C3RF Member Update - 07 Feb, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Note! Sign petition and say “NO” to Bill S-202 (Conversion Therapy)
Note! Consider attending CFTRL 2020 Teach-In. Engage in promoting the rights of all to protection under the Rule of Law in Canada.
Senators respond to your inputs on Bill S-202 (Conversion Therapy)

Well, looks like your earnest efforts are making an impact in Canada’s Senate Chambers. The letter-writing campaign that many of you have participated in has raised eyebrows in the place of “sober second thought”. Your observation that the Bill is biased in nature as it:

  • only criminalizes “conversions” that move a person towards traditional sexual orientations and gender identities; even as it​

  • tramples on an individual’s right to freedom of speech, religion and conscience,​​​​ is proving inconvenient. So much so that some Senators are pushing back. How dare you query “slam dunk” legislation? One Senator from British Columbia wrote back to Gloria (not her name) with the question, "Can you tell me what your solid science is?". Gloria, of course, armed with the authoritative research catalogued within these pages, was in a position to point out that

Clearly, the chamber of sober, second thought needs to challenge the assumptions and narratives that underlie Bill S-202 if it is to and live up to its reputation as a serious, deliberative organization.

The not-so-inquisitive Canadian media

The ongoing debate on the driving factors behind sexual orientation and gender identity are proving inconvenient to the Canadian main stream media. They long ago settled on the “born that way” mantra with no debate allowed. This was evidenced recently in a variety of CTV programs where the mere prospect of entering into such a debate was quickly put down. One case in point was the interview of Conservative leadership candidate Derek Sloan by CTV’s Evan Soloman. The “born that way” theory came up and Mr. Sloan was quickly slapped down, interrupted and ridiculed before he could expound on research that supported a different possibility. Perhaps Mr. Sloan was about to present the MIT/ Harvard studies noted above. We’ll never know as the recalcitrance of Mr. Soloman to even entertain such a train of thought was insurmountable. Another case in point, again centered on CTV, involves the recent W5 program, “Thy Will Be Done”.

“Thy Will Be Done” aired on 31 January, 2020 and was a documentary look at conversion therapy in Canada. The program’s storyline promised a balanced approach with three separate cases being showcased. The first two featured young men who were coerced into therapy by their religious families against their wishes. Their treatments were unsuccessful and characterized by self-expressed feelings of shame and worthlessness as they ​​​​progressed through therapy. The third case, however, featured an older man who was self-motivated to enter therapy to rid himself of unwanted same-sex attractions. His experience was successful. He is now married with four children and lives a life that is more about personal happiness than sexuality. What began as balanced reportage, however, ended up in a biased attempt to arrive at pre-determined conclusions as the documentary moved on to interview the experts.

Expert testimony directed against conversion therapy, save for that aimed at taking a person away from his or her biologically assigned characteristics, was led by Kristopher Wells. Mr. Wells is the Canada Research Chair for the Public Understanding of Sexual and Gender Minority Youth. He is an outspoken critic of religious institutions that offer conversion therapy and has been a vocal advocate for revoking the charitable status of such organizations. He was quick to characterize all conversion therapy as negative and, in his testimony, offhandedly conflated all of it to aggressive, harmful procedures such as lobotomy and electroshock therapies. The program’s moderator made no attempt to ask him to explain the success of the self-motivated conversion candidate featured in “Thy Will Be Done”.

Dr. Ann Gillies, a trauma therapist, offered her expert testimony on behalf of counselling therapies that have proven to be successful. She noted that if they could work for the self-motivated candidate featured in the program they could work for others. She stated that this was so as sexuality is a fluid thing that can be influenced. Her testimony, however, was cut short when she noted that research that supported the anti-therapy view was problematic and in need of review. Rather than pressing for further elucidation, the program arced off to an exchange with a representative of the Canadian Psychiatric Association (CPA).

It was interesting to note that the CPA representative was adamant that conversion therapy was a lost cause - you can’t change a person away from “who they are”. This “born this way” worldview was unequivocal and was not challenged by the moderator in light of the obvious dichotomy presented by the successful conversion featured in her own program. The “born this way” deal was then sealed with an outtake to Minister of Justice

Lametti. He stated that Charter freedoms, like freedom of religion, might need to be “balanced” away against a “focus on the victims of this practise”. As well, he asserted that the Section 7 Charter right to “security of the person” needed to be considered. There was no call to have the Minister explain how a person could be victimised by choosing to make a change in their personal circumstances or if the framers of the Charter meant to stymy such self-directed changes from their person. His comments were simply taken at face value.

Are we in the midst of a desperate attempt to control the narrative?

The question needs to asked, is the refusal of the Canadian main stream media to accommodate the free and open debate of the social pieties of the day contributing to a widespread public malaise? Is this unease exacerbated by government policies and rulemaking that seem to be developed on the basis of false assumptions, moral relativism and globalist aspirations? Given the fact that these questions are even being asked, it is little wonder that many of you have chosen to push back against one of these policies in the form of Senate Bill S-202. Such an uprising of popular discontent needs to be contained if not accommodated with compromise and mutually beneficial solutions. It is becoming apparent that the government is pursuing the former path of containment, consider this:

Obviously, the Government of Canada is hell bent on controlling the information you have access to. You can continue to push back against such draconian measures through efforts like the C3RF petition that says “NO” to Senate Bill S-202 (Conversion Therapy). If you haven’t already done so, sign the petition here and spread it far and wide.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d) Co-Chair C3R

Version française

Remarque! Signez la pétition et dites “NON” au projet de loi S-202 (thérapie de conversion) Remarque! Envisagez d'assister à la formation CFTRL 2020. S'engager à promouvoir les droits de tous à la protection en vertu de la primauté du droit au Canada.

Les sénateurs répondent à vos contributions sur le projet de loi S-202 (thérapie de conversion)

On dirait que vos efforts sérieux ont un impact dans les chambres du Sénat canadien. La campagne d'envoi de lettres à laquelle beaucoup d'entre vous ont participé a fait sourciller. Votre observation selon laquelle le projet de loi est de nature biaisée:

  • ne fait que criminaliser les "conversions" qui amènent une personne vers des orientations sexuelles et des identités de genre traditionnelles; alors même qu'il

  • piétine le droit de l'individu à la liberté d'expression, de religion et de conscience,​​ s'avère peu pratique. A tel point que certains sénateurs repoussent. Comment osez-vous demander une législation "slam dunk"? Un sénateur de Colombie britannique a répondu à Gloria (pas son nom) en lui demandant: "Pouvez-vous me dire sur quelle science solide vous basez-vous"? Gloria, bien sûr, armée des recherches qui font autorité et qui sont cataloguées dans ces pages, était en mesure de le souligner:

Il est clair que la chambre de réflexion doit remettre en question les hypothèses et les récits qui sous-tendent le projet de loi S-202 si elle veut être à la hauteur de sa réputation d'organisation sérieuse et délibérante.

Les médias canadiens pas très innovants Le débat en cours sur les facteurs déterminants de l'orientation et de l'identité sexuelles s'avère peu pratique pour les grands médias canadiens. Il y a longtemps qu'ils se sont contentés du mantra "born that way", sans qu'aucun débat ne soit autorisé. Cela a été démontré récemment dans une variété de programmes de CTV où la simple perspective d'entrer dans un tel débat a été rapidement écartée. L'interview du candidat à la direction du parti conservateur, Derek Sloan, par Evan Soloman de CTV en est un bon exemple. La théorie du "né comme ça" est apparue et M. Sloan a été rapidement réprimandé, interrompu et ridiculisé avant de pouvoir exposer les recherches qui soutenaient une autre possibilité. Peut-être M. Sloan était-il sur le point de présenter les études du MIT et de Harvard mentionnées ci-dessus. Nous ne saurons jamais, car la récalcitrance de M. Soloman à même présenter un tel courant de pensée était insurmontable. Un autre exemple, toujours centré sur CTV, concerne la récente émission de W5, "Thy Will Be Done".

"Thy Will Be Done", diffusée le 31 janvier 2020, était un documentaire sur la thérapie de conversion au Canada. Le scénario de l'émission promettait une approche équilibrée avec trois cas distincts présentés. Les deux premiers présentaient des jeunes hommes contraints à suivre une thérapie par leur famille religieuse contre leur gré. Leurs traitements ont échoué et se sont caractérisés par des sentiments de honte et d'inutilité qui se sont exprimés au fur et à mesure qu'ils progressaient ​​dans la thérapie. Dans le troisième cas, cependant, il s'agissait d'un homme plus âgé qui était motivé à suivre une thérapie pour se débarrasser d'attir​​ances homosexuelles non désirées. Son expérience a été couronnée de succès. Il est aujourd'hui marié et père de quatre enfants et mène une vie qui est davantage axée sur le bonheur personnel que sur la sexualité. Ce qui a commencé comme un reportage équilibré s'est toutefois terminé par une tentative biaisée d'arriver à des conclusions prédéterminées, alors que le documentaire s'est poursuivi par des interviews d'experts.

Le témoignage des experts contre la thérapie de conversion, à l'exception de celle visant à éloigner une personne de ses caractéristiques biologiques, a été dirigé par Kristopher Wells. M. Wells est titulaire de la Chaire de recherche du Canada pour la compréhension publique des jeunes des minorités sexuelles et de genre. Il critique ouvertement les institutions religieuses qui proposent des thérapies de conversion et s'est fait l'avocat de la révocation du statut caritatif de ces organisations. Il s'est empressé de qualifier de négatives toutes les thérapies de conversion et, dans son témoignage, il les a toutes confondues avec des procédures agressives et nocives comme la lobotomie et les électrochocs. Le modérateur de l'émission n'a pas tenté de lui demander d'expliquer le succès du candidat à la conversion motivé par lui-même, présenté dans "Thy Will Be Done".

​Le Dr Ann Gillies, une thérapeute spécialisée dans les traumatismes, a offert son témoignage d'expert au nom des thérapies de conseil qui ont fait leurs preuves. Elle a fait remarquer que si elles pouvaient fonctionner pour le candidat motivé présenté dans le programme, elles pourraient fonctionner pour d'autres. Elle a déclaré que c'était ainsi car la sexualité est une chose fluide qui peut être influencée. Son témoignage a toutefois été écourté lorsqu'elle a fait remarquer que les recherches qui soutenaient le point de vue anti-thérapie étaient problématiques et devaient être revues. Plutôt que d'insister sur la nécessité d'une plus grande élucidation, le programme a donné lieu à un échange avec un représentant de l'Association des psychiatres du Canada (APC).

Il est intéressant de noter que le représentant de l'ACP a été catégorique sur le fait que la thérapie de conversion était une cause perdue - on ne peut pas changer une personne pour la détourner de "ce qu'elle est". Cette vision du monde "né comme ça" était sans équivoque et n'a pas été remise en cause par la modératrice à la lumière de la dichotomie évidente présentée par la conversion réussie présentée dans son propre programme. L'accord ​​"born this way" a ensuite été scellé par une sortie au ​​​​​​ministre de la justice Lametti. Il a déclaré que les libertés de la Charte, comme la liberté de religion, pourraient devoir être "équilibrées" par rapport à une "attention particulière aux victimes de cette pratique". De plus, il a affirmé que le droit à la "sécurité de la personne" de l'article 7 de la Charte devait être pris en compte. Il n'a pas été demandé au ministre d'expliquer comment une personne pouvait être victime en choisissant de changer sa situation personnelle ou si les auteurs de la Charte voulaient empêcher de tels changements de sa personne. Ses commentaires ont simplement été pris au pied de la lettre.

Sommes-nous en pleine tentative désespérée de contrôler le récit? La question qu'il convient de se poser est la suivante : le refus des médias canadiens de diffusion en continu d'accueillir le débat libre et ouvert des piétiés sociales de l'époque contribue-t-il à un malaise public généralisé? Ce malaise est-il exacerbé par les politiques gouvernementales et l'élaboration de règles qui semblent être élaborées sur la base de fausses hypothèses, de relativisme moral et d'aspirations mondialistes? Étant donné que ces questions sont même posées, il n'est pas étonnant que beaucoup d'entre vous aient choisi de repousser l'une de ces politiques sous la forme du projet de loi S-202 du Sénat. Un tel soulèvement du mécontentement populaire doit être contenu, sinon il faut l'accommoder avec des compromis et des solutions mutuellement bénéfiques. Il devient évident que le gouvernement poursuit l'ancienne voie de l'endiguement, considérez ceci:

De toute évidence, le gouvernement du Canada est déterminé à contrôler les informations auxquelles vous avez accès. Vous pouvez continuer à vous opposer à des mesures aussi draconiennes par des efforts tels que la pétition C3RF qui dit "NON" au projet de loi S-202 du Sénat (thérapie de conversion). Si vous ne l'avez pas encore fait, signez la pétition ici et diffusez-la largement.

Merci pour votre soutien continu

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Coprésident C3RF

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon