C3RF Update, 30 Apr 2021 – Full court press


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Full court press


The “full court press” is a basketball strategy that sees an aggressor team harass the other for the full length of the court. It’s a risky gambit that runs counter to the normal practise of retiring to one’s own half of the court when the opponent gains possession of the ball in his. This latter, more orthodox, approach allows for the setting up of an organized set-piece defence while slowing down the pace of the game and preventing exhaustion. The full court press, on the other hand, takes a physical toll as the aggressor team is continually on the move and on the ball - the objective being to force a turnover and score points through a quick layup.

Figure 1 Full court press and forcing a turnover

The “full court press” is physically demanding and not the norm. Accordingly, it is most often seen in the college leagues where players are younger and more fleet of foot. Even then, it is usually only employed given certain conditions. These include occasions where the clock is running down and a small point gap needs to be closed for the win. They also include the situation where the opposition team lacks the decision-making and leadership skills of strong point guards capable of moving the ball through the attackers with strong, accurate passing. Do you begin to see an analogy here between the full court press in a basketball game and the harassment that everyday Canadians are experiencing when it comes to the Wuhan virus?

Figure 2 Point guard on the move

The analogy is not that much of a stretch when one considers the incessant bombardment of Wuhan virus propaganda that everyday citizens are forced to endure. Case count information, for example, is non-stop even as other data, such as year-over-year all-cause fatality rates, slide silently into the deep. Could it be that case counts, rising on the coattails of known PCR testing faults, make the point that we need to be scared? How is it that we can be in the grips of a pandemic when overall death rates did not increase in the “annus horribilis” that was 2020 but rather were “consistent with the mortality rates experienced over the period 2016-2019”? And how is it that the normal evolution of a virus into a plethora of “variants” becomes a scary harbinger of mounting death – even as numbers of deaths due to the Wuhan virus is actually far less now than it was in the first wave of March/ April 2020? Are we facing this “full court press” because time is short for its beneficiaries or because we are led by weak leaders whose decision-making skills are woefully inadequate? Or both?

Figure 3 Minister of Health Hajdu
Figure 4 Canadian Chief Medical Officer Tam

Stampede vaccinations


Lacking any effort to uncover therapeutics capable of tamping down the Wuhan virus before it becomes an inflammatory ailment, Canadians are stuck with the sole strategy of locking down until a vaccine arrives at their doorsteps. This approach flies in the face of accepted epidemiological measures that were employed effectively in the one hundred years prior to the “annus horribilis of 2020. This approach saw securing the sick away from the population at large, seeking therapeutics to comfort the symptomatic and letting the rest of the nation carry on its business as usual. The lifting of civil liberties across the board for the healthy along with the sick, until vaccines have arrived and beyond, was never countenanced. After all, societies had existed cheek by jowl with contagions since the dawn of civilization and vaccines took decades to roll out. Until now!

Figure 5 Annus horribilis

Now, of course, we have miracle technologies that use gene-based instructions to prompt an individual’s own cells to make a Wuhan virus “spike protein”. This protein, in turn, is recognized by the body’s immune system and initiates the production of disease-fighting anti-bodies. Problem is, these vaccines are “experimental” in nature and have yet to be tested against their long-term effects. Additionally, they are known to facilitate “enhanced” immune and allergic reactions. In line with the “full court press” we are currently experiencing when it comes to Wuhan virus information, these facts are far removed from the public debate, such as it is, that surround our sole “lockdown to vaccination” solution. Indeed, discussing such realities might give one pause when considering the support of such a solution and embracing the loss of one’s civil liberties to boot. Panic needs to be maintained if pokes are to be sustained.

Figure 6 Panic in the face of the known

The absence of discussing the risks associated with these new technology vaccines is worrisome from an “informed consent” perspective. Such consent is mandated by the Nuremberg Code of 1947 as a result of the Nazi medical atrocities committed over the course of WWII. The code details that experimentation on human subjects, as are “investigational” Wuhan virus vaccination programs, require the “voluntary informed consent” of participants – like you and me. Problem is, authoritative researchers fear that the risk of “Antibody Dependant Enhancement (ADE)” presented by these same vaccines is woefully understated in the consent forms presented to these same participants. Accordingly, in the rush to get everyone vaccinated we are seeing the risk/ benefit equation that all need to be made aware of fall by the wayside.

Figure 7 Risk v Benefit

Duty of care


ADE sees a dangerous overresponse of the immune system given challenges presented by a virus “in the wild”. This overreaction leads to inflammation and tissue damage that can prove deadly and can be seen to be more prominent in younger populations that have stronger immune systems. It is of no small interest that Israel is now investigating an abnormal increase in heart inflammations on the heels of its expansive Pfizer vaccination program. Inflammations that are mostly reported among people “up to the age of 30”. One wonders, given the known fact that the young are least effected by the Wuhan virus and the possibility that they may be more susceptible to ADE, how any risk/ benefit analysis tips the scale in favour of their vaccination. Are they, and their parents, being provided with the knowledge they need to make an “informed consent”? Do authorities responsible for our vaccination programs have a “duty of care” to ensure they are in receipt of such knowledge?

Figure 8 Duty of care

When it comes to “duty of care” it would seem that Canadian governments of all levels are just too busy executing the “full court press” to care. If money is an indicator, it would appear that the “press” is more about getting jabs in arms, setting up unrelated social programs and funding a “green new deal” that aligns the nation’s economy with the United Nations’ Agenda 2030 Sustainability Development Goals (SDGs). The proof is in the pudding when one reviews the latest federal budget that:

  • sets aside additional funding for extended lockdown of the economy;

  • reduces tax rates for “zero-emission” technologies;

  • directs billions to kickstart a green economy;

  • directs billions to a child care program;

  • reduces GHG emissions by 36% below 2005 levels by 2030 (target revised to 40 – 45% a few days later); and

  • fails to fund health initiatives in any meaningful way.

If the federal government is putting its (your) money where its mouth is, it seems to be saying that individual rights and freedoms take a back seat to population control and a re-imagined economy that meets global expectations.

Figure 9 Energy sometimes
Figure 10 Geoffrey Clarefield

If ever there was a time for Canadians to remind their “betters” that individual rights and freedoms matter, not just as a nice thing to have but as a first-order priority, it is now. We at C3RF are here to do just that and, hopefully, inspire you to make your voice known to those who would serve you in the halls of political power – at whatever level of government. In the meantime, we are proud to announce the instatement of yet another honorary Patron who will be joining Christine Douglass-Williams and Salim Mansur in that capacity. He is Geoffrey Clarefield. Geoffrey has a long and distinguished career in human rights and is now a co-director with the Yezidi Rescue Committee. Welcome aboard Geoffrey.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook, on Gab, on Parler and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

Le full court press


Le « full court press » ou « pression tout terrain » est une stratégie de basket-ball qui voit une équipe agressive harceler l'autre sur toute la longueur du terrain. C'est un pari risqué qui va à l'encontre de la pratique normale qui consiste à se retirer dans sa propre moitié de terrain lorsque l'adversaire prend possession du ballon dans la sienne. Cette dernière approche, plus orthodoxe, permet de mettre en place une défense organisée tout en ralentissant le rythme du jeu et en évitant l'épuisement. La pression sur tout le terrain, en revanche, est très éprouvante car l'équipe qui attaque est constamment en mouvement et en possession du ballon, l'objectif étant de forcer un retournement de situation et de marquer des points en se positionnant rapidement sous le panier.

Figure 1 full court press

Le « full court press » est physiquement exigeant et n'est pas la norme. Par conséquent, on l'observe souvent dans les ligues universitaires où les joueurs sont plus jeunes et plus agiles. Même dans ce cas, il n'est généralement employé que dans certaines situations. Il s'agit notamment de fins de partie où un petit écart de points doit être comblé pour gagner. Il s'agit également de situations où l'équipe adverse n'a pas les capacités de décision et de leadership de solides meneurs de jeu capables de faire circuler le ballon parmi les attaquants grâce à des passes précises. Commencez-vous à voir une analogie entre la pression sur le terrain dans un match de basket-ball et le harcèlement que subissent les Canadiens dans le cadre du virus de Wuhan?

Figure 2 garde en mouvement

L'analogie n'est pas si exagérée si l'on considère la propagande incessante sur le virus Wuhan que les citoyens ordinaires sont obligés d'endurer. Les informations sur le nombre de cas, par exemple, sont diffusées en continu, alors même que d'autres données, comme les taux de mortalité dont toutes les causes sont confondues, glissent dans l'oubli ou l'ignorance. Se pourrait-il que le nombre de cas, qui augmente grâce aux défauts connus des tests PCR,nous forcent d'avoir peur? Comment se fait-il que nous puissions être aux prises avec une pandémie alors que les taux de mortalité globaux n'ont pas augmenté au cours de l'« annus horribilis »qu'a été 2020, mais qu'ils ont plutôt été « conformes aux taux de mortalité enregistrés au cours de la période 2016-2019 »? Et comment se fait-il que l'évolution normale d'un virus en une pléthore de « variantes » devienne un effrayant signe avant-coureur d'une mortalité croissante, alors même que le nombre de décès dus au virus de Wuhan est aujourd'hui bien inférieur à ce qu'il était lors de la première vague de mars-avril 2020? Sommes-nous confrontés à cette « full court press » parce que le temps est compté pour ses bénéficiaires ou parce que nous sommes dirigés par des leaders faibles dont les capacités de décision sont terriblement inadéquates? Ou les deux?

Figure 3 la ministre de la santé Hajdu
Figure 4 administratrice en chef de l'Agence de la santé publique du Canada Tam

La course folle aux vaccins


En l'absence de tout effort pour découvrir des thérapies capables d'endiguer le virus de Wuhan avant qu'il ne devienne une maladie inflammatoire, les Canadiens n'ont d'autre stratégie que de rester bloqués jusqu'à ce qu'un vaccin arrive à leur porte. Cette approche va à l'encontre des mesures épidémiologiques reconnues qui ont été utilisées efficacement au cours des cent années précédant l' « annus horribilis de 2020 ». Cette approche consistait à mettre les malades à l'abri de la population en général, à chercher des thérapeutiques pour réconforter les symptomatiques et à laisser le reste de la nation poursuivre ses activités comme si de rien n'était. La suppression des libertés civiles pour les personnes en bonne santé comme pour les malades, jusqu'à l'arrivée des vaccins, n'avait jamais été envisagée. Après tout, les sociétés ont vécu côte à côte avec les contagions depuis l'aube de la civilisation et les vaccins ont mis des décennies à arriver. Mais plus maintenant!

Figure 5 Annus Horribilis

Aujourd'hui nous disposons de technologies miraculeuses qui utilisent des instructions basées sur des gènes qui incitent les cellules d'un individu à fabriquer une « protéine spicule ou péplomère » du virus Wuhan. Cette protéine, à son tour, est reconnue par le système immunitaire de l'organisme et déclenche la production d'anticorps qui combattent la maladie. Le problème est que ces vaccins sont de nature « expérimentale » et que leurs effets à long terme n'ont pas encore été testés. En outre, ils sont connus pour favoriser des réactions immunitaires et allergiques « renforcées ». Dans la lignée du « full court press » que nous subissons actuellement lorsqu'il s'agit d'informations sur le virus de Wuhan, ces faits sont tenus à l'écart du débat public qui justifie notre seule solution de « confinement suivi de la vaccination ». En effet, discuter de ces réalités pourrait nous faire réfléchir avant de soutenir une telle solution et d'accepter la perte de nos libertés civiles. La panique doit être entretenue...

Figure 6 Panique en face de nos connaissances

L'absence de discussion sur les risques associés à ces vaccins de nouvelle technologie est inquiétante du point de vue du « consentement éclairé ». Ce consentement est imposé par le code de Nuremberg de 1947, à la suite des atrocités médicales commises par les nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le code précise que l'expérimentation sur des sujets humains, comme le sont les programmes « expérimentaux » de vaccination contre le virus de Wuhan, nécessite le « consentement éclairé volontaire » des participants - comme vous et moi. Le problème, c'est que les chercheurs qui font autorité craignent que le risque de « renforcement de la dépendance aux anticorps » présenté par ces mêmes vaccins soit terriblement sous-estimé dans les formulaires de consentement présentés aux participants. En conséquence, dans la précipitation à faire vacciner tout le monde, nous voyons l'équation risque/bénéfice, dont tout le monde doit être informé, passer à la trappe.

Figure 7 Risques et avantages

Devoir de vigilance


La dépendance accrue aux anticorps est une réaction excessive dangereuse du système immunitaire face aux défis posés par un virus « à l'état sauvage ». Cette réaction excessive conduit à une inflammation et à des lésions tissulaires qui peuvent s'avérer mortelles. On constate qu'elle est plus importante chez les populations jeunes dont le système immunitaire est plus fort. On remarque qu'Israël étudie actuellement une augmentation anormale des inflammations cardiaques dans la foulée de son vaste programme de vaccination Pfizer---inflammations, soit dit en passant, qui sont surtout signalées chez les personnes « de moins de 30 ans ». On peut se demander, étant donné que l'on sait que les jeunes sont les moins touchés par le virus de Wuhan et qu'il est possible qu'ils soient plus sensibles à cette dépendance, dans quelle direction une analyse des risques et des avantages peut faire pencher la balance en faveur de leur vaccination? Les jeunes et leurs parents disposent-ils des connaissances nécessaires pour donner un « consentement éclairé »? Les autorités responsables de nos programmes de vaccination ont-elles un « devoir de diligence » pour s'assurer qu'ils reçoivent ces informations?

Figure 8 Devoir de vigilance

En ce qui concerne le « devoir de diligence », il semblerait que les gouvernements canadiens de tous les niveaux soient trop occupés à exercer une « full court press » pour s'en soucier. Si l'argent est un indicateur, il semblerait que la « pression » vise davantage à obtenir des piqûres dans les bras, à mettre en place des programmes sociaux sans rapport et à financer un « nouveau pacte vert » qui aligne l'économie du pays sur les objectifs de développement durable (ODD) de l'Agenda 2030 des Nations Unies. La preuve est faite lorsqu'on examine le dernier budget fédéral:

  • qui met de côté des fonds supplémentaires pour un confinement prolongé de l'économie;

  • réduit les taux d'imposition pour les technologies « zéro émission »;

  • consacre des milliards à la relance de l'économie verte;

  • affecte des milliards de dollars à un programme de garde d'enfants;

  • réduit les émissions de GES de 36 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030 (objectif révisé à 40-45 % quelques jours plus tard); et

  • ne finance pas les initiatives en matière de santé de manière significative.

Si le gouvernement fédéral joint le geste à la parole (geste financé par vous le contribuable), il semble dire que les droits et libertés individuels passent après le contrôle de la population et une économie repensée qui répond aux attentes mondiales.

Figure 9 de l'energie au gré du vent
Figure 10 Geoffrey Clarefield

S'il y a jamais eu un moment pour que les Canadiens rappellent à leurs « supérieurs » que les droits et libertés individuels sont importants, pas seulement comme une bonne chose à avoir mais comme une priorité de premier ordre, c'est maintenant. Nous, au C3RF, sommes ici pour faire exactement cela et, espérons-le, vous inspirer à faire connaître votre voix à ceux qui vous servent dans les couloirs du pouvoir politique - à n'importe quel niveau de gouvernement. Entre-temps, nous sommes fiers d'annoncer l'instauration d'un autre membre honoraire qui rejoindra Christine Douglass-Williams et Salim Mansur dans cette fonction. Il s'agit de Geoffrey Clarefield. M. Clarefield a mené une longue et brillante carrière dans le domaine des droits de l'homme et est aujourd'hui codirecteur du Yezidi Rescue Committee. Bienvenue à bord, Geoffrey.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook, sur Gab, sur Parler et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts