C3RF Update, 18 Nov 2022 – The light of day


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas

 

Back to darkness


There is nothing concealed that will not be disclosed, or hidden that will not be made known. What you have said in the dark will be heard in the daylight, and what you have whispered in the ear in the inner rooms will be proclaimed from the roofs. Luke 12: 2-3


It must be the autumn season as, right on schedule, we are told to be afraid and mask up to save ourselves and our loved ones from the Wuhan virus. The whole process has become well established over the course of almost three years now and one is left with the inescapable conclusion that season, not masking or vaccines, is the critical factor in the onset or ebbing of the virus. This rather obvious relationship, however, cannot be entertained without risking one’s reputation or even one’s career and standing in the emerging world order. It’s more masking, vaccines and other control mechanisms that will get us through this looming crisis even though they have never worked in the past. We must allow ourselves to slip back into isolation and darkness – for our own good and the good of the public-writ-large.

Is slipping back into Wuhan virus isolation and darkness the only way?

It matters not that our political and public health “experts” have yet to substantiate the need for masking in the face of any virus. Indeed, much more authoritative data and medical science is indicating just the opposite. Take for example the most comprehensive of research efforts carried out by Denmark early in the crisis in 2020. This effort, based on a sample population numbering in the thousands, found no conclusive evidence that mask wearing provided the wearer with protection against becoming infected with the virus. This finding has been reinforced by more recent studies, along with the CDC’s own data, that confirm that “masks don’t work” even as they incur “profoundly adverse effects on human interaction and quality of life”. Combined with vaccines that are now known not to stop infection or spread of the Wuhan virus, it appears that we are not only slipping back into darkness but are doing so for no good reason at all.

More masking and vaccines that don't work are what we need? Again?

The slide back into darkness is also remarkable for the money that is allowed to flow in support of the related draconian measures. Witness, for example, the $381 billion deficit rung up in fiscal year 2020-21 to keep people away from work and on the public dole – not to mention its contribution to the rampant inflation that now plagues your purchasing power! Even now we are seeing the squandering of what must be at least hundreds of millions of dollars as truckloads of Wuhan virus vaccines are flushed down the toilet due to lack of demand. Much more concerning, however, is the use of money to cajole provinces into standing up digital ID programs that will become the gateway between citizens and their health care systems. Witness the fact that the participation of all provinces and territories in a “Pan-Canadian Health Data Strategy” has become a sticking point in the augmentation of Canadian Health Transfers (CHT) from 25 to 35%. The strategy seeks to situate each Canadian citizen in a health care system that is standardized across the land. That being the case, unvaccinated citizens like Annette Lewis from Alberta would not just be disallowed from having a life-saving organ transplant in her home province, she would be disqualified from having one anywhere in Canada!

Annette Lewis - no experimental vaccine, no organ transplant
 

An emerging dawn


Then shall thy light break forth as the morning, and thine health shall spring forth speedily. Isaiah 58:8


The Pan-Canadian Health Data Strategy calls for your health data to be readily accessible and “interoperable” across the country. More than this, however, is its emphasis on the need to see this data flow across global borders as it seeks to take advantage of “international best practices”. One wonders, will new, related health cards pick up where vaccine passports left off to enable a global and digitized ID system? Will your health choices be rewarded or punished by this same system anywhere in the world as was the case with Annette Lewis in Alberta? The question is anything but “moot” given the similarly frantic efforts being deployed by our federal government to strait-jacket us with digitized travel documents in the form of a “Known Traveler Digital ID” program or KTDI. This program, envisaged and coordinated by the World Economic Forum (WEF) would incorporate one’s vaccine status and would feature a data base common to a consortium of countries (Canada and the Netherlands initially), airlines (Air Canada and KLM) and airports (Schiphol, Toronto and Montreal airport authorities). It would seem that our ruling class is in the midst of a full court press to, in one way or another, turn us into easy-to-control numbers. As an aside and as noted in the French translation below, it is interesting to note that the Government of Canada’s French term for KTDI is “identité numérique de voyageur digne de confiance”. Is the government being more honest with French-Canadians by describing the program as one that is for “trustworthy” travelers?

If not a Pan-Canadian Health Data strategy, then a Known Traveler Digital ID program for Canadians?

The fact that the federal government is frantic to bring digital ID systems on board is demonstrated by the propaganda being pumped out by newly formed agencies purpose-built for such a task. The Digital ID and Authentication Council of Canada (DIACC) is one such organization which, as early as 2020 and in the midst of the Wuhan virus crisis, began telling us how popular such programs were with the Canadian public. DIACC is working hand-in-hand with the public sector to create one “Pan Canadian Trust Framework” and noted, in 2020, how the vast majority of Canadians were more than happy to hand over privacy to gain convenience in their dealings with both public and private services through a digital ID system. It seems, however, that this faith has quickly waned given ensuing counterarguments that highlight the potential for such a system to morph into a Chinese Communist Party-style “social credit system” – a system capable of controlling all aspects of the lives of Johnny and Janie Canuck.

Is Canada hell bent on acquiring a social credit system for Johnny and Janie Canuck?

The growing Canadian public’s disaffection with digital ID systems is now manifesting itself in places like Saskatchewan where related programs have been put on hold. This emerging discontent is being registered in the province’s legislature as representatives ask the government about privacy protections and even “who the government is working with to implement an actual mass digital ID system that will link all of our personal information to one source”. Such questions are being raised by the likes of the MLA for Saskatchewan Rivers, Nadine Wilson, and speak to a growing unease and lack of trust in government intentions when it comes to safeguarding the “fundamental” Charter rights of individual Canadian citizens. But then again, who can blame them given a regime track record that includes an obsession with shutting down such rights with obviously ineffectual and draconian Wuhan virus pandemic measures – measures that go on and on with no justification ever proffered in their support? It would appear that the darkness associated with such freedom-crushing initiatives is being displaced by a new dawn.

Is a new dawn emerging as Canadians demand answers to their questions?
 

The light of Day


No man, when he hath lighted a candle, putteth it in a secret place, neither under a bushel, but on a candlestick, that they which come in may see the light. Luke 11:33


Nadine Wilson is not just asking questions about provincial digital ID systems, she is downright heretical with her insistence on commissioning an investigation into Wuhan virus vaccine deaths. She has called emphatically for “the government to open an independent public inquiry into all aspects of how COVID-19 was handled in this province” and refuses to believe claims that the province has suffered no related fatalities. How could this be, she states, as the Saskatchewan Health Authority’s (SHA) own data indicates “there are seven related deaths” including a woman who died minutes after an injection in a Saskatoon pharmacy? Ms. Rivers is not alone in wondering whether or not governments are hiding information. Newly minted Alberta Premier, Danielle Smith, threw the cat amongst the pigeons when she moved to secure alternative views on Wuhan virus pandemic measures and even expressed an interest in listening to the noted critic, Dr. Paul Alexander. Pearl-clutching champions of the lockdown movement went into overdrive demanding she rescind such invitations and, in doing so, confirmed that seeking other opinions in the search for truth will not see the light of day in Alberta.

Saskatchewan MLA Nadine Wilson raises heretical questions in the legislature

The light of day, however, is becoming increasingly hard to ignore as ream after ream of medical data arrives on Canadian shores from afar. Take, for example, disturbing “excess mortality” and vaccine safety discussions currently being entertained by the British Parliament. A sampling of these deliberations, in a video introduced by Dr. John Campbell, reveals calls for the investigation of rising cardiovascular complications and non-covid excess mortality rates that are exploding in seeming lockstep with the rollout of Wuhan virus vaccines. The prospect of vaccine injury becomes particularly disturbing when one considers data that speaks to accelerating rates of myocarditis among younger populations that, otherwise, are not particularly impacted by being infected by the virus itself. These populations include children and those that fly us in commercial airliners around the world as, more and more, we see instances of pilot incapacitation that are beginning to worry the public. Perhaps it’s time for air regulators to bring truth into the light of day and explain why pilots have been coerced into taking the Wuhan virus jab – particularly when such unapproved products are not allowed into the bloodstreams of pilots by virtue of their own national licensing regulations.

Dr. John Campbell shedding light on medical data that can’t be found in Canada

It is noteworthy that the whole process of dragging the truth into the light of day is normally the bailiwick of our journalist class. Finding such in Canada these days is a bit of a challenge but not impossible. Take for instance the case of Barbara Kay and her son, Jon, who fought back in the courts against charges of libel levelled by the Canadian Anti-Hate Network (CAHN). The charges were laid by CAHN board member, Richard Warman, who alleged that his organization had been libelled by reportage that linked it to Antifa and its alleged violent activities. The judge in the case dismissed the charges noting that “CAHN did in fact assist Antifa and that the movement has been violent”. It is astonishing to note that, in fighting the case and allowing the truth to shine through, the Kays also focussed attention on the Government of Canada’s “Anti-Racism Action Program” – a program that funded not only CAHN but Canadian Heritage and the consulting services of alleged anti-Semite, Laith Marouf. Would that other journalists took the time and energy to bring the light of day to suspect government operations and narratives.


Barbara Kay and son Jon, fearless Canadian journalists

 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Retour à la grande noirceur


Il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. C'est pourquoi tout ce que vous aurez dit dans les ténèbres sera entendu dans la lumière, et ce que vous aurez dit à l'oreille dans les chambres sera prêché sur les toits. Luc 12: 2-3 (Louis Segond, 1910)


Ce doit être l'automne car, comme prévu, on nous dit d'avoir peur et de porter un masque pour nous protéger, nous et nos proches, du virus de Wuhan. Le processus est bien établi depuis près de trois ans maintenant et l'on en arrive à la conclusion inéluctable que c'est la saison, et non le port du masque ou les vaccins, qui est le facteur déterminant dans l'apparition ou le déclin du virus. Cette relation plutôt évidente ne peut toutefois pas être évoquée sans risquer sa réputation, voire sa carrière et son statut dans l'ordre mondial nouveau. Ce sont davantage les masques, les vaccins et autres mécanismes de contrôle qui nous permettront de traverser cette crise imminente, même s'ils n'ont jamais fonctionné dans le passé. Nous devons nous permettre de retomber dans l'isolement et l'obscurité - pour notre propre bien et celui du grand public.

Retrouver l'isolement et l'obscurité du virus de Wuhan est-il la seule solution?

Peu importe que nos « experts » politiques et de santé publique n'aient pas encore prouvé la nécessité de se masquer face à un quelconque virus. En effet, des données bien plus fiables et la science médicale indiquent exactement le contraire. Prenons par exemple les recherches les plus complètes menées par le Danemark au début de la crise de 2020. Cet effort, basé sur un échantillon de population de plusieurs milliers de personnes, n'a trouvé aucune preuve concluante que le port du masque protégeait le porteur contre l'infection par le virus. Cette conclusion a été renforcée par des études plus récentes, ainsi que par les propres données du CDC, qui confirment que « les masques ne fonctionnent pas » alors qu'ils ont « des effets profondément négatifs sur l'interaction humaine et la qualité de vie ». Si l'on ajoute à cela des vaccins dont on sait désormais qu'ils n'empêchent pas l'infection ou la propagation du virus de Wuhan, il apparaît que nous sommes non seulement en train de retomber dans l'obscurité, mais que nous le faisons sans aucune raison valable.

Plus de masques et de vaccins qui ne fonctionnent pas, c'est ce dont nous avons besoin? Encore?

Le retour à la noirceur est également remarquable pour l'argent qui est autorisé à l'appui des mesures draconiennes connexes. Il suffit de penser, par exemple, au déficit de 381 milliards de dollars accumulé au cours de l'année fiscale 2020-21 pour maintenir les gens au chômage au frais de la Reine (ou du Roi!). Aujourd'hui encore, nous assistons à la dilapidation de ce qui doit être au moins des centaines de millions de dollars, alors que des camions remplis de vaccins contre le virus de Wuhan sont jetés dans les toilettes en raison de l'absence de demande. Ce qui est beaucoup plus inquiétant, cependant, c'est l'utilisation de l'argent pour cajoler les provinces afin qu'elles mettent en place des programmes d'identification numérique qui deviendront la passerelle entre les citoyens et leurs systèmes de soins de santé. Il suffit de penser que la participation de l'ensemble des provinces et des territoires à une « stratégie pancanadienne en matière de données sur la santé » est devenue un point de friction dans l'augmentation des transferts canadiens en matière de santé (TCS) de 25 à 35 %. Cette stratégie vise à inscrire chaque citoyen canadien dans un système de soins de santé normalisé à l'échelle du pays. Si tel était le cas, des citoyens non vaccinés comme Annette Lewis, de l'Alberta, ne seraient pas seulement privés d'une transplantation d'organe vitale dans leur province, mais aussi partout au Canada!

Annette Lewis - pas de vaccin expérimental, pas de transplantation d'organe
 

Une aurore naissante


Alors ta lumière poindra comme l'aurore, Et ta guérison germera promptement; Ta justice marchera devant toi, Et la gloire de l'Eternel t'accompagnera. Ésaïe 58:8 (Louis Segond, 1910)


La stratégie pancanadienne en matière de données sur la santé prévoit que vos données sur la santé soient facilement accessibles et « utilisables » dans tout le pays. Plus encore, cependant, elle met l'accent sur la nécessité de voir ces données circuler au-delà des frontières nationales, car elle cherche à tirer parti des « meilleures pratiques mondiales ». On peut se demander si les nouvelles cartes de santé reprendront le flambeau des passeports vaccinaux pour permettre la mise en place d'un système d'identification mondial et numérisé. Vos choix en matière de santé seront-ils récompensés ou sanctionnés par ce même système partout dans le monde, comme ce fut le cas pour Annette Lewis en Alberta? La question est loin d'être « discutable » étant donné les efforts tout aussi frénétiques déployés par notre gouvernement fédéral pour nous enfermer dans des documents de voyage numérisés sous la forme d'un programme « Known Traveller Digital Identity » (identité numérique de voyageur digne de confiance*) ou KTDI. Ce programme, envisagé et coordonné par le Forum économique mondial (WEF), intégrerait le statut vaccinal d'une personne et comporterait une base de données commune à un consortium de pays (le Canada et les Pays-Bas dans un premier temps), de compagnies aériennes (Air Canada et KLM) et d'aéroports (les autorités aéroportuaires de Schiphol, Toronto et Montréal). Il semblerait que notre classe dirigeante soit en train de faire pression pour que, d'une manière ou d'une autre, nous devenions des numéros faciles à contrôler.

Si ce n'est pas une stratégie pancanadienne en matière de données sur la santé, alors un programme d'identification numérique des voyageurs digne de confiance pour les Canadiens?

Le fait que le gouvernement fédéral s'empresse de mettre en place des systèmes d'identification numérique est démontré par la propagande diffusée par des organismes nouvellement créés à cet effet. Le Conseil d'authentification et d'identification numérique du Canada (DIACC) est l'un de ces organismes qui, dès 2020 et en pleine crise du virus Wuhan, a commencé à nous dire à quel point ces programmes étaient populaires auprès du public canadien. La DIACC travaille de concert avec le secteur public pour créer un « cadre de confiance pancanadien » et a constaté, en 2020, que la grande majorité des Canadiens étaient plus qu'heureux de renoncer à leur vie privée pour faciliter leurs relations avec les services publics et privés grâce à un système d'identification numérique. Il semble toutefois que cette confiance se soit rapidement émoussée en raison des contre-arguments qui ont suivi et qui mettent en évidence le risque qu'un tel système se transforme en un « système de crédit social » à la manière du Parti communiste chinois - un système capable de contrôler tous les aspects de la vie des citoyens.

Le Canada est-il déterminé à se doter d'un système de crédit social pour les Canadiens?

La désaffection croissante du public canadien à l'égard des systèmes d'identification numérique se manifeste maintenant dans des endroits comme la Saskatchewan, où les programmes en la matière ont été mis en veilleuse. Ce mécontentement naissant est enregistré à l'assemblée législative de la province, où des représentants interrogent le gouvernement sur les mesures de protection de la vie privée et même sur « les personnes avec lesquelles le gouvernement travaille pour mettre en œuvre un véritable système d'identification numérique de masse qui reliera toutes nos informations personnelles à une seule source ». Ces questions sont soulevées par des personnes comme Nadine Wilson, députée de Saskatchewan Rivers, et témoignent d'un malaise croissant et d'un manque de confiance dans les intentions du gouvernement lorsqu'il s'agit de protéger les droits " fondamentaux " des citoyens canadiens garantis par la Charte. Mais encore une fois, qui peut les blâmer compte tenu des antécédents du régime, qui est obsédé par l'élimination de ces droits au moyen de mesures draconiennes et manifestement inefficaces contre la pandémie du virus Wuhan - des mesures qui s'éternisent sans qu'aucune justification ne soit jamais avancée à leur appui? Il semblerait que l'obscurité associée à ces initiatives liberticides soit en train d'être remplacée.

Une nouvelle aube se dessine-t-elle alors que les Canadiens exigent des réponses à leurs questions?
 

La lumière du Jour


Personne n'allume une lampe pour la mettre dans un lieu caché ou sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière. Luc 11:33 (Louis Segond,1910)


Nadine Wilson ne se contente pas de poser des questions sur les systèmes provinciaux d'identification numérique, elle est carrément hérétique avec son insistance à commander une enquête sur les décès dus au vaccin contre le virus de Wuhan. Elle a demandé avec insistance que « le gouvernement ouvre une enquête publique indépendante sur tous les aspects de la gestion du COVID-19 dans cette province » et refuse de croire les affirmations selon lesquelles la province n'a connu aucun décès lié au programme. Comment est-ce possible, déclare-t-elle, alors que les propres données de la Saskatchewan Health Authority (SHA) indiquent « sept décès liés au COVID-19 », dont celui d'une femme décédée quelques minutes après une injection dans une pharmacie de Saskatoon? Mme Rivers n'est pas la seule à se demander si les gouvernements cachent ou non des informations. La toute nouvelle première ministre de l'Alberta, Danielle Smith, a jeté un pavé dans la mare lorsqu'elle a cherché à obtenir d'autres points de vue sur les mesures à prendre en cas de pandémie du virus de Wuhan et s'est même montrée intéressée à écouter le célèbre critique, le Dr Paul Alexander. Les champions du mouvement de confinement se sont déchaînés pour exiger qu'elle annule ces invitations et, ce faisant, ont confirmé que la recherche d'autres opinions dans la quête de la vérité ne verra pas la lumière du jour en Alberta.

La députée de la Saskatchewan Nadine Wilson soulève des questions hérétiques à l'assemblée législative

Cependant, il est de plus en plus difficile d'ignorer la lumière du jour, car des rames de données médicales arrivent de loin sur les côtes canadiennes. Prenez, par exemple, les discussions troublantes sur la « surmortalité » et la sécurité des vaccins qui se déroulent actuellement au Parlement britannique. Un échantillon de ces délibérations, dans un vidéo présenté par le Dr John Campbell, révèle des appels à l'enquête sur l'augmentation des complications cardiovasculaires et des taux de mortalité excédentaire non covidienne qui explosent au même rythme que le déploiement des vaccins du virus Wuhan. La perspective d'une blessure vaccinale devient particulièrement inquiétante si l'on considère les données qui font état d'une accélération des taux de myocardite parmi des populations plus jeunes qui, par ailleurs, ne sont pas particulièrement touchées par l'infection par le virus lui-même. Ces populations comprennent des enfants et ceux qui nous transportent dans les avions de ligne du monde entier, alors que nous voyons de plus en plus de cas d'incapacité des pilotes qui commencent à inquiéter le public. Il est peut-être temps que les régulateurs aériens fassent éclater la vérité au grand jour et expliquent pourquoi les pilotes ont été contraints de prendre le vaccin contre le virus de Wuhan, d'autant plus que de tels produits non approuvés ne sont pas autorisés à pénétrer dans le sang des pilotes en vertu des réglementations nationales relatives aux licences de pilotage.

Le Dr John Campbell fait la lumière sur des données médicales introuvables au Canada

Il convient de noter que l'ensemble du processus consistant à faire éclater la vérité au grand jour est normalement l'apanage de notre classe de journalistes. Trouver de tels journalistes au Canada de nos jours est un peu difficile, mais pas impossible. Prenons par exemple le cas de Barbara Kay et de son fils, Jon, qui se sont défendus devant les tribunaux contre les accusations de diffamation portées par le Canadian Anti-Hate Network (CAHN). Les accusations ont été portées par Richard Warman, membre du conseil d'administration du CAHN, qui prétendait que son organisation avait été diffamée par un reportage qui l'associait à Antifa et à ses prétendues activités violentes. Le juge a rejeté les accusations en faisant remarquer que « le CAHN a en fait aidé Antifa et que le mouvement a été violent ». Il est étonnant de constater que, en combattant l'affaire et en permettant à la vérité d'éclater, les Kay ont également attiré l'attention sur le « Programme d'action contre le racisme » du gouvernement du Canada - un programme qui a financé non seulement le CAHN, mais aussi Patrimoine canadien et les services de consultation du présumé antisémite Laith Marouf. J'aimerais que d'autres journalistes prennent le temps et l'énergie de faire la lumière sur les opérations et les récits suspects du gouvernement.

Barbara Kay et son fils Jon, journalistes canadiens intrépides

 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT