C3RF Update, 18 Jun 2021 – Invasion of the Body Snatchers


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Save your child from vaccine abuse – consider use of a “Notice of Liability”!


Consider signing government petition against the experimental vaccination of children!

Invasion of the Body Snatchers redux


The 1956 movie, “Invasion of the Body Snatchers”, was seen at the time as a political allegory that reflected the growing Cold War between communism and the West. It was based on an insidious attack by space aliens who, slyly, replaced the bodies and souls of us regular folk with identical “pod people”. The “pod people” were gestated beneath the floorboards of our own homes and greenhouses as we slept. Right under our own feet and noses so to speak! And so, we see today a growing number of Canadians, like Dianne, who wonder if Canadians have been replaced by hateful doppelgangers who regale in spewing “Islamophobic” and “white supremacist” speech. Canadian “pod people” who now need to be put under surveillance and control. How is it that such an open and friendly society could, almost overnight, become overrun with such terrible folk?

Invasion of the Body Snatchers (1956)

It was not very long ago, a matter of months actually, when Canada was cited as the best in the world when it came to “quality of life” and “social purpose”. This is certainly the country I recognize from my long experience with Canada and Canadians. I am reminded of the outpouring of good wishes and heartfelt concern that were sent to me and my military buddies as we conducted war operations against a tyrannical Saddam Hussein and his Republican Guard forces during the First Persian Gulf War in 1991. Canadians of all stripes wrote us by the thousands, so much so that we had to organize writing groups to respond to their kind thoughts. It was like the scene out of the film, “Miracle on 34th Street” that proved the existence of Santa Claus by virtue of the millions of children who recognized his authority. Likewise, the unconditional support of Canadians for their troops, engaged in combat on their behalf abroad, spoke to their magnanimity - their good-hearted nature and their thoughtfulness.

Miracle on 34th Street - letters to Santa

So what has happened? The “pod people” seem to be such a dire, hateful threat that our own Prime Minister, and his political sidekick in the form of the leader of the NDP Party, now believe it’s time to act to restrict the rights of these deplorable folk. What better way to do so than to curtail their ability to express their hateful thoughts and to punish any social media platform that would help them. And so we see the cajoled, manipulated and disingenuous advancement of Bill C-10 (Broadcast Act) as it sidesteps any attempt to analyse its suppression of “user content”. After all, we need to hurry if it is to become the law of the land before an impending election takes it off of the parliamentary “to do” list. But are the “pod people” a real Canadian phenomenon in need of a beatdown? Or is there something else going on here?

The need to deal with "pod people"

One man’s terrorist is another man’s freedom fighter


One wonders, could it be that Canadians have not been replaced by “pod people” but are simply being mischaracterized by the Prime Minister when he calls them “Islamophobes”? Are they similarly being unfairly slandered by the leader of the NDP when he says it is unsafe for “hijab-wearers” to walk the streets of the nation? Is it really fair for them to use the vehicular murder of a family of four Muslims in London, Ontario to make their case? And then twin that atrocity with the Quebec Mosque attack of January 2017 to generalize and claim that mass murder is being perpetrated against Muslims. It matters not that neither hate nor terror charges were ever raised in the Quebec-mosque case and it doesn’t matter that the London case has yet to be investigated fully, Canadians are Islamophobic and action needs to be taken to correct their related character faults.

Bad people need to be punished – no?

Mind you, it seems rather odd that Islamophobes can be recognized and pilloried so easily. One wonders how this can be the case when other equally horrid acts need to be considered carefully so that groups and ideologies do not suffer critical review. After all, it might very well be “mental illness” at play. Such was the case with the Danforth marauder in 2018 when he nonchalantly shot folks as he wandered through a Greek community in Toronto. His support group claimed “mental illness” even as trips to Pakistan and weapons and Carfentanil caches were left unexplained. Then there was the case of an Edmonton attack the year previous in which a Somali refugee attacked and stabbed a police officer before running over four citizens. He had an ISIS flag in his vehicle, which was not entered into evidence, and his Prosecutors refused to use the term “terrorism”. Why the disconnect? Why is the London act of violence immediately condemned while others are cloistered in excuses? Is one more socially acceptable than the other and worthy of differing treatment?

Danforth marauder on the prowl

The one phenomenon that seems to separate these various acts of violence is the concept of “Islamophobia”. Recall the term was first introduced to Canadians on the heels of the 2015 Liberal election win with the introduction of Motion M-103. The Motion was dedicated to eradicating a new-found Canadian proclivity to harbour “systemic racism and religious discrimination including Islamophobia”. The Canadian public was not supportive of the Motion with only 14% in favour as it went to a vote in March 2017. It seems the vast majority of citizens worried the ambiguous term, “Islamophobia”, would be used to shield the political component of Islam, as manifested in Sharia Law, from critical oversight in a free-speech society. One cannot help but wonder, are we seeing this government-sanctioned protection playing itself out on the streets of Edmonton, Toronto and London? Is the problem really about hateful “pod people” that have come to inhabit the land or is it all an orchestrated effort aimed at dividing Canadians and securing certain voting blocs?

Motion M-103 (Islamophobia) resistance

The irrepressible “Islamophobia”


Then as now, the lead-up to the parliamentary acceptance of the Motion M-103 (Islamophobia) initiative was justified on the basis of cherry-picked data. This data was used to create a “hasty generalization” based on the “law of small numbers”. In this fashion, year-over-year increases in hate crime instances against Muslims were put into percentage terms that seemed large until one realized that one was dealing with dozens of infractions within a total Muslim population that was over one million strong across the nation. As noted at the time by this author, “if we had one case one year and two the next we could say that we have seen a doubling of cases even though the gravity of the situation is stable or unremarkable”.

Hasty generalizations based on small numbers

This cherry-picked data was brought out in the Heritage Committee “study period” dedicated to vetting the charges made by M-103 against Canadians but was rebuffed by expert testimony. Indeed, Rebecca Kong, Chief, Policing Services Program, Canadian Centre for Justice Statistics, Statistics Canada, stated flatly that “the number of hate crimes was small and that a small number of increases or decreases either way could largely impact the percentages involved.” The Committee, however, saw fit to ignore her testimony along with that of other expert witnesses – many of whom were Muslims. These latter, authoritative accounts indicated that the term “Islamophobia” was being used by political Islamists and fundamentalists to further the cause of Islamic supremacy and Sharia compliance within Canada. These personalities included Tarek Fatah, C3RF founding member Raheel Raza and Farzana Hassan. The Committee would go on to submit a disputed majority report that absolutely sidelined the concerns of Canadians who worried that “Islamophobia” was a Trojan Horse for political Islam. All testimony given to the Committee is summarized in these pages on the C3RF web site.

Raheel Raza testifying at M-103 Heritage Committee meetings

Unfortunately, the feared politization envisaged by critics of the term “Islamophobia” can be seen to have come to pass in the events that followed the gruesome London vehicular attack. Politicians, and the Islamists referred to in M-103 testimony, came to the fore to take over a family’s grieving. Coffins were draped in Canadian flags and speeches aimed at disparaging the good people of Canada as “Islamophobic” were the order of the day. It was noted that Canada was so “Islamophobic” that a “National Day of Remembrance and Action Against Islamophobia” had just been commissioned on the fourth anniversary of the Quebec City-mosque attack. No mention was made of the fact that it had to be snuck through parliament with no public discourse. This, no doubt, was due to the fact that such discourse in the four years prior resulted in the initiative being shelvedas witnessed by C3RF’s own petition and letter writing campaigns. Now the call has gone up for the institution of a “National Action Summit on Islamophobia”. As politicians rush to embrace such an enterprise one begins to wonder, is the problem not that Canadians have been overtaken by “pod people”, but that their politicians have? Is it time to replace them with others capable of standing up to special interests and false narratives?

Strong politicians - where are they?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Protégez votre enfant contre les abus de vaccins - remplissez l'« Avis de responsabilité » ci-dessous


Pensez à signer la pétition gouvernementale contre la vaccination expérimentale des enfants!

L'invasion des profanateurs de sépultures (revisitée)


Le film « Invasion of the Body Snatchers » (L'invasion des profanateurs de sépultures), sorti en 1956, était considéré à l'époque comme une allégorie politique reflétant la guerre froide croissante entre le communisme et l'Occident.Il s'agissait d'une attaque insidieuse d'extraterrestres de l'espace qui, sournoisement, remplaçaient les corps et les âmes des gens ordinaires par des copies identiques sous forme de cosse (pod). Ces copies ou "pod people" étaient en gestation sous le plancher de nos maisons et de nos serres pendant que nous dormions.Juste sous nos pieds et notre nez pour ainsi dire!Et c'est ainsi que nous voyons aujourd'hui un nombre croissant de Canadiens, comme Dianne, qui se demandent si les Canadiens ont été remplacés par des sosies haineux qui se régalent à cracher des discours « islamophobes » et « suprématistes blancs ».Des "pod people" canadiens qui doivent maintenant être mis sous surveillance et sous contrôle. Comment se fait-il qu'une société aussi ouverte et amicale puisse, presque du jour au lendemain, être envahie par des gens aussi terribles?

L'invasion des profanateurs de sépultures (1956)

Il n'y a pas si longtemps, quelques mois en fait, le Canada était cité comme le meilleur pays au monde en matière de « qualité de vie » et de « objectifs sociaux ». C'est certainement le pays que je reconnais d'après ma longue expérience du Canada et des Canadiens. Je me souviens de l'avalanche de bons vœux et de préoccupations sincères qui nous ont été envoyés, à moi et à mes camarades militaires, alors que nous menions des opérations de guerre contre le tyrannique Saddam Hussein et ses forces de la Garde républicaine pendant la première guerre du Golfe persique en 1991. Des Canadiens de tous bords nous ont écrit par milliers, à tel point que nous avons dû organiser des groupes d'écriture pour répondre à leurs missives. C'était comme la scène du film "Miracle de la 34e rue" qui prouvait l'existence du Père Noël grâce aux millions d'enfants qui reconnaissaient son autorité. De même, le soutien inconditionnel des Canadiens à leurs troupes, engagées dans des combats en leur nom à l'étranger, témoignait de leur magnanimité - de leur nature bienveillante et de leur prévenance.

Miracle de la 34e rue : Lettres au Père Noël

Que s'est-il donc passé? Les « pod people » semblent être une menace si terrible et si haineuse que notre propre premier ministre, et son acolyte politique en la personne du chef du NPD, croient maintenant qu'il est temps d'agir pour restreindre les droits de ces gens déplorables. Quelle meilleure façon de le faire que de restreindre leur capacité à exprimer leurs pensées haineuses et de punir toute plateforme de médias sociaux qui leur viendrait en aide. C'est ainsi que le projet de loi C-10 (Loi sur la radiodiffusion) progresse de façon cajoleuse, manipulée et malhonnête en éludant toute tentative d'analyse de sa suppression du « contenu utilisateur ». Après tout, nous devons nous dépêcher si nous voulons que C-10 ne devienne la loi du pays avant qu'une élection imminente ne le retire de la liste des choses à faire par le Parlement. Mais les « pod people » sont-ils un véritable phénomène canadien qui a besoin d'être combattu? Ou bien y a-t-il quelque chose d'autre qui se passe ici?

On doit s'occuper des « pods »

Le terroriste des uns est pour les autres un combattant de la liberté


On peut se demander s'il se pourrait que les Canadiens n'aient pas été remplacés par des « pods », mais qu'ils soient tout simplement mal décrits par le premier ministre lorsqu'il les qualifie d' « islamophobes »? Sont-ils également injustement calomniés par le chef du NPD lorsqu'il dit qu'il n'est pas sécuritaire pour les « porteurs de hijab » de marcher dans les rues de la nation? Est-il vraiment juste pour eux d'utiliser le meurtre en voiture d'une famille de quatre musulmans à London, en Ontario, pour faire valoir leurs arguments? Puis de jumeler cette atrocité avec l'attaque de la mosquée de Québec en janvier 2017 pour généraliser et prétendre qu'un meurtre de masse est perpétré contre les musulmans. Peu importe que des accusations de haine ou de terrorisme n'aient jamais été portées dans l'affaire de la mosquée de Québec et peu importe que l'affaire de London n'ait pas encore fait l'objet d'une enquête complète, les Canadiens sont islamophobes et des mesures doivent être prises pour corriger leurs défauts de caractère.

Les mauvaises personnes doivent être punies, non?

Il semble toutefois assez étrange que les islamophobes puissent être reconnus et mis au pilori si facilement. On peut se demander comment cela peut être le cas alors que d'autres actes tout aussi horribles doivent être considérés avec attention afin que les groupes et les idéologies ne souffrent pas d'un examen critique. Après tout, il pourrait très bien s'agir d'une « maladie mentale ». C'est ce qui s'est passé avec le maraudeur de Danforth en 2018, lorsqu'il a nonchalamment tiré sur des gens alors qu'il se promenait dans un quartier grec de Toronto. Son groupe de soutien a invoqué la « maladie mentale » alors même que des voyages au Pakistan et des caches d'armes et de carfentanyl restaient inexpliqués. Puis il y a eu l'affaire de l'attentat d'Edmonton, l'année précédente, dans lequel un réfugié somalien a attaqué et poignardé un policier avant d'écraser quatre citoyens. Il avait un drapeau DAESH dans son véhicule, qui n'a pas été versé aux preuves, et les procureurs ont refusé d'utiliser le terme « terrorisme ». Pourquoi cette déconnexion? Pourquoi l'acte de violence de London est-il immédiatement condamné alors que les autres sont cachés dans des piles d'excuses? L'un est-il plus acceptable socialement que l'autre et mérite-t-il un traitement différent?

Le maraudeur Danforth à l'affût.

Le seul phénomène qui semble séparer ces divers actes de violence est le concept d' « islamophobie ». Rappelons que ce terme a été présenté pour la première fois aux Canadiens dans la foulée de la victoire électorale des libéraux en 2015, avec l'introduction de la motion M-103. Cette motion visait à éradiquer la nouvelle tendence des Canadiens à faire preuve de « racisme systémique et de discrimination religieuse, y compris l'islamophobie ». Le public canadien n'a pas soutenu la motion, avec seulement 14% d'opinions favorables lors du vote en mars 2017. Il semble que la grande majorité des citoyens craignaient que le terme ambigu d' « islamophobie » soit utilisé pour protéger la composante politique de l'islam, telle qu'elle se manifeste dans la charia, pour la protéger d'une surveillance critique dans une société de libre expression. On ne peut s'empêcher de se demander si cette protection sanctionnée par le gouvernement se manifeste dans les rues d'Edmonton, de Toronto et de London. Le problème est-il vraiment lié à la présence de « pods » haineux qui sont venus habiter le pays ou s'agit-il d'une manœuvre orchestrée pour diviser et sécuriser certains blocs électoraux?

Résistance à la motion M-103 (islamophobie)

L'irrépressible « islamophobie »


Hier comme aujourd'hui, la préparation de l'acceptation parlementaire de la motion M-103 (islamophobie) a été justifiée sur la base de données sélectionnées. Ces données ont été utilisées pour créer une « généralisation prématurée » basée sur la « loi des petits nombres », loi fausse évidemment. Ainsi, l'augmentation d'une année sur l'autre des crimes haineux contre les musulmans a été exprimée en pourcentages qui semblaient importants jusqu'à ce que l'on se rende compte qu'il s'agissait de quelques dizaines d'infractions pour une population musulmane totale de plus d'un million de personnes dans le pays. Comme l'a fait remarquer l'auteur à l'époque, « si nous avions un cas une année et deux l'année suivante, nous pourrions dire que nous avons assisté à un doublement des cas, même si la gravité de la situation est stable ou insignifiante ».

Généralisations prématurées basées sur de petits chiffres

Ces données tronquées ont été mises en évidence lors de la « période d'étude » du Comité du patrimoine consacrée à l'examen des accusations portées par M-103 contre les Canadiens, mais elles ont été rejetées par les témoignages d'experts. En effet, Rebecca Kong, chef, Programme des services correctionnels, Centre canadien de la statistique juridique, a déclaré sans ambages que « le nombre de crimes haineux était faible et qu'un petit nombre d'augmentations ou de diminutions dans un sens ou dans l'autre pouvait avoir une grande incidence sur les pourcentages en cause ». Le Comité a toutefois jugé bon d'ignorer son témoignage ainsi que celui d'autres témoins experts - dont beaucoup étaient musulmans. Ces derniers, qui font autorité, ont indiqué que le terme « islamophobie » était utilisé par les islamistes politiques et les intégristes pour faire avancer la cause de la suprématie islamique et du respect de la charia au Canada. Ces personnalités comprenaient Tarek Fatah, Raheel Raza, membre fondateur du C3RF, et Farzana Hassan. Le Comité allait ensuite soumettre un rapport majoritaire contesté qui écartait absolument les préoccupations des Canadiens qui craignaient que l' « islamophobie » ne soit un cheval de Troie pour l'islam politique. Tous les témoignages donnés au Comité sont résumés dans ces pages sur le site web du C3RF.

Raheel Raza témoignant lors des réunions du comité du patrimoine M-103

Malheureusement, la politisation envisagée par les détracteurs du terme « islamophobie » s'est concrétisée dans les événements qui ont suivi l'effroyable attentat au véhicule de London. Les politiciens, ainsi que les islamistes mentionnés dans le témoignage de M-103, se sont manifestés pour prendre le dessus sur le deuil d'une famille. Les cercueils ont été drapés de drapeaux canadiens et les discours visant à dénigrer le peuple du Canada en le qualifiant d' « islamophobe » étaient à l'ordre du jour. Il a été noté que le Canada était tellement « islamophobe » qu'une « Journée nationale de commémoration et d'action contre l'islamophobie » venait d'être instituée à l'occasion du quatrième anniversaire de l'attaque de la mosquée de Québec. Aucune mention n'a été faite du fait que cette journée a dû être adoptée en catimini par le Parlement, sans aucun discours public. Cela était sans doute dû au fait qu'un tel discours au cours des quatre années précédentes avait abouti à l'abandon de l'initiative - comme en témoignent les campagnes de pétition et d'envoi de lettres du C3RF. Aujourd'hui, l'appel a été lancé pour l'institution d'un « Sommet d'action national sur l'islamophobie ». Alors que les politiciens s'empressent d'embrasser une telle entreprise, on commence à se demander si le problème n'est pas que les Canadiens ont été dépassés par les « pods », mais que leurs politiciens l'ont été? Est-il temps de les remplacer par d'autres capables de s'opposer aux intérêts spéciaux et aux faux récits?

Les hommes politiques forts - où sont-ils?

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts