C3RF Update, 26 Nov 2021 – Dark places


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! November is C3RF membership drive month


Time flies and its once again time to consider expanding on C3RF’s considerable membership rolls (approaching some 40,000 now). Given that November is C3RF membership drive month, please consider talking to five friends about joining C3RF.

Someone has some “splainin” to do


Health Canada has some “splainin” to do when it comes to its recent authorization of Wuhan virus vaccines for 5- to 11- year-olds. How can it square its “duty of care” requirement to “do no harm” in accordance with the Hippocratic Oath when so many medical and scientific agencies and personalities have come out with authoritative studies highlighting the danger that such vaccines present – especially to the young!? How do they explain the fact that Germany, France and a host of other European countries have banned similar mRNA vaccines for those under 30? And how to explain Taiwan’s decision to suspend the use of these vaccines, including the Pfizer variant, in the 12- to 17- year-old age group due to heart inflammation concerns? Some “splainin” indeed.

Has Lucy, and Health Canada, got some "splainin" to do?

But is “splainin” enough in the matter of these vaccines and heart inflammation in the young? What about the wholesale marketing effort that is being put in place to cajole children, and their parents, into succumbing to a worrisome Wuhan virus jab. Take the example of the “Max the Vax” campaign being sponsored by the Canadian Medical Association (CMA) and the Ontario Association of Children’s Aid Societies (OACAS). This campaign uses a cartoon character to attract the attention of 5- year-olds even as it advises parents that they do not have to worry about the long-term effects of mRNA vaccines on their children. This, even though long term studies aren’t due for completion for the Pfizer vaccine until April 2023!

"Max the Vax" cartoon character used to market vaccines to kids

One wonders, if Wuhan virus vaccines are so good for kids, why does a cartoon character need to be used to market their uptake? The initiative smacks of manipulation and, when compared to similar efforts to market sugar and junk food to this same demographic, is frowned upon by society in general. Are the CMA and AOCAS actually taking advantage of the known fact that children ages 8 and younger lack the cognitive ability to recognize advertising's persuasive intent? One can only hope that parents have the good sense that God gave a goose to see through such exploitive machinations. In the meantime, however, a parent’s ability to make a risk/ benefit analysis on behalf of their children is not an easy task - particularly given the fact that information on the adverse effects of these vaccines, on any age group, is so hard to come. Who, for example, is even familiar with the reasons for the law suit being brought forward by the American Frontline Doctors (AFLDS) group aimed at halting the distribution of mRNA vaccines to those under the age of 16?

Dr. Simone Gold and the FLCCC sue the FDA to cease jabs for kids

Through a glass darkly


The biblical expression, “through a glass darkly”, is attributed to the apostle Paul and denotes a situation in which the true facts of a matter are obscured, if not completely hidden, from view. And so, we find ourselves in our Wuhan virus moment looking through such a crystal trying to understand the stream of contradictory information that confounds any attempt at effecting a risk/ benefit analysis when it comes to injecting Wuhan virus vaccines into our kids. On one hand we have longstanding data, from the onset of the contagion, that shows children to be at almost negligible risk of serious outcomes if infected. This fact, along with increasing evidence of heart inflammation in the young, is barely reported on by the main stream media and public health agencies. Rather than this, we are subjected to anecdotal tales of children horribly afflicted with the virus. A thirteen-year-old dies here and a fourteen-year-old dies there. Tellingly, however, no context is provided in the first instance regards comorbidities while, in the second, the wrong cause of death was assigned. Indeed, a provincial Chief Medical Officer was forced to make a public apology in the latter case for issuing a false alarm.

Alberta Chief Medical Officer, Deena Hinshaw, forced to apologize

The muddied matrix of information dealing with the risk/ benefit equations for all Canadian demographics when it comes to the Wuhan virus has been with us from the start. It is interesting to note that, over the course of the related 20 months plus, this information has consistently stressed the benefits of the vaccines over the risks in all age groups. You may experience blood clots, aneurisms, heart problems or strokes but these are “exceedingly rare” and far outweighed by the benefits of immunization, later to be downgraded to “protection”, afforded by the jab. This promise of benefit over risk is now being severely tested by the 5- to 11-year-old age group that is not at dire risk due to infection but is susceptible to known risks associated with the vaccine itself. Problem is, the dearth, and even obscuring, of hard data surrounding risks and benefits from the start has resulted in a situation where parents are unable to make an “informed choice” on behalf of their children. Anyone ever hear of the Nuremberg Code?

Nuremberg Code arose from post-WWII Nuremberg trials

Evidence as king


“But whoever causes one of these little ones who believe in Me to stumble, it would be better for him if a millstone were hung around his neck, and he were thrown into the sea.” Mark 9:42


The Nuremberg Code of 1947 put into print the world’s promise to never countenance the medical atrocities committed by the Nazi regime during WWII. These included the experimentation through injection of uninformed and unwilling participants. C3RF patron David Solway makes the case that the Wuhan virus vaccine injections are similarly experimental in nature and came to us with glaring deficiencies in the information required for Canadians to provide an “informed consent”. Rather than this, it is apparent that the public is succumbing to an “unholy mix of fear and official agitprop” as it offers up even its children to the beat of “vaccine good” hyperbole. Canadians have not done their “homework” and they have not demanded the information, the evidence, they need to make critical medical decisions for themselves and their children. It’s as if they are sacrificing their progeny to needy gods in the hope of receiving an appreciative pat on the head.

Are Canadian parents sacrificing their children to the “vaccine good” mantra?

If Canadians are to make informed decisions regards the risks and benefits associated with Wuhan virus vaccines in their own individual cases, or in the cases of their children, they need access to the related data and medical science. In this regard, it is interesting to note that no main stream media outlets have bothered to report on the “National Advisory Committee on Immunization (NACI) Recommendation on the use of the Pfizer-BioNTech COVID-19 vaccine (10 mcg) in children 5-11 years of age”. This report clears the way for the inoculation of children of this age group even as it states that the risk to them by virtue of becoming infected with the alpha or delta variant of the Wuhan virus is negligible. More importantly, however, is the acknowledgement that “it is unknown whether myocarditis/pericarditis will occur after the lower doses of mRNA present within pediatric COVID-19 vaccines for children 5-11 years of age” is administered. No risk due to infection but unknown risk of heart inflammation due to a mRNA vaccine. This is a favourable risk/ benefit equation?

NACI not sure if children safe from heart inflammation after vaccination

The obscuration, or lack of, vaccine and Wuhan virus information and evidence has become a national shame. So much so that the last living First Minister responsible for patriating the Constitution of Canada and its embedded Charter, the Honourable Brian Peckford, has become seized with remedying the embarrassing situation. I had the good fortune of recently interviewing the former Premier of Newfoundland and Labrador and he was adamant that the edicts, mandates and decrees that limit the rights and freedoms of Canadians under the Charter are without force or effect – they are lawless! This is the case as the authorities have not availed themselves of the evidence required to “demonstrably justify” their implementation in accordance with Section 1 of the same Charter. Evidence is king when justifying the restrictions to our civil liberties that we have been forced to endure over the course of the “pandemic” and our king is missing in action.

Brian Peckford, last living First Minister responsible for patriating our Constitution

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, Click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Note! Novembre est le mois de la campagne d'adhésion à C3RF


Le temps passe vite et il est à nouveau temps d'envisager d'augmenter le nombre considérable de membres de C3RF (qui avoisine maintenant les 40 000). Étant donné que novembre est le mois de la campagne d'adhésion à C3RF, veuillez envisager de parler à cinq amis de l'adhésion à C3RF.

Quelqu'un a des comptes à rendre


Santé Canada a des comptes à rendre en ce qui concerne sa récente autorisation des vaccins contre le virus Wuhan pour les enfants de 5 à 11 ans. Comment le ministère peut-il s'acquitter de son « devoir de diligence », qui consiste à « ne pas nuire » conformément au serment d'Hippocrate, alors que tant d'agences et de personnalités médicales et scientifiques ont publié des études faisant autorité et soulignant le danger que présentent ces vaccins - en particulier pour les jeunes? Comment expliquent-ils le fait que l'Allemagne, la France et une foule d'autres pays européens ont interdit les vaccins similaires à ARN messager pour les moins de 30 ans? Et comment expliquer la décision de Taïwan de suspendre l'utilisation de ces vaccins, y compris la variante Pfizer, dans la tranche d'âge des 12 à 17 ans en raison de craintes d'inflammation cardiaque? Il y a vraiment de quoi s'expliquer.

Ti-Père et Santé Canada ont des comptes à rendre à la Lionne!

Mais est-ce que les explications sont suffisantes en ce qui concerne ces vaccins et les inflammations cardiaques chez les jeunes? Que dire de l'effort de marketing de masse qui est mis en place pour ajoler les enfants, et leurs parents, afin qu'ils succombent à une inquiétante vaccinale. Prenons l'exemple de la campagne ontarienne « Max the Vax » parrainée par l'Association médicale canadienne (AMC) et l'Association ontarienne des sociétés d'aide à l'enfance (OACAS). Cette campagne utilise un personnage de dessin animé pour attirer l'attention des enfants de 5 ans, tout en conseillant aux parents de ne pas s'inquiéter des effets à long terme des vaccins à ARN messager sur leurs enfants. Et ce, même si les études à long terme ne doivent pas être achevées avant avril 2023 pour le vaccin Pfizer!

Le personnage de dessin animé « Max le Vax » utilisé pour commercialiser des vaccins auprès des enfants

On peut se demander, si les vaccins contre le virus de Wuhan sont si bons pour les enfants, pourquoi il faut utiliser un personnage de dessin animé pour promouvoir leur adoption? Cette initiative sent la manipulation et, si on la compare aux efforts similaires déployés pour promouvoir le sucre et la malbouffe auprès de ce même groupe démographique, elle est désapprouvée par la société en général. L'AMC et l'AOCAS profitent-elles en fait du fait connu que les enfants de 8 ans et moins n'ont pas la capacité cognitive de reconnaître l'intention persuasive de la publicité? On ne peut qu'espérer que les parents aient le bon sens pour voir à travers de telles machinations d'exploitation. En attendant, cependant, la capacité d'un parent à faire une analyse risques/bénéfices au nom de ses enfants n'est pas une tâche facile - en particulier compte tenu du fait que les informations sur les effets indésirables de ces vaccins, quel que soit le groupe d'âge, sont si difficiles à obtenir. Qui, par exemple, connaît les raisons du procès intenté par le groupe American Frontline Doctors (AFLDS) visant à stopper la distribution des vaccins à ARN messager aux moins de 16 ans?

Le Dr Simone Gold et le FLCCC poursuivent la FDA pour faire cesser les vaccins pour enfants

A travers un verre sombre


L'expression biblique « nous voyons au moyen d'un miroir, d'une manière obscure » est attribuée à l'apôtre Paul et désigne une situation dans laquelle les faits réels d'une affaire sont obscurcis, voire absents, de la vue. C'est ainsi que nous nous trouvons, à l'heure du virus Wuhan, à regarder à travers un tel mirroir pour essayer de comprendre le flot d'informations contradictoires qui brouille toute tentative d'analyse des risques et des avantages de l'injection de vaccins contre le virus Wuhan à nos enfants. D'une part, nous disposons de données de longue date, depuis le début de la contagion, qui montrent que les enfants présentent un risque presque négligeable de conséquences graves en cas d'infection. Ce fait, ainsi que les preuves de plus en plus nombreuses de l'inflammation cardiaque chez les jeunes, est à peine évoqué par les grands médias et les organismes de santé publique. Au lieu de cela, nous sommes soumis à des récits anecdotiques d'enfants affligés de façon horrible par le virus. Un enfant de treize ans meurt ici et un autre de quatorze ans là. Il est toutefois révélateur qu'aucun contexte ne soit fourni dans le premier cas concernant les comorbidités, tandis que dans le second, la cause du décès était erronée. En effet, un médecin-chef provincial a été contraint de présenter des excuses publiques dans le second cas pour avoir émis une fausse alerte.

La médecin-chef de l'Alberta, Deena Hinshaw, contrainte de s'excuser

Nous disposons depuis le début d'une matrice d'informations embrouillées sur les risques/avantages du virus de Wuhan pour tous les groupes démographiques canadiens. Il est intéressant de noter qu'au cours des 20 mois et plus qui ont suivi, ces informations ont toujours mis l'accent sur les avantages des vaccins par rapport aux risques dans tous les groupes d'âge. Vous pouvez être victime de caillots sanguins, d'anévrismes, de problèmes cardiaques ou d'accidents vasculaires cérébraux, mais ces problèmes sont « extrêmement rares » et largement compensés par les avantages de l'immunisation, qui sera ensuite réduite à la « protection », offerte par le vaccin. Cette promesse d'avantages par rapport aux risques est aujourd'hui mise à rude épreuve par le groupe d'âge des 5 à 11 ans, qui ne court pas de risque grave en raison d'une infection, mais qui est sensible aux risques connus associés au vaccin lui-même. Le problème, c'est que l'absence, voire l'occultation, de données concrètes sur les risques et les avantages dès le départ a abouti à une situation où les parents sont incapables de faire un « choix éclairé » au nom de leurs enfants. Personne n'a jamais entendu parler du Code de Nuremberg?

Le code de Nuremberg est né des procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale

La preuve doit régner


« Mais, si quelqu'un scandalisait un de ces petits qui croient, il vaudrait mieux pour lui qu'on lui mît au cou une grosse meule de moulin, et qu'on le jetât dans la mer. » Marc 9:42


Le code de Nuremberg de 1947 a mis sous presse la promesse du monde de ne jamais approuver les atrocités médicales commises par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. Celles-ci comprenaient l'expérimentation par injection de participants non informés et non consentants. Le parrain du C3RF, David Solway, fait valoir que les injections du vaccin contre le virus de Wuhan sont de nature expérimentale similaire et qu'elles nous sont parvenues avec des lacunes flagrantes dans les informations requises pour que les Canadiens puissent donner un « consentement éclairé ». Au contraire, il est évident que le public succombe à un « mélange impie de peur et d'agit-prop officiel » en offrant même ses enfants au rythme de l'hyperbole du « bon vaccin ». Les Canadiens n'ont pas fait leurs « devoirs » et n'ont pas exigé les informations, les preuves, dont ils ont besoin pour prendre des décisions médicales critiques pour eux-mêmes et leurs enfants. C'est comme s'ils sacrifiaient leur progéniture à des dieux indigents dans l'espoir de recevoir une tape bienveillante sur la tête.

Les parents canadiens sacrifient-ils leurs enfants au mantra du « bon vaccin »?

Si les Canadiens veulent prendre des décisions éclairées concernant les risques et les avantages associés aux vaccins contre le virus Wuhan dans leur propre cas ou dans celui de leurs enfants, ils doivent avoir accès aux données et à la science médicale. À cet égard, il est intéressant de noter qu'aucun média grand public n'a pris la peine de rendre compte de la « Recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) sur l'utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 (10 mcg) chez les enfants âgés de 5 à 11 ans ». Ce rapport ouvre la voie à l'inoculation des enfants de ce groupe d'âge, même s'il affirme que le risque médical pour ceux qui sont infectés par la variante alpha ou delta du virus Wuhan est négligeable. Plus important encore, cependant, est la reconnaissance du fait que « l'on ne sait pas si une myocardite/péricardite se produira après l'administration des doses plus faibles d'ARN messager présentes dans les vaccins pédiatriques COVID-19 pour les enfants âgés de 5 à 11 ans ». Il ne semble n'y avoir aucun risque dû à l'infection mais un risque inconnu d'inflammation cardiaque dû à un vaccin à ARN messager. S'agit-il d'un risque/bénéfice favorable?

Le CCNI ne sait pas si les enfants sont à l'abri d'une inflammation cardiaque après la vaccination

Le manque d'informations et de preuves sur les vaccins et le virus de Wuhan est devenu une honte nationale. À tel point que le dernier premier ministre vivant responsable du rapatriement de la Constitution du Canada et de sa Charte, l'honorable Brian Peckford, s'est vu confier la tâche de remédier à cette situation embarrassante. J'ai eu la chance de m'entretenir récemment avec l'ancien premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador et il était catégorique : les édits, mandats et décrets qui limitent les droits et libertés des Canadiens en vertu de la Charte sont sans force ni effet - ils sont illégaux! C'est le cas car ils ne se sont pas prévalus des preuves requises pour « justifier de façon démontrable » leur mise en œuvre conformément à l'article 1 de la même Charte. La preuve est reine lorsqu'il s'agit de justifier les restrictions à nos libertés civiles que nous avons été forcés d'endurer au cours de la « pandémie » et notre reine est absent.

Brian Peckford, le dernier Premier ministre vivant responsable du rapatriement de notre Constitution

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook , sur Gab, sur Parler et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à notre fil Twitter ici et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts