C3RF Update, 21 Oct 2022 – Chicken homecoming


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas


View! C3RF “In Hot” interview with bestselling author, Andrew Lawton

 

Chickens come home to roost


“And ofte tyme swich cursynge wrongfully retorneth agayn to hym that curseth, as a bryd that retorneth agayn to his owene nest.” Geoffrey Chaucer, The Parson’s Tale, circa 1390


The Public Order Emergency Commission has finally begun its testimony phase and it would appear that the chickens are just about to come home to the roost. The Liberal government, along with its NDP sidekick, have always known that the Commission was mandated by legislation and, therefore, clearly thought they would have the wherewithal to control its proceedings. After all, and as The Hon. Brian Peckford opined in his blog “Peckford42”, the government had the ability to influence the proceedings by setting the related terms of reference, choosing the presiding authority and picking the witness list. What to think, then, when all of these engineered advantages evaporated into thin air within the first 30 minutes of the introductory remarks voiced by the inquiry’s Commissioner, Judge Paul Rouleau?

Chickens on their way home to roost?

It was in these remarks that the good judge highlighted the mandates handed down to him from both Parliament and the executive branch of government - the Cabinet. The parliamentary mandates were simple and derived directly from Section 63 of the Emergencies Act - the inquiry needed to “be held into the circumstances that led to the declaration being issued and the measures taken for dealing with the emergency”. The Cabinet mandate, on the other hand, was multi-faceted and included the examination of:

  • the evolution and goals of the convoy movement and border protests and their leadership organization and participants;

  • the impact of domestic and foreign funding including crowd sourcing platforms;

  • the impact, role and resources of misinformation and disinformation including social media;

  • the economic and other impact of blockades and, finally;

  • the efforts of police and other responders prior to and after the declaration.

Talk about padding the agenda to purposely rag the puck and run out the clock, it would take a lot more than the 360 days allotted from the revocation of the declaration of the emergency to sort this latter mandate out! These mandates, both from the parliament and the executive, can be reviewed over the 7:25 to 9:25 minutes marks of Judge Rouleau’s introductory remarks.

Public Order Emergency Commissioner, Judge Paul Rouleau

But then came the kicker that sent the chickens clucking and on their way home: Judge Rouleau would make a critical distinction. Rather than wander off to deal with the “look, there’s a squirrel” distractions proffered by the nation’s executive, he would beg to differ. The Cabinet mandate might very well be “worthy of attention” but he would be seized by Parliament’s mandate as it, by statute, “drives the Commission’s work”. This bold statement made clear the fact that the Commission was beholden to the law that gave it its powers and not to the whims of those ultimately under investigation. The declaration was smoothed somewhat by a recognition of the short time frame available for the work at hand but there would be no mistake, this was the public’s work and Canadians had to see it being done. After all and as the good judge stated, these proceedings would be focused on the task at hand and be conducted in a transparent fashion as he deemed both critical to “bolster the public’s trust in our system of accountability”. These are not the words of a quisling who would look the other way as civil liberties were stripped away. These are the words of a judge dedicated to making findings of fact.

Cabinet, "look! a squirrel", mandates designed to run out the clock?
 

The fat lady rises


They say it isn’t over until “the fat lady sings” but, based the Commission’s Day One introductions, it certainly seemed that the lady had already risen to take her place on stage. The fact that the Emergencies Act may have been illegally invoked was made evident by both the Alberta and Saskatchewan delegations during this introductory session. The Saskatchewan representative, Mike Morris, stated in no uncertain terms that his province was blindsided by the fact that the Act was to be invoked. He stated that the province had its first indication of what was about to happen by virtue of a telephone call received on the very day of the Act’s invocation, 14 February 2022. Morris noted, at about the 56-minute mark of the Day One proceedings, that this last-minute heads-up contravened the intent of section 25 of the Emergencies Act in that required “consultations” with the “first premiers” had not been faithfully pursued. This position was fully supported by the Alberta representative and one is left thinking, how could the declaration of the Act be considered legal if the requirements for its invocation had not been met? What motivated the federal government to act in such a panicked and frenzied manner to, arguably, tip the nation into martial law?

When it comes to Emergencies Act legality, is the fat lady taking the stage?

The frenzied manner through which the federal government invoked the Emergencies Act could be explained, in part, by the need to take advantage of in-place border protests at Windsor, Ontario and Coutts, Alberta. The Act was imposed on the very day that the Windsor protest was cleared and one day prior to the clearing of the Coutts blockade. It is safe to say that such involved clearing operations had their start well in advance of the Act’s declaration and that the government had full knowledge of these successful negotiations. Had the government delayed its invocation just 48 hours, it would have lost the excuse that the Act was required to deal with a national economic crisis. By the time the Act’s declaration was confirmed by parliamentary vote on 21 February 2022, all borders were cleared and there was no requirement for the additional powers granted by the legislation.

Windsor blockade dismantled the same day the Emergencies Act is invoked

The timelines support a similar conclusion regards the frenzied application of the Emergencies Act in the case of the Ottawa protests. The fact is that the federal government was well aware of a plan afoot to disassemble the Freedom Convoy a full day before its invocation of the Act. Related government documents revealed the Cabinet was so advised by Jody Thomas, the former Deputy Minister of National Defence and then National Security Advisor, that a deal was imminent. For his part, the Public Safety Minister, Marco Mendicino, stated that these talks, involving the City of Ottawa and Freedom Convoy 2022 leadership elements, were unsuccessful even as protest leader Tamara Lich tweeted on 14 February 2022 that trucks were to begin moving from residential areas. Tamara’s account was corroborated by Dean French, the man who brokered the deal in concert with City of Ottawa Mayor Jim Watson, and chronicled by Andrew Lawton in his best-selling book, “The Freedom Convoy”. Indeed, Andrew relates in his book that the deal-makers were put together by C3RF patron, the Hon. Brian Peckford, while noting in a related “In Hot” interview, at the 39 minute mark, that the record supports the supposition that the federal government worried it was running out of time to invoke the Emergencies Act. Its window was narrowing and narrowing fast?

Author Andrew Lawton sources revealed that the government was worried that “its window was narrowing”
 

“Snakes in ze grass, snakes in ze grass”


There was a time in the early and late eighties when I flew CF104 Starfighters and CF18 Hornets, respectively, on the Central European front of the Cold War. Although the latter experience was infused with remarkable memories associated with combat operations in the First Persian Gulf War, the former was memorable given the wide array of training exercises flown in conjunction with the fighter forces of our NATO allies in Europe. One set of exercises that stand out are those involving Canadian Starfighters flying at extremely low levels across the Nördlingen Plain on the way to simulated attacks against ground targets on the eastern border of the old Federal Republic of Germany (FRG). These attacks would inevitably be resisted by German Luftwaffe interceptor forces in the form of F-4F Phantom II fighters who, when overwhelmed by our forces, would broadcast the call, “snakes in ze grass, snakes in ze grass”. This code phrase was a desperate call to “alert” air defence forces on standby to “flush” and join the outnumbered ranks of the air defenders as the Starfighters were prevailing!

"Snakes in ze grass!", a desperate call for German Luftwaffe reinforcement

One can easily make the analogy that the federal government’s call to invoke the Emergencies Act was akin to a “snakes in ze grass” broadcast aimed at flushing resources and measures normally unavailable to it. The problem is, however, that while the sense of such a broadcast call is to issue it upfront as a threat is rising, our federal government used it as the threat was receding. This fact was more than evident in the notes above and in Public Order Emergency Commission testimony to date. Accordingly, we are left with the uneasy impression that the purpose of the Emergencies Act was not to deal with any threat to the public order but was motivated by other, less visible, considerations. This being the case, would it not be appropriate to substitute the Cabinet mandates as noted above with a citizen’s mandate? Would the public interest and the need to “bolster the public’s trust in our system of accountability” be better served by looking into just why the government felt the Emergencies Act was required at all? What the heck were they thinking?

Just what was the government thinking when it declared the Emergencies Act? Should we know?

In discerning just what the federal authorities were thinking when they deployed the Emergencies Act it might be wise to go to the words of its most influential enthusiasts. Prime among these is our Deputy Prime Minister, Chrystia Freeland, who explained in mid-June that the Act was required to save Canada’s “economic reputation”. Such reasoning would place the deployment of the Act firmly within the realm of emotion and well outside the “public order” concerns used to justify it. Indeed, the Deputy Prime Minister seems to be working from a playbook proffered by President Biden when he encouraged Canada, four days before the declaration of the Act, to use its federal powers to solve their mutual border issues. Then again, perhaps the federal government was seized with soothing globalist sensibilities and the concerns of offshore agencies, such as the World Economic Forum (WEF), who saw popular, patriotic uprisings as a threat to the creation of a “global reset”. Either way, should Canadians know whether or not their governing agencies have stopped representing them so that they might better honour directions from afar? Is the problem for Canada’s governing powers that everyday Canadians are beginning to understand this new relationship?

Terrence Corcoran, follow the money and the ideas to understand Canadian policy-making?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Gab, on Parler, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also review our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

À voir! C3RF « In Hot » interview avec l'auteur à succès, Andrew Lawton

 

Les poulets rentrent à la maison pour se percher


Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi. (Galates 7:7, Louis Segond 1910)*


La Commission sur l'état d'urgence a enfin commencé sa phase de témoignage et il semblerait que les poulets soient sur le point de rentrer au perchoir. Le gouvernement libéral et son acolyte néo-démocrate ont toujours su que la Commission était mandatée par la loi et, par conséquent, pensaient clairement qu'ils auraient les moyens de contrôler ses travaux. Après tout, et comme l'hon. Brian Peckford a déclaré dans son blog "Peckford42", que le gouvernement avait la capacité d'influencer les débats en fixant les termes de référence, en choisissant l'autorité qui doit présidener et en choisissant la liste des témoins. Que penser, alors, lorsque tous ces avantages artificiels se sont évaporés dans les 30 premières minutes des remarques introductives prononcées par le commissaire d'enquête, le juge Paul Rouleau?


*NT Le Major Cooper, dans sa version anglaise, cite Geoffrey Chaucer en moyen anglais: “And ofte tyme swich cursynge wrongfully retorneth agayn to hym that curseth, as a bryd that retorneth agayn to his owene nest.” Geoffrey Chaucer, The Parson’s Tale, circa 1390 (Et souvent, une telle malédiction revient injustement à celui qui maudit, comme un oiseau qui retourne à son propre nid.)

Les poulets rentrent à la maison pour se percher?

C'est dans ces remarques que le juge a souligné les mandats qui lui ont été confiés tant par le Parlement que par le pouvoir exécutif du gouvernement - le Cabinet. Les mandats parlementaires étaient simples et découlaient directement de l'article 63 de la Loi sur les situations d'urgence - l'enquête devait « porter sur les circonstances qui ont mené à l'émission de la déclaration et sur les mesures prises pour faire face à l'urgence ». Le mandat du Cabinet, quant à lui, comportait de multiples facettes et comprenait l'examen de ce qui suit:

  • l'évolution et les objectifs du mouvement des convois et des protestations aux frontières, ainsi que l'organisation de leurs dirigeants et leurs participants ;

  • l'impact du financement national et étranger, y compris les plateformes de crowd sourcing ;

  • l'impact, le rôle et les ressources de la désinformation et de la mésinformation, y compris les médias sociaux ;

  • l'impact économique et autre des blocages et, enfin ;

  • les efforts de la police et des autres intervenants avant et après la déclaration.

Il faudrait beaucoup plus que les 360 jours alloués depuis la révocation de la déclaration d'urgence pour comprendre ce dernier mandat! Ces mandats, tant du parlement que de l'exécutif, peuvent être examinés entre 7:25 et 9:25 minutes des remarques introductives du juge Rouleau.

Commissaire sur l'état d'urgence, le juge Paul Rouleau

Mais ensuite est venu le coup de théâtre qui a fait glousser les poulets et les a renvoyés à leur perchoir: Le juge Rouleau allait faire une distinction essentielle. Plutôt que d'aller s'occuper des distractions proposées par le pouvoir exécutif de la nation, il allait s'opposer à cette idée. Le mandat du Cabinet pourrait très bien être « digne d'attention », mais il serait saisi par le mandat du Parlement qui, en vertu de la loi, « dirige le travail de la Commission ». Cette déclaration audacieuse a mis en évidence le fait que la Commission était redevable à la loi qui lui conférait ses pouvoirs et non aux caprices des personnes faisant l'objet d'une enquête. La déclaration a été quelque peu adoucie par la reconnaissance du court délai disponible pour le travail à accomplir, mais il n'y aurait pas d'erreur, il s'agissait du travail du public et les Canadiens devaient le voir se faire. Après tout, et comme l'a déclaré le juge, ces procédures seraient axées sur la tâche à accomplir et seraient menées de manière transparente, car il estime que ces deux éléments sont essentiels pour « renforcer la confiance du public dans notre système de redevabilité ». Ce ne sont pas les paroles d'un traitre qui fermerait les yeux sur la suppression des libertés civiles. Ce sont les mots d'un juge qui se consacre à l'établissement des faits.

Des mandats juridiques conçus pour passer le temps?
 

La grosse dame se lève


Ce n'est pas fini tant que la grosse dame n'a pas chanté*, mais d'après les présentations du premier jour de la Commission, il semble bien que la dame se soit déjà levée pour prendre sa place sur la scène. Le fait que la Loi sur les urgences ait pu être invoquée illégalement a été mis en évidence par les délégations de l'Alberta et de la Saskatchewan au cours de cette séance d'introduction. Le représentant de la Saskatchewan, Mike Morris, a déclaré sans équivoque que sa province avait été prise au dépourvu par le fait que la Loi devait être invoquée. Il a déclaré que la province avait eu une première indication de ce qui était sur le point de se produire en vertu d'un appel téléphonique reçu le jour même de l'invocation de la Loi, le 14 février 2022. M. Morris a fait remarquer, à environ 56 minutes de la première journée, que cet appel de dernière minute contrevenait à l'esprit de l'article 25 de la Loi sur les mesures d'urgence, car les « consultations » requises avec les « premiers ministres provinciaux » n'avaient pas été menées fidèlement. Cette position a été pleinement soutenue par le représentant de l'Alberta et on se demande comment la déclaration de la Loi peut être considérée comme légale si les conditions de son invocation n'ont pas été respectées. Qu'est-ce qui a motivé le gouvernement fédéral à agir d'une manière aussi paniquée et frénétique pour, sans doute, faire basculer la nation dans la loi martiale?


*NT Expression américaine probablement issue du Crépuscule des dieux de Wagner

En ce qui concerne la légalité de la loi sur les urgences, la grosse dame est-elle en train d'entrer en scène?

La manière frénétique dont le gouvernement fédéral a invoqué la Loi sur les mesures d'urgence pourrait s'expliquer, en partie, par la nécessité de tirer parti des protestations frontalières en place à Windsor, en Ontario, et à Coutts, en Alberta. La Loi a été imposée le jour même où la manifestation de Windsor a été levée et un jour avant la levée du blocus de Coutts. On peut affirmer sans risque de se tromper que ces opérations de dégagement ont commencé bien avant la déclaration de la Loi et que le gouvernement était parfaitement au courant de ces négociations fructueuses. Si le gouvernement avait retardé son invocation de 48 heures seulement, il aurait perdu l'excuse selon laquelle la Loi était nécessaire pour faire face à une crise économique nationale. Au moment où la déclaration de la loi a été confirmée par un vote parlementaire le 21 février 2022, toutes les frontières avaient été nettoyées et les pouvoirs supplémentaires accordés par la loi n'étaient pas nécessaires.

Démantèlement du blocus de Windsor le jour même où la loi sur les situations d'urgence est invoquée

Les échéanciers permettent de tirer une conclusion similaire en ce qui concerne l'application frénétique de la Loi sur les mesures d'urgence dans le cas des manifestations d'Ottawa. Le fait est que le gouvernement fédéral était bien au courant d'un plan visant à démanteler le convoi de la liberté une journée entière avant l'invocation de la Loi. Des documents gouvernementaux ont révélé que le Cabinet avait été avisé par Jody Thomas, l'ancien sous-ministre de la Défense nationale et ensuite conseillère en matière de sécurité nationale, qu'une entente était imminente. Pour sa part, le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré que ces pourparlers, auxquels participaient la Ville d'Ottawa et la direction du Freedom Convoy 2022, n'avaient pas abouti, alors même que la leader de la manifestation, Tamara Lich, avait tweeté le 14 février 2022 que les camions allaient commencer à quitter les zones résidentielles. Le récit de Tamara a été corroboré par Dean French, l'homme qui a négocié l'accord avec le maire d'Ottawa Jim Watson, et relaté par Andrew Lawton dans son livre, « The Freedom Convoy ». En effet, Andrew raconte dans son livre que les négociateurs ont été réunis par le mécèrne du C3RF, l'honorable Brian Peckford, tout en notant dans une entrevue de « In Hot », à la 39e minute, que le dossier soutient la supposition que le gouvernement fédéral s'inquiétait de manquer de temps pour invoquer la Loi sur les urgences. Sa fenêtre se rétrécissait de plus en rapidement?

Les sources de l'auteur Andrew Lawton ont révélé que le gouvernement s'inquiétait de voir « sa fenêtre se rétrécir »
 

« Snakes in ze grass, snakes in ze grass »**


Au début et à la fin des années 80, j'ai piloté des CF104 Starfighters et des CF18 Hornets, sur le front d'Europe centrale de la guerre froide. Bien que cette dernière expérience ait été imprégnée de souvenirs remarquables associés aux opérations de combat de la première guerre du golfe Persique, la première a été mémorable en raison du large éventail d'exercices d'entraînement effectués conjointement avec les forces de chasse de nos alliés de l'OTAN en Europe. L'un des exercices les plus marquants est celui où les Starfighters canadiens volent à des niveaux extrêmement bas dans la plaine de Nordlingue en vue d'attaques simulées contre des cibles terrestres à la frontière orientale de l'ancienne République fédérale d'Allemagne (RFA). Ces attaques seraient inévitablement contrées par les forces d'interception de la Luftwaffe allemande sous la forme de chasseurs F-4F Phantom II qui, lorsqu'ils seraient submergés par nos forces, diffuseraient l'appel « snakes in ze grass, snakes in ze grass ». Cette phrase codée était un appel désespéré pour « alerter » les forces de défense aérienne en attente pour qu'elles « débusquent » et rejoignent les rangs des défenseurs aériens en infériorité numérique, car les Starfighters l'emportaient!


**NT « Serpents dans l'herbe » imitant l'accent allemand

« Snakes in ze grass! », un appel désespéré pour le renfort de la Luftwaffe allemande

On peut facilement faire l'analogie avec le fait que l'appel du gouvernement fédéral à invoquer la Loi sur les mesures d'urgence s'apparentait à une diffusion de "serpents dans l'herbe" visant à débusquer les ressources et les mesures dont il ne dispose normalement pas. Le problème, cependant, c'est que si le sens d'un tel appel est de l'émettre d'emblée lorsqu'une menace s'accroît, notre gouvernement fédéral l'a utilisé alors que la menace s'éloignait. Ce fait était plus qu'évident dans les notes ci-dessus et dans le témoignage de la Commission d'urgence de l'ordre public à ce jour. Par conséquent, nous avons la désagréable impression que l'objectif de la Loi sur les mesures d'urgence n'était pas de faire face à une menace pour l'ordre public, mais qu'elle était motivée par d'autres considérations moins visibles. Dans ce cas, ne serait-il pas approprié de remplacer les mandats du Cabinet, comme indiqué ci-dessus, par un mandat du citoyen? L'intérêt public et la nécessité de "renforcer la confiance du public dans notre système de responsabilisation" ne seraient-ils pas mieux servis en examinant pourquoi le gouvernement a estimé que la Loi sur les situations d'urgence était nécessaire? Mais à quoi pensaient-ils?

À quoi pensait le gouvernement lorsqu'il a déclaré la Loi sur les urgences? Devrions-nous le savoir?

Pour discerner ce à quoi pensaient les autorités fédérales lorsqu'elles ont déployé la Loi sur les situations d'urgence, il serait peut-être sage de s'en remettre aux paroles de ses partisans les plus influents. Au premier rang de ceux-ci figure notre vice-première ministre, Chrystia Freeland, qui a expliqué à la mi-juin que la Loi était nécessaire pour sauver la « réputation économique » du Canada. Un tel raisonnement placerait le déploiement de la Loi dans le domaine de l'émotion et bien au-delà des préoccupations d'« ordre public » invoquées pour la justifier. En effet, le vice-premier ministre semble travailler à partir des règles proposées par le président Biden lorsqu'il a encouragé le Canada, quatre jours avant la déclaration de la Loi, à utiliser ses pouvoirs fédéraux pour résoudre leurs problèmes frontaliers mutuels. Par ailleurs, le gouvernement fédéral a peut-être été saisi par des sensibilités mondialistes apaisantes et par les préoccupations d'organismes étrangers, tels que le Forum économique mondial (FEM), qui considèrent les soulèvements populaires et patriotiques comme une menace à la création d'une « réinitialisation mondiale ». D'une manière ou d'une autre, les Canadiens devraient-ils savoir si leurs dirigeants ont cessé de les représenter afin de mieux honorer les directives qui leur sont données à distance? Le problème pour les pouvoirs publics du Canada est-il que les Canadiens ordinaires commencent à comprendre cette nouvelle relation?

Terrence Corcoran, suivre l'argent et les idées pour comprendre l'élaboration des politiques canadiennes?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Gab, sur Parler, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT