top of page

C3RF Update, 24 May 2024 – On the Q.T.


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas



Major Russ Cooper (Ret'd) catches up with one of the first Canadian doctors to put his career on the line by challenging the lockdown and one-size-fits-all Wuhan virus vaccination programs.  It matters not that his fact-based observations and recommendations are now seen as valid as his home province, British Columbia, legislates even more tyranny.  Time for them to restore the sanctity of the doctor-patient relationship?


View! The latest edition of the “One Stop Tyrant Shop


It’s time to make new additions to the “One Stop Tyrant Shop” as incursions on our Charter rights and freedoms just keep piling up. One wonders how Canada could have become such a magnet for government measures and legislation aimed at turning Canadians into cattle but, as the 20th version of the “Shop” makes clear, both the intent and the results are hostile to the civil liberties of rank-and-file citizens! Take a look!


View! A video introduction of this update here


For those of you on the run and short of time, here’s a 10-minute video presentation that introduces this C3RF Update!


Summary for C3RF Update, 12 Apr 2024 - Game on
 

On the Q.T.


The expression “on the Q.T.” denotes a requirement to do something quietly or in secret and has been with us since the close of the 19th century.  It is surmised that it first appeared in print in George Moore’s novel, “A Mummer’s Wife”, in 1884 and was used as a tagline in the 1997 film, “L.A. Confidential”.  In the present day and age, we see our own Canadian legacy media outlets taking the adage to heart as they aggressively try to hide any inconvenient facts or evidence capable of challenging the preferred narratives of our woke society.  These narratives, propped up by our own ruling classes, all speak to the need to address worldwide threats to public security and safety as an opportunity to “build back better”.  It goes without saying that such measures can only be effected through an all-powerful, one-world, government.  Accordingly, actions that threaten the viability of the “build back better” storyline need to be kept “on the Q.T.” 


George Moore, early user of the phrase, "on the Q.T." in "A Mummer's Wife"
George Moore, early user of the phrase, "on the Q.T." in "A Mummer's Wife"

One of the most sacred shibboleths used to support an unchallengeable narrative is the phrase, “safe and effective”, as applied to Wuhan virus vaccines.  Countervailing narratives that would even imply the possibility that such experimental products needed to be distributed with great care were set upon with fierce invective.  That is, unless, the problematic utterings are coming from the forces of the “great reset” and, therefore, cannot be passed off as conspiracy theory, colonialism or white supremacy.  Such was the case in recent court proceedings as the folks from AstraZeneca admitted that their vaccine is definitively linked to the development of blood clots in those who receive them.  Best to go “on the Q.T.” and try to bury such admissions in the name of saving the “safe and effective” mantra.


AstraZeneca makes court admission - it causes blood clotting
AstraZeneca makes court admission - it causes blood clotting

The court admission would be quickly followed by AstraZeneca’s request to all the world’s medical agencies to withdraw related approvals.  The fact that a big pharma manufacturer would make such a request and thereby scoop these same agencies is very unusual and raises several red flags.  How could it be that these public health authorities, responsible for securing your physical well-being, told us that Wuhan virus vaccines were “safe and effective” when they were obviously problematic as far back as the spring of 2021.  This was particularly the case in Canada where the pubic health agency was forced to explain away a litany of misfires with the AstraZeneca offering including concerns over contamination and quality control at a sourcing facility in the United States.  Indeed, it would find it necessary to ban the use of the vaccine for those under 55 years of age long before AstraZeneca would put the vaccine out of its misery and request a recall of the Canadian approval!


Canada's Chief Medical Officer, Theresa Tam, scooped by AstraZeneca’s call to vacate its vaccine approvals?
Canada's Chief Medical Officer, Theresa Tam, scooped by AstraZeneca’s call to vacate its vaccine approvals?
 

Blinded by the light


The fact that Health Canada and its public health agency could be caught flat-footed by AstraZeneca’s request to pull all of its worldwide Wuhan virus vaccine approvals is astonishing.  Beyond the question of whether or not Canadians in receipt of this specific vaccine need to be worried is the question of whether or not all citizens in receipt of any Wuhan virus vaccine should be concerned.  After all, they were subject to the same Canadian approval processes that were tweaked substantially to make way for these experimental products.  This bastardization of the regulatory system would be commented on at length in the National Citizens Inquiry (NCI) Interim Report of September 2023 which stated “the authorization of the vaccines appears to have been all but pre-assured by the creation of the Interim Order”.


NCI concludes that Canadian Wuhan virus vaccines were subjected to less than impartial regulatory processes
NCI concludes that Canadian Wuhan virus vaccines were subjected to less than impartial regulatory processes

Could it be that our regulatory safeguards were blinded by the light, of an overwhelming “safe and effective” narrative?  As the NCI again notes, such a prospect is quite plausible given the fact that the Canadian government was severely conflicted in the matter as it “ordered the vaccines, imported them, created new regulations to authorize them, and then took significant measures to convince and coerce every Canadian to take multiple doses”.  Seen in this light it comes as no surprise that, even with AstraZeneca’s court admissions, Canada’s state media would downplay the pulling of vaccine approvals by issuing platitudes like:


  • there is a surplus of vaccines on the market and demand for AstraZeneca’s offering had declined; and

  • the virus is worse than the vaccine, even with this complication and even though the risk for the under 65 with no comorbidities dying from it was less than driving four miles in a day.


To make matters worse and as, again, noted by the NCI, the bastardized vaccine approval processes have been made permanent and will now be applied across the vaccine board ad infinitum in Canada.  We have locked into the same protocols that gave us the AstraZeneca debacle in the first place.


More vaccine debacles ahead as Canada regularizes emergency approval protocols?
More vaccine debacles ahead as Canada regularizes emergency approval protocols?

With the legacy media going “on the Q.T.” to help conflicted governments defend the “build back better” narrative, one is left to wonder, just who or what is providing a check and balance on bad public health ideas?  As the AstraZeneca admission of blood clots shows, it seems that big pharma is out front pulling governments and their administrative agencies along.  A charitable assessment would surmise that our governments have been blinded by the light of the big pharma narrative and are prepared to rig decision-making processes accordingly.  Given deliberations sponsored by the World Health Organization (WHO) to put in place an international pandemic treaty, Canadians have good cause to be worried.  Are they on the verge of handing over all sovereignty on their public health matters to the same WHO that gave us lockdowns?  The same WHO that gave us one-size-fits-all experimental vaccine programs? 


Is the WHO about to take over Canadians’ emergency preparedness plans and operations?
Is the WHO about to take over Canadians’ emergency preparedness plans and operations?
 

Democracy’s watchdog?


When it comes to international pandemic treaties and their related international regulations, our Canadian establishment media has been true to form in keeping them “on the Q.T.”  The related negotiations will come to a head over the period 27 May to 01 June 2024 and might very well see rank-and-file Canadians facing a fait accompli when they conclude.  This, as responsibility for their own emergency preparedness plans and operations are transitioned from elected provincial and national authorities to offshore entities captured by globalist interests.  The fact that such a transition of power and control to entities that performed so ineptly during the Wuhan virus crisis, could occur without so much as a national debate, is frightening.  Problem is, our democracy watchdogs, in the form of our supposedly free press, are failing on this and many other critical files as they go “on the Q.T.” when it comes to shining a light on all sides of a given story.


Do Canadians deserve to be fed only one side of the story?
Do Canadians deserve to be fed only one side of the story?

If a free press means the “provision of independence and pluralism of information essential to the preservation of the right of all citizens to be adequately informed on matters of public interest” then Canada has a problem.  Outside of the failure to report on matters related to WHO pandemic treaties, as noted above, we are seeing biased, pro-“climate change” coverage of the wildfire situation in Western Canada.  Watching CBC and CTV news service programming is like watching the 24/7 wildfire channel.  With no discussion regarding the potential causes of these fires, like human intervention or poor forest management, the coverage is obviously designed to instill fear while pumping the need for Paris Agreement-style measures at the global level.  Comparisons are made with last year’s wildfire crisis but, again, with no reference to the outsized impact of human interventions including arson.


Forest fires are climate change related? Or are they a result of human intervention and forest management? Where’s the discussion?
Forest fires are climate change related? Or are they a result of human intervention and forest management? Where’s the discussion?

The boot-strapping of news coverage to suit preferred narratives can be seen to be in play with the “transphobia” storyline as well.  Once again, we see 24/7 reportage on a new phenomenon that sees the transgendered as a new victim class whose human rights are falling by the Canadian wayside.  Not only is Canada Islamophobic but it is similarly transphobic on the basis of debates that were simply not allowed to happen.  And so, we see the failure of our democratic watchdogs to report on the controversies surrounding the bible of gender-affirming health care in the form of the World Professional Association for Transgender Health (WPATH).  The pages of these sacred texts are rife with protocols that disparage the right of informed consent.  This, in addition to the release of the related Cass Report, argue for the need to begin serious discussions on the nature of gender-affirming care before the current, undisputed course creates more irreversibly harmed child victims.  Who knows, maybe Peru has a much better approach as it proceeds to define transgenderism as the psychological problem it once was.  At long last, is it time to step away from being “on the Q.T.”


Peru classifies non-binaries, intersex and transgendered as mentally ill. Can we discuss?
Peru classifies non-binaries, intersex and transgendered as mentally ill. Can we discuss?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians.  Please consider clicking here to support C3RF today.  And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter rights in Canada. You can also view our social media archive here and view our videos here as well as on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF




If you do not take an interest in the affairs of your government, then you are doomed to live under the rule of fools.
 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 


Le major Russ Cooper (retraité) s'entretient avec l'un des premiers médecins canadiens à avoir mis sa carrière en jeu en contestant les programmes de vaccination contre le virus de Wuhan.  Peu importe que ses observations et recommandations fondées sur des faits soient désormais considérées comme valables alors que sa province d'origine, la Colombie-Britannique, légifère avec encore plus de tyrannie.  Est-il temps pour eux de rétablir le caractère sacré de la relation médecin-patient?


Voir! La dernière édition du « One Stop Tyrant Shop »


Il est temps d'ajouter de nouveaux éléments au « One Stop Tyrant Shop », car les incursions dans nos droits et libertés garantis par la Charte ne cessent de se multiplier. On se demande comment le Canada a pu devenir un tel pôle d'attraction pour les mesures et les lois gouvernementales visant à transformer les Canadiens en têtes de bétail, mais, comme le montre clairement la 20e version de la « Shop », l'intention et les résultats sont hostiles aux libertés civiles des citoyens! Jetez un coup d'œil!


Visionner! Une présentation vidéo de cette mise à jour ici


Pour ceux qui sont pressés et qui manquent de temps, voici une présentation vidéo de 10 minutes de cette mise à jour du C3RF!


Summary for C3RF Update, 12 Apr 2024 - Game on
 

Sur le Q.T. (en secret)


L'expression « on the Q.T. » désigne l'obligation de faire quelque chose en silence ou en secret et nous est apparue à la fin du 19e siècle.  On suppose qu'elle est apparue pour la première fois dans le roman de George Moore, « A Mummer's Wife » (La Femme du cabotin), en 1884, et qu'elle a été utilisée comme slogan dans le film de 1997, « L.A. Confidential »(Los Angeles interdite). Aujourd'hui, nous voyons nos propres médias canadiens prendre l'adage à cœur en essayant agressivement de cacher tout fait ou preuve gênante susceptible de remettre en question les récits préférés de notre société woke.  Ces récits, soutenus par nos propres classes dirigeantes, évoquent tous la nécessité de faire face aux menaces mondiales qui pèsent sur la sécurité et la sûreté publiques et d'en faire une occasion de « reconstruire en mieux ».  Il va sans dire que de telles mesures ne peuvent être mises en œuvre que par un gouvernement tout-puissant, à l'échelle mondiale.  Par conséquent, les actions qui menacent la viabilité du scénario « reconstruire en mieux » doivent être maintenues « on the Q.T »


George Moore, premier utilisateur de l'expression « on the Q.T » dans « A Mummer's Wife »
George Moore, premier utilisateur de l'expression « on the Q.T » dans « A Mummer's Wife »

L'un des clichés les plus sacrés utilisés pour soutenir un récit incontestable est l'expression « sûr et efficace », appliquée aux vaccins contre le virus de Wuhan.  Les récits contradictoires qui impliqueraient même la possibilité que de tels produits expérimentaux doivent être distribués avec beaucoup de précautions ont fait l'objet d'une invective féroce--- à moins que les propos problématiques n'émanent des forces de la « grande remise à zéro » et ne puissent donc être assimilés à une théorie du complot, au colonialisme ou à la suprématie de la race blanche.  C'est ce qui s'est passé lors d'une récente procédure judiciaire, lorsque les gens d'AstraZeneca ont admis que leur vaccin était définitivement lié à l'apparition de caillots sanguins chez les personnes qui le recevaient.  Le mieux est d'aller « on the Q.T. » et d'essayer d'enterrer de tels aveux au nom de la sauvegarde du mantra « sûr et efficace ».


AstraZeneca admet devant le tribunal qu'il provoque la coagulation du sang
AstraZeneca admet devant le tribunal qu'il provoque la coagulation du sang

L'admission du tribunal sera rapidement suivie d'une demande d'AstraZeneca à toutes les agences médicales du monde de retirer les approbations correspondantes.  Le fait qu'un grand fabricant de produits pharmaceutiques fasse une telle demande et qu'il fasse ainsi un scoop à ces mêmes agences est très inhabituel et soulève plusieurs signaux d'alarme.  Comment se fait-il que ces autorités de santé publique, chargées de veiller à votre bien-être physique, nous aient affirmé que les vaccins contre le virus Wuhan étaient « sûrs et efficaces » alors qu'ils posaient manifestement des problèmes dès le printemps 2021.  Cela a été particulièrement le cas au Canada, où l'agence de santé publique a été obligée d'expliquer une litanie de ratés avec l'offre d'AstraZeneca, y compris des préoccupations concernant la contamination et le contrôle de la qualité dans une installation d'approvisionnement aux États-Unis.  En effet, il aurait été nécessaire d'interdire l'utilisation du vaccin pour les personnes de moins de 55 ans bien avant qu'AstraZeneca ne mette fin à ses souffrances et ne demande le rappel de l'homologation canadienne!


La médecin en chef du Canada, Theresa Tam, a été surprise par l'appel d'AstraZeneca à annuler l'homologation de ses vaccins
La médecin en chef du Canada, Theresa Tam, a été surprise par l'appel d'AstraZeneca à annuler l'homologation de ses vaccins
 

Aveuglés par la lumière


Il est étonnant que Santé Canada et son agence de santé publique aient été pris au dépourvu par la demande d'AstraZeneca de retirer toutes les autorisations de mise sur le marché du vaccin contre le virus Wuhan dans le monde entier.  Au-delà de la question de savoir si les Canadiens ayant reçu ce vaccin spécifique doivent s'inquiéter, la question est de savoir si tous les citoyens ayant reçu un vaccin contre le virus Wuhan doivent s'inquiéter.  Après tout, ils ont été soumis aux mêmes processus d'approbation canadiens qui ont été considérablement modifiés pour faire place à ces produits expérimentaux.  Cette dégradation du système réglementaire sera commentée en détail dans le rapport intérimaire de septembre 2023 de la National Citizens Inquiry (NCI), qui déclare que « l'autorisation des vaccins semble avoir été pratiquement assurée par la création de l'ordonnance intérimaire ».

Le NCI conclut que les vaccins canadiens contre le virus Wuhan ont été soumis à des procédures réglementaires loin d'être impartiales
Le NCI conclut que les vaccins canadiens contre le virus Wuhan ont été soumis à des procédures réglementaires loin d'être impartiales

Se pourrait-il que nos mécanismes de protection réglementaire aient été aveuglés par la lumière d'un récit accablant de « sécurité et d'efficacité »?  Comme le note à nouveau le NCI, une telle perspective est tout à fait plausible étant donné que le gouvernement canadien était en conflit d'intérêts dans cette affaire puisqu'il « a commandé les vaccins, les a importés, a créé de nouvelles réglementations pour les autoriser, puis a pris des mesures importantes pour convaincre et contraindre chaque Canadien à prendre des doses multiples ».  Dans ces conditions, il n'est pas surprenant que, même après les aveux d'AstraZeneca devant le tribunal, les médias d'État canadiens minimisent l'importance de l'approbation des vaccins en diffusant des platitudes telles que:


  • il y a un excédent de vaccins sur le marché et la demande pour l'offre d'AstraZeneca a diminué; et

  • le virus est pire que le vaccin, même avec cette complication et même si le risque pour les moins de 65 ans sans comorbidité d'en mourir était inférieur à celui de conduire quatre miles par jour


Pour ne rien arranger, et comme l'a fait remarquer le NCI, les procédures d'approbation des vaccins ont été rendues permanentes et seront désormais appliquées à tous les vaccins, à perpétuité, au Canada. Nous nous sommes enfermés dans les mêmes protocoles qui nous ont valu la débâcle d'AstraZeneca.


Le Canada régularisant les protocoles d'approbation d'urgence, d'autres débâcles vaccinales sont à prévoir?
Le Canada régularisant les protocoles d'approbation d'urgence, d'autres débâcles vaccinales sont à prévoir?

Alors que les médias traditionnels se mettent à l'heure du Q.T. pour aider les gouvernements en conflit à défendre l'idée de « reconstruire en mieux », on peut se demander qui ou quoi assure le contrôle et l'équilibre des mauvaises idées en matière de santé publique.  Comme le montre l'aveu d'AstraZeneca concernant les caillots sanguins, il semble que les grandes entreprises pharmaceutiques soient en première ligne pour entraîner les gouvernements et leurs agences administratives.  Une évaluation charitable supposerait que nos gouvernements ont été aveuglés par la lumière du discours des grandes sociétés pharmaceutiques et qu'ils sont prêts à truquer les processus de prise de décision en conséquence.  Au vu des délibérations parrainées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en vue de mettre en place un traité international sur les pandémies, les Canadiens ont de bonnes raisons de s'inquiéter.  Sont-ils sur le point de céder toute leur souveraineté en matière de santé publique à l'OMS, qui nous a donné le droit de nous enfermer?  La même OMS qui nous a donné des programmes de vaccins expérimentaux à taille unique?


L'OMS est-elle sur le point de prendre en charge les plans et opérations de préparation aux situations d'urgence des Canadiens?
L'OMS est-elle sur le point de prendre en charge les plans et opérations de préparation aux situations d'urgence des Canadiens?
 

Le cerbère de la démocratie?


En ce qui concerne les traités internationaux sur les pandémies et les réglementations internationales qui s'y rapportent, les médias de la classe dirigeante canadienne se sont montrés fidèles à leur habitude en les gardant « sur le Q.T. »  Les négociations correspondantes se dérouleront du 27 mai au 1er juin 2024 et pourraient bien mettre les Canadiens ordinaires devant un fait accompli lorsqu'elles seront terminées.  En effet, la responsabilité de leurs propres plans et opérations de préparation aux situations d'urgence est transférée des autorités provinciales et nationales élues à des entités extraterritoriales capturées par des intérêts mondialistes.  Il est effrayant de constater qu'un tel transfert de pouvoir et de contrôle à des entités qui se sont montrées si ineptes lors de la crise du virus de Wuhan puisse se produire sans même un débat national.  Le problème est que nos cerbères de la démocratie, sous la forme de notre presse prétendument libre, échouent sur ce dossier et sur bien d'autres dossiers critiques, car ils vont « au Q.T » lorsqu'il s'agit de mettre en lumière toutes les facettes d'une histoire articulière.


Les Canadiens méritent-ils qu'on ne leur donne qu'une seule version de l'histoire?
Les Canadiens méritent-ils qu'on ne leur donne qu'une seule version de l'histoire?

Si l'on entend par presse libre « 'indépendance et le pluralisme de l'information essentiels à la préservation du droit de tous les citoyens d'être convenablement informés sur les questions d'intérêt public », alors le Canada a un problème.  Outre l'incapacité à rendre compte des questions liées aux traités de l'OMS sur les pandémies, comme indiqué ci-dessus, nous assistons à une couverture biaisée et favorable au « changement climatique » de la situation des incendies de forêt dans l'ouest du Canada.  Regarder les programmes des services d'information de CBC et CTV, c'est comme regarder la chaîne des feux de forêt 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.  Sans aucune discussion sur les causes potentielles de ces incendies, comme l'intervention humaine ou une mauvaise gestion des forêts, la couverture est manifestement conçue pour susciter la peur tout en insistant sur la nécessité de prendre des mesures de type Accord de Paris au niveau mondial.  Des comparaisons sont faites avec la crise des incendies de forêt de l'année dernière, mais là encore, aucune référence n'est faite à l'impact considérable des interventions humaines, y compris les incendies criminels.


Les incendies de forêt sont-ils liés au changement climatique? Ou sont-ils le résultat de l'intervention humaine et de la gestion des forêts ? Où en est la discussion?
Les incendies de forêt sont-ils liés au changement climatique? Ou sont-ils le résultat de l'intervention humaine et de la gestion des forêts ? Où en est la discussion?

L'adaptation de la couverture de l'actualité à des récits privilégiés est également en jeu dans le cas de la « transphobie ».  Une fois de plus, nous assistons à des reportages 24/7 sur un nouveau phénomène qui considère les transsexuels comme une nouvelle classe de victimes dont les droits de l'homme sont en train d'être bafoués au Canada.  Non seulement le Canada est islamophobe, mais il est également transphobe sur la base de débats qui n'ont tout simplement pas été autorisés à avoir lieu.  C'est ainsi que nous constatons l'incapacité de nos cerbères à rendre compte des controverses entourant la bible des soins de santé conformes au genre, sous la forme de l'Association professionnelle mondiale pour la santé des transsexuels (WPATH).  Les pages de ces textes sacrés regorgent de protocoles qui dénigrent le droit au consentement éclairé.  Ces éléments, ainsi que la publication du rapport Cass, plaident en faveur de la nécessité d'entamer des discussions sérieuses sur la nature des soins d'affirmation du genre avant que la voie actuelle, incontestée, ne crée de nouveaux préjudices irréversibles pour les enfants victimes.  Qui sait, le Pérou a peut-être une bien meilleure approche lorsqu'il s'agit de définir le transgendérisme comme le problème psychologique qu'il était autrefois.  Le moment est-il enfin venu de cesser d'être « sur le Q.T »?


Le Pérou classe les non-binaires, les intersexes et les transsexuels dans la catégorie des maladies mentales. Pouvons-nous en discuter?
Le Pérou classe les non-binaires, les intersexes et les transsexuels dans la catégorie des maladies mentales. Pouvons-nous en discuter?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens.  Cliquez ici pour soutenir C3RF dès aujourd'hui.  Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





Si vous ne vous intéressez pas aux affaires de votre gouvernement, vous êtes condamnés à vivre sous le règne des imbéciles.
 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

Comentários


bottom of page