme le fait que les personnes en bonne santé n'avaient pas grand-chose à craindre. Les Canadiens étaient pris d'assaut.

Qu'est-il arrivé à « rester calme » face à une crise ? Inadapté lorsque la panique est le but recherché?
 

Trompe-moi deux fois, honte à moi


C'est peut-être une pure coïncidence, mais le public canadien a commencé à se libérer de ses chaînes peu après l'avènement du Convoi Liberté 2022. La Saskatchewan a été la première à supprimer son exigence de preuve de vaccination, et plusieurs provinces ont emboîté le pas peu après. En fait, le retrait de mesures aussi inefficaces a même forcé la main du gouvernement fédéral, qui a décidé de « suspendre » les mandats de vaccination pour les voyages et le travail à la mi-juin 2022. « Suspendre » était toutefois le mot clé ici, car le gouvernement et sa patronne de la santé publique, la Dre Theresa Tam, ont promis de réinstituer les mesures de vaccination obligatoire si nécessaire à la saison d'automne. Cette menace s'accompagnait de l'hypothèse non démontrée que de tels mandats fonctionnaient réellement - une croyance renforcée par le Premier ministre lui-même lorsqu'il a annoncé que de telles restrictions ne pourraient être évitées que si 80 à 90 % du public mettait à jour son statut vaccinal avec le nombre de rappels requis.

Mesures contre la pandémie, cela fait trois ans que l'on fait la même chose, encore et encore?

On pourrait pardonner la réticence des Canadiens ordinaires à se précipiter immédiatement pour faire mettre à jour leur statut de rappel comme l'a demandé le Premier ministre. Après tout, n'est-ce pas le même premier ministre qui a promis, au printemps 2021, qu'un été à une dose suivi d'un automne à deux doses mènerait à une vie normale sans restrictions en cas de pandémie? Comment se fait-il que le régime initial de vaccination à deux doses qui devait immuniser la nation s'est transformé en une obligation de maintenir ses vaccins « à jour » avec des injections à neuf mois, non, six mois, non, trois mois d'intervalle? Et pendant que nous y sommes, pourquoi l'immunité naturelle n'a-t-elle jamais fait partie des normes de soins dans la lutte contre le virus de Wuhan? Et pourquoi les thérapies antivirales bon marché et facilement disponibles n'ont-elles jamais été prises en compte? Et pourquoi, sachant que les personnes immunodéprimées couraient le plus grand risque de succomber au virus, les mesures et les suppléments connus pour renforcer le système immunitaire ont-ils été ignorés? En l'absence de réponses à des questions aussi simples et évidentes, on peut pardonner aux Canadiens de se sentir comme des cruches.

Lorsque P.J. Barnum a dit qu'un « pauvre naïf naissait chaque minute », parlait-il des Canadiens?

Avec l'avènement de tous nos médicaments et traitements modernes mis au point au cours des 100 dernières années, comment se fait-il que nous ayons traité la grippe espagnole de 1918-19 en moins de temps qu'il ne nous en faut pour terrasser le virus de Wuhan? La première contagion s'est abattue sur nous dans la foulée de la Première Guerre mondiale et a duré entre une et deux années, mais nous sommes aujourd'hui bien engagés dans la troisième année de lutte contre le Covid-19. Pour aggraver les choses, et comme indiqué ci-dessus, les dirigeants responsables de ce dossier ont eu la négligence de ne pas inclure tous les aspects de la société dans l'élaboration des plans d'urgence holistiques nécessaires pour faire face à la contagion. La balle a été immédiatement renvoyée au secteur de la santé publique qui, à son tour, a suivi l'exemple d'entités internationales comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En fait, la lutte contre le virus de Wuhan ne serait pas du tout entre les mains des Canadiens et serait caractérisée par des appels à la peur, à la division et à la recherche de dissidents. Honte aux Canadiens s'ils se laissent prendre à une telle approche une deuxième fois?

Herman Goering sur la façon de contrôler une société entière, « dites-leur qu'ils sont attaqués et dénoncez les pacificateurs »

 

Ne me trompez plus


Après trois ans d'efforts axés sur les vaccins et les mesures de confinement qui n'ont pas réussi à endiguer sept vagues du virus de Wuhan, on peut dire que les Canadiens en ont assez. La preuve en est le raz-de-marée massif qui a propulsé Pierre Poilievre à la tête du Parti conservateur du Canada le week-end dernier. Son discours de victoire a tout dit lorsqu'il a déclaré qu'il était temps de rendre le Canada libre à nouveau et de faire passer les Canadiens en premier. En conséquence, il a promis de balayer les mandats de vaccination et les applications ArriveCAN inutiles dès le départ, ainsi que de s'attaquer sérieusement au changement climatique - le Canada lutterait contre ce phénomène avec ses propres forces et renoncerait à l'énergie étrangère corrompue et sale. La foule était enthousiaste et scandait « liberté, liberté » alors qu'elle, et la grande majorité des autres Canadiens, se délectait d'espoir et d'optimisme à l'idée de retrouver un Canada fort et libre. Les efforts de son opposition pour le faire passer pour un « extrémiste » et un « marginal » seront vains car, pour reprendre un slogan politique américain, cette opposition ne voit pas que c'est « It’s the message, stupid! ».

Le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, « C'est le message, idiot! »

Si le message à deux volets concerne la liberté des Canadiens et les intérêts nationaux du Canada, il sera d'abord mis en œuvre en respectant la loi suprême du pays - la Constitution et la Charte. Le temps est révolu où les déclarations de l'élite dirigeante étaient acceptées de prime abord sans qu'aucune explication ne soit nécessaire, surtout si elles venaient de l'étranger! Les libertés civiles seront sacro-saintes et toute réduction de celles-ci nécessitera des preuves tangibles de leur nécessité. Les Canadiens ne seront pas gouvernés du ciel et les gouvernements fédéraux devront faire valoir leurs arguments plutôt que de simplement « consulter » les provinces lorsque des accords internationaux attaquent les compétences de ces dernières. Parmi les cas d'espèce qui sont en jeu en ce moment même, citons un traité de l'OMS sur la réponse aux pandémies et une initiative parallèle visant à modifier les règlements internationaux connexes, qui risquent tous deux d'entraver la capacité du Canada à prendre ses propres décisions en matière de santé et à conserver sa souveraineté.

Le Canada devrait-il simplement confier à l'OMS ses responsabilités en matière d'intervention en cas de pandémie?

En fin de compte et après nos expériences avec les mesures pandémiques et l'invocation de la Loi d'urgence, les Canadiens se demandent s'ils peuvent croire ce que leur dit leur gouvernement. C'est particulièrement le cas lorsqu'on voit les autorités s'écarter du concept de « gouvernement responsable » chaque fois que la montée furtive du pouvoir politique devient une possibilité. Au-delà des urgences de contagion, on peut affirmer qu'un tel transfert de pouvoir est actuellement en cours par le biais d'une urgence déclarée de « changement climatique » qui, soi-disant, exige le démantèlement immédiat des réseaux énergétiques du monde occidental pour réaliser un « New Deal vert » sans aucune tentative de faire le lien entre le nouveau paradigme et l'ancien. Cette entreprise impossible risque de transformer le Canada en un pays de pénurie où des seigneurs distribueront les restes d'un pays autrefois grand à une classe d'esclaves dépendants. Tout comme la perspective de subir une deuxième série de privations et de pertes de libertés civiles par le rétablissement des politiques d'enfermement et de vaccination, les Canadiens devraient-ils se méfier d'une autre politique qui les prive de leurs libertés et de leurs moyens de subsistance? Les Canadiens devraient-ils déclarer qu'ils ne se laisseront pas berner une fois de plus et exiger que leurs représentants politiques « défendent leur cause » et respectent la Charte - une Charte qui impose des restrictions aux dirigeants et non aux citoyens ordinaires du Canada?

Les Canadiens doivent dire à leurs gouvernements: nous ne sommes pas du bétail que l'on peut pousser, rassembler et maltraiter
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags