C3RF Member Update - 06 Dec, 2019


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Read! An analysis of election 2019 by Salim Mansur
Read! The origins of the Deep State in North America – Part 1
Read! The origins of the Deep State in North America – Part 2
The awakening of Canada
Perhaps it’s the acrimonious election 2019 that featured little of substance but much in the way of hateful twaddle and finger-pointing. Then again, it might have been the last four years of embarrassing virtue signalling and costume wearing by our political leaders not to mention the fawning defence afforded them by a “bought off” media. Or could it be the policies coming out of Ottawa that threaten national unity even as they portend economic disaster? Policies that mimic those of Ontario’s “Green Energy Act” and made that hapless province the most indebted sub-sovereign state in the world. Whatever it was, Canadians are waking up and asking, “what the heck is going on”, even as some ponder the pros and cons of separating from the once celebrated nation-state that was Canada. And some of them, like Salim Mansur and Matthew Ehret, have actually begun to seriously examine the why and how of Canada’s current predicament.

A post election analysis by Salim Mansur
Salim Mansur, world renowned author and intellectual, has analysed election 2019 from the perspective of the People's Party of Canada (PPC) candidate for London North Centre. He begins by regretting his Party's losses but follows quickly by noting that election 2019 firmly planted the seeds of hope for Canada's political future. This is the case as the 300,000 Canadians who voted for PPC are representative of a truly national constituency - very much unlike the regional phenomena that was the Reform Party of 1988. He further notes that the beachhead established by the PPC in election 2019 came about in spite of a media corrupted by a $600 million buyout package. A media that was hell bent on insulating the ruling Liberals from scrutiny even as it bludgeoned its opposition with innuendo, fake news and hearsay. Not to be outdone, the Conservative Party of Canada descended into the muck as well by sending the likes of Warren Kinsella to accuse the PPC, and its leader, of racism, bigotry and being alt-right - whatever the latter might be.

The malicious distraction strategies employed by the established political parties worked. They had the effect of obscuring the thorny issues raised by the PPC - issues like the need to repeal the Multiculturalism Act, do away with the duplicitous Motion M-103 and walking away from the divisive Paris Agreement. These were never allowed to come to the fore even as the “elephants in the room”, nation-busting globalism and Islamism, were placed out of bounds for debate and input by rank and file Canadians. At the end of the day, Dr. Mansur notes that Canada is not a “unitary” state. It is made up of very different regions with very different concerns. A government that insists on treating Canada as a “unitary” entity is doomed to fail both itself and the Canadian people. Mansur postulates that Canadians are waking up to all of this and will not be so easily handled by their “betters” from here on in. The elephants are being noticed.

Matthew Ehret analyzes the sad state of Canada (1864-1945)
In Part 1 of his in-depth essay on the “Deep State in North America”, Matthew Ehret portrays a young Canada conflicted by three options; throw in its lot with its powerful neighbour to the south, remain the dutiful vassal of mother Britain or pursue an independent path. The first two options featured clear-cut differences as the “American system” was characterized by a Lincolnian understanding that nations needed to operate as sovereigns tending to their own national interests. Accordingly, self-reliance and the maintenance of a manufacturing capacity was paramount. The British imperial model, on the other hand, saw free trade and transportation as key in the maintenance of a federation of colonies reporting to a centralized, imperial bureaucracy. By the end of the 19th century the independent path was not seen as an option and the “American system” was seen as the preferred alternative - but the imperialists would not stand idly by.

And so it went. The battle raged in Canada between the “reciprocity”-minded Liberals under Laurier and the empire loving Conservatives under Sir John A. For the empire’s part, it sought to influence outcomes through the “round table” concept of using venerated imperialists to place suitably vetted candidates in positions of cultural and political power. Such “round table” operations were carried out by a variety of organizations including those that were stood up in Canada. Here we begin to see an early rendition of the neo-Marxist concept of “marching through the institutions” as noted in these pages in previous “updates”. The organizations involved came from both the right and the left with the Orange Order and Fabian Society being respective examples. In addition, many of these candidates were recruited through the Rhodes Trust and its related scholarship program.

Ominously, Ehret notes that as the empire failed in the 20th century another organizing principle was sought to sustain an imperial world order. This entity was found in the new scientific religion founded by Darwin’s “natural selection” theory of evolution and the differentiation of species. The resulting methods of “scientific management” and “systems analysis” embraced the rule of the strong over the weak and jump-started the “science” of eugenics. The Canadian milieu saw such notables as CCF, later NDP, founder J.S. Woodsworth flying the eugenics banner while the likes of Vincent Massey populated new organizations, like the Canadian Institute for International Affairs (CIIA), with Rhodes scholars in true “Round Table” fashion. The CIIA, along with the Canadian Institute for Public Affairs, kept the imperial ideology percolating in Canadian foreign and domestic bureaucracies respectively. This, even as the one world order “League of Nations” gambit failed in the face of FDR’s “new Deal” and a rising realization that sovereign powers could remedy dire situations without the ministrations of an imperial system of governance.

Matthew Ehret analyzes the “Deep State” in North America – Part 2
In Part 2 of the “Deep State” in North America, Ehret notes the remarkable successes of O.D. Skelton, Prime Minister King’s Undersecretary of External Affairs, in rebuffing the advance of Rhodes scholars within the halls of Canada’s foreign affairs establishment. It was this true patriot who pioneered independent Canadian policies as a priority and set the table for a new era of Canadian prosperity under the sure hand of C.D. Howe in the immediate post WWII period. This period saw the consolidation of major capital initiatives in the form of the St. Lawrence Seaway, the Trans Canada pipeline, the civilian use of nuclear power and a re-invigorated National Research Council. It was short-lived, however, as “The Cultural/Economic/Scientific factors of Canada’s post-war dynamic were on a new trajectory of true independence, founded on a commitment to progress which the British Empire now mobilized all of its energy to destroy”.
With the untimely death of O.D. Skelton in 1941 and the demise of FDR in 1945, the closed doors that held back invading Rhodes Scholars were gradually opened. The Canadian Institute for International Affairs quickly ascended to the catbird seat of foreign affairs and an internationalist agenda was put in place. It featured a “third way” or “the creation of counter-weights” that would not serve Canada but, rather, the imperial cause instead. Indeed, “Canadian foreign policy become fully infected by Rhodes Trust/ Fabian agents of the CIIA”. One young Fabian, by the name of Pierre Elliot Trudeau, found his way into government circles by way of the London School of Economics, yet another Rhodes-type institution responsible for populating Canadian centres of power with imperial-minded apparatchiks.

As the C.D. Howe years receded, a concerted effort was made to introduce “scientific management” techniques within Canadian government circles. These were heralded by a series of Royal Commissions that paved the way for “Malthusian eugenics masquerading as “environmentalism”, or the “science” of saving nature from civilization”. In addition, federal funding was sprung for education in the areas of the humanities and social sciences so that culture might be influenced as far upstream as possible. Many other like-minded innovations, including the creation of an “accounting priesthood” capable of driving policies from the bottom-up rather than through officials elected by the people even as they recognized United Nations goals as national priorities, set the table for a Canadian “Deep State” untethered from the public will.

What’s next?
Given Ehret’s arguments, it does seem likely that, left to its own devices, the Rhodes-infested Canadian “Deep State” will continue instituting policies that address imperial/ global interests rather than those of the nation. These will have the power to effect Canadians adversely in the name of “more important” international initiatives that seek to curtail creativity in the name of conserving a “zero sum” world and its ecology. No expectation that Canadians could possibly innovate their way out of dire straits, as they did in the C.D. Howe post-WWII era, will be allowed to take hold. The prospect of an independent Canada will be lost. The remedy is clear, Canadians will need to move from wakefulness to action if they are to secure their own future.
Thanks for your continued support
Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.
And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française
Lis! Une analyse de l'élection 2019 par Salim Mansur
Lis! Les origines de l'état profond en Amérique du Nord - Partie 1
Lis! Les origines de l'état profond en Amérique du Nord - Partie 2
Le réveil du Canada
Cela provient peut-être du niveau médiocre de l'élection de 2019, pauvre en substance mais riche en dénonciations et attaques personnelles. Peut-être peut-on attribuer cela aux quatre dernières années où nos dirigeants politiques n’ont cessé de se réclamer de la vertu sans joindre la parole à l’action, ou encore du parti-pris des médias "achetés". Serait-ce plutôt les politiques d'Ottawa qui menacent l'unité nationale alors même qu'elles laissent présager un désastre économique? Des politiques qui imitent celles de la Loi sur l'énergie verte de l'Ontario et qui ont fait de cette malheureuse province l’entité politique sub-étatique la plus endettée du monde? Quoi qu'il en soit, les Canadiens se réveillent et se demandent ce qui se passe, au moment même où certains s'interrogent sur les avantages et les inconvénients d’une séparation éventuelle avec l'État-nation autrefois célèbre qu'était le Canada. Et certains d'entre eux, comme Salim Mansur et Matthew Ehret, ont en fait commencé à examiner sérieusement le pourquoi et le comment de la situation difficile actuelle du Canada.
Une analyse post-électorale par Salim Mansur
Salim Mansur, auteur et intellectuel de renommée mondiale, a analysé l'élection de 2019 du point de vue du candidat du Parti populaire du Canada (PPC) pour London-Centre-Nord qu'il était. Il commence par regretter les pertes subies par son parti, mais fait rapidement remarquer que les élections de 2019 ont fermement semé l'espoir dans l'avenir politique du Canada. C'est le cas, car les 300,000 Canadiens qui ont voté pour le PPC sont représentatifs d'une circonscription véritablement nationale - tout à fait à la différence des phénomènes régionaux qu'a connus le Parti réformiste en 1988. Il note en outre que la tête de pont établie par le PPC lors des élections de 2019 a vu le jour en dépit de médias corrompus par un programme de rachat de 600 millions de dollars. Des médias qui se sont acharnés à protéger les libéraux au pouvoir tout en matraquant l'opposition d'insinuations, de fausses nouvelles et de ouï-dire. Pour ne pas être en reste, le Parti Conservateur du Canada est également tombé dans la boue en envoyant des gens comme Warren Kinsella pour accuser le PPC et son chef de racisme, de sectarisme et d’appuyer l' "alt-right" - peu importe ce que cela veut dire.
Les stratégies de distraction malveillantes employées par les partis politiques de l’establishment ont fonctionné. Elles ont eu pour effet d'occulter les questions épineuses soulevées par le PPC, comme la nécessité d'abroger la Loi sur le multiculturalisme, d'éliminer la motion M-103 et de se retirer de l'Accord de Paris qui divise le pays. Ces questions n'ont jamais été mises de l'avant, même lorsque le mondialisme et l'islamisme qui brisent les nations, soient devenus des sujets tabous afin que les Canadiens moyens ne puissent en débattre. En fin de compte, Dr. Mansur note que le Canada n'est pas un État "unitaire". Il est composé de régions très différentes avec des préoccupations très singulières. Un gouvernement qui insiste pour traiter le Canada comme une entité "unitaire" est voué à l'échec. Mansur souhaite que les Canadiens en prennent conscience.

Matthew Ehret analyse le triste état du Canada (1864-1945)
Dans la première partie de son essai sur "Deep State in North America", Matthew Ehret dépeint un jeune Canada en conflit avec trois options ; s’aligner sur son puissant voisin du sud, rester le vassal dévoué de la Grande-Bretagne ou poursuivre une voie indépendante. Les deux premières options présentaient des différences évidentes, le "système américain" étant caractérisé par une conception Lincolnnienne selon laquelle les nations devaient agir en tant que souverains défendant leurs propres intérêts nationaux. En conséquence, l'autosuffisance et le maintien d'une capacité de production étaient des objectifs primordiaux. Le modèle impérial britannique, d'autre part, voyait le libre-échange et le transport comme la clé du maintien d'une fédération de colonies relevant d'une bureaucratie impériale centralisée. A la fin du XIXe siècle, la voie de l'indépendance n'était pas considérée comme une option et le "système américain" était considéré comme l'alternative préférée - mais les impérialistes ne sont pas restés les bras croisés.

Et c'est ce qui s'est passé? La bataille faisait rage au Canada entre les libéraux à l'esprit de "réciprocité" sous Laurier et les conservateurs adhérant l'Empire sous Sir John A. Pour sa part, l'Empire cherchait à influencer les résultats par le biais du concept de "Table Ronde" consistant à utiliser des impérialistes de renom pour placer des candidats dûment sélectionnés à des postes de pouvoir sur le plan culturel et politique. Ces opérations de "Tables Rondes" ont été menées par diverses organisations, y compris celles qui ont été mises sur pied au Canada. Nous commençons ici à voir une première interprétation du concept néomarxiste de "marche à travers les institutions", comme nous l'avons noté dans ces pages-ci lors des "mises à jour" précédentes. Les organisations impliquées venaient de la droite et de la gauche, comme l'Ordre d'Orange et la Société Fabian par exemple. De plus, bon nombre de ces candidats ont été recrutés par l'entremise du Rhodes Trust et de son programme de bourses d'études.

De façon inquiétante, Ehret ne souligne que puisque l'Empire a échoué au XXe siècle, un autre principe d'organisation a été recherché pour maintenir un ordre mondial impérial. Cette entité a été trouvée dans la nouvelle religion scientifique fondée par la théorie de l'évolution et de la différenciation des espèces de la "sélection naturelle" de Darwin. Les méthodes de "gestion scientifique" et d'"analyse des systèmes" qui en ont résulté ont embrassé la règle du fort sur le faible et ont relancé la "science" de l'eugénisme. Le milieu Canadien a vu des notables comme le le fondateur du CCF (ancêtre du NPD) J.S. Woodsworth, arborer la bannière de l'eugénisme tandis que des gens comme Vincent Massey s’investissaient dans de nouvelles organisations, comme l'Institut canadien des affaires internationales (ICAI), avec des "Rhodes scholars" dans cette fameuse "Table Ronde". L'ICAI, de concert avec l'Institut Canadien des affaires publiques, a maintenu l'idéologie impériale dans les ministères. Et ce, alors même que l‘idée d'un ordre mondial unique promu par la "Société des Nations" échouait face au "New Deal" de FDR et à la prise de conscience croissante que les pouvoirs souverains pouvaient remédier à des situations désespérées sans les ministères d'un système de gouvernance impériale.

Matthew Ehret analyse le « Deep State « en Amérique du Nord - Partie 2
Dans la deuxième partie du “Deep State” en Amérique du Nord, Ehret souligne les succès remarquables d'O.D. Skelton, Sous-Secrétaire d'État aux Affaires extérieures du premier ministre King, qui a réussi à repousser l'avance des "Rhodes scholars" dans les coulisses de l'establishment du ministère Canadien des Affaires étrangères. C'est ce véritable patriote qui a fait des politiques canadiennes indépendantes une priorité et qui a ouvert la voie à une nouvelle ère de prospérité pour le Canada sous la direction de C.D. Howe dans la période qui a suivi immédiatement la Seconde Guerre mondiale. Cette période a vu la consolidation d'importantes initiatives d'immobilisation sous la forme de la Voie maritime du Saint-Laurent, du pipeline transcanadien, de l'utilisation civile de l'énergie nucléaire et d'un Conseil national de recherches revigoré. Elle fut cependant de courte durée, car "les facteurs culturels, économiques et scientifiques de la dynamique d'après-guerre du Canada étaient sur une nouvelle trajectoire d'indépendance véritable, fondée sur un engagement de progrès que l'Empire britannique mobilisait désormais toutes ses énergies à détruire".

Avec la mort prématurée d'O.D. Skelton en 1941 et la disparition de FDR en 1945, les portes closes qui empêchaient l'invasion des Rhodes Scholars ont été progressivement ouvertes. L'Institut canadien des affaires internationales s'est rapidement hissé au premier rang au ministère des affaires étrangères et un programme internationaliste a été mis en place. Elle présentait une "troisième voie" ou "la création de contrepoids" qui ne serviraient pas le Canada, mais plutôt la cause impériale. En effet, "la politique étrangère canadienne est entièrement infectée par les agents de Rhodes Trust/Fabian de la CIIA". Un jeune Fabian, du nom de Pierre Elliot Trudeau, s'est frayé un chemin dans les cercles gouvernementaux par l'entremise de la London School of Economics, une autre institution de type Rhodes chargée de peupler les centres de pouvoir canadiens d'apparatchiks à vocation impériale.

Au fur et à mesure que les années C.D. Howe ont reculé, un effort concerté a été fait pour introduire des techniques de "gestion scientifique" dans les cercles gouvernementaux Canadiens. Celles-ci ont été annoncées par une série de commissions royales qui ont ouvert la voie à "l'eugénisme Malthusien déguisé en "environnementalisme", ou "science" qui consiste à sauver la nature de la civilisation". En outre, des fonds fédéraux ont été alloués à l'éducation dans les domaines des sciences humaines et sociales afin que la culture puisse être influencée aussi loin que possible en amont. De nombreuses autres innovations de même nature, y compris la création d'un "sacerdoce de la comptabilité" capable d'orienter les politiques de la base vers le sommet plutôt que par l'intermédiaire de fonctionnaires élus par le peuple, (et ce, même s'ils ont docilement reconnu les objectifs des Nations Unies comme des priorités nationales). C'est ainsi que l'on a ouvert la voie à un "Deep State" Canadien dénué de légitimité démocratique.

Quelle est la prochaine étape?

​​Compte tenu des arguments d'Ehret, il semble probable que, laissé à lui-même, l'État profond Canadien infesté par Rhodes continuera à mettre en place des politiques qui visent les intérêts impériaux et mondiaux plutôt que ceux de la nation. Celles-ci auront le pouvoir de nuire aux Canadiens au nom d'initiatives internationales "plus importantes" qui cherchent à freiner la créativité au nom de la conservation d'un monde "à somme nulle" qui ne saurait concilier croissance économique et écologie. On ne s'attendra pas à ce que les Canadiens puissent innover pour sortir de la misère, comme ils l'ont fait à l'époque de C.D. Howe, après la Deuxième Guerre mondiale. La perspective d'un Canada indépendant sera perdue. Le remède est clair, les Canadiens devront passer de l'état de veille à l'action s'ils veulent assurer leur propre avenir.

Merci pour votre soutien continu
Votre soutien fait toute la différence dans la capacité de C3RF à informer, défendre et agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais il n'en demeure pas moins que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la tenue de livres, aux coûts de la technologie et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens dans un Canada fort et libre. Nous contribuons également à des procédures judiciaires et à des activités de bienfaisance connexes lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui

Et pendant que vous songez à faire une différence, suivez C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon