C3RF Member Update - 28 Feb, 2020

February 28, 2020

Remarque! La version française suit un peu plus bas
Is there “rule of law” in Canada? – looks like a big “nope”

 

Last week we pondered the question - is Canada a “rule of law” country?  It appeared unlikely as Wet’suwet’en protests proceeded apace across the country with no effort to stand them down.  This, even as they bit into the nation’s ability to transport essential goods to everyday Canadians far removed from the controversy.  Not to be outdone, the activities of this past week have been just as concerning as political leaders clashed on just what to do.  The Conservative leader of the opposition called for the immediate dismantling of illegal barricades while the Prime Minister, shocked by such aggressive talk, chastised him for “ignoring the complexities”.  Then he forbade him from attending a leader’s roundtable discussion on what to do.  To all good Canadians paying attention, it became obvious that the majority of their leaders were in no way dedicated to the concept of implementing the “rule of law” on their behalf and in their defence

 

Maybe the “rule of law” is a situational concept?

 

Things evolved over the course of the week and it rapidly became apparent that real suffering was about to overtake Canadian citizens.  Quebec farmers were at risk of losing their animals due to propane heating shortages even as ports on both coasts became backlogged.  Container operators were even diverting cargo to U.S. ports as Halifax was unusable.  Given these developments, the Prime Minister switched gears on his lax approach to the “rule of law” and declared that the blockades must come down – just as his opposition leader had stated the week before.  Mind you, he did caveat the demand by saying it was up to the law-breakers to make the barricades go away.  There was no deadline and there certainly was no commitment to the employment of police forces in the event the law-breakers failed to comply.

 

It was as if former Prime Minister Mackenzie King’s words on the WWII conscription crisis were being echoed through the ages, “not necessarily ‘rule of law’ but ‘rule of law’ if necessary”.  Perhaps the situation wasn’t dire enough.  Maybe more patience would see everything  resolved satisfactorily - just like budgets resolve and balance themselves of their own accord.  Or perhaps events were unfolding exactly as the government wanted and in service of its own objectives.  Objectives that include the crushing of oil and gas resource plays, like Teck Frontier, in line with their own ideological desires.  Objectives that are served by making the people’s government a “monkey in the middle” between two colluding allies in the form of outlier indigenous groups and “climate change” eco-activists – both of which just happen to enjoy international support and funding even as they are both in a position to play the “get me a rock” game.

 

“Get me a rock”

 

The “get me a rock” scam is also known as “moving the goalposts”.  The stunt entails a bully demanding a servile dupe to “go get me a rock”.  The dupe does so and is told “not that rock, another rock.  Go get me a rock”.  And so, it goes back and forth with nothing gained save for the bully’s control over the actions of the dupe.  We see this happening in the Coastal GasLink (CGL) project when a minority of Wet’suwet’en hereditary chiefs initially demanded that the RCMP fall back from their command post.  The post was being used to enforce an injunction aimed at clearing protesters from a CGL construction site. No sooner did the RCMP comply than a new order was issued for them to leave Wet’suwet’en land totally in conjunction with the cessation of all CGL activities.  Go get me a rock, not that one, go get me a rock!

 

 

We see the same scam employed by the “climate change” gang when they whipsaw their opponents with “climate emergency” demands.  On one hand we are told the end is nigh as, in line with UN Agenda 2030 timelines, we have 12, 11 and now 10 years left before we are consumed by an overheated earth How to reconcile this demand for immediate action with another that calls on nations to be “net zero” by 2050?  Why bother spending money on latter initiatives if we are not going to be around anyway?  Is “net zero 2075” next?  Go get me a rock!  And so we have it, a smattering of hereditary chiefs who do not speak for the majority of their people joining with a cabal of eco-activists who have no support for draining the country’s economy in the name of “climate change” to put a gun to the head of all Canadians.  Their unqualified success in doing so prompts the question, is Canada a willing “monkey in the middle” in this game of “get me a rock”?

 

Monkey in the middle

 

It would appear, based on its actions in the international arena, that Canada is a willing “monkey in the middle” when it comes to indigenous and “climate change” special interests.  In the latter instance, Canada willingly signed off on the Paris Agreement of 2015.  It did so knowing full well that the related commitment would require measures equivalent to the shutting down of Canada’s entire transportation or oil and gas sectors.  A negligible contribution to the “climate change” fight given Canada’s paltry 1.6% contribution to worldwide Green House Gas (GHG) emissions.  They also signed on the dotted line in the absence of any national debate on the Agreement – no voices of opposition were allowed to be heard.  Is it any wonder that the Liberal government of the day finds itself presiding over the demise of the nation’s entire energy sector?  Indeed, the government-of-the-day has been so successful in thwarting progress on the energy file that companies, like Teck, are taking it upon themselves to back away from planned capital investments.  What a stroke of luck.  Now the government can blame them for chaos in the oil patch!

 

 

In a similar fashion, Canada signed away much of its ability to control its own destiny when it signed the United Nation Declaration on Indigenous Peoples (UNDRIP) in 2016.  This international instrument, like the Paris Agreement, was toted as being aspirational in nature and legally non-binding.  This, of course, is codswallop as Canadian courts take such signatures in the international arena to heart and use them to inform their related decisions.  Like the Paris Agreement, UNDRIP was signed with little national debate and was presented as a compassionate initiative rather than one that needed to be measured on its merits.  Additionally, UNDRIP is particularly worrisome from a national sovereignty perspective as it details that:

 

  • Canada is responsible to international authorities and laws in its dealings with indigenous, Canadian communities;
     

  • Indigenous communities can avail themselves of international instruments in the pursuit of their own self-determination even as their collective rights as a people are recognized. They are citizens apart and afforded special rights and status in this regard;
     

  • Canada cannot impact indigenous communities legislatively or administratively without the free, prior and informed consent of these same communities;
     

  • Indigenous communities have the sole authority to devise organizational structures and decision-making institutions that speak on their behalf;
     

  • Canada is responsible for the well being of indigenous communities and improving upon it;
     

  • Canada requires the free and informed consent from indigenous communities prior to the approval of any project affecting their lands or territories and other resources; and
     

  • Indigenous peoples have the right to own, use, develop and control the lands, territories and resources that they possess by reason of traditional ownership or other traditional occupation or use, as well as those which they have otherwise acquired.

 

It goes without saying that the meaning of “free, prior and informed consent” will have to be determined by the Supreme Court of Canada.  This will be the case as the appeal of decisions that run afoul of indigenous wishes will be fully funded.  Given past experiences that have seen this court rule in favour of collectives, it would be folly to assume that “consent” will not be interpreted by the Supremes as giving this “identifiable group” a “veto” over national interests. 

 

This, plus the ability of indigenous communities to organize as they please for representative purposes, sets in play the “go get me a rock” dynamic that has a demonstrated capacity to sidetrack the national will and paralyze the country.  These very real possibilities are playing out even now as national infrastructure and security are threatened by organized bands of thugs.

 

Now more than ever, it is apparent that the sovereignty-crushing Paris Agreement and UNDRIP initiatives are in need of a national debate.  A debate unconstrained by politically correct notions and virtue signalling and one that can lead to the “walking away” from both declarations.  After all, the nation is being ripped apart by opportunists that are using them to advance self-serving agendas - agendas that are neither in the national interest nor in the interests of the indigenous community.

 

Thanks for your continued support

 

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians.  It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities.  Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice.  When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada.  We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able.  If you missed the call, click here to support C3RF today.

 

And while you're considering making a difference, please follow C3RF on Twitteron Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

 

 

 

 

 

 

Major Russ Cooper (Ret’d)
Co-Chair C3RF

 
 
Version française
Y a-t-il un "État de droit" au Canada? – il semble bien que non
 

La semaine dernière, notre réflexion s’est arrêtée sur la question suivante: le Canada est-il un pays dans lequel règne "l'État de droit"?  Cela semblait peu probable, car les manifestations de Wet'suwet'en se sont multipliées dans tout le pays sans que l'on tente de les faire cesser.  Et ce, alors même qu'elles ont mis à mal la capacité du pays à transporter des biens essentiels aux Canadiens ordinaires, qui n’ont rien à voir avec cette controverse.  Pour ne pas être en reste, les activités de la semaine dernière ont été tout aussi inquiétantes alors que les dirigeants politiques se sont affrontés sur la question de savoir quoi faire.  Le chef conservateur de l'opposition a appelé au démantèlement immédiat des barricades illégales tandis que le Premier ministre, choqué par des propos aussi agressifs, l'a réprimandé pour avoir "ignoré les complexités" de la situation.  Il lui a ensuite interdit d'assister à une table ronde des dirigeants sur ce qu'il fallait faire.  Pour tous les bons Canadiens attentifs, il est devenu évident que la majorité de leurs dirigeants n'étaient nullement attachés au concept de mise en œuvre de l'"État de droit" en leur nom et pour leur défense.

 

Peut-être que l'"État de droit" est un concept situationnel?

 

Les choses ont évolué au cours de la semaine et il est rapidement apparu que la vraie souffrance devenait tangible pour les citoyens Canadiens.  Les agriculteurs québécois risquaient de perdre leurs animaux à cause de la pénurie de chauffage au propane, alors même que les ports des deux côtes étaient engorgés.  Les opérateurs de conteneurs détournaient même les cargaisons vers les ports américains, Halifax étant inutilisable.  Face à ces développements, le Premier Mnistre a changé de vitesse dans son approche laxiste de "l'État de droit" et a déclaré que les blocages devaient être levés - comme l'avait déclaré son chef de l'opposition la semaine précédente.  Il a toutefois mis en garde contre cette exigence en déclarant que c'était aux contrevenants de faire disparaître les barrages.  Il n'y avait pas de date limite et il n'y avait certainement pas d'engagement à employer les forces de police au cas où les contrevenants ne respecteraient pas la loi.

 

C'est comme si les paroles de l'ancien Premier Ministre Mackenzie King sur la crise de la conscription pendant la Seconde Guerre mondiale avaient été reprises à travers les âges, "pas nécessairement "l'État de droit", mais "l'État de droit" si nécessaire".  La situation n'était peut-être pas assez grave.  Peut-être qu'avec plus de patience, tout serait résolu de manière satisfaisante, tout comme les budgets se résolvent et s'équilibrent d'eux-mêmes.  Ou peut-être que les événements se déroulaient exactement comme le gouvernement le souhaitait et au service de ses propres objectifs.  Des objectifs qui incluent l'écrasement des gisements de pétrole et de gaz, comme celui de Teck Frontier, conformément à leurs propres désirs idéologiques.  Des objectifs qui sont servis en faisant du gouvernement populaire un cocu parfait entre deux alliés collusoires sous la forme de groupes indigènes isolés et d'éco-activistes criant au "changement climatique" - qui se trouvent tous deux à bénéficier d'un soutien et d'un financement international alors qu'ils sont tous deux en position de jouer au jeu du "get me a rock ".

 

"Get me a rock"

 

L'escroquerie "Get me a rock" est également connue sous le nom de "déplacement des poteaux de but".  Le coup consiste à demander à une brute de se faire passer pour une personne servile pour "aller me chercher un caillou".  La dupe le fait et on lui dit "pas cette pierre, une autre pierre".  Va me chercher une pierre".  Ainsi, il fait des allers et retours sans rien obtenir, si ce n'est le contrôle de la brute sur les gestes du dupe.  Nous voyons cela se produire dans le projet Coastal GasLink (CGL) lorsqu'une minorité de chefs héréditaires du Wet'suwet'en ont d'abord exigé que la GRC se retire de leur poste de commandement.  Le poste était utilisé pour faire appliquer une injonction visant à éloigner les manifestants d'un chantier de CGL.  A peine la GRC s'est-elle exécutée qu'un nouvel ordre a été donné pour qu'ils quittent totalement le terrain de Wet'suwet'en en même temps que l'arrêt de toutes les activités de CGL.  Va me chercher une pierre, pas celle-là, va me chercher une pierre!

 

 

Nous voyons la même arnaque utilisée par le gang du "changement climatique" lorsqu'ils fouettent leurs adversaires avec des demandes d'"urgence climatique".  D'un côté, on nous dit que la fin est proche car, conformément aux échéances de l'Agenda 2030 des Nations unies, il nous reste 12, 11 et maintenant 10 ans avant d'être consumés par une terre surchauffée Comment concilier cette demande d'action immédiate avec une autre qui appelle les nations à être "net zéro" d'ici 2050?  Pourquoi s'embêter à dépenser de l'argent pour ces dernières initiatives si nous ne sommes pas là de toute façon?  Le "net zéro 2075" est-il la prochaine étape?  Va me chercher une pierre!  Et voilà, une poignée de chefs héréditaires qui ne parlent pas au nom de la majorité de leur peuple se joignent à une cabale d'éco-activistes qui n'ont aucun soutien pour drainer l'économie du pays au nom du "changement climatique" pour mettre un pistolet sur la tête de tous les Canadiens.  Leur succès sans réserve dans ce domaine soulève la question suivante: le Canada est-il un "singe au milieu" consentant dans ce jeu de "donnez-moi une pierre"?

 

Le singe au milieu

 

Il semblerait, au vu de ses actions sur la scène internationale, que le Canada soit un "singe au milieu" consentant lorsqu'il s'agit d'intérêts particuliers en matière indigènes et de "changement climatique".  Dans ce dernier cas, le Canada a volontiers signé l'accord de Paris de 2015.  Il l'a fait en sachant très bien que l'engagement correspondant nécessiterait des mesures équivalentes à la fermeture de l'ensemble des secteurs Canadiens des transports ou du pétrole et du gaz.  Une contribution négligeable à la lutte contre le "changement climatique" étant donné la contribution dérisoire du Canada, qui est de 1,6 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES).  Ils ont également signé sur la ligne pointillée en l'absence de tout débat national sur l'accord - aucune voix de l'opposition n'a pu être entendue.  Faut-il s'étonner que le gouvernement libéral de l'époque se retrouve à présider à la disparition de tout le secteur énergétique du pays?  En effet, le gouvernement actuel a tellement bien réussi à contrecarrer les progrès dans le dossier de l'énergie que des entreprises, comme Teck, prennent sur elles de renoncer aux investissements prévus.  Quel coup de chance!  Le gouvernement peut maintenant les blâmer pour le chaos qui règne dans le secteur pétrolier!

 

 

De la même manière, le Canada a renoncé à une grande partie de sa capacité à contrôler son propre destin lorsqu'il a signé la Déclaration des Nations unies sur les peuples autochtones (UNDRIP) en 2016.  Cet instrument international, tout comme l'accord de Paris, a été conçu comme étant de nature ambitieuse et juridiquement non contraignante.  Il s'agit bien entendu d'un véritable cauchemar, car les tribunaux Canadiens prennent à cœur ces signatures sur la scène internationale et les utilisent pour éclairer leurs décisions en la matière.  Comme l'Accord de Paris, l'UNDRIP a été signée sans grand débat national et a été présentée comme une initiative de compassion plutôt que comme une initiative qui devait être évaluée sur ses mérites.  En outre, l'UNDRIP est particulièrement inquiétante du point de vue de la souveraineté nationale, car elle détaille cela:

 

  • Le Canada est responsable devant les autorités et les lois internationales dans ses relations avec les communautés autochtones Canadiennes;
     

  • Les communautés autochtones peuvent se prévaloir des instruments internationaux dans la poursuite de leur propre autodétermination, même si leurs droits collectifs en tant que peuple sont reconnus.  Elles sont des citoyens à part entière et bénéficient de droits et d'un statut spécial à cet égard;
     

  • Le Canada ne peut avoir d'impact sur les communautés autochtones sur le plan législatif ou administratif sans le consentement libre, préalable et éclairé de ces mêmes communautés;
     

  • Les communautés autochtones ont la seule autorité pour concevoir des structures organisationnelles et des institutions décisionnelles qui parlent en leur nom;
     

  • Le Canada est responsable de leur bien-être et de l'amélioration de celui des communautés indigènes;
     

  • le Canada exige le consentement libre et éclairé des communautés autochtones avant l'approbation de tout projet affectant leurs terres ou territoires et autres ressources; et
     

  • Les peuples autochtones ont le droit de posséder, d'utiliser, de développer et de contrôler les terres, territoires et ressources qu'ils possèdent en raison de leur propriété traditionnelle ou d'une autre occupation ou utilisation traditionnelle, ainsi que ceux qu'ils ont acquis d'une autre manière.

 

Il va sans dire que la signification de l'expression "consentement préalable, libre et éclairé" devra être déterminée par la Cour suprême du Canada.  Ce sera le cas puisque l'appel des décisions qui vont à l'encontre des souhaits des autochtones sera entièrement financé.  Compte tenu des expériences passées qui ont vu cette cour statuer en faveur des collectifs, il serait absurde de supposer que le "consentement" ne sera pas interprété par les suprêmes comme donnant à ce "groupe identifiable" un "veto" sur les intérêts nationaux.

 

Ceci, plus la capacité des communautés indigènes à s'organiser à leur guise à des fins de représentation, met en jeu la dynamique "allez me chercher un caillou" qui a une capacité démontrée à détourner la volonté nationale et à paralyser le pays.  Ces possibilités très réelles se concrétisent dès maintenant alors que les infrastructures et la sécurité nationales sont menacées par des bandes de voyous organisés.

 

Aujourd'hui plus que jamais, il est évident que l'Accord de Paris, qui écrase la souveraineté, et les initiatives de l'UNDRIP ont besoin d'un débat national.  Un débat qui ne soit pas limité par des notions politiquement correctes et des signaux de vertu et qui puisse conduire à "s'éloigner" de ces deux déclarations.  Après tout, la nation est déchirée par des opportunistes qui les utilisent pour faire avancer des programmes égoïstes - des programmes qui ne sont ni dans l'intérêt national ni dans l'intérêt de la communauté indigène.

 

Merci pour votre soutien continu

 

Votre parrainage fait toute la différence dans la capacité du C3RF à informer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens.  Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité.  Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre.  Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités caritatives lorsque cela est possible.  Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

 

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

 

 

 

Major Russ Cooper (retraité)
Coprésident C3RF

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter