C3RF Member Update - 30 Oct, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas

The sad case of Abdirahman Abdi – “systemic racism”?


The cat was set amongst the pigeons last week when judge Robert Kelly from the Ontario Court of Justice ruled in the case of Constable Daniel Montsion. Constable Montsion, from the Ottawa Police Service (OPS), had been charged in the 24 July, 2016 death of Abdirahman Abdi and was found by the judge to be innocent of the charges of manslaughter, aggravated assault and assault with a weapon (in the form of tactical gloves). The problem is, Mr. Abdi was an unarmed black man who happened to lose his life in an encounter with a white police officer. Accusatory calls of “systemic racism” within the Canadian judicial and police systems arose immediately and to a deafening level. Hundreds rallied on the heels of the decision and marched towards Parliament Hill issuing demands and stopping traffic as they went. Their demands included the:

  • freezing of OPS budgets;

  • re-directing of related funding to health and social service agencies;

  • firing of “demonstrably racist” and violent officers such as Constable Montsion;

  • initiation of exemptions to the Ontario Police Services Act so that the City of Ottawa might take more control over its police force; and

  • instituting an alternative to the use of police to deal with situations involving the mentally ill.

The mayor of the City of Ottawa, Jim Watson, lent credence to the demands and the Black Lives Matter movement when he stated, in an official news release, that he supported the efforts of the latter in addressing “disproportionate violence” and “police use of force” against black populations. It would seem that the Black Lives Matter mantra of “systemic racism” across Western societies and within related police forces, including those of the City of Ottawa, had been accepted lock, stock and barrel by the authorities of the day. But did the confrontation between Abdirahman Abdi and Constable Montsion merit the charges of “systemic racism”?

A deadly journey


On the morning of 24 July, 2016, in the Hintonburg area of Ottawa, Abdirahman Abdi would make a final journey from the Bridgehead Coffee Shop to his home address at 55 Hilda Street. He would succumb to heart failure at its conclusion. The journey was intense and fully chronicled in Judge Robert Kelly’s related, written decision. It began with Mr. Abdi committing no less than four sexual assaults as reported by victims and eye witnesses. One was on a woman in her car across from the coffee shop, another two involved women in the shop itself and a fourth was on a mother outside the shop as she strolled by a set of bicycle racks with her child and carriage. So physical and horrifying was one of the attacks that the victim is reported to be terrorized by it to this day. Mr. Abdi was characterized as a man of “superhuman strength” by those who came into contact with him including Constable Weir - the first police officer on the scene. Mr. Abdi would resist Constable Weir’s initial attempts to arrest him and would lead him on a foot chase to his abode at 55 Hilda Street.

Constable Montsion would arrive at 55 Hilda to assist a Constable Weir who was still trying to arrest Mr. Abdi and was quickly “running out of gas”. As he travelled to the scene, he would have been informed by radio calls that:

  • he was dealing with an escalated situation involving attacks on several people;

  • another officer was in pursuit and had had things thrown at him;

  • the pursuing officer had employed pepper spray with no effect;

  • the suspect had superhuman strength; and

  • the suspect was thought to have mental health issues.

These aspects of the situation would be confirmed upon his arrival when he saw Mr. Abdi resisting Constable Weir’s futile attempts to bring him under control. Montsion would enter the fray and systematically apply punches to the head and torso to help bring Mr. Abdi down to the ground. These were followed by further punches to the back of the upper thighs and left side of Mr. Abdi’s face as he acted in consonance with Constable Weir to secure the suspect with handcuffs. All of these efforts were described as “coordinated” and representative of a reasonable escalation of force as it was required.


In assessing the guilt or innocence of Constable Montsion on the three charges assigned, Judge Kelly deduced there were three issues at hand that touched upon them all:

  • was his conduct unlawful or criminally negligent;

  • did he cause the fractures and lacerations to Mr. Abdi’s nose; and

  • did he cause Mr. Abdi’s death.

He went on to comprehensively distill the eye witness, expert and factual evidence available all the while displaying highly developed analytical skills. In accordance with centuries-old “rule of law” concepts, he noted that the burden of proof in such criminal matters rested with the Crown and that such proofs needed to satisfy the “beyond reasonable doubt” standard. He did not find the prosecution to be successful in meeting these standards and noted that Constable Montsion’s actions could be seen to be in line with his training and delegated authority. He also noted that Mr. Abdi did suffer from a “psychotic illness”, was off of his medication and suffered from considerable heart issues that put him at immediate risk given any physical exertion. Additionally, he found that the gloves used by Constable Montsion were issued by his supervisor and were not weighted or weaponized in any fashion as widely assumed. He acquitted Constable Montsion on all counts.

“Systemic racism” or the rule of law?


Charges of “systemic racism” in the Canadian judicial system, as claimed by many on the heels of the Montsion acquittals, infers that the concepts of equality before the law and the treatment of citizens in accordance with the “fundamental principles of justice” have been superseded by the colour of one’s skin. This would be more than a shame as the concepts are well established in Canadian jurisprudence and come to us through eons of Judeo-Christian ethics, Greek democracy, Roman law, a 13th century Magna Carta and its 17th century re-invention and, most recently, our own Charter of individual rights and freedoms. It is clear from Judge Kelly’s decision in the Montsion case that “systemic racism” is not the order of the day – neither in the conduct of related judicial proceedings nor in the actions of Constable Montsion. Indeed, the idea that “systemic racism” is in play in this case is further confounded by the fact that the Constable will very likely face similar charges in civil actions. These proceedings will feature a lowering of the standard of proof from “beyond a reasonable doubt” to a “balance of probabilities”. With this in mind and in all fairness, those who claim “systemic racism” need to be challenged to define just what they mean even as they provide comprehensive and supporting data and evidence to justify the claim. After all, available data in the American context would indicate otherwise while Canadian data is “not readily available for public consumption”.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Le triste cas d'Abdirahman Abdi - «racisme systémique»?


Un pavé fut jeté dans la mare la semaine dernière lorsque le juge Robert Kelly de la Cour de Justice de l'Ontario a statué dans l'affaire du gendarme Daniel Montsion. L'agent Montsion, du service de police d'Ottawa, avait été accusé du décès d'Abdirahman Abdi le 24 juillet 2016 et a été déclaré innocent par le juge des accusations d'homicide involontaire, de voies de fait graves et d'agression armée (sous forme de gants tactiques). Le problème est que M. Abdi était un homme noir non armé qui a perdu la vie lors d'une rencontre avec un officier de police blanc. Des accusations de «racisme systémique» au sein des systèmes judiciaire et policier canadiens ont immédiatement été lancées, à un niveau assourdissant. Des centaines de personnes se sont ralliées contre la décision et ont marché vers la colline parlementaire en formulant des revendications et en arrêtant la circulation. Parmi leurs demandes figurait:

  • le gel des budgets du service policier d'Ottawa;

  • la réorientation du financement vers les agences de santé et de services sociaux;

  • le licenciement d'agents «manifestement racistes» et violents tels que l'agent Montsion;

  • l'introduction d'exemptions à la loi sur les services de police de l'Ontario afin que la ville d'Ottawa puisse exercer un contrôle accru sur ses forces de police; et

  • l'instauration d'une alternative au recours à la police pour traiter les situations impliquant des malades mentaux.

Le maire de la ville d'Ottawa, Jim Watson, a accordé du crédit aux revendications et au mouvement Black Lives Matter lorsqu'il a déclaré, dans un communiqué de presse officiel, qu'il soutenait les efforts de ce dernier pour faire face à la «violence disproportionnée» et à «l'usage de la force par la police» contre les populations noires. Il semblerait que le mantra de «Black Lives Matter» du «racisme systémique» dans les sociétés occidentales et au sein des forces de police, y compris celles de la ville d'Ottawa, ait été accepté tel quel par les autorités. Mais l'affrontement entre Abdirahman Abdi et l'agent Montsion méritait-il d'être accusé de «racisme systémique»?

Un voyage mortel


Le matin du 24 juillet 2016, dans le quartier de Hintonburg à Ottawa, Abdirahman Abdi fera un dernier voyage du Bridgehead Coffee Shop à son domicile au 55 Hilda Street. Il succombera à une défaillance cardiaque à la fin de son voyage. Ce voyage fut intense et entièrement décrit dans la décision écrite du juge Robert Kelly. Elle commence par une description de la perpétration par M. Abdi de pas moins de quatre agressions sexuelles telles que rapportées par les victimes et les témoins oculaires. L'une d'entre elles concernait une femme dans sa voiture en face du café, deux autres impliquaient des femmes dans le magasin lui-même et une quatrième concernait une mère à l'extérieur du magasin alors qu'elle se promenait près d'un ensemble de supports à bicyclettes avec son enfant et son carrosse. L'un des attentats a été si physique et si horrible que la victime en serait terrorisée jusqu'à ce jour. M. Abdi a été qualifié d'homme d'une «force surhumaine» par ceux qui sont entrés en contact avec lui, y compris l'agent Weir - le premier policier présent sur les lieux. M. Abdi a résisté aux premières tentatives d'arrestation de l'agent Weir qui l'a poursuivi à pied jusqu'à son domicile au 55 Hilda Street.

L'agent de police Montsion arrivait au 55 Hilda pour aider l'agent Weir qui essayait toujours d'arrêter M. Abdi et qui était rapidement «à court de souffle». En se rendant sur les lieux, il aurait été informé par des appels radio:

  • il était confronté à une situation d'escalade impliquant des attaques sur plusieurs personnes;

  • un autre agent était à sa poursuite et s'était fait jeter des objets;

  • l'officier poursuivant avait utilisé du gaz poivré sans effet;

  • le suspect avait une force surhumaine; et

  • on pensait que le suspect avait des problèmes de santé mentale.

Ces aspects de la situation seront confirmés à son arrivée lorsqu'il verra M. Abdi résister aux tentatives futiles de l'agent Weir pour le maîtriser. Montsion s'en est mêlé et donna systématiquement des coups de poing à la tête et au torse pour aider à faire tomber M. Abdi au sol. Ces coups étaient suivis d'autres coups de poing à l'arrière des cuisses et sur le côté gauche du visage de M. Abdi. Montsion agissait avec l'agent Weir pour menotter le suspect. Tous ces efforts ont été décrits comme étant «coordonnés» et représentatifs d'une escalade raisonnable de la force nécessaire.


En évaluant la culpabilité ou l'innocence de l'agent Montsion sur les trois chefs d'accusation qui lui ont été attribués, le juge Kelly a déduit qu'il y avait trois questions en jeu qui les touchaient toutes:

  • son comportement était illégal ou sa négligence criminelle;

  • a-t-il causé les fractures et les lacérations du nez de M. Abdi; et

  • a-t-il causé la mort de M. Abdi.

Il a ensuite distillé de manière exhaustive les témoignages oculaires, les expertises et les preuves factuelles disponibles tout en faisant preuve de compétences analytiques très développées. Conformément aux concepts anciens d'un «état de droit», il a fait remarquer que la charge de la preuve dans ces affaires pénales incombait au ministère public et que ces preuves devaient satisfaire au critère «au-delà de tout doute raisonnable». Il a estimé que l'accusation n'avait pas réussi à respecter ces normes et a noté que les actions de l'agent Montsion pouvaient être considérées comme conformes à sa formation et à l'autorité qui lui avait été déléguée. Il a également fait remarquer que M. Abdi souffrait d'une «psychose», qu'il ne prenait plus ses médicaments et qu'il souffrait de problèmes cardiaques considérables qui le mettaient en danger immédiat en cas d'effort physique. En outre, il a constaté que les gants utilisés par l'agent Montsion avaient été fournis par son supérieur et n'étaient pas lestés ou armés de quelque manière que ce soit, comme on le suppose généralement. Il a acquitté l'agent Montsion de tous les chefs d'accusation.

«Racisme systémique» ou État de droit?


Les accusations de «racisme systémique» dans le système judiciaire canadien, comme l'ont affirmé de nombreuses personnes à la suite de l'acquittement de Montsion, laissent entendre que les concepts d'égalité devant la loi et de traitement des citoyens conformément aux «principes fondamentaux de la justice» ont été supplantés par la couleur de la peau. Ce serait plus que dommage car ces concepts sont bien établis dans la jurisprudence canadienne et nous sont parvenus à travers des éons d'éthique judéo-chrétienne, de démocratie grecque, de droit romain, d'une Magna Carta du 13e siècle et de sa réinvention au 17e siècle et, plus récemment, de notre propre Charte des droits et libertés individuels. Il ressort clairement de la décision du juge Kelly dans l'affaire Montsion que le «racisme systémique» n'est pas à l'ordre du jour - ni dans la conduite des procédures judiciaires ni dans les actions de l'agent Montsion. En effet, l'idée que le «racisme systémique» est en jeu dans cette affaire est d'autant plus confuse que l'agent sera très probablement confronté à des accusations similaires dans des actions civiles. Ces procédures se caractériseront par un abaissement de la norme de preuve à la «prépondérance des probabilités». Dans cet esprit et en toute équité, ceux qui prétendent être victimes de «racisme systémique» doivent être mis au défi de définir exactement ce qu'ils entendent par là, même s'ils fournissent des données et des preuves complètes et justificatives pour justifier leur affirmation. Après tout, les données disponibles dans le contexte américain indiqueraient le contraire alors que les données canadiennes ne sont «pas facilement disponibles pour le public».

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon