C3RF Member Update - 12 July, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! CBC “drag kids” petition for your consideration. Speak out against government-sponsored child abuse while you still can
Note! Operation “Killswitch” update available here. Take a look
Note! The “last lion” of UK, Tommy Robinson, persecuted once again. Consider supporting his legal appeal fund
Looking for leaders who will make “Free speech” the 2019 “ballot-box” question

The last C3RF “update” noted that the diminishment of free speech in Canada represented a fundamental threat to Canada’s ability to solve the thorny issues of the day. These issues included, but were not limited to, national security, economic prosperity and Canadian unity. After all, problems cannot be solved until they are allowed to be truthfully identified and then debated in an unconstrained marketplace of ideas. The “update” further proposed that the peeling away of limitations that currently constrain the nation’s ability to carry out free and open debate will require real leadership at the political level.

This leadership will need the “royal jelly” required to stand up to powerful special interests and false narratives. Examples of these abound in the form of national events and programs like the CBC’s special on “Drag Kids” and the government’s own “Summer Jobs” attestation requirements. Before we seek the “royal jelly” we are looking for at the individual level, however, it might be best to consider the Party context to better understand the opposition, or support, these individuals will encounter as they fight for “free speech”. In doing so, each Party’s approach to a recent initiative to revive Section 13 of the Canadian Human Rights Act (CHRA) can be used to provide us with the insight we seek in advance of the search for “free speech” leaders.

“Section 13” of the CHRA – a “free speech” killer

Prior to its repeal by a Conservative MP’s private member’s bill in 2013, Section 13 of the CHRA wreaked havoc on the right of Canadians to express themselves freely. Showcase prosecutions that were executed under its provisions included the Ezra Levant “Danish cartoons” fiasco and the Mark Steyn book excerpt case that featured the assertion that “high birth rates and the spread of radical ideology in Muslim countries represent a threat to Western values and ways of life”. These, and many other instances since the Section’s 1999 incorporation into human rights law, transgressed the vague stipulation that it was discriminatory to convey messages over the phone or internet that contain “any matter that is likely to expose a person or persons to hatred or contempt”.

It is little wonder that, during the lifespan of Section 13, the CHR Commission had a 100% conviction rate for hate speech cases that reached the tribunal. To add insult to injury, the respondent in all cases had to pay his or her own legal costs while the complainant had his or her case argued by the government. It is little wonder that the Section fell to a concerted effort led by a broad-based consortium of unlikely, “free speech” allies.

Section 13 revivalists – Liberals, NDP and Green Parties

There can be little doubt that the Liberal Party has taken the lead on reviving the unpopular Section 13. Evidence indicates that it was on their drawing board as early as January, 2018 when the Minister of Justice, Jodi Wilson-Raybould, related that it was under consideration. This would be completely consistent with the government’s free speech-crushing Motion M-103 (Islamophobia), its signing of the Global Compact on Migration, its $595 million media buy-out and its Digital Charter initiative. It seems there is not a free speech attack mode that the Liberals are prepared to forego.

For their part, the NDP supported the Liberal-dominated Justice Committee recommendation to bring back Section 13 in their own supplemental entry to the Committee’s majority report. In a more active vein, the NDP were instrumental in disallowing the video presentation of Mark Steyn, John Robson and Lindsay Shepherd’s presentations to the Justice Committee – three of the very few witnesses that testified against the re-imposition of a Section 13 initiative.

As for the green Party, even though they had no members on the Justice Committee deliberating on Section 13, their leader, Elizabeth May, agreed with the Committee’s decision to “expunge” the record of “offensive” remarks by its Conservative Vice-Chair, Michael Cooper. Obviously, free speech takes a back seat to prettying up what gets recorded in Hansard when it comes to the Green Party.

There can be little doubt that an individual MP in the Liberal, NDP or Green Party fold would be hard-pressed to run counter to a decidedly anti-free speech party line. Voting for a Member of Parliament from one of these parties would be a waste if one believed that individual rights need to be defended over and above those of an “identifiable group”.

Section 13 fair-weather rejectionists – Conservative Party?

The Conservative Party members of the Section 13 Justice Committee offered up a “dissenting report” that called for the rejection of a Section 13 revival. Unfortunately, the Party misses full points for this action as it fumbled badly in its treatment of the Committee’s Vice Chair, MP Michael Cooper. Cooper had the temerity to call a Muslim witness to account for making an unsubstantiated link between “extremism” and “conservatism”. The Party response to his comments was heavy-handed with his Conservative compatriots on the Committee abstaining from voting on a measure that saw the “expungement” of his words from the official record. This, even as his leader, Andrew Scheer, removed him from his post on the Justice Committee.

It would seem that an MP in the Conservative Party might have cause to approach the free speech file with due diligence and circumspection. Members may or may not feel free to support individual rights and freedoms. Salim Mansur, the rejected Conservative nominee for London North Centre, speaks from experience when he states the Party might very well “whip” its MPs to support Globalist or Islamist aims over the Charter rights of individual Canadians. The Party might talk the talk but be unwilling to walk the walk when it comes to free speech.

Section 13 rejectionists – PPC and CHP Parties

Like the Green Party, the People’s Party of Canada and the Christian Heritage Party had no members on the Justice Committee that deliberated on the return of Section 13. Both, however, are on record as strong supporters of free speech as an individual right that enjoys primacy over the collective rights of any “identifiable group”. Indeed, the leader of the PPC Party has stated that he would do “nothing” for the Muslim community in Canada or any other “identifiable group” but he would do “everything” for the individual Canadian citizen.

For their part, the CHP sees the individual as sacred and in receipt of inalienable rights bestowed by the Creator. These rights are at the heart of the Judeo-Christian ethic and include freedom of expression, conscience and religion as a priority. All in all, Members of Parliament from these two parties will be free to voice support for individual rights and freedoms without being “whipped” to legislate in favour of an “identifiable group”.

Summer schedule

C3RF will be active over the summer vacation period as it monitors national developments in the “free speech” arena. We will be particularly engaged with “election 2019” developments in this regard along with those that evolve from the Ottawa Public Library and Tom Quiggin “free speech” and defamation law suits respectively. It is anticipated that we will be able to do so, given the nature of the season, with bi-monthly “updates” over the July/ August time frame. Strap in for normal operations in September as the election approaches and C3RF does the best it can to make “free speech” the ballot-box question of that critical contest.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Co-Chair C3RF

Version française
Note ! CBC "drag kids" pétition. Exprimez-vous contre la maltraitance des enfants parrainée par le gouvernement pendant qu'il est encore temps de le faire
Note ! Mise à jour de l'opération "Killswitch" disponible ici. Jetez un coup d'œil
Note ! Le “dernier lion“ du Royaume-Uni, Tommy Robinson, a de nouveau été persécuté. Envisager de soutenir son fonds de recours légal
A la recherche de leaders qui feront la " liberté d'expression " la question "électeurs 2019".

La dernière " mise à jour " du C3RF notait que la diminution de la liberté d'expression au Canada représentait une menace fondamentale pour la capacité du pays à résoudre les problèmes épineux de l'heure. Ces questions comprenaient, entre autres, la sécurité nationale, la prospérité économique et l'unité canadienne. Après tout, les problèmes ne peuvent être résolus tant qu'on ne leur permet pas d'être honnêtement identifiés et ensuite débattus sur le marché des idées sans contrainte. La "mise à jour" proposait en outre que l'élimination des limites qui limitent actuellement la capacité de la nation à mener un débat libre et ouvert exigera un véritable leadership au niveau politique.

Ce leadership aura besoin de la "gelée royale" nécessaire pour faire face à de puissants intérêts particuliers et à de faux récits. Les exemples abondent sous la forme d'événements et d'émissions nationales comme l'émission spéciale "Drag Kids" de la CBC et les exigences du gouvernement en matière d'attestation "Emplois d'été". Avant de rechercher la "gelée royale" que nous recherchons au niveau individuel, il serait peut-être préférable de considérer le contexte du Parti pour mieux comprendre l'opposition, ou le soutien, que ces individus rencontreront dans leur lutte pour la "liberté de parole". Ce faisant, l'approche de chaque partie à l'égard d'une initiative récente visant à relancer l'article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne (LCDP) peut être utilisée pour nous fournir l'aperçu que nous recherchons avant la recherche de dirigeants "libres d'expression".

"L'article 13 de la LCDP - un tueur de la " liberté d'expression

Avant son abrogation par le projet de loi d'initiative parlementaire d'un député conservateur en 2013, l'article 13 de la LCDP a fait des ravages sur le droit des Canadiens de s'exprimer librement. Parmi les poursuites qui ont été entamées en vertu de ses dispositions, on peut citer le fiasco des "caricatures danoises" d'Ezra Levant et l'extrait du livre de Mark Steyn, dans lequel il est affirmé que "les taux de natalité élevés et la propagation de l'idéologie radicale dans les pays musulmans représentent une menace pour les valeurs et le mode de vie occidentaux". Ces cas, et bien d'autres depuis l'incorporation de la l’article dans les droit de la personne en 1999, ont transgressé la vague stipulation selon laquelle il était discriminatoire de transmettre par téléphone ou par Internet des messages qui contiennent "toute question susceptible d'exposer une ou plusieurs personnes à la haine ou au mépris".

Il n'est pas étonnant que, pendant la durée de vie de l'article 13, la Commission canadienne des droits de la personne ait eu un taux de condamnation de 100 % pour les causes de propagande haineuse qui ont été portées devant le tribunal. Pour couronner le tout, la personne poursuivie a dû, dans tous les cas, payer ses propres frais juridiques pendant que le gouvernement défendait la cause du plaignant. Il n'est pas étonnant que la Section soit le fruit d'un effort concerté mené par un vaste consortium d'alliés improbables et "libres d'expression".

Ceux qui veulent réanimer l'article 13 - Libéraux, NPD et Verts

Il ne fait guère de doute que le Parti libéral a pris l'initiative de faire revivre l'impopulaire article 13. Les preuves indiquent qu'il était sur leur planche à dessin dès janvier 2018 lorsque la ministre de la Justice, Jodi Wilson-Raybould, a déclaré qu'il était à l'étude. Cela serait tout à fait conforme à la motion M-103 (islamophobie) du gouvernement, à sa signature du Pacte mondial sur la migration, à son rachat des médias au coût de 595 millions de dollars et à son initiative de Charte numérique. Il semble qu'il n'y ait pas de mode d'attaque contre la liberté d'expression auquel les libéraux sont prêts à renoncer.

Pour sa part, le NPD a appuyé la recommandation du Comité de la justice, dominé par les libéraux, de ramener l'article 13 dans sa propre entrée supplémentaire au rapport majoritaire du Comité. De façon plus active, le NPD a joué un rôle déterminant en rejetant la présentation vidéo des exposés de Mark Steyn, John Robson et Lindsay Shepherd devant le Comité de la justice - trois des très rares témoins qui ont plaidé contre la réimposition d'une initiative fondée sur l'article 13.

Quant au Parti vert, même s'il n'y avait pas de membres au Comité de la justice pour délibérer sur l'article 13, leur chef, Elizabeth May, était d'accord avec la décision du Comité d'" effacer " les propos " offensants " tenus par son vice-président conservateur, Michael Cooper. De toute évidence, la liberté d'expression est reléguée au second plan par rapport à l'amélioration de ce qui est consigné dans le hansard en ce qui concerne le Parti vert.

Il ne fait guère de doute qu'un député libéral, néo-démocrate ou écologiste aurait du mal à aller à l'encontre d'une ligne de parti résolument liberticide. Voter pour un député de l'un de ces partis serait un gaspillage si l'on estime que les droits individuels doivent être défendus au-delà de ceux d'un "groupe identifiable".

Les tergiversations du Parti conservateur autour de l’article 13?

Les membres conservateurs du Comité de la justice en vertu de l'article 13, ont présenté un "rapport dissident" qui demandait le rejet d'une renaissance de l'article 13. Malheureusement, le Parti s’y est malpris car il s'est mal débrouillé dans son traitement du vice-président du Comité, le député Michael Cooper. Cooper a eu la témérité de demander des comptes à un témoin musulman pour avoir établi un lien non fondé entre "extrémisme" et "conservatisme". La réponse du Parti à ses commentaires a été sévère, ses compatriotes conservateurs siégeant au Comité s'abstenant de voter sur une mesure qui a fait en sorte que ses propos ont été rayés du compte rendu officiel. Cela, même lorsque son chef, Andrew Scheer, l'a démis de ses fonctions au Comité de la justice.

Il semblerait qu'un député du Parti conservateur pourrait avoir des raisons d'aborder le dossier de la liberté d'expression avec diligence et circonspection. Les membres peuvent ou non se sentir libres d'appuyer les droits et libertés individuelles. Salim Mansur, le candidat conservateur rejeté de London-Centre-Nord, parle d'expérience lorsqu'il affirme que le Parti pourrait très bien " fouetter " ses députés pour appuyer des objectifs mondialistes ou islamistes plutôt que les droits individuels des Canadiens garantis par la Charte. Le Parti peut parler, mais il n'est pas disposé à passer de la parole aux actes lorsqu'il s'agit de liberté d'expression.

Rejetants de l'article 13 - Parties du CPP et du PHC

Comme le Parti vert, le Parti populaire du Canada et le Parti de l'Héritage chrétien n'avaient aucun membre au Comité de la justice qui a délibéré sur le retour de l'article 13. Tous deux, cependant, sont officiellement des partisans convaincus de la liberté d'expression en tant que droit individuel qui a préséance sur les droits collectifs de tout "groupe identifiable". En effet, le chef du PPC a déclaré qu'il ne ferait "rien" pour la communauté musulmane au Canada ou tout autre "groupe identifiable", mais qu'il ferait "tout" pour chaque citoyen canadien.

Pour sa part, le PHC considère l'individu comme sacré et reçoit des droits inaliénables accordés par le Créateur. Ces droits sont au cœur de l'éthique judéo-chrétienne et font de la liberté d'expression, de conscience et de religion une priorité. Dans l'ensemble, les députés de ces deux partis seront libres d'exprimer leur appui aux droits et libertés individuels sans être soumis à des pressions pour légiférer en faveur d'un " groupe identifiable ".

Calendrier d'été

Le C3RF sera actif pendant les vacances d'été et suivra l'évolution de la situation nationale dans le domaine de la " liberté d'expression ". Nous serons particulièrement engagés dans les développements de "l'élection 2019" à cet égard ainsi que ceux qui découlent de la Bibliothèque publique d'Ottawa et des poursuites en diffamation de Tom Quiggin et de la "liberté d'expression". On s'attend à ce que nous soyons en mesure de le faire, compte tenu de la nature de la saison, avec des "mises à jour" bimensuelles au cours de la période de juillet à août. En septembre, à l'approche des élections, le C3RF fait de son mieux pour faire de la " liberté d'expression " la question des urnes de cette compétition critique.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité de C3RF à informer, défendre et agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance auxquelles nous adhérons lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous songez à faire une contribution annuelle en mai prochain, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte constante pour le maintien des droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon