C3RF Member Update - 17 May, 2019


Remarque : La version française suit un peu plus bas
Note! Consider supporting Tom Quiggin “Operation Killswitch” legal defence fund
Note! Consider, sign and distribute this petition. Make it go viral. An Ontario “Day against Islamophobia” is a bigoted initiative that insults you!
The two sides of the "free speech" coin

It goes without saying that the Canadian right to “free expression” entails the fundamental freedom to speak one’s mind without fear of censure or punishment by State authorities. The other less advertised aspect of “free speech”, however, entails the ability to have clear, unencumbered access to information or “expressive material and to hear and see information and opinions as protected by section 2(b) of the Charter”. This latter aspect of the two-sided “free speech” coin is being tested by two C3RF founding members in the form of Madeline Weld and Valerie Price (nee Thomas). Recall that they are taking the Ottawa Public Library (OPL) to task through a Divisional Court Judicial Review of the library’s decision to cancel the presentation of the documentary film, “Killing Europe” in November, 2017. By the way, if you’d like to support C3RF efforts to help Madeline and Valerie in their brave cause please consider our May, 2019 funding drive referenced below or accessed here.

The film was controversial as it dealt with first hand, eye-witness accounts of the social dislocation caused by EU “open door”, mass migration policies. The wheels of justice truly move slowly, and while cross-examinations of both parties (Valerie and Madeline; CEO of OPL) took place on March 13th, the hearing for the legal arguments has not yet been scheduled. Fact remains; the case is central to the “free speech” debate in Canada as the right to “hear” opinions is just as essential to the maintenance of a free society as is the right to express them. Just look at what happens when the former right is short-shifted by a callous and self-serving government. There are many examples in Canada including those that touch upon the nation’s security interests.

What’s in a name?

Perhaps the most cynical expression of the Canadian government’s abuse of the right of its citizens to “hear” is seen in its efforts to quell controversy kicked up by the “Public Report on the Terrorist Threat to Canada, 2018. This report identified ideological aspects of the Sikh, Sunni and Shia religions that were seen as causal in terrorist and extremist activities. The fact that complaints could so easily override the presentation of important, national security realities should be of concern to all Canadians. How could it be that the sensibilities of small numbers within any Canadian minority group trump the need for the public to know and understand the various threats it faces. After all, didn’t the Air India Inquiry of 2010 emphatically state that the loss of hundreds of Canadian lives, through the bombing of Air India Flight 182 in 1985, was caused by “a rise in anti-Indian sentiment within the Sikh diaspora, including the Sikh community in Canada.

How are we to counter such atrocities if we cannot identify the source communities from which they arise? Government of Canada officials and elected representatives believe it “must never equate any one community or entire religions with extremism”. Does that mean we must throw the baby out with the bathwater and refrain from researching and understanding any aspect of a culture or religion that may pose a threat to national security or, as is the case with Sharia Law and its central role in the Sunni and Shia branches of Islam, our own Charter Rights and Freedoms? Where could such censorship of the right of the public to “hear” lead?

“Violent extremism” and the disarming of security forces

Countering violent extremism (CVE) is the term coined by American authorities some 10 years after the seminal 9/11 event. It was meant to cleanse the security lexicon from terms that referenced Islamic doctrines - terms like “jihad” and “Sharia Law”. This simple policy change had a devastating impact on the ability of security agencies, both military and civilian, to create work products that homed-in on the motivations behind the “global jihad” in both its war fighting and civilizational presentations. In the war fighting sphere, intelligence analysts were prevented from studying Islamic war-fighting doctrine to better understand its strengths and weaknesses. In the civilizational sphere, political and security elites were blinded to methods of entryism and the settlement processes associated with “hijra” (mass migration) and the creation of exclusionary enclaves. Given the 1400-year history of Islam, these lapses were, and are, self induced and representative of a leadership given over to accommodation at any cost. A “quisling” leadership that, in accordance with retired U.S. Army intelligence officer, Stephen Coughlin’s authoritative masterstroke, “Catastrophic Failure: Blindfolding America in the Face of Jihad”, only succeeds in earning the contempt of its followers.

And so it is in Canada with a leadership cadre of political, security and media elites seen to be wholly vested in priorities that do not match those of the everyday citizen. How else should these rank and file Canadians feel when their own Prime Minister states that he looks upon returning ISIS fighters as “powerful voices for de-radicalization. How else should they feel when they hear their own government is mired in allegations of funnelling tax payer funds to so-called charitable organizations. Organizations that are themselves implicated in the support of off-shore terrorist operations? Perhaps now is the time that Canadian leaders need to stop limiting the words everyday folk can “hear” and open up a discussion that leaves no rock unturned. Just as the Ottawa Public Library needs to throw its doors open to untethered public speaking and listening – just as the Canadian Charter of Rights and Freedoms demands.


May is C3RF fund drive month

The year to date has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights accelerate and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts including against the formation of political parties partial to the installation of Sharia Law and the entrenchment of free-speech crushing “Islamophobia” in the nation’s political lexicon. In this election year, we also note an increasing propensity for powerful government agencies to control your access to expressive materials even as some of our friends and allies are taken to court in an effort to “chill” their free speech rights.

All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season upcoming. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.

Keep in mind that monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice can help greatly. Click here to support C3RF today.

And while you're considering making an annual contribution this May, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Co-Chair C3RF

Version française


Remarque! Envisagez de soutenir le fonds de défense légale «Opération Killswitch» de Tom Quiggin
Remarque! Considérez, signez et distribuez cette pétition. Faites-le devenir viral. Une «Journée contre l'islamophobie» de l'Ontario est une initiative fanatique qui vous insulte!

Les deux faces de la médaille de la "liberté d'expression’’

Il va sans dire que le droit canadien à la "liberté d'expression" implique la liberté fondamentale de s'exprimer sans crainte de censure ou de punition des autorités étatiques. L'autre aspect, moins annoncé, de la "liberté d'expression", cependant, implique la capacité d'avoir un accès clair et sans entraves à l'information ou au "matériel expressif et d'entendre et de voir l'information et les opinions protégées par l'alinéa 2b) de la Charte". Ce dernier aspect de la pièce à double face "liberté d'expression" est testé par deux membres fondateurs du C3RF, Madeline Weld et Valerie Price (née Thomas). Rappelons qu'ils prennent à partie la Bibliothèque publique d'Ottawa (BPO) par le biais d'une révision judiciaire de la Cour divisionnaire de la décision de la bibliothèque d'annuler la présentation du film documentaire "Killing Europe" en novembre 2017. En passant, si vous souhaitez soutenir les efforts de C3RF pour aider Madeline et Valérie dans leur courageuse cause, veuillez considérer notre campagne de financement de mai 2019 mentionnée ci-dessous ou accessible ici.

Le film a été controversé car il traitait de première main, des récits de témoins oculaires de la dislocation sociale provoquée par les politiques européennes de "porte ouverte" et de migration de masse. Les rouages de la justice avancent vraiment lentement, et bien que les contre-interrogatoires des deux parties (Valérie et Madeline ; PDG d'BPO aient eu lieu le 13 mars, l'audition des arguments juridiques n'a pas encore été fixée. Il n'en demeure pas moins que ce cas est au cœur du débat sur la "liberté d'expression" au Canada, car le droit "d'entendre" les opinions est tout aussi essentiel au maintien d'une société libre que le droit de les exprimer. Il suffit de voir ce qui se passe lorsque l'ancienne droite est court-circuitée par un gouvernement impitoyable et égoïste. Il existe de nombreux exemples au Canada, y compris ceux qui ont trait aux intérêts de la sécurité nationale.

De quoi un nom est-il porteur ?
L'expression possiblement la plus cynique de l'abus par le gouvernement canadien du droit de ses citoyens d' "entendre" se manifeste dans ses efforts pour apaiser la controverse suscitée par le "Rapport public sur la menace terroriste pour le Canada, 2018". Ce rapport identifiait les aspects idéologiques des religions sikh, sunnite et chiite qui étaient considérés comme étant à l'origine des activités terroristes et extrémistes. Le fait que les plaintes puissent si facilement l'emporter sur la présentation de réalités importantes en matière de sécurité nationale devrait préoccuper tous les Canadiens. Comment se fait-il que la sensibilité d'un petit nombre de personnes au sein d'un groupe minoritaire canadien l'emporte sur la nécessité pour le public de connaître et de comprendre les diverses menaces auxquelles il fait face? Après tout, la Commission d'enquête sur l'attentat à la bombe commis contre le vol 182 d'Air India en 1985 n'a-t-elle pas déclaré avec insistance que la perte de centaines de vies humaines au Canada a été causée par "une montée du sentiment anti-indien au sein de la diaspora sikhe, y compris la communauté sikhe au Canada".

Comment pouvons-nous contrer de telles atrocités si nous ne pouvons pas identifier les communautés d'où elles proviennent? Les fonctionnaires et les représentants élus du gouvernement du Canada croient qu'il "ne doit jamais assimiler une communauté ou une religion entière à l'extrémisme". Cela signifie-t-il que nous devons jeter le bébé avec l'eau du bain et nous abstenir de faire des recherches et de comprendre tout aspect d'une culture ou d'une religion qui pourrait constituer une menace à la sécurité nationale ou, comme c'est le cas avec la charia et son rôle central dans les branches sunnite et chiite de l'Islam, nos propres droits et libertés garantis dans la Charte? Où cette censure du droit du public à "entendre" peut-elle conduire?

L'"extrémisme violent" et le désarmement des forces de sécurité

La lutte contre l'extrémisme violent (CEV) est le terme inventé par les autorités américaines une dizaine d'années après l'événement majeur du 11 septembre. Il visait à purifier le lexique de la sécurité des termes qui faisaient référence aux doctrines islamiques - des termes comme "jihad" et "charia". Ce simple changement de politique a eu un impact dévastateur sur la capacité des agences de sécurité, tant militaires que civiles, de créer des produits de travail qui s'inspirent des motivations du "jihad mondial" dans ses présentations sur la guerre et la civilisation. Dans le domaine de la guerre, les analystes du renseignement ont été empêchés d'étudier la doctrine de guerre islamique pour mieux comprendre ses forces et ses faiblesses. Dans la sphère civilisationnelle, les élites politiques et sécuritaires ont été aveuglées par les méthodes d'entrisme et les processus de colonisation associés aux "hijra" (migrations massives) et à la création d'enclaves d'exclusion. Étant donné les 1400 ans d'histoire de l'islam, ces manquements étaient, et sont toujours, auto-induits et représentatifs d'un leadership voué à l'accommodement à tout prix. Un leadership "collaborateur" qui, selon l'officier de renseignement à la retraite de l'armée américaine, Stephen Coughlin, auteur de "Catastrophic Failure" : Blindfolding America in the Face of Jihad", ne réussit qu'à gagner le mépris de ses partisans.

C'est ainsi qu'au Canada, les élites de la politique, de la sécurité et des médias sont perçues comme étant entièrement investies dans des priorités qui ne correspondent pas à celles des citoyens ordinaires. Que devraient ressentir d'autre ces Canadiens de base lorsque leur premier ministre affirme qu'il considère les combattants de ISIS de retour au pays comme des "voix puissantes en faveur de la déradicalisation". Que devraient-ils ressentir d'autre lorsqu'ils entendent que leur propre gouvernement est embourbé dans des allégations d'acheminement de fonds des contribuables vers des soi-disant organismes de bienfaisance? Des organisations qui sont elles-mêmes impliquées dans le soutien d'opérations terroristes extraterritoriales? Le moment est peut-être venu pour les dirigeants canadiens de cesser de limiter les mots que les gens ordinaires peuvent "entendre" et d'ouvrir une discussion qui ne laisse rien au hasard. Tout comme la Bibliothèque publique d'Ottawa doit ouvrir ses portes à l'écoute et à la prise de parole en public, comme l'exige la Charte canadienne des droits et libertés.

Mai est le mois de la collecte de fonds pour C3RF

Depuis le début de l'année, le C3RF a été extrêmement occupé, car les atteintes à vos droits garantis par la Charte s'accélèrent et s'étendent autour d’un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu combatte sur de nombreux fronts, y compris contre la formation de partis politiques partiaux à la mise en place de la charia et l'enracinement de l'islamophobie écrasante dans le lexique politique du pays. Au cours de cette année électorale, nous constatons également une propension croissante des organismes gouvernementaux puissants à contrôler votre accès à du matériel expressif, alors même que certains de nos amis et alliés sont traînés devant les tribunaux dans le but de " réduire " leur droit à la liberté d'expression.

Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. Par conséquent, nous avons décidé de consacrer le mois de mai à renflouer nos coffres en prévision d'une saison d'automne et d'hiver très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de telles choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50 $ par année pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs canadiennes afin que vous, vos enfants et vos petits-enfants puissiez continuer à profiter du pays libre que le Canada a été jusqu'à maintenant.

N'oubliez pas que les dons mensuels, aussi petits soient-ils, même 5 $/mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous offrent une plus grande flexibilité. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, comme les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être très utiles. Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!

Et pendant que vous songez à nous aider à faire la différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon