C3RF Member Update - 11 Oct, 2019


Remarque : La version française suit un peu plus bas
Video! Full recording of Bernier/ Rubin “free speech” event at Mohawk College
Petition! Call on RCMP Commissioner Lucki to investigate government funding of terrorism
Commentary! Is Canada a “soft authoritarian” state?
The “bread and circuses” election of 2019 continues

As the “bread and circuses” election of 2019 continues into its fourth week the platitudes and acrimonious identity politics continue unabated. The “blackface” controversy, despite the best efforts of the “bought out” media, continued to bubble to the surface. This time in the form of unsubstantiated rumours of further, more volatile West Point Grey antics by our Prime Minister. Add to this the Scheer observation, offered up in the TVA French debate, that the same Prime Minister is a “hypocrite” for employing two gas guzzling planes for campaign purposes and you get the timbre of election deliberations. For his part, the Conservative leader came under attack for padding his resume with an unearned insurance broker’s license – not to mention his heretical belief in the sanctity of unborn human life and his dual citizenship. And so it goes - on and on and on.

The unspoken ballot-box question – free speech

Meanwhile, behind the scenes and unreported by “qualified news agencies”, parties involved in the political process have been very busy exercising draconian measures over Canada’s so-called “free press”. The evidence is clear as we see police services deliberately targeting conservative news outlets to keep them at arm’s length from certain political leaders. Even the National Debate Commission can be seen to stymy the ability of certain organizations to participate in related, televised proceedings. A situation that was only resolved in favour of these organizations the day of the English language debate through court injunction. Is Canada turning into Turkey? Will journalists of a certain persuasion be jailed next? Why is there no outrage being expressed by political leaders, except by those of the People’s Party of Canada and the Christian Heritage Party, or by the press-at-large? To make things worse, it’s not just the political and media class that find the free speech rights of Canadians an inconvenient bother, the judicial class does as well.

The Canadian system of jurisprudence and free speech – exclusionary concepts?

A good example of the Canadian judiciary’s reticence to support the free speech rights of individual citizens can be seen in a recent court case; Ottawa Public Library (OPL) v Madeline Weld and Valerie Price (nee Thomas). The case was adjudicated on September 11 by the Divisional Court of Ontario and involved the last-minute cancellation of the documentary film “Killing Europe” by the OPL. The film was to be shown on November 25, 2017, and was nixed the day before. The Calgary-based Justice Centre for Constitutional Freedom (JCCF) represented the applicants, Madeline Weld and Valerie Thomas Price, both of whom are founding members of C3RF. They were simply asking for a declaration that the Library’s decision violated their freedom of expression as protected under section 2(b) of the Canadian Charter of Rights and Freedoms. The court, in a surprising move, sidestepped the Charter issue and declared that the library was not acting in a public capacity (which would be regulated by the Libraries Act and to which the Charter would apply) but in a private capacity, much like if it were hiring janitorial services or contracting for supplies. Accordingly, the court dismissed the application. Indeed, the judge stated that such a contractual arrangement was better dealt with by “private law remedies” or, if discrimination was based on prohibited grounds, by the Ontario Human Rights Code.

So, a public library controlled and overseen by public officials in the form City of Ottawa Councillors and charged with providing the public with access to information has no requirement to abide by the Charter if a rental fee is involved. This loopy logic flies in the face of other court decisions that use the Charter to support the claims of persons from “identifiable groups” even as it is in line with others that punish the individual that does not belong to one. Could it be that Canadian courts are operating with a bias against Canada’s smallest but most important minority – the individual? It is important to note that the “fat lady” has yet to sing in this matter as the JCCF legal team has filed a Notice of Motion for leave to appeal with the Ontario Court of Appeal.

Damned if you do, damned if you don’t (if you don’t belong to an “identifiable group”)

When it comes to similar cases that reward the applicant rather than punish them it is instructive to look at the federal court ruling that saw Air Canada fined $21,000 for not accommodating the language rights of two French-Canadian passengers. It found that the predominantly English displays on Air Canada aircraft (EXIT signs for one) contravened the Official Languages Act and the Canadian Charter of Rights and Freedoms. But wait a minute, given the legal logic associated with the OPL case weren’t these passengers in a private, contractual arrangement with Air Canada by virtue of having to pay air fare? Should they not have sought redress in a Human Rights Tribunal or through private law? Does the law change when a preferred “identifiable group” is involved?

When it comes to cases that punish the applicant, as was the case in the OPL instance, the 2013 Supreme Court “Whatcott” decision springs to mind. This deliberation saw the highest court in the land decide that the use of truth as a defense in Human Rights proceedings, rather than criminal, was inappropriate as related tribunals were meant to be remedial and non-confrontational in nature. It is interesting to note that the subject of Mr. Whatcott’s offense was the distribution of truthful flyers that highlighted known medical issues associated with the practices of a particular “identifiable group”. It is also interesting to note that if the applicants of the OPL case went the human rights tribunal route, as suggested by the Divisional Court judge that handled their case, they would have failed due to the “truth is no defence” precedent. Weld and Thomas-Price were damned if they did and damned if they didn’t. A classical legal “trap” that always sees the rights of the individual sacrificed in favour of those of persons in an “identifiable group”. One wonders, where do our prospective political leaders stand on what appears to be systemic bias within the Canadian judiciary?

Personal v group rights – where do the leaders stand?

The first National Debate Commission leadership contest was held on 07 October, 2019. It provided an ideal opportunity to see just where each of the qualified party leaders stand in the “zero sum” game that sees the fundamental rights of the individual pitted against the equality rights of “identifiable groups”. Unfortunately, the whole subject of citizen’s rights and freedoms never came to the fore in any official capacity during the debate. The most telling and related discussion came up front with Moderator Lisa LaFlamme grilling M. Bernier on his contrary, and therefore hateful, tweets. This “do you still beat your wife?” questioning was followed up by Mr. Singh’s comment that M. Bernier’s opinions didn’t deserve to be heard. Bernier’s response was telling as he noted that Singh, and the other leaders at the podium, liked to mouth tributes to diversity even as they refused to entertain diversity of opinion. The other leaders had nothing to say on the matter. It seems that the memories of our candidates are short. Perhaps voters should remember, as they cast their ballots, who argued for the free-speech crushing Motion M-103 and who spoke out against it.

Thanks for your continued support
Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Co-Chair C3RF

Version française

Vidéo! Enregistrement complet de l'événement “liberté d'expression” Bernier/ Rubin au Collège Mohawk
Pétition! Invitez le commissaire Lucki de la GRC à enquêter sur le financement du terrorisme par le gouvernement
Commentaire! Le Canada est-il un État “autoritaire doux”?
L'élection "du pain et des cirques" de 2019 se poursuit

Alors que l'élection "du pain et des cirques" de 2019 entre dans sa quatrième semaine, les platitudes et les politiques identitaires acrimonieuses se poursuivent sans répit. La controverse du "blackface", malgré les efforts des médias "achetés", a continué à faire surface. Cette fois-ci, sous la forme de rumeurs non corroborées concernant d'autres bouffonneries qu’auraient commises notre premier ministre. Ajoutez à cela l'observation de Scheer, présentée dans le débat français de TVA, selon laquelle le même premier ministre est un "hypocrite" pour avoir utilisé deux avions énergivores à des fins électorales et vous avez une niveau des débats électoraux. Pour sa part, le chef conservateur a été attaqué pour avoir rempli son curriculum vitae avec un permis de courtier d'assurance qu’il ne possédait pas - sans parler de sa croyance hérétique dans le caractère sacré de la vie humaine à naître ainsi sa double citoyenneté, etc., etc.

La question des urnes tacites - la liberté d'expression

Pendant ce temps, dans les coulisses, les partis impliqués dans le processus politique ont été très occupés à exercer des mesures draconiennes sur la soi-disant "presse libre" du Canada, sans que les "agences de presse qualifiées" ne les rapportent. Les preuves sont claires, car les services de police ciblent délibérément les médias conservateurs pour les tenir à l'écart de certains dirigeants politiques. Même la Commission nationale de débat peut être perçue comme une entrave à la capacité de certaines organisations de participer à des débats télévisés. Une situation qui n'a été résolue en faveur de ces organisations que le jour du débat sur la langue anglaise grâce à une injonction du tribunal. Le Canada se transforme-t-il en Turquie? Les journalistes d'une certaine sensibilité politique seront-ils ensuite emprisonnés? Pourquoi n'y a-t-il pas d'indignation de la part des dirigeants politiques, si ce n'est que de la part du Parti populaire du Canada et du Parti de l'héritage chrétien, ou de la presse en général? Pire encore, ce n'est pas seulement la classe politique et les médias qui trouvent que le droit à la liberté d'expression des Canadiens est un inconvénient, il en va de même pour la classe judiciaire.

Le système canadien de jurisprudence et la liberté d'expression - concepts d'exclusion?

Un bon exemple de la réticence de la magistrature canadienne à appuyer le droit à la liberté d'expression des citoyens est illustré dans une affaire judiciaire récente: Bibliothèque publique d'Ottawa (BPO) c. Madeline Weld et Valerie Price (née Thomas). L'affaire a été jugée le 11 septembre par la Cour divisionnaire de l'Ontario et concernait l'annulation de dernière minute du film documentaire "Killing Europe" par la BPO. Le film devait être projeté le 25 novembre 2017 et a été refusé la veille. Le Justice Centre for Constitutional Freedom (JCCF) de Calgary représentait les requérantes, Madeline Weld et Valerie Thomas Price, toutes deux membres fondatrices de C3RF. Elles demandaient simplement qu'on déclare que la décision de la Bibliothèque violait leur liberté d'expression protégée par l'alinéa 2(b) de la Charte canadienne des droits et libertés. La Cour, de façon surprenante, a éludé la question de la Charte et a déclaré que la bibliothèque n'agissait pas à titre public (qui serait réglementé par la Loi sur les bibliothèques et auquel la Charte s'appliquerait) mais à titre privé, un peu comme si elle engageait des services de conciergerie ou de services au détail. Par conséquent, la Cour a rejeté la demande. En fait, le juge a déclaré qu'une telle entente contractuelle était mieux traitée par des "recours de droit privé" ou, si la discrimination était fondée sur des motifs illicites, par le Code des droits de la personne de l'Ontario.

Ainsi, une bibliothèque publique contrôlée et supervisée par des fonctionnaires sous la forme de conseillers municipaux de la Ville d'Ottawa et chargée de fournir au public l'accès à l'information n'est pas tenue de se conformer à la Charte si des frais de location sont exigés. Cette logique en dents de scie va à l'encontre d'autres décisions judiciaires qui utilisent la Charte pour appuyer les revendications de personnes appartenant à des "groupes identifiables", même si elle est conforme à d'autres qui punissent l'individu qui n'en fait pas partie. Se pourrait-il que les tribunaux canadiens fonctionnent avec un parti pris contre la minorité la plus petite mais la plus importante du Canada - l'individu? Il est important de noter que la "grosse dame" n'a pas encore chanté dans cette affaire puisque l'équipe juridique de la JCCF a déposé un avis de requête en appel devant la Cour d'appel de l'Ontario.

Vous serez maudit si vous le faites, et maudit si vous ne le faites pas (si vous n'appartenez pas à un "groupe identifiable" bien entendu)

Lorsqu'il s'agit de cas semblables qui récompensent le demandeur plutôt que de le punir, il est instructif de regarder la décision de la Cour fédérale qui a condamné Air Canada à une amende de 21 000 $ pour ne pas avoir respecté les droits linguistiques de deux passagers canadiens-français. Elle a conclu que les affichages à prédominance anglaise sur les aéronefs d'Air Canada (panneaux EXIT pour l'un d'eux) contrevenaient à la Loi sur les langues officielles et à la Charte canadienne des droits et libertés. Mais attendez une minute, étant donné la logique juridique associée à l'affaire BPO, ces passagers n'étaient-ils pas dans une entente contractuelle privée avec Air Canada en vertu de l'obligation de payer le billet d'avion? N'auraient-ils pas dû demander réparation devant un tribunal des droits de la personne ou en recourant au droit privé? La loi change-t-elle lorsqu'il s'agit d'un "groupe identifiable" privilégié?

Lorsqu'il s'agit d'affaires qui punissent le requérant, comme ce fut le cas dans l'affaire de la BPO, la décision "Whatcott" de la Cour suprême de 2013 vient à l'esprit. Cette délibération a vu la plus haute cour du pays décider que l'utilisation de la vérité comme moyen de défense dans les procédures relatives aux droits de l'homme, plutôt que comme moyen criminel, était inappropriée, car les tribunaux devaient être de nature corrective et non conflictuelle. Il est intéressant de souligner que le sujet de l'infraction de M. Whatcott était la distribution de dépliants véridiques qui mettaient en évidence des problèmes médicaux connus associés aux pratiques d'un "groupe identifiable" particulier. Il est également intéressant de noter que si les requérants de l'affaire de la BPO avaient choisi la voie du tribunal des droits de la personne, comme l'a suggéré le juge de la Cour divisionnaire qui a traité leur cause, ils auraient échoué en raison du précédent "la vérité n'est pas une défense". Weld et Thomas-Price étaient damnés s'ils le faisaient et damnés s'ils ne le faisaient pas. Un "piège" juridique classique qui voit toujours les droits de l'individu sacrifiés au profit de ceux des personnes d'un "groupe identifiable". On peut se demander quelle est la position de nos dirigeants politiques éventuels sur ce qui semble être un parti pris systémique au sein de la magistrature canadienne?

Droits personnels et droits de groupe - quelle est la position des dirigeants?

La première course à la direction de la Commission nationale de débat a eu lieu le 7 octobre 2019. C'était l'occasion idéale de voir où se situe chacun des chefs de parti qualifiés dans le jeu de la "somme nulle" qui oppose les droits fondamentaux de l'individu aux droits à l'égalité des "groupes identifiables". Malheureusement, tout l’enjeu des droits et libertés des citoyens n'a jamais été mis en avant à aucun titre officiel au cours du débat. La discussion la plus éloquente et la plus pertinente a été celle de la modératrice Lisa LaFlamme qui a voulu mettre M. Bernier en difficulté au sujet de ses tweets qui allaient à contrecourant et donc considérés haineux. Cet interrogatoire a été suivi d'un commentaire de M. Singh selon lequel les opinions de M. Bernier ne méritaient pas d'être entendues. La réponse de Bernier était révélatrice, car il a noté que Singh, et les autres chefs présents sur le plateau, aimaient rendre hommage à la diversité même s'ils refusaient d’entendre des opinions diverses. Les autres dirigeants n'avaient rien à dire à ce sujet. Il semble que nos candidats aient la mémoire courte. Les électeurs devraient peut-être se souvenir, au moment de voter, de ceux qui ont plaidé en faveur de la motion M-103 et qui se sont prononcés contre celle-ci.

Merci pour votre soutien continu

Votre appui fait toute la différence dans la capacité de C3RF à informer, défendre et agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous songez à faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Co-Chair, C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon