C3RF Member Update - 19 April, 2019


Remarque : La version française suit un peu plus bas.
Note! Consider, sign and distribute this petition. Make it go viral. An Ontario “Day against Islamophobia” is a bigoted initiative that insults you!
Event notice! A re-evaluation of Canada’s refugee policy, 05 May, 2019
Happy Easter and Passover
Happy Easter and Passover to all C3RF members celebrating these deeply religious holidays. Individually, they mark the inflection point of two world religions as they moved from containment and slavery to universality and the promised land. In combination, they help define the contours of a Judeo-Christian ethic that recognizes the sanctity of the relationship between the individual and a "living God". It is this tradition that has given us the individual rights and freedoms that we now fight to preserve and pass on to our children and grandchildren.

The fiery destruction of Notre Dame Cathedral in this holy week came as a shock. It was just not the glory of France or Europe that seemed to collapse before our eyes but a symbol of the underpinnings of Western civilization. This, as the 850-year-old landmark with its art, religious relics and storied architecture expressed the hard work and hopes of generations of believers in a “living God”. Perhaps it’s best at this time to move beyond the grief of such a loss and recall the message of the cross that still remains amidst the ruins of the cathedral. A message that speaks to belief overcoming sin and suffering to raise a new and glorious spirit.

Follow-up on the Tom Quiggin defamation suit

Recall that last week’s “update” introduced the protagonists in a defamation suit that sees Tom Quiggin and six other personalities/ entities, the “defendants”, taken to task by Islamic Relief Canada (IRC), the “plaintiff”. The “defendants” are being sued for the parts they played in distributing the information contained in a formal RCMP complaint. This complaint, assigned RCMP file #18-004212, alleges the funnelling of taxpayer dollars through Government of Canada agencies and personalities to the IRC and, subsequently, to Islamic Relief Worldwide. Problem is, it is further alleged that this latter organization operates as a parent organization for worldwide branches, including Canada’s, while it is mired in controversy related to the funding of terrorist operations abroad. The “update” brought all of this information forward through the “defendants” “Statement of Defence” – a document that is before the Courts and in the public interest.

Fair is fair in such public proceedings and it is now time to present the plaintiff’s case. We can do so through their “Statement of Claim” which can be accessed on C3RF’s web site. This “Statement” is quite adamant in denying any connection between its operations and those of any other organization allegedly involved in the support of terrorist operations - including Islamic Relief Worldwide. They assert they are a charitable organization that operates to benefit those in need at home and abroad and offer an impressive list of recipients to prove the point. They are glad to have the support of the Government of Canada through a number of taxpayer initiatives including those associated with the passage of Motion M-103. They also point out that Islamic Relief Canada and Islamic Relief Worldwide operate as separate and independent legal entities with projects pursued on an individual basis and under separate contract.

Be assured, C3RF will be reporting on both sides of the arguments as this critical case proceeds. There can be little doubt that, either way, it will have implications that impact Canadian fundamental rights and freedoms – particularly the right to free expression.

We’re from the Government and we’re here to help – really?
Speaking of the right to free expression, the Government of Canada is moving on several fronts that could easily diminish this right on a grand scale. Forget about Motion M-103 and its, now implemented, curtailment of speech critical of Islam, the Government is expanding the “democratic deficit” it has been building through both financial and executive measures. Measures that have defied any debate or public input. On the financial side, we see the apportionment of some $600 million to prop up “qualified news organizations” that are floundering in the free market. On the executive side, we see the uncontested establishment of a “Critical Election Incident Public Protocol” that will be overseen by five Liberal government heavy weights charged with warning the public on cyber threats and disinformation campaigns – what could go wrong?

Is some disinformation more equal than other disinformation?

It matters not that one of the authorities, the Clerk of the Privy Council, was arguably forced into retirement by virtue of his dealings with the SNC-Lavalin “political interference” affair. These executive actions continue to accumulate as the federal election nears. The latest is spearheaded by Democratic Institutions Minister, Karina Gould. She laid out a framework for defeating election misinformation and foreign interference that included participation by the nation’s major social media platform providers. This idea is not new as it has been initiated in Europe by several countries with devastating impacts on “free speech”. Some examples include:

Are we to expect that the Canadian situation will be different? Would we be surprised if the Party-in-power insisted on politicizing its relations with major social media platforms to benefit its own prospects?

But can we trust their motives?
One can be forgiven for treating our own government’s proclamations of “we’re here to help” with suspicion. After all, we only need to cast back to the last election of 2015 to find documented evidence of illegal foreign funding aimed at securing a Liberal victory. The data was registered with Elections Canada and quickly evaporated into thin air. Such activity is in direct violation of Canada’s Elections Act which states that “a third party shall not circumvent, or attempt to circumvent, a limit set out. . . in any manner, including by splitting itself into two or more third parties for the purpose of circumventing the limit or acting in collusion with another third party so that their combined election advertising expenses exceed the limit.

It's not as if this 2015 activity is a one-of. In more recent times, including the recently completed Alberta provincial election, we see the same “disinformation” and foreign money laundering schemes play out with no consequence. Evidence of same has been compiled by the inimitable, “follow-the-money” researcher, Vivien Krause. She posits, with hard facts, that the folks responsible for landlocking Alberta’s tar sands have funnelled money into progressive Canadian elements executing extensive campaign operations against the tar sands-friendly UCP Party. Where are the countermeasures aimed at dealing with such interference from foreign entities?

Never mind that such alleged activities escaped review. The real question for now is, can you trust the powers-that-be to ensure social media and foreign interference operations are dealt with equitably across the board? Don’t know about you but I’ll be having second thoughts. I’ll be wondering if notifications of “disinformation” are not “disinformation” in themselves. Indeed, perhaps it would be better if the government stayed out of the mix and allowed the good citizens of Canada to divine the truth of things through their own reasoning capacities.

We need your continued support

Please note that efforts aimed at preserving the fundamental rights and freedoms of Canadians are not without cost. For those of you who have recently contributed to our coffers, thank you very much. We cannot continue to operate and progress such initiatives without such aid. The funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. Please consider a one-time donation or a monthly contribution. Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Co-Chair C3RF

Version française

Rappel! Veuillez signer et partagez cette pétition. Une "Journée ontarienne contre l'islamophobie" est une initiative sectaire et insultante!

Avis d'événement ! Une réévaluation de la politique canadienne en matière de réfugiés, 5 mai 2019
Joyeuses fêtes de Pâques et de Pessah
Joyeuses Pâques et et joyeuses fêtes de Pessah - deux fêtes religieuses - à tous les membres de C3RF. Elles marquent toutes deux le point d'inflection de deux religions mondiales, en passant de l'insularité et de l'esclavage, à l'universalité et la terre promise. Ensemble, elles aident à définir les contours d'une éthique judéo-chrétienne qui reconnaît le caractère sacré de la relation entre l'individu et un "Dieu vivant". C'est cette tradition qui nous a donné les droits et libertés individuels pour lesquels nous luttons maintenant afin de les préserver et les transmettre à nos enfants et petits-enfants.

La destruction ardente de la cathédrale Notre-Dame en cette semaine sainte a été un choc. Ce n'était tout simplement pas la gloire de la France ou de l'Europe qui semblait s'effondrer sous nos yeux, mais un symbole des fondements de la civilisation occidentale. C'est ainsi que cet emblème de 850 ans, avec son art, ses reliques religieuses et son architecture riche en histoire, exprimait le travail acharné et les espoirs de générations de croyants en un "Dieu vivant". Peut-être vaut-il mieux, en ce moment, dépasser le deuil d'une telle perte et rappeler le message de la croix qui subsiste encore au milieu des ruines de la cathédrale. Un message qui parle de la croyance qui surmonte le péché et la souffrance afin d'élever un esprit nouveau et glorieux.

Suivi de la poursuite en diffamation de Tom Quiggin
Rappelons que dans la "mise à jour" de la semaine dernière, il a été question des protagonistes dans une poursuite en diffamation qui voit Tom Quiggin et six autres personnalités/entités, les "accusés", pris à partie par le ''plaignant'', Islamic Relief Canada (IRC). Les "accusés" sont poursuivis pour le rôle qu'ils ont joué dans la diffusion de l'information contenue dans une plainte officielle de la GRC. Cette plainte, qui porte le numéro de dossier de la GRC 18-004212, allègue que l'argent des contribuables est acheminé par l'entremise d'organismes et de personnalités du gouvernement du Canada à l'IRC et, par la suite, à Islamic Relief Worldwide. Or, le problème est que l'on allègue en outre que cette dernière organisation fonctionne comme une organisation mère pour les succursales mondiales, y compris celle du Canada, alors qu'elle est embourbée dans la controverse liée au financement des opérations terroristes à l'étranger. La "mise à jour" a fait connaître tous ces renseignements par le biais du ‘’plaidoyer’’ des accusés - un document qui est devant les tribunaux ainsi que dans le domaine public.

L'équité est de mise dans de telles procédures publiques, et il est maintenant temps de présenter la cause du plaignant. Nous pouvons le faire par le biais de leur "requête" qui peut être consultée sur le site web du C3RF. Cette "Déclaration" nie catégoriquement tout lien entre ses opérations et celles de toute autre organisation serait impliquée dans le soutien d'opérations terroristes - y compris Islamic Relief Worldwide. Elle affirme qu'il s'agit d'un organisme de bienfaisance qui œuvre en faveur des personnes dans le besoin au pays et à l'étranger, et qui offre une liste impressionnante de récipiendaires pour prouver cette affirmation. Les plaignants sont heureux d'avoir l'appui du gouvernement du Canada par l'entremise d'un certain nombre d'initiatives des contribuables, y compris celles associées à l'adoption de la motion M-103. Ils soulignent également que Islamic Relief Canada et Islamic Relief Worldwide fonctionnent comme des entités juridiques distinctes et indépendantes dont les projets sont réalisés sur une base individuelle et en vertu d'un contrat distinct.

Soyez assurés que C3RF fera rapport des arguments invoqués par les deux parties au fur et à mesure que cette affaire évolue. Quoi qu'il en soit, il ne fait guère de doute qu'elle aura des répercussions sur les libertés et les droits fondamentaux des Canadiens, en particulier le droit à la liberté d'expression.

Nous sommes du gouvernement et nous sommes là pour aider - vraiment?
Parlant du droit à la liberté d'expression, le gouvernement du Canada prend des mesures sur plusieurs fronts qui pourraient facilement réduire ce droit sur une grande échelle. Oubliez la motion M-103 et la réduction du discours critique à l'égard de l'islam qu'elle a mise en œuvre, le gouvernement est en train d'élargir le "déficit démocratique" qu'il a créé par des mesures tant financières qu'exécutives. Il s'agit de mesures qui ont défié tout débat ou toute participation du public. Sur le plan financier, nous constatons l'affectation de quelque 600 millions de dollars pour soutenir les "organismes de presse qualifiés" qui sont en difficulté sur le marché. Du côté de l'exécutif, nous voyons l'établissement incontesté d'un "Protocole public sur les incidents électoraux critiques" qui sera supervisé par cinq poids lourds du gouvernement libéral chargé de mettre en garde le public contre les cybermenaces et les campagnes de désinformation - que pourrait-il se passer ?
Certaines désinformations sont-elles plus égales que d'autres ?

Il importe peu que le greffier du Conseil privé, ait été forcée de prendre sa retraite en raison de ses rapports avec l'affaire ''d'ingérence politique'', SNC-Lavalin. Les gestes posés par l'exécutif continuent de s'accumuler à mesure que l'élection fédérale approche. Le dernier en date est dirigé par la ministre des Institutions démocratiques, Karina Gould. Elle a établi un cadre pour vaincre la désinformation électorale et l'ingérence étrangère, y compris la participation des principaux fournisseurs de plateformes de médias sociaux du pays. Cette idée n'est pas nouvelle puisqu'elle a été initiée en Europe par plusieurs pays, ce qui a eu des impacts dévastateurs sur la "liberté d'expression". En voici quelques exemples:

Doit-on s'attendre à ce que la situation canadienne soit différente ? Serions-nous surpris si le Parti au pouvoir insistait pour politiser ses relations avec les principales plateformes de médias sociaux au profit de ses propres perspectives ?

Mais peut-on faire confiance à leurs motivations ?

On ne peut nous reprocher de voir avec inquiétude les proclamations de notre propre gouvernement selon lesquelles "nous sommes ici pour aider" à dissiper les soupçons. Après tout, nous n'avons qu'à revenir aux dernières élections de 2015 pour trouver des preuves documentées de financement étranger illégal visant à assurer la victoire des libéraux. Les données ont été enregistrées auprès d'Élections Canada et se sont rapidement évaporées. Une telle activité contrevient directement à la Loi électorale du Canada, qui stipule que ''un tiers ne doit pas contourner ou tenter de contourner…de quelque manière que ce soit une limite établie, y compris en se scindant en deux ou plusieurs tiers dans le but de contourner cette limite ou en agissant en collusion avec un autre tiers afin que leurs dépenses de publicité électorale totales dépassent cette limite".

Ce qui s'est passé en 2015, n'est pas unique. Plus récemment, y compris lors des élections provinciales de l'Alberta qui viennent de se terminer, nous avons assisté à la même "désinformation" et aux mêmes stratagèmes de blanchiment d'argent à l'étranger sans et ce, sans conséquence judiciaire. Des preuves ont été compilées par l'inimitable "traqueuse de l'argent à la source'', Vivien Krause. Elle affirme, en s'appuyant sur des faits concrets, que les responsables de l'accaparement des sables bitumineux de l'Alberta ont investi de l'argent dans des éléments canadiens progressistes qui mènent de vastes campagnes contre le parti favorable aux sables bitumineux, le Parti UCP. Où sont les contre-mesures visant à faire face à une telle ingérence de la part d'entités étrangères ?

Peu importe que de telles activités présumées aient échappé à l'examen. La vraie question pour l'instant est de savoir si vous pouvez faire confiance au pouvoir en place pour veiller à ce que les médias sociaux et les opérations d'ingérence étrangère soient traités de façon équitable dans tous les domaines. Je ne sais pas pour vous, mais je vais avoir des doutes. Je me demanderai si les notifications de "désinformation" ne sont pas de la "désinformation" en soi. En fait, il vaudrait peut-être mieux que le gouvernement se tienne à l'écart et permette aux bons citoyens du Canada de deviner la vérité par leurs propres capacités de raisonnement.

Nous avons besoin de votre soutien continu
Veuillez noter que les efforts visant à préserver les droits et libertés fondamentaux des Canadiens ne sont pas sans frais. Pour ceux d'entre vous qui ont récemment contribué à nos coffres, nous vous remercions encore une fois. Nous ne pouvons pas continuer à mettre en œuvre et à faire progresser de telles initiatives sans cette aide. Les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts de la technologie ainsi qu'aux aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Veuillez considérer un don unique ou une contribution mensuelle. Les dons mensuels, aussi petits soient-ils, même 5 $/mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous offrent une plus grande flexibilité. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous songez à nous aider à faire la différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon