C3RF Member Update - 30 Aug, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! Download and present the “pledge to defeat Islamic entryism” to political door-knockers
Note! Join C3RF questionnaire initiative and ask your prospective political reps four questions
Setting the table for election 2019

As summer comes to a close it is time to turn our attention to election, 2019 – a critical inflection point in the country’s history. Question is, could it be settled along the coalition lines proposed in election, 2008? This could easily be the case given the razor-thin, Liberal minority government foreseen by some polls. In the 2008 election for instance, the Conservative minority win was followed by the formation of a coalition agreement between the Liberals, NDP and Bloc Quebecoise. The whole thing fell apart shortly after the Conservatives subsequently prorogued parliament as the proposed coalition, buttressed as it was by the separatist Bloc Quebecoise, was seen to be problematic by sizeable portions of the population.

That was then. The current situation sees the Green Party taking the place of the separatists with no secessionist baggage in sight. This would make the whole idea of forming a coalition government, one capable of freezing out conservative voices, much more palatable. It also highlights the importance, as noted in these pages over the past few updates, of voting for representatives that will take your concerns forward into the political halls of power – regardless of Party affiliation. This, rather than sitting out the vote and allowing a “leftist coalition” to take power. Is not enabling a “conservative coalition” the better alternative?

Voting for those with the “royal jelly” to reject “Entryism”

​​As noted in these pages, those imbued with the “royal jelly” and the fortitude to withstand the pressures of political correctness, judicial activism and international interference will be required to legislate in the name of the “rule of law”, individual rights and freedoms and “responsible government”. Recall that these same pages offered up four questions that could be put to prospective political representatives to determine which among them had the “royal jelly” to do so. In addition to these questions, it has become apparent that one more issue needs to be addressed with your potential reps – the issue of Islamism and its “entry” into Canadian political circles. By way of understanding just what Islamism entails and how it might be rebuffed, Stephen Coughlin and Richard Higgins offer fresh perspectives in their treatise, “Defeating the Islamic Movement in the United States: a Strategic Plan”.

This “entryism” has been expounded upon by court-qualified, terrorism expert, Tom Quiggin, in his co-authored book, “Submission, the Danger of Political Islam to Canada”. In addition, his research has connected dots that include Canadian charitable institutions and alleged terrorist operations overseas – institutions that are supported by taxpayer funds that are funneled to them from the Canadian governments itself. These allegations have resulted in a defamation suit levelled against Mr. Quiggin and his colleagues by an Islamic organization. His Statement of Defence and the related Statement of claim are here and here respectively.

“Entryism” in Canada

Efforts aimed at installing political representatives amenable to the subjugation of individual rights and freedoms to special interest group agendas has a long history in Canada. Even in pre-confederation Canada, everyday citizens became so disillusioned with the perks afforded to colonial authorities and “Family Compact” corporatists that they took up arms in the “Rebellions of 1837-38”. In more recent times, we can see political Islam or Islamism enter the Canadian political scene in full force in early 2017 with the passage of Motion M-103. This motion was dedicated to “quelling” a rising tide of systemic racism and religious discrimination - including Islamophobia. Problem is, Islamophobia has always been a loaded, ambiguous term that is ultimately used to shield Islam, and its doctrines, from criticism – a special dispensation afforded to no other religion in Canada. How else to explain, on the heels of Motion M-103, PM Trudeau’s assertion that critics of his treatment of returning ISIS fighters were “Islamophobic”?

“Entryism” and dissent in the ranks

Unfortunately, the prospect of Islamist “entryism” within the ranks of the Liberal Party of Canada is not an isolated prospect. Other parties are seemingly caught up in this same web as they pursue the increasingly powerful Muslim voting bloc, even though they account for less than 4% of the population. So, we see the leader of the opposition, Andrew Scheer, commiserating with Muslim activists in this video and committing to bouncing Conservatives from the Party who “spread fear about the Muslim faith” (1:35) and stating emphatically that anti-Islamism policies will “not be pursued” by a Conservative government (5:20). These revelations are not sitting well with the Conservative Party base and feedback to C3RF is not shy in saying so. EDA leadership and incumbent Conservative MPs have been slow or negligent in responding to stated rank and file concerns. Indeed, Mary (not her name) reports that she has terminated her decades long service to the Conservative Party as she sees longstanding principles of “rule of law” and individual rights being jettisoned in the name of money and votes. Obviously, principled voters dedicated to “responsible government” will need to be able to assess where their potential representatives are on the issue of “entryism”.

The "Pledge"

Anti-Islamist activist, “1 godless woman”, is relentless in her criticism of “political Islam” as manifested through Sharia Law. She knows that of which she speaks as she left Islam to reside in Canada in exile from Saudi Arabia. She sees the creep of Islamism in Canada and wonders aloud how Canadians, and their political leaders, can stand by silently as it progresses. After all, are not freedom of speech and association sacred rights passed down to them from generations past? She proposes that our prospective political leaders be asked upfront to declare themselves as resistors to “entryism” and to pledge to combat it as a political priority.

The pledge can be found here. Print it and present it to the candidates that show up at your door this election season. Have them and two witnesses sign it and then scan and email it to info@onegodlesswoman.com and russ.cooper@canadiancitizens.org and let's hold them publicly to account. With this pledge and your four previous questions in hand, you should gain a very good insight into just how your political candidates will serve your interests if elected to office. Let’s begin holding their feet to the fire!

Thanks for your continued support
Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.
And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle forCharter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair, C3RF

Version française
Prenez note! Télécharger et présenter la "promesse de vaincre l'entrisme islamique" aux porte-parole politiques
Prenez note! Participez à l'initiative du questionnaire C3RF et posez quatre questions à vos futurs représentants politiques
Mettre la table pour l'élection de 2019

Alors que l'été touche à sa fin, il est temps de tourner notre attention vers les élections de 2019 - un point critique dans l'histoire du pays. La question est de savoir s'il pourrait être réglé selon les lignes de la coalition proposée lors de l'élection de 2008. Cela pourrait facilement êtrele le cas étant donné le gouvernement minoritaire libéral, que certains sondages prévoient. Lors des élections de 2008, par exemple, la victoire de la minorité conservatrice a été suivie de la formation d'une entente de coalition entre les libéraux, le NPD et le Bloc québécois. Tout s'est effondré peu de temps après la prorogation du Parlement par les conservateurs, car la coalition proposée, appuyée par le bloc séparatiste québécois, a été perçue comme problématique par une partie importante de la population.

Mais c’était à l’époque. Aujourd’hui, nous voyons le Parti Vert prendre la place des séparatistes l’agenda sécessionniste en moins. Cela rendrait l'idée de former un gouvernement de coalition, capable de neutraliser les voix conservatrices, beaucoup plus acceptable. Il souligne également l'importance, comme nous l'avons souligné dans ces pages au cours des dernières mises à jour, de voter pour des représentants qui feront valoir vos préoccupations auprès du pouvoir politique - peu importe votre affiliation politique. Ceci, plutôt que de laisser le vote de côté et de permettre à une "coalition de gauche" de prendre le pouvoir. N'est-il pas préférable de mettre en place une "coalition conservatrice” ?

Voter pour ceux qui ont la "gelée royale" pour rejeter l'"entrisme"

​​Comme nous l'avons vu dans ces pages, ceux qui sont imprégnés de "gelée royale" et qui ont le courage de résister aux pressions du politiquement correct, de l'activisme judiciaire et de l'ingérence internationale devront légiférer au nom de la "règle de droit", des droits et libertés individuels et du "gouvernement responsable". Rappelons que ces mêmes pages proposaient quatre questions qui pouvaient être posées aux futurs représentants politiques pour déterminer lequel d'entre eux avait la "gelée royale" pour le faire. En plus de ces questions, il est devenu évident qu'une autre question doit être abordée avec vos représentants potentiels - la question de l'islamisme et son "entrée" dans les milieux politiques canadiens. Pour comprendre ce qu'implique l'islamisme et comment il pourrait être rejeté, Stephen Coughlin et Richard Higgins offrent de nouvelles perspectives dans leur traité intitulé "Defeating the Islamic Movement in the United States: a Strategic Plan".

Cet "entrisme" a été exposé par Tom Quiggin, expert en terrorisme et diplômé d'un tribunal, dans son livre, "Submission, the Danger of Political Islam to Canada", dont il est coauteur. De plus, ses recherches ont permis d'établir des liens entre des institutions caritatives canadiennes et des opérations terroristes présumées à l'étranger - des institutions qui sont financées par l'argent des contribuables et qui leur sont acheminées par les gouvernements canadiens eux-mêmes. Ces allégations ont donné lieu à une poursuite en diffamation intentée contre M. Quiggin et ses collègues par une organisation islamique. Sa défense et la déclaration qui vient avec sont respectivement ici et .

L'"entrisme" au Canada

Les efforts visant à installer des représentants politiques susceptibles de soumettre les droits et libertés individuels à des programmes de groupes d'intérêts spéciaux ont une longue histoire au Canada. Même dans le Canada d'avant la Confédération, les citoyens ordinaires sont devenus si désabusés par les avantages accordés aux autorités coloniales et aux corporatistes du "Pacte de famille" qu'ils ont pris les armes lors des "rébellions de 1837-1838". Plus récemment, nous pouvons voir l'islam politique ou l'islamisme entrer en force sur la scène politique canadienne au début de 2017 avec l'adoption de la motion M-103. Cette motion avait pour but de " réprimer " une vague croissante de racisme systémique et de discrimination religieuse - y compris l'islamophobie. Le problème, c'est que l'islamophobie a toujours été un terme chargé et ambigu qui est finalement utilisé pour protéger l'islam et ses doctrines de toute critique - une dérogation spéciale accordée à aucune autre religion au Canada. Comment expliquer autrement, dans la foulée de la motion M-103, l'affirmation du premier ministre Trudeau selon laquelle les critiques de son traitement des combattants de l'ISIS de retour au pays étaient "islamophobes"?

"L'entrisme" et la dissidence dans les rangs

Malheureusement, la perspective d'un " entrisme " islamiste dans les rangs du Parti libéral du Canada n'est pas une perspective isolée. D'autres partis sont apparemment pris dans cette même toile alors qu'ils poursuivent la clientèle musulmane de plus en plus puissante, même s’ils représentent moins de 4% de la population. Ainsi, nous voyons le chef de l'opposition, Andrew Scheer, se compromettre avec des activistes musulmans dans cette vidéo et s'engager à chasser les conservateurs du Parti qui "répandent la peur au sujet de la foi musulmane" (1:35) et affirmer avec force que les politiques anti-islamiques ne "seront pas poursuivies" par un gouvernement conservateur (5:20). Ces révélations ne sont pas bien accueillies par la base du Parti conservateur et l’engouement pour le C3RF en est un parfait exemple. Les dirigeants de l'EDA et les députés conservateurs en poste ont été lents ou négligents dans leurs réponses aux préoccupations exprimées par les membres de la base. En fait, Mary (c’est un pseudonyme) rapporte qu'elle a mis fin à ses décennies de service au sein du Parti conservateur alors qu'elle voit les principes de longue date de la " primauté du droit " individuels notamment, bafoués au nom de l'argent et des votes. De toute évidence, les électeurs de principe voués à un "gouvernement responsable" devront être en mesure d'évaluer où en sont leurs représentants potentiels sur la question de l'"entrisme".

Le "Serment"

L'activiste anti-islamiste, "1 femme sans Dieu", est implacable dans sa critique de "l'Islam politique" tel que manifesté par la loi de la Charia. Elle sait de quoi elle parle lorsqu'elle a quitté l'Islam pour s'exiler d'Arabie saoudite au Canada. Elle voit la dérive de l'islamisme au Canada et se demande à haute voix comment les Canadiens, et leurs dirigeants politiques, peuvent rester les bras croisés pendant qu'il progresse en silence. Après tout, la liberté d'expression et d'association n'est-elle pas un droit sacré qui leur a été transmis par les générations passées? Elle propose de demander d'emblée à nos futurs dirigeants politiques de se déclarer résistants à "l'entrisme" et de s'engager à le combattre comme une priorité politique.

Le serment peut être trouvé ici. Imprimez-le et présentez-le aux candidats qui se présenteront à votre porte cette saison électorale. Qu'ils le signent avec deux témoins, puis qu'ils le scannent et l'envoient par courriel à info@onegodlesswoman.com et russ.cooper@canadiancitizens.org et qu'ils rendent des comptes publiquement. Avec cet engagement et vos quatre questions précédentes en main, vous devriez avoir une très bonne idée de la façon dont vos candidats politiques serviront vos intérêts s'ils sont élus. Qu’ils aient des comptes à rendre!

Merci pour votre soutien continu
Votre soutien fait toute la différence dans la capacité de C3RF à informer, défendre et agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance qui nous sont liées lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.
Et pendant que vous songez à faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraite) Coprésident, C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon