C3RF Member Update - 31 May, 2019


​Remarque! La version française suit un peu plus bas
The rise of the pseudo-realities

Over the past few weeks we have been concentrating on your right to have access to information. We have seen that both state and non-state actors seem to be very vested in depriving you of this rightparticularly when it comes to subjects that challenge traditional truths long understood to be “self-evident”. It’s as if certain viewpoints are too delicate to make their own way in the public marketplace of ideas. For whatever reason, they are allowed to evade the rough and tumble debate that has characterized the progression of all other ideas in a Western society amenable to free speech. Now, however, we risk censure, and even fines and jail, if we dare criticize these new social pieties.

In the area of the humanities, former truths that have been overtaken by immutable narratives include the causal relationship between biological sex and gender. We are now told that this is not the case, that gender is merely a social construct that oppresses and keeps us from realizing our true selves. In the area of national security, the 1400-year truth of “jihad as holy war” has been replaced by the “Islam is peace” narrative. The pseudo-realities presented in each case are sacrosanct and can only be refuted upon pain of being called “transphobic” or Islamophobic” respectively. Accordingly, the rank and file are told to not believe their lying eyes. They are told this by a leadership elite that lives in dread of being called names or losing votes or losing favours or losing whatever. Hardly a day goes by when Canadians are not the subjects of such admonishments.

Sustaining the pseudo-reality that is “Islamophobia” - abroad
The power of the “Islamophobia” pseudo-reality has been building in Europe for the past several decades. From its first contemporary mention in the mid-90’s to the current day, it has gone from a mere footnote in the West-Islam relationship to a juggernaut capable of influencing both domestic and foreign policies. Holland is a case in point where the term “Islamophobia” no longer denotes discrimination against individual Muslims but, rather, the criticism of any policy that places Islam in an unfavourable light. It was here that the Dutch Minister of Immigration was forced to resign when his government was found to be distorting alarming rates of serious migrant crime. It had become apparent that related reports went out of their way to hide the facts associated with such crimes. Indeed, over half of serious crimes, such as child abuse, rape and murder, were committed by asylum seekers from Morocco and Algiers and were slyly categorized as “other”. Here we see a perceived need by Western governments to cover-up facts that place Muslim migrant populations in a poor light. Such is the fear of sparking accusations of “Islamophobia” and the loss of national support for the “reception of refugees”.
Sustaining the pseudo-reality that is “Islamophobia” – in Canada
In the Canadian context we can see the media working diligently to ensure such “Islamophobic” reactions are kept at bay. This is evidenced by reportage that cites an Ipsos poll that declares 1 in 4 Canadians believe it is acceptable to be prejudiced against Muslims. The poll, and the article, lack any sense of balance as they fail to either define terms or provide the context in which related statistics are raised. In the former consideration, no attempt is made to define the term “Muslim” that poll respondents are reacting to. Are poll respondents thinking of the question in terms of Muslims as individuals or the faith doctrine that they are seen to be attached to? The failure to make this distinction is central to the whole problem of the use of the term “Islamophobia”. After all, there is a world of difference between having an irrational fear of an individual faith practitioner and fearing a faith doctrine that embodies concepts like jihad and Sharia Law. Given the violent events perpetrated by those who say they are inspired by these concepts over the past five years, is it any wonder that more Canadians would react negatively to a faith doctrine that harbours them? Again, is this what Canadians in the poll sampling were thinking about when asked if it was acceptable to be prejudiced?

The problem with “judgemental bias” and the “error of small numbers”

In the latter consideration, the article fails to note that the StatsCan report cited claims upfront that hate crime in Canada represents a mere “0.1% of the 1.9 million non-traffic-related crimes” that were reported in 2017. Further, the context provided by the raw numbers is left out in that there were 139 hate crimes against Muslims reported in 2016 and 349 in 2017. Given a population of well over a million Muslims in Canada, these numbers are exceedingly small and subject to wide variations, in percentage terms, given small changes in the absolute numbers - up or down. It is such “small numbers” that lead to the error of “judgmental bias” and likely influenced Rebecca Kong, Chief, Policing Services Program, Canadian Centre for Justice Statistics, Statistics Canada, under questioning during M-103 Heritage Committee testimony. She testified that such small numbers could not justify the assertion that there was a "rising climate of hate and fear" in Canada. This all begs the question, what is the real-world cost of accepting, at face value, counterintuitive and untested pseudo-realities like “Islamophobia”?

What cost to live the pseudo-reality lie that is “Islamophobia”?

Forty years on from the rise of the Islamic Republic of Iran terror state and eighteen from the 911 catastrophe, the West still awaits the arrival of a cogent strategy to deal with the “global jihad”. If only someone could piece together a “long telegram” as George Kennan did in 1946. This telegram proposed a third way that the West might confront a communist USSR without entailing either world war or abject appeasement. Mr. Kennan’s strategy called for containment of the Soviet threat and posited that time and internal contradictions might well take down the Red Empire without a shot being fired. As it stands now, the West remains locked in the “Islamophobia” narrative that refuses to consider Islamic war doctrine, as manifested through jihad and Sharia Law, as a threat driver – even though its lethality has been demonstrated on a near continuous basis over 1400 years. Rather than this, the West must work from the premise that Islam is a “religion of peace” and atrocities committed in its name have nothing to do with the belief system itself. Indeed, Western political and security leaders are so seized by this fanciful narrative that they warn their charges to avoid tweaking the sensibilities of minority communities lest they generate violent responses. The United Nations Development Program is instructive in this matter as it sees the Prevention of Violent Extremism (PVE) being addressed through the diminishment of “horizontal inequalities” such as the “perceptions of injustice”. Do such tangential approaches have a chance of succeeding?

Perhaps the answer can be found in the Canadian context. From the propagation of Motion M-103 to the follow-on expenditure of millions for related social programs to the designation of returning ISIS fighters as powerful voices for de-radicalization”, the highest levels of the Canadian government are fully vested in the “Islamophobia” narrative. This dedication to task will naturally flow down to subordinate agencies and authorities and this can be seen to be at work in the recent, embarrassingly secret dedication of the military’s Afghanistan War Memorial. Canada’s top soldier, Chief of the Defence Staff Jonathan Vance, was forced to apologize to the families of the fallen and Canadians in general. One of his related excuses was the worry that a more public and inclusive venue called up the risk of vandalism – supposedly by the few that deemed the memorial to be an affront. So here we have it, a military hierarchy charged with sending good men and women off to war to fight self-declared jihadists even as they are reticent to commemorate their sacrifices and the nation’s thanks. This is a military divided and a military divided cannot win. Arguably, this is a top-drawer example of just how harmful the pseudo-reality of “Islamophobia” can be to the nation’s interests and security.

May is C3RF fund drive month

The year to date has been extremely busy for C3RF as attacks on your Charter Rights accelerate and spread over an increasing number of initiatives. With your help, we have been able to push back on many fronts including against the formation of political parties partial to the installation of Sharia Law and the entrenchment of free-speech crushing “Islamophobia” in the nation’s political lexicon. In this election year, we also note an increasing propensity for powerful government agencies to control your access to expressive materials even as some of our friends and allies are taken to court in an effort to “chill” their free speech rights.

All this to say we are defenseless without your financial support and that support is required now as the threats continue to pile up. Accordingly, we have decided to dedicate the month of May to replenishing our coffers in advance of a very busy fall and winter season upcoming. Hopefully this approach will meet with your favour and keep us from talking of such things on a continuous basis throughout the year. We suggest an amount of $50.00 annually to help us fight for Canadian security, freedoms and values so that you, your children and grandchildren will continue to enjoy the free country that Canada has been to this point.

Click here to support C3RF today.

Keep in mind that Monthly donations, no matter how small, even $5/month, help us plan our finances in advance and provide us with greater flexibility. Also keep in mind that donations in kind, such as computer services and even legal advice, can help greatly.

And while you're considering making an annual contribution this May, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Co-Chair C3RF

Version française

La montée des pseudo-réalités

Ces dernières semaines, nous nous sommes concentrés sur votre droit d'accès à l'information. Nous avons vu que les acteurs étatiques et non étatiques semblent tous deux être très enclins à vous priver de ce droit - en particulier lorsqu'il s'agit de sujets qui remettent en question des vérités traditionnelles longtemps considérées comme "évidentes". C'est comme si certains points de vue étaient trop délicats pour s'imposer sur le marché public des idées. Pour quelque raison que ce soit, on leur permet d'échapper au débat brutal et tumultueux qui a caractérisé la progression de toutes les autres idées dans une société occidentale qui se prête à la liberté d'expression. Aujourd'hui, cependant, nous risquons la censure, et même des amendes et des peines d'emprisonnement, si nous osons critiquer ce nouveau catéchisme.

Dans le domaine des sciences humaines, les anciennes vérités qui ont été dépassées par des récits immuables incluent la relation causale entre le sexe biologique et le genre. On nous dit maintenant que ce n'est pas le cas, que le genre n'est qu'une construction sociale qui nous opprime et nous empêche de réaliser notre vrai moi. Dans le domaine de la sécurité nationale, la vérité de 1400 ans du "djihad comme guerre sainte" a été remplacée par le récit de "l'Islam est une religion de paix". Les pseudo-réalités présentées dans chacun de ces cas sont sacro-saintes et ne peuvent être réfutées que sous peine d'être qualifiées respectivement de "transphobes" ou d'"islamophobes". Par conséquent, on dit au commun des mortels de ne pas croire leurs yeux de menteurs. C'est ce que leur dit une élite dirigeante qui vit dans l'angoisse de se faire traiter de tous les noms, de perdre des votes, de perdre des faveurs ou de perdre quoi que ce soit. Il ne se passe pas un jour sans que les Canadiens ne soient témoins de telles réprimandes.

La pseudo-réalité qu'est l'"islamophobie" - à l'étranger
Le pouvoir de la pseudo-réalité "islamophobe" s'est construit en Europe depuis plusieurs décennies. De sa première mention contemporaine au milieu des années 90 à nos jours, il est passé d'une simple note de bas de page dans les relations entre l’Occident et le monde islamique à un poids lourd capable d'influencer à la fois les politiques intérieures et étrangères. La Hollande en est un exemple où l'"islamophobie" n'est plus une discrimination à l'encontre des musulmans, mais plutôt la critique de toute politique qui place l'islam sous un jour défavorable. C'est ainsi que récemment, le ministre néerlandais de l'Immigration a été contraint de démissionner lorsque son gouvernement a découvert que son ministère couvrait des taux alarmants de crimes graves commis par des migrants. Le rapport en question a tout fait pour cacher le fait que plus de la moitié des crimes graves, tels que la maltraitance des enfants, le viol et le meurtre, ont été commis par des demandeurs d'asile du Maroc et d'Algérie. Nous assistons ici à un besoin perçu par les gouvernements occidentaux de camoufler des faits qui placent les populations migrantes musulmanes sous un mauvais jour. Telle est la crainte de susciter des accusations d'"islamophobie" et la perte du soutien national à "l'accueil des réfugiés".
La pseudo-réalité qu'est l'"islamophobie" - au Canada
Dans le contexte canadien, nous pouvons voir les médias travailler avec diligence pour s'assurer que de telles réactions "islamophobes" sont tenues à distance. C'est ce qu'atteste un reportage qui cite un sondage Ipsos selon lequel un Canadien sur quatre croit qu'il est acceptable d'avoir des préjugés contre les musulmans. Le sondage et l'article manque de nuance, car ils ne définissent pas les termes ou ne fournissent pas le contexte dans lequel ces statistiques furent obtenus. Dans la première considération, aucune tentative n'est faite pour définir le terme "musulman" auquel les personnes interrogées réagissent. Les personnes interrogées pensent-elles à la question en termes de musulmans en tant qu'individus ou en termes de doctrine religieuse à laquelle ils sont perçus comme étant attachés? Le fait de ne pas faire cette distinction est au cœur du problème de l'utilisation du terme "islamophobie". Après tout, il y a tout un monde de différence entre avoir une peur irrationnelle d'un pratiquant individuel de la foi et une peur irrationnelle contre une doctrine religieuse qui incarne des concepts comme le jihad et la charia. Compte tenu des événements violents perpétrés par ceux qui se disent inspirés par l'islam au cours des cinq dernières années, est-il étonnant qu'un plus grand nombre de Canadiens réagissent négativement aux doctrines susceptibles d'inspirer de telles actions ? Encore une fois, est-ce à cela que pensaient les Canadiens qui ont répondu au sondage lorsqu'on leur a demandé s'il était acceptable d'avoir des préjugés?
Le problème du "biais de jugement" et de l'"erreur des petits nombres".
Dans cette dernière considération, l'article omet de noter que le rapport de Statistique Canada affirme d'emblée que les crimes motivés par la haine au Canada ne représentent que "0,1 % des 1,9 million de crimes non liés à la traite des personnes" qui ont été signalés en 2017. De plus, le contexte fourni par les chiffres bruts n'est pas pris en compte puisque 139 crimes haineux contre des musulmans ont été signalés en 2016 et 349 en 2017. Étant donné qu'il y a plus d'un million de musulmans au Canada, ces chiffres sont extrêmement faibles et sujets à de grandes variations, en termes de pourcentage, étant donné les petits changements dans les chiffres absolus - à la hausse ou à la baisse. Ce sont ces "petits nombres" qui sont à l'origine de l'erreur de "préjugés" et qui ont probablement influencé Rebecca Kong, chef du programme des services de police de Statistique Canada, qui a été interrogée lors du témoignage du Comité du patrimoine M-103. Elle a déclaré dans son témoignage qu'un si petit nombre de personnes ne pouvait pas justifier l'affirmation selon laquelle il y avait un " climat de haine et de peur en hausse " au Canada. Tout cela nous amène à nous demander quel est le coût réel de l'acceptation, à première vue, de pseudo-réalités contre-intuitives et non testées comme l'"islamophobie" ?
Quel est le prix à payer pour vivre le mensonge de la pseudo-réalité qu'est l'"islamophobie"?

Quarante ans après la montée de l'État terroriste de la République islamique d'Iran et dix-huit ans après la catastrophe du 11 septembre, l'Occident attend toujours l'arrivée d'une stratégie convaincante pour faire face au " jihad mondial ". Si seulement quelqu'un pouvait rédiger un "long télégramme" comme George Kennan l'avait fait en 1946 pour proposer un moyen d'affronter une URSS communiste qui n'entraînerait ni guerre mondiale ni un apaisement abject. La stratégie de M. Kennan consistait à contenir la menace soviétique et affirmait que l'époque et les contradictions internes pourraient bien faire tomber l'Empire rouge. En l'état actuel des choses, l'Occident reste enfermé dans le récit de l'"islamophobie" qui refuse de considérer la doctrine de guerre islamique, telle qu'elle se manifeste à travers le jihad et la charia, comme porteur de menace - même si sa létalité a été démontrée sur une base quasi continue depuis 1400 ans. Non ! L'Occident doit partir du principe que l'Islam est une "religion de paix" et que les atrocités commises en son nom n'ont rien à voir avec l'Islam. En fait, les dirigeants occidentaux de la politique et de la sécurité sont tellement endoctrinés dans ce récit fantaisiste qu'ils font en sorte que même leurs accusations évitent de heurter la sensibilité des communautés minoritaires de peur qu'elles ne génèrent des réactions violentes. Le Programme des Nations Unies pour le développement est instructif à cet égard, car il considère que la prévention de l'extrémisme violent (PVE) est abordée par la réduction des "inégalités horizontales" telles que les "perceptions d'injustice". De telles approches tangentielles ont-elles une chance de réussir ?

Le contexte canadien offre peut-être un élément de réponse. De la propagation de la motion M-103 à la dépense subséquente de millions de dollars pour des programmes sociaux connexes, en passant par la désignation de combattants du groupe État islamique de retour au pays comme "voix puissantes pour la déradicalisation", le gouvernement canadien est pleinement investi dans le discours " islamophobe " aux plus hauts niveaux. Ce dévouement à la tâche reviendra naturellement aux organismes et aux autorités subordonnés et peut être perçu comme étant à l'œuvre lors de la récente et embarrassante commande secrète du Mémorial militaire de l'Afghanistan. Le meilleur soldat canadien, le chef d'état-major de la Défense Jonathan Vance, a dû présenter des excuses aux familles des disparus et aux Canadiens en général. L'une des excuses invoquées était la crainte qu'un lieu plus public risque d'être vandalisé par les quelques personnes qui considèrent le mémorial comme un affront. Voilà donc une hiérarchie militaire chargée d'envoyer de braves hommes et de braves femmes à la guerre pour combattre des djihadistes autoproclamés, même s'ils sont réticents à clamer leurs sacrifices et les remerciements de la nation. C'est une division militaire et une division militaire ne peut pas gagner. C'est l'exemple le plus frappant qui illustre à quel point la pseudo-réalité de l'"islamophobie" peut être préjudiciable aux intérêts et à la sécurité de la nation.

Mai est le mois de la collecte de fonds pour C3RF

Depuis le début de l'année, le C3RF a été extrêmement occupé, car les atteintes à vos droits garantis par la Charte s'accélèrent et s'étendent autour un nombre croissant d'initiatives. Avec votre aide, nous avons pu faire reculer ces atteintes sur de nombreux fronts, y compris contre la formation de partis politiques favorables à la mise en place de la charia et en résistant à l'imposition de l'islamophobie dans le lexique politique du pays. Au cours de cette année électorale, nous constatons également une propension croissante des organismes gouvernementaux à vouloir contrôler votre accès à du matériel expressif, alors même que certains de nos amis et alliés sont traînés devant les tribunaux dans le but de "réduire" leur droit à la liberté d'expression.

Tout cela pour dire que nous sommes sans défense sans votre soutien financier et que ce soutien est nécessaire maintenant que les menaces continuent de s'accumuler. Par conséquent, nous avons décidé de consacrer le mois de mai à renflouer nos coffres en prévision d'une saison d'automne et d'hiver très chargée. Nous espérons que cette approche vous sera favorable et nous empêchera de parler de telles choses de façon continue tout au long de l'année. Nous suggérons un montant de 50 $ par année pour nous aider à lutter pour la sécurité, les libertés et les valeurs canadiennes afin que vous, vos enfants et vos petits-enfants puissiez continuer à profiter du pays libre que le Canada a été jusqu'à maintenant.

Cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.
N'oubliez pas que les dons mensuels, aussi petits soient-ils, même de 5 $/mois, nous aident à planifier nos finances à l'avance et nous offrent une plus grande flexibilité. N'oubliez pas non plus que les dons en nature, comme les services informatiques et même les conseils juridiques, peuvent être très utiles.
Et pendant que vous songez à faire une contribution annuelle en mai prochain, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte constante pour le maintien des droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon