C3RF Member Update - 25 Oct, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! Premier Kenny of Alberta remarks on the federal election. Action, not words required! Follow the Constitution!
Note! BQ leader Blanchet election night victory speech. No oil across Quebec. No comprimise on “values”. All attributes of sovereignty as soon as possible

Just what was the ballot box question?

The ballot-box question for election 2019 may have been “climate change” in the mind of the “progressive” political parties and the main stream media but it certainly was not in the mind of rank and file Canadians. Recall the initial surge in Green Party prospects at the start of the election campaign. A surge that peaked at a double digit high in the polls only to fall to around 6% by the start of voting proper. It was a good try, though, with wide reporting on a “climate strike” and a visit by the protégé of “climate change” - Greta Thunberg. Obviously and as reported in these pages previously, citizen support for “climate change”, and by extension the rest of the U.N.’s Agenda 2030, is a mile wide and an inch deep.

The majority of parties were either not capable of divining just what resonated within the Canadian population as a ballot-box question or they refused to recognize it. This was demonstrated by the moribund poll results, throughout the campaign, that simply failed to move from the pegs established by the base support of each of the parties. Could it be that these parties failed to rouse a national constituency as they feared to be called out as politically incorrect? There were some exceptions however. We did see the Bloc Quebecois (BQ), the People’s Party of Canada (PPC) and the Christian Heritage Party (CHP) break from politically correct notions to discuss the unmentionables – those issues that live in “the darkest part of Twitter” along with racists, bigots, Islamophobes and a host of other “deplorables”.

A rising Bloc Quebecois

Of the three outrider parties, the BQ was by far the most successful as it gained 20 seats for a total of 32 by the close of voting. Some, including the leaders of both the Liberal and Conservative parties, insisted that such success would lead to an imminent referendum on Quebec sovereignty - but is this really the case? Wasn’t the ballot-box question in Quebec really about “values” and the preservation of a French-Canadian way of life? Isn’t this what the provincial party, the Coalition Avenir Quebec (CAQ), legislated for with its “secularism” bill - Bill 21? Isn’t it much more accurate to say the BQ rose to success on the coattails of the CAQ and Bill 21? After all, Quebecers have always kept a sharp eye out for threats to its own culture and way of life and Bill 21 can be seen as a buffer against the dilution of both.

One can’t blame Quebecers for acting in defence of their own culture and way of life. The evidence that such measures are required is demonstrated four-square in Western Europe where the rapid rise in “no-go zones”, Sharia courts and welfare costs proceeds unencumbered. Not wanting to replicate an environment where newcomers fail to assimilate within a host state even as they demand cultural, political and religious concessions, Quebec has chosen to level the playing field for all cultures and religions in the public sector. There may be no crosses adorning the necks of provincial workers, but neither are there niqabs. As for the federal powers-that-be, they certainly don’t blame Quebecers for standing firm on their “values”. They refused to interfere with Bill 21 with the Prime Minister even agreeing to cooperate with the province’s decision to reduce immigration rates by 20% - even as it berates others who criticize open-ended, mass migration policies. There is no way Quebec will be accommodating the Global Compact on Safe, Orderly and Regular Migration that Ottawa signed in Morocco in December of 2018. https://www.canadiancitizens.org/single-post/2018/10/12/C3RF-Member-Update---12-October-2018The BQ was brave enough to confront the politically correct notion that all cultures are equal and were rewarded handsomely by the good people of Quebec. It appears there are no “deplorables” in the province of Quebec.

The Rest of Canada wilts

Rather than follow Quebec’s lead, the rest of Canada (ROC) relented on forcing a discussion of the Globalism and Islamism “elephants in the roomalong with the personal freedom to do so. It is quite understandable; who would want to raise their heads up out of the trenches only to be pilloried by ad hominem attacks and invective. The proof of this is in the pudding and demonstrated by the reception that one party, the PPC, received when it had the gall to raise these issues during the election campaign. Unsubstantiated calls of racism, bigotry and Islamophobia by political and media elites followed. Indeed, the attacks were not only vicious but seen as well deserved. This was made clear by the political operative, Warren Kinsella, who was alleged to have mounted a propaganda campaign against the PPC on behalf of the Conservative Party. He formally stated that Maxime Bernier and his People’s Party were indisputably racist and that opposing organized bigotry is always appropriate and right - “we were and are fiercely proud of the work we did”. No evidence of racism was provided and no defences were considered. Inquisitions and witch hunts of old spring to mind here. Accordingly, the real ballot-box questions were never raised and politically correct alternatives like “climate change” and program giveaways were substituted. Lacking a true attempt to address the real concerns of Canadians, the table was set for the creation of a divided Canada.

A divided Canada

Election 2019 provides us with indisputable proof that free speech is on the wane in Canada. The chilling of debate through ad hominem attacks and bully tactics tamped down public involvement in the election process. It kept the public’s concerns and priority issues out of play, save for Quebec’s, and made the election an irrelevant event even as it stoked resentment. The media had its own part to play in priming this anger by virtue of its own cynical reportage and treatment of both the issues and the players. Accordingly, “climate change” was kept on the front burner while immigration and pipeline policies were quietly deep-sixed. SNC-Lavalin and “blackface” scandals were glossed over and equated with another leader’s citizenship and resume padding issues. In a particularly telling instance during the televising of election results, a group of journalists and talking heads had a jolly time discussing the dirty trick that saw votes being funneled away from Maxime Bernier to his namesake from the Rhinoceros Party. A bit of fun that made them and Elections Canada look like jokes.

From a divided Canada to a broken Canada
Election 2019 gave us a Canada divided by United Nations Agenda 2030. The minority Liberal government is a true believer in the related “climate change” and mass, open door migration files associated with the Agenda and they will have ample support from their like-minded allies in the NDP, Green and Media Parties to affect related policies. On the other side of the coin are Quebec and Alberta. The former will in no way entertain a loss of control over immigration and cultural files and the latter will be forced down the path of separation. What else could Alberta do given a recalcitrant federal government committed to its own pipeline-busting legislation in the form of Bills 69 and 48? Economic collapse is surely in the cards for Alberta if the exigences of “climate change” are to be forced upon it. Unfortunately, this hit to national unity is not the worst of it. The real casualty in all of this is the diminishment of the rights of Canadian citizens to free expression, conscience and religion – all of which need to be displaced to make way for an Agenda 2030 that demands worldwide centralization and control. After all, the earth needs saving at any cost, doesn’t it? In the meantime, C3RF will beg to differ.
Thanks for your continued support
Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today!

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

Co-Chair C3RF

Version française

Remarque! Le premier ministre Kenny de l’Alberta fait une remarque sur les élections fédérales. Action, pas de mots nécessaires! Suivez la constitution!
Remarque! Discours de victoire du président de la BQ, Blanchet, lors de la soirée électorale. Pas de pétrole à travers le Québec. Pas de compromis sur les “valeurs”. Tous les attributs de la souveraineté le plus tôt possible
Quelle était la question de l'urne?

La question des urnes pour l'élection de 2019 était peut-être le "changement climatique" dans l'esprit des partis politiques "progressistes" et des médias grand public, mais elle ne l'était certainement pas dans l'esprit des Canadiens de base. Rappelez-vous l'augmentation initiale des soutiens pour le Parti Vert au début de la campagne électorale. Un bond qui a culminé à un sommet à deux chiffres dans les sondages pour ne chuter qu'à environ 6 % au début du vote. C'était un bon essai, cependant, avec de nombreux reportages sur une "grève du climat" et une visite de la protégée du "changement climatique", Greta Thunberg. De toute évidence, et comme nous l'avons déjà dit dans ces pages, le soutien des citoyens à l’enjeu du "changement climatique", et par extension au reste de l'Agenda 2030 de l'ONU, est tout au plus d'un mille de large et d'un pouce de profondeur.

La majorité des partis étaient soit incapables de deviner ce qui résonnait dans la population Canadienne comme une question d'urne, soit ils refusaient de le reconnaître. Les résultats moribonds du sondage, tout au long de la campagne électorale, qui n'ont tout simplement pas réussi à s'écarter de l'appui de base de chacun des partis, en sont la preuve. Se pourrait-il que ces partis n'aient pas réussi à éveiller un électorat national car ils craignaient d'être qualifiés de politiquement incorrects? Il y avait toutefois quelques exceptions. Nous avons vu le Bloc québécois (BQ), le Parti Populaire du Canada (PPC) et le Parti de l'Héritage chrétien (CHP) rompre avec les notions politiquement correctes pour discuter des non-dits - ces questions qui vivent dans "la partie la plus noire de Twitter" avec les racistes, bigots, islamophobes et une pléthore d'autres "déplorables".

Un Bloc québécois en pleine ascension

Parmi les trois partis de l'opposition, le BQ est de loin le parti qui a remporté le plus de succès, puisqu'il a remporté 20 sièges supplémentaires pour un total de 32 à la clôture du scrutin. Certains, y compris les chefs des partis libéral et conservateur, ont insisté sur le fait qu'un tel succès mènerait à un référendum imminent sur la souveraineté du Québec, mais est-ce vraiment le cas? La question des urnes au Québec n'était-elle pas bien celle des "valeurs" et de la préservation d'un mode de vie québécois francophone? N'est-ce pas le parti provincial, la Coalition Avenir Québec (CAQ), qui a légiféré avec son projet de loi sur la "laïcité" – le fameux projet de loi 21? N'est-il pas beaucoup plus juste de dire que le BQ a connu le succès en s’alignant sur la CAQ et son projet de loi 21? Après tout, les Québécois ont toujours été à l'affût des menaces qui pèsent sur leur culture et leur mode de vie. Le projet de loi 21 peut être considéré comme un frein contre la dilution des deux.

On ne peut pas reprocher aux Québécois d'agir pour la défense de leur culture et de leur mode de vie. La preuve que de telles mesures sont nécessaires est évidente en Europe de l'Ouest, où l'augmentation rapide des "zones interdites", des tribunaux de la charia et des charges sociales se déroule sans encombre. Ne voulant pas reproduire un environnement où les nouveaux arrivants ne parviennent pas à s'assimiler au sein d'un État d'accueil alors qu'ils exigent des concessions culturelles, politiques et religieuses, le Québec a choisi d'égaliser les chances pour toutes les cultures et religions dans le secteur public. Il n'y a peut-être pas de croix qui ornent le cou des travailleurs provinciaux, mais il n'y a pas non plus de niqabs. Quant aux pouvoirs fédéraux, ils ne blâment certainement pas les Québécois de tenir fermement à leurs "valeurs". Ils ont refusé de s'ingérer dans l'application du projet de loi 21, le premier ministre acceptant même de collaborer à la décision de la province de réduire de 20 % les taux d'immigration - même ceux qui critiquent les politiques de migration massive et illimitée sont très critiques des partis fédéraux. Il n'y a aucune chance pour que le Québec accepte le Pacte mondial sur la migration sûre, ordonnée et régulière qu'Ottawa a signé au Maroc en décembre 2018. Un pacte que les autres provinces devront respecter. Le BQ a eu le courage d'affronter l'idée politiquement correcte que toutes les cultures sont égales. Grâce à cela, ils ont été largement récompensés par les bonnes gens du Québec. Il semble qu'il n'y ait pas de "déplorables" dans la province de Québec.

Le reste du Canada se flétrit

Plutôt que de suivre l'exemple du Québec, le reste du Canada (ROC) a cédé à la tentation de forcer une discussion sur le mondialisme et l'islamisme "les éléphants dans la pièce" et la liberté personnelle de le faire. C'est tout à fait compréhensible; qui voudrait lever la tête hors des tranchées pour se faire pilonner par des attaques ad hominem et des invectives. La preuve est dans le pudding, et l'accueil qu'un parti, le PPC, a reçu lorsqu'il a eu le culot de soulever ces questions pendant la campagne électorale. Des appels non fondés de racisme, de sectarisme et d'islamophobie de la part des élites politiques et médiatiques ont suivi. En effet, les attaques n'étaient pas seulement vicieuses, mais bien méritées. C'est ce qu'a dit clairement l'agent politique Warren Kinsella, qui aurait monté une campagne de propagande contre le PPC au nom du Parti conservateur. Il a déclaré officiellement que Maxime Bernier et son Parti populaire étaient incontestablement racistes, et que s'opposer au sectarisme organisé est toujours approprié et juste - "nous étions et sommes extrêmement fiers du travail que nous avons accompli". Aucune preuve de racisme n'a été fournie et aucune défense n'a été prise en considération. Les inquisitions et chasses aux sorcières d'antan me viennent à l'esprit. En conséquence, les vraies questions des urnes n'ont jamais été soulevées et des alternatives politiquement correctes comme le "changement climatique" et les cadeaux électoraux ont dominé le débat. Faute d'une véritable tentative de répondre aux véritables préoccupations des Canadiens, la table a été mise pour la création d'un Canada divisé.

Un Canada divisé
L'élection de 2019 nous fournit la preuve incontestable que la liberté d'expression est en déclin au Canada. L'étouffement du débat par des attaques ad hominem et des tactiques d'intimidation a freiné la participation du public au processus électoral. Il a écarté les préoccupations et les enjeux prioritaires de la population, à l'exception de ceux du Québec, et a fait de l'élection un événement hors de propos, même s'il a alimenté le ressentiment. Les médias avaient leur propre rôle à jouer dans l'amorçage de cette colère en raison de leurs propres reportages cyniques et de leur traitement à la fois des enjeux et des acteurs. Ainsi, le "changement climatique" a été maintenu à l'avant-scène alors que les politiques d'immigration et d'oléoducs et de gazoducs étaient discrètement en phase avec la réalité. Les scandales de SNC-Lavalin et du "visage noir" ont été passés sous silence et assimilés aux problèmes de citoyenneté d'un autre dirigeant et du rembourrage de son curriculum vitae. Fait particulièrement révélateur, lors de la retransmission télévisée des résultats électoraux, un groupe de journalistes et de têtes parlantes s'est amusé à discuter du sale tour qui a vu les votes être détournés de Maxime Bernier vers son homonyme du Parti Rhinocéros. Un peu d'amusement qui les a fait ressembler, eux et Élections Canada, à des bouffons.

D'un Canada divisé à un Canada brisé

Les élections de 2019 nous ont donné un Canada divisé par l'Agenda 2030 des Nations Unies. Le gouvernement libéral minoritaire croit vraiment au "changement climatique", aux dossiers de migration de masse et de porte ouverte associés à l'Agenda, et il aura l'appui de ses alliés du NPD, du Parti vert et du Parti des médias pour influencer les politiques allant dans ce sens. De l'autre côté de la médaille, il y a le Québec et l'Alberta. Les premiers n'envisageront aucunement une perte de contrôle sur l'immigration et les dossiers culturels, et les seconds seront contraints à la séparation. Que pourrait faire d'autre l'Alberta si le gouvernement fédéral récalcitrant s'engageait à adopter sa propre loi anti-pipeline sous la forme des projets de loi 69 et 48? L'effondrement de l'économie de l'Alberta est certainement à l'ordre du jour si l'on veut lui imposer les exigences du "changement climatique". Malheureusement, cette atteinte à l'unité nationale n'est pas la pire. La véritable victime de tout cela est la diminution des droits des citoyens canadiens à la liberté d'expression, de conscience et de religion - qui doivent tous être déplacés pour faire place à un Agenda 2030 qui exige une centralisation et un contrôle mondial. Après tout, la terre a besoin d'être sauvée à tout prix, n'est-ce pas? C3RF ose dire non.

Merci pour votre soutien continu
Votre soutien fait toute la différence et permet à C3RF d’éduquer, de défendre et d’agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui!
Et pendant que vous songez faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon