C3RF Member Update - 24 Jan, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! Join letter-writing campaign below to stop rights-abusing Bill S-202
Bill S-202 and the introduction of “Diode” legislation?

Like a diode that conducts electricity in one direction only, our last few updates have analyzed a piece of proposed legislation that would likewise put one set of folks in jail while letting another go free for doing the exact same thing. And so it is with Bill S-202 (Conversion Therapy) that selectively punishes those advertising or materially gaining from conversion services that allow a person to deal with unwanted sexual or gender desires – but only if such actions take that person from an alternative to a traditional understanding of these concepts. As noted, the Bill falsely assumes that all such therapies are negative in nature. The baby is thrown out with the bathwater as proven and passive “talk therapies” are conflated with long discarded remedies like electroshock treatments. All this while irreversible and invasive hormone and surgical interventions are affirmed as legal if they take a person from traditional to alternative sexual orientations and genders – whether they be children or adults. In short, the “diode” or “one way” legislation that is Bill S-202 can be seen in the light of child abuse even as it tramples on every Canadian’s fundamental right to free expression, religion, conscience and association. Not to mention the abrogation of the right of parents to “secure the person” of their own children.

The “living tree” Charter

As alleged in these pages previously, this sad state of affairs can be seen as a product of an activist judiciary taking full advantage of the creative opportunities afforded by a relatively new Constitution Act of 1982. Aided and abetted by a lazy, cynical and progressive political elite, this same judiciary has chosen to make law and formulate new “rights” rather than interpret law on the basis of the intent of the original framers of the Constitution’s embedded Charter. This “living tree” approach that sees the Charter evolving to accommodate the “context of the times” has long held purchase in the Canadian legal arena. Most recently it has been confirmed by Supreme Court’s new Chief Justice, Richard Wagner, who explicitly affirmed the “living tree” theory by saying, “We are able to interpret the Charter along the way, given the evolution of society.” Other Supreme Court justices affirm this interventionist stance with more than a little hubris. One, Justice Rosalie Abella, quipped that “it seems to me to be the time to give this conclusion constitutional benediction” when discussing the need to take action on the right to strike issue.

Rights from each according to his ability, to each according to his needs

And so it goes; the “living tree” approach continues apace rarely challenged – even as it conjures up new rights from within the Charter. In turn, these new rights, like gender identity and expression, go on to trump other Charter Rights like the freedom of speech, religion, conscience, association and assembly. Weren’t these latter “fundamental” rights intended by the Charter’s framers to enjoy some sort of precedence in the overall scheme of things? It seems the Supreme Court missed this fine point when it ruled that “a hierarchical approach to rights, which places some over others, must be avoided, both when interpreting the Charter and when developing the common law”. It’s as if the Court seeks to distribute rights “from each according to his ability, to each according to his needs”. Such distributive powers, vested in such a small cadre of nine justices, is a dangerous thing. Particularly when it is free from any check and balance and abetted by a political system that dreads the contemplation, let alone use, of the “Notwithstanding Clause”. This is a far cry from the representative, “responsible government” that Canadians rebelled over nearly 200 years ago. So much for parliamentary supremacy. Rather than this, the land can be seen to be ruled by a judiciary grappling with the “context of the times”. A context that a cloistered, progressive court is, arguably, not suited to ascertain.

Time to change the “context of our times”?

The judiciary and its political partners can both be seen to be driving Canadian Rights down a path away from an original intent meant to secure “fundamental” rights as a priority. Moving the judiciary away from its “decades-long campaign to remake the country in its progressive image” through the “living tree” method will be difficult. After all, Canadian courts are, for the most part, “filled with philosophically similar judges, leading to an almost homogeneous court”. They all come from schools that are left of centre and, quite frankly, less than diverse. Reversing this activist impulse will require the selection of more diverse candidates to fill both law schools and the benches. In a similar fashion, Canadians will need to take a hard look at who they elect into political power. Are they enabling quislings dedicated to towing a party line or are they putting “representatives” in power.

Certainly, since the inception of the Charter, our political leaders have shown themselves to be particularly disinterested in providing a “responsible government” dedicated to the supremacy of a representative parliament. Hand-in-hand with their judicial operatives, they can be seen to have failed to serve the national interest in favour of special interest groups with squeaky wheels. It is these wheels that have been successful in defining the “context of our times”. There is only one thing for it in the short term; Canadians must take it upon themselves to shape the “context of our times” through their own advocacy and action.

What to do?

Bill S-202, a product of the “living tree” method, is under deliberation now in the Canadian Senate and is anticipated to be the subject of House of Commons consideration soon. Indeed, the whole “Conversion Therapy” push, filled with false assumptions and science as it is, is proceeding at breakneck pace. The time is now to advocate against the Bill and do so by getting the attention of your non-elected (Senators) and elected political representatives. You can do so by participating in a dedicated C3RF letter-writing campaign. A sample letter is provided below for your use as required. It is always better to be original so you may choose to simply take the thoughts outlined in the sample below and put them into your own words. As for your address list, you can choose the Senators from your province at this site and ascertain their email addresses by clicking on their photos. As for your Member of Parliament, you can access their email addresses at this site. Please write your provincial Senators and MP. Let them know you are aware of the Conversion Therapy legislation and are distressed by its attack on your fundamental and legal Charter Rights. Please direct any responses you receive to russ.cooper@canadiancitizens.org so we might keep track of these replies.

Sample letter

Dear Senators or Member of Parliament,

I am writing regards the very problematic Senate Bill S-202 (Conversion Therapy). I find it to be problematic from a Charter Rights and Freedoms perspective on several counts.

In its preamble section, it fails to recognize the fact that not all conversion therapies can be seen as negative in nature. It fails to recognize “talk” or counselling techniques that have been proven to be effective with no harm engendered. The generalizations in this section do not end here but continue by inferring that all who undergo such conversions do so under duress and against their will. This could not be further from the truth as many seek such therapy to find release from unwanted sexual attractions and/ or gender dilemmas. These false assumptions and junk science make for sloppy legislation but, more importantly, also serve to diminish the religious and conscience rights of those who seek to live in accordance with their beliefs.

In the “definition” section, the Bill amazingly restricts therapies that “eliminate or reduce sexual attraction or sexual behaviour between persons of the same sex” even as it leaves the door wide open for a “surgical sex change or any related service”. How can any legislation be so bold as to criminalize a therapy that takes a person from an alternative lifestyle to a normal one yet emboldens one in the other direction? Penalizing one while rewarding the other for the same activity is not “equality before the law”. Additionally, it abrogates the legal rights of those seeking to rid themselves of unwanted same-sex behaviour or gender identity so that they might better “secure their person”.

In the conversion therapy “advertising” section of the Bill, a person who knowingly advertises such therapy is eligible for a five year prison term. Aside from the legal rights issues noted above, such biased restrictions represent a blatant breach of Charter free speech rights.

In the “material benefits” section of the Bill, the conversion of children under 18 is permitted if a “surgical sex change or any related service” is proffered. Such irreversible actions fly in the face of parental concerns rooted in solid science that details that “80-90%of children who express a discordant gender entity will come to identify with their bodily sex if natural development is not interfered with”. The Charter rights of these parents to secure the “security of the person” rights of their own children is voided by the legislation.

In closing, Bill S-202 is a biased, ill-conceived piece of legislation that violates that Charter Rights of Canadians on several counts. Additionally, its passage will endanger the lives of children through drastic and irreversible procedures that are known to be harmful. This as they will grow up to have “19 times greater risk for dying by suicide than the general population”. Passage of Bill S-202 needs to be stopped and I implore your best efforts in foiling its approval.

Your name

Your town

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française

Remarque! Joignez-vous à la campagne de rédaction de lettres ci-dessous pour cesser d'abuser du droit S-202

Le projet de loi S-202 et l'introduction de la législation "Diode"? Comme une diode qui conduit l'électricité dans une seule direction, nos dernières mises à jour ont analysé une proposition de loi qui mettrait également un groupe de personnes en prison tout en en laissant un autre en liberté pour avoir fait exactement la même chose. Et c'est ainsi que le projet de loi S-202 (thérapie de conversion) punit de manière sélective les publicités ou les gains matériels tirés de services de conversion qui permettent à une personne de faire face à des désirs sexuels ou de genre non désirés - mais seulement si ces actions font passer cette personne d'une alternative à une compréhension traditionnelle de ces concepts. Comme indiqué, le projet de loi suppose à tort que toutes ces thérapies sont de nature négative. Le bébé est jeté avec l'eau du bain, car les "thérapies par la parole" éprouvées et passives sont confondues avec des remèdes depuis longtemps abandonnés comme les traitements par électrochocs. Tout cela alors que des interventions hormonales et chirurgicales irréversibles et invasives sont affirmées comme légales si elles font passer une personne d'une orientation sexuelle et d'un sexe traditionnels à des orientations sexuelles alternatives - qu'il s'agisse d'enfants ou d'adultes. En bref, la législation "diode" ou "à sens unique" qu'est le projet de loi S-202 peut être considérée à la lumière de la maltraitance des enfants, même si elle foule aux pieds le droit fondamental de chaque Canadien à la liberté d'expression, de religion, de conscience et d'association, Sans parler de l'abrogation du droit des parents à "protéger la personne" de leurs propres enfants.

La charte de "l'arbre vivant" Comme nous l'avons déjà dit dans ces pages, cette triste situation peut être considérée comme le résultat d'un système judiciaire militant qui a su tirer pleinement parti des possibilités créatives offertes par une loi constitutionnelle de 1982 relativement récente. Aidé et soutenu par une élite politique paresseuse, cynique et progressiste, ce même système judiciaire a choisi de faire la loi et de formuler de nouveaux "droits" plutôt que d'interpréter la loi sur la base de l'intention des auteurs de la Charte de la Constitution. Cette approche de l'"arbre vivant", qui voit la Charte évoluer pour s'adapter au "contexte de l'époque", a depuis longtemps fait son chemin dans l'arène juridique Canadienne. Plus récemment, elle a été confirmée par le nouveau juge en chef de la Cour Suprême, Richard Wagner, qui a explicitement affirmé la théorie de l'"arbre vivant" en disant: "Nous sommes capables d'interpréter la Charte en cours de route, étant donné l'évolution de la société". D'autres juges de la Cour Suprême affirment cette position interventionniste avec plus qu'un peu d'orgueil. L'un d'entre eux, la juge Rosalie Abella, a déclaré qu'il "me semble que le moment est venu de donner à cette conclusion une bénédiction constitutionnelle" lorsqu'elle a discuté de la nécessité d'agir sur la question du droit de grève.

Des droits de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ​​Et c'est ainsi que l'approche de "l'arbre vivant" se poursuit à un rythme rarement remis en question - même si elle évoque de nouveaux droits dans le cadre de la Charte. À leur tour, ces nouveaux droits, comme l'identité et l'expression sexuelles, l'emportent sur d'autres droits de la Charte comme la liberté d'expression, de religion, de conscience, d'association et de réunion. Ces derniers droits "fondamentaux" n'ont-ils pas été conçus par les auteurs de la Charte pour bénéficier d'une sorte de préséance dans l'ordre général des choses? Il semble que la Cour suprême ait manqué ce beau point lorsqu'elle a statué que "une approche hiérarchique des droits, qui place certains d'entre eux au-dessus d'autres, doit être évitée, tant dans l'interprétation de la Charte que dans l'élaboration de la Common law". C'est comme si la Cour cherchait à répartir les droits "de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins". Un tel pouvoir de répartition, dévolu à un si petit groupe de neuf juges, est une chose dangereuse. Surtout lorsqu'il est libre de tout contrôle et soutenu par un système politique qui redoute le recours à la "clause nonobstant". On est loin du "gouvernement responsable", pour lequel les Canadiens se sont révoltés il y a près de 200 ans. Voilà pour la suprématie parlementaire. Au lieu de cela, on peut considérer que le pays est dirigé par un système judiciaire aux prises avec le "contexte de l'époque". Un contexte qu'un tribunal progressiste cloîtré n'est sans doute pas en mesure de déterminer.

Il est temps de changer le "contexte de notre époque"? Le système judiciaire et ses partenaires politiques peuvent tous deux être perçus comme poussant Canadian Rights à s'éloigner d'une intention initiale visant à faire des droits "fondamentaux" une priorité. Il sera difficile d'éloigner le système judiciaire de sa "campagne de plusieurs décennies visant à redorer le blason du pays à son image progressiste" par la méthode de "l'arbre vivant". Après tout, les tribunaux canadiens sont, pour la plupart, "remplis de juges philosophiquement similaires, ce qui conduit à un tribunal presque homogène". Ils viennent tous d'écoles qui sont à gauche du centre et, très franchement, moins que diversifiées. Pour renverser cette tendance militante, il faudra sélectionner des candidats plus diversifiés, tant pour les écoles de droit que pour les tribunaux. De la même manière, les Canadiens devront examiner attentivement les personnes qu'ils élisent au pouvoir politique. Permettent-ils aux assemblées législatives de mijoter une ligne de parti ou mettent-ils des "représentants" au pouvoir?

Il est certain que depuis la conception de la Charte, nos dirigeants politiques se sont montrés particulièrement désintéressés par la mise en place d'un "gouvernement responsable" voué à la suprématie d'un parlement représentatif. De concert avec leurs agents judiciaires, on peut constater qu'ils n'ont pas su servir l'intérêt national au profit de groupes d'intérêts particuliers aux rouages grinçants. Ce sont ces roues qui ont réussi à définir le "contexte de notre époque". Il n'y a qu'une chose à faire à court terme: les Canadiens doivent prendre sur eux de façonner le "contexte de notre époque" de leur propre chef.

Que faire ? ​​Le projet de loi S-202, produit de la méthode de "l'arbre vivant", est actuellement en délibération au Sénat Canadien et devrait bientôt faire l'objet d'un examen à la Chambre des communes. En effet, toute la poussée de la "thérapie de conversion", remplie de fausses hypothèses et de la science telle qu'elle est, se déroule à un rythme effréné. Il est temps maintenant de plaider contre le projet de loi et de le faire en attirant l'attention de vos représentants politiques élus et non élus (sénateurs). Vous pouvez le faire en participant à une campagne de d'écriture de lettres pour le compte de C3RF. Vous trouverez ci-dessous un modèle de lettre que vous pourrez utiliser en fonction de vos besoins. Il est toujours préférable d'être original. Vous pouvez donc choisir de reprendre simplement les idées présentées dans l'exemple ci-dessous et de les mettre en mots. Quant à votre liste d'adresses, vous pouvez choisir les sénateurs de votre province sur ce site et vérifier leurs adresses électroniques en cliquant sur leurs photos. Quant à votre député, vous pouvez accéder à son adresse électronique sur ce site. Veuillez écrire aux sénateurs et au député de votre province. Faites-leur savoir que vous êtes au courant de la législation sur la thérapie de conversion et que vous êtes bouleversé par son attaque contre vos droits fondamentaux et juridiques garantis par la Charte. Veuillez adresser toutes les réponses que vous recevez à russ.cooper@canadiancitizens.org afin que nous puissions en assurer le suivi. Lettre type Chers sénateurs ou députés, Je vous écris au sujet du très problématique projet de loi S-202 du Sénat (thérapie de conversion). Je le trouve très problématique du point de vue de la Charte des droits et libertés à plusieurs égards. Dans son préambule, il ne reconnaît pas le fait que toutes les thérapies de conversion ne peuvent pas être considérées comme étant de nature négative. Elle ne reconnaît pas les techniques de "discussion" ou de conseil dont l'efficacité a été prouvée sans qu'il en résulte un préjudice. Les généralisations de cette section ne s'arrêtent pas là, mais continuent en déduisant que tous ceux qui subissent de telles conversions le font sous la contrainte et contre leur volonté. Cela ne saurait être plus éloigné de la vérité, car beaucoup cherchent à suivre une telle thérapie pour se libérer d'attirances sexuelles non désirées et/ou de dilemmes de genre. Ces fausses hypothèses et cette science de pacotille font que la législation est bâclée mais, plus important encore, elles servent à diminuer les droits religieux et de conscience de ceux qui cherchent à vivre en accord avec leurs croyances. Dans la section "définition", le projet de loi restreint de manière étonnante les thérapies qui "éliminent ou réduisent l'attirance sexuelle ou le comportement sexuel entre personnes du même sexe", même s'il laisse la porte grande ouverte à un "changement chirurgical de sexe ou à tout service lié". Comment une législation peut-elle être assez présomptueuse pour criminaliser une thérapie qui fait passer une personne d'un mode de vie alternatif à un mode de vie normal tout en soutenant l'inverse ? Pénaliser l'un tout en récompensant l'autre pour la même activité ne correspond pas à "l'égalité devant la loi". En outre, cela abroge les droits légaux de ceux qui cherchent à se débarrasser d'un comportement ou d'une identité sexuelle non désiré(e) chez les personnes du même sexe afin de mieux "sécuriser leur personne". Dans la section du projet de loi consacrée à la "publicité" pour les thérapies de conversion, une personne qui fait sciemment de la publicité pour une telle thérapie est passible d'une peine de prison de cinq ans. Outre les problèmes de droits juridiques mentionnés ci-dessus, ces restrictions biaisées représentent une violation flagrante des droits à la liberté d'expression de la Charte. Dans la section "avantages matériels" du projet de loi, la conversion des enfants de moins de 18 ans est autorisée si un "changement chirurgical de sexe ou tout autre service lié" est proposé. De telles actions irréversibles vont à l'encontre des préoccupations des parents qui s'appuient sur des données scientifiques solides selon lesquelles "80 à 90 % des enfants qui expriment une entité sexuelle discordante s'identifieront à leur sexe corporel si le développement naturel n'est pas entravé". La législation annule le droit de ces parents à assurer la "sécurité de la personne" de leurs propres enfants, conformément à la Charte. En conclusion, le projet de loi S-202 est un texte de loi biaisé et mal conçu qui viole les droits des Canadiens garantis par la Charte à plusieurs égards. En outre, son adoption mettra en danger la vie des enfants par des procédures drastiques et irréversibles dont on sait qu'elles sont nuisibles. En effet, en grandissant, ils auront "19 fois plus de risques de mourir par suicide que la population générale". L'adoption du projet de loi S-202 doit être stoppée et j'implore vos meilleurs efforts pour empêcher son approbation. Votre nom Votre ville

Merci pour votre soutien continu Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui. Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici. Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon