C3RF Member Update - 04 Sept, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas
Consider! The case of free speech warrior Daniel Bordman

Of “resets” and secrecy

Last week’s update drew attention to the Canadian federal government’s cynical plans to effect a massive economic “reset” of the national economy. This “reset” is leveraged by the worldwide Wuhan virus crisis and follows a similar call for related global measures by none other than the World Economic Forum (WEF). The “reset”, according to our new Finance Minister Chrystia Freeland, needs to be “green” in nature and must be entered into at the earliest opportunity. So critical is its initiation that time cannot be wasted on a cost/ benefit analysis let alone a public debate. Cynicism abounds as the proposal will be introduced as a fait accompli in a Throne Speech after an extended period of both the suspension and then prorogation of our parliamentary democracy. One wonders, how can such a nation-changing “reset” of the whole economy merit so little discussion? Are we being pressured into a scheme that we’d never consider in the full light of day? What does this “reset” entail anyway?

Preliminary Report by the “Task Force for a Resilient Recovery”

If one wants to understand where the Throne Speech will go one would be well advised to consult the Preliminary Report by the Task Force for a Resilient Recovery. The fact that one of its authors is none other than Prime Minister Trudeau’s former Chief of Staff, Gerald Butts, is an excellent indicator of the careful attention it will likely receive from federal decision-makers. The Report is remarkable given the following:

  • none of its co-authors has a background in the business of producing things with few, if any, ever being responsible for making a payroll;

  • the term “resilient” is used dozens of times to describe desired economic outcomes but is never defined;

  • initiatives are based on five-year planning cycles – in much the same way the Soviet Union used “five year plans” to meet specified quotas and to kickstart economic activity. Unfortunately, the Soviet experience with such plans saw a drastic fall in consumer goods and the death of millions;

  • its major foundational assumption prioritizes climate and environmental policies over arresting and reversing the unprecedented economic decline associated with the deliberate lockdown of the Canadian economy (p 8);

  • the five “bold moves” promulgated by the report involve $50 billion in federal spending over the initial five years (p 13). These “moves” concentrate heavily on making sea-change transformations in the nation’s energy sector and rely on a mix of public and private funding. In the case of the latter, private investment appears to be incentivized through regulation in the form of building codes (pp 18, 22) or subsidies in the form of “targeted incentives” (pp 21, 24, 26, 27, 28, 29, 31, 32, 33, 34, 38) rather than a demand-driven return on investment; and

  • the “resilient economy” is more resilient for some than others as it is biased in favour of certain communities when it comes to investment and training. These include the indigenous, women and youth groups (pp 7, 16, 19).

It appears that Canada’s new “resilient economy” will be heavily dependant on regulation and subsidies to bring it into existence. This is not without precedent on the Canadian scene as witnessed by Ontario’s experience with the disaster that was its “Green Energy Act” of 2009. It is noteworthy that this Act resulted in repressive efforts and taxes to keep it afloat with the good citizens of Ontario being blamed for its shortfalls. Indeed, the Premier of Ontario, Kathleen Wynne, accusing them of being “bad actors” for continually maligning her environmental policies. Repression, blame and penury, is this what Canadians have to look forward to with the new “resilient economy” being shoved down their unsuspecting throats? Why does Prime Minister Trudeau feel compelled to go down this path? Is it the only one available?

What’s with this “entropy” thing?

Resiliency may be a new notion for Canadians when it comes to the economy but it has been percolating in the Prime Minister’s mind for at least a few years now. Case in point is a panel discussion from nearly two years ago when he stated that diversity is a form of “entropy”. This, he inferred, was a good thing as the spread of new migrants throughout Canada brought more and better ideas into the country and made it more “resilient”. In using the term “entropy”, he was regurgitating the longstanding leftist conviction that the world-at-large can be described in terms of the second law of thermodynamics. This law states that energy transfer within an isolated system is irreversible and will always lead to greater disorder or “entropy”. Energy will be dispersed throughout the system until there is equilibrium and entropy is at its maximum. Applying this line of thinking to the world-at-large leads to viewing the planet as a closed system whose finite resources are irretrievably lost once exploited. Accordingly, Prime Minister Trudeau may see “entropy” as a good thing when it comes to “diversity” but most assuredly sees it in the negative sense when it comes to the need to husband the earth’s limited reserves and establish a sustainable equilibrium with the environment.

The problem, as noted by author Matthew Ehret, is that this entropic view of the world has been amalgamated with the relatively new scientific religion founded by Darwin’s “natural selection” theory of evolution and the differentiation of species. The resulting methods of “scientific management” and “systems analysis” embraced the rule of the strong over the weak and jump-started the “science” of eugenics. This new “science”, in conjunction with the entropic view of the world, would go on to inform population control or “Malthusian eugenics masquerading as ‘environmentalism’, or the ‘science’ of saving nature from civilization”. It would also go on to fuel fascism, Nazism and Marxism as it became clear that the apportionment of limited and critical resources needed to be made centrally by a strong man or by elite oligarchs. After all, who could trust the decentralized machinations of the peasant class to deal with such decisions? In the British Empire of the mid-nineteenth century and to this day, these musings would be taught to young, hand-picked acolytes in institutions inspired by elitist ideologies like those associated with Fabian Socialism and Marxism. In the case of Fabian Socialism, these institutions include the London School of Economics and the Rhodes Trust and its related scholarship program.

Is elitism, oppression and resiliency the only way to go?

Our new Finance Minister and Rhodes scholar, Chrystia Freeland, most certainly maintains the entropic view of Canada’s economic prospects as she calls for both the greening and the de-carbonization of the country. This view has long been the case in a Canada ruled by an inordinate fear of innovative expansion and creativity. This mindset can be seen to have had its start with a London School of Economics graduate, Pierre Elliot Trudeau, when he won the Prime Minister’s office in 1968. Prior to this the nation was in the business of proving its seventh Prime Minister, Sir Wilfrid Laurier, correct when, in 1904, he stated that, “The Twentieth Century belongs to Canada”. Accordingly, Canada fought its way onto the world’s stage with its outsized WWI efforts before it manufactured its way into becoming a military powerhouse in WWII. These accomplishments were followed in quick order by a building boom that saw nation-shaping, mega projects like the Trans Canada Pipeline, the Trans Canada highway, the St Lawrence Seaway and the opening up of the north through the construction of the Distant Early and Mid-Canada Warning Lines. Clearly, there was a time when Canada saw itself operating in an open, anti-entropic system and fully capable of controlling its own destiny. A Canada that consulted its citizens as it did so and not unelected elites from global or imperial institutions.

Another way of looking at economic systems is through the lens of Energy Flux Density (EFD). This concept defines the energy flux density of an economy as the rate of energy use per person per unit area of the economy as a whole. In an ancient, pre-fire civilization this would be 100 watts or the labour output of one man. In wood, coal and petroleum burning economies it would be 3000, 5000 and 10,000 watts per capita. In the case of nuclear fission technology, if it was allowed to be widely used, this number would double again to 20,000 watts per capita. This approach to economics, unlike the oligarchical entropic vision, sees the world as unbounded and open to the one thing that the elite, central planners fail to take into consideration. They fail to reconcile the fact that men and women are sentient beings capable of innovation and creativity – especially when it comes to the pursuit of their own happiness and self interests. Seen in this light, the “resilient economy” proposed by Trudeau, Butts and company is better suited for donkeys than the good and resourceful people of Canada.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF

Version française
Considérer! Le cas du combattant de la liberté d'expression Daniel Bordman
De la "réinitialisation" et du secret

La mise à jour de la semaine dernière a attiré l'attention sur les plans cyniques du gouvernement fédéral canadien visant à effectuer une «réinitialisation» massive de l'économie nationale. Cette «réinitialisation» est favorisée par la crise mondiale du virus de Wuhan et fait suite à un appel similaire en faveur de mesures mondiales connexes lancé par nul autre que le Forum économique mondial (FEM). Selon notre nouvelle ministre des finances, Chrystia Freeland, la «réinitialisation» doit être «verte» par nature et doit être entreprise le plus tôt possible. Son lancement est si crucial qu'il ne faut pas perdre de temps à faire une analyse coûts/bénéfices et évidemment oublions un débat public. Le cynisme abonde car la proposition sera introduite comme un fait accompli dans un Discours du Trône après une période prolongée de suspension et de prorogation de notre démocratie parlementaire. On peut se demander comment une telle «remise à zéro» de l'ensemble de l'économie peut mériter si peu de discussions. Sommes-nous contraints de mettre en place un projet sans que nous puissions l'examiner à la lumière du jour? Et qu'implique donc cette «réinitialisation»?

Rapport préliminaire du «groupe de travail pour une reprise économique résiliente»

Si l'on veut comprendre où le discours du Trône va nous mener, il serait bon de consulter le rapport préliminaire du groupe de travail pour une reprise économique résiliente. Le fait que l'un de ses auteurs n'est nul autre que l'ancien chef de cabinet du Premier ministre Trudeau, Gerald Butts, est un excellent indicateur de l'attention minutieuse qu'il recevra probablement de la part des dirigeants fédéraux. Le rapport est remarquable compte tenu de ce qui suit:

  • aucun de ses co-auteurs n'a une expérience dans le domaine de la production économique, et peu d'entre eux, voire aucun, n'ont jamais été responsables de la rénumération de salariés;

  • le terme « résilient » est utilisé des dizaines de fois pour décrire les résultats économiques souhaités mais n'est jamais défini;

  • Les initiatives sont basées sur des cycles de planification quinquennaux - de la même manière que l'Union soviétique utilisait des «plans quinquennaux» pour respecter des quotas précis et pour relancer l'activité économique. Malheureusement, l'expérience soviétique avec de tels plans a vu une chute drastique des biens de consommation et la mort de millions de personnes;

  • sa principale hypothèse de base donne la priorité aux politiques climatiques et environnementales plutôt qu'à l'arrêt et au renversement du déclin économique sans précédent associé au blocage délibéré de l'économie canadienne (p. 8);

  • les cinq «mesures audacieuses» promulguées par le rapport impliquent 50 milliards de dollars de dépenses fédérales sur les cinq premières années (p. 13). Ces «mesures» se concentrent essentiellement sur la transformation en profondeur du secteur énergétique national et reposent sur un mélange de financement public et privé. Dans le cas de ce dernier, l'investissement privé semble être encouragé par la réglementation sous la forme de codes de construction (p. 18, 22) ou de subventions sous la forme d' «incitations ciblées» (p. 21, 24, 26, 27, 28, 29, 31, 32, 33, 34, 38) plutôt que par un retour sur investissement déterminé par l'offre et la demande; et

  • l' «économie résiliente» est plus résistante pour certains que pour d'autres car elle est biaisée en faveur de certaines communautés en matière d'investissement et de formation. Il s'agit notamment des groupes autochtones, des femmes et des jeunes (p. 7, 16, 19).

Il semble que la mise en place de la nouvelle «économie résiliente» du Canada dépendra fortement de la réglementation et des subventions. Ce n'est pas sans précédent sur la scène canadienne, comme en témoigne l'expérience de l'Ontario avec la catastrophe que fut sa "loi sur l'énergie verte" de 2009. Il convient de noter que cette loi a donné lieu à des actes répressifs et à des taxes pour la maintenir à flot, les bons citoyens de l'Ontario étant blâmés pour ses insuffisances. En effet, la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a accusé ses concitoyens d'être de «mauvaise foi» pour avoir continuellement calomnié ses politiques environnementales. Répression, blâme et misère, est-ce à cela que les Canadiens doivent s'attendre avec la nouvelle «économie résiliente» qu'on leur enfonce dans la gorge comme des oies gavées? Pourquoi le Premier ministre Trudeau se sent-il obligé de suivre cette voie? Est-ce la seule disponible?

C'est quoi cette histoire d '«entropie»?

La résilience est peut-être une notion nouvelle pour les Canadiens en matière d'économie, mais elle germe dans l'esprit du Premier ministre depuis au moins quelques années. Un exemple est la table ronde, il y a près de deux ans, où il a déclaré que la diversité est une forme d '«entropie». Il en a déduit que c'était une bonne chose, car l'arrivée de nouveaux migrants dans tout le Canada nous a enrichi par leurs nouvelles et meilleures idées et l'a rendu plus «résilient». En utilisant le terme «entropie», il régurgitait la conviction gauchiste de longue date selon laquelle le monde dans son ensemble peut être décrit en termes de la deuxième loi de la thermodynamique. Cette loi stipule que le transfert d'énergie au sein d'un système isolé est irréversible et entraînera toujours un plus grand désordre ou «entropie». L'énergie sera dispersée dans tout le système jusqu'à ce qu'il y ait équilibre et que l'entropie soit à son maximum. Appliquer cette ligne de pensée au monde dans son ensemble conduit à considérer la planète comme un système fermé dont les ressources finies sont irrémédiablement perdues une fois exploitées. En conséquence, le Premier Ministre Trudeau peut considérer l' «entropie» comme une bonne chose lorsqu'il s'agit de «diversité», mais il la voit assurément dans le sens négatif lorsqu'il s'agit de la nécessité de gérer les réserves limitées de la terre et d'établir un équilibre durable avec l'environnement.

​​Le problème, comme le fait remarquer l'auteur Matthew Ehret, est que cette vision entropique du monde a été amalgamée à la religion scientifique relativement nouvelle fondée sur la théorie de l'évolution et de la différenciation des espèces de Darwin, la «sélection naturelle». Les méthodes de «gestion scientifique» et d' «analyse des systèmes» qui en ont résulté ont embrassé la règle du plus fort sur le plus faible et nous ont donné la "science" de l'eugénisme. Cette nouvelle «science», en conjonction avec la vision entropique du monde, allait ensuite dicter le contrôle des populations ou «l'eugénisme malthusien déguisé en "environnementalisme", ou la "science" de la sauvegarde de la nature de la civilisation». Elle a également alimenté le fascisme, le nazisme et le marxisme, lorsqu'il est apparu clairement que la répartition des ressources limitées et essentielles devait être faites par une dictature centralisée ou par des élites oligarchiques. Après tout, qui pouvait faire confiance aux piètres desseins décentralisées de la classe paysanne pour gérer de telles décisions? Dans l'Empire britannique du milieu du XIXe siècle et jusqu'à aujourd'hui, ces réflexions furent enseignées à de jeunes «prêtres» triés sur le volet dans des institutions inspirées par des idéologies élitistes comme celles associées au socialisme et au marxisme fabiens. Dans le cas du socialisme fabien, ces institutions comprennent la London School of Economics et le Rhodes Trust et son programme de bourses d'études.

L'élitisme, l'oppression et la résilience sont-ils la seule voie à suivre?

Notre nouvelle ministre des finances et boursière Rhodes, Chrystia Freeland, maintient très certainement la vision entropique des perspectives économiques du Canada, car elle appelle à la fois à l'écologisation et à la décarbonisation du pays. Cette vision est depuis longtemps celle d'un Canada régi par une peur démesurée de l'expansion et de la créativité en matière d'innovation. On peut voir que cet état d'esprit a commencé avec un diplômé de la London School of Economics, Pierre Elliot Trudeau, lorsqu'il devint Premier ministre en 1968. Avant cela, la nation tendait à prouver que son septième Premier ministre, Sir Wilfrid Laurier, avait eu raison lorsqu'en 1904, il déclara que «le XXe siècle appartient au Canada». En conséquence, le Canada s'est frayé un chemin sur la scène mondiale grâce à ses efforts démesurés durant la Première Guerre mondiale avant de devenir une puissance militaire durant la Seconde Guerre mondiale. Ces réalisations furent rapidement suivies d'un boom de la construction qui a vu la naissance de méga-projets comme le pipeline transcanadien, l'autoroute transcanadienne, la voie maritime du Saint-Laurent et l'ouverture du nord par la construction des «Distant Early and Mid-Canada Warning Lines». Il est clair qu'à une certaine époque, le Canada se voyait fonctionner dans un système ouvert, anti-entropique et pleinement capable de contrôler son propre destin. Un Canada qui consultait ses citoyens et non des élites non élues des institutions mondiales ou impériales.

Une autre façon d'envisager les systèmes économiques est d'adopter la perspective de la densité de flux énergétique (DFE). Ce concept définit la densité du flux énergétique d'une économie comme le taux d'utilisation de l'énergie par personne par unité de surface de l'économie dans son ensemble. Dans une ancienne civilisation avant l'invention du feu, ce taux était de 100 watts, soit la production de travail d'un homme. Dans les économies fondées sur la combustion du bois, du charbon et du pétrole, elle serait respectivement de 3 000, 5 000 et 10 000 watts par habitant. Dans le cas de la technologie de la fission nucléaire, si elle était largement utilisée, ce chiffre doublerait encore pour atteindre 20 000 watts par habitant. Cette approche de l'économie, contrairement à la vision entropique oligarchique, considère le monde comme illimité et ouvert à la seule chose que les élites oligarchiques, les planificateurs centraux ne prennent pas en considération. Ils ne parviennent pas à concilier le fait que les hommes et les femmes sont des êtres sensibles, capables d'innovation et de créativité - en particulier lorsqu'il s'agit de la poursuite de leur propre bonheur et de leurs intérêts personnels. Vu sous cet angle, l' «économie résiliente» proposée par Trudeau, Butts et compagnie convient mieux aux ânes qu'aux gens bons et ingénieux du Canada.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon