C3RF Member Update - 29 Nov, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Petition! Demand that Rogers and Sportsnet apologize to Don Cherry
Petition! Call on PM Trudeau to reverse a “Faustian” decision that sides with North Korea and Zimbabwe against Israel
Read! Stephen Coughlin’s memo – “Warning on Racism”
Note! November is C3RF membership drive month, send this update to five of your friends with the thought of joining C3RF here
The “Red/ Green” alliance
​​The last few updates have made not-so-passing references to the “red/ green” alliance. This alliance was postulated to be a marriage of convenience between progressive and Islamist elements that share a desire to separate the good people of the West from their beliefs, values and culture. As well, the alliance partners were seen to share a common modus operandi that featured a “march through the institutions” so that they might be used to effect such a separation. Problem is, the alliance is not a localized affair and we see it manifested in both the European and American contexts. In the latter, Stephen Coughlin, author of the authoritative masterstroke on Islamic war doctrine, “Catastrophic Failure: Blindfolding America in the Face of Jihad”, posits that the alliance will be busy with both non-violent and violent interventions in U.S.A. election 2020 as the alliance pushes “racism” to the fore to leverage a Democratic win.
Coughlin ‘s “Warning on Racism”
Coughlin’s warning for election 2020 comes in the form of a 35-page memorandum entitled “Warning on Racism”. In it he sees the orchestration of racism and “hate speech” as reinforcing “lines of effort” (LOE) to both divide and chill political opposition. It’s a fairly simple and fail-safe operation as both entities are subjective enough in nature to be employed arbitrarily by an inclined State authority. In this fashion, a State may make charges of racism against whom it will while issuing calls of “hate speech” against those who deign to disagree. Such strategies come directly out of the neo-Marxist, Frankfurt School playbook and can be deemed to be “red” in nature. The “green” part of the alliance can be seen in the use of the “Islamophobia” narrative that, like “hate speech”, is undefined, subjective in nature and fit for purpose as an accusatory, political weapon. As Coughlin states, “In terms of political warfare architecture, Islamophobia is a supporting LOE to the larger Neo-Marxist mass line effort”.
And so it goes. These coordinated lines of effort, which even operate at the international level in forums like the UN and the Organization for the Security and Cooperation in Europe (OSCE), become vehicles for the “institutionalized abuse of authority against a citizenry in furtherance of reducing citizens to subjects”. Problem is, a State whose institutions are amenable to progressing these neo-Marxist and Islamist agendas is also likely to give related “shock troops” a pass when it comes to their violent support of same. After all, evidence of the use of such shock troops, brownshirts if you wish, has been demonstrated in Berkley, in Portland and in Tacoma with each and every case designed to intimidate the opposition into giving up their free speech rights. This, even as institutions in the form of the politicians, the police, the press and the professors give tacit support through their own silence. It is these untouchable shock troops that Coughlin sees as being mobilized in the run-up to election 2020. One wonders, is Canada in the throws of such a mobilization?

“Racism” in Canada
Racism in Canada really picked up a head of steam with the election of Justin Trudeau and his Liberal Party in 2015. Sure, one could say Canada suffered from related, systemic issues when it came to its indigenous population as these were baked into the national cake through the Indian Act of 1876. This complex and self-inflicted wound aside, however, Canada understood itself to be a nation that welcomed immigrants from all religions and creeds regardless of their points of origin. The Trudeau government put the lie to this proud reputation within a year of coming to power. It did so in a spectacular fashion with the masterstroke that was Motion M-103, a motion that epitomized “red/ green” cooperation and managed to bind systemic racism, religious discrimination, hate speech and Islamophobia in one accusatory package. There would be no moss growing under the feet of the Liberal Party when it came to using subjective and undefined narratives to pander to special interest groups and shutdown inconvenient opposition.
As was the case in Europe and America, the “anti-hate shock troops” rose to the task of supporting the racism and “hate speech” narratives in Canada on the heels of M-103. In a manner supportive of Coughlin’s prediction of heightened “shock troop” activity during election cycles, Canadian “anti-hater” activity seemed to reach a crescendo during election 2019. It was here we saw an elderly couple, intent on attending a free speech event hosted by PPC Party leader Max Bernier and Youtube’s Dave Rubin in Hamilton, Ontario, assaulted and screamed at as they approached the venue. The elderly lady involved had mobility problems and she, with her walker, made for riveting social media videos that went viral worldwide. If not for the attention provided by this social media coverage, the whole sad incident would have been missed as the Canadian MSM was asleep at the switch as were police authorities and national politicians. Three of the “5 P” institutions, the press, the police and the politicians, did their part to give the “shock troops” a pass in support of “red/ green” objectives.

Canada tows the “red/ green” line

Canadian “red/ green” “shock troops” would not cease their activities with the winding down of election 2019 and the rise of a minority Liberal government. They were back in full force at York University as they progressed an anti-Semitic assault on Jewish students attempting to attend yet another free speech event. This brutish display was noted and commented on by the university’s president and the Ontario Premier, Doug Ford but, stunningly, went unremarked by Prime Minister Justin Trudeau until days later. Here again we see national political authorities seemingly in league with those who would use violence to enforce the “racism” and “hate speech” narratives. Should this be a surprise though? Especially given the fact that this same national government has recently sided with countries like North Korea and Zimbabwe to reverse decades-old policies on its mid-east ally, Israel. This, of course, was the case when it voted for a UN resolution that erroneously declared Israeli development of the West Bank to be illegal.

This move, along with an apparent disinterest in thwarting the alleged flow of money from south of the border to violent, so-called “anti-hate” groups, show Canada to be heavily invested in the principles that underpin Motion M-103. This Motion promotes false notions of racism and Islamophobia even as it uses “hate speech” to give the State the power to effect an “institutionalized abuse of authority against a citizenry in furtherance of reducing citizens to subjects”. All this even as Canada ostensibly provides favour and cover for preferred, politically powerful “identifiable groups”. One wonders, when will the rising tide of phoney racism, Islamophobia and “hate speech” be “quelled”? How much damage to Canada’s national unity and psyche will be inflicted before it is? Who will lead the effort?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today and remember, November is C3RF membership drive month. Talk to five friends about joining C3RF.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française

Pétition! Exigez que Rogers et Sportsnet s'excusent auprès de Don Cherry
Pétition! Appelez le Premier ministre Trudeau à revenir sur une décision “Faustienne” aux côtés de la Corée du Nord et du Zimbabwe contre Israël
Lis! Mémo de Stephen Coughlin - “Avertissement sur le racisme
Remarque! Novembre est le mois de la collecte de membres C3RF, envoyez cette mise à jour à cinq de vos amis dans l’idée de rejoindre C3RF ici
L'alliance "rouge/verte”
​​Les dernières mises à jour ont fait référence à l'alliance "rouge/verte" qui ne semble pas si évidente. Cette alliance a été présentée comme un mariage de convenance entre des éléments progressistes et islamistes qui partagent le désir de séparer les bonnes gens de l'Occident de leurs croyances, valeurs et culture. De plus, nous avons affirmé que les partenaires de cette alliance partageaient un modus operandi commun qui comportait une "marche à travers les institutions" afin qu'elles puissent être utilisées pour réaliser une telle séparation. Le problème est que l'alliance n'est pas une affaire locale et nous la voyons se manifester dans les contextes européen et américain. Aux États-Unis, Stephen Coughlin, auteur de l'ouvrage de référence sur la doctrine de la guerre islamique, "Catastrophic Failure: Blindfolding America in the Face of Jihad", postule que l'alliance sera l’auteure d'interventions violentes et non-violentes lors des élections américaines de 2020, alors que l'alliance pousse le "racisme" au premier plan pour tirer parti d'une victoire démocrate.
L’avertissement de concernant le racisme.
L'avertissement de Coughlin pour l'élection 2020 se présente sous la forme d'un mémorandum de 35 pages intitulé "Warning on Racism". Il y voit l'orchestration du racisme et du "discours de haine" comme renforçant les "lignes d'effort" pour diviser et refroidir l'opposition politique. Il s'agit d'une opération assez simple et sûre, car les deux entités sont suffisamment subjectives par nature pour être employées arbitrairement par une autorité étatique influençable. De cette façon, un État peut porter des accusations de racisme contre qui bon lui semble tout en lançant des appels au "discours de haine" contre ceux qui daignent être en désaccord. De telles stratégies viennent directement de la stratégie néomarxiste de l'école de Francfort et peuvent être considérées comme étant de nature "rouge". La partie "verte" de l'alliance peut être vue dans l'utilisation du récit "islamophobe" qui, comme le "discours de haine", est indéfini, subjectif par nature et peut servir d'arme politique accusatrice. Comme l'affirme Coughlin, "en termes d'architecture de guerre politique, l'islamophobie est une ligne d’effort de soutien à l’effort néo-marxiste plus large".

Ainsi vont les choses. Ces gestes coordonnés, qui opèrent même au niveau international dans des forums comme l'ONU et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), deviennent des véhicules pour "l'abus d'autorité institutionnalisé contre un citoyen en vue de réduire les citoyens à des sujets". Le problème est qu'un État dont les institutions sont disposées à faire progresser ces programmes néomarxistes et islamistes est également susceptible de donner le feu vert aux "troupes de choc" alliées lorsqu'il s'agit de leur soutien violent à celles-ci. Après tout, des preuves de l'utilisation de telles troupes de choc, des chemises brunes si vous voulez, ont été démontrées à Berkley, à Portland et à Tacoma, chaque cas étant conçu pour intimider l'opposition et l'amener à renoncer à son droit à la liberté de parole. Ceci, même si les institutions sous la forme des politiciens, de la police, de la presse et des professeurs apportent un soutien tacites par leur propre silence. Ce sont ces troupes de choc intouchables que Coughlin considère comme mobilisées à l'approche des élections de 2020. On se demande si le Canada est aux prises avec une telle mobilisation.

Le soi-disant racisme au Canada
Le racisme au Canada a vraiment pris son envol avec l'élection de Justin Trudeau et de son Parti libéral en 2015. Bien sûr, on pourrait dire que le Canada a souffert de problèmes systémiques en ce qui a trait à sa population autochtone, car ils ont été intégrés au gâteau national par le biais de la Loi sur les Indiens de 1876. Cette blessure complexe et auto-infligée mise à part, cependant, le Canada se considérait comme une nation qui accueillait des immigrants de toutes religions et croyances, peu importe leur point d'origine. Le gouvernement Trudeau a menti à cette fière réputation dans l'année qui a suivi son arrivée au pouvoir. Elle l'a fait d'une manière spectaculaire avec le coup de maître qu'était la motion M-103, une motion qui incarnait la coopération "rouge/verte" et qui a réussi à lier le racisme systémique, la discrimination religieuse, le discours haineux et l'islamophobie en un ensemble accusatoire. Il n'y aurait pas de mousse sous les pieds du Parti libéral lorsqu'il s'agirait d'utiliser des récits subjectifs et indéfinis pour flatter des groupes d'intérêts spéciaux et mettre fin à une opposition qui ne convient pas.

Comme c'était le cas en Europe et en Amérique, les "troupes de choc antihaine" se sont attelées à la tâche de soutenir les récits sur le racisme et le " discours haineux " au Canada dans la foulée du M-103. D'une manière qui appuie la prédiction de Coughlin d'une activité accrue de "troupes de choc" pendant les cycles électoraux, l'activité "antihaine" Canadienne a semblé atteindre un crescendo pendant l'élection 2019. C'est ici que nous avons vu un couple de personnes âgées se faire agresser alors qu’ils avaient l'intention d'assister à un événement de liberté d'expression organisé par le chef du Parti du Parti populaire Max Bernier et Dave Rubin de Youtube à Hamilton, en Ontario. La dame âgée impliquée avait des problèmes de mobilité et elle, avec son déambulateur, a réalisé des vidéos de médias sociaux fascinantes qui ont été diffusées dans le monde entier. N'eut été de l'attention accordée par cette couverture médiatique sociale, tout le triste incident n'aurait pas eu lieu, car le média principal de vapeur dormait aux commandes, tout comme les autorités policières et les politiciens nationaux. Trois des institutions "5P", la presse, la police et les politiciens, ont fait leur part pour donner aux "troupes de choc" un laissez-passer en faveur des objectifs "rouge/vert".

Le Canada remorque la ligne rouge/verte

Les "troupes de choc" "rouges/vertes" Canadiennes ne cesseraient pas leurs activités avec la fin des élections de 2019 et la formation d'un gouvernement libéral minoritaire. Ils étaient de retour en force à l'Université York alors qu'ils poursuivaient une attaque antisémite contre des étudiants juifs qui tentaient d'assister à un autre événement de liberté d'expression. Le président de l'université et le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, ont noté et commenté cette manifestation brutale, mais le Premier Ministre Justin Trudeau n'a rien remarqué jusqu'à quelques jours plus tard, ce qui est étonnant. Là encore, nous voyons des autorités politiques nationales qui semblent être de connivence avec ceux qui recourent à la violence pour faire respecter les récits du "racisme" et du "discours de haine". Devrait-il s'agir d'une surprise? D'autant plus que ce même gouvernement national s'est récemment rangé du côté de pays comme la Corée du Nord et le Zimbabwe pour renverser des politiques vieilles de plusieurs décennies concernant son allié du Moyen-Orient, Israël. Ce fut le cas, bien sûr, lorsqu'il a voté en faveur d'une résolution de l'ONU qui déclarait à tort que le développement israélien de la Cisjordanie était illégal.

Cette décision, ainsi qu'un refus apparent à contrecarrer le prétendu flux d'argent du sud de la frontière vers des groupes violents et soi-disant "anti-haine", montre que le Canada est fortement investi dans les principes qui sous-tendent la motion M-103. Cette motion promeut de fausses notions de racisme et d'islamophobie alors même qu'elle utilise le "discours de haine" pour donner à l'État le pouvoir de commettre "un abus de pouvoir institutionnalisé à l'égard d'un citoyen en vue de le réduire au rang de sujet". Tout cela, même si le Canada fournit ostensiblement des faveurs et une couverture à des "groupes identifiables" privilégiés et politiquement puissants. On se demande quand la marée montante du faux racisme, de l'islamophobie et du "discours de haine" sera étouffée. Combien de dommages à l'unité nationale et au psychisme du Canada seront infligés avant que les choses se rétablissent? Qui dirigera l'effort?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité de C3RF à informer, défendre et agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui et rappelez-vous que Novembre est le mois de la campagne d'adhésion à C3RF. Parlez à cinq amis de votre adhésion au C3RF.

Et pendant que vous songez à faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon