top of page

C3RF Update, 28 Apr 2023 – No country for sheepdogs


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms
 

Remarque! La version française suit un peu plus bas



If you weren’t happy with the last three years of pandemic edicts, mandates and decrees that had their origins in the World Health Organization (WHO) recommendations, just think how happy you’ll be if the WHO took over Canadian public health responsibilities through a newly minted international treaty and changes in related International Health Regulations (IHR). All of this is taking place behind your back and in secret by your own government – unless you say NO!

 

Sheepdogs


For it's Tommy this, an' Tommy that, an' "Chuck him out, the brute!"

But it's "Saviour of 'is country" when the guns begin to shoot;


An' it's Tommy this, an' Tommy that, an' anything you please;

An' Tommy ain't a bloomin' fool -- you bet that Tommy sees! ”Tommy” by Rudyard Kipling


The term “sheepdog” literally applies to those loyal canines trained and at the ready to protect the herds of sheep they are responsible for. In the figurative sense, the term is also used to describe those amongst us who stand watch to keep the everyday citizen safe from those who would prey upon them. As we all scatter in the face of malintent, the sheepdog runs towards the threat to engage it in no uncertain terms. These heroes do not imperil their own safety out of love for rough and tumble times but for the love of those they feel obliged to protect – the “widows and orphans” of our age. Such men and women were the stuff of heroism in days past as the likes of Dietrich Bonhoeffer and Johanna Eck can attest to. Bonhoeffer was the linchpin of the German Protestant resistance to the Nazi regime while Eck selflessly sheltered the victims of this same cabal to become lauded as one of the “righteous among the nations”. Today, however, such as these would be pigeon-holed as “conspiracy theorists” and tin-hat crazies.

Dietrich Bonhoeffer and Johanna Eck - the righteous among the nations

Such heroes walk amongst us today but you would be hard-pressed to recognize them. You wouldn’t know they are sheepdogs given the slagging they receive from Canadian officialdom and its fawning media echo chamber but, still, they venture forth to protect the herd. One case in point is Sgt. Rick Abbott of the Edmonton Polices Services (EPS) who was recently seen testifying at the newly formed and independent National Citizens Inquiry (NCI). The NCI is dedicated to discovering just what befell Canadians and their civil liberties during the Wuhan virus crisis and seeks to determine just how such abuses can be avoided in the future. Abbott testified that, after 25 years of commanding special police forces and running towards gunfire, he has a hard time recognizing his own country after three years of pandemic dictatorship.

Sgt. Rick Abbott formerly of the Edmonton Polices Services

Sgt Abbott’s (Ret’d) testimony revealed his surprise at being drummed out of the Edmonton Police Services after his very distinguished career. He was unceremoniously removed from his duties for taking a day of his own personal time to travel to the Milk River and Coutts, Alberta trucker protests to see just what was transpiring with his own eyes. This action, coupled with his hesitancy to detail his own medical status to his employer, was determined to be a “discreditable” act that was punished by a forced leave of absence, with and without pay successively, followed by outright termination through “early retirement”. Abbott’s forced retirement was a hard pill to swallow as it was not only unjustified but cost him and his family “millions”. He saw himself going from hero to zero for simply using his personal time to check on the validity of media narratives that were characterizing Freedom Convoy 2022 protesters as misogynists, racists and folk from the “fringe”. The irony of his dismissal ran thick as he noted that other uniformed officers in the EPS received no such heavy-handed treatment for kneeling in supplication to Black Lives Matters protesters under similar Wuhan virus conditions.

Canadian police OK'd to support certain political causes but not others?
 

No country for sheepdogs


Sgt. Abbott is one sheepdog that today’s Canada will never laud as one of the “righteous among the nations”. Indeed, his circumstances can be seen to have parallels with the plot and themes associated with the 2007 Oscar-winning movie, “No Country for Old Men”. In this movie, Josh Brolin plays a Vietnam vet who stumbles across a bag of drug cash gone astray from a Mexican cartel. His greed gets the better of him and he decides to keep the ill-gotten gain in the face of efforts by a darkly evil and relentless assassin played by Javier Bardem. The battle between greed and evil progresses with mayhem at every turn as innocent bystanders are caught up in the fury that the two unleash on each other. Enter the sheepdog in the form of a near-retirement sheriff played by Tommy Lee Jones. Jones frantically tries to get ahead of the violence but is always one step behind. He regards the assassin with “wonderment, as if astonished that such a merciless creature could exist” even as he recalls his younger years in law enforcement when he barely needed to carry a sidearm. Somehow, over the years, a commonly understood concept of moral responsibility had been lost and society had descended into mayhem with sheepdogs relegated to a never-ending game of catch-up.

Are greed and evil overcoming our sheepdogs?

Sgt Abbott can be seen to have a lot in common with Tommy Lee’s character when he testified that evil takes the lead when the “bold” leaders of our day get swamped by conforming masses. Abbott also noted that all public agencies seem to be held within the sway of dark influences as doctors, teachers and legal professionals find themselves in the same boat as police officers who are being coerced into affirming woke narratives – even as these same dark storylines are marshalled against them to make them suffer. He concurrently, however, offered a ray of hope by confidently stating that the “moral superiority” of the “bold” has a quality of its own that is capable of matching the quantity of mass formation thinking that is arrayed against it. It is this power that can have the ability to rouse the masses to action and “create the conditions for the re-emergence of creativity, individuality and human connectedness and lives based, finally, on ethical and moral choices tried and tested in our communities and civil society”.

Tommy Lee Jones as the sheepdog sheriff in "No Country for Old Men"

The fact that Canadian sheepdogs persist in a land so enmeshed in the destructiveness of woke narratives is a wonderment. The sheer magnitude of the toxic ideologies with which they battle is evidenced on a daily basis and includes the insanity that sees our public health authorities citing capitalism, white supremacy, climate change and colonialism as factors that are “undermining the collective process” required to deal with our public health emergencies. For their part, the sheepdogs cannot countenance such clear hat-tips to Marxist thinking and see them as antithetical to the common-sense solutions that free-thinking Canadians can bring to the table. Likewise, they fail to see any truth in assertions that would have us believe that children can have consensual sex with adults even as they are butchered in the name of gender affirming health care. This country may not be for sheepdogs but, then again, it is quite evident it is in dire need of them.

Canada may be hostile to sheepdogs but is in dire need of them?
 

Sheepdogs show up, refuse to quit


The thing about sheepdogs is that, even through they may not be appreciated and they are few and far between, they never fail to show up and they never quit. So, it is with another National Citizens Inquiry witness, Canadian embalmer Laura Jeffery. Laura hails from the Maritimes and is a very senior embalmer with 27 years of experience. She testified that she has never seen so many middle-aged, suddenly dead persons come through her doors since a second lockdown (through suicide) and the rollout of Wuhan virus vaccines. In the latter instance she noted that many of the dead on her embalming table were average persons “who just came home from work” to “die suddenly” with no questions asked or investigations convened. Laura also noted that the propensity of her clients displayed “micro-clots” and thickening of the blood and, most disturbingly, a whole new anomaly in the form of long stringy “fibrous masses” (photo at 19:00 mark of video) that got longer and more profuse as the year 2021 dragged on. Ms. Jeffery was astonished with her find and wondered why it was up to her to report on such significant developments. Where were the medical and public health professionals in all of this? Where were the autopsies?

Senior embalmer, Laura Jeffery, discusses "fibrous masses" at during NCI testimony

The testimony of Ms. Jeffery, to those wedded to the woke narrative of “safe and effective”, could be passed off as tin-hat conspiracy theory if not for the findings of renowned German pathologist Arne Burkhardt. His expert autopsy findings revealed evidence of the “spike protein” in the systems of the “died suddenly” even as there was no indication of previous Wuhan virus infection. Additionally, he reported on an extremely worrisome “new pathology” in the form of, you guessed it, fibrous masses in the circulatory system. It was determined that these masses developed with the cooling of the body and consisted of a “consolidation of proteins previously dissolved in the blood” (5:00 minute mark of video). This was all summarized by Dr. John Campbell who went on to remark on the fact that the absence of Wuhan virus infection in the “died suddenly”, even as spike protein was in evidence, all pointed to the very real possibility that the Wuhan virus vaccines were causal in these instances. It would appear Ms. Jeffery’s testimony is being corroborated by pathologists who are still struggling with identifying a heretofore non-existent pathology.

Are fibrous masses a new pathology linked to Wuhan virus vaccines?

Dr. Campbell noted, as did Ms. Jeffery, that national public health and medical agencies remain very much on the sidelines as “new pathologies” kill in increasing numbers. He stated the very least that these agencies could do is commence investigations supported by the full weight and authority vested within these institutions. Ms. Jeffery’s wonderment that it is left up to her, a mere embalmer, to ring alarm bells when so many professionals and scientists sit on their thumbs is certainly justified. Then again, she is a sheepdog whose conscience will not allow her to forego the obligation she has to the truth and to the public-at-large. She could easily relate to the two dreams that the retired sheriff had at the end of “No Country for Old Men”:

  • the first dream saw him feeling extreme guilt for losing money he promised to his father; and

  • the second dealt with his horse borne father slowly riding past him to build a camp and a fire for his son in the dark night ahead.

Perhaps these dreams were meant to recognize a sheepdog’s compulsion to act in response to a weighty conscience. Perhaps they spoke to a well-deserved respite at the end of a journey in a cold and dark Canada.

Dr. John Campbell asks, "where are the Canadian pathologists"?
 

Thanks for your continued support


Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Facebook, on Twitter, on Gab, on Gettr and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also view our social media feed here and view our videos on YouTube, on Rumble and on Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



 
DONATE NOW!
 

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés
 

Si vous n'étiez pas satisfaits des trois dernières années d'édits, de mandats et de décrets sur les pandémies qui trouvaient leur origine dans les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), imaginez à quel point vous seriez heureux si l'OMS prenait en charge les responsabilités du Canada en matière de santé publique par le biais d'un nouveau traité international et de changements dans le Règlement sanitaire international (RSI). Tout cela se fera dans votre dos et en secret par votre propre gouvernement - à moins que vous ne disiez NON!

 

Chiens de berger


Car c’est Tommy ceci et Tommy cela, et « Dehors, animal! »,

Mais c’est « Sauveur de la patrie » quand les fusils commencent à tirer;

Et c’est Tommy ceci et Tommy cela, et tout ce que vous voudrez;

Et Tommy n’est pas complètement idiot — bien sûr que Tommy y voit clair! « Tomy, par Rudyard Kipling »


Le terme « chien de berger » s'applique littéralement à ces fidèles canins dressés et prêts à protéger les troupeaux de moutons dont ils ont la charge. Au sens figuré, le terme est également utilisé pour décrire ceux d'entre nous qui montent la garde pour protéger les citoyens ordinaires de ceux qui voudraient s'en prendre à eux. Alors que nous nous dispersons tous face à la malveillance, le chien de berger court vers la menace pour l'affronter sans détour. Ces héros ne mettent pas en péril leur propre sécurité par amour pour les temps difficiles, mais par amour pour ceux qu'ils se sentent obligés de protéger, les « veuves et les orphelins » de notre époque. Ces hommes et ces femmes étaient autrefois des héros, comme en témoignent Dietrich Bonhoeffer et Johanna Eck. Bonhoeffer a été la clé de voûte de la résistance protestante allemande au régime nazi, tandis qu'Eck a abrité de manière désintéressée les victimes de cette même cabale, ce qui lui a valu d'être considérée comme l'une des « Justes parmi les nations ». Aujourd'hui, cependant, de telles personnes seraient cataloguées comme des « théoriciens de la conspiration » et des fous.

Dietrich Bonhoeffer et Johanna Eck - les justes parmi les nations

De tels héros marchent parmi nous aujourd'hui, mais vous seriez bien en peine de les reconnaître. Vous ne sauriez pas qu'il s'agit de chiens de berger étant donné les critiques qu'ils reçoivent de la part de l'administration canadienne et de sa chambre d'écho médiatique, mais ils s'aventurent tout de même à protéger le troupeau. C'est le cas du sergent Rick Abbott, de l'Edmonton Polices Services (EPS), que l'on a vu récemment témoigner dans le cadre de la nouvelle enquête « National Citizens Inquiry » (NCI). Cette enquête a pour but de découvrir ce qui est arrivé aux Canadiens et à leurs libertés civiles lors de la crise du virus de Wuhan et de déterminer comment de tels abus peuvent être évités à l'avenir. Abbott a déclaré qu'après 25 ans passés à commander des forces de police spéciales et à fuir les coups de feu, il avait du mal à reconnaître son propre pays après trois ans de dictature pandémique.

Sergent Rick Abbott, anciennement des services de police d'Edmonton

Le témoignage du sergent Abbott (retraité) a révélé sa surprise d'avoir été écarté des services de police d'Edmonton après une brillante carrière. Il a été démis de ses fonctions sans cérémonie pour avoir pris une journée de son temps personnel pour se rendre aux manifestations de camionneurs de Milk River et de Coutts, en Alberta, afin de voir de ses propres yeux ce qui s'y passait. Cette action, associée à son hésitation à détailler son propre état de santé à son employeur, a été considérée comme un acte « discréditant » qui a été sanctionné par un congé forcé, avec et sans solde successivement, suivi d'un licenciement pur et simple par le biais d'une « retraite anticipée ». La pilule de la retraite forcée d'Abbott a été dure à avaler, car elle était non seulement injustifiée, mais elle lui a coûté, ainsi qu'à sa famille, des « millions ». Il s'est vu passer du statut de héros à celui de zéro pour avoir simplement utilisé son temps libre pour vérifier la validité des récits des médias qui qualifiaient les manifestants du convoi Liberté 2022 de misogynes, de racistes et de personnes « marginales ». L'ironie de son licenciement a pris toute son ampleur lorsqu'il a fait remarquer que d'autres agents en uniforme de l'EPS n'avaient pas reçu un traitement aussi sévère pour s'être agenouillés en signe de supplication devant les manifestants de Black Lives Matters dans des conditions similaires à celles du virus de Wuhan.

La police canadienne est autorisée à soutenir certaines causes politiques mais pas d'autres?
 

Pas de pays pour les chiens de berger


Le sergent Abbott est un chien de berger que le Canada d'aujourd'hui ne saluera jamais comme l'un des « justes parmi les nations ». En effet, sa situation peut être comparée à l'intrigue et aux thèmes du film oscarisé en 2007, « No Country for Old Men (Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme)». Dans ce film, Josh Brolin incarne un vétéran du Viêt Nam qui tombe sur un sac de drogue égaré par un cartel mexicain. Sa cupidité prend le dessus et il décide de garder le gain mal acquis malgré les efforts d'un assassin sombrement maléfique et implacable joué par Javier Bardem. La bataille entre l'avidité et le mal progresse et le chaos s'installe à chaque tournant, tandis que des passants innocents sont pris dans la fureur que les deux se déchaînent l'un contre l'autre. C'est alors qu'entre en scène le chien de berger, un shérif presque à la retraite joué par Tommy Lee Jones. Jones tente frénétiquement de devancer la violence, mais il a toujours un temps de retard. Il considère l'assassin avec « émerveillement, comme s'il était étonné qu'une créature aussi impitoyable puisse exister », alors même qu'il se souvient de ses jeunes années dans les forces de l'ordre, lorsqu'il n'avait guère besoin de porter une arme de poing. D'une manière ou d'une autre, au fil des ans, la notion de responsabilité morale, communément admise, s'est perdue et la société a sombré dans le chaos, les chiens de berger étant relégués à un jeu de rattrapage sans fin.

La cupidité et le mal ont-ils raison de nos chiens de berger?

Le sergent Abbott peut être considéré comme ayant beaucoup en commun avec le personnage de Tommy Lee lorsqu'il déclare que le mal prend le dessus lorsque les leaders « audacieux » de notre époque sont submergés par des masses qui se conforment. Abbott a également noté que tous les organismes publics semblent être sous l'emprise d'influences sombres: les médecins, les enseignants et les juristes se retrouvent dans la même situation que les policiers, contraints d'adhérer à des récits woke, alors même que ces mêmes récits wokebres sont brandis contre eux pour les faire souffrir. Il a cependant offert une lueur d'espoir en affirmant avec confiance que la « supériorité morale » des « audacieux » possède une qualité propre capable de rivaliser avec la quantité de pensée de formation de masse qui est dressée contre elle. C'est ce pouvoir qui peut inciter les masses à l'action et « créer les conditions d'une réémergence de la créativité, de l'individualité et des liens humains et de vies basées, finalement, sur des choix éthiques et moraux testés et éprouvés dans nos communautés et dans la société civile ».

Tommy Lee Jones as the sheepdog sheriff in "No Country for Old Men"

Le fait que les chiens de berger canadiens persistent dans un pays aussi enchevêtré dans la destructivité des récits woke est presqu'un miracle. L'ampleur même des idéologies toxiques avec lesquelles ils se battent est mise en évidence quotidiennement et comprend la folie qui voit nos autorités de santé publique citer le capitalisme, la suprématie blanche, le changement climatique et le colonialisme comme des facteurs qui « sapent le processus collectif » nécessaire pour faire face à nos urgences de santé publique. Pour leur part, les chiens de berger ne peuvent admettre de tels coups de chapeau à la pensée marxiste et les considèrent comme contraires aux solutions de bon sens que les Canadiens libres d'esprit peuvent apporter à la table. De même, ils ne voient aucune vérité dans les affirmations qui voudraient nous faire croire que les enfants peuvent avoir des relations sexuelles consensuellesavec des adultes alors même qu'ils sont massacrés au nom de soins de santé qui tiennent compte de leur sexe. Ce pays n'est peut-être pas fait pour les chiens de berger, mais il est évident qu'il en a grand besoin.

Le Canada est peut-être hostile aux chiens de berger, mais il en a grand besoin?
 

Les chiens de berger se présentent et refusent d'abandonner


Ce qui caractérise les chiens de berger, c'est que, même s'ils ne sont pas appréciés et qu'ils sont peu nombreux, ils ne manquent à leur devoir et n'abandonnent jamais. C'est le cas d'un autre témoin de l'Enquête nationale sur les citoyens, l'embaumeuse canadienne Laura Jeffery. Laura est originaire des Maritimes et a 27 ans d'expérience en tant qu'embaumeuse. Elle a déclaré qu'elle n'avait jamais vu autant de personnes d'âge moyen soudainement décédées franchir ses portes depuis un deuxième confinement (par suicide) et le lancement des vaccins contre le virus de Wuhan. Dans ce dernier cas, elle a noté que beaucoup des morts sur sa table d'embaumement étaient des personnes ordinaires « qui rentraient juste du travail » pour « mourir soudainement » sans qu'aucune question ne soit posée ou qu'aucune enquête ne soit menée. Laura a également noté que la plupart de ses clients présentaient des « microcaillots » et un épaississement du sang et, plus inquiétant encore, une toute nouvelle anomalie sous la forme de longues « masses fibreuses » filandreuses (photo à 19:00 de la vidéo) qui devenaient de plus en plus longues et abondantes au fur et à mesure que l'année 2021 s'écoulait. Mme Jeffery s'étonne de sa découverte et se demande pourquoi c'est à elle qu'il incombe de rendre compte d'évolutions aussi importantes. Où étaient les professionnels de la médecine et de la santé publique dans tout cela? Où étaient les autopsies?

Laura Jeffery, embaumeuse chevronnée, parle de « masses fibreuses » lors de son témoignage devant le NCI

Le témoignage de Mme Jeffery, pour ceux qui sont attachés à la théorie de la sécurité et de l'efficacité, pourrait passer pour une théorie du complot si ce n'était les conclusions du célèbre pathologiste allemand Arne Burkhardt. Les résultats de son autopsie ont révélé la présence de la protéine « spike » ou péplomère dans le système des personnes décédées subitement, alors qu'il n'y avait aucune indication d'une infection antérieure par le virus de Wuhan. En outre, il a fait état d'une « nouvelle pathologie » extrêmement inquiétante sous la forme, vous l'aurez deviné, de masses fibreuses dans le système circulatoire. Il a été établi que ces masses se développaient avec le refroidissement du corps et consistaient en une « consolidation des protéines précédemment dissoutes dans le sang » (5:00 minute de la vidéo). Tout cela a été résumé par le Dr John Campbell, qui a ensuite fait remarquer que l'absence d'infection par le virus Wuhan chez les personnes « décédées subitement », alors même que la présence de péplomères était évidente, indiquait la possibilité très réelle que les vaccins contre le virus Wuhan aient été la cause de ces décès. Il semblerait que le témoignage de Mme Jeffery soit corroboré par les pathologistes qui s'efforcent toujours d'identifier une pathologie jusqu'ici inexistante.

Les masses fibreuses sont-elles une nouvelle pathologie liée aux vaccins contre le virus Wuhan?

Le Dr Campbell a fait remarquer, à l'instar de Mme Jeffery, que les agences nationales de santé publique et de médecine restent très en marge alors que les « nouvelles pathologies » font de plus en plus de victimes. Il a déclaré que le moins que ces agences puissent faire est d'entamer des enquêtes soutenues par le poids et l'autorité dont elles sont investies. L'étonnement de Mme Jeffery, qui s'étonne que ce soit à elle, simple embaumeuse, de tirer la sonnette d'alarme alors que tant de professionnels et de scientifiques se tournent les pouces, est certainement justifié. Mais elle est aussi un chien de berger dont la conscience ne lui permet pas de renoncer à l'obligation qu'elle a envers la vérité et le grand public. Elle pourrait facilement s'identifier aux deux rêves que fait le shérif à la retraite à la fin de « No Country for Old Men »:

  • le premier rêve l'a vu se sentir extrêmement coupable d'avoir perdu l'argent qu'il avait promis à son père; et

  • le second rêve montrait son père à cheval qui passait lentement devant lui pour construire un camp et un feu pour son fils dans la nuit noire qui s'annonçait.

Peut-être ces rêves étaient-ils destinés à reconnaître la nécessité pour un chien de berger d'agir en réponse à une lourde conscience. Ils évoquent peut-être un répit bien mérité à la fin d'un voyage dans un Canada froid et sombre.

Le Dr John Campbell demande « où sont les pathologistes canadiens »?
 

Merci pour votre soutien continu


Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres roupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir le C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Facebook, sur Twitter, sur Gab, sur Gettr et sur notre site web et partager avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste de la lutte continue pour les droits de la Charte au Canada. Vous pouvez également vous joindre à archives des médias sociaux et consultez nos vidéos sur YouTube, sur Rumble et sur Odysee.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





 
FAITES UN DON MAINTENANT
 

コメント


bottom of page