C3RF Member Update - 31 Jan, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! Sign petition and say “NO” to Bill S-202 (Conversion Therapy)
Note! Join letter-writing campaign below to stop Bill S-202 (Conversion Therapy)

Bill S-202 and its impact on children We have been hitting the Bill S-202 (Conversion Therapy) issue hard for the last few weeks and justifiably so. After all, its potential adverse impact on the “fundamental” rights of everyday Canadian citizens stands in stark relief to any positive effect it might have on the equality rights of the “identifiable groups” that are pushing so hard for its progression. This, given the fact that the Bill, if passed, will have the power to put one set of folks in jail while it coddles and affirms another for doing exactly the same thing. The difference? The former set of folks will be punished for aiding others who want to escape unwanted same-sex attractions or gender identities with harmless "talk" therapies. The latter will be rewarded for pumping children with irreversible hormone therapies and surgically mutilating them

The barbarous harm this biased, one-way legislation stands to inflict on Canadian children hit some C3RF members hard. One member, let’s call him Stan, related how he has incurable prostate cancer and has been put on hormone therapy to control it. He was heartbroken that children might be forced to endure such “terrible and irreversible” treatments. He went on to state that these children “should be strongly counselled before ever considering chemical or surgical changes to their God-given bodies”. Particularly since they might very well enjoy a normal life in harmony with their birth assigned sexes - as have 80% or more of those who have been allowed to grow into adulthood without interference. Bill S-202 will not afford these children this option even as it curtails the rights of their parents to protect them - rights that are in line with their religious beliefs and should be in play until their children reach the age of majority.

Bill S-202 and its impact on the Charter Right to freedom of religion Bill S-202 is the latest event in a chain reaction that was kicked off by the Supreme Court’s greenlighting of same-sex marriage in 2004. It’s appropriate at this time to recall the conditions that underpinned the advent of same-sex marriage including the understanding that religious freedoms would not be impacted. This understanding was affirmed by the Court in response to four related questions asked of it by the federal government of the day. The court saw the guarantee of religious freedom in s. 2(a) of the Charter as being “broad enough to protect religious officials from being compelled by the state to perform civil or religious same-sex marriages that are contrary to their religious beliefs”.

As same-sex marriage followed the “reading-in” of “sexual orientation” as a grounds for discrimination in Section 15 of the Charter, so does Bill S-202 follow both this “reading-in” and the “reading-in” of “gender identity and expression” into the same section. Unfortunately, it appears any understanding of safeguarding the religious freedoms of Canadian citizens, as was the case in same-sex marriage, is absent from S-202 legislation. This, by virtue of the fact that “any practice, treatment or service”, including religious counselling, is punishable by imprisonment if it councils a child under 18 away from unwanted same-sex attractions or gender identities removed from one’s biological sex. Indeed, this lapse in any consideration of the religious rights of parents and their children is spreading from the federal and provincial levels to seep down into municipal politics.

Canadian cities pile on against freedom of religion A number of Canadian cities have followed the lead of higher levels of government to implement one-way laws against conversion therapies – therapies that would take a person back to a traditional sexual orientation or gender identity. Calgary is a recent entry in this movement and it is clearly intent on bringing a complete stop to this one-way conversion. It intends to do so by using its power to restrict business licenses even as it advocates with the province to use all tools available to it for a total shutdown. These tools, no doubt, would include provincial human rights tribunals that have the power to punish on the basis of discrimination. Such was the case in British Columbia when a father was found guilty of “family violence” for refusing to affirm his daughter as his son.

Calgary’s intent to fold in religious institutions in their conversion therapy ban is clearly stated at the 5 hour 56 minute point in a 21 January, 2020 meeting of the City Council. Here a councillor states that “the intent of the Motion is to do everything that we can that’s within our jurisdiction to ban this harmful practice”. Such is the fervour to curtail a person or parent’s desire to see a life lived as biologically intended. It matters not that the underlying assumptions associated with Bill S-202 have yet to be thoroughly vetted and debated and it matters not that “fundamental” Charter Rights will be abrogated in the process.

Tolerance becomes compliance

As stated previously, the reading-in of new sexually-based grounds for discrimination came with an understanding that “fundamental” individual rights would be protected. No need to throw out the baby with the bathwater. That understanding now seems to have gone by the wayside as these same, new grounds for discrimination must not just be tolerated but affirmed as social pieties and taught to children at an ever-younger age. Talking heads tell the public that sexual orientation and gender identity are baked-in as nature and not a matter of nurture. Indeed, free speech rights go by the wayside as even debating the issue results in accusations of bigotry and homo/ transphobia. As well, politicians are tarred and feathered if they dare fail to express support for pride parades that serve as political banners for this new reality. The Pierre Trudeau adage that the State has no business in the bedrooms of the nation has been turned on its head as the State sits down at our kitchen tables and teaches our kids and grandkids all about the new, normal sexuality. After all, the science is settled and its definitive – or is it?

The science is settled? The truth is, there is much in Bill S-202 that is contested by authoritative, corroborated research. The “born that way” assertion is challenged by coordinated MIT and Harvard studies that support the supposition that sexuality is more likely shaped and regulated by cultural, political, social, legal and religious structures. This well-regarded research may fly in the face of a Canadian Psychological Association (CPA) position that sees conversion therapy promoting negative outcomes but it is supported by tangible and favourable results that come from talk therapies – including those of a religious nature. At any rate, Bill S-202 and the CPA fail to explain how conversions in one direction need to be thwarted out of respect for “hard-wiring” while conversions in the other direction need to be affirmed as necessary. Full speed ahead with irreversible hormone therapies and surgical mutilation.

Join the fight to stop Bill S-202 (Conversion Therapy) The rush to pass Bill S-202 may serve a political agenda and allow legislative and media elites to preen and strut their virtuosity but it stands in need of serious review and debate. The cost of not forcing such a review has the potential to harm children and curtail the Charter Rights of all Canadians. This message needs the support of these same Canadians, you in particular, and a good place to start is by involving yourself in last week’s letter-writing campaign (instructions and sample letter here) and this week’s petition. Please consider doing so and passing both around as far and wide within Canada as possible.

Click here to sign the petition!

Thanks for your continued support Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today. And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here. Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3RF

Version française

Remarque! Signez la pétition et dites «NON» au projet de loi S-202 (thérapie de conversion) Remarque! Rejoignez la campagne de rédaction de lettres ci-dessous pour arrêter le projet de loi S-202 (thérapie de conversion)

Le projet de loi S-202 et son impact sur les enfants Nous avons frappé fort sur la question du projet de loi S-202 (thérapie de conversion) ces dernières semaines, et à juste titre. Après tout, son impact négatif potentiel sur les droits "fondamentaux" des citoyens canadiens est en net recul par rapport à tout effet positif qu'il pourrait avoir sur les droits à l'égalité des "groupes identifiables" qui poussent si fort à son adoption. Ceci, étant donné que le projet de loi, s'il est adopté, aura le pouvoir de mettre un groupe de personnes en prison pendant qu'il dorlote et en affirme un autre pour avoir fait exactement la même chose. La différence? Le premier groupe de personnes sera puni pour avoir aidé d'autres personnes à échapper à des attirances homosexuelles ou à des identités de genre non désirées par des thérapies "par la parole" inoffensives. Les seconds seront récompensés pour avoir administré à des enfants des traitements hormonaux irréversibles et les avoir mutilés chirurgicalement.

Le préjudice barbare que cette législation biaisée et à sens unique risque d'infliger aux enfants canadiens a durement frappé certains membres du C3RF. Un membre, appelons-le Stan, a raconté qu'il avait un cancer de la prostate incurable et qu'il avait été mis sous hormonothérapie pour le contrôler. Il a eu le cœur brisé à l'idée que des enfants puissent être contraints d'endurer des traitements aussi "terribles et irréversibles". Il a poursuivi en déclarant que ces enfants "devraient être fortement conseillés avant d'envisager des modifications chimiques ou chirurgicales de leur corps donné par Dieu". D'autant plus qu'ils pourraient très bien mener une vie normale en harmonie avec les sexes qui leur ont été assignés à la naissance - comme l'ont fait 80 % ou plus de ceux qui ont été autorisés à devenir adultes sans interférence. Le projet de loi S-202 n'offrira pas cette option à ces enfants, même s'il restreint les droits de leurs parents à les protéger - des droits qui sont conformes à leurs croyances religieuses et qui devraient être en jeu jusqu'à ce que leurs enfants atteignent l'âge de la majorité.

Le projet de loi S-202 et son impact sur le droit à la liberté de religion reconnu par la Charte Le projet de loi S-202 est le dernier événement en date d'une réaction en chaîne qui a été déclenchée par le feu vert donné par la Cour suprême au mariage entre personnes de même sexe en 2004. Il convient à ce stade de rappeler les conditions qui ont sous-tendu l'avènement du mariage entre personnes de même sexe, notamment la compréhension que les libertés religieuses ne seraient pas affectées. Cette compréhension a été confirmée par la Cour en réponse à quatre questions connexes qui lui ont été posées par le gouvernement fédéral de l'époque. La Cour a estimé que la garantie de la liberté de religion prévue à l'article 2(a) de la Charte était "suffisamment large pour protéger les autorités religieuses contre l'obligation de l'État de célébrer des mariages civils ou religieux entre personnes de même sexe qui sont contraires à leurs croyances religieuses".

Tout comme le mariage homosexuel a suivi la "lecture" de l'"orientation sexuelle" comme motif de discrimination dans l'article 15 de la Charte, le projet de loi S-202 suit à la fois cette "lecture" et la "lecture" de l'"identité et de l'expression sexuelles" dans le même article. Malheureusement, il semble que toute compréhension de la sauvegarde des libertés religieuses des citoyens canadiens, comme c'était le cas pour le mariage entre personnes de même sexe, soit absente de la législation S-202. Ceci, en vertu du fait que "toute pratique, tout traitement ou tout service", y compris les conseils religieux, est punissable d'emprisonnement s'il conseille à un enfant de moins de 18 ans de s'éloigner des attirances non désirées envers le même sexe ou des identités sexuelles éloignées de son sexe biologique. En effet, cette lacune dans toute considération des droits religieux des parents et de leurs enfants s'étend des niveaux fédéral et provincial pour s'infiltrer dans la politique municipale.

Les villes canadiennes s'unissent contre la liberté de religion Un certain nombre de villes canadiennes ont suivi l'exemple des niveaux supérieurs de gouvernement pour mettre en œuvre des lois à sens unique contre les thérapies de conversion - des thérapies qui ramèneraient une personne à une orientation sexuelle ou une identité de genre traditionnelle. Calgary est une ville qui a récemment rejoint ce mouvement et qui a clairement l'intention de mettre un terme à cette conversion à sens unique. Elle a l'intention de le faire en utilisant son pouvoir de restreindre les licences commerciales, même si elle préconise à la province d'utiliser tous les outils à sa disposition pour un arrêt total. Ces outils, sans aucun doute, incluraient les tribunaux provinciaux des droits de l'homme qui ont le pouvoir de punir sur la base de la discrimination. Ce fut le cas en Colombie-Britannique lorsqu'un père a été reconnu coupable de "violence familiale" pour avoir refusé d'affirmer que sa fille était son fils.

L'intention de Calgary de se replier sur les institutions religieuses dans leur interdiction de thérapie de conversion est clairement énoncée au point 5 heures 56 minutes lors d'une réunion du Conseil municipal du 21 janvier 2020. Ici, un conseiller municipal déclare que "l'intention de la motion est de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour interdire cette pratique néfaste". Telle est la ferveur qui s'attache à freiner le désir d'une personne ou d'un parent de voir une vie vécue comme elle est biologiquement voulue. Il importe peu que les hypothèses sous-jacentes associées au projet de loi S-202 n'aient pas encore été examinées et débattues de manière approfondie et il importe peu que les droits "fondamentaux" de la Charte soient abrogés au cours du processus.

La tolérance devient la conformité

Comme indiqué précédemment, l'introduction de nouveaux motifs de discrimination fondés sur le sexe est venue avec l'idée que les droits individuels "fondamentaux" seraient protégés. Pas besoin de jeter le bébé avec l'eau du bain. Cette compréhension semble maintenant avoir été mise de côté, car ces mêmes nouveaux motifs de discrimination doivent non seulement être tolérés, mais aussi être affirmés comme un dogme et enseignés aux enfants à un âge de plus en plus précoce. Les tenants du politiquement correct disent au public que l'orientation et l'identité sexuelles sont ancrées dans la nature et ne sont pas une question d'éducation. Ainsi, le droit à la liberté d'expression est mis de côté, car même le fait de débattre de la question entraîne des accusations de sectarisme et d'homo/transphobie. De même, les politiciens sont ostracisés s'ils n'osent pas exprimer leur soutien aux parades de la fierté qui servent de bannières politiques pour cette nouvelle réalité. L'adage de Pierre Trudeau selon lequel l'État n'a rien à faire dans les chambres à coucher de la nation a été renversé alors que l'État s'assied à nos tables de cuisine et apprend à nos enfants et petits-enfants tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle sexualité normale. Après tout, la science a parlé - vraiment?

La science est réglée? La vérité est qu'il y a beaucoup de choses dans le projet de loi S-202 qui sont contestées par des recherches corroborées qui font autorité. L'affirmation "né comme ça" est contestée par des études coordonnées du MIT et de Harvard qui soutiennent l'hypothèse selon laquelle la sexualité est plus probablement façonnée et réglementée par des structures culturelles, politiques, sociales, juridiques et religieuses. Cette recherche bien considérée peut aller à l'encontre de la position de la Société canadienne de psychologie (SCP) qui considère que la thérapie de conversion favorise les résultats négatifs, mais elle est soutenue par des résultats tangibles et favorables qui proviennent des thérapies par la parole - y compris celles de nature religieuse. En tout cas, le projet de loi S-202 et la SCP n'expliquent pas comment les conversions dans une direction doivent être contrecarrées par respect pour le "la nature profonde" alors que les conversions dans l'autre direction doivent être affirmées comme nécessaires. En avant toute avec les thérapies hormonales irréversibles et les mutilations chirurgicales!

Joignez-vous à la lutte pour arrêter le projet de loi S-202 (thérapie de conversion) La hâte à adopter le projet de loi S-202 peut servir un programme politique et permettre aux élites législatives et médiatiques de se montrer virtuoses, mais elle doit faire l'objet d'un examen et d'un débat sérieux. Le coût de l'absence d'un tel examen pourrait nuire aux enfants et réduire les droits de la Charte de tous les Canadiens. Ce message a besoin du soutien de ces mêmes Canadiens, de vous en particulier, et un bon point de départ est de vous impliquer dans la campagne d'envoi de lettres de la semaine dernière (instructions et modèle de lettre ici) et dans la pétition de cette semaine. Pensez à le faire et à faire circuler ces deux documents aussi loin et aussi largement que possible au Canada.

Cliquez ici pour signer cette pétition

Merci pour votre soutien continu Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui. Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici. Major Russ Cooper (retraité) Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon