C3RF Update, 19 Nov 2021 – Medical fascism


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! November is C3RF membership drive month


Time flies and its once again time to consider expanding on C3RF’s considerable membership rolls (approaching some 40,000 now). Given that November is C3RF membership drive month, please consider talking to five friends about joining C3RF.

On the frontline


In a day and age where “micro-aggressions” are a social abhorrence, one must wonder if Jordan Peterson went too far in using the term “medical fascism” to describe the locking down of Western civilization. Surely such a derisive term is beyond the pale when one considers the risks presented by an unconstrained Wuhan virus, or is it? What if the lockdown strategy created more problems than it solved and what if the concept of “zero Covid”, through a push for “vaccine immunity”, was an unachievable dud from the start? If this all proved to be true, would we not be pinning our hopes on a set of false narratives that had nothing to do with objective reality? And would not the maintenance of such a corpus of lies require the efforts of a fascist state replete with a “centralized autocratic government headed by a dictatorial leader, severe economic and social regimentation, and forcible suppression of opposition”?

Jordan Peterson - are we living with "medical fascism"?

The answer to these questions might best be revealed in the real world that Canadians live in, the world that doesn’t receive all that much attention from our “watchdog of democracy” otherwise known as the main stream media. A “real” case in point can be found in the experiences of Dr. Patrick Phillips, a frontline doctor from Northern Ontario. I had the good fortune of interviewing this young doctor from Englehart, Ontario regards his dealings with the Wuhan virus and the measures being deployed to defuse it. He noted that his small town had very few instances of the contagion but had many residents who were smitten with unusual maladies, such as strokes (2), extreme vertigo and unexplained vehicle accidents, subsequent to vaccination. Could it be that the “severe economic and social regimentation” forced by Wuhan virus emergency measures were not worth the benefits derived from them?

Dr. Patrick Phillips – courageous GP from Englehart, Ontario

Dr. Phillips spoke out against lockdown measures and mandated vaccines after noting the outsized damage they were inflicting on his community. He even went so far as to recommend and prescribe ivermectin for those afflicted by the virus. For this and other deviations from the Wuhan virus narrative, he was reported on and censured by a combination of public health, hospital, pharmacy and medical associations. As it stands now, he is being investigated by the College of Physicians and Surgeons of Ontario (CPSO) for his “disgraceful, dishonourable or unprofessional conduct”. Conduct that, apparently, is evidenced by his offering of considered medical opinions based on best practices observed in other jurisdictions. Could it not be said that he is the butt of “forceful suppression of opposition”?

The College of Physicians and Surgeons of Ontario - doctor/ patient interloper?

In the medical classroom


If the frontline experiences of Dr. Phillips are indicative of “medical fascism”, what are we to make of the happenings in classrooms where such doctors are produced? One example that can be used to illustrate the state of education within our medical system is that of Dr. Byram Bridle. Dr. Bridle is a well-established expert in the field of virology and immunology and has busied himself with related, ground-breaking research at the University of Guelph for the past decade plus. In his case, the good doctor had the temerity to petition Japanese research sources for bio-distribution data that detailed where the “spike proteins” produced by Wuhan virus vaccines end up in the human body. He opened Pandora’s box when he noted that, unlike promised distribution dynamics, the vaccines traveled beyond the intra-muscular injection site to permeate the whole body.

Dr. Byram Bridle - accomplished vaccine researcher and critic

Dr. Bridle, being the principled researcher that he is, brought the vaccine distribution issue forward to the public and was immediately and roundly pilloried by both the medical and educational establishments. In a related letter to his University of Guelph employer, he noted that their vaccine mandate was inappropriate and didn’t allow for the scientific fact that those with “natural immunity” were being discriminated against unnecessarily as they did not present a threat of infection to others. He also noted that the harassment he had suffered at the hands of his work colleagues was unhindered and, therefore, tacitly supported by the University. Pilloried and discriminated against, the good doctor continued to warn that the fully vaccinated are just as capable of spreading the virus as the unvaccinated thereby making vaccine mandates an exercise in futility.

Dr. Charles Hoffe reported on vaccine adverse effects

Unfortunately, Drs. Phillips and Bridle are not unique when it comes to the quashing of their expert opinions, observations and research in the medical and educational communities respectively. We also have Dr. Charles Hoffe from Lytton, British Columbia and Dr. Francis Christian, formerly of the University of Saskatchewan. Dr. Hoffe augmented his general practice with Emergency Room duties and reported on multiple adverse effects after his patients received Moderna inoculations. He was censured for creating “vaccine hesitancy” and lost half of his income as a result. Dr. Christian was a Professor of Surgery at the University of Saskatchewan and was both suspended from this position and removed from key roles in related offices. His crime was to criticize pandemic measures and the notion that vaccines alone were capable of eradicating it. Once again with Drs. Hoffe and Christian, we see severe social regimentation within their areas of responsibility and forceful suppression of their considered opinions.

Dr. Francis Christian criticized pandemic measures

Cause and effect


If Jordan Peterson is correct in inferring that our public health and medical systems are exhibiting “fascist” tendencies, one might wonder just how this dire situation came to be. Are these systems, and the authorities that control them, really responsible for the wholesale lifting of our civil liberties so that draconian lockdown strategies could be implemented? Assigning cause in this fashion seems to be more than a bit of a stretch given the centuries-old history of epidemiology and the reverence that public health and medical systems have afforded the knowledge derived from it – at least up until the advent of the Wuhan virus in 2020.

Fascism and freedom are like oil and water?

Prior to 2020 the science of epidemiology was quite clear in recommending measures that prioritized the use of therapeutics and information campaigns to blunt disease and runaway fear respectively. This tested and proven approach resulted in success in dealing with the HIV/ AIDS scare of the 80’s and 90’s and gave us the WHO Pandemic Planning Guidelines of 2019guidelines that rebuked shutdowns and mobility restrictions. Would it not be counter-intuitive to assert that public health and medical agencies were responsible for reversing themselves and tossing these Guidelines aside? If we can’t point a finger at public health and medical agencies for implementing novel and untested lockdown strategies, perhaps we need to look further afield to other domains.

WHO Pandemic Planning Guidelines of 2019 tossed aside?

In doing so it is interesting to note that the Western nations most invested in related draconian measures, including Latvia and Austria that are now restricting the unvaccinated to house arrest, see the Wuhan virus experience as a pretext for justifying the UN Agenda 2030 climate change and “build back better” initiatives. Indeed, in the Canadian context we see multiple, high-level references to “re-imagining” and “resetting” the economy in line with lessons learned from our despotic reactions to the Wuhan virus. Reactions, by the way, that are meeting with stiff resistance by the last, living First Minister associated with the patriation of the Constitution and its embedded Charter, The Honourable Brian Peckford. Indeed, he is now being ably assisted by the “Lawyers Stand Up” group that is organizing support for his call to bring the Charter to bear on the Wuhan virus crisis. A call that our current crop of political leaders is loathe to honour.

Brian Peckford - the last living architect of the Charter

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Note! Novembre est le mois de la campagne d'adhésion à C3RF


Le temps passe vite et il est à nouveau temps d'envisager d'augmenter le nombre considérable de membres de C3RF (qui avoisine maintenant les 40 000). Étant donné que novembre est le mois de la campagne d'adhésion à C3RF, veuillez envisager de parler à cinq amis de l'adhésion à C3RF.

En première ligne


À une époque où les « micro-agressions » sont une horreur sociale, on peut se demander si Jordan Peterson n'est pas allé trop loin en utilisant le terme « fascisme médical » pour décrire le confinement de la civilisation occidentale. Un terme aussi dérisoire n'est certainement pas acceptable si l'on considère les risques présentés par un virus Wuhan non maîtrisé, ou bien l'est-il ? Et si la stratégie de confinement créait plus de problèmes qu'elle n'en résolvait et si le concept de « zéro Covid », par le biais de l' « immunité vaccinale", était un irréalisable dès le départ? Si tout cela s'avérait vrai, serions-nous entrain de placer nos espoirs dans un ensemble de faux récits qui n'ont rien à voir avec la réalité objective? Et l'entretien d'un tel corpus de mensonges ne nécessiterait-il pas les efforts d'un État fasciste doté d'un « gouvernement autocratique centralisé dirigé par un chef dictatorial, d'une régimentation économique et sociale sévère et d'une suppression forcée de l'opposition »?

Jordan Peterson - vivons-nous dans un « fascisme médical »?

La réponse à ces questions est révélée dans le monde réel dans lequel vivent les Canadiens, un monde qui ne reçoit pas beaucoup d'attention de la part de nos « cerbères de la démocratie », autrement dit les médias publiques. L'expérience du Dr Patrick Phillips, un médecin de première ligne du nord de l'Ontario, en est un exemple « réel ». J'ai eu la chance d'interviewer ce jeune médecin d'Englehart, en Ontario, au sujet de ses rapports avec le virus de Wuhan et des mesures déployées pour le désamorcer. Il a remarquer que sa petite ville n'a connu que très peu de cas de contagion, mais que de nombreux habitants ont été frappés de maladies inhabituelles, telles que des accidents vasculaires cérébraux (2), des vertiges extrêmes et des accidents de voiture inexpliqués, après avoir été vaccinés. Se pourrait-il que la « sévère régimentation économique et sociale » imposée par les mesures d'urgence contre le virus de Wuhan ne valait pas les avantages qui en découlaient?

Le Dr Patrick Phillips - médecin généraliste courageux d'Englehart (Ontario)

Le Dr Phillips s'est prononcé contre les mesures de confinement et les vaccins obligatoires après avoir constaté les dégâts considérables qu'ils infligeaient à sa communauté. Il est même allé jusqu'à recommander et prescrire de l'ivermectine aux personnes touchées par le virus. Pour cela et pour d'autres écarts par rapport au récit officiel, il a fait l'objet de rapports et a été censuré par une combinaison d'associations de santé publique, d'hôpitaux, de pharmacies et de médecins. À l'heure actuelle, il fait l'objet d'une enquête de l'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario (OMPO) pour sa « conduite honteuse, déshonorante et non professionnelle ». Une conduite qui, apparemment, est attestée par des avis médicaux réfléchis fondés sur les meilleures pratiques observées dans d'autres juridictions. Ne pourrait-on pas dire qu'il est l'objet d'une « suppression énergique de l'opposition »?

L'Ordre des médecins et chirurgiens de l'Ontario - médecin/patient intrus?

Dans la salle de classe de médecine


Si les expériences du Dr Phillips sont révélatrices du « fascisme médical », que devons-nous penser de ce qui se passe dans les classes où de tels médecins sont formés? Un exemple qui peut être utilisé pour illustrer l'état de l'éducation dans notre système médical est celui du Dr Byram Bridle. Le Dr Bridle est un expert bien établi dans le domaine de la virologie et de l'immunologie et il s'est consacré à des recherches novatrices à l'Université de Guelph au cours des dix dernières années. Dans son cas, le docteur a eu la témérité de demander à des sources de recherche japonaises des données de biodistribution détaillant où les « protéines de pointe » produites par les vaccins du virus Wuhan se retrouvent dans le corps humain. Il a ouvert la boîte de Pandore en constatant que, contrairement à la dynamique de distribution prévue, les vaccins dépassaient le site d'injection intramusculaire pour imprégner l'ensemble du corps.

Dr Byram Bridle - chercheur et critique accompli en matière de vaccins

Le Dr Bridle, en chercheur de principe qu'il est, a soulevé la question de la distribution des vaccins auprès du public et a été immédiatement et vertement mis au pilori par les établissements médicaux et d'enseignement. Dans une lettre adressée à son employeur de l'Université de Guelph, il a fait remarquer que le mandat de vaccination était inapproprié et qu'il ne tenait pas compte du fait scientifique que les personnes ayant une « immunité naturelle » faisaient l'objet d'une discrimination inutile puisqu'elles ne représentaient pas une menace particulière d'infection pour les autres. Il a également fait remarquer que le harcèlement qu'il avait subi de la part de ses collègues de travail n'était pas freiné et était donc tacitement soutenu par l'université. Pillorisé et discriminé, le docteur Bridle a continué à mentionner que les personnes entièrement vaccinées sont tout aussi capables que les personnes non vaccinées de propager le virus, ce qui fait des mandats de vaccination un exercice futile.

Le Dr Charles Hoffe a fait un rapport sur les effets indésirables des vaccins

Malheureusement, les docteurs Phillips et Bridle ne sont pas les seuls à voir leurs opinions d'expert, leurs observations et leurs recherches, rejetées par les communautés médicales et éducatives. Nous avons aussi le Dr Charles Hoffe de Lytton, en Colombie-Britannique, et le Dr Francis Christian, anciennement de l'Université de la Saskatchewan. Le Dr Hoffe a complété sa pratique générale par des tâches en salle d'urgence et a fait état de multiples effets indésirables après que ses patients aient reçu des inoculations Moderna. Il a été blâmé pour avoir créé une « hésitation vaccinale » et a perdu la moitié de ses revenus en conséquence. Le Dr Christian était professeur de chirurgie à l'université de Saskatchewan et a été suspendu de ce poste alors même qu'il était démis de certaines fonctions clés. Son crime était de critiquer les mesures contre la pandémie et la notion que les vaccins seuls étaient capables de l'éradiquer. Une fois de plus, avec les docteurs Hoffe et Christian, nous constatons une sévère régimentation sociale dans leurs domaines de responsabilité et une suppression forcée de leurs opinions d'experts.

Le Dr Francis Christian a critiqué les mesures de lutte contre la pandémie

Causes et effets


Si Jordan Peterson a raison d'affirmer que nos systèmes de santé publique et médicaux présentent des tendances « fascistes », on peut se demander comment on en est arrivé là. Ces systèmes, et les autorités qui les contrôlent, sont-ils vraiment responsables de la suppression totale de nos libertés civiles afin que des stratégies draconiennes de confinement puissent être mises en œuvre? Attribuer la cause de cette manière semble plus qu'exagéré, compte tenu de l'histoire séculaire de l'épidémiologie et du respect que les systèmes de santé publique et médicaux ont accordé aux connaissances qui en découlent - du moins jusqu'à l'arrivée du virus de Wuhan en 2020.

Le fascisme et la liberté sont comme l'huile et l'eau?

Avant 2020, la science de l'épidémiologie recommandait clairement des mesures qui donnaient la priorité à l'utilisation de la thérapeutique et aux campagnes d'information afin d'endiguer la maladie et la peur qui s'empare du pays. Cette approche testée et éprouvée a permis de gérer avec succès la peur du VIH/sida dans les années 80 et 90 et nous a donné les directives de l'OMS pour la planification de la pandémie en 2019 - des directives qui ont rejeté les fermetures et les restrictions de mobilité. Ne serait-il pas contre-intuitif d'affirmer que les agences de santé publique et les agences médicales sont responsables du revirement de situation et de la mise à l'écart de ces directives? Si nous ne pouvons pas pointer du doigt les agences de santé publique et médicales pour avoir mis en œuvre des stratégies de confinemnt inédites et non testées, peut-être devons-nous regarder plus loin, dans d'autres domaines.

Les directives de l'OMS pour la planification des pandémies de 2019 sont mises de côté?

Ce faisant, il est intéressant de noter que les nations occidentales les plus investies dans les mesures draconiennes, notamment la Lettonie et l'Autriche qui assignent désormais les personnes non vaccinées à résidence, voient dans l'expérience du virus de Wuhan un prétexte pour justifier les initiatives de l'Agenda 2030 de l'ONU sur le changement climatique et la « reconstruction en mieux ». En effet, dans le contexte canadien, nous voyons de multiples références de haut niveau à la " « réimagination » et à la « réinitialisation » de l'économie en fonction des leçons tirées de nos réactions despotiques au virus de Wuhan. Des réactions qui, soit dit en passant, se heurtent à une forte résistance de la part du dernier Premier ministre vivant associé au rapatriement de la Constitution dans laquelle apparaît la Charte, l'honorable Brian Peckford. En effet, il est maintenant habilement aidé par le groupe « Lawyers Stand Up » qui organise le soutien de son appel à faire intervenir la Charte dans la crise du virus de Wuhan. Un appel que nos dirigeants politiques actuels sont peu enclins à honorer.

Brian Peckford - le dernier architecte vivant de la Charte

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts