C3RF Member Update - 4 Dec, 2020


Canadian Citizens for Charter Rights & Freedoms

Remarque! La version française suit un peu plus bas

Wuhan virus fatigue?


Last week’s update questioned the narrative that would have us believe that “we are all in this together” when it comes to the hardships associated with the Wuhan virus. It was quickly dismantled when it was noted that one class of citizens, “the gentry”, were free to navigate the landscape associated with the Wuhan virus “new normal” without fear of job or pay loss. Meanwhile the other citizen group, in the form of “the non-essentials”, were made to suffer social and economic dislocation even as their civil liberties were crushed. The demarcations between the two groups now stands to grow exponentially as a “second wave” of the Wuhan virus is declared and governments move to employ the full measure of their assumed emergency powers. This time, however, there is no unanimous acceptance by the “non-essentials” to endure yet another round of punishment in the name of the common good. Indeed, many have hit the streets in protest as others refuse to close their businesses for fear of starving their families. The “gentry” class say that such irreverence is due to Wuhan virus fatigue and we just need to stick it out a bit longer. After all, clamping down on the heels of the first wave back in the spring was successful and all we have to do now is repeat the effort. Fatigue is our new enemy in the fight against the contagion – or is it?

The “non-essentials” can be forgiven for experiencing fatigue as they have well and truly been beaten down by brutal emergency measures. One case in point that has made itself known over the past few days is that of an elderly woman who has requested, and received, permission to avail herself of a medically assisted death. She argued that she couldn’t go through the loneliness and despair she experienced as a long-term care resident during the first lockdown. Faced with yet another lockdown, she pleaded for mercy and was granted her request. In a twisted quirk of logic, she was permitted the companionship of her family at her voluntary death – the same companionship that they were prepared to deny her had chosen to live on. Given such pitiless outcomes in combination with all of the cruel punishments visited upon the “non-essentials”, is it really all about “fatigue” or is it something more? Something like a distrust of the methods being employed and of those who have chosen to employ them?

An awakening?


The fact that “fatigue” is not at the heart of the non-compliance of the “non-essentials” when it comes to the Wuhan virus is demonstrated by the vigour of their opposition. Witness the growing number of protests across the nation and worldwide in countries like Germany and France. Add to this the backtracking of organizations like the WHO, a former supporter of the lockdown concept, who now says the measure is counterproductive and harmful. At the individual level we are now also seeing courageous acts of defiance by small business owners as they try desperately to stay afloat and keep food on their tables. Prime among these is Adam Skelly, a BBQ restaurant owner, who now faces 13 criminal charges for refusing to shut his business down. He was swamped by Toronto Police Services for his efforts, thrown in jail and only released once he was gagged and prohibited from using social media to progress his cause. This did not go unnoticed by an alarmed public who definitively sided with the BBQ owner – so much so that his Go Fund Me page reached several hundred thousand dollars within days of his incarceration. At the group level and of great interest, we are actually beginning to see religious organizations coming out of the cold to declare the need to secure the fundamental, individual rights that are rapidly being stripped. And so, we see Pastor Aaron Rock assert that the Christian commitment to respect civil authority is not unconditional. And so, we see the leader of the Christian Heritage Party, Rod Taylor, declare that these same rights and freedoms need to be used lest they be lost forever.

The plight of Mr. Skelly has obviously struck a chord with rank and file “non-essentials”. It is quite remarkable, however, to see it hit a nerve with some in the gentry class - including our political leaders. Such was the case with independent, Ontario MPP Randy Hillier who had the audacity to organize an anti-lockdown protest at Queen’s Park in Toronto. He was collared and charged with violating the “Reopening Ontario Act” and is now scheduled to appear in court on 07 January 2021. As an opposition Member of Provincial Parliament and a steadfast thorn in the side of his former Progressive Conservative Party, it is hard not to see his persecution as being political in nature. As it stands now, he is staring down the barrel of a $100,000 fine and/ or a year in prison. Isn’t this what they do to the political opposition in China? Venezuela? When one considers that police services are so prone to taking down anti-lockdown protesters and errant churchgoers but so lax when it comes to dealing with those who burn, loot and murder in the name of race relations, are we dealing with a bias that does not merit trust?

A matter of trust


As stated previously, the non-essentials can’t be blamed for lacking trust in both the methods being employed to “crush” the Wuhan virus and the leaders who are so dead-set on employing them. After all, wasn’t it known science prior to the advent of the Wuhan virus that viruses just can’t be crushed? Viruses do what viruses do and they will work their way through a population regardless of whether or not the people hide in their cellars – they will just take longer to do it. These same doubters of the science of 2020 also wonder how, if lockdowns work, the first shutdown of our economy and society last winter only resulted in the need for a second as this winter approaches. Indeed, if anything it seems that the virus is more corelated with the weather than it is with any attempt to hide from it. They also note that the numbers they are being fed continually change and seem to highlight those that are capable of generating panic in the given moment. How is it that last winter we were plied with accumulating numbers of deaths while this winter it’s all about the number of cases? One wonders, how many people are dying of the Wuhan virus these days and who are they?

As can be seen, the rocketing number of Wuhan virus cases in Canada overwhelms the relatively low number of deaths. It is also noteworthy that the vast number of deaths attributed to the virus are in patients with a number of other “comorbidities” or illnesses like cancer, diabetes and hypertension. Indeed, a CDC report from September of this year indicated that only 6% of all Wuhan virus deaths in the United States were solely due to the contagion. It would be more correct to say that the vast majority of deaths attributed to the virus involved individuals who died “with” the virus rather than “because” of it. On the Canadian scene it is noteworthy that a CTV documentary report asserted that out of over 10,000 Wuhan virus deaths across Canada, at the time of viewing, all but 166 took place in long term care facilities. One wonders, why do we have to shut down a whole country and all of its “non-essential” businesses when the problem is so localized? Are we really waging war on a virus or on our own, “non-essential” working class and their, up until now, unalienable rights and freedoms?

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Bruce Coville: "Withholding information is the essence of tyranny."
DONATE NOW!

Version française

Citoyens Canadiens pour la Charte des Droits et Libertés

La fatigue du virus de Wuhan?


La mise à jour de la semaine dernière remettait en question le discours qui voudrait que «nous soyons tous dans la même galère» en ce qui concerne les difficultés liées au virus de Wuhan. Elle a été rapidement démantelée lorsqu'il a été constaté qu'une classe de citoyens, appelons la «la noblesse», était libre de naviguer dans le paysage associé au virus de Wuhan, dans la «nouvelle normalité» sans craindre de perdre son emploi ou son salaire. Pendant ce temps, l'autre groupe de citoyens, les «non-essentiels», a dû subir une dislocation sociale et économique alors même que leurs libertés civiles étaient écrasées. La démarcation entre les deux groupes risque maintenant de croître de manière exponentielle, alors qu'une «deuxième vague» du virus de Wuhan est déclarée et que les gouvernements s'efforcent d'utiliser pleinement leurs pouvoirs d'urgence. Cette fois, cependant, il n'y a pas d'acceptation unanime de la part des «non-essentiels» pour subir une nouvelle série de sanctions au nom du bien commun. En effet, beaucoup sont descendus dans la rue pour protester contre le refus de fermer leur entreprise par crainte d'affamer leur famille. La classe des «nobles » affirme que cette irrévérence est due à la fatigue du virus de Wuhan et qu'il suffit de tenir bon un peu plus longtemps. Après tout, la répression de la première vague au printemps a été un succès et il ne nous reste plus qu'à répéter l'effort. La fatigue est notre nouvel ennemi dans la lutte contre la contagion - ou est-ce le cas?

On peut pardonner aux «non-essentiels» de ressentir de la fatigue, car ils ont bel et bien été battus en brèche par des mesures d'urgence brutales. Un exemple qui s'est fait connaître ces derniers jours est celui d'une femme âgée qui a demandé et reçu l'autorisation de se prévaloir d'une mort médicalement assistée. Elle a fait valoir qu'elle ne pouvait pas traverser la solitude et le désespoir qu'elle a connus en tant que résidente en soins de longue durée lors du premier confinement. Confrontée à un autre confinement, elle a demandé grâce et sa demande a été acceptée. Dans une logique tordue, on lui a permis d'être accompagnée par sa famille lors de son décès volontaire - la même compagnie qu'ils étaient prêts à lui refuser si elle avait choisi de continuer à vivre. Compte tenu de ces résultats impitoyables, combinés à toutes les cruelles punitions infligées aux «non essentiels», s'agit-il vraiment de «fatigue» ou de quelque chose de plus? Une sorte de méfiance à l'égard des méthodes employées et de ceux qui ont choisi de les employer?

Un réveil?


Le fait que la «fatigue» ne soit pas au cœur de la non-conformité des «non essentiels» en ce qui concerne le virus de Wuhan est démontré par la vigueur de leur opposition. En témoigne le nombre croissant de démonstrations à travers le pays et dans le monde entier, dans des pays comme l'Allemagne et la France. Ajoutez tergiversations d'organisations comme l'OMS, anciennement partisane du concept de verrouillage, qui affirme aujourd'hui que la mesure est contre-productive et nuisible. Au niveau individuel, nous assistons également à des actes de défiance courageux de la part de propriétaires de petites entreprises qui tentent désespérément de se maintenir à flot. Le premier d'entre eux est Adam Skelly, propriétaire d'un restaurant de type barbecue, qui fait aujourd'hui face à 13 accusations pénales pour avoir refusé de fermer son entreprise. Il a été envahi par les services de police de Toronto en raison de ses efforts, jeté en prison et n'a été libéré qu'après avoir été bâillonné et s'être vu interdire d'utiliser les médias sociaux pour faire avancer sa cause. Cela n'est pas passé inaperçu pour un public alarmé qui s'est définitivement rangé du côté du propriétaire du barbecue - à tel point que sa page «Go Fund Me» a atteint plusieurs centaines de milliers de dollars dans les jours qui ont suivi son incarcération. Au niveau du groupe et avec un grand intérêt, nous commençons en fait à voir des organisations religieuses sortir en public pour déclarer la nécessité de garantir les droits fondamentaux et individuels qui sont rapidement dépouillés. Ainsi, nous voyons le pasteur Aaron Rock affirmer que l'engagement chrétien à respecter l'autorité civile n'est pas inconditionnel. Et ainsi, nous voyons le chef du parti de l'héritage chrétien, Rod Taylor, déclarer que ces mêmes droits et libertés doivent être utilisés de peur qu'ils ne soient perdus à jamais.

Le sort de M. Skelly a manifestement touché une corde sensible chez les «non-essentiels». Il est toutefois remarquable de voir qu'il a touché un point sensible chez certains membres de la classe dirigeante - y compris chez nos dirigeants politiques. C'est le cas de Randy Hillier, député provincial indépendant de l'Ontario, qui a eu l'audace d'organiser une manifestation antiblocage à Queen's Park, à Toronto. Il a été arrêté et accusé d'avoir violé la loi de «réouverture» de l'Ontario et doit maintenant comparaître devant le tribunal le 7 janvier 2021. En tant que membre de l'opposition au Parlement provincial et en tant qu'épine dans le pied de son ancien Parti progressiste-conservateur, il est difficile de ne pas voir sa persécution comme étant de nature politique. En l'état actuel des choses, il risque une amende de 100 000 dollars et/ou un an de prison. N'est-ce pas ce qu'ils font à l'opposition politique en Chine? Au Venezuela? Quand on sait que les services de police sont si enclins à arrêter les manifestants antiblocage et les pratiquants errants, mais si laxistes lorsqu'il s'agit de traiter avec ceux qui brûlent, pillent et assassinent au nom des relations raciales, avons-nous affaire à un préjugé qui ne mérite pas la confiance?

Une question de confiance


Comme indiqué précédemment, on ne peut pas reprocher aux non-essentiels de manquer de confiance à la fois dans les méthodes employées pour «écraser» le virus de Wuhan et dans les dirigeants qui sont si peu enclins à les employer. Après tout, n'était-il pas connu de la science avant l'arrivée du virus de Wuhan que les virus ne peuvent tout simplement pas être écrasés? Les virus font ce que les virus font et ils se frayent un chemin à travers une population, que les gens se cachent ou non dans leurs caves - ils mettront simplement plus de temps à le faire. Ces mêmes sceptiques de la science de 2020 se demandent également comment, si les verrouillages fonctionnent, le premier arrêt de notre économie et de notre société l'hiver dernier n'a fait que rendre nécessaire un second arrêt à l'approche de cet hiver. En effet, il semble que le virus soit davantage lié à la météo qu'à toute tentative de s'en cacher. Ils constatent également que les chiffres qu'ils reçoivent changent continuellement et semblent mettre en évidence ceux qui sont capables de générer la panique à un moment donné. Comment se fait-il que l'hiver dernier, on nous ait fait subir une accumulation de décès alors que cet hiver, tout est question de nombre de cas? On peut se demander combien de personnes meurent du virus de Wuhan de nos jours et qui sont ces personnes?

Comme on peut le constater, le nombre impressionnant de cas de virus de Wuhan au Canada dépasse le nombre relativement faible de décès. Il convient également de noter que le grand nombre de décès attribués au virus concerne des patients atteints d'un certain nombre d'autres «comorbidités» ou de maladies comme le cancer, le diabète et l'hypertension. En effet, un rapport du CDC datant de septembre de cette année a indiqué que seulement 6 % de tous les décès dûs au virus de Wuhan aux États-Unis étaient uniquement dûs à la contagion. Il serait plus correct de dire que la grande majorité des décès attribués au virus concernait des personnes qui sont mortes «avec» le virus plutôt que «à cause» de celui-ci.Sur la scène canadienne, il est intéressant de noter qu'un documentaire de CTV affirme que sur plus de 10 000 décès dus au virus de Wuhan au Canada, au moment de la diffusion, tous sauf 166 ont eu lieu dans des établissements de soins de longue durée. On peut se demander pourquoi il faut fermer tout un pays et toutes ses entreprises «non essentielles» alors que le problème est si localisé? Sommes-nous vraiment en guerre contre un virus ou contre notre propre classe ouvrière "non essentielle" et ses droits et libertés jusqu'à présent inaliénables?

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​





FAITES UN DON MAINTENANT

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2021 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon