C3RF Member Update - 27 Nov, 2020


Remarque! La version française suit un peu plus bas


Note! November is C3RF membership drive month


Time flies and its once again time to consider expanding on C3RF’s considerable membership rolls (some 25,000 now). Given that November is C3RF membership drive month, please consider talking to five friends about joining C3RF.

Let them eat cake


As the French revolution drew near at the close of the 18th century, Marie Antoinette, Queen of France and wife of King Louis XVI, was advised that the peasants had no bread to eat and the situation was becoming critical. Her alleged response was a cavalier, “let them eat cake”. The parallels with today’s Canada are glaringly evident as a whole class of people, let’s call them the “non-essentials”, are told by their betters, let’s call them the gentry, that their pain is felt and understood. Indeed, they are told, “we are all in this together” as the country deals with yet another cycle of lockdowns in the fight to eradicate the Wuhan virus. Problem is, the white-collar gentry can work from home and still be in receipt of a paycheck while the “non-essentials” are hands-on types who deal directly with the public as they ply their trades. Accordingly, the “non-essentials” are forced to turn to the government for aid as the lockdown saps their resources and spirits. It would appear that the country’s lockdown strategy and claim that “we are all in this together” is just another false narrative. Another false narrative or pseudo-reality that, like the others detailed in last week’s update, only serve to negate and divide.

Funny thing is, the hardships faced by the “non-essentials” were never made a part of the Wuhan virus cost/ benefit analysis. One could look far and wide on the Canadian scene to locate such an analysis but one would be looking in vain. Tom Woods, an American author and historian, has dug around and found some research that could be applied to the Canadian scene. He found that:

  • in April of this year a United Nations report found that radical interruptions of the economy could result in hundreds of thousands of additional child deaths in 2020. Additionally, the report “further warned that 42 million to 66 million children could fall into extreme poverty as a result of the crisis”;

  • an Oakland, California study found that “deaths of despair” from drug abuse and suicide stood to be multiplied as a result of the lockdown strategy and could be as much as 75,000 in that State;

  • Oxford University’s Sunetra Gupta has pointed to warnings by global authorities that as many as 130 million people are at risk of starvation thanks to the possibility of famine in several dozen places around the world brought on by lockdown-induced disruptions of supply chains; and

  • suicidal ideation is skyrocketing in the United States with 18 to 25-year-olds reporting thoughts of suicide increasing from a normal of 7 to 11 percent to as much as 25 percent.

These adverse impacts can be seen to affect Canadian “non-essentials” who have lost their jobs and economic prospects. The overall impact of lockdowns on the medical system as a whole, however, can be seen to play out amongst the gentry as well. By the same author’s research, these include:

  • the death of as much as 1.2 million children worldwide from the simple fact that “visits to health care centers are declining due to lockdowns, curfews and transport disruptions, and as communities remain fearful of infection”;

  • the cancellation of life saving therapies because of the need to block off medical services to deal with a predicted surge of Wuhan virus cases;

  • missing out, in the United States instance, on almost 2.5 million cancer screenings, referrals or treatments at the height of the first lockdown in the spring;

  • the belief by experts that treatment delays triggered by Wuhan virus considerations could end up being responsible for more deaths than the pandemic itself;

  • a CDC estimate that 93,814 non-COVID “excess deaths” this year, including 42,427 from cardiovascular conditions, 10,686 from diabetes, and 3646 from cancer, could be caused by the cancellation of “non-essential” care in the midst of the COVID panic; and

  • as a direct result of the lockdowns, the New York Times reported that there will be 1.4 million excess tuberculosis deaths, half a million excess HIV deaths, and 385,000 malaria deaths.

It goes without saying that all of these medical outcomes, driven as they are by the lockdown strategy, stand to impact Canada on a proportionate basis. And this does not even address the loss of civil liberties through draconian measures such as Manitoba’s Stasi “snitch” lines or Ontario’s new “enforcement” teams. When the damage to both “non-essential” and gentry Canadians is considered, one wonders – why the lockdown strategy at all?

Where’s the beef?


In 1984 (how ironic) Wendy’s came out with an advertisement called, “Where’s the beef”. It featured a matronly woman in receipt of fast-food burger that was all bun and not so much beef. Fast forward to the spring of 2020 and we have the case where we were requested to “flatten the curve”. By all accounts, this meant the short term closing of businesses and requesting Canadians to voluntarily isolate themselves until authorities could get a bead on the problem at hand. This was the “bun”. We needed to give our medical systems the time to gear up for the perceived onslaught of Wuhan virus cases even as our political leaders implemented measures to blunt the pandemic’s progress. Given the reactions of other nations up this point, such measures could be seen to include the implementation of tighter border controls, the initiation of contact tracing procedures, the standing up of testing capabilities and the distribution of therapeutics, resources, materials, personnel and knowledge required to deal with the virus. This was the “beef” that was to precede the acquisition of a vaccine and the termination of the contagion event. At the end of the day, Canadians got a lot of bun for their efforts and were quite justified in asking, “where’s the beef?”.

As noted in these pages over the past several months, Canadian authorities have been remiss in delivering the “beef”. Border controls were late in coming and the resulting importation of the Wuhan virus rapidly led to community spread that confounded any attempt to put effective contact tracing in place. As an aside and in line with discriminating against the “non-essentials”, regular folk lost the right to cross land borders with the United States even as some five million entries were effected by “essentials” that included illegal migrants crossing into Canada through Roxham Road. Canadian “experts” also missed the boat when it came to testing, therapeutics and resource distribution. These were the subject of effective private/ public partnerships south of the border as witnessed by their early development and use of rapid testing systems and conversion/ deployment of the New York City Javitz Center and hospital ships respectively – not to mention the creation of an earth-shattering vaccine development process. All this as Canada still awaits rapid testing capabilities and disparaged the prospect of cheap, proven therapeutics in the form of hydroxychloroquine cocktails. Indeed, the only private/ public partnership that made the news in Canada was the one formed between the government and a recently retired Member of Parliament to manufacture overpriced and uncertified ventilators. At the end of the day, Canada is basically left with what it started with; hand washing, social distancing and lockdown. The only “beef” that was added to the meal was a recent mandate to use “silver bullet” masks.

Serfdom – with a cherry on top


The frustrating inability of Canadian authorities to get ahead of the Wuhan virus crisis is evidenced by their knee-jerk, lockdown response to a rising number of cases across the land. After all, if lockdowns worked why are we now in need of a second? Our leaders and experts say they are following the science but it has left them on the wrong side of a solution from the start. Recall it was initially thought that masks did not work, the virus could not be transmitted from human-to-human and it was racist to block international air traffic from hot spots. More worrisome than this, though, is the complete lack of curiosity by authorities and the media of just what the science says if it lies outside the preferred narratives of the day. Witness the dismissal of reams of data, rigorous studies and practical experiences that identified hydroxychloroquine as an effective, out-patient treatment of early stage Wuhan virus infection. Witness a reasoned analysis that situates the Wuhan virus within geographic and seasonal terms and witness a comprehensive, world class Danish study that found that masks offer no discernible protection for those that wear them. Indeed, this latter study points to aerosol transmission of the virus that extends beyond the two-meter range characterized by “droplet” transmission. Could it be that widespread knowledge of such findings would take the focus off of everyday, non-compliant citizens and put it where it belonged – on those responsible for orchestrating the fight against the Wuhan virus? A fight that would be far more effective if it concentrated on protecting the elderly and the frail that are most severely impacted by the contagion? After all, other non-publicized findings include the fact that, absent these particularly vulnerable victims, the Wuhan virus has fatality rates in line with the seasonal flu. Is the whole idea, rather, about shifting blame for failure from responsible authorities to citizens even as the former is awarded unfettered access to the public purse? Is all of this setting the country on the path to serfdom?

One wonders how different things would be if the government had spent this year’s $350 billion deficit on the “beef” rather than replacing wages and rents that could easily have been handled by a working population. As it stands now, Canada has increased its formal debt-to-GDP ratio by 25% to make it in the order of 50%. This is not far off the 77% level which sees national economies experiencing problems attracting buyers for its debt. Indeed, Canada hit this wall in 1994 when its ratio climbed to 67%. For those who believe we have lots of room left before the IMF comes calling or before we need to increase the interest rates associated with our bonds, economist Jack Mintz has some discouraging news. He notes that Canada’s actual debt-to-GDP ratio, with unfunded liabilities and provincial debt accounted for, is north of 166% and climbing. It is at this juncture that Prime Minister Trudeau has floated the need for an economic “reset”. His reasoning is that the pandemic has provided a once-in-a-lifetime opportunity to go “green” and finally meet the United Nations Agenda 2030 Sustainability Development Goals – including those associated with climate change and global migration. The cherries on top of a pandemic that we are lucky enough to have. A pandemic that offers to propel us down the right and proper path to utopia – hopefully before we have to put up a foreclosure sign on Canada.

Thanks for your continued support

Your patronage makes a world of difference in the ability of C3RF to educate, advocate and act in service of preserving the individual and fundamental rights of all Canadians. It is truly unfortunate that such efforts are required but the fact remains, these rights and freedoms are coming under increasing attack from all quarters including our own legislative, judicial, media, academic and security authorities. Please know that the funds you so generously donate go directly into campaigning, events, bookkeeping, technology costs and legal advice. When these basic services are met, we use excess funding to assist other groups in advancing the cause of Canadian individual rights within a strong and free Canada. We also contribute to related legal proceedings and charitable activities when able. If you missed the call, click here to support C3RF today.

And while you're considering making making a difference, please follow C3RF on Twitter, on Facebook and on our web site and share with friends our great content and a realistic outlook on the continuing battle for Charter Rights in Canada. You can also join our Twitter feed here.

Major Russ Cooper (Ret’d)

President and CEO, C3RF



Version française

Notez! Novembre est le mois de la campagne d'adhésion au C3RF


Le moment est venu d'envisager une fois de plus d'élargir le nombre considérable de membres du C3RF (environ 25 000 actuellement). Étant donné que novembre est le mois de la campagne d'adhésion au C3RF, pensez à demander à cinq amis d'adhérer au C3RF. Envoyez-leur ce lien.

Qu'ils mangent de la brioche


À l'approche de la révolution française, à la fin du XVIIIe siècle, Marie-Antoinette, reine de France et épouse du roi Louis XVI, est informée que les paysans n'ont pas de pain à manger et que la situation devient critique. Sa réponse présumée fut cavalière : «Qu'ils mangent de la brioche». Les parallèles avec le Canada d'aujourd'hui sont évidents pour toute une classe de personnes, appelons-les les «non-essentiels» qui se font dire par leurs supérieurs, appelons-les les nobles, que leur douleur est ressentie et comprise. En effet, on leur dit que «nous sommes tous dans le même bateau» alors que le pays est confronté à un nouveau cycle de verrouillage dans la lutte pour éradiquer le virus de Wuhan. Le problème, c'est que les cols blancs peuvent travailler à la maison tout en continuant à recevoir leur salaire, alors que les «non-essentiels» sont des gens qui travaillent directement avec le public dans le cadre de leur travail. En conséquence, les «non-essentiels» sont obligés de se tourner vers le gouvernement pour obtenir de l'aide alors que le verrouillage de l'accès à l'emploi sape leurs ressources et leur moral. Il semblerait que la stratégie de verrouillage du pays et l'affirmation selon laquelle « nous sommes tous dans le même bateau » ne soient qu'une autre fausse histoire. Un autre faux récit ou une pseudo-réalité qui, comme les autres détaillés dans la mise à jour de la semaine dernière, ne servent qu'à nier et à diviser.

Ce qui est drôle, c'est que les difficultés rencontrées par les «non-essentiels» n'ont jamais été prises en compte dans l'analyse coûts/bénéfices du virus de Wuhan. On pourrait chercher loin sur la scène canadienne pour trouver une telle analyse, mais ce serait en vain. Tom Woods, un auteur et historien américain, a fouillé et trouvé des recherches qui pourraient être appliquées à la scène canadienne. Voici ce qu'il a trouvé:

  • En avril de cette année, un rapport des Nations Unies a constaté que des interruptions radicales de l'économie pourraient entraîner des centaines de milliers de décès d'enfants en 2020. En outre, le rapport «met en garde contre le fait que 42 à 66 millions d'enfants pourraient tomber dans l'extrême pauvreté à cause de la crise»;

  • une étude menée à Oakland, en Californie, a révélé que les «décès dû au désespoir», à l'abus de drogues et au suicide risquaient d'être multipliés par suite de la stratégie de verrouillage et pourraient atteindre 75 000 dans cet État;

  • Sunetra Gupta, de l'université d'Oxford, a souligné les avertissements des autorités mondiales selon lesquels jusqu'à 130 millions de personnes risquent de mourir de faim en raison de la possibilité d'une famine dans plusieurs dizaines d'endroits dans le monde, provoquée par des perturbations des chaînes d'approvisionnement dues au verrouillage; et

  • Les pensées suicidaires montent en flèche aux États-Unis : les jeunes de 18 à 25 ans déclarent que leurs pensées suicidaires passent de 7 à 11 % à 25 %.

Ces effets négatifs peuvent être considérés comme affectant les «non-essentiels» canadiens qui ont perdu leur emploi et leurs perspectives économiques. L'impact global des fermetures sur le système médical dans son ensemble, cependant, peut être considéré comme se répercutant également sur la classe élevée. D'après les recherches du même auteur, il y a plus:

  • la mort de pas moins de 1,2 million d'enfants dans le monde du simple fait que «les visites dans les centres de soins de santé diminuent en raison des fermetures, des couvre-feux et des perturbations des transports, et que les communautés continuent de craindre l'infection»;

  • l'annulation des thérapies d'urgences en raison de la nécessité de bloquer les services médicaux pour faire face à une augmentation prévue des cas de virus de Wuhan;

  • dans le cas des États-Unis, près de 2,5 millions de dépistages, d'orientations ou de traitements du cancer annulés au plus fort du premier lockdown au printemps;

  • la croyance des experts selon laquelle les retards de traitement déclenchés par des considérations liées au virus de Wuhan pourraient finir par être responsables de plus de décès que la pandémie elle-même;

  • une estimation du CDC selon laquelle 93 814 «décès supplémentaires» ne sont pas liés à la COVID cette année, dont 42 427 dus à des maladies cardiovasculaires, 10 686 au diabète et 3646 au cancer, pourraient être causés par l'annulation de soins jugés «non essentiels» au milieu de la panique de la COVID; et

  • En conséquence directe de ces mesures de confinement, le New York Times a indiqué qu'il y aura 1,4 million de décès supplémentaires dus à la tuberculose, un demi-million de décès supplémentaires dus au SIDA et 385 000 décès dus au paludisme.

Il va sans dire que tous ces résultats médicaux, qui découlent de la stratégie de verrouillage, auront un impact sur le Canada. Et cela ne tient même pas compte de la perte des libertés civiles par des mesures draconiennes comme les lignes de dénonciation de la Stasi au Manitoba ou les nouvelles équipes de «contrainte» en Ontario. Lorsque l'on considère les dommages subis par les Canadiens «non essentiels» et les Canadiens de la classe «noble», on se demande: pourquoi cette stratégie de verrouillage?

Y'est où le bœuf?


En 1984 (quelle ironie), Wendy's a publié une publicité intitulée «Y'est où le bœuf?». Elle mettait en scène une vieille madame qui recevait un hamburger qui n'était qu'un petit pain et non du bœuf. Au printemps 2020, nous avons le cas où il nous a été demandé d' «aplatir la courbe». Au dire de tous, cela signifiait la fermeture à court terme d'entreprises et la demande aux Canadiens de s'isoler volontairement jusqu'à ce que les autorités puissent se pencher sur le problème en question. C'était le «petit pain». Nous devions donner à nos systèmes médicaux le temps de se préparer à l'attaque perçue des cas de virus de Wuhan, alors même que nos dirigeants politiques mettaient en œuvre des mesures pour atténuer la progression de la pandémie. Compte tenu des réactions d'autres nations jusqu'à ce stade, on aurait pu considérer que ces mesures comprennaient la mise en place de contrôles frontaliers plus stricts, le lancement de procédures de recherche des contacts, la mise en place de capacités de test et la distribution de thérapies, de ressources, de matériel, de personnel et de connaissances nécessaires pour faire face au virus. C'était le «bœuf» qui devait précéder l'acquisition d'un vaccin et la fin de la contagion. En fin de compte, les Canadiens ont reçu beaucoup de pain en récompense de leurs efforts et ont eu raison de se demander "Y'est où le bœuf ?".

Comme indiqué dans ces pages au cours des derniers mois, les autorités canadiennes ont été négligentes dans la livraison du «bœuf». Les contrôles aux frontières ont tardé à venir et l'importation du virus de Wuhan qui en a résulté a rapidement entraîné une propagation communautaire qui a fait échouer toute tentative de mise en place d'une recherche efficace des contacts. Par ailleurs, et conformément à la discrimination à l'encontre des «non-essentiels», les personnes en situation régulière ont perdu le droit de franchir les frontières terrestres avec les États-Unis alors même que quelque cinq millions d'entrées ont été effectuées par des «essentiels», dont des migrants clandestins entrant au Canada par Roxham Road. Les «experts» canadiens ont également raté la cible en matière de tests, de thérapies et de distribution de ressources. Ceux-ci ont fait l'objet de partenariats privés/publics efficaces au sud de la frontière, comme en témoignent le développement et l'utilisation précoces de systèmes de tests rapides et la conversion/le déploiement du Javitz Center de New York et des navires-hôpitaux - sans parler de la création d'un processus de développement de vaccins révolutionnaires. Tout cela alors que le Canada attend toujours des capacités de test rapide et a dénigré la perspective de thérapies bon marché et éprouvées sous forme de cocktails d'hydroxychloroquine. En effet, le seul partenariat privé/public qui a fait la une des journaux au Canada est celui qui a été formé entre le gouvernement et un député récemment retraité pour fabriquer des ventilateurs hors de prix et non certifiés. En fin de compte, le Canada se retrouve où il a commencé: le lavage des mains, la distanciation sociale et le confinement.Le seul «bœuf» qui a été ajouté au repas est un récent mandat pour utiliser des masques dont on clâmait qu'ils étaient une «solution miracle».

Le servage – et la cerise sur le gâteau


L'incapacité frustrante des autorités canadiennes à anticiper la crise du virus de Wuhan se manifeste par leur réaction instinctive de verrouillage face à un nombre croissant de cas dans tout le pays. Après tout, si le verrouillage a fonctionné, pourquoi avons-nous maintenant besoin d'un second verrouillage? Nos dirigeants et nos experts disent qu'ils suivent la science, mais qu'elle les a laissés du mauvais côté de la solution dès le départ. Rappelons qu'on pensait au départ que les masques ne fonctionnaient pas, que le virus ne pouvait pas se transmettre d'individu à individu et qu'il était raciste de bloquer le trafic aérien international à partir des points chauds. Mais ce qui est plus inquiétant encore, c'est l'absence totale de curiosité des autorités et des médias à l'égard de ce que dit la science si elle se situe en dehors des récits préférés. En témoigne le rejet d'une multitude de données, d'études rigoureuses et d'expériences pratiques qui ont permis d'identifier l'hydroxychloroquine comme un traitement efficace et externe de l'infection précoce par le virus de Wuhan. Une analyse raisonnée qui situe le virus de Wuhan en termes géographiques et saisonniers et une étude danoise complète et de classe mondiale qui a révélé que les masques n'offrent aucune protection perceptible à ceux qui les portent. En effet, cette dernière étude indique une transmission du virus par aérosol qui s'étend au-delà de deux mètres caractérisée par une transmission par «gouttelettes». Se pourrait-il que la connaissance généralisée de telles découvertes détourne l'attention des citoyens ordinaires, qui ne se conforment pas à la loi, et la mette là où elle doit être, c'est-à-dire sur les personnes responsables de l'orchestration de la lutte contre le virus de Wuhan? Une lutte qui serait bien plus efficace si elle se concentrait sur la protection des personnes âgées et des personnes fragiles les plus gravement touchées par la contagion? Après tout, parmi les autres constatations non publiées, il y a le fait que, en l'absence de ces victimes particulièrement vulnérables, le virus de Wuhan a un taux de mortalité conforme à celui de la grippe saisonnière. L'idée est-elle plutôt de faire passer la responsabilité de l'échec des autorités responsables aux citoyens, alors même que les premiers bénéficient d'un accès sans entrave aux fonds publics? Tout cela met-il le pays sur la voie du servage?

On se demande à quel point les choses seraient différentes si le gouvernement avait dépensé le déficit de 350 milliards de dollars de cette année pour le «bœuf» au lieu de remplacer les salaires et les loyers qui auraient pu être facilement gérés par une population active. Dans l'état actuel des choses, le Canada a augmenté son ratio officiel de la dette au PIB de 25 % pour le faire passer à environ 50 %. Ce n'est pas loin du niveau de 77% qui fait que les économies nationales ont du mal à attirer des acheteurs pour sa dette. En effet, le Canada s'est heurté à ce mur en 1994 lorsque son ratio est passé à 67%. Pour ceux qui pensent qu'il nous reste une grande marge de manœuvre avant l'appel du FMI ou avant que nous devions augmenter les taux d'intérêt associés à nos obligations, l'économiste Jack Mintz a des nouvelles décourageantes. Il note que le ratio réel de la dette du Canada au PIB, en tenant compte des passifs non financés et de la dette provinciale, se situe au delà de 166 % et qu'il augmente. C'est à ce moment que le Premier ministre Trudeau a fait part de la nécessité d'une «remise à zéro» économique. Son raisonnement est que la pandémie a fourni une occasion unique de passer au « vert » et d'atteindre enfin les objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 des Nations Unies - y compris ceux associés au changement climatique et à la migration mondiale. Les cerises sur le gâteau d'une pandémie que nous avons la chance d'avoir. Une pandémie qui nous offre la possibilité de nous propulser sur le bon chemin vers l'utopie, avant, espérons-le, de devoir mettre un panneau de saisie sur le Canada.

Merci pour votre soutien continu

Votre soutien fait toute la différence dans la capacité du C3RF à éduquer, à défendre et à agir au service de la préservation des droits individuels et fondamentaux de tous les Canadiens. Il est vraiment regrettable que de tels efforts soient nécessaires, mais le fait est que ces droits et libertés sont de plus en plus attaqués de toutes parts, y compris par nos propres autorités législatives, judiciaires, médiatiques, universitaires et de sécurité. Sachez que les fonds que vous donnez si généreusement vont directement aux campagnes, aux événements, à la comptabilité, aux coûts technologiques et aux conseils juridiques. Lorsque ces services de base sont assurés, nous utilisons les fonds excédentaires pour aider d'autres groupes à faire avancer la cause des droits individuels des Canadiens au sein d'un Canada fort et libre. Nous contribuons également aux procédures judiciaires connexes et aux activités de charité lorsque cela est possible. Si vous avez manqué l'appel, cliquez ici pour soutenir C3RF aujourd'hui.

Et pendant que vous envisagez de faire une différence, veuillez suivre C3RF sur sur Twitter, sur Facebook et sur notre site Web et partagez avec vos amis notre excellent contenu et une perspective réaliste sur la lutte continue pour les droits garantis par la Charte au Canada. Vous pouvez également vous abonner à notre fil Twitter ici.

Major Russ Cooper (retraité)

Président et CEO, C3RF​






Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2019 by Canadian Citizens For Charter Rights And Freedoms, a Mozuud Freedom Foundation project.

Suite #107, 11-300 Earl Grey Drive, Kanata, ON, K2T 1C1, Canada

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon