C3RF Member Update - 01 Nov, 2019

Remarque! La version française suit un peu plus bas
Sign! Petition calling for RCMP to investigate PM Trudeau
Note! November is C3RF membership drive month, send this update to five of your friends with the thought of joining C3RF here

The ballot-box question that could not be asked

As stated in these pages last week, the election 2019 ballot-box question was not “climate change” as asserted by the progressive parties seeking power. Rather than this, we saw regions rise to push back against such globalist objectives to establish their own hegemony over affairs deemed by the Canadian Constitution to be within their jurisdiction. Accordingly, Alberta and Saskatchewan said no to federal measures designed to “phase out” their oil and gas sectors while Quebec moved to secure control over its immigration, language and culture files. One wonders, why were such obvious concerns missed in the runup to the election? Why didn’t a “free press” given a “free speech” mandate even attempt to broach subjects so obviously of great concern to large portions of the country? Were there impediments to such discourse? If so, do these impediments need to be recognized and removed?

​​SMLXL

The weaponization of “Islamophobia”

One such impediment presented itself early in Prime Minister Trudeau’s first mandate in the form of Motion M-103. This motion was passed on a partisan basis with the Liberal and NDP parties overwhelming a Conservative opposition. It was designed to counter a “rising tide” of systemic racism and religious discrimination - including Islamophobia. Rather than this, it sowed confusion and a fear that, lacking any definition of the term Islamophobia, “free speech” would be diminished in Canada. Canadians were told not to worry as the motion was “not a bill”. Canadians did worry, however, and were right to do so as it quickly became apparent that criticizing things Islamic, including immigration policies and the handling of returning ISIS fighters, would result in charges of “Islamophobia” by the holders of the highest public offices in the land. A sure way to “chill” free speech!

​​SMLXL

As if shaming wasn’t enough to curtail a citizen’s right to free expression, dedicated governmental programs and money were thrown at the Islamophobia file to encourage folks to punish transgressors. M-103 may not have been a “bill” capable of directing funds to public programs but it sure acted like one. An initial tranche of $23 million was carved out of the omnibus budget of 2017 to fight racism and discrimination, including Islamophobia, and this sum was increased to $45 million through similar budgetary slights of hand. Of great concern to those who believe our elections are foundational to our democracy and freedoms is the fact that some of this money found its way to an initiative designed to influence the Muslim vote. Tens of thousands of dollars were forwarded to the Canadian Islamophobia Industry Research Project at Wilfred Laurier University (WLU) from the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (SSHRC). This university project showcased a “Canadian Muslim Voting Guide: Federal Election 2019” written to guide young Muslims to vote for political parties amenable to anti-Semitic initiatives like the Boycott, Divestment and Sanctions (BDS) movement aimed at harming the Israeli economy. Its lead author, Professor Jasmin Zine from WLU, has a long record of claiming to be a victim of Islamophobia and testified in favour of the fight against same during her testimony to the House of Commons Heritage Committee during M-103 deliberations.

​​SMLXL

Here we begin to see that the government of Canada has proven itself bold in the cause of shaming those who would dare criticize things Islamic even as it funds Islamophobia programs aimed at influencing election outcomes. Such definitive actions from such a powerful institution go a long way to stopping up public discourse on real ballot-box questions during election cycles dedicated to the principles of representative, “responsible government” - questions dealing with thorny issues like the need for immigration policies to address security and assimilation needs. Accordingly, frustration levels within the population-writ-large are increased even as reactionary measures, such as the election of sovereigntists entities, are entertained in provinces like Quebec. In this fashion, Motion M-103 can be seen as divisive and in need of repeal – as are initiatives aimed at propping up the unfounded claim that Canada has an “Islamophobia” problem.

​The weaponization of “(hate) offensive speech”

Stopping up public discourse through shaming and government programming is one thing but shouldn’t a free and open press be able to provide a check and balance on such “soft-tyrannical” measures? One could certainly be forgiven for thinking so but that would presuppose that the press was populated by editors and journalists distinguished by a fierce, intellectual curiosity and the strength of purpose to use it and they were meant to. Canada certainly has its fair share of such journalistic personalities but, here again, we see the federal government and their security authorities operating to curtail their willingness to dig deep and bring the truth to the surface.

Election 2019 saw many such instances where hard-charging reporters, generally of a conservative bent, were diverted or blocked from covering the stories they sought to bring to the public’s attention. These included:

To add insult to injury, the federal government made draconian changes to the Elections Act last year through Bill C-76. This Bill introduced a “fake news” section that calls for fines and jail up to $50,000 and five years respectively for making false statements regarding a political figure with the intent of effecting the outcome of an election. This is problematic as any interpretation of intent can be subjective in nature and dependent on the eye of the beholder. Indeed, “all political speech — on social media, particularly, or anywhere else during an election — could be made to be read with the intent to affect the results of an election”.

​​SMXLL

More than this, however, and given the propensity for a ruling government to abuse its power as noted above, these new Election Act provisions stand to chill the speech of both reporter and citizen alike in the election environment and dash any hope of frank and fruitful discussions of the political issues at hand. Most certainly, the new Election Act provisions need to be repealed as unconstitutional. Additionally, other measures designed to regulate or control speech on the basis of subjective, “eye of the beholder” assessments need to give way to the supremacy of the concept of non-violent “free speech”.

​​SMLXL

Thank you for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today, and remember, November is C3RF membership drive month. Talk to five friends about joining C3RF.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret'd)

Co-Chair C3RF

​​SMLXL

​​SLXLM

Version française


​​SMLXL


Signe! Pétition demandant à la GRC d'enquêter sur le premier ministre Trudeau
Remarque! Novembre est le mois des campagnes de recrutement de membres de C3RF. Envoyez cette mise à jour à cinq de vos amis dans l’idée de rejoindre C3RF ici.

La question des urnes qui n'a pas pu être posée

Comme indiqué dans ces pages la semaine dernière, la question des urnes pour les élections de 2019 n'était pas le "changement climatique" comme l'ont affirmé les partis progressistes en quête de pouvoir. Au lieu de cela, nous avons vu des régions se soulever pour s'opposer à ces objectifs mondialistes afin d'établir leur propre hégémonie sur des affaires jugées par la Constitution Canadienne comme relevant de leur compétence. Par conséquent, l'Alberta et la Saskatchewan ont dit non aux mesures fédérales visant à "éliminer progressivement" les secteurs du pétrole et du gaz, tandis que le Québec a pris des mesures pour assurer le contrôle de ses dossiers d'immigration, linguistiques et culturels. On peut se demander pourquoi des préoccupations aussi évidentes n'ont pas été prises en compte à la veille des élections. Pourquoi une "presse libre", avec un mandat de "liberté d'expression", n'a-t-elle même pas tenté d'aborder des sujets qui, de toute évidence, préoccupent une grande partie du pays? Y avait-il des obstacles à un tel discours? Dans l'affirmative, ces obstacles doivent-ils être reconnus et éliminés?

L’instrumentalisation de l'"islamophobie"

L'un de ces obstacles s'est présenté au début du premier mandat du premier ministre Trudeau sous la forme de la motion M-103. Cette motion a été adoptée sur une base partisane, les partis libéraux et néo-démocrates ayant paralysé l'opposition conservatrice. Il a été conçu pour contrer une "marée montante" de racisme systémique et de discrimination religieuse, y compris l'islamophobie, mais a semé la confusion et la crainte que la "liberté d'expression" souffre de l'absence de toute définition du terme "islamophobie". On a dit aux Canadiens de ne pas s'inquiéter, car la motion n'était "pas un projet de loi". Les Canadiens se sont toutefois inquiétés et ont eu raison de le faire, car il est rapidement devenu évident que critiquer l’islam, y compris les politiques d'immigration et le traitement des combattants de l'État islamique de retour au pays, avait pour résultat d'être qualifié d'"islamophobe" par les titulaires de la plus haute fonction publique du pays. Une façon sûre de "refroidir" la liberté d'expression!

Comme si la honte ne suffisait pas à restreindre le droit des citoyens à la liberté d'expression, des programmes gouvernementaux et de l'argent ont été consacrés à l'islamophobie pour encourager les gens à punir les transgresseurs. La motion M-103 n'était peut-être pas un "projet de loi", mais elle a certainement été financée comme tel. Une première tranche de 23 millions de dollars a été prélevée sur le budget omnibus de 2017 pour lutter contre le racisme et la discrimination, y compris l'islamophobie, et a été portée à 45 millions de dollars avec d'autres mesures similaires. Ceux qui croient que nos élections sont à la base de notre démocratie et de nos libertés s'inquiètent beaucoup du fait qu'une partie de cet argent a servi à financer une initiative visant à influencer le vote musulman. Le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) a versé des dizaines de milliers de dollars au Projet de recherche de l'industrie canadienne sur l'islamophobie à l'Université Wilfred Laurier (WLU). Ce projet universitaire présentait un "Guide de vote musulman Canadien": Federal Election 2019" écrit pour aider les jeunes musulmans à voter pour des partis politiques qui se prêtent à des initiatives antisémites telles que le mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) visant à nuire à l'économie israélienne. Son auteur principal, le professeur Jasmin Zine, de WLU, affirme depuis longtemps être victime d'islamophobie et a témoigné en faveur de la lutte contre l'islamophobie lors de son témoignage devant le Comité du patrimoine de la Chambre des communes lors des délibérations du M-103.

Nous commençons à voir ici que le gouvernement du Canada a fait preuve de détermination en traitant de honteux ceux qui oseraient critiquer l'islam alors qu'il finance des programmes sur islamophobie visant à influencer les résultats des élections. De telles mesures définitives de la part d'une institution aussi puissante contribuent grandement à faire cesser le discours public sur les questions liées à la nécessité d'assimiler les pratiques et la culture islamiques dans l'État hôte qu'est le Canada. Par conséquent, les niveaux de frustration au sein de la population en général augmentent, même si des mesures réactionnaires, comme l'élection d'entités souverainistes, sont envisagées dans des provinces comme le Québec. De cette façon, la motion M-103 peut être considérée comme une motion qui divise et qui doit être abrogée, tout comme les initiatives visant à appuyer l'affirmation non fondée selon laquelle le Canada a un problème d'"islamophobie".

L’instrumentalisation du "discours haineux offensant"

Censurer la discussion publique par l'humiliation et la programmation gouvernementale est une chose, mais une presse libre et ouverte ne devrait-elle pas être en mesure d'assurer un contrôle et un équilibre sur de telles mesures “tyranniques soft”? On ne peut nous en vouloir de penser ainsi, mais cela supposerait que la presse soit constituée de rédacteurs et de journalistes qui se distinguent par une curiosité intellectuelle réelle. Le Canada a certainement sa juste part de ces personnalités journalistiques, mais là encore, nous voyons le gouvernement fédéral et ses instances sécuritaires s'efforcer de freiner leur volonté de creuser profondément et de faire remonter la vérité à la surface.

L'élection de 2019 a été marquée par de nombreux cas où des journalistes, généralement conservateurs, ont été détournés ou empêchés de couvrir les reportages qu'ils voulaient porter à l'attention du public. Celles-ci incluent:

Pour couronner le tout, le gouvernement fédéral a apporté des modifications draconiennes à la Loi électorale l'an dernier en adoptant le projet de loi C-76. Ce projet de loi a introduit une section “fausses nouvelles” qui prévoit des amendes jusqu'à 50,000$ et jusqu'à cinq ans d'emprisonnement pour avoir fait de fausses déclarations au sujet d'une personnalité politique dans l'intention d'influencer le résultat d'une élection. Cela pose problème, car toute interprétation de l'intention peut être subjective par nature et dépend de l'œil du spectateur. En effet, “tout discours politique - sur les médias sociaux, en particulier, ou n'importe où ailleurs pendant une élection - pourrait être lu avec l'intention d'affecter les résultats d'une élection”.

Mais plus encore, et compte tenu de la propension d'un gouvernement à abuser de son pouvoir, comme nous l'avons vu plus haut, ces nouvelles dispositions de la Loi électorale risquent de refroidir le discours des journalistes et des citoyens dans le contexte électoral et d'anéantir tout espoir de discussions franches et fructueuses sur les questions politiques dont il est question en ce moment. Il ne fait aucun doute que les nouvelles dispositions de la Loi électorale doivent être abrogées parce qu'elles sont inconstitutionnelles. En outre, d'autres mesures visant à réglementer ou à contrôler la liberté d'expression sur la base d'une évaluation subjective et “de l'œil du spectateur” doivent céder le pas à la suprématie du concept de “liberté d'expression” non violente

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité de C3RF à éduquer, défendre et agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et sécuritaires. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui et rappelez-vous que Novembre est le mois de la campagne d'adhésion à C3RF. Parlez à cinq amis de votre adhésion au C3RF.

Et pendant que vous songez à faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraite)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon